AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Call of Duty [PV Kamui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Call of Duty [PV Kamui]   Sam 6 Juil - 9:09

Guerre de sécession. S'il avait pensé en arriver là, il serait resté faire fortune au Japon. Si le pays du Soleil Levant ne présentait pas d'aussi belles occasions, au moins n'aurait-il pas couru le risque de finir enrôlé de force dans une armée dont il ne comprenait pas même les revendications. N'ayant pu qu'entendre parler de la Ruée vers l'Or dans sa quête visant à en amasser autant que possible pour plus tard mener une vie confortable dans le monde des humains, il avait tout naturellement fait le voyage depuis le Japon pour lui aussi pouvoir tirer son épingle du jeu. Mais non content de n'avoir pu trouver grand chose, la plupart des filons étant déjà épuisés à son arrivée, il s'était avant d'avoir eu le temps de comprendre ce qui se passait retrouvé enrôlé dans l'armée de l'union pour défendre « sa patrie » - s'étant bien sûr procuré de faux papiers d'identité après avoir passé cette frontière pour ne pas connaître de complications.

Avoir à se servir de ses pouvoirs pour qu'on le laisse tranquille aurait été préjudiciable et il ne tenait pas à ce que ça se sache, d'autant plus que les autorités de Soul Society apprécieraient sans doute modérément de retrouver sa trace en de telles circonstances. Ils ne s'étaient pas vraiment quittés en très bons termes et même s'ils n'avaient à priori engagé aucune poursuite envers le groupe de renégats – pas contre lui en tout cas, mais il ne pouvait pas se prononcer pour les autres, ne les ayant pas revu depuis – ils n'en étaient pas moins considérés comme des criminels recherchés. Nul doute que même s'ils n'étaient pas traqués comme des bêtes, l'armée du Gotei aurait ordre de l'abattre à vue s'ils croisaient son chemin.

Et à défaut, ce serait sa famille qui aurait graissé la patte à l'un ou l'autre d'entre eux pour que cela se fasse par tous les moyens. Pour une lignée aussi noble que celle des Kuchiki, le simple fait qu'il soit encore en état de respirer constituait un affront qu'il lui fallait expier. En d'autres termes, que de joyeusetés. Au final, ce n'était peut-être pas si mal. Si l'on faisait abstraction des rations pour le moins ignobles auxquelles il avait droit à chaque repas, il n'était pas si mal loti et parvenait malgré tout à mettre de l'argent de côté – que ce soit en recevant sa prime ou grâce à celle qu'il s'offrait lui-même quand il tombait sur un « butin » avant les autres. Cela aurait sans doute été plus utile dans la poche de l'armée pour gagner cette guerre, mais qu'en avait-il à faire ?

Ce n'était pas son problème et même si cette guerre s'éternisait, cela ne changerait rien à sa vie si ce n'est le temps qu'il passerait à manger une nourriture infecte et à entendre les balles siffler à côté de son oreille. Ce qu'il y avait de bon à être né en tant qu'âme, c'est que le concept de la mort parait tout de suite plus abstrait. Contrairement à eux, il avait tout son temps et s'il venait à se lasser, il n'aurait qu'à trouver un moyen de s'éclipser. Ce n'était certes pas si facile car en plus de laisser derrière lui un corps pour le moins suspect, il se refusait à l'idée d'abandonner son Gigai derrière lui. Pour n'avoir aucun moyen de s'en procurer un autre s'il devait le perdre ou l'endommager, et en ayant besoin pour vivre normalement dans le monde des humains, il ne pouvait le sacrifier à la légère même si c'était pour recouvrer sa liberté.

C'était pour toutes ces raisons à la fois qu'il avançait sur le champ de batailles une arme à la main, même s'il n'avait pas souvent l'occasion de s'en servir – la plupart des balles qu'il tirait l'étant dans le vide pour que nul ne constate que son chargeur était encore au complet. Même si ses pouvoirs de Shinigami étaient bridés dans l'enceinte de ce corps artificiel, il pouvait au moins utiliser les techniques de Kidô les plus basiques, notamment pour se défendre. Il n'était donc pas soumis à la loi du « tuer ou être tué » puisqu'aucun des soldats confédérés n'était capable ne serait-ce que de le toucher.

Et puis même sans cela, ses réflexes étaient de très loin supérieurs à ce à quoi pouvait prétendre un être humain normalement constitué et éviter les balles n'était dès lors plus vraiment un problème. Non, sa « vraie » mission commençait après la bataille, quand il s'éclipsait pour aller faucher quelques amènes avant que ne surviennent les unités du Gotei 13. Il aurait pu s'en passer, mais ressentait encore le besoin de sortir régulièrement de son enveloppe pour ne pas risquer de perdre l'usage de ses pouvoirs. Même si son objectif était au final de renoncer à sa nature en tant que Shinigami pour devenir humain – enfin, autant que possible – il en avait pour l'heure encore besoin. Les pertes humaines s'élevaient déjà à plusieurs dizaines si pas de centaines de milliers de morts et ce chiffre ne cessait d'augmenter.

Cette abondance lui permettait en général de réussir à se cacher avant que les soldats réguliers de la Soul Society chargés de les enterrer n'entrent dans le même périmètre mais il n'était pas rare qu'il les côtoie de très peu sans que ceux-ci puissent se rendre compte de sa présence. C'était presque un jeu pour lui de passer juste à côté tout en faisant semblant de ne pas les remarquer pour monter au front alors qu'il n'hésitait pas à se servir de ses facultés pour peu qu'il soit « en danger ». Toujours était-il qu'il avait tenu ainsi sans se faire repérer jusqu'au 3 Juillet, dernier jour de la bataille de Gettysburg – celle qui serait plus tard réputée comme étant la plus sanglante de toutes celles connues au cours de cette guerre. Cela faisait trois jours déjà que le combat suivait son cours sans interruption, ou peu s'en faut.

Même lui commençait à fatiguer, n'aimant guère de voir ainsi la situation s'enliser. Par chance, il avait aujourd'hui été assignée à l'Infanterie et celle-ci avait la lourde responsabilité de mener l'assaut qui pourrait bien leur conférer la victoire. Mais à peine la charge avait-elle commencé qu'il sentit une présence singulière sur le champ de bataille, ce qui ne fut pas sans l'étonner. Le plus souvent, les Shinigami ne se manifestaient qu'une fois la bataille terminée pour ne pas être tentés d'interférer ainsi que pour ne pas devoir assister à une boucherie telle que l'on pouvait en voir régulièrement en de pareilles occasions. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, Tokiomi ne manqua pas de lever les yeux vers lui aussi discrètement que faire se peut.

Il n'était pas rare que cela arrive, les situations extrêmes comme celles-ci pouvant sous le coup de la fébrilité entraîner un léger éveil spirituel. La plupart des concernés étant voués à périr avant d'avoir pu l'exploiter, ce n'était que rarement un réel problème. Mais dès que sa silhouette apparut clairement au loin, le Kuchiki sut qu'il n'avait de toute façon pas à s'en faire puisque l'intéressé n'était probablement pas venu pour l'éliminer puisque nanti des mêmes péchés. Alors, profitant de la confusion générale, le faux caporal se déporta vers une gros rocher et se laissa tomber à côté, en profitant pour s'y adosser. Ce n'est qu'une fois à peu près confortablement installé qu'il plaça ses mains en porte-voix afin de tenter de l'interpeller malgré la cohue – ce qui n'était hélas pas gagné.

Hoy ! Kamui-kuuun !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip

avatar
Rang : Général

Messages : 218
MessageSujet: Re: Call of Duty [PV Kamui]   Sam 31 Aoû - 8:46

Les Hommes et leurs guerres. Il y avait là une sorte de symétrie avec le monde des Âmes qui lui aussi était en conflit perpétuel. Mais les guerres que conduisaient les Shinigamis avaient un but autrement plus important qu'une simple conquête de territoire. Et cette attitude à gaspiller un souffle si précieux pour eux était quelque chose que ne parvenait pas à concevoir Kamui. Cette guerre durait déjà depuis un moment et la violence des affrontements était telle que pratiquement aucun guerrier ne s'en sortait indemne. Et aux yeux du Shinigami, le mot "boucherie" convenait bien mieux que celui de "bataille". Mais qui était-il pour juger des actes qu'il ne comprenait plus ? Lui, l'âme déchue, n'était plus sensée intervenir avec le monde des humains. Pas même pour libérer les âmes et les envoyer dans ce paradis que l'on nommait Soul Society. Attirer l'attention de ceux qui le cherchaient n'aurait pas été un acte très intelligent et il se gardait bien de faire cette erreur.

Ce qui l'avait poussé à venir en ce lieu ? Une intuition plus qu'une réelle volonté. Cela faisait bien longtemps maintenant que Kamui parcourait le monde humain, masquant au mieux son énergie afin de ne pas attirer l'attention de ses poursuivants, mais ayant abandonné toutefois le précieux corps artificiels qui était susceptible de le maintenir hors de la vue du Seireitei. Toutefois, Kamui n'était pas inquiet à ce sujet. Ayant par le passé été le capitaine de la division de la Traque, il était suffisamment doué pour se rendre invisible de ceux qu'il souhaita éviter.

Mais l'aura qu'il avait très brièvement perçue l'avait intrigué. Et c'était pour faire la lumière sur cette source qui avait ensuite disparue de nouveau qu'il s'était approché de la zone. Alors que ses sens sondaient la plaine, il entendit l'appel. Son regard se posa enfin sur un homme posé derrière un énorme rocher, main en porte-voix, qui ne cessait de l'appeler. Le brouhaha ambiant emportait les mots de l'inconnu mais en se concentrant dessus, Kamui percevait clairement son nom. Ainsi cet humain le connaissait-il ? Ses sens s'activèrent sans même qu'il n'eut besoin de se concentrer. L'empreinte énergétique d'une âme ne changeait jamais. Ou très peu. Et cette aura qui se dégageait de lui, aussi minime soit-elle, ne lui était pas étrangère. Loin s'en faut. Sa main se crispa involontairement sur le manche de son Zanpakutô qu'il tenait dans sa main gauche et il hésita une seconde. Que faisait-il ici... Depuis leur séparation, aucun d'eux ne s'étaient plus jamais revu. Du moins le croyait-il. Et voilà que le destin dressait sur sa route un de ses frères d'infortune ? Et celui-là en plus ?

Mais le mal était fait. Il avait été repéré. Et même s'il se détournait de lui, rien n'empêchait ce dernier de quitter son corps d'emprunt pour l'atteindre. Il n'était pas le premier novice venu après tout et connaissait suffisamment ses compétences primaires pour savoir qu'il en était capable. Puis la curiosité était désormais forte. Plus forte que la raison. C'est pourquoi, d'un simple Shunpô, Kamui brisa la distance pour réapparaître face à l'homme encore masqué par la roche. Le regard dur du Kagura aurait pu briser le caillou s'il en avait été capable.
    - Un bien étrange lieu pour un Shinigami renégat... Que fais-tu là, Tokiomi ?

S'il n'y avait aucune chaleur dans ses propos, c'est simplement parce que Kamui était attaché aux conventions de son monde et que la manière de Tokiomi de l'appeler ne lui avait pas plu. Par ailleurs, avec le temps dont il avait disposé, l'ancien Taishô se méfiait de cet homme. Car de ceux qui avaient composés l'équipe pour assassiner Yamamoto, il était sans doute le seul susceptible de les trahir. Du moins y croyait-il. Et si les preuves lui faisaient défaut, il n'en était pas moins méfiant vis à vis de lui. Un Kuchiki, aussi particulier soit-il, restait un être imprévisible. Et Tokiomi lui paraissait aussi versatile que le vent lui-même. Il se détendit toutefois, bien que son visage ne laisse transparaitre aucune émotion particulière.

En étudiant l'homme et ce qui se dégageait de lui, Kamui percevait les relents de quelques sorts de Kido. Sans doute ce qu'il avait perçu à la lisière de sa conscience. S'il n'avait pas été si concentré, sans doute même qu'il ne l'aurait jamais senti. Le Kuchiki était grimé en soldat, ne laissant aucun doute quant au fait qu'il participait activement à la bataille. Un acte qu'il ne comprenait pas. A moins qu'il n'ait décidé de se mêler définitivement à ces êtres éphémères ?
    - Cela fait si longtemps que je n'avais pas vu un de nos frères. En dehors des malheureux qui ont essayés de me ramener au Seireitei, j'entends.

Car des rencontres fortuites, il en avait fait. C'était le risque lorsque l'on se séparait de son Gigai. Mais chaque fois, les pauvres Shinigamis avaient été détruits, Kamui veillant à ce que personne ne puisse donner l'alerte quant à sa position réelle. Exécuter ces derniers ne lui avait jamais fait plaisir. Mais la survie avait un coût et il n'était pas prêt à perdre la vie par compassion.

Autour d’eux les cris retentissaient de toute part tandis que les balles perdues fusaient. Aucune ne pouvait atteindre une âme. Ce qui expliquait que le Kagura n’y prête aucune attention, focalisé qu’il était sur son ancien compagnon d’arme. Ils allaient devoir faire vite : l’un comme l’autre savait ce que signifierait la fin de cette bataille pour eux… L’arrivée des Shinigamis pour le transfert des âmes et donc un danger potentiel pour ceux qui étaient considérés comme traître à leur rang.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2309-vespa-general-reaper-en-cours#
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: Call of Duty [PV Kamui]   Jeu 3 Oct - 9:12

On peut parler de concours de circonstance, je suppose. dit-il en haussant les épaules. J'espérais trouver un moyen de faire fortune ici, mais je suis arrivé au mauvais moment et une chose en entraînant une autre... Je dois dire que ce n'est pas vraiment ce à quoi je pensais quand je suis parti dans mon coin pour vivre une vie paisible...

Un soupir lui échappa. Il était vrai qu'il n'avait au final fait que fuir une guerre qui durait depuis trop longtemps même si enlisée dans un statu quo pour tomber dans une autre. De Charybde en Scylla était le mot. Même si l'ampleur et les enjeux de celle-ci était bien en-dessous de ce à quoi il était habitué, il n'en était pas moins pénible de retrouver ce climat de tension qui, déjà alors qu'il comptait encore dans les rangs de la Soul Society, lui hérissait le poil. Il supposa que Kamui ne pourrait pas comprendre, lui qui avait toujours été quelqu'un de droit à tout point de vue, d'une loyauté sans faille - à ceci près qu'elle n'était pas tournée vers la bonne personne. C'est pourquoi il n'explicita pas plus son propos.

Ils ne se connaissaient au final que très peu, mais ce que l'ancien capitaine de la 3e division savait de son caractère devrait suffire à ce qu'il ne s'étonne pas d'une telle réaction. Même lui devait trouver ennuyeux de se retrouver mêlé à un conflit bassement humain alors que leurs pouvoirs leur permettaient d'aller bien au-delà de ce que pouvaient faire ces armes primitives. Si encore c'avaient été celles employées par les Quincys, il aurait peut-être eu un minimum de considération pour elles, mais ce n'était en l'occurrence - et à son sens - qu'un bout de ferraille plus encombrant qu'autre chose. Même le peu de Kidō dont il était capable dans son Gigai était de très loin supérieur à ce qu'il pourrait obtenir de cet armement bas de gamme.

Ah, si seulement j'avais pu arriver plus tôt... J'aurais eu plus de chances d'avoir de l'or dans les poches et moins de risques d'avoir du plomb dans l'aile... continua-t-il de se plaindre tout en se passant la main dans les cheveux. J'aurais du penser à utiliser mes pouvoirs pour venir plus vite, je n'en serais peut-être pas là... À trop vouloir vivre comme un humain, j'en oublierais presque que je peux voler !

Sans se soucier du regard des autres, trop concentrés sur la bataille pour s'occuper de lui – et puis, il n'était pas rare que des hommes perdent la raison sur un champ de bataille au milieu des explosions des boulets de canon – il fit mine de se redresser contre son rocher pour mieux accueillir Kamui qui venait de le rejoindre. Être en grande conversation avec quelqu'un que la plupart des gens ne pouvaient voir ne le dérangeait pas plus que cela, il disparaîtrait de toute façon sans laisser de traces à un moment ou à un autre et pouvait donc bien se permettre de donner l'image qu'il voulait sans que cela ait la moindre incidence. Ce n'était pas comme s'il avait jamais eu l'intention de monter en grade ou de tomber au champ d'honneur pour un pays dont il n'arrivait même pas à mémoriser le nom. D'ailleurs, pourquoi attendre ?

Il n'avait déjà que trop traîné dans ces contrées qui n'avaient plus rien à lui offrir, et ce n'était pas en perdant son temps pour une cause qu'il n'était pas la sienne qu'il réussirait à bâtir les économies dont il rêvait en secret. Et puis, il fallait bien avouer que revoir un de ses compagnons d'infortune en habit de Shinigami le rendait nostalgique. Il n'en fallut pas plus pour qu'il abandonne son corps artificiel là où il l'avait laissé afin de récupérer son enveloppe spirituelle et véritable. Dire qu'il se sentait mieux ainsi aurait été un doux euphémisme ; le simple fait de n'avoir pas l'occasion de se laver tous les jours lui pesait horriblement. Car il pouvait dire tout ce qu'il voulait sur son clan, mais pris indépendamment du reste, le confort qu'il lui offrait dans la vie de tous les jours ne pouvait que lui manquer sur certains points dans ce genre de moments...

Oh ? Je ne te cache pas que je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul autour duquel ils tournent comme des mouches autour d'un pot de miel ! Maintenant que tu m'y fais penser, j'aurais du garder leurs zanpakutō, j'aurais eu de quoi ouvrir une armurerie. Je crois qu'ils n'ont pas encore compris que c'était une cause perdue, c'est dire s'ils sont longs à la détente.

Tokiomi avait retrouvé le sourire. Redevenir Shinigami l'espace d'un instant avait toujours pour lui quelque chose de grisant. Peut-être était-ce simplement de récupérer ses pleins pouvoirs après avoir goûté à l'impuissance d'un homme ordinaire pendant une période donnée qui lui faisait cet effet-là. Cela pouvait tout aussi bien être qu'il s'y était habitué en l'espace de ses quelques siècles d'existence et avait du mal à se défaire de sa condition, quand bien même il l'avait en horreur – encore que ce ne soit pas tout à fait exact, cette aversion étant due pour beaucoup au manteau de capitaine. Converser ainsi avec Kamui sans que personne ne puisse les voir le ramenait loin en arrière et lui rappelait le « bon vieux temps » même si le terme n'était pas des plus adaptés à bien y songer.

Heureux de retrouver sa liberté, l'ex-capitaine de la 6e division procéda à quelques étirements comme si on venait de le sortir d'un étroit espace où il serait resté enfermé pendant trop longtemps. Ce Gigai n'était à la base pas le sien et il n'avait jamais pris le temps de l'ajuster pour qu'il lui corresponde pleinement, ce qui expliquait d'ailleurs qu'il puisse l'abandonner sans remords au milieu d'un champ de bataille où il pouvait être détruit à tout moment. Ayant eu la présence d'esprit d'en récupérer quelques-uns auprès de ceux qui avaient justement tenté de le ramener, il n'aurait pas de mal à le remplacer si malheur devait lui arriver. Ce qu'il ne disait pas, c'est qu'avoir eu à faire aux envoyés de Soul Society lui avait été au fond plus utile qu'autre chose puisqu'il avait détruit sans le vouloir son premier réceptacle suite à une maladresse. Les risques du métier, sa profession de chercheur d'or improvisé n'étant pas pour aider à fuir la dangerosité.

Et toi ? Que viens-tu faire ici ? J'aurais aimé pouvoir croire que c'était pour mes beaux yeux, mais tu as brisé mes espoirs dans l'oeuf et j'aurais du mal à croire que tu te sois perdu. À moins que tu aies juste eu une envie soudaine de venir voir des humains s'entretuer et de compter les points ?

Contrairement à Kamui qui ne s'en souciait aucunement, le Kuchiki eut le réflexe d'incliner la tête sur le côté pour en éviter une qui sans ça lui aurait vrillé l'oreille – enfin, aurait pu le faire s'il avait été de chair et d'os. Même s'il ne risquait absolument rien à les recevoir, il était trop habitué à donner le change pour se débarrasser de ce genre de réflexe conditionné. Tokiomi fit jouer sa main d'épée – sans toutefois toucher à cette dernière, ne voulant pas que son « ami » se sente menacé, même si là encore le mot n'était pas le plus adapté qu'il puisse trouver. Mais à force de se voir alourdir de ces armes impropres à quelqu'un de son extraction, il en aurait presque oublié comment manier l'épée et ne tenait pas à paraître ridicule devant l'un de ses anciens compagnons d'armes s'il était tenu de la dégainer. Ce qu'il fit d'ailleurs, non pas pour l'en menacer mais pour en diriger la pointe vers les âmes qui s'élevaient déjà par milliers.

En tout cas, si c'est ça qui t'intéresse, on ferait mieux de se mettre au boulot. Pour ce que j'ai pu en voir jusqu'ici, on a encore un peu de temps, ils ont tendance à emmener des nouvelles recrues pour pouvoir recommencer jusqu'à ce qu'ils le fassent comme il faut mais ils évitent de le faire pendant la bataille parce que les cris d'agonie les rendent nerveux. Mais il n'est pas dit que certains ne viennent pas en éclaireurs avant l'heure, alors ne tardons pas, veux-tu ?

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Call of Duty [PV Kamui]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Call of Duty [PV Kamui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Quel est votre Call Of Duty préféré?
» Pub call of duty 8
» Ps3 // xBox
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-