AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : DIOcima Espada

Messages : 42
MessageSujet: Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]   Lun 17 Juin - 22:40

    Il titubait. Le pauvre garçon avait oublié la sensation de tenir sur des membres si frêles. Cela faisait des jours qu’il marchait, contemplant dune après dune. Sur la route, il put trouver un faible morceau de tissu dont il couvrit son corps nu, à présent recouvert de chaire presque humaine. Hélas, cette nature était remise en question par la monstrueuse mâchoire osseuse remplaçant de belles joues porcelaines et de fines lèvres rosées. Non, à jamais il devait se rappeler de sa condition : une demi bête. Sa chevelure d’ébène était aujourd’hui si sale qu’on la pensait recouverte de cendres. Dépassant du court voile vert, l’essence de l’ancien creux avait pris la forme d’une longue épée, à la lame occidentale. Il l’utilisa d’abord principalement comme canne, l’aidant à tenir debout tout en s’enfonçant dans les sables blancs.

    Il espérait tant qu’il soit là, qu’il n’ait pas fait tout ça pour rien, qu’il le retrouverait… C’est sur ces pensées que son périple prit fin. Devant le nouvel arraché se dressait un immense dôme. Bien qu’il s’agisse du seul édifice du royaume désert, il se fondait totalement dans le paysage. Aussi terne que les grains sur lesquels il reposait. Il ne les avait jamais vu, n’avait jamais eu à faire avec ce genre d’endroit depuis si longtemps et pourtant, il savait où il était.

      - Les Nuits…

    Il susurra ces mots tout en entrant dans l’édifice étrangement peu gardé. Il pensait être en intérieur, et pourtant le Désert Blanc continuait à s’étendre au-delà des murs. Mais ce ne fut pas cela le choc. Le choc fut dans les larmes qui s’échappaient des yeux de l’Ex-Animal. Cela faisait si longtemps que le ciel n’avait pas été bleu… En fait, il n’avait aucun souvenir d’un ciel si clair, même quand il était humain. Cette partie de sa vie ayant été balayée avec le temps. Pourtant, encore une fois, il savait. Il savait que le ciel était bleu, il savait qu’un autre astre que la lune existait et diffusait une lumière bien plus forte que celle qu’il avait côtoyée depuis tant d’années. Sa nouvelle espèce était si fascinante, elle tentait tant bien que mal de le faire sentir humain malgré tous les signes perturbateurs de ce fait.

    Il boita moins lorsqu’il entreprit d’entrer dans le véritable bâtiment. Il gravit les escaliers, sans un bruit. La Citadelle semblait vide d’hommes. Le seul Roi ici était le l’absence. L’Arrancar continuait son errance tout en prenant appuie contre les murs du Château. On avait l’impression de voir là un pauvre malade dans ces haillons et cette allure. Sa venue fut alors un signe divin. Arrivé dans une salle complètement ouverte sur l’extérieur –aucun mur si ce n’est l’entrée, la pièce était totalement atypique passé des couloirs neutres à la suite. Des pilonnes soutenaient un plafond en ogive. L’éphèbe à la peau rose ne remarqua qu’à ce moment là qu’il se situait très haut dans le Palais. Une silhouette sombre plongeait dans un halo de lumière de l’étoile artificielle. La main dans la poche, l’être obscure se retourna petit à petit, comme s’il avait attendu la venue du jeune sans âme. Cette fois-ci, Lubos ne pleura pas. Pourtant, ses yeux humides brillaient et étaient imbibés du liquide lacrymal. L’homme laissa son visage à découvert. Il s’agissait bien de ses traits, de sa prestance, de son allure, de lui.

      - Tibors…

    Pour l’instant, l’avoir retrouvé était tout ce qui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Roi Poussière

Messages : 361
MessageSujet: Re: Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]   Sam 22 Juin - 16:16


Les Nuits étaient un endroit des plus fascinants. Un palais, rien de moins qu’un palais blanc, émergeant des dunes et du sable, et qui dépassait de toute sa grandeur le plus haut mont de cristal du Monde Creux. Les Shinigamis renégats avaient eu un certain bienfait sur notre société ; ils l’avaient structurée, et lui avaient donnée du sens. Bien sûr, leurs objectifs furent moins glorieux, mais je ne pouvais leur retirer leur incontestable apport.
Tout ceci pour dire que les Nuits me plongeaient dans une extase ébahie chaque fois que je m’y promenais, chaque fois que je pouvais en admirer le génie. Ah, malgré les recherches, découvrir qui furent les architectes d’un tel édifice s’était révélé impossible, pour mon plus grand regret. Aussi me contentais-je d’en admirer régulièrement le travail, seul plaisir véritable à parcourir le palais, à vrai dire. Les murs étaient finalement plus dignes d’intérêt qu’une grande partie de ses habitants.

Cette nuit là, après m’être volontairement égaré, j’étais parvenu dans une salle qui tranchait avec la sobriété habituelle de l’endroit et qui évoquait la nef d’une cathédrale. Des piliers et des voûtes, ne manquait plus que quelques vitraux, et l’illusion serait parfaite. Une église d’os et silence, cœur spirituel d’un monde dépourvu de foi.

Absorbé par mes observations, je ressentis à peine l’arrivée d’une énergie spirituelle dans mon dos. Il me fallut quelques instants pour m’en apercevoir ; poussé par la curiosité, je me détournais des gravures du plafond et fis volte face pour découvrir le nouvel arrivant. L’apparence de celui-ci me désarçonna, il va s’en dire. Là où je m’attendais découvrir un quelconque individu habillé de ces affreux pyjamas blancs, voilà qu’un garçon à demi nu enveloppé d’haillons me faisait face. J’haussai un sourcil devant l’affligeant spectacle de cette pauvre âme sans grâce. Sourcil qui rejoignit son compère en un froncement lorsque le clochard m’interpella par mon prénom.

« Ce sera Monseigneur Tiesce pour vous, jeune homme, le repris-je sèchement. »

Je m’interrogeai sur l’identité de l’inopportun personnage. L’avais-je déjà rencontré ? Je l’ignorais, mais la familiarité avec laquelle il s’annonça m’exaspéra au plus haut point. L’analyse de son énergie spirituelle ne m’aida en rien non plus. Je me rapprochai de lui et le dévisageai de toute ma hauteur. Il n’avait pas bonne mine, c’était indéniable. Sale, maigre, le bougre tremblait sur ses membres comme un nouveau né.

« N’avez-vous pour habits que ces haillons et votre dignité brisée ? »

Mon regard impérieux se planta dans celui larmoyant de l’enfant. De l’irritation brilla dans mes prunelles, mêlée à de la pitié et peut-être un peu de curiosité. Ce clochard m’intriguait réellement, à défaut de m’inspirer autre chose qu’un vague dégoût.



Dernière édition par Tibors Tiesce le Lun 5 Aoû - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2301-vilmar-le-roi-poussiere

avatar
Rang : DIOcima Espada

Messages : 42
MessageSujet: Re: Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]   Jeu 4 Juil - 23:28

    Sous le coup de la fatigue, le nouveau-né s’assit au sol, haletant une toute dernière fois. Il fixait son interlocuteur, le scrutant de tous les côtés. Cela ne faisait que quelques semaines qu’ils s’étaient quittés et pourtant, quelque chose semblait avoir changé chez lui. Il ne saurait dire quoi. Ce n’était pas physique, auquel cas il aurait pu, par une analyse méticuleuse découvrir de quoi il s’agissait. Ce n’était pas non plus spirituel, sans quoi il l’aurait ressenti sans même avoir besoin de le regarder. Non, c’était autre chose. Sa réponse ne venait que confirmer ses dires :

      - Ce sera Monseigneur Tiesce pour vous, jeune homme.

    Il s’étonna de la sècheresse de ses propos. « Monseigneur » ? Pourquoi un tel titre ? Il est vrai qu’il l’avait rarement appelé par son prénom mais tout de même, jamais il n’avait eu à lui donner un quelconque titre de noblesse, bien qu’il aurait été le premier à le mériter. Son ton ferme aurait pourtant pu le faire sourire, s’il en avait été capable. Au premier abord, il pensa à une plaisanterie du dandy. Après tout, cela collait parfaitement au personnage. Puis, il crut que finalement, il ne se souvenait tout simplement pas de lui. Enfin, il se rappela lui-même de sa nouvelle condition. De la bête, il n’en avait que les restes. Evidemment, il ne le reconnaissait tout simplement pas.

      - Vous ne vous rappelez pas, n’est-ce pas…Monseigneur ? murmura-t-il aussitôt.

    Le nouvel Arraché n’espérait pas que son mentor ait entendu ces paroles, d’ailleurs, c’était pourquoi il se les était susurré. Pourtant, il avait pensé trop haut et, à l’expression du visage du Quatrième, il comprit très vite qu’il l’avait entendu. Etrangement, il ne se re-présenta pas tout de suite. Il lui laissa d’abord le temps de répondre.

    Ces haillons ? Il observa sa tenue un instant. Il n’était vêtu que d’un long morceau de toile entourant tout son corps. Cela dit, cela le satisfaisait pour l’instant. Il ne se souvenait même plus avoir jamais porté de vêtement, pourtant, cette sensation lui était familière. Il pensa que c’était dû à son passé d’âme errante.

      - Ma dignité ? Brisée ? Monseigneur, cette dignité n’est qu’un pauvre nourrisson, elle vient de naître. Je n’ose croire qu’elle puisse être d’ors et déjà brisée.

    Il posa le dos de son crâne contre le mur sur lequel il était adossé. Il est vrai que l’allure et l’attitude qu’il avait n’était pas digne de son maître. C’est pourquoi il se releva aussitôt tout en tentant de se dépoussiérer.

      - Tibo-...Monseigneur, c’est moi : Lubos.

    À vrai dire, il n’espérait aucune réaction enjouée de sa part. Il était seulement heureux de l’avoir retrouvé. D’ailleurs, d’un passage éclair de ses mains, l’éphèbe essuya ses yeux rougis par les larmes précédemment coulées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Roi Poussière

Messages : 361
MessageSujet: Re: Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]   Lun 5 Aoû - 14:45


Voilà bien le genre de situations qui me mettait mal à l’aise. Passer pour un sot auprès d’un illustre inconnu était sensation bien déplaisante, malgré que l’avis de ce vagabond m’importait finalement peu. J’étais mon seul juge, et dans l’instant, je devais confesser avoir l’air d’un idiot.

« Me rappeler de quoi ?, dis-je d’un ton courroucé. »

Ma mémoire des noms et des visages ne m’avait jamais fait défaut, puisque qualité nécessaire à mes différentes activités mercantiles. Les clients s’irritaient bien souvent de ne pas être reconnus, et à coté de ceci, il fallait bien retenir les gens importants à côtoyer. Je me sentis inquiet à l’idée que cette formidable capacité mémorielle put être prise en défaut, s’il s’avérait exact que je connaissais l’hurluberlu. Ce dont je doutais tout de même, la folie et le délire restaient choses courantes parmi les Arrancars. Secrètement, je priai pour qu’il ne s’agît d’un de ces fanatiques dévoués à un culte de ma personne. Le sentiment restait toujours plaisant, mais ces gens-là s’agrippaient à vous avec un enthousiasme hystérique.
Ma surprise fut grande lorsque le garçon se présenta après une attente interminable. L’enfant s’avérait être ce Hollow prometteur, rencontré dans le désert, et qui avait finalement fait le choix de s’engager dans une autre existence, supérieure à celle de la pure animalité.

« Oh. »

Une réponse monosyllabique qui laissait supposer trop d’émotions possibles pour être analysée. De l’embarras, de la surprise, de la joie, du dédain ou de la déception ? Moi-même je ne le sus. Qu’importait toutefois ma réaction, puisqu’il me parut plus nécessaire à présent que j’avais reconnu le garçon de l’analyser plus avant. J’inscrivis ses traits dans ma mémoire (qui n’était plus à remettre en cause, chose rassurante) pour ne pas les oublier.

« Il est tout de même étonnant que vous soyez parvenu à entrer si aisément dans le palais. Ce qui prouve que l’Exequias est d’une rare incompétence, cela en est navrant. Venez, si vous souhaitez vous présenter au Roi, cela nécessite un accoutrement moins débraillé. »

Sur ces mots, j’engageai la marche, sans douter un seul instant qu’il me suivrait. Il était venu pour moi, et n’accepterait pas de me voir partir aussi aisément. Bien.
Les bras croisés dans le dos, le pas tranquille, je fixai le couloir de nacre qui s’étirait devant nous.

« Puis-je voir votre âme scellée ? »

Sans le regarder, je tendis la main dans sa direction, la paume ouverte.


_________________

« Do not go gentle into that good night,
Old age should burn and rave at close of day ;
Rage, rage, against dying of the light.
Tough wise men at their end know dark is right,
Because their words had forked no lightning they
Do not go gentle into that good night.  
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2301-vilmar-le-roi-poussiere
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les âmes égarées trouvent la voie dans la nuit [Tibors]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les filles naissent dans les roses,les garçons dans les choux et les chatons...dans les champignons!
» ~! votre garçon préféré dans votre mangas préféré !~
» Plus de repas... Baston ! [Yue, Yukiji et Asobi]
» Passe voir Victoire pour être fixé (Pv : elle)
» Armaïr...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-