AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Onee-chan? [- Han Lili -]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 46
MessageSujet: Onee-chan? [- Han Lili -]   Mer 10 Juil - 21:20

    Vingt-quaaatre, vingt-ciiiinq, vingt-siiiix...

      - C'est interminable ! nous nous exclamions énervées.

    Depuis quelques temps, nous essayions de nous rappeler combien d'années cela faisait que nous arpentions la terre. Nous avions traversé tant de pays dont nous n'en connaissions même pas les noms pour la plupart ni même le nom des continents et tellement de morts, tellement d'âmes et d'esprits... Ceux-là par contre, nous ne pouvions pas les compter. Mais au final, il était impossible de compter depuis combien de temps nous étions dans ce monde. Nous ne dormions pas, jamais, et nous nous déplacions que pour passer le temps. N'ayant rien d'autre à faire que de marcher sans fin, nous finîmes pas perdre le fil des années. Le fait que nous ne nous déplacions que la nuit ou dans les endroits sombres, la plupart du temps sous terre, dans les égouts qui formaient un véritable réseau, ne nous avait évidemment pas aidées à tenir le compte.

    De ce fait, pour nous situer dans le temps, nous posions des questions aux âmes que nous croisions mais la plupart étaient tout aussi perdues que nous. Les seuls à peu près conscients étaient les Hollows mais ces imbéciles tentaient de nous attaquer systématiquement. Quand par chance nous trouvions des âmes suffisamment lucides, c'était notre Hollow qui s'en occupait, cette maudite Supaida. Nous n'étions jamais tranquilles car celle-ci était constamment sur le qui-vive, prête à bondir pour nous pourrir l'existence à la moindre occasion. C'est à cette pensée que nous fûmes prises d'une nouvelle migraine atroce, cela nous arrivait souvent lorsqu'elle cherchait à prendre le contrôle. Et ce fut le cas encore cette fois, nous hurlâmes de douleur et l'instant d'après je me voyais courir à travers les sous-terrains escarpés, déchirant tout sur mon passage en criant comme une furie.

      - Crevez, crevez, creveeeez !!!

    Lorsque nous reprîmes nos esprits, essoufflées, une nouvelle âme gisait à nos pieds. Il avait été littéralement déchiré, plein de griffures et sa peau était devenue verte. Quelques secondes après, elle se désintégrait afin de remplir une nouvelle infime partie du néant. Combien étaient morts cette fois encore? A cette pensée nous nous écroulions en sanglots sans même comprendre pourquoi. Puis, de nouveau une nouvelle vague de douleur. Elles étaient encore plus rapprochées que d'habitude ! Nos têtes dans nos mains, nous nous écroulions sous le joug des maux, lorsqu'elle apparut. En relevant la tête lors d'un spasme, je la vis. Une très belle jeune fille blonde en tenue d'écolière. Mon esprit s'apaisa alors immédiatement comme par magie, Supaida s'était calmée. Pourquoi? Nous ne le savions pas. Nous ne savions jamais rien.

      - Comme tu es beeeelle !

    Cette affirmation était sortie toute seule de nos bouches simultanément, comme à notre habitude. Qui était-elle?

      - Comment tu t'appelles? Nous, nous sommes Ubu Hime. On peut t'appeler grande soeur, dis?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1392-adelaide-hilsch-terminee

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Lun 15 Juil - 16:10

Une silhouette à la cime d’un immeuble trônait. Presque à la hauteur de la lune, cette dernière ne passait guère inaperçue, déchirant les ténèbres de ses vêtements immaculés. Cela ne portait qu’une minime importance, car jouer la carte de la discrétion n’était pas du tout dans sa palette. Son regard d’azur balayait avec minutie la zone urbaine dans laquelle elle se trouvait, à l’affût du moindre signe de vie en pareille heure. Étant malaisée dans le domaine de la détection, elle ne pouvait reposer sa chasse que sur sa vision, aussi affaiblie pouvait-elle être par l’absence d’éclairage. Si la chance lui souriait, il pouvait advenir qu’on la repère et qu’on vienne à elle, ce qui ne serait autre qu’une énorme erreur, chose dont elle ne se plaindra certainement pas. La chasseuse aimait chasser, mais préférait être chassée.

Elle pensait vivre une nuit tranquille, sans hostilités, jusqu’à ce que des bruits viennent gêner le silence nocturne. Sa tête se tourna en direction d’un quartier, non loin, où les sons familiers de combat résonnaient très faiblement en écho telle une mélodie aux tympans de la blondinette. Un sourire carnassier vint s’imprimer sur ses traits, tandis qu’elle se levait de son séant dans la ferme intention de porter compagnie à ces combattants. Dans le désir impérieux de parvenir à l’amélioration de ses aptitudes, elle n’avait autre choix que de profiter de chaque opportunité qui s’offrait à elle pour se pratiquer, afin que puisse enfin s’engrener les rouages de la vengeance. Des années qu’elle errait dans l’espoir enfin de mettre un terme à ses noirs desseins, que seule l’augmentation de puissance lui permettra d’accomplir. À celui qui se sortirait vivant de cette baston mourra très certainement par la férue volonté de Lili.

Par une suite de Sonido habilement exécutés, elle parvint à la source de la mélopée qui résonnait en vacarme dans la ville au même instant que cette dernière s’épuisait pour ne redevenir que néant dans le silence de nouveau maitre. Lili avait posé pied au sol, persuadée qu’à l’intersection de cette route se trouverait le gagnant, si tant est qu’il y en ait un. Un air curieux et méfiant sur son visage, la main fusionnée à la garde de son épée, elle jeta un œil au loin, dans une rue malfamée que seuls les déchets habitaient, pour retrouver parmi les immondices ce qui avait tout l’air d’un corps échoué sur le bitume. Par quelques pas prudents, la scène obombrée par les ténèbres fut d’une clarté meilleure. Aux pieds de l’Arrancar se trouvaient deux enfants identiques qui sanglotaient sans que la raison ne puisse être saisie.

Lili n’avait certainement pas l’âme d’une bonne baby-sitter. Aussi avait-elle décidé d’entamer un pas à reculons afin d’abandonner ces gamines à leur sort. Néanmoins, lorsque ces dernières la dardèrent de leurs regards, elle s’arrêta net. Semblait-il qu’elles pouvaient la voir, car de leurs voix qui ne faisaient qu’une, les paroles s’adressaient visiblement à elle. L’Arrancar arqua un sourcil, intriguée par cette caractéristique de parler en même temps. Cela ne devait pas être dû à leur ressemblance. Il y avait sans nul doute une explication plus solide que le simple fait qu’elles étaient jumelles. La demoiselle, immobile, les observa non sans un certain dégoût, tandis que de la cime des doigts elle caressait la monture d’épée, comme déchirée entre une approche pacifique ou violente… L’idée de les multiplier davantage à l’aide de sa lame ne lui déplaisait aucunement, mais ce fut les paroles qui vinrent avant une quelconque attaque.
Grande sœur ? Non. Je suis loin d’être votre grande sœur, parce que si tel avait été le cas, je ne vous menacerais pas de mon arme.
Le son feutré d’une lame qui quittait son nid se fit entendre, et la pointe effilée tournée dangereusement en direction des enfants brillait dès lors sous la nitescence de la lune. Il ne lui était pas familier de croiser des gens d’apparence juvénile lors de ses chasses, mais considérant le fait qu’elles pouvaient la voir, il pouvait autant s’agir d’une âme de quelques centaines d’années, ce qui, ne faisait plus grande différence des adversaires habituels qu’elle croisait. L’apparence importait peu dans le monde des morts. Le Zanpakuto de la jeune femme alla se ficher non loin de ses interlocutrices, sans que Lili n’abandonne pour autant la belliqueuse alternative, raison du pourquoi elle demeura main sur la garde. Elle observa rapidement les environs à la recherche des combattants qu’elle avait cru entendre peu de temps avant, et ses recherches étant vaines, dû en venir à la conclusion que les fillettes étaient sorties vivantes d’une attaque. Peu convaincue, elle préféra demander.
J’ai cru entendre des bruits venant d’ici. Des combats, si mon oreille était juste. Vous savez ce qu’il se serait passé, par hasard ? Parce que à brailler comme vous le faisiez avant que j’arrive, vous avez certainement dû voir quelque chose, est-ce que je me trompe ?
Sur une plus grande hésitation, Lili poursuivit, non sans camoufler une légère grimace.

Vous pouvez tout me dire. Ubu… et… Hime ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Messages : 46
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Mer 17 Juil - 14:45

    La jeune fille blonde nous regardait avec un air étrange tout en nous pointant avec son arme. Alors nous séchions nos larmes et la regardions avec un air triste. Pourquoi nous menaçait-elle? Nous ne lui avions rien fait. Nous sentions Supaida en nous qui nous poussait à fuir, nous ne pouvions pas communiquer avec elle mais nous sentions qu'elle nous disait que cette fille était dangereuse. Les seules fois où les messages étaient clairs étaient les moments où elle avait peur et où elle souhaitait prendre le contrôle. Ici, elle ne le pouvait pas, elle devait sans doute être épuisée aussi par ces combats et pour avoir retenté immédiatement de nous manipuler après. Mais nous nous disions que si elle avait peur, alors c'est que cette jeune fille en face devait être une amie, Supaida était notre ennemie après tout, si elle s'en méfiait alors c'est que ça devait être bon pour nous et mauvais pour elle. Ce qui nous poussait encore plus à discuter mais nous vîmes alors la jeune femme planter son arme juste devant nos pieds.

      - Pourquoi nous menaces-tu? Stp range ton arme tu nous fais peur !

    Nous n'étions pas stupides, notre instinct nous disait que c'était sans aucun doute une manoeuvre d'intimidation et ça fonctionnait. Malgré que la détection c'était pas notre point fort, nous pouvions ressentir qu'elle était beaucoup plus forte que nous et nous avions vraiment peur mais nous fûmes prises d'un spasme inattendu. D'un bond rapide nous nous étions levées et celle de nous qui portait l'arme dégaina, d'un geste vif la lame de notre Zanpakutô alla percuter l'arme de la jeune fille au niveau de la garde, à la limite de ses doigts. Un centimètre plus haut et elle en aurait perdue quelques uns. Aussitôt que nous comprenions ce que nous venions de faire nous reprîmes notre arme et la rangeais tout en reculant.

      - Nous... nous sommes désolées... c'est plus fort que nous lorsque nous sommes menacées...

    Tout en continuant à reculer doucement nous répondions à ses questions pour nous détendre et peut être qu'elle en oublierait ce que nous venions de faire...

      - Des bruits de combat? Oui, c'était nous... ou plutôt elle. Elle en a tuée encore beaucoup cette fois. Est-ce que c'est mal?


    Ubu et Hime? De qui parlait-elle? Nous étions Ubu Hime toutes les deux, pourquoi chercher à nous différencier par un nom? Je ne comprenais pas. Moi j'étais ma jumelle et elle elle était moi, nous avions pour habitude de parler simultanément mais nous pouvions très bien communiquer l'une avec l'autre ou répondre respectivement. Nous n'étions parfois qu'une mais parfois deux. Pour nous c'était clair. Enfin, ça c'était lorsque Supaida ne s'en mêlait pas. Lorsqu'elle était là, nous étions physiquement toujours deux mais une troisième entité était là, la tisseuse de toiles, l'araignée Hollow. Aussi, nous répondîmes chacun notre tour :

      - Nous sommes Ubu...
      - ... et Hime toutes les deux. Et toi...
      - ... qui es-tu?


    Nous espérions que sa curiosité lui permettrait d'épargner nos pauvres et tristes vies.

_________________

Final Fantasy VII: Jenova Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1392-adelaide-hilsch-terminee

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Lun 29 Juil - 18:55

Lorsque la lame des jumelles percuta la garde du Zanpakuto, Lili retint un sursaut, médusée par l’incohérence de ces deux personnages qui agissait de façon si brusque et inattendue. Leurs gestes offraient la curieuse impression qu’ils étaient indépendants à leur volonté. Pour preuve, les excuses qui suivirent immédiatement à la suite de cette audacieuse attaque, comme si on avait forcé la main de la gamine sans que celle-ci ait pu opposer une quelconque résistance. C’était pour le moins étrange, et si Lili n’était pas du tout chevronnée des bizarreries de ce monde, la curiosité avait effectivement été aiguillonnée lorsqu’elles firent mention d’un troisième personnage, sans pour autant divulguer son nom. Cette curiosité fut l’unique chose qui retint sa main, alors toujours en repos sur la garde de son arme. Elle voulait en savoir plus sur cette véreuse situation.
Elle?
N’était-ce là qu’un mensonge pour endormir sa méfiance? Car aux premières nouvelles, il n’y avait au cœur de cette scène aucun autre acteur hormis les trois présents. Un rapide balayage des alentours confirma à l’Arrancar qu’il n’y avait aucune autre présence visible, à moins que celle-ci ne soit tapie dans l’ombre. Et si tant est qu’il s’agisse d’un guet-apens, Lili n’aurait aucun mal à se débarrasser des gamines, car en apparence, elles n’étaient que de frêles créatures. À savoir maintenant si elles avaient un quelconque potentiel, seul l’avenir le lui dira… En vrai, elle n’était pas du tout inquiète de s’opposer à trois ennemis à la fois, si elle en était réellement obligée. Il était dommage, par ailleurs, que sa détection lui fasse défaut, car elle aurait pu tôt fait détecter la troisième personne dont elles faisaient mention. Elle allait devoir y aller franco.
Vous allez me dire c’est qui cette elle? Parce que si cela n’est qu’une plaisanterie ou un mensonge pour me prendre de revers…
En guise d’avertissement, elle extirpa la lame jusqu’alors fichée dans le bitume et exécuta d’habiles moulinets avec cette dernière, avant qu’elle ne vienne reposer le plat de l’arme sur sa propre épaule. Aux dires de ses interlocutrices, les menacer de la sorte éveillait cette étrange attitude, alors Lili était bien curieuse de voir une fois encore cette sorcellerie, qui faisait agir l’une des gamines contre son gré. Elle pourrait aussi en abattre une pour voir la réaction de l’autre, mais il fallait dire que leur apparence était pour quelque chose dans sa retenue. Ce n’était pas que Lili serait incapable d’abattre sa lame sur deux enfants, au contraire, car ce n’était là qu’une apparence, mais elle les trouvait honnêtement bien petites pour les prendre en adversaire, et les tuer ne lui amènerait probablement aucune satisfaction personnelle. Ce n’était que des insectes, elles n’avaient rien d’impressionnant en tant qu’adversaires.

Ainsi donc le mystérieux quidam était le seul responsable du massacre qu’elle avait pu ouïr, alors perchée au sommet d’une bâtisse. C’était facile de mettre la faute sur quelqu’un d’autre, d’autant plus que ce bouc émissaire n’était autre qu’un fantôme. Peut-être l’être n’était que le résultat d’une imagination débordante, commune aux enfants de leur âge. Mais… quel âge avaient-elles, au fait? Difficile à dire. On ne pouvait se fier sur l’apparence d’autrui pour déterminer les années d’existence qu’il trainait derrière lui. Les gamines avaient peut-être l’attitude propre aux filles normales de leur âge, mais chose sûre, elles étaient loin d’être banales. Lili hocha la tête de dépit lorsqu’elles leur posèrent cette futile question, et comme unique réponse, encouragea leur conduite :
Non. Tuer n’est jamais mal. Il me semble que nous partageons les mêmes goûts elle et moi… Si vous me laissiez la rencontrer, qu’en pensez-vous? Je suis sûre que l’on va bien s’entendre.
Un sourire carnassier flotta brièvement sur ses lèvres, alors que Lili pensait avoir trouvé la solution pour rencontrer cette mystérieuse personne. Dans l’optique où elle était effectivement responsable du combat – et qu'elle existait réellement, et qu’elle en était ressortie vainqueur, alors nul doute que la demoiselle avait dans l’espoir de croiser le fer avec celle-ci, seulement pour la forme. S’opposer à ces deux gamines ne lui offrirait rien de bon. Si, par contre, le quidam était d’une carrure plus imposante et beaucoup plus dangereuse — ce qui semblait ici être le cas, alors Lili aurait avantage à faire sa rencontre, voire même plus…
À ce moment seulement je vous donnerai mon nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Messages : 46
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Sam 3 Aoû - 22:23

    La jeune femme se montrait de nouveau agressive et menaçante envers nous. C'était encore la faute à cette fichue Supaida, si elle ne nous avait pas fait attaquer, nous n'en serions pas là. En y réfléchissant bien, cette fille avait la même odeur que l'araignée. Non, ce n'était pas que son odeur, son attitude également, dominatrice et méchante, elle nous terrifiait. Mais le pire c'était qu'elle demandait à la rencontrer, ça ne serait sûrement pas bon pour nous et de toutes façons, tout ce qui la concernait elle, n'irait forcément pas bien du tout. Une violente poussée de douleur nous sortit de nos pensées, comme si Supaida cherchait de nouveau à reprendre le contrôle, comme si elle répondait à l'invitation, elle n'avait plus peur, elle trépignait. Nous aurions du suivre son conseil et partir la première fois mais là c'était trop tard.

      - Aaarrrgh !

    Les vagues de douleurs se faisaient de plus en plus rapprochées, comme d'énormes migraines et nous sentions nos corps se rapprocher à ma sœur et moi. Nous hurlions de douleur ! Que se passait-il ? C'est la première fois que nous ressentions ça et nous avions très peur ! Mais nous luttions encore et encore, en temps normal elle aurait facilement repris le contrôle mais elle aussi était épuisée après avoir mené les précédents combats et tué autant de monde. Nous manipuler ainsi deux fois de suite en si peu de temps était trop fatiguant même pour elle. Ainsi, les douleurs commençaient à diminuer progressivement pour finir par totalement disparaître. Mais nous étions toujours en sueur et essoufflées.

    Maintenant il s'agissait de tout expliquer à la jeune fille. Je m'apprêtais à le faire mais ma sœur me tira la manche au niveau du coude, sans échanger de mot je compris de quoi il s'agissait. Lui dire que nous avions lutté pour ne pas qu'elles se rencontrent risquerait fortement de la contrarier davantage qu'elle ne l'était déjà. Non ! Il n'y avait pas le choix, il fallait lui mentir en priant pour qu'elle ne soupçonne rien. Que lui dire ? Ah, une idée nous vînmes.

      - Nous... sommes désolées, elle a peur de vous et elle ne semble plus avoir assez de force pour pouvoir se montrer. Que... que pouvons-nous... aïe...

    Cette traîtresse nous pris par surprise, elle semblait avoir récupéré ses forces pendant que nous cherchions une excuse à raconter à la fille. Ou peut-être était-ce son plan dès le départ à cette fourbe ? En tout cas, ça n'avait duré qu'une seconde et nous fûmes terassées toutes les deux. Une simple vague mais terriblement puissante nous fîmes perdre les pédales et sans que nous ayons eu le temps de réagir elle nous contrôlait. Sa malveillance n'avait d'égal que sa laideur et son masque recouvrait parfaitement notre visage. Une nouvelle fois nous nous retrouvions spectatrices. Malgré que nous étions comme en torpeur, nous pouvions parfaitement entendre sa voix rauque et immonde, à son image.

      - Enfin débarrassée de ces gêneuses, qui es-tu et que me veux-tu? Parle vite, je ne pourrai pas rester sous cette forme très longtemps.

_________________

Final Fantasy VII: Jenova Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1392-adelaide-hilsch-terminee

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Sam 24 Aoû - 6:47

C’est quoi ce bordel encore…
Une question qui n’attendait visiblement aucune réponse, plus murmurée à elle-même qu’à ses interlocutrices qui avaient pour l’heure mieux à faire que de lui parler. Difficile de savoir réellement ce qui se tramait ici, les deux jumelles ayant abruptement été en proie à une douleur issue d’une source totalement inconnue renvoyaient un mystère qui avait, à raison, réussi à capter davantage l’attention de Lili. L’hypothèse qu’elles puissent jouer la comédie continuait de flotter dans son esprit embrouillé, mais si le soupçon était confirmé, alors elles étaient de sacrées bonnes actrices, force était de l’admettre. Quel que soit l’origine de ces attaques qui prenaient uniquement pour cibles les gamines, la souffrance était visiblement insupportable au point qu’elles perdaient simultanément toute contenance, et au moment où Lili avait une fragile volonté à leur offrir son aide, plus rien.

La douleur disparue aussi vite qu’elle était arrivée. La Vasto Lorde était tout bonnement étonnée que le mal ait passé en dépit de l’oisiveté qu’elle avait fait preuve, mais autant dire que c’était pour le mieux. L’idée de porter secours à ces enfants ne lui était guère agréable. Autant l’idée de les abandonner dès les prémices de cette fortuite rencontre l’avait enchanté, autant elle commençait à éprouver non seulement une curiosité qui l’empêchait de prendre la poudre d’escampette tant et aussi longtemps qu’elle n’est pas assouvie, mais une légère pitié envers ces créatures de frêle apparence en proie à un mystère d’apparence dangereuse et contraignante. Si danger il y avait réellement, ce n’était certainement pas en ce duo. D’un geste plus lent et posé, elle remit son Zanpakuto dans la gaine pendue à sa ceinture, persuadée qu’elle n’en aurait plus besoin. Après tout, elle l’avait tout d’abord extirpée que dans l’idée de leur faire peur, mais elles craignaient davantage une autre entité que ses quelques moulinets.
Peur de moi? Et puis quoi encore?
Le mensonge aurait pu fonctionner si le destinataire du message n’était pas Lili. En ce cas, difficile de croire qu’on ait réellement peur d’elle. Elle inspirait chez les grands combattants de cette dimension qu’un zeste d’effroi, nul suffisant pour que ses ennemis veuillent éviter l’affront. Après tout, son apparence n’avait rien de spectaculaire non plus. Les vêtements qu’elle affichait étaient comparables à ceux d’une écolière, et l’apparence dans laquelle elle était prisonnière depuis la fin de son évolution ne pouvait être comparée qu’à celle d’une jouvencelle. Autant dire que malgré la beauté des traits qu’elle affichait, elle avait eu bien du mal à accepter ce physique. Elle avait tout l’avantage de faire ses preuves par la force brute, incapable d’inspirer la peur autrement que par une solide réputation qu’elle s’évertuait à bâtir depuis ces dernières années. C’était particulièrement la raison pour laquelle elle souhaitait rencontrer cette combattante…

Et visiblement, le refus des jumelles d’organiser une pareille réunion inspirait un mépris naissant chez Lili, qui voyait clairement le petit jeu de ces gamines. Ça ne faisait plus un pli que la tierce personne existait bel et bien. Maintenant, à savoir de qui exactement elle était, cette question ne trouverait réponse qu’une fois les gamines aient abandonné toute forme de pugnacité contre l’entité qui ne demandait qu’à s’émerger. Ce qu’elle n’appréciait moins, c’est qu’on lui raconte des balivernes, à un point si naïves qu’elles croyaient réellement que cette tactique trouve efficacité. Lili n’était pas non plus stupide, et être considérée comme telle avait comme conséquence de la rendre de mauvais poil, ce qui n’était jamais une bonne idée. Elle qui s’était engagée dans cette discussion sur un ton presque cordial, il ne manquerait plus qu’un geste en trop pour qu’elle s’enflamme pour de bon, à leurs risques et périls.

Mais ce qui survint eut raison de sa rage grandissante, la curiosité redevenant soudainement maitresse sur son visage pour les quelques secondes qui précédèrent un grand étonnement. Quelle idiote elle avait faite de chercher l’identité de cette tierce personne, alors que tous les indices qu’elle avait en sa possession pointaient en direction d’un Vizard, rien de moins! Ces créatures se faisaient certes très rares parmi la masse de Shinigami et d’Arrancars, mais leur existence n’était pas non plus à oublier. Ils étaient dangereux et instables, et autant dire qu’ils représentaient un réel problème lorsqu’ils parvenaient à prendre contrôle du Hollow qui les habitait. Lili ne connaissait que les grandes lignes de cette race, mais autant dire qu’en affronter un serait grandement bénéfique pour celle qui cherchait à forger sa réputation et un fond d’expérience. Un sourire scintillait dès lors sur son visage, tandis que de la cime des doigts elle caressait avec faim de violence la garde de son arme.
Tiens, tiens. Un Vizard, hein? Je me sens réellement chanceuse là. Je suis Han Lili, Arrancar indépendante et ce que je veux n’est rien d’autre que de croiser le fer avec toi. Ton masque comme trophée serait magnifique pour compléter ma collection.
Ses paroles ne pouvaient mieux refléter ses intentions, mais Lili était consciente que ce personnage sans nom n’était pas apte à combattre, probablement étiolé par les précédents combats qui l’avaient mené jusqu’ici. Une déception qui paraissait légèrement sur son visage à travers l’arrogance dont il était empreint, mais dont elle passerait par-dessus sans difficulté. Il y avait tellement d’ennemis qui peuplaient Karakura qu’elle ne manquerait pas d’en croiser un autre un de ces quatre, si ce n’est de recroiser ces jumelles une fois encore – à ce moment, fatigue ou non elle n’hésiterait pas. Même si la discussion l’enchantait beaucoup moins que le duel, elle dut se résoudre à ce qui lui était offert. Accroupis pour arriver à sa hauteur, ses yeux d’azur s’adonnèrent à un examen inquisiteur à l’égard de ce curieux masque. En dépit de sa hideur familière des Hollow, Lili pouvait voir de son œil seulement toute la puissance que renfermait cette entité. Les jumelles avaient une sacrée chance d’en être les titulaires… Somme toute, elles ne le savaient probablement pas.
Mais semble-t-il que mon vœu ne sera pas exaucé ce soir… Sinon, t’as un nom propre à toi? Ou tu t’appelles toi aussi Ubu Hime? Ça ferait pas trop original quand même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Messages : 46
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   Dim 1 Sep - 20:48

Spoiler:
 

    Stupide gamine imprudente, elle ne savait pas à qui elle avait à faire. Si je n'étais pas coincé dans le corps de ces fillettes ridicules, je lui montrerais ce que c'est qu'est ma forme véritable et pas uniquement ce masque. A ce moment-là seulement nous pourrions avoir un vrai combat. Mais là je ne fais pas le poids, je me sens tellement affaiblie qu'elle me balayerait facilement et elle le sait aussi bien que moi. Si elle souhaitait un combat équilibré il lui faudrait être patiente, ou m'aider à me débarrasser d'elles comme elle venait de le faire à l'instant. Lorsqu'elles sont effrayées, il m'est plus facile de percer la carapace. Leur obstination à ne pas me laisser les contrôler est une barrière très épaisse mais qui diminue drastiquement lorsqu'elle est triste ou qu'elle a peur. Dans ces cas là c'est l'instinct de survie qui prend le dessus et l'appel de la puissance et dans ces cas là elles sont davantage tentées de faire appel à mon pouvoir pour les sauver. Mais le prix a payer est que petit à petit la carapace s'affaiblit petit à petit et j'ai de plus en plus de facilité à m'infiltrer.

      - Mon masque comme trophée dis-tu? A l'heure actuelle il ne ferait pas un très beau trophée, aller prendre celui d'un Hollow serait tout aussi facile... du moins, tant que je serai coincée ici dans le corps fragile de ces deux gamines.

    Combien de temps encore allais-je devoir supporter leur jérémiades, tout le temps à chialer pour un oui ou pour un non. Mais la colère était mon énergie et c'est elle qui me permettrait de prendre le dessus un jour ou l'autre. Ce jour me semblait de plus en plus proche.

      - Elles m'appellent Supaida mais tu peux m'appeler comme tu l'entends, cela m'importe peu. Les noms sont juste bons pour être donnés aux animaux. Sur ce, je les sens revenir, mes forces diminuent, nous nous retrouverons j'en suis persuadé, que cela soit dans cette forme ou... l'autre.

    Notre masque avait de nouveau disparu et nous étions redevenues maîtresses de nous-mêmes. Qu'avaient-elles bien pu se dire? Cela ne présageait rien de bon pour nous. L'autre était devenue toute calme à l'intérieur et semblait dormir sur ses deux oreilles ce qui me laissait penser qu'elle avait un plan, plus que jamais il me faudrait redoubler de prudence. Pour l'heure, cette entrevue n'avait que trop durée, la fatigue se faisait ressentir et le jour allait se lever, il était temps pour nous de rentrer. Sans même un regard vers la jeune fille, nous tournâmes les talons et partîmes. Après quelques pas, nous lançâmes par dessus nos épaules :

      - Nous devons partir, toutes nos excuses.

    Des larmes de fatigue et de tristesse coula le long de nos joues et nous disparaissions totalement dans le noir de la ruelle. Bien sur, elle n'aurait aucun mal à nous rattraper si elle le voulait mais à quoi bon? elle avait eu ce qu'elle voulait.

_________________

Final Fantasy VII: Jenova Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1392-adelaide-hilsch-terminee
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Onee-chan? [- Han Lili -]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Onee-chan? [- Han Lili -]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une arrivée étoilée, desu desu ( PV Onee-sama )
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» La philosophie du coquillage (Shiina-chan + you ! (libreuh))
» ♣ The Presentation of Karin-chan ♣
» Hebi-chan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-