AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   Ven 28 Juin - 5:07

On est encore loin ?

Phrase que Dark n'avait eu de cesse de répéter pendant tout le trajet. Bien qu'il commençât à s'habituer à arpenter les plaines arides du Hueco Mundo, les longs voyages usaient la patience dont il ne disposait qu'en quantités réduites. Son guide avait cependant fait preuve d'un calme olympien malgré cette question horripilante assénée à satiété. Sans doute n'aurait-ce pas été le cas s'ils n'avaient pas au préalable sympathisé. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle celui-ci avait décidé de le mener à son « maître », un Arrancar du nom de Fou-Lu. Leur espèce était à ses yeux encore une notion assez abstraite, et il n'en retenait que leur nature de Hollows qui avaient évolué à un stade supérieur. Partant de là, il avait des raisons de s'étonner qu'ils ne lui en veuillent pas d'avoir tué leurs congénères des jours durant pour garantir sa survie.

Il peinait encore à comprendre tout ce qu'impliquait sa propre nature ou même ce qu'il était réellement et n'avait maîtrisé ses pouvoirs qu'à l'instinct. Comme si son corps se souvenait à sa place. Et si c'était pour le moment bien suffisant, il ne pouvait vivre ainsi indéfiniment. Car forcément, il viendrait un temps où il tomberait sur plus fort que lui et n'aurait alors aucune chance de s'en sortir. Même s'il était réticent à cette idée – un tel aveu de faiblesse alors qu'il se sentait si fort par rapport à ceux qu'il avait exterminé lui semblait déplacé – et plus encore à celle d'être placé sous la garde de l'un d'entre eux, Borick avait su trouver les mots pour l'en persuader. À l'en croire, il était une espèce rare, presque éteinte – Quincy, avait-il dit ? - et, à ce titre, représentait un spécimen unique qu'il valait à tout prix protéger.

Ainsi avait-il accepté de mauvaise grâce, ayant lui-même trouvé le dernier argument pour se convaincre que c'était un mal nécessaire. Celui qu'il aurait bien plus de chances de trouver des explications en compagnie de quelqu'un d'influent que par ses propres moyens. Car il avait eu beau errer pendant des jours, il n'avait rien trouvé qui se rapproche de près ou de loin d'une structure habitable si ce n'est des nids de Hollows qui se faisaient alors une joie de fondre sur lui en meute pour tenter de le dévorer. Aucun n'avait eu cette chance jusque là, même s'il en gardait des traces de morsure de part et d'autre. Oui, il lui semblait que ses journées n'avaient été que la répétition incessante d'un même schéma. Celui de la lutte pour sa survie.

Et Dark ne tenait pas à vivre ainsi pour le reste de l'éternité – ou jusqu'à ce que ses forces s'épuisent parce que les ressources nécessaire à sa survie viendraient à manquer. Cet environnement mort ne lui faisait aucun cadeau s'il n'était pas empoisonné. Aucune pomme ne lui serait donnée sans qu'un ver se cache à l'intérieur. Et c'était justement pour éviter cela qu'il avait accepté de suivre Borick. De toute façon, si convaincu qu'il soit de ses propres forces, il n'avait eu aucun mal à déduire que son sosie – leur ressemblance était tellement frappante qu'il n'avait pu s'empêcher de le questionner sur ses origines, même si malheureusement cela ne s'était pas avéré très concluant.

Le temps du trajet n'ayant pour ainsi dire été ponctué que par ses jérémiades, il ne savait de Fou-Lu que ce que Borick avait bien voulu lui en dire – c'est à dire bien peu de choses. Peut-être préférait-il qu'il se forge sa propre opinion, à moins qu'il ne doute de lui et ne veuille pas risquer de divulguer trop d'informations. Ce qui aurait pu se comprendre, il était vrai que sa situation était trop insolite pour être honnête. Et pourtant, ce n'était pas faute de tout faire pour la clarifier. Arrivés à bon port, ils furent introduits à la cour – il ne put réprimer un haussement de sourcils. Tous ceux qui peuplaient l'endroit faisaient montre d'une déférence on ne peut plus prononcée à l'égard de leur seigneur et maître, à tel point que c'en était presque caricatural.

Au bout d'un moment, cela lui sembla tellement ridicule qu'il ne fut plus capable de retenir le sourire en coin qui fleurissait sur son visage. Son « jumeau » le laissa alors aux bons soins des autres domestiques, lui-même ayant d'autres choses à faire et Dark étant attendu en vue d'un entretien avec le maître des lieux. Malgré une hostilité palpable, ceux-ci remplirent la tâche qui était la leur de manière irréprochable en le conduisant auprès du trône sur lequel reposait sans modestie l'homme – la créature – qui donnait ses ordres à Borick. Bien que laissé seul face à lui, le Quincy n'en fut nullement intimidé et ne se donna pas même la peine d'éteindre sa cigarette en sa présence. Sa première réaction n'était sans doute pas celle à laquelle Fou-Lu aurait pu s'attendre.

Alors comme ça c'est toi le soi-disant Dieu Empereur ? Je t'aurais imaginé plus grand.

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 497
MessageSujet: Re: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   Lun 1 Juil - 22:28

Les doigts de l'Empereur tapotaient l'accoudoir de son trône, signe de son impatience. Quelques instants auparavant, on lui annonçait que Borick arrivait, accompagné d'une certaine présente qu'il devait lui présenter. Il n'en savait pas beaucoup plus, mais El Emperador ayant un statut bien particulier au sein de cette cour, il était évident que cela avait de quoi éveiller son intérêt. Mais comme d'habitude ses sujets faisaient preuve d'une inutilité hors du commun et il fallait attendre bien plus qu'il ne l'aurait aimé pour que cette personne soit portée devant ses yeux.
Il pencha alors la tête sur le côté, la soutenant par son poing fermé tandis qu'il jetait un coup d'oeil à Quǎn, endormi un peu plus loin. Si cela continuait, il risquait bien de finir dans un état similaire. Sauf qu'heureusement, la « fameuse » personne se décida à entrer.

Et là, premier choc. Les cheveux étaient différents. Il avait clairement l'air plus jeune. Mais, à part ça, la ressemblance entre le principal allié de l'Arrancar chinois et ce gamin était évidente. Si on lui apprenait qu'ils étaient frères, cela ne l'étonnerait pas. En fait, cette idée lui traversa même la tête pendant un instant. Jusqu'à ce qu'il s'aperçoive de quelque chose d'encore plus intriguant. Il était vivant. Il fallait bien dire une chose. Croiser quelque chose dans un état autre que la mort était assez rare dans un monde aussi dénué de vie. Déjà car il n'était pas facile d'imaginer les circonstances par lesquelles ils y étaient entrés, mais également car il était tout à fait possible de se demander par quel miracle ils survivaient.
Fou-Lu écouta à peine les mots prononcés par le vivant car, d'un Sonido, il vint se placer juste devant lui, attrapant son menton de la main gauche. Gardant fermement son emprise, il bougea sa tête afin de l'observer de plusieurs angles.
    >> C'est la première fois que je vois un mortel ressembler autant à un Arrancar physiquement. Surtout quand l'Arrancar en question n'est pas n'importe qui.
Il finit par le lâcher, reculant de quelques pas. Durant l'opération, son animal domestique s'était réveillé, dressant la tête avec curiosité. L'Empereur vint alors se replacer sur son trône, caressant distraitement le Hollow sans pour autant lâcher des yeux l'humain, qui par sa simple apparence avait quelque peu éveillé sa curiosité.
    >> Eh bien, qu'es-tu ? Un descendant de Borick ? Une copie de lui, faite par je ne sais quelle magie ?
Le coup du descendant était peut être le plus crédible, bien qu'il ignorait le passé du blond. Il doutait même que le principal concerné ait un souvenir de sa vie humaine. Après tout, Fou-Lu lui-même était une exception, la plupart se contenter de leur vie de Hollows. D'ailleurs, l'être millénaire se plaisait à penser que seuls ceux ayant une vie humaine intéressante en conservant quelque chose, les microbes oubliant tout tandis qu'une seconde chance leur était offerte. Cependant, il n'en avait évidemment pas la preuve.
    >> Il doit forcément y avoir une raison pour que tu aies été amené devant moi ainsi. A moins que ce ne soit pour servir de nourriture... Cela fait longtemps que je n'ai pas goûté de l'humain. Bah, paraît qu'on fini par trouver vos sous espèce immonde. Puis ce ne serait pas vraiment le style de Borick en fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1623-aerkan-caraena#12627

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   Dim 7 Juil - 15:00

En sentant sa main se poser sur son visage, Dark eut instantanément un mouvement de recul. Qu'une créature dans son genre s'autorise ce genre de contact révoltait tout son être et ne lui inspirait qu'un profond dégoût, une répulsion viscérale. En guise de premier réflexe, il tenta de s'en débarrasser d'un revers de la main mais celle-ci ne trouva pas sa cible. Fou-Lu s'était déjà éloigné. Inutile de dire que l'entretien avait plutôt mal commencé, sans parler de cette voix au fond de sa tête qui le poussait à se poser des questions sur l'orientation sexuelle de l'Arrancar au ton si suffisant.

Qui t'a permis de me toucher ? Vire ta main de là.

Le regard acerbe qu'il posa sur lui en disait long sur son affection pour lui et tous ceux de son espèce. Être redevable à l'une de ces choses était bien la dernière chose dont il ait besoin, son alter ego faisant bien entendu figure d'exception. Si Fou-Lu s'attendait à ce qu'il soit doté d'un caractère aussi docile que celui de Borick, il risquait d'être déçu. S'ils se ressemblaient presque trait pour trait, comme il l'avait lui-même remarqué, leurs personnalités étaient tout ce qu'il y a de plus opposées à peu de choses près. Le jour et la nuit. Et si le blond était pour sa part un authentique Arrancar, on ne pouvait en dire autant de Dark qui était, lui, de chair et d'os – et bien décidé à le rester. Et non content d'être humain, il appartenait de plus à une espèce rare, un spécimen unique au Hueco Mundo, de telle sorte que cela faisait son malheur puisque cette nature en faisait un précieux trophée dont tous souhaitaient ardemment s'emparer. Là encore, il n'y avait eu que le serviteur du Shén Di pour sortir du lot. Et c'est pas avec ce genre de sombre connard ça va s'arranger, se dit-il en détaillant plus avant celui qui était supposé devenir son bienfaiteur. Sa mine se renfrogna.

Mon nom est Dark Ezeckiel et un Quincy. Je sais pas d'où je viens ni comment je suis arrivé ici, mais ce dont je suis sûr en revanche c'est que ta gueule me revient vraiment pas. Ça te va comme explication, tête de noeud ? Libre à toi d'essayer de me bouffer, mais alors je vois pas ce qui m'empêche de te faire sauter les dents une par une avant que t'aies pu y arriver. Alors, t'as toujours faim ou ça t'a calmé ?

Bien qu'il ait déjà passé un certain temps en plein désert, Dark n'avait jusque là rencontré que peu d'Arrancars pour la plupart « prématurés », soit issus de simples Hollows ou de Menos pas tout à fait formés. L'impression qu'il n'en avait n'était donc pas des meilleures et l'on pouvait s'attendre à ce qu'il n'apprécie que très moyennement de se faire insulter par une espèce qu'il avait haïe de chaque fibre de son être dès leur première rencontre. Son reiryoku se développa progressivement et il étendit ses perceptions spirituelles pour être sûr de le voir venir de loin la prochaine fois. S'il essayait de se jouer de lui encore une fois, Dark se jura qu'il n'en sortirait pas indemne. Recevoir en plein visage un tel comportement méprisant de la part d'une chimère qui n'aurait pas même forme humaine si elle ne s'en était pas nourrie à s'en faire péter le bide était la goutte de trop. Sa main gauche se dressa dans son direction et son majeur en fit de même tandis qu'un sourire carnassier se dessinait petit à petit sur son visage.

Bah, j'imagine que Borick a dû se dire que si je restais dans le désert je risquais de me faire bouffer par une grosse daube dans ton genre. Cela dit, je vois pas pourquoi il s'inquiète vu que j'en ai déjà défoncé plusieurs centaines. Mais je te ferai quand même remarquer que même des déchets comme toi étaient humains à la base, et que si tu t'en étais pas empiffré t'aurais toujours ton foutu masque de merde sur la gueule. Alors ça te ferait pas de mal de montrer un peu plus de respect. J'aime pas du tout les saloperies dans ton genre, alors je veux bien faire un effort pour faire semblant d'être courtois, mais si tu continues comme ça ça va pas le faire...

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 497
MessageSujet: Re: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   Ven 19 Juil - 16:49

Au début, un sourire, des plus simples. Qui s'élargit au fur et à mesure. Pour enfin finir par devenir un véritable éclat de rire. Ce gamin. Il était l'exemple même de ce qui était détestable chez grand nombre d'humains. Sûr de lui, persuadé d'avoir le monde à sa merci. Il ne doutait de rien. A une époque, Fou-Lu était du même genre. Il y a de cela deux mille ans il avait fondé un Empire et se considérait comme intouchable. Cependant, les choses avaient fini par lui montrer qu'il n'en était rien. Maintenant, il avait le pouvoir de tenir un discours similaire, bien qu'il soit totalement conscient que même lui avait des limites.
Mais il y avait une chose dont il ne doutait absolument pas. Le fait d'être de loin supérieur au mortel lui faisant face. D'où le comique de la situation. Comique qui aurait eu toutes les raisons de virer au drame, étant donné que Fou-Lu n'hésiterait pas un instant à éliminer n'importe quel insolent lui parlant ainsi en temps normal. Mais ce mortel allait avoir la chance de pouvoir profiter un peu plus longtemps de son existence. Pour quelle raison ? Tout simplement grâce à ce qu'il était. Quincy. Une race rare, en voie d'extinction. Et aux capacités pouvant être intéressantes. Conclusion, un élément intéressant à figurer dans sa cour, limite en tant que pièce de collection.
    >> Oh, ne t'en fais pas, je reconnais un intérêt aux humains. Celui d'évoluer, comme je l'ai fait, ou de servir de première nourriture. Car oui, vous finissez quand même par être dépassé généralement.
    Cependant, pourquoi y accorder plus de crédit ? Toi, tu es quelque peu différent avec ta nature, mais en dehors de ça... Votre existence est trop brève pour être utile. Je ne vois pas pourquoi je ferai un effort à témoigner du respect pour de tels cloportes...
Jouant avec l'une de ses mèches tandis qu'il parlait, il finit par la repousser à la fin de sa phrase avant de faire demi-tour et retourner s'installer sur son trône. Et ce avant de se remettre à fixer le mortel, son sourire de nouveau visible sur son visage.
    >> D'ailleurs, en parlant de respect, je me demande où est le tien. Te crois tu si supérieur que tu n'as pas besoin d'en faire preuve ? Laisse moi t'apprendre une chose alors.
    Tu n'es rien si ce n'est un microbe. Le simple fait que tu aies besoin de protection le prouve. Ainsi, tu vivras car j'en ai décidé ainsi. Peut être par respect pour Borick qui semble s'intéresser à toi, mais également car te seras une pièce de collection intéressante parmi mes serviteurs.
    Cependant, retiens bien que même ma patience a des limites et que si tu continues ton insolence... Et bien voilà un avant goût de ce qui peut arriver.
Il concentra alors pendant un instant son Reiatsu dans son bras gauche avant de le lever en direction du ciel sombre du Hueco Mundo, donnant naissance à un large rayon s'élevant pendant quelques instants avant d'éclater en de nombreux plus petits retombant en direction du sol. Et plus précisément du gosse. Certes, tous ne le visaient, certains allant s'écraser juste à côté de lui. Le but n'était après tout pas de le tuer, mais de lui donner une leçon.
Une fois la technique terminée, et le nuage de poussière soulevée à son occasion s'éparpillant, il pointa celui qu'il considérait déjà comme son nouveau serviteur du doigt en souriant.
    >> Le châtiment divin te plaît-il ? Je me suis un peu contenu afin d'éviter de te tuer. Cependant, cela peut aussi servir d'exemple pour te montrer ce qui t'empêcherai de me faire sauter les dents. Tout simplement le fait que je te suis de loin supérieur.
    As-tu compris ou bien vais-je devoir continuer un peu la leçon ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1623-aerkan-caraena#12627

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   Lun 23 Sep - 8:37

Le voir éclater de rire ne réussit qu'à accroître sa mauvaise humeur. Ce nobliau vaniteux ne le prenait pas au sérieux. Ce n'était pas le premier et ce ne serait certainement pas le dernier, mais c'était d'autant plus énervant dans son cas. La plupart des Hollows et Arrancars qu'il lui avait été donné de rencontrer jusque là l'avaient attaqué sans sommation, mais étaient aussi stupides les uns que les autres et n'avaient réussi qu'à provoquer leur propre élimination. De la part d'un être soi-disant civilisé, il s'attendait à un peu plus de considération. À dire vrai le seul hybride doué d'intelligence dont il ait jusque là fait la connaissance n'était autre que Borick, et celui-ci avait montré à ses aptitudes un intérêt tout particulier sans un seul instant faire mine de le sous-estimer. Même s'il avait très clairement ressenti que son alter ego lui était supérieur, ce dernier ne prenait pas un malin plaisir à le lui rappeler continuellement.

Il considérait son potentiel à sa juste valeur. L'espace de quelques instants – ceux qu'avait duré sa traversée du désert -, Dark avait espéré que tous les autres étant un tant soit peu évolués le verraient sous son véritable jour, plutôt que de simplement le considérer comme du bétail dont l'unique trait caractéristique était d'appartenir à une variété au bord de l'extinction. Inutile de dire que Fou-Lu venait de pulvériser en un clin d'oeil l'ensemble de ses illusions. Malgré tous les grands airs qu'il pouvait se donner, il ne valait pas mieux que les autres. Je vais lui montrer, moi, à ce pauvre con. Il veut une raison de me respecter ? Si c'est comme ça, je vais lui en donner. Promit-il en son for intérieur sans pour autant cesse de l'écouter. Quelle que soit la quantité de conneries que l'Arrancar pouvait débiter, il n'avait pas l'air de vouloir s'arrêter. Tant mieux. Il ne lui en donnait que plus de raisons et d'envie de le frapper.

Je préfère que ma vie s'achève en un instant si ça peut m'empêcher de devenir aussi con et orgueilleux que toi. Il n'y a aucun intérêt à vivre aussi longtemps et c'est certainement pas de te voir me prendre de haut qui va me faire changer d'avis. Tout ce que ça me fait penser, c'est que ça fait longtemps que t'aurais du crever et que je commence à me demander si Dieu ou je sais pas quelle autre connerie m'a pas envoyé ici pour finir le travail.

Tout à son discours, Dark découvrit un rictus féroce qui donnait l'impression d'un oeil extérieur qu'il possédait une rangée de crocs. Bien qu'entièrement humain, le Quincy faisait montre d'un air sauvage que ces journées passées dans le désert n'avaient du que renforcer. Pour survivre, il avait du devenir un prédateur, et s'il était humain à l'origine cela ne voulait plus dire grand chose à partir du moment où il fallait lutter pour ne pas être dévoré. S'il était très loin d'être parfaitement éduqué, il n'était d'ordinaire pas aussi prompt à provoquer et à menacer, mais il s'était d'ores et déjà accoutumé à ce que ce soit le seul langage que comprennent ceux de son espèce – et par conséquent le seul que soit à même de comprendre le sale type en face de lui. Qu'il imagine mal Borick se ranger sous les ordres de quelqu'un de moins puissant que lui ne le rassurait pas vraiment, mais maintenant qu'il en était là, avait-il vraiment le choix ?

J'en ai pour ceux qui le méritent. Borick a tout mon respect. Toi, tu n'es qu'une pourriture qui a oublié ses racines et qui a oublié que s'il ne peut mourir de vieillesse, on peut toujours le tuer. Et je dois dire qu'à te voir si arrogant, le cul posé sur ta chaise, j'ai bien envie d'essayer. Pour te rappeler ce qu'est la peur et par la même occasion l'humilité. Pour que tu te souviennes que tes genoux à toi aussi peuvent se plier. À vrai dire, je ne suis pas un très bon Quincy : j'ai pas révisé avant de venir. Je ne sais pas de quoi vous êtes faits. Mais ce que je sais en revanche, c'est que je peux pas vous blairer. Et aussi que n'importe quoi peut mourir à partir du moment où c'est capable de saigner. Tu veux vérifier ?

Non seulement il était allé trop loin, mais il ne le regrettait en rien de surcroît. Advienne que pourra. S'il tombait, au moins serait-ce en se battant pour ce en quoi il croit. Pour le peu de choses dont il était certain dans ce monde qui n'était de toute évidence pas le sien. Sa main redescendit vers sa ceinture une fois certain que son vis-à-vis ait bien vu le geste qu'il venait de lui adresser. Un geste qui venait du fond du coeur, à n'en pas douter. Non, il n'avait aucune idée de quelle pouvait être la puissance réelle de ce type mais il n'avait pas été long à saisir après son réveil que ce n'était pas pour lui un facteur déterminant. Insoumis il était, insoumis il resterait ; même s'il lui était aussi inférieur que l'empereur de pacotille voulait bien le laisser penser, ce n'était pas ce qui ferait qu'il se laisserait traiter ainsi sans broncher. Et encore moins sans riposter. Mais peut-être aurait-il du s'abstenir, tout compte fait...

La pluie de rayons s'abattit sans crier gare.

Le voir lever le bras ne lui avait posé strictement aucun problème, mais son corps n'avait pas bougé à une vitesse assez élevée pour lui accorder de quitter la zone d'effet présumée. Sans attendre, les faisceaux avaient entamé leur violente retombée, ne lui laissant d'autre possibilité que d'y être confronté. Un nuage de poussière ne tarda pas à s'élever depuis le sable martelé, jetant un voile d'incertitude sur le sort qui lui avait été réservé après avoir supposément subi ce bombardement de plein fouet. Mais quand l'écran de fumée commença à retomber, l'instigateur de l'attaque put voir que cette dernière n'avait probablement pas eu autant d'effet qu'il aurait pu le penser. Toujours debout, même si cela s'était joué à peu de choses à dire vrai, l'exorciste continuait de le fixer avec la même intensité – si son but était de faire taire son agressivité, il avait échoué. Un miroir vermeil s'étendait à ses pieds désormais, de son propre sang constitué, mais à aucun moment il n'était tombé.

Salut, je t'ai manqué ?

Les marques de chocs répétés qui jonchaient d'un bout à l'autre le canon de l'arme dont il tapotait son épaule meurtrie étaient plus qu'il n'en faut pour faire savoir qu'il l'avait aidé à parer. Si bon nombre des rayons avaient du être esquivés de manière plus ou moins complète, certains l'avaient durement touché – et même transpercé, si l'on en jugeait par l'état de son bras gauche dont le sang ne voulait point s'arrêter de ruisseler. Avoir dégainé en voyant qu'il ne pourrait pas y échapper avait été une riche idée. Il n'était pas impossible que s'il ne l'avait pas eue, à l'heure qu'il est il reposerait sur le sable tout entier. Mais il ne voulait pas avoir à penser que s'il avait été épargné, c'était par chance ou même par talent. Non, ce en quoi il voulait croire à cet instant, c'était qu'il n'avait encaissé cette attaque que pour ensuite avoir l'opportunité de lui coller une balle entre les deux yeux.

Je tiens toujours mes promesses. Et je crois que j'ai promis de te faire saigner.

Trouver des munitions ne serait pas si compliqué. Après une pluie acide de cette brutalité, l'air ambiant était saturé de particules de reishi. Quoi de mieux pour un Quincy ? L'énergie se rassembla au bout de son revolver avant que Fou-Lu n'ait eu le temps de rétorquer et l'amnésique fit feu sans l'ombre d'un remord, enthousiaste à l'idée de lui rendre la monnaie de sa pièce après avoir été ainsi malmené. Tu ne l'emporteras pas au paradis mon pote, ça je peux te le jurer.

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ni dieu ni maître. [Dark - Fou-Lu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Et Dieu créa la femme.
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-