AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Enfer et révélations {Tenzouzouille}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Dim 15 Sep - 1:55

    - Ne sois pas dur envers toi-même, Tojo. Ces gens l’avaient cherché, kikiki…

    Cette voix sinistre n’arrêtait de retentir dans mon esprit encore embrumé par mes dernières actions. Elle se voulait chaude, rassurante, mais elle avait un petit côté railleur qui gâchait son effet et qui n’améliorait pas du tout mes états d’âme. Ma respiration était chaude, vive, saccadée. Mes muscles étaient gonflés, tendus. Mon corps était couvert de sudation, mais aussi de sang. Bref, j’étais dans un état lamentable. Alors que je plantai mon trancheur d’âmes dans le sol, je me recroquevillai sur moi-même et portai mes mains à mon visage pour ne plus avoir à observer l’environnement désolant qui m’entourant. Oui… Autour de moi, le sol était tout simplement jonché de cadavres en tout genre. Hommes, femmes, enfants… Et le responsable n’était autre que moi-même.

    - Quand même, je dois avouer qu’exterminer la moitié d’un district sans moi… C’est pas cool, Tojo !

    - La ferme… La ferme…

    - Sinon quoi, Tojo ? Tu te battras contre moi ? Et puis après ?


    Je me retrouvai soudainement au beau milieu d’un tableau désertique. A perte de vue, c’était des hautes dunes de sables. Le ciel au-dessus de moi était blanc, sans nuages, et le vent était vraiment sec. Alors que je fronçai mes sourcils, un grognement suggestif se fit entendre près de moi. Pas de doutes possibles. Nous étions dans son monde. Dans le monde de mon zanpakutoh. C’est alors qu’un chien fait de sables fit son apparition devant moi. Son air perpétuellement menaçant laissait place à un sourire de satisfaction qui contrastait avec son regard dur et perçant. L’esprit de mon zanpakutoh était là, tout près de moi. Le chien se mit à roder autour de moi, avant de venir me donner un coup de lèche sur la joue gauche, alors que j’étais toujours recroquevillé dans mon coin…

    - Voir mon maitre faire cette tête me fait de la peine. Tu tuais sans états d’âmes par le passé, je te signale. Mais il aura fallu que tu tombes amoureux de cette femme et que tu changes radicalement de comportement, juste pour conquérir son cœur. La belle ironie, vu comment les femmes te courraient après. Maintenant que tu l’as pour toi, tu oscilles bêtement entre ton comportement passé et tes habitudes actuelles. Autant dire que tu as l’air totalement pitoyable. Qu’est-ce qu’il y a de mal à succomber à ses pulsions, hein ? De toute façon, cet endroit n’est qu’un ramassis de bons à rien, non ? C’est ce que tu disais à l’époque, Tojo. D’ailleurs, n’est-ce pas une aubaine pour toi d’avoir cette large zone en charge ? Tu pourras exterminer tous les nuisibles. Comme ces salauds qui t’ont insulté tout à l’heure…


    Oui… Ces gens que j’avais tué m’avaient acculé et tout simplement vilipendé. L’un d’eux avait commencé par me balancer des pierres sur la tronche et par me traiter de tous les noms. Il fut rapidement suivi par une horde d’hommes armés tous aussi déchainés les uns que les autres. Les femmes qui les suivaient de près dénonçaient la ségrégation dont ils étaient tous victimes, ici au Rukongai, un peu comme si toute cette situation qui perdurait depuis des millénaires était de ma faute… Bien sûr, j’avais essayé de contenir toute cette foule, sauf que ce fut un échec cuisant. A croire que les shinigamis n’étaient pas les bienvenues dans le coin. Ils m’avaient attaqué. Physiquement, mais aussi mentalement. Je ne fis qu’esquiver leurs attaques et essayer de les calmer par les mots, mais rien à faire.

    Jusqu’à ce que l’un d’eux, un vieillard qui m’avait facilement reconnu, mit au tapis tout mon sombre passé en quelques instants seulement, et m’accusa même d’avoir tué ses enfants.

    Malheureusement pour eux, ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Il eut une sorte de rupture dans mon esprit. Comme si on avait dépassé ma bonté que je m’étais efforcé de cultiver, pour se retrouver en train de patauger dans mes vices les plus profondes. Mon visage se déforma en une expression tellement effrayante, qu’elle imposa le silence à la foule qui m’entourait, prête à me lyncher. Oui… J’avais accusé le coup, et pas qu’un peu. Je pense bien que c’est à ce moment très précis qu’ils venaient de réaliser leur gaffe et la merde dans laquelle ils s’étaient fourrés. Et c’était bien trop tard pour faire machine arrière. Si les femmes avaient alors commencé à s’enfuir, pressentant le danger qui les guettait, les hommes eux m’attaquèrent ouvertement. Mais le résultat fut sans appel : Je les avais tous décimé.

    - Tu m’emmerdes, vraiment…

    - Kikikiki…


    Le monde de mon zanpah s’évanouit après son rire lugubre. J’étais revenu à moi-même. Mais alors que je retirai mes mains de mon visage pour constater une nouvelle fois l’hécatombe autour de moi, une silhouette lointaine commençait à se dessiner à l’horizon. La voir était un peu difficile, vu que le clair de lune était momentanément caché par de gros nuages à cet instant précis. Même sans savoir qui j’étais, mon cœur commençait à battre la chamade. Que fallait-il faire maintenant ? Fuir cette personne qui arrivait ? Ou bien me jeter sur elle pour la tuer ? J’étais confus… Paniqué. Pour ne pas dire presque tétanisé. J’étais tellement pitoyable que j’avais le corps couvert de spasmes, et les larmes aux yeux. Rien à voir avec l’image du capitaine sur et viril que j’affichais tout le temps.

    Au final, j’avais fini par enfouir ma tête dans mes bras, sans plus bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Mer 18 Sep - 22:20

État d'alerte. En plein cœur de la nuit, le Capitaine de la Neuvième Division avait été réveillé. Bien sûr, il aurait pu protester devant l'importance du sommeil d'un homme ayant sa charge de responsabilité. Mais justement... C'est bien précisément de ces responsabilités dont il était question ici. Le message n'était pas parvenu par n'importe qui. Pas juste un papillon de l'Enfer venant soumettre une information quelconque. Pas un simple membre de Division venant apporter un dossier au Yakushiji... Celui-ci portait la tenue particulière des messagers officiels de la Chambre des Quarante-Six. Et bien sûr, l'on ne pouvait pas se permettre face à eux de prétendre vouloir terminer sa nuit de sommeil tranquillement.

Tenzen se racla alors la gorge, but une gorgée d'eau versée d'un pichet non loin de son oreiller non sans au préalable avoir pris la peine de s'installer en tailleur sur son lit après avoir repoussé ses couvertures. Cela fait, il tendit les mains pour recevoir le message, sans prononcer le moindre mot. Cela n'était pas nécessaire, il avait assez d'expérience que pour le savoir. Tout ce qui importait était qu'il prenne connaissance de sa mission qui devait clairement être pressante pour être ainsi tiré de ses songes, et bien entendu qu'il l'accepte. Le Shirohasu brisa le sceau et déroula le papier, clignant des yeux avec intensité afin d'en chasser les derniers affres du sommeil et ainsi de s'éclaircir la vue.

Un instant, il resta figé. Rien qui puisse se lire sur son visage ou dans ses gestes, mais par contre ses réflexions venait d'imploser dans un torrent qui semblait inarrêtable. D'où venait l'information, il l'ignorait. Une équipe en surveillance sur place ? Des données apparues sur les écrans des sections de la Douzième ? Peu importait, au final. Cela avait dû en tout cas créer un beau tollé parmi les juges et personnalités. De quoi lui faire comprendre à présent pourquoi autant d'empressement. De nombreuses âmes errantes détruites à jamais par un Capitaine... qui plus est chargé de la surveillance de ces régions... En effet, voilà qui relevait de la plus haute importance. Et mieux valait certainement qu'il s'en occupe lui-même. D'autres pourraient se plaire à appliquer une punition expéditive et musclée.
    Rosai ! Que mes dix premiers sièges se réveillent et se pressent. Je les veux prêts à partir pour le Rukongaï dans quinze minutes au plus tard. Le plus vite sera le mieux, qu'ils le sachent tous !
Le vieil homme qui avait annoncé le messager s'inclina sans mot dire, se redressa de sa position de seiza et s'éloigna au petit trot exécuter les ordres de son maître. Il ne s'encombra bien sûr pas de lui rappeler que certains n'étaient pas disponibles – Kamui ayant été mis aux arrêts suite à ses actions au bal, tandis que Yoshihirô était toujours en mission sur terre en quête d'information. L'intendant savait bien sûr que le Lotus Blanc n'aurait pas oublié cela, et qu'il n'était pas nécessaire donc de le lui préciser. Le messager quant à lui s'étant à présent assurer que sa part du travail était réalisée s'en alla aussi vite qu'il était venu.

* * *

Tenzen avait pris de l'avance sur ses sept subordonnés. Tous avaient été prêts bien avant que le temps imparti ait été écoulé. Leur Capitaine était intransigeant, ils le savaient tous, et avaient été formés dans cette optique. Répondre aux ordres au doigt et à l’œil. Voilà tout ce qu'on leur demandait. La Justice n'était pas seulement aveugle, mais se devait également d'être ponctuelle ! Les consignes étaient simples : retrouver le Capitaine Himesaki Tôjô et le mettre aux arrêts. Si affrontement il devait y avoir, seul Tenzen participerait au combat, le rôle de ses hommes n'étant que de s'assurer que personne n'intervienne, jusqu'à nouvel ordre du moins. Bien sûr, le Yakushiji n'espérait pas en arriver là. Mais la situation paraissait par trop saugrenue déjà.

Tôjô, perpétrer un massacre ? Cet homme était réputé pour sa gentillesse et sa joie de vivre, et faisait aisément l'unanimité parmi les siens. Quelqu'un d'agréable et de pondéré. Cela sentait mauvais en vérité. De quoi rappeler à Tenzen les cas de Kaito et de Haruki, deux anciens Capitaines qui avaient été réduits au statut de marionnettes par les Maho Tsukaïs. Revivre cela avec l'Himesaki ne lui faisait aucune envie. Il devrait le blesser, et peut-être même l'abattre alors. Dans le pire des cas, bien sûr. L'arrestation restait la priorité, quoi qu'il en coûte.

Arrivant le premier sur les lieux, il put balayer la scène de son regard. Désolation... Ses hommes arriveraient ensuite et encercleraient la zone. Mais Tenzen ne comptait pas les attendre. S'arrêtant sur le toit d'une bâtisse en bien mauvais état, ses mains jointes au niveau de son abdomen et camouflées sous les manches de son Shihakusho, il allait procéder à la première étape, primordiale et nécessaire : l'ordre et le verbe.
    Capitaine de la Septième Division, Himesaki Tôjô. Moi, Yakushiji Tenzen, Capitaine de la Neuvième Division ait été mandaté par la noble Chambre des Quarante-Six afin de vous mettre aux arrêts. Coopérez et il vous sera promis un jugement équitable. Dans le cas contraire, je ne peux rien vous promettre...
Tout n'était pas perdu, en effet. Peut-être avait-il une bonne explication à fournir ? Ce ne serait pas à Tenzen de l'entendre et d'en juger en tout cas. Son rôle était d'enquêter et d'arrêter. Concernant l'investigation, il n'y avait pas grand chose à faire à ce niveau là, la simple observation de la scène offrant déjà bien assez d'indices. Le reste serait entre les mains des instances supérieures dès lors que le Shirohasu aurait ramené son confrère au Seireitei et mis aux écrous. Malgré tout, il n'avait rarement aussi peu apprécié son travail. Le Yakushiji avait apprécié ce Capitaine, chose qu'il ne retournait qu'à peu de porteurs de Haori, pour ne pas dire à peu d'êtres vivants tout simplement. Son ton tranchait nettement du moins avec l'attitude habituelle qu'il avait envers lui. S'il gardait toujours l'habitude d'être froid, il était par contre ici impérieux, tel la justice qu'il représentait ici. Et cela ne méritait aucune forme de sympathie...

En attendant d'observer les réactions de son confrère, il était déjà prêt à agir. En ses mains cachées, il concentrait déjà de son énergie. Dans sa tête défilaient les incantations qu'il connaissait par cœur. De nombreux sorts pourraient lui servir s'il ne se rendait pas tout simplement. Prêt à agir donc, quelque soit la manière dont Tôjô allait réagir. Et pendant ce temps, ses sièges arrivaient. À distance plus que raisonnable, comme les consignes données l'exigeaient. Si Tôjô n'y faisait pas particulièrement attention, il ne prendrait même pas conscience de leur présence. Et ce afin de ne pas lui mettre encore plus de pression qu'il n'y en avait déjà.

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Jeu 26 Sep - 21:24

    - Yakushiji…

    Cette voix… Aucun doute possible. C’était bel et bien mon senpai. Je retirai mes mains de mon visage et je me mis à genoux, avant de commencer à le chercher du regard. Il ne me fallut pas plus de vingt secondes pour que je le retrouve enfin. Et là, mes yeux s’écarquillèrent de surprise. Dire que j’avais cru à la venue d’un simple passant ou d’un simple shinigami que j’aurai pu fuir ou même tuer… Quelle malchance ! Autant dire que je me sentais sale. Vraiment sale. C’était comme s’il m’avait trouvé en train de faire l’amour à une quelconque femme. C’était clair et net dorénavant : Inévitablement, ce n’était plus une poignée de personnes qui sauraient pour mon secret, mais le seireitei dans son entièreté. La réputation que je m’étais construire avec labeur allait s’effondrer comme un simple château de cartes. Le respect qu’on me vouait allait également disparaitre… Il était plus qu’évident que j’allais finir comme un barbare sanguinaire aux yeux de tous. Aux yeux de mes hommes. Aux yeux de ma femme qui le savait déjà, mais qui n’en serait que plus meurtrie. Pourquoi ? Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui qui vienne ici ?! Pourquoi ?! Et pourquoi est-ce que ces bons à rien du conseil des 46 voulaient-ils m’arrêter ? A cause de simples âmes du Rukongai ? Depuis quand les défendaient-ils ? Depuis quand le seireitei se souciait-il des âmes de ces districts reculés ?? Foutaises ! Il devait y avoir autre chose en dessous. Peut-être était-cette fausse accusation de viol ? Probable…

    - M’arrêter ? POURQUOI ?! JE N’AI FAIT QUE DEFENDRE MON HONNEUR, CELUI DU GOTEI ET RIEN AUTRE CHOSE ! POURQUOI DEVRAIT-ON METT…

    *Menteur…*

    Alors que je voulais me défendre face à l’nsondable capitaine de la neuvième division, la voix détestable de mon trancheur d’âmes résonna encore une fois dans ma tête. En quoi étais-je un menteur ? C’était la vérité ! La pure vérité ! Dernièrement, ceux que j’avais pris plaisir à tuer n’étaient autres que des voyous qui risquaient de nuire au seireitei d’une quelconque manière. Une sorte de sublimation totalement justifiée. Cependant, je n’avais pas eu une once de plaisir à exterminer ces gens, aujourd'hui. Tout était de leur faute de toute façon. Ils n’avaient qu’à ne pas me pousser à bout. Ils n’avaient qu’à ne pas me calomnier, ni à me menacer de mort ! Ils n’avaient qu’à ne pas se plaindre des conditions dans lesquels ils vivaient ; conditions que j’allais m’évertuer à essayer d’améliorer dans différents endroits de par mon salaire et mon statut de capitaine. Alors que je repensais à tout ceci, j’effectuai des gestes et mimiques désolants pour un homme de ma trempe. Le Yakushiji devait avoir une image pitoyable d'un Tojo qui gesticulait dans tous les sens et qui était même, presqu’à la limite de s’arracher les cheveux. « Qui est-ce tu essayes de convaincre ? Ton senpai ou moi ? Kukuku… » Encore une fois, sa voix retentit dans mon esprit, avant que je ne me tétanise par dépit. Il avait finalement raison. Qu’est-ce que je foutais là, actuellement ? A quoi servait-il que je me torture l’esprit pour essayer de m’expliquer face à un homme qui n'en avait rien à faire ? De toute façon, il ne le comprendrait pas. Ou plutôt « ils ».


    - Halala... Faut croire que j'ai pas le choix...


    Là, ma phrase ressemblait plus à un murmure qu’à autre chose, mais ce n’était pas le plus important. Le plus important était ce réiatsu que je commençais à déployer avec force et sans retenue. Il irradia très rapidement les environs. Paralysant, lourd, sec. Il avait tout d’oppressant et semblait annonciateur de mauvaise augure. Les hommes que le Yakushiji avait emmenés avec lui eurent du mal à ne pas courber l’échine sous cette débauche d’énergie malfaisante. L’expression de mon visage n’était plus la même, d’ailleurs. Habituellement chaleureux, mon faciès n’était plus qu’une vulgaire grimace. Une face déformée par la colère. Celle d’un homme qui n’aspirait plus qu’à tout détruire sur son chemin. Le rukongai était méprisable. Le seireitei était détestable. Tous semblaient se léguer contre moi et cette situation était inacceptable. Aussi, avais-je rapidement dirigé ma main vers mon arme plantée dans le sol que je récupérai, avant de souffler avec un air sadique : « Bankai ! » La suite ne se fit pas attendre. Dans un vacarme assourdissant, une gigantesque forme se matérialisa derrière moi. Le souffle de l’invocation balaya sans mal les taudis et les corps sans vie qui nous entouraient. Le monstre prit la forme d’un chien sableux et émit un cri perçant capable de bousiller n’importe quel tympan. « Umeru awatsubu Gōrudensanzu tentai ! » Lorsque le calme revint sur les lieux, j’eus un lourd soupir. C’était d’un chiant, vraiment. Je n’allais tirer aucun plaisir à me battre contre ce type.



    - Avale-le !

    A peine lui avais-je donné mon premier ordre que mon bankai s’élança droit devant lui, en bousillant tout sur son passage ; et non sans ouvrir grand la gueule en direction de mon adversaire, dans l’espoir de l’avaler tout bonnement.

    - Fais-moi plaisir Yakushiji. Laisse-toi faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Mar 1 Oct - 15:01

Malheureusement, les fugitifs ne se laissaient jamais arrêter de bon cœur... Du haut de sa longue expérience en tant que représentant de la Justice au sein du Gotei 13, Tenzen en a parfaitement conscience depuis longtemps. Se faire mettre aux écrous provoque bien souvent des réactions inadéquates... Au final, ne fallait-il pas mieux se rendre et se soumettre au tribunal de la Chambre des Quarante-Six au lieu de résister en s'ajoutant ainsi un chef d'accusation supplémentaire ? C'était manquer à ses devoirs de Shinigami que de s'insurger ainsi contre la justice. Et sans doute trop optimiste de pouvoir s'en sortir face à quelqu'un comme le Shirohasu...

Tôjô s'était mis à hurler, refusant de reconnaître ses torts. S'il était si certain de son innocence et de son bon droit, pourquoi donc ne pas se rendre ? Cette question de première importance revenait encore et encore en son esprit. Pourquoi ? Il ne faisait qu'aggraver son cas... Mais il était encore possible qu'il reprenne ses esprits. Qu'il se calme et accepte de les suivre docilement. Tristement, le Yakushiji constata que c'était très loin d'être le cas. L'Himesaki semblait particulièrement perturbé, son esprit sur le point de rompre. Pour autant, le Capitaine de la Neuvième Division ne pouvait pas se permettre de laisser couler. De considérer cela comme une circonstance atténuante. Ce n'était pas à lui d'en juger, son seul devoir était de l'arrêter et de l'emmener en attente de son jugement.

Vint alors un événement particulièrement grave et dont l'actuel Capitaine de la Septième Division aurait de quoi se mordre les doigts lorsque la raison lui reviendrait. Comme annonciateur de son insurrection vint tout d'abord l'explosion de son Reiatsu, à laquelle Tenzen répondit immédiatement par le sien. Pression spirituelle pour pression spirituelle, il indiquait ainsi clairement à Tôjô qu'il n'avait pas à le craindre sur ce plan. Ensuite, il y eut pire encore, par la libération du colosse de sable. Au lieu de se soumettre à son accusation, il avait préféré mettre toutes ses forces dans une bataille qu'il déclarait lui-même. Il serait bien difficile de faire oublier ce point aux magistrats de la Chambre lorsque l'heure du procès arriverait...

Tenzen poussa un long soupir devant tant de stupidité, et ce sans nullement se préoccuper de ce monstre qui se jetait sur lui pour le gober. Avec rapidité et précision, sa lame fut sortie du fourreau et frappa le chien au visage. L'acier glissa durement contre la robustesse du colosse, provoquant quelques douleurs dans le bras du Lotus Blanc non sans pourtant repousser le monstre. Ce dernier ne le préoccupait d'ailleurs pas, seul l'Himesaki l'intéressait aussi ne perdit-il pas plus de temps avec lui, rangea son arme d'un mouvement habile et rapide avant de se déplacer avec une grande vélocité dans le dos de Tôjô.
    Vous faites honte à votre Haori. La Septième Division se doit de représenter la chevalerie et non la brutale barbarie dont vous faites étalage ici !
Son index était déjà tendu vers sa cible, relâchant alors six rubans qui avaient pour but de venir se rejoindre au niveau de la taille de son adversaire, l'immobilisant complètement si le sort portait.
    Je vous laisse une dernière chance. Rendez-vous, et mon rapport sera clément. Sinon... vous devrez vivre avec l'idée que vous avez complètement déshonoré vos valeurs. Que penserait votre prédécesseur s'il pouvait vous voir ainsi vous comporter, alors que lui-même n'a pas hésité une seconde à se sacrifier pour le bien de la Soul Society ?
    Ne me forcez pas à vous le faire payer, sans quoi il n'y aurait pour vous plus aucun espoir de rédemption...
Ces paroles pouvaient paraître n'être que mépris et menace, mais ce qu'il fallait y voir était équivalent d'une main tendue. Il lui offrait la possibilité de revenir en arrière. De ne pas se mettre à dos les rares qui pourraient encore le soutenir. De se donner une chance de se racheter, plutôt que de signer sa fin... Pourrait-il saisir cette opportunité ? Il valait mieux l'espérer, car ce serait la seule faiblesse du Yakushiji. Après quoi il n'hésiterait pas à user de toutes ses ressources pour le terrasser et le remettre aux autorités, où son rapport ne plaiderait alors clairement pas en la faveur de l'Himesaki...


_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Dim 6 Oct - 13:11

    - C’est bien la première fois que vous me paraissez drôle, senpai, héhéhé.

    Je me mis à sourire, puis un rire complètement sourd s’échappa de ma gorge, malgré ma position actuelle. J’avais été tellement sûr que mon bankai allait en finir avec lui d’un seul coup, que j’avais relâché ma garde ce qui lui avait permis de m’avoir avec son bakudo. La situation était amusante pour ma part, vraiment. On aurait presque dit un saint à l’entendre débiter ses conneries. Qu’espérait-il alors que je venais d’être trahi par le seireitei, déjà que je n’étais pas très aimé des bas-fonds du rukongai ? Que voulait-il d’un homme comme moi sans aucun repère ? Rédemption ? Mon cul ouais ! Avec toutes les suspicions et les accusations qui pesaient sur moi depuis un certain temps, nul doute que j’allais prendre cher. Je me voyais déjà scellé puis emprisonné quelque part où l’on ferait vite de m’oublier. Pur style du conseil des 46, c’était clair et net à mes yeux. Le capitaine-commandant aurait certainement été plus indulgent s’il avait été seul juge. J’eus une once de regret à son égard, mais il était à présent trop tard pour faire marche arrière. Le tout était maintenant de me débarrasser de ce vieux constipé qui voulait m’arrêter et de m’exiler sur terre. Comme beaucoup de nos gradés qui avaient repris leur fonction ici même depuis maintenant quelques années.

    - Vous me parlez de chevalerie alors que vous semblez vous-même avoir oublié ce qui vous a poussé à vous exiler de nos terres. Aviez-vous sincèrement pensé à la justice à cette époque ? Moi j’en doute fort.

    Tuer le capitaine-commandant pour le bien du plus grand nombre ? Encore des conneries. Et ça, ça avait plutôt l’art de m’irriter, cette fois-ci. Ce pourquoi j’intensifiai une nouvelle fois mon réiatsu, avant de me concentrer physiquement parlant. Puis, d’un coup sec, je brisai le sort qui m’entravait grâce à mon hakuda de haut niveau, ce qui me permit de retrouver ma mobilité d’antan, avant d’effectuer un léger shunpo pour m’éloigner de ce vieillard et son ultimatum de merde. S’il pensait pouvoir me vaincre aussi facilement, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Et j’allais le lui faire rapidement comprendre. « Gōrudensanzu ! » Mon monstre fit sa réapparition derrière-moi et planta ses deux pattes dans le sable. En l’espace de quelques secondes seulement, il prit une teinte dorée. Le Yakushiji allait constater sa nouvelle force et sa nouvelle rapidité. Ce mode n’allait pas bruler mes toutes mes réserves de réiatsu pour quedal. « Vous aurez beau m’immobiliser, mais cela ne changera rien au fait que mon bankai pourra vous poursuivre encore et encore. Un conseil, allez-y à fond pour éviter les mauvaises surprises. » Cette fois-là, il pouvait enfin voir mon vrai visage. Celui d’un beau connard avec un sourire aussi mauvais que ceux des pires arrancars.

    - Enterre le vivant !


    Sans plus attendre, le monstre généra rapidement une immense vague sableuse. Lurde et destructrice comme il faut, avec l'idée farouche d'ensevelissement. Elle faisait facile dans les dix mètres et menaçait de tout emporter sur son passage. Le Yakushiji n’aurait pas d’autre choix que de reculer pour avoir la vie sauve et encore fallait-il pour lui qu’il s’éloigne vraiment loin. Lorsque la vague amorça sa descente, elle balaya tout sur son passage, tel un gigantesque torrent intraitable, emportant dans son sillage, moult arbres et plusieurs taudis. Rien n’était épargné par ce véritable déluge. Presque qu'une avalanche on dira ! Ne sachant pas vraiment si l’attaque avait porté ses fruits, je claquai des doigts, avant que mon monstre ne me prenne dans l’une de ses pattes pour me poser au sommet de son crâne. De là-haut, j’eus une vue plus conséquente des dégâts que j’avais occasionné en une attaque. Là, autant dire que cette partie du district dans lequel nous étions avait pris gros. De quoi faire rager encore plus le conseil des 46. J’aurai pu profiter de ce laps de temps pour m’enfuir, mais je préférai rester sur place pour m’amuser encore un peu. Peut-être même que j’aurai « l’honneur » de voir à quoi ressemble son bankai. S’il était encore en vie, nul doute qu’il allait l’activer.

    Après tout, j’avais mis sa patience à rude épreuve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Mar 8 Oct - 4:36

Il fallait se rendre à l'évidence. L'Himesaki n'était plus à même de pouvoir être ramené dans le droit chemin. Sa conscience de Shinigami s'était dissipée jusqu'à n'être plus qu'un bouillon d'amertume. Impossible de raisonner quelqu'un qui avait dévié de la sorte. Forcément, après avoir dévasté un district de la sorte, avoir abattu autant d'âmes... Plus aucun sens des valeurs ne pouvait subsister en ce corps. Cela faisait ressortir une certaine forme de stupide brutalité, lui ramenant en mémoire qu'après tout Tôjô avait été formé à la Onzième Division. Sans doute avait-il placé trop d'estime en cet homme de manière vaine. En tout cas à présent, il n'était plus qu'un fou, assez lâches que pour terrasser autant d'âmes sans défense. Aucune bonne raison à cela finalement. Il n'était plus un Dieu de la Mort, n'avait plus sa place au Gotei 13, sinon au fond d'une prison. Et le Yakushiji allait clairement faire tout ce qui était en son pouvoir pour l'y mettre. Bien sûr, il espérait une possibilité de rédemption toujours. Perdre un Capitaine n'est jamais une bonne chose, surtout considérant les circonstances. Mais il se devait néanmoins de faire son devoir. De l'arrêter et de le soumettre aux autorités.

Il chutait de loin dans son estime cependant. Le fait de lui retourner son propre cas au visage cependant. C'était certain, l'Himesaki n'avait pas la finesse d'esprit pour comprendre les objectifs qu'étaient ceux de Tenzen à l'époque. S'il avait été capable d'y réfléchir, il aurait su que non seulement les chances de réussite étaient infiniment faibles, mais qu'en plus une victoire n'aurait fait que le mener lui et le groupe qu'il avait formé en prison, juste le temps d'être placé ensuite sur l’échafaud du Sôkyoku. Un sacrifice, purement et simplement, dans le simple espoir que Commandeur plus compétent puisse être trouvé. Bien loin des motifs de Tôjô donc, qui lui ne s'était contenté que de massacrer des faibles. Malheureusement pour lui, il n'était clairement toujours pas de taille pour défaire le Capitaine de la Neuvième Division, expérimenté d'un millénaire de combats et de stratégie. Il n'avait donc clairement pas besoin des conseils de cet homme... Surtout s'il en était à croire que l'immobilisation avait servi à le mettre hors d'état de nuire... Son Bakudo n'avait eu qu'un seul but, une seule utilité : leur offrir un peu de temps pour essayer de le ramener à la raison. Mais cela, il allait s'en rendre compte bien rapidement.

Plus besoin de fournir la moindre parole en tout cas. Discuter avec un dément n'a jamais rien pu apporter à personne. Ainsi, ses mots n'étaient clairement plus à l'attention du Capitaine de la Septième Division – pouvait-on seulement considérer qu'il l'était toujours ?
    Bankaï. Yata no Kagami.
Ces termes énoncés sans rage ni conviction, contrairement à beaucoup d'autres Shinigamis. Juste l'espèce de froideur neutre que possédait toujours Tenzen. Il avait tiré sa lame au clair en prononçant ces mots, son katana s'enveloppant alors d'un halo lumineux intense qui laissa derrière lui place aux cinq bouclier-miroirs. Chacun de l'envergure d'un homme de petite taille. S'adjoignant à ses autres capacités, cela faisait de lui une forteresse infranchissable que même le Kenpachi n'avait pas totalement réussi à vaincre. Et bien sûr, sa technique la plus basique se mit en place automatiquement. Elle avait fait de lui un combattant mythique lorsqu'il avait été dans l'obligatoire de se battre, en lui donnant la réputation d'être tout bonnement intouchable. Ce n'était pas le cas, juste une illusion faisant qu'aucun coup ne marquait son corps et ce même s'il lui arrivait d'être frappé. Une excellente manière de prendre mentalement le dessus sur n'importe quel adversaire.

Et il aurait très rapidement l'occasion d'en montrer l'exemple. Lorsque la puissante vague de sable de son adversaire déferla sur lui, il n'esquissa pas le moindre mouvement. Ses boucliers vinrent se placer autour de lui dans un dôme dont la résistance n'était plus à prouver. Loin d'être une défense absolue dans ce cas cependant, la puissance de l'assaut alors que le chien de sable s'était habillé d'or en faisait une redoutable offensive, capable de se frayer un chemin dans les interstices de la défense du Yakushiji. Cependant pas de quoi terrasser Tenzen qui préservait en apparence son invincibilité lorsqu'il sortit d'un Shunpo de la masse de sable. Déjà ses lèvres s'activaient, débitant l'incantation nécessaire à son sort le plus puissant.
    Ô Souverains, Ô masques de chair et d'os, Ô univers entier, Ô battement d'ailes. Que s'insinue l'hostile rigueur. Que gèle toute détermination. Que l'on assiste enfin à cette parfaite floraison. Kanpeki Kaikahasu !
Si Tôjô se plaisait à mettre en avant l'idée selon laquelle il ne pourrait pas être immobilisé pleinement puisque son Bankaï ferait toujours le travail, voilà de quoi lui prouver qu'il en était tout à fait capable. Il lança donc vers lui une énorme vague de glace, bien plus importante encore que celle de sable que le Lotus Blanc venait de contrer. Pourrait-il développer la vitesse nécessaire pour esquiver quelque chose de la sorte ? Il pourrait peut-être sauter de son colosse, mais ce dernier ne pourrait sans doute pas y faire grand chose. Quoi qu'il arrivait, il préférait prendre les devants. Ainsi, pendant que sa masse glacée tenterait de prendre sa cible dans sa gangue, la main droite du Shirohasu vint entourer son poignet gauche, dont la paume était tendue vers l'Himesaki. Pas d'incantation cette fois-ci, mais un sort d'une très grande puissance en émane tout de même.
    Hiryū Gekizoku Shinten Raihō !
Après tout, n'était-ce pas Tôjô lui-même qui avait espéré qu'il n'y ait pas de retenue ? Le voilà servit. Et encore... Tenzen gardait encore de nombreuses cartes dans ses manches...


_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   Mer 16 Oct - 14:18

    Il l’avait fait. Tenzen l’avait enfin fait. Débloquer le bankai qui faisait tant sa réputation au sein de nos rangs. Au début, j’eus été sceptique. Selon moi, même si ses boucliers s’avéraient grands, ils ne pourraient certainement pas contenir mon assaut puissant et incroyablement monstrueux. Mais les secondes qui suivirent me prouvèrent tout bonnement le contraire, si bien que j’esquissai inconsciemment une grimace ! Malade ! C’était définitivement un bankai de malade qui n’avait usurpé sa renommée. C’était également la première fois que quelqu’un s’en sortait indemne. Pire encore ! Première fois que quelqu’un s’en extirpait avec une facilité déconcertante suite à un shunpo. Pas de doutes possibles. Ce type me surpassait largement. Il me fallait donc fuir. Fuir et m’exiler sur Terre, là où ils auraient certainement tous les problèmes du monde à me retrouver. Après tout, si la plupart des exilés avaient pu s’échapper des griffes du Gotei 13 pendant des décennies et parfois même des centenaires, pourquoi pas moi, un capitaine de division ? Mais à peine avais-je eu cette brillante idée que j’aurai dû exécuter depuis quelques minutes maintenant, que je vis une gigantesque vague de glace arriver vers nous. On aurait presque dit le bankai de ma chère et tendre épouse. C’est justement cet aspect de l’attaque qui m’immobilisa pendant quelques secondes sur mon bankai, avant que je…

    - MERDE !!!!

    … N’essaye de l’esquiver grâce à mon meilleur shunpo, sous un cri de rage qui en disait long sur mon désespoir. La tentative d’esquive fut une réussite, mais à moitié seulement. Flottant dans les airs, je ne pus que constater avec dépit que si mon bankai avait été emprisonné dans un cercueil de glace, mon bras et mon pied gauches avaient subi le même sort. En amorçant ma descente, je grognai aussitôt. Une mauvaise chute serait certainement fatale pour moi, puisque je risquais vraiment de briser mes membres gelés, ce qui ne serait pas pour me faire plaisir. Mais là encore, le mauvais sort s’acharna sur moi, puisque le Yakushiji enchaina sur une autre technique de kido de haut niveau qui m’était bien destiné cette fois-ci. Et à cet instant précis, je vis ma mort en live, comme on le dit si bien chez les humains. Sans pouvoir esquisser le moindre geste salvateur, la déferlante d’énergie me heurta de plein fouet et l’explosion qui suivit aussitôt couvrit aisément mon hurlement, amalgame de détresse et de douleur. La déflagration engendra un gros point noir dans le ciel. En deux trois secondes seulement, la fumée s’épaissit rapidement, au grand désespoir de mon bankai -Dont la tête avait été épargnée par l’attaque- qui assistait impuissamment à la scène. Puis, il vit mon corps inerte faire une chute vertigineuse de pas moins de cinquante mètres, avant de s’écraser péniblement au sol…

    - Pu… Put…

    Finir ce simple mot était pire qu’un supplice. En effet, mon corps ne ressemblait plus à rien, dans le profond cratère que l’impact de ma chute avait causé. Lors de l’explosion, j’avais perdu mes membres qui avaient été auparavant gelés, et une partie de mon visage qui avait tout simplement été carbonisée. La chute avait achevé de broyer une bonne partie de mes os et le peu de réiatsu que j’avais, s’envola aussitôt. J’étais une loque humaine, dorénavant. Un bon à rien. Pensée rigolote quand j’y pense. Après tout, je savais que ça allait un jour se terminer comme ça. J’étais certain que ma fin allait être aussi pitoyable que mes meurtres au sein du Rukongai. Et cette fin approchait à grands pas. « Déso… » Je ne pus achever ma phrase à l’égard de mon bankai, qui finit par s’effriter avant de disparaitre pour de bon sous formes de poussières d’or. A ce moment-là, mon zanpakutoh que je tenais toujours fermement dans mon bras droit se brisa dans un bruit sinistre. La mare de sang qui s’étalait autour de moi m’indiquait que je n’avais plus beaucoup de temps à vivre. J’eus une larme qui coula le long de ma joue droite encore intacte. Mon seul regret ? Yoshiko. Elle seule. C’est alors que dans un ultime effort, je réussis à lever mon bras et à hisser mon trancheur d’âmes à moitié brisé tout juste au-dessus de ma poitrine. Le bout de métal était suffisamment affuté pour percer mon cœur d’un coup. Dieu merci.

    Mais au dernier moment, mes forces m'abandonnèrent complètement, à un tel point que je lâchai finalement l'arme salvatrice.

    Vie de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Enfer et révélations {Tenzouzouille}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Enfer et révélations {Tenzouzouille}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfer et révélations {Tenzouzouille}
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Rukongai-