AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Ven 20 Sep - 1:52


Comment les choses avaient pu tourner ainsi ? Même après toutes ses années passés sur le champ de bataille, Kai Umezawa trouvait toujours matière à s’étonner de comment la routine pouvait se retrouver brutalement transformée en lutte impitoyable pour sa survie. Le Destin trouvait toujours la voie la plus perverse pour rappeler aux pauvres hères combien la vie pouvait être cruelle et absurde. Une absurdité qui confinait à l’ironie de mauvais goût lorsqu’un détachement de patrouille du Keiratai de l'Omnitsukido en mission de traque d’un groupe de Hollow se retrouve soudain dans un inversement des rôles. La jeune shinigami de la Seconde Division ne parvenait plus à replacer quand exactement les chasseurs étaient devenus les proies. Mais au rythme actuel les shinigamis en fuite n’allaient guère tarder à échanger ce titre de gibier contre celui, moins enviable encore, de repas pour Hollow. Kai avait beaucoup d’aspiration mais celle de voir son âme nourrir le reishi d’une créature du Hueco Mundo n’en faisait pas partit. Une énième fois depuis leur retraite ininterrompue elle se posa la question : comment les choses avaient pu tourner ainsi ? L’originalité n’avait pourtant pas été le point caractéristique de la mission qu’on lui avait attribué à leur départ du Seireitei. Le danger serait présent, c’était là une des rares constantes garantis pour les membres du Goteï 13, mais sur la foi des rapports qu’on lui avait présenté sa tâche se résumait à une expédition routinière d’observation et de traque de Hollows qui s’étaient manifestés suite à une brèche à la bordure extérieure sud du Rukongaï. D’expérience, Kai savait qu’aucune mission n’était sans risque, et les fols qui se risquaient à se laisser border par une telle pensée périssaient bien vite : l’excès de confiance en soit était l’apanage des inconscients. La Seconde Division était réputé d’être bien des choses mais pas d’abriter des insouciants.

On ne pouvait donc mettre sur le compte de l’imprudence de Kai la situation à laquelle ils étaient confrontés. Mais le détachement avait déjà perdu deux hommes, et la jeune femme en tant qu’officier de la troupe ne pouvait s’empêcher d’éprouver une culpabilité sourde qui jetait un poids sur les tripes. Accident, malchance ou piège des Hollows, la responsabilité du sort de ses hommes lui incombaient toujours : il était de son rôle de mener la mission à bien, comme il était de son obligation de ramener tout le monde en vie. Elle avait failli sur les deux fronts et au fur à mesure que cela s’imposait à elle la honte venait s’ajouter à ses remords, or elle n’avait nulle besoin de s’embarrasser de telles pensées actuellement. Kai menait un détachement de dix hommes à travers une forêt inhospitalière et talonné par un groupe de Hollows, dont un élément identifié comme étant un Adjuchas. C’était ce dernier qui avait changé la donne : sa présence avait signé le début de leur perte. Séparé du reste de ses congénères la créature aurait pu offrir une cible, mais c’était à la tête d’une troupe d’une dizaine de Hollows affamés qu’elle se trouvait. Usant de son intelligence maligne et de sa ruse animale il s’était adjoint le soutient de congénères plus faibles qu’il avait subjugué pour percer dans des territoires offrant des proies plus alléchantes. Kai en était venu à la conclusion qu’il avait dû masquer son énergie spirituelle, se soustrayant aux détecteurs de la 12eme division. Et sur la foi de leur rapport elle avait menée son détachement dans un traquenard. Quelqu’un porterait le blâme pour cette affaire, mais pour ce faire ils devaient revenir vivants. Un mois qu’ils étaient séparés du Seireitei, une semaine qu’ils étaient traqués et cinq jours depuis que Kai avait envoyé le plus rapide d’entre eux en avant pour requérir des renforts.

Un geste qui avait été davantage motivé par le souci d’exalter la mince fibre d’espoir chez ses hommes, que par une réelle conviction de sa part que quiconque viendrait les aider. Si le support venait jamais c’est leurs cadavres qu’il trouverait. En pensant cela la jeune femme ne se voyait pas défaitiste : elle exposait simplement et froidement les faits. Ils allaient mourir. La fatigue leur couperait bientôt les jambes aussi sûrement que la peur, et alors les créatures dans leur dos combleraient le reste de distance. Il revenait à Kai de faire un dernier choix : faire face avec des hommes épuisés et essuyer un massacre ou affronter la menace tout de suite et périr en emportant avec eux l’Adjuchas et le plus possible de ses servants. Un rictus cynique vint déformer le masque impavide qu’était le visage de la jeune femme ; on ne pouvait pas appeler réellement ça un choix. Du moins s’il s’agissait là des seules options qu’elle s’ouvrait elle était une bien pauvre tacticienne. De nouveau un flot de remords menaça de la submerger, et elle dût combattre pour ne pas se laisser emporter par le reflux de ce sentiment amer. Le choix était fait. Un dernier pas de shunpô et elle s’accroupit sur une branche, marquant là la première pause du groupe depuis bien longtemps. Plus par surprise que pour suivre son ordre muet ses camarades l’imitèrent. Corps anonymes revêtus de sombre, soustrayant leur présence dans l’ombre des feuillages environnants, des membres de l'Omnitsukido émanait encore une certaine forme de férocité silencieuse malgré leur fatigue. Kai plongea ses yeux dans le regard de chacun de ses subordonnés ; elle n’avait nul besoin de regarder leurs visages, elle pouvait lire en eux suffisamment et elle n’y voyait qu’une ferme résolution qui reflétait la sienne.

Aucun cri de guerre ne vint déchirer les cieux pour mettre du baume au cœur des guerriers. Aucune plainte. Aucun mot d’encouragement ni d’adieux. Le silence écrasant qui émanaient d’eux et leurs yeux étincelants valaient toutes les promesses de mort. Kai Umezawa, chef du détachement de patrouille des Forces Spéciales, hocha la tête à l’adresse de ses camarades avant de révéler l’acier tranchant de son zanpakuto, bientôt suivi par l’éclat atténué de dix autres lames. S’en suivit une série de signes muets et rapides.

-Préparez-vous au combat. Nous ne leur offrirons pas un affrontement loyal, ce n’est pas ainsi que nous combattons. Formation d’embuscade. Immobilisez les plus lourds au sol, visez les articulations, mettez vous à plusieurs pour en tuer un. Exécution et retraite. Je veux du harcèlement.

Elle ferma le poing et tout était dit. Des ordres clairs, stricts et efficaces, même au bord du désespoir Kai trouvait encore matière à éprouver de la fierté à commander à de tels hommes. Elle prit position, corps fondu dans le tronc d’un arbre millénaire qui n’était qu’un bien piètre abri face à la fureur cauchemardesque qui allait s’abattre sur eux. Elle ne comptait pas échapper aux Pesquisa de l’Adjuchas, mais les plus faibles Hollows ne les verraient pas. Au milieu de cette forêt les membres de la Seconde Division étaient des fantômes eux aussi. Ils allaient bientôt mettre à l’épreuve cette théorie, et comme pour précipiter les choses une première créature à l’apparence d’un ours aux écailles s’abattit pesamment au sol. Il fut bientôt rejoint par ses semblables : grotesques aux allures hybrides et contre-nature, Kai pouvait sentir la puanteur de leur reatsu de là où elle se trouvait. Immondices aux masques entrouverts, révélant toute sorte de crocs, langues et autres excroissances répugnantes. Les premiers la dépassèrent sans la voir, les suivants humaient l’air comme sans les voir, leurs sens animaux devinant néanmoins leur présence. La shinigami ferma les yeux et s’isola à l’intérieur d’elle-même, ses sens en éveil s’étendirent hors de son corps, révélant les corps aux alentours sous forme de reishis aux couleurs diverses dessinant les silhouettes d chacun. Une présence nettement plus imposante que le reste de la meute arrivait vers eux et la jeune femme saisie l’occasion pour agir. Rouvrant les yeux elle s’orienta vers sa première cible.

- Bakudô no kyuu ! Hōrin !

Son reatsu modulé et concentré pour alimenter le sort de Kido s’élança sous la forme d’une corde rampante vers les bras ridiculement épais de la première créature. Trop stupide ou trop lourdaud pour réagir elle chuta lourdement au sol comme un titan chancelant quand Kai le jeta à terre, profitant de son immobilisation et du contrôle qu’elle exerçait sur lui. Une autre cible n’aurait pu être plus aisée et sa lame coupa profondément à la verticale, creusant une entaille parfaite dans son masque du haut de son crâne jusqu’à ce qu’y faisait figure de menton. La chose s’évapora à peine sa vie lui fût ôtée. Poussière tu redeviens poussière. La coordination fût la règle dans le reste des affrontements. Surgissant de puits de ténèbres, les membres des Forces Spéciales éliminèrent leurs cibles, avant d’engager le combat avec les Hollows survivants qui s’étaient remis du choc initial. Des hurlements gutturaux et des cris ne tardèrent pas à retentir alors que se déchaînait les choses. Exaltation, excitation et passion ne sont pas sentiments qu’éprouvent habituellement un membre de l'Omnitsukido, mais Kai se laissa presque gagner par l’ivresse quand son sabre fit une nouvelle fois œuvre de purification en égorgeant une créature à tête de taureau avant de le renvoyer à l’état de particules. Allaient-ils finalement faire pencher la balance avec leur coup de surprise ? Si espoir il y avait eu il se chargea de la réduire en cendre. Lui. L’Adjuchas tenait le corps désarticulé d’un de ses subordonnés en main.

Ses griffes maculées de sang poisseux, le monstre rejeta négligemment les restes du shinigami sans daigner lui accorder davantage d’attention qu’un enfant se débarrassant d’un jouet devenu lassant. Figure d’hyène hilare, les muscles d’airains de la chose se tendirent comme des haubans et il étendit son corps d’un blanc laiteux recouvert de chitines. Un cri primal déchira l’air, traduisant un désir de meurtre et une faim sans âge. Kai garda son air serein, elle fit face son zanpakutô à la main. Elle jurait d’au moins attirer cette saloperie dans la tombe avec elle. Une promesse qui ne pesait pas très lourd alors que les Hollows aux alentours redoublaient d’ardeur et que toujours aucun secours n’était en vue. La hyène s’élança dans une détente brutale, griffes en avant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Lun 23 Sep - 20:10

Les griffe du monstre s'abattirent non pas sur la chair de la Shinigami, mais sur une lame placée en opposition. Le timing avait été serré, mais Kazunaga avait réussi à se placer entre les deux protagonistes afin de faire l'une des choses pour lesquelles il excellait. Parer les attaques. Généralement, toute parade était accompagnée d'un contre de sa part. Mais tout règle avait ses exceptions. En cet instant, lui-même et le monstre était figés dans cette position, car se dégager signifiait laisser une ouverture à son adversaire.
Pourtant, si on observait le contexte de façon plus globale, les Shinigami étaient sans l'ombre d'un doute en position de force. Le Vice-Capitaine de la Troisième Division n'était en effet pas venu seul. Autour de lui, des membres de son équipe vinrent porter secours aux autres soldats présents.

*
**
Tout avait été fait dans l'urgence. Sur le coup, personne n'avait réellement compris ce qu'il se passait sous leurs yeux. Tout allait normalement, un petit groupe de la Seconde Division devant normalement s'occuper d'une intrusion à l'extérieur même du Rukongai. Du moins c'était ce qu'avait cru comprendre Kazunaga lorsqu'on lui avait expliqué la situation, mais les choses étaient allées si rapidement qu'il laissait place au doute. Cette précipitation était due à un seul et unique fait. L'apparition d'un Menos de rang Adjuchas sur les appareils de la division scientifique. Réussir à masquer sa présence à ce point était un exploit. Mais les hommes sur place n'étaient pas préparés pour faire face à une telle menace. Et il y avait de quoi douter sur le fait qu'ils aient les éléments nécessaires pour la gérer sans subir de terribles pertes.

Immédiatement, la Troisième fut requise. Et Kazunaga fut le premier à répondre à l'appel. Cela faisait encore relativement peu de temps qu'il avait été réintégré. Sortant de son long coma, il s'était imposé comme second de la Division qu'il avait pourtant fondé. Dans un sens, il prenait ça comme une insulte, dans l'autre il se doutait que ses capacités ne lui permettraient pas de remplacer Rose. Pas directement du moins.
Et, soudainement, survenait cette mission. Beaucoup la voyait comme la nécessité de sauver leurs camarades. Lui pensait autrement. Il s'agissait surtout de la première opportunité d'intervention sur le terrain qui se présentait à lui. Première occasion de tester ce que donnaient réellement ses capacités.
La survie des soldats ? Il s'en moquait. Il faisait la différence entre eux et les guerriers. Si les derniers avaient de la valeur, les premiers n'étaient qu'une honte. Leur mort ne serait donc pas dérangeante.

L'équipe avait montée rapidement. Une dizaine d'hommes. Il n'en connaissait aucun. Il était difficile pour un leader de faire correctement son travail lorsque ses subordonnés n'étaient que des inconnus pour lui. Mais la plupart respectaient les ordres, et étaient surtout curieux de voir ce que donnait réellement un Capitaine de la première génération. Il était bien conscient qu'il risquait de les décevoir, mais s'en moquait.
Ainsi, ils se mirent en route, avalant la distance en quelques instants. Sortant du Seireitei, dépassant le Rukongai et s’engouffrant dans une forêt. Sur le trajet, il concentra son Reiatsu dans la paume de sa main sous forme d'une sphère qu'il envoya dans les cieux. Quelques instants plus tard, elle se dispersait et lui donnait une vision de l'ensemble de la zone les entourant.
Ce fut là qu'il put voir la situation dans laquelle étaient les hommes qu'ils avaient ordre de sauver. Là qu'il aperçut l'Adjuchas se diriger sur une Shinigami. Là qu'il pu prévoir son mouvement.

*
**
L'un comme l'autre, les adversaires savaient qu'attendre offrirait une occasion pour un autre Shinigami d'éliminer le monstre. Sans surprise, ce fut donc ce dernier qui rompit la position, repoussant Kazunaga de sorte à le déséquilibrer suffisamment pour empêcher tout contre. Ainsi, les deux opposants furent de nouveau séparés, le Shinigami s'approchant de son homologue ayant été initialement prise pour cible.
    >> Kôgami Kazunaga, Vice-Capitaine de la Troisième Division et donc celui en charge de cette opération.
Aucun félicitation pour avoir tenu durant tout ce temps. Ce n'était pas son style et, à ses yeux, il s'agissait de leur assignation naturelle que de tuer des Hollows sans pour autant perdre eux-mêmes la vie. A la place, il se focalisait principalement sur l'Adjuchas. Son orgueil de combattant voulait qu'il se batte en duel avec lui, interdisant toute intervention extérieure.
Ce fut donc naturellement qu'il avança en direction du Hollow. Contrairement à son habitude, il porta le premier coup, qui fut esquivé par son opposant. S'ensuivit un échange de frappes, d'esquives et de blocages. Aucun d'eux ne sembla prendre l'avantage. Du moins en apparence. En vérité, Kazunaga était bien conscient d'une chose. A ce rythme là, son corps ne tiendrait. Déjà des marques de fatigues faisaient leur apparition. Son souffle en premier lieu, devenant rapidement trop difficile.
Il repoussa alors son adversaire d'une frappe de la paume de la main, afin de se redonner une distance de sécurité. Lui-même fit un bond en arrière, se plaçant aux côtés de la Shinigami déjà présente.
    >> Je vais avoir besoin d'un peu d'aide. D'ici quelques instants, je vais créer une ouverture. A toi d'en profiter pour au moins lui porter un coup sérieux. Cela sera suffisant pour l'éliminer par la suite.
Ses connaissances et sa maîtrise du combat étaient toujours là, si bien qu'il était bien conscient de ce qui l'empêchait d'éliminer sans soucis le monstre. La supériorité physique de ce dernier. Tant qu'il n'arriverait pas à reprendre le dessous sur ce point, cela pourrait lui être difficile de l'emporter car aucune de ses attaques sérieuses n'atteindrait son but. Par contre, s'il se retrouvait blessé, les choses seraient bien différentes.
Pour l'ouverture dont il avait parlé, il voyait plusieurs possibilités s'offrir à lui. Son choix fut évident lorsqu'il vit le monstre foncer de nouveau, tentant le même genre d'assaut que celui qu'il avait bloqué à son arrivé. Cette fois, il adopta une autre tactique. Concentrant sa force dans son sabre pendant un court instant, il porta un coup parfait, le Zantetsuken. Sans surprise, la créature esquiva. Du moins en partie, car elle se fit malgré tout trancher les griffes lors de l'opération. Blessure légère, surtout pour des créatures dotées de la régénération, mais douloureuse malgré tout. Et ce fut l'ouverture qu'il offrit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Lun 23 Sep - 21:30

Aujourd’hui la mort attendrait. Elle s’était attendue à du sang, aux griffes acérées mordant dans sa chair et répandant ses entrailles sur le sol, ou même la pression brutale des mâchoires du monstre sur sa carcasse agonisante, mais en rien à la vision d’un zanpakutô déviant le coup fatal. Le choc se propagea dans l’air en ondes vibrantes qui se diffusa jusqu’aux os de la jeune shinigami qui pu ainsi constater qu’elle était belle et bien entière. L’Adjuchas semblait refléter sa propre surprise, avant que ce dernier ne vienne exprimer sa colère de s’être vu ainsi interrompu dans ses œuvres dans un nouveau cri de rage vibrant. La jeune femme osa un instant quitter son adversaire des yeux pour porter le regard sur son sauveur inattendu. Son badge, inhabituellement porté au bras droit, le désignait comme de membre de la Troisième Division, et plus important, comme le vice-capitaine de celle-ci. Une présence auguste et totalement inédite pour la jeune femme des Forces Spéciales pour qui le long séjour imposé par sa mission l’avait tenue éloignée des changements au Seireitei. Elle ne pouvait donc pas juger de la force du nouveau venu, mais elle pouvait au moins certifier, avec un certain soulagement, qu’il était loin d’être stupide pour être venu à la tête d’un renfort appréciable. Malgré elle, la jeune femme se sentait encore un peu abasourdi de ce retournement de situation ; quelques instants auparavant elle s’était apprêtée à mourir. Mais cela pouvait encore arriver, la bataille était loin d’être gagné, les forces avaient juste été équilibrées. Elle se releva prête à reprendre le combat, décidée à ne pas laisser voir davantage de faiblesse de la part d’un membre de l'Omnitsukido envers un membre d’une autre division du Goteï. Proche du dénommé Kôgami elle nota la richesse de son accoutrement et ne put empêcher un plissement de mépris en l’assimilant comme un signe distinctif d’appartenance à l’aristocratie de Soul Society. Une pensée malvenue dans une telle situation et qu’elle s’évertua à refouler dans les bas-fonds de son esprit. Si elle ne voulait pas mourir, elle devait se concentrer sur le moment présent.

Une ligne de conduite qu’embrassait visiblement le vice-capitaine de la Troisième Division qui s’élança en combat individuel contre la créature du Monde Creux. Un comportement que la jeune femme jugea intrépide, mais l’homme semblait avoir les moyens de se permettre ce genre d’action téméraire. Faisant usage avec une adresse remarquable d’une lame étrangement façonnée, le shinigami enchaînait les assauts et les bottes à une cadence effrénée. Consciente qu’en l’état actuel elle n’était qu’une gêne, la shinigami n’osa pas intervenir dans l’affrontement. Autour d’elle la lutte avait repris avec un regain de sauvagerie, les cris des blessés se mêlaient aux beuglements primaires des créatures ; une mélodie qui n’était pas étrangère aux oreilles de la jeune femme. De nombreuses pertes seraient encore à déplorer avant la fin de cette « escarmouche ». Un terme qui n’était pas choisie par hasard, elle savait que c’était ainsi que les chroniques du Seireitei se rappelleraient de ce bain de sang : une simple échauffourée comme tant d’autres qui émaillaient l’histoire du Goteï. Cette pensée donna un regain d’énergie à la jeune guerrière, puisant dans sa fureur et sa volonté de survivre. Elle accueille donc pleinement préparée le plan de bataille du vice-capitaine. L’échange avait visiblement pesé lourd sur le physique du guerrier de la Troisième dont l’intention de finir le combat. Aussi intrépide qu’il était, il acceptait néanmoins le fait qu’il ne pourrait à bien le combat seul. Kai approuvait sa stratégie, d’autant plus qu’il serait celui qui serait au contact direct de la créature. Si sa mort pouvait lui offrir un avantage quelconque elle le saisirait. Peut être même quelque part le désirait-elle, songea-t-elle froidement.

Il était néanmoins hors de question qu’elle vienne à faillir à sa tâche. Rassemblant ses connaissances en Kido, elle fit appel à un arcane complexe. Les mots de pouvoir jaillirent de sa bouche pour l’aider à canaliser la puissance destructrice du sort qu’elle s’apprêtait à lancer. Elle savait que beaucoup parmi ses pairs pouvait invoquer des sorts de niveau supérieur sans verser une goutte de supérieur, mais il ne s’agissait pas de faire preuve de talent ici, juste d’accomplir son œuvre. Peut importait que cela soit brutal ou inesthétique, tel était la manière de faire du Corps des Forces Spéciales.

- Ô souverains… Ô masques de chairs et de sang… Ô univers entier… Ô battement d'ailes… Ô celui qui porte le nom d'humain ! Vérité et tempérance… À partir des murs construits de rêve purs et sans péchés, n'élevez point vos griffes davantage que le strict nécessaire !

La puissance du reatsu cumulé dans sa paume, elle n’eut pas attendre longtemps pour qu’arrive l’ouverture promise par l’officier de la Troisième Division. A peine les griffes de la créature volèrent dans les airs qu’elle se déplaça à l’aide de deux pas de shunpo, survolant les airs, directement dans le dos de la créature blessée. Aveuglé par la douleur, ses sens engourdis par la rage, ou encore trop vaniteux pour considérer un autre que le vice-capitaine Kôgami comme un adversaire crédible, l’Adjuchas ne nota pas la présence du mortel élément dans son angle mort, pas davantage qu’il ne songea à esquiver l’attaque. La jeune femme ne lui laissa pas l’occasion de se repentir de son manque de prudence.

- Hadō no sanjū san ! Sōkatsui

Le sort augmenté par la puissance de l’incantation ne connu aucun raté. Déployé dans son plein et terrible pouvoir, un déluge de flammes de reishi bleutés s’abattirent presque à bout portant sur le corps chitineux de la créature. Kai pu voir avec satisfaction le Hierro de la bête faiblir puis succomber par endroit au déluge d’énergie. Le sort ne fût pas suffisant pour l’achever mais jeta son corps imposant au sol, un sang noirâtre coulant de son torse écorché. Elle pouvait sentir la haine qui émanait de son aura violente, mais elle se concentrait uniquement sur le fait qu’à présent plusieurs minutes lui seraient nécessaires pour régénérer de ses blessures. Un laps de temps durant lequel il ne pourrait plus se protéger ni bouger. Le délai de cette faiblesse passagère était court mais amplement suffisant pour laisser le vice-capitaine de la Troisième Division faire son œuvre. Elle leva son regard vers lui et lui adressa une ultime parole avant de s’esquiver, sa tâche accomplie.

-L’exécution vous revient de droit vice-capitaine Kôgami.

__________________



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Jeu 26 Sep - 19:13

Il n'avait pas eu besoin d'en dire plus, pas besoin de donner des ordres. La Shinigami qu'il avait protégé aurait certainement eu bien du mal à se débrouiller seule face au monstre, mais cela ne la rendait pas incompétente pour autant. Immédiatement elle s'adapta au plan d'un homme qu'elle rencontrait pour la première, exploitant à la perfection l'ouverte qu'il lui offrait. Cela ne faisait certes pas longtemps qu'il arpentait de nouveau le monde des éveillés, mais cela lui avait suffit pour commencer à penser que le niveau général avait régressé depuis sa propre époque. Ce n'était plus des guerriers qu'il voyait, mais des soldats. Ils étaient le genre d'êtres à exiger une cause pour justifier leurs combats, au lieu de le faire simplement par nature. Cette faiblesse de l'âme entraînait une faiblesse du corps.
Kazunaga ne pouvait savoir la mentalité de l'inconnue. Il était après tout bien incapable de lire dans les pensées. Cependant, elle lui redonnait espoir que, y compris dans cette masse informe de faibles, quelques éléments restaient compétents. Quelques éléments pouvaient montrer que les capacités ne s'étaient pas perdu dans les méandres du temps et pouvaient être utiles. Sur l'instant, il eut même plus de respect pour cette personne qu'il ne connaissait absolument pas que pour n'importe qui de sa propre division, y compris son Capitaine. Cette impression pouvait n'être que fugace et son avis pourrait changer, mais cela restait malgré tout appréciable.

La stratégie employée par son alliée improvisée fut très simple. Un Hadô. Art que lui-même ne maîtrisait pas, étant plus un guerrier traditionnel, mais dont il reconnaissait le potentiel destructeur. En raison de son manque de connaissance en la matière, il ne put réellement savoir de la puissance de celui utilisé. Rien qu'à l'écoute du numéro, il était pourtant possible de se rendre compte qu'il était loin d'être parmi les plus élevé. Peut être lui-même n'aurait-il pas hésité à mettre de la force, mais seul le résultat importait. Et il était incontestable que ce dernier était bel et bien là.
Le monstre fut mis à terre. Brûlé. Humilié. Il était possible de le voir tenter de bouger, certainement se relever, mais il en était bien incapable. Peut être le pourrait-il avec un peu de temps. Mais c'était justement un luxe qu'il ne pouvait s'offrir. La shinigami ne l'avait pas tuée, mais elle offrait cette récompense au Vice-Capitaine. Et ce dernier était justement spécialiste dans l'exécution des Hollow.

Il s'approcha donc sans un mot, observant la masse misérable gisant à ses pieds. Toujours dans un silence total, son épée changea de forme. Lame plus longue, le fer apparent et non recouvert de bandes. La pression spirituelle dégagée par son arme s'intensifia également, preuve que ce qu'il venait de faire n'était pas anodin. Hiteiken était devenu Danteiken. De Shikai il était passé à Bankai. Beaucoup considéreraient qu'il s'agissait d'une manœuvre inutile. Mais lui seul comprenait réellement la dualité de son style de combat. S'il voulait blesser, rien ne le faisait plus efficacement que l'ultime forme de son partenaire. Lorsqu'il s'agissait de tuer, la question ne se posait même pas.
D'un geste il planta le bout du sabre au niveau du haut du torse de la bête. Et un sourire carnassier apparu sur son visage. L'instant d'après, un léger bruit. Il venait de reproduire l'ensemble du souffle d'une explosion directement dans le corps du Menos. En un instant il avait transformé l'ensemble de ses organes en bouillie informe. Le résultat n'était que rarement aussi important, mais l'état de la cible avait évidemment affaibli son corps. Et cette technique avait donc pris le peu de vie restant en lui.

Dégageant son arme, il la pointa directement sur le côté. Sa technique de repérage précédemment lancée étant toujours dans l'air, il eut juste à fermer les yeux et à se concentrer pour de nouveau avoir une vision aérienne de ce lieu d'escarmouche, ceci afin de faire un point sur la situation. Ses hommes ayant constitués un renfort suffisant, le rapport de force avait été complètement renversé. Un à un, les Hollows tombaient. A l'exception d'un seul, qui semblait ne pas avoir été repéré. Dans l'excitation du combat, tous en oubliaient les bases. Être sûrs qu'aucun adversaire ne se camouflait.
Il relâcha son énergie, l'air se compressa à un endroit paraissant vide, mais l'instant d'après une détonation se déclencha, révélant un cadavre sans tête s'écroulant au sol sous la surprise de nombreux soldats.

Son attaque lancée, il sorti un tissu de son Shihakusho, qu'il passant sur sa lame afin de le nettoyer de toutes trace du combat venant d'avoir lieu. Et ce en observant celle s'étant battue à ses côtés le temps d'éliminer l'Adjuchas. A la voir, il lui sembla évident qu'elle était faite pour le rôle qu'elle occupait. Si le Vice-Capitaine se démarquait de part son apparence, elle se fondait au contraire entièrement dans la masse. Serait-elle le genre de personne à se dévoué totalement à ce qu'elle faisait ? C'est à dire quelqu'un taillé de la même veine que lui, bien que le registre était certainement bien différent.
Il eut un léger sourire, amusé cette fois, tandis qu'il achevait l'entretien de son Zanpakutô. Tandis qu'il remettait le tissu à l'intérieur de son kimono, il rendit à son arme sa forme de Shikai, le sceller n'étant pas dans l'ordre du possible avec celui-ci.
    >> Je peux assurer qu'il n'y a plus le moindre Hollow aux alentour, si bien que l'opération est un succès. J'espère que les pertes ne sont pas trop importantes, bien qu'il était impossible de mieux faire.
Il observa alors autour d'eux. Des morts, il y en avait. Ils n'avaient en effet pu l'empêcher. Ils n'avaient pas perdu de temps pour intervenir, mais le mal était déjà là. Qui était à mettre en cause ? Ceux de la Douzième, chargés de repérer la moindre intrusion ? Les hommes déjà sur place, qui n'avaient pu faire face à une attaque surprise ? A ses yeux, un peu des deux. Même si la situation actuelle était principalement due à la présence du plus évolué de leurs adversaires, il considérait que tout Shinigami devait être paré à une telle éventualité. Les morts étaient certes une obligation dans cette guerre perpétuelle, mais il ne fallait pourtant pas croire qu'il était possible de dégager toute responsabilité des victimes lorsque cela arrivait.
    >> Il faudra malgré tout que j'ai une petite discussion avec le responsable de votre équipe.
Pourtant, il se désintéressa de la situation généralement. Cela viendrait le moment venu. Tant qu'il était en présence de sa brève équipière, il préféra s'intéresser à elle. Son aide ayant des plus précieuses, il serait tout simplement malvenu de l'oublier aussi vite.
    >> Mais je dois tout d'abord te remercier de ton aide. Je dois avouer que j'aurai préféré pouvoir m'en occuper seul, mais mon corps n'est plus ce qu'il était et un excès d'orgueil aurait pu apporter des complications.
    Ton intervention a été parfaite. Et je suis même persuadé que tu aurais pu l'achever.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Sam 28 Sep - 20:50

Le massacre avait été exécuté d’une manière à la fois brutale et méthodique. Une dizaine de minutes intenses avaient suffit pour mettre un terme à une traque de plusieurs jours. Kai considérait d’un air absent le décor ravagé autour d’elle, avant de poser son regard interrogatif sur ses mains encore tremblantes du combat précédent. Tout ceci était-il réel ? Il lui faudrait encore quelques jours pour s’extirper de la condition de survie dans laquelle elle s’était plongé durant cette période de temps interminable qui avait marqué leur fuite. Un immense sentiment de lassitude prit place en elle, la fatigue et la tension se relâchant soudain sur son corps, tandis qu’elle foulait du pied les restes encore fumants de l’Adjuchas. Le vice-capitaine avait achevé la créature avec une démonstration de force aussi impressionnante qu’intriguant. Le Hollow avait littéralement enflé sous l’afflux soudain de puissance qui l’avait oblitéré de l’intérieur, le transformant en soupe informe. Kai ne ressentait aucun dégoût vis-à-vis de cette tuerie, la vue du sang lui était devenue une chose aussi habituelle que sa présence, mais elle devait consentir à reconnaître un certain talent à l’officier de la Troisième Division au maniement des armes. Elle ne pouvait pas en dire de même pour son sens de la courtoisie ou de la modestie. La jeune femme rangea sa lame souillée au fourreau, établissant un compte de ses subordonnées et lisant le nombre de blessés, tout en écoutant l’officier de la Troisième déblatérer sur ce qu’il lui apparaissait présentement comme de parfaites platitudes au vu de la situation. Deux morts supplémentaires et quatre blessés. « Impossible de mieux faire » ? Elle n’en était guère certaine, le coût lui apparaissait atrocement élevé, et son sentiment de culpabilité ne se laverait pas aussi aisément que le sang sur ses mains.

Elle se retourna vers son interlocuteur lorsque celui sembla sous-entendre dans ses propos la recherche d’un responsable. Toujours aussi froide, le visage pâle, les traits durs marqués par la fatigue, elle considéra d’un regard qui semblait percer au cœur, telle une lame de glace, le vice-capitaine. Une discussion ? Allait-elle avoir droit déjà si tôt aux réprimandes et aux conseils moralisateurs d’un « supérieur » ? Même si cela froissait son orgueil et ego, elle devait reconnaître que son équipe avait bien été sauvée par cette intervention, en revanche cela ne lui donnait pas plus le droit de venir après la bataille prodiguer des leçons. Kai n’avait partagé aucun champ de bataille avec cet homme, pas plus qu’elle n’avait saigné à ses côtés. Sans ces deux pré-requis elle s’imaginait difficilement écouter sans émettre la moindre protestation, surtout alors qu’elle se tenait encore debout sur le sol gorgé du sang de ses camarades. Si trouble il y avait en elle, il n’y eu aucune réflexion de son état sur son visage. La tueuse de l’Onmitsukido se targuait de son sang-froid et de son sens de la réserve, peut-elle allait-elle devoir mettre son don à l’épreuve dans ce cas précis ?

-Je prends note de votre…humilité vice-capitaine. Dit-elle sur un ton neutre, attirant son attention, tout en veillant à rester à la limite du respect protocolaire. Je suis celle qui est en charge du commandement de ce détachement, et je tiens à exprimer ma reconnaissance pour votre intervention autant en mon nom qu’au nom de celui de mes hommes. Elle ajouta sur un air entendu. Si vous souhaitez discuter de cette mission, je serais ravie de le faire une fois les honneurs militaires rendus à mes hommes.

Voilà qui était on ne peut plus approprier jugea la jeune femme qui manque de se pincer les lèvres en voyant pointer une trace d’arrogance dans les propos de son « sauveur ». Son jugement à son égard était trop d’honneurs, vraiment. Kai assimilait ses propos à ceux d’un père affectueux complimentant ses enfants avec un air bienveillant, et dans le cas précis forcément marqué de condescendance ; comme le montrait son usage du tutoiement à son égard qu’elle trouvait déplacé. Ou alors cherchait-il au contraire à la protéger ? Etait-ce sa façon de faire preuve d’une affabilité masculine complaisante à son attention ? Quoiqu’il en fût Kai n’appréciait que modérément les airs qu’il se donnait, pas davantage que les paroles qui sortaient de sa bouche. Peut être subissait-elle malgré elle les préjugés qu’elle avait formulé précédemment, et qu’elle jugeait de ce fait trop durement celui qui était venu à leur secours. Mais ce bref remords fut simplement balayé lorsque le vice-capitaine se livra plus amplement. Un corps fragile ? La jeune femme jugula avec une maîtrise qui suscita en elle une fierté inattendue une bouffée de colère. Le Seireitei avait jugé leur situation tellement urgente qu’il leur avait affecté un convalescent pour mener la tâche ? Même si elle devait reconnaitre que ses talents à l’épée ne semblaient pas montrer une telle faiblesse, l’envoi d’un individu qui n’était pas au meilleur de ses capacités était soit le signe d’une incompétence grave ou d’une insouciance de leur sort. Kai ne savait pas exactement lequel des deux était le pire. Au moins le vice-capitaine Kôgami avait l’honnêteté, ou la bêtise, d’avouer cette faiblesse.

-Je vous remercie pour votre franchise et votre confiance vice-capitaine. Votre jugement est bien trop aimable à mon propos. La jeune femme espéra que la fausseté de son ton ne perçait pas trop, elle était passée maître dans l’art de démontrer un cynisme qu’elle seule pouvait comprendre. Je vous assure que si faiblesse physique il y a de votre part vous n’en avez rien laissé paraître. Je me nomme Umezawa Kai, je n’ai pas eu l’honneur de vous connaître, lors de mon départ le poste de vice-capitaine de la Troisième Division était encore vacant, et votre nom m’est totalement étranger.

Maintenant qu’elle en faisait part à voix haute Kai se rendait compte qu’effectivement cet individu semblait venir de nulle part. Elle n’avait eu aucun écho sur la nomination prochaine de cette personne, or le renseignement était une spécialité de la Seconde Division. Plus qu’une lacune la jeune femme y voyait ici une anomalie mystérieuse.

-Qui êtes-vous exactement ?

La véritable question se posait enfin.

[HRP: Désolé les dialogues sont un peu moisi ainsi que la fin :/]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Mer 2 Oct - 19:32

Apprendre qu'elle était la personne en charge de cette patrouille n'étonne pas vraiment le Vice-Capitaine. Ses capacités de réaction et la force qu'elle avait démontrée avec son unique attaque ne pouvaient après tout pas être le résultat du hasard. Il n'avait certes pas pu observer plus en détails les hommes qu'elle dirigeait mais il ne doutait pas un instant qu'elle méritait de ne pas être un simple soldat sans aucune autorité. Etant donné l'absence de propos concernant un quelconque siège, s'il n'écarta pas forcément cette possibilité il fut cependant persuadé qu'elle n'était pas Vice-Capitaine. Ce qui le rassurait grandement. Laisser une telle situation arriver alors qu'un véritable officiel était présent entrerait dans ce qu'il considérait être une mauvaise gestion. Et, au lieu d'avoir un peu de son estime, elle deviendrait immédiatement quelqu'un d'incompétent à ses yeux, dont les prouesses n'étaient que pure évidence.
Pourtant, il fut persuadé qu'un sous entendu habitait ses paroles, sans qu'il ne puisse mettre le doigt dessus. Sa première pensée fut qu'elle était marquée par les pertes dont elle fut témoin en ce jour. Ce qui pouvait démontrer deux choses. Soit qu'elle était encore une débutante, ce qui serait quelque peu surprenant, soit qu'elle était incapable de passer outre ses sentiments, réactions typique des femmes n'ayant su atteindre la vraie condition de guerrière.

Il pencha pour la seconde proposition lorsqu'il l'entendit parler des honneurs militaires. Et, à partir de cet instant précis, elle fut directement placée dans la catégorie des soldats. Des personnes qui, bien que vivant à travers le combat, n'acceptaient pas réellement cet état de fait, se cachant derrière des causes, des protocoles. Il était évident que ceux tombés durant cette bataille méritait un véritable respect, une cérémonie dans les règles de l'art. Mais ce n'était ni le lieu, ni le moment. Une telle chose devait se faire avec tous leurs camarades, de façon organisée. Ils avaient le temps pour ça, il serait idiot de ne pas l'exploiter.
Cet instant était, pour lui, le meilleur pour justement discuter de cet incident. En mal, en bien, qu'importe. Un débriefing accompagnait toute opération et, s'il ne doutait pas qu'elle en aurait un avec un de ses supérieurs, voir avec lui était quelque chose de logique. Et il n'était pas être à se taire dans ce genre de divergence.
    >> Toute perte mérite ses respects, c'est évident. Mais le faire en un tel endroit ne serait pas leur rendre honneur. Je propose donc que les corps soient rapatriés au Seireitei, dans leur division, où les leurs pourront témoigner de leur dernier respect.
    Notre discussion pourra donc se faire en chemin, où je répondrai à toute question.
Ces paroles dites, il appela l'un de ceux l'ayant accompagné, donnant quelques ordres. Principalement s'occuper du retour au sein du Seireitei, sans oublier ni les corps, ni les blessés. Pour ces derniers, il était également nécessaire de stabiliser l'état des plus gravement touchés avant tout transport. Evidemment, il ne demanda pas aux membres de la Troisième Division de prendre en charge ces opérations, mais d'apporter toute leur aide à ceux de la Deuxième. Encore une fois, ils étaient les plus à même de s'occuper des leurs et, plus qu'une logique de soldat, il s'agissait d'une logique guerrière. Tout corps combattant, quelque soit son origine, préférait s'occuper de ses morts avec un minimum d'aide extérieure.
    >> Mes hommes ont ordre d'apporter leur soutien aux tiens. Je te laisse le soin de diriger les choses, mais j'insiste donc sur le fait qu'il serait plus judicieux de se mettre en mouvement sans attendre. A trop traîner, un autre groupe de Hollows pourrait arriver.
Les chances avaient beau être faibles, elles n'étaient pas nulles. Ce qui ajoutait à son envie de ne pas s'attarder ici. Cependant, et malgré le fait qu'il ait insisté, il ne se permettrait pas de forcer les choses. Tout comme il n'abandonnerait pas ceux qu'il venait de sauver s'ils se décider à rester ici malgré tout. Et ce même s'il serait extrêmement tenté, s'attarder ici n'étant qu'une preuve d'idiotie à ses yeux.
Il fut cependant persuadé qu'il n'aurait rien à craindre sur ce point là.  Si elle ne s'était pas retrouvée responsable du fait de la mort du précédent, il s'agissait après tout d'une possibilité, il était persuadé qu'elle prendrait la bonne décision. Si bien qu'il s'attarda sur ses autres remarques, le concernant lui directement. Concernant la faiblesse endurance physique qu'il possédait dorénavant. Il ne douta pas un instant qu'il s'agissait d'une marque de politesse, ou bien qu'elle n'avait pas fait attention. Ce qui était plus étonnant cependant fut sa dernière question.
    >> Qui je suis ? Je pourrai très bien être un simple Shinigami ayant obtenu promotion durant ce laps de temps où tu n'étais pas là. Il s'agit du protocole classique lorsqu'un Vice-Capitaine fait défaut, il n'y aurait donc pas de quoi s'étonner.
    Cependant, ce n'est en effet pas vraiment mon cas.
En fait, il était même difficile de faire plus éloigné de la promotion classique au rang de second d'une Division que lui-même. Il devait être l'un des rares officiers à n'avoir jamais transité par un rang inférieur. Tout comme il devait être l'un des rares à avoir régressé vis à vis de sa place d'origine. Il en gardait toujours un certain ressentiment, considérant qu'il ne se trouvait pas là où il devrait être. Mais, en même temps, il était bien conscient des ravages qu'un aussi long sommeil pouvait causer.
    >> J'ai connu la formation du Gotei 13, étant même le fondateur de la Troisième Division en un sens. D'importantes blessures m'ont cependant éloignés des champs de bataille pendant mille ans.
    Je me suis réveillé il y a tout juste quelques mois, bien que je conserve évidemment des séquelles. Ma force n'est plus ce qu'elle était, car une lame non utilisée pendant aussi longtemps s'émousse forcément.
Il se retint d'ajouter qu'il était cependant persuadé que ses capacités restaient largement suffisantes pour le rang qu'il avait actuellement. Non pas qu'il considérait cela comme trop arrogant, mais simplement qu'il s'agissait de la pure vérité et qu'elle était tellement évidente qu'il n'y avait nulle besoin de la préciser.
    >> Après, libre à toi de croire mon histoire ou non.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Ven 18 Oct - 0:14

Doué pour la broderie. C’était en ses termes au sens ambigu et sans doute inappropriés d’usage que la jeune femme commençait à se faire son point de vue sur la personne du vice-capitaine de la Troisième Division. Au moins ce dernier avait-il eu le bon sens de lui laisser l’opportunité du doute quant au petit conte qu’il venait de lui servir. La jeune femme de l’Onmitsukido était restée silencieuse durant tout le temps où le vice-capitaine Kôgami s’était ouvert, avec force d’effets mystérieux qu’elle trouva un brin ridicule et tout à fait suranné, sur son passé. La troupe se mettait en bon ordre et peu désireux de rester plus longtemps sur place, les shinigamis s’ébranlèrent en une colonne mêlant blessés et valides. Kai eu un dernier regard pour son champ de bataille avant d’emboîter le pas à son tour. Sa sandale souillée de sang se décolla du sol engorgé de la vie versée par ses hommes, elle tourna le dos à la forêt derrière elle en même temps qu’à l’épisode sinistre qu’elle venait de vivre. Celui-ci viendrait rejoindre la longue litanie des expériences douloureuses et cauchemardesques avec lesquelles elle avait appris à vivre. Fermant la marche en compagnie de l’officier de la Troisième Division elle eut le loisir de peser sa réponse, ressassant ce qui venait de lui être dit, son esprit encore embrumé par la fatigue soudaine qu’elle sentait monter en elle. Hasardant un regard las et suspicieux sur son compagnon imposé elle s’interrogea intérieurement : devait-elle croire qu’elle côtoyait une sorte de légende ? Elle était au fait de la longévité qui était l’apanage des corps spirituels dotés d’une puissance au-dessus du commun, néanmoins elle n’avait jamais considéré la possibilité de se projeter aussi loin dans le futur. Envisager l’avenir n’était pas réellement une préoccupation usuelle au sein des Forces Spéciales. Kai s’était toujours attendu à une mort violente tôt ou tard.

Dotée d’un farouche amour pour la vie et d’un instinct de survie qu’elle partageait avec nombre de ses camarades, elle ne se faisait guère d’illusions sur son sort. La shinigami côtoyait la mort de façon suffisamment directe pour savoir qu’elle n’épargnait personne, elle venait d’en avoir un nouvel exemple avec cette triste journée qui allait vers le déclin. Mille ans passé dans un sommeil confortable lui apparaissait donc comme une fable qui lui inspirait la défiance. Quand bien même tout ceci se révélait vrai, Kai n’enviait pas pareil sort. Un guerrier réduit à l’immobilisme durant un temps pareil était assuré de ne jamais retrouver ses capacités d’antans. Plutôt mort que diminué ; le choix était clair pour la jeune femme. Elle ne cacha pas ses doutes.

-Accorderiez-vous foi à de tels propos si je venais à vous les rapporter de ma bouche ? Il m’est en effet bien difficile de croire à une pareille histoire. Votre nom m’est aussi inconnu que votre histoire. Mille ans de sommeil ont dû contribuer à faire sombrer votre souvenir dans les méandres de la mémoire collective de Soul Society. Elle réfléchit un instant avant de poursuivre. Il n’y a guère que l’honorable capitaine de la Neuvième Division qui fait figure d’exception remarquable en matière de longévité au sein du Goteï. Dois-je comprendre que vous l’avez connu en vos jours glorieux ?

Ultime pique de sa part, s’offrant une brève allusion à cet état de faiblesse que le vice-capitaine lui-même confessait. Kai elle-même cependant devait avouer là sa mauvaise foi. Le guerrier de la Troisième s’était révélé redoutable, et si ce n’était là qu’une fraction de ce qu’il était auparavant comme il le proclamait, il devait être un terrible personnage. On ne parlait encore qu’avec un murmure effrayé de la génération dorée des périodes souillées par les carnages des débuts du Goteï 13.

-Quel regard portez-vous sur le Goteï et sur la Troisième Division depuis votre… « réveil » ?

Kai avait du mal à prononcer ces paroles, elle se sentait presque stupide de donner crédit à ce qui lui apparaissait encore comme pure affabulation. Elle devait avouer cependant que le personnage n’apparaissait pas comme le genre d’excentrique porté sur le mensonge. Sa façon de parler, de se mouvoir, son habilité au sabre, et le fait qu’il venait d’apparaître de nulle part, étaient autant d’indices qui venaient donner crédit à ce qu’il lui racontait. Ses yeux se portèrent sur son badge de vice-capitaine. Ce n’était pas le genre de distinction que l’on accordait aux affabulateurs. Alors peut être que vraiment elle partageait son chemin avec un morceau d’histoire vivant du Seireitei. Qu’elle avait pu combattre au côté d’une telle personne. Elle devait encore se faire à cette idée qu’elle peinait à éloigner du domaine si proche de la fantaisie et du fantasme. Elle avisa du menton l’insigne qu’il portait au bras.

-Comment se sent-on quand on troque le haori pour le badge plus modeste de subordonné ? Quelqu’un d’autre a visiblement pris votre place…une place qui devrait vous revenir de droit si vous me pardonnez ma hardiesse.

Une hardiesse qui trahissait une réelle curiosité. Il n’était pas donné tous les jours de converser avec des personnages au potentiel de complexité aussi impressionnant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   Mar 26 Nov - 18:06

Un rictus agacé naquit sur le visage de l'ancien Capitaine. Les paroles de son interlocutrices n'avaient à ses yeux qu'une seule et unique interprétation, et il ne l'appréciait guère. Elle le dénigrait. Douter de son histoire était une chose, et il pouvait le comprendre. Mais chacun de ses mots semblait avoir pour but de se moquer de lui, de le rabaisser si son histoire était véridique. D'ailleurs, s'il acceptait qu'elle puisse ne pas le croire, il était persuadé qu'un peu de réflexion suffisait à accepter cette vérité, car mentir d'une telle façon pourrait lui porter plus de préjudice qu'autre chose.
Sur le coup, il lui fut donc nécessaire de se contenir un minimum. Eviter de cracher un quelconque venin trop virulent au visage de cette femme osant lui parler de la sorte. S'il était un guerrier du plus profond de son âme, il disposait naturellement de l'orgueil et l'honneur accompagnant cette pensée. En plus d'une occasion il aurait fait payé de tels agissements, par les mots ou la lame. Mais l'occasion ne s'y prêtait pas, celle à qu'il faisait face venant déjà de subir un certain traumatisme de part les pertes au sein de son unité. Ce pourquoi il préféra se contenir, et prendre les choses avec une certaine philosophie. Evidemment, s'en s'abaisser pour autant en acceptant chacune des remarques.
    >> Je ne doute pas appartenir au passé et que les noms se soient perdus au sein des méandres du temps, mais cela rend-il pour autant fausse mon histoire ? Je suis sûr que les archives doivent contenir de quoi confirmer mon histoire. A moins que vous préfériez que je fasse part de certaines anecdotes ? Bien que là encore rien ne pourrait vérifier mes propos, même si j'ai du mal à saisir l'intérêt que pourrait m'apporter une telle invention.
    De mon époque, je suis le seul représentant encore en activité. Que ce soit Tenzen ou notre Capitaine-Commandant, ils n'étaient pas encore membres du Gotei 13. Et avec la perte de notre fondateur et la « promotion » de la première Kenpachi, les deux derniers ayant eu une telle longévité ne sont guère accessibles il faut l'avouer.
Oui, il était un vestige, une relique unique en son genre. Il n'avait même pas pu être témoin de l'écoulement du temps et était en quelque sorte perdu. Il se sentait comme un étranger. L'une des remarques de la membre de la Deuxième Division allait d'ailleurs en accord avec cette pensée. Le regard qu'il portait sur la Soul Society n'était pas ternis par la lassitude et l'habitude. Il se prenait de plein fouet et les différences et pouvait donc exprimer un avis vide de cet aveuglement. Peut être était-ce d'ailleurs l'un des seuls points positif qu'il était capable de tirer de son sommeil.
    >> Le Gotei s'est affaibli. Les Shinigami sont des guerriers par nature même. S'il y avait véritablement une cause à défendre, nous ne cachions pas notre volonté de combats. Maintenant, la majorité des membres le composant sont des soldats. Leur cause devient la seule raison de leur combat et cela nuit à leur efficacité. Rejeter ce pourquoi on existe est une marque de faiblesse.
    Et il est inutile de se leurrer. Absolument tout chez notre race fait qu'elle existe pour se battre. Nous disposons même d'ennemis naturels. Bien que certains s'y soient ajoutés par la suite...
Evidemment, par ces mots il pensait aux Quincy. Si les Hollows et les Shinigami se faisaient face par nature, il en était différent de ces humains. Ceux là avaient eut le choix et avaient décidés de s'opposer à eux, de mettre en péril l'équilibre. A ses yeux ils étaient bien plus le symbole du mal que les autres, bien que son histoire même jouait beaucoup dans cette considération.
Cependant, tel n'était pas le débat du jour. Si elle demandait des éclaircissement à ce sujet, il n'hésiterait pas à y répondre, mais, pour le moment, elle semblait préférer les remarques désobligeantes. Comme celle sur son grade. Si elle était intelligente, la réponse devait lui sembler pour le moins évidente, ce pourquoi il ne la considéra que comme un simple provocation. Provocation à laquelle il répondit malgré tout par un sourire.
    >> Comme je l'ai dit, je suis un guerrier par nature, comme nous tous. Ainsi, il est logique qu'une telle situation me blesse. Pour autant, je reste lucide. Mon corps est grandement affaibli et je suis bien loin de la force qui était la mienne autrefois. Dans le cas contraire, il est certains que j'aurai repris ma place. Pour l'heure, mon Capitaine m'est supérieur et mérite donc bien plus que moi cette place.
    Il n'y a pas à débattre plus à ce sujet.
Et nul de ces mots n'étaient un mensonge. S'il comptait reprendre son ancien poste dès qu'il en aurait la possibilité, il était bien conscient que c'était impensable pour l'heure. Peu après son réveil, l'idée de défier son remplaçant lui était naturellement venue, jusqu'à ce qu'il se rende compte que ce serait vain. Ce pourquoi il décida de mettre au profit sa patience et attendre que sa force lui revienne plus, et que son endurance lui permettre de tenir plus longtemps sans se retrouver essoufflé.
Mais maintenant qu'il avait apportée les réponses aux questions posées par son interlocutrice, il esquissa un léger sourire amusé. Si elle s'était permise de le dénigrer de la sorte, il serait idiot de sa part de ne pas en profiter pour jouer quelque peu, lui faire comprendre peut être un peu mieux ce qu'il pensait des paroles qu'elle avait prononcé. Ce pourquoi sa voix s'éleva de nouveau.
    >> Cependant, tout ce que je viens de dire n'a guère de sens si vous ne croyez pas à mon histoire n'est ce pas ? En fait, en l'état la discussion ne possède guère d'intérêt car ne peut mener nulle part. Et je dois avouer sentir que vous doutez grandement de mes paroles. A part si mes dernières paroles ont réussi à vous convaincre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Kôgami Kazunaga] Epée salvatrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sauve moi de moi, je te sauverai de toi... [Théo-logie]
» Binbogami ga!
» Une croisée des chemins salvatrice [PV Mei Lee Huang / Sirina Dubarson]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-