AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Mer 31 Oct - 14:43

La jeune femme s'immobilisa au milieu de la salle. D'un œil curieux, elle observa chaque détail, chaque recoin avant que sa présence n'en change irrémédiablement l'essence. Ce bureau était précédemment celui d'Hisagi Shuhei. Un shinigami et lieutenant de talent. Pourtant, lui aussi était tombé durant l'assaut Quincy. Lui, Izuru-sans, Kuchiki-taisjho...et bien entendu le capitaine commandant, Yamamoto Genryusai-dono. Mitsuko Aono se sentait presque fautive de prendre la place de l'ancien titulaire du poste.

Mais lorsque la chance lui avait été donné de s’éloigner du confort de la seconde division, qui plus est en étant promue d'un grade, elle n'avait mis que peu de temps à la réflexion. Une grimace parcourut son visage plongé dans l'ombre de la pièce. Les événements étaient encore trop récents. Il lui semblait souvent ressentir des douleurs dans le bras et les côtes, comme si on lui brisait les os encore et encore. Mais c'était aussi pour ça qu'elle était partie. Se mettre en danger, dos au mur pour se forcer à avancer. Une réflexion dangereuse car tous n'était pas capable d’élever leurs niveaux et dans ces conditions...sois tu réussir, sois tu meurs.

Techniquement, il y avait peu de chances qu'il meure dans le Sereitei mais l'assaut Qincy avaient appris une chose à tous les shinigamis survivants. Plus rien n'était sûr, plus rien n’était que « peu de chance ». Le Gotei 13 était mort pour renaître de ses cendres en un être plus fort, marqué par les cicatrices. Le grand mou qu'était cette organisation s'était transformé en soldat.

Alors Aono ferma les yeux, laissant d'un souffle léger s’évacuer les tensions qui venait de parcourir son âme et son corps. Désormais elle serait le lieutenant de la neuvième division. Elle en aurait la responsabilité et devrait la mener au sommet sous l'égide de son nouveau capitaine. Homme étrange au demeurant. Alors, elle commença à ranger des papiers, modifier l'ordre qu'avait établi son prédécesseur.

Cela allait faire pas mal de changement pour la Kyuubantai. Un nouveau capitaine, bien que celui-ci soit en place depuis un peu plus longtemps qu'elle est un nouveau lieutenant. Certains allaient grincer des dents. Un motif supplémentaire pour se plonger dans le travail. Leur prouver à tous qu'elle méritait son poste. Surtout que contrairement à elle, son capitaine avait de l’expérience. D’après les rumeurs et vagues dossiers poussiéreux, il avait déjà été à son poste avant le capitaine Kensei lui-même. Cela remontait déjà à plus de cent cinquante ans !

Après une heure de rangements divers et variés, Aono en voyait enfin le bout. Non pas que le lieutenant Hisagi était bordélique mais elle avait son propre système, inspiré de ce qui était en fonction à la seconde division et à l'Omnitsukido. Un système qui n'était pas facile à déceler pour la première venue . Tout en code et information caché. Elle aurait pu se dire que maintenant qu'elle était à la neuvième division, il n'y avait plus besoin de tout vérifier et protéger mais elle ne pouvait s'en empêcher. Les mauvaises habitudes ont la dure et encore fallait-il que ce soit vraiment une mauvaise habitude....

Mais déjà au-dehors, un bruit de pas se faisait entendre. Un bras chargé d'une tonne de papier, elle observa sa porte en bois et papier s'ouvrir pour entrapercevoir une forte silhouette puis un nouveau visage. La lumière des lampes sembla danser un moment sur sa cicatrice croisée puis dans les mèches de ses cheveux blonds.

-Bonjour. Je peux vous aider?



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Mer 31 Oct - 18:16

Bordel de merde ! Comment en étais-je arrivé là sérieusement ? Au départ, j'voulais seulement rencontrer le Lieutenant de ma division, rien d'autre. Pourquoi est-ce que j'ai été demander à cet abruti de shinigami les bras chargés de documents, où est-ce que j'pouvais trouver le bureau de feu Hisagi Shuhei ? J'aurais mieux fait de la fermer et de continuer à galérer dans mon coin. Même si être paumé dans le Seireitei commençait sérieusement à me gonfler et qu'au moins, j'savais quelle direction prendre désormais. N'empêche qu'il s'était bien foutu de ma gueule ce sale petit merdeux. En même temps, comment j'aurais pu deviner qu'il se dirigeait justement au bureau de la Vice-Capitaine de la division du lotus, débordant de paperasses ?! Tout un tas de papiers sur la sécurité intérieure du Seireitei, l'genre de truc qui touchait ma division, mais dont je me foutais royalement. Quand j'dis que j'aurais dû atterrir dans la onzième...

    - J'imagine que c'est ici... pas trop tôt sérieux ! Ces trucs pèsent une tonne !


J'étais finalement arrivé à destination, les indications du petit merdeux m'ayant refilé sa merde étant exactes. Après m'être baladé un moment dans le Seireitei, des feuilles plein les bras m'empêchant de voir en face de moi, j'y parvenais enfin. L'espace de quelques secondes, j'hésitais à entrer. Et si la discussion dégénérait ? Causer d'autres ennuis après une bataille aussi désastreuse ne m'enchantait guère. D'un autre côté, je brûlais d'envie de voir de mes propres yeux le remplaçant d'Hisagi. Tester ses capacités, pourquoi pas ? Seulement, pas dans l'immédiat. Quoique... en y repensant bien, l'attaque des Quincy commence à dater de quelques mois à présent, c'est jouable de se frotter à son Vice-Capitaine sans terminer en taule. Enfin, j'vais déjà commencer par entrer, lui déposer sa merde, le reste on verra plus tard. Poussant les portes coulissantes d'un pied, je faisais irruption dans la pièce.

    - De la paperasse pour vous, Mitsuko-Fukutaisho !


Sans même attendre qu'elle me demande de poser la tonne de documents à un endroit en particulier, je laissais retomber le tout sur son bureau, un sourire en coin. Qu'est-ce qu'elle pouvait être chanceuse de devoir étudier autant de conneries ! Personnellement, j'me serais enfui à la seconde où j'aurais vu le chargement venir. M'enfin, elle semblait appliquer dans son travail, aucune chance qu'elle m'abandonne. Autant en profiter pour faire plus ample connaissance donc. Prenant le temps de l'observer, quelque chose me dérangeait chez elle. Non pas que je n'aime pas les femmes, mais l'ancien Fukutaisho m'apparaissait comme plus compétent. Bien que je n'en sache pas plus que cela sur son compte. J'étais justement là pour cela. Aussi, après avoir balayé ce visage amicale pour un air plus sérieux, je déclarais simplement.

    - Alors c'est à cela que ressemble la remplaçante du regretté Hisagi Shuhei ? Je me présente, Ryûzoji Yoshihiro !

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Sam 3 Nov - 21:39

Aono observa l'homme rentré dans son bureau, restant impassible pendant un instant. Il n'en perdit pas lui, pour aller jusqu'à son bureau et y déposer une pile de feuille et autres dossier. Beaucoup de travail en perspective mais cela ne la dérangeait pas. Elle était là pour travailler et non pas dans un camp de relaxation pour shinigami. Le fait qu'il connaisse son nom avait par contre, de quoi la surprendre. Peut-être le capitaine Tenzen avait-il fait parcourir la nouvelle de son arrivée. Probablement même.

L'inconnu ne le resta pas longtemps, donnant son nom une fois débarrassé de la paperasse. Au vu de sa réaction, on aurait put croire qu'il portait des sacs de déchets. Le fait qu'il l'ai nommé par son grade impliquait qu'il devait probablement être de sa division. Ce n'était pas uin fait obligatoire, elle-même nommait les autres gradés par leurs nom et poste. Mais tous n'étaient pas aussi porté sur l’étiquette qu'elle.

-Ryûzoji Yoshihiro...

La jeune femme fit un rapide effort en repassant ses notes mentalement en revue. Un léger sourire vint récompenser son esprit alors qu'elle plongeait son regard dans le sien.

-Vous êtes le troisième siège. Enchanté.

Elle effectua un rapide salut de la tête, s’apprêtant à noter si cet homme en ferait un plus prononcé ce qui serait normal pour un sous-fifre. L'attitude d'un homme face à l'autorité indiquait beaucoup de chose. Courage, lâcheté, esprit de rébellion, orgueil. Aono par exemple, affiché son respect des convenances et de l'autorité. Elle démontrait un esprit formé aux mœurs de la Soul Society et représentait, elle l’espérait, la droiture qu'un soldat devait être.

Son ton et son attitude précédente l'avait déjà renseigné sur de nombreux points. Il semblait proche de son prédécesseur. Une bonne chose car il devait être loyal. Ne restait qu'à voir s'il ferait de même avec elle. Pour l'instant, le ton de sa voix et le choix des mots lui avaient semblé légèrement moqueur... en attente plus précisément. Beaucoup attendrait qu'elle fasse ses preuves à son poste, elle le savait.

-Je suis en effet le nouveau lieutenant de la neuvième division. J'espère que nous saurons bien travaillé ensemble et combler sa terrible perte.

J'avais été à son poste juste auparavant mais la seconde division possédait un fonctionnement particulier. Au final, ses membres se devaient d'être assez indépendant et elle avait été beaucoup plus proche de ceux affiliés au nid de vers qu'à ses supérieurs ou ses sous-gradés direct.

-Je répète ma question, troisième siège. Puis-je vous aider ?


Sa voix avait été calme posé mais le choix des mots avaient été mûrement réfléchis. Ainsi, elle rappelait sa position supérieur à celle de Yoshihiro. Elle observerait avec un intérêt particulier la réaction de son collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Dim 4 Nov - 18:49

Tseuh, elle ne semblait pas perdre le moral à la vue de l'ampleur du travail qui l'attendait, quelle connerie sérieux. Qui cela ne dérange-t-il pas de ramasser un pile aussi énorme de documents à traiter ? Franchement, le Capitaine doit être content, une Vica-Capitaine qui prend son travail au sérieux, il va pouvoir tout lui refiler. Un maigre sourire se positionna sur mes lèvres lorsqu'elle associa correctement mon nom au rang qu'était le mien. Troisième siège, c'est exact, j'suis impressionné. A sa place, j'aurais pas vraiment pris la peine de mémoriser chaque nom de la division, surtout pas aussi rapidement. Je l'observais me saluer de la tête, sans pour autant prendre la peine d'y répondre. Premier test, comment réagira-t-elle face à ce manque de respect ? Elle ne le sait sans doute pas, mais j'ai quelques problèmes avec l'autorité. Je ne reconnais que celle des meilleurs, comme les Capitaines. Le reste, je m'en fous un peu.

    - Le plaisir est pour moi ! Constater qu'une aussi charmante demoiselle est ma nouvelle supérieure, j'pouvais pas espérer mieux ! 'Faudra qu'on aille boire un verre un de ces quatre, j'connais un coin au secteur Est du Rukongai plutôt sympa.


Allons plus loin, faisons lui quelques propositions destinées à la mettre mal à l'aise histoire d'observer sa réaction. Quelque chose au fond de moi me dit que j'lui plais déjà ! Les cicatrices sans aucun doute ! C'est un coup à faire tomber n'importe quelle femme, aussi coincée soit-elle. Le serait-elle cette Mistuko Aono ? J'espère bien ! Quoique dans les deux cas, j'risque de bien me marrer. Alors qu'elle continuait de l'ouvrir, j'écoutais le tout d'un air distrait, pas franchement à l'écoute, mais assez pour chopper l'essentiel. Avant de penser à fournir un travail d'équipe efficace, 'faudra qu'elle fasse ses preuves. J'venais de m'allumer une clope sans une gêne dans mon geste, inspirant une bouffée avant de poser les yeux sur elle. Si elle pouvait me venir en aide ? Elle est déjà en train de le faire ! Si j'suis ici, c'est pour en apprendre plus sur sa personne, une simple discussion suffit amplement pour ce faire.

Elle pouvait bien tenter de me prendre de haut en m'appelant par mon grade, c'est moi qui jouait avec ses nerfs et non le contraire. Aussi, balayant totalement sa dernière question, j'enchaînais, un sourire amusé sur les lèvres.

    - Dites-moi Mitsuko-Fukutaisho, comment en êtes-vous arrivés au poste de Lieutenant de la neuvième ? J'vous avais jamais vu auparavant, est-ce normal ? J'suis curieux d'savoir comment ils en sont arrivés à croire que vous feriez l'affaire.

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Dim 4 Nov - 20:01

Aono sourit, ses paupières se fermant quasiment pour afficher un masque, simple façade poli. Elle avait bien remarqué la négligence du troisième siège, ce côté je-m'en-foutiste, loin de sa personnalité. Mais elle n'était pas la seule à juger de son interlocuteur ici. Elle acceptait que certaines personne soit nonchalante voir même paresseuse si lorsque venait l'occasion de faire leurs devoir, elles répondaient présente.

-Désolé mais je vais devoir repousser votre proposition pour un temps. On laisse peu de liberté à une nouvelle arrivante.

Plus précisément, allez se promener dans le rukongai n'était pas sa priorité, peu importe qui proposait. Elle était là pour travailler, prouver sa valeur et ainsi, tout simplement, progresser. Elle le vit allumer une cigarette. Très mauvaise idée, rien que du point de vue logistique. Une cendre et tout les dossier pouvaient s'enflammer . Passons la provocation clairement affiché dans ce simple geste. Le sourire comme peint sur son visage, Aono reprit la parole, posant peu avant la masse de dossier qu'elle avait dans le bras.

-Pourriez-vous fumer dehors Ryuzoji-san s'il vous plait ? Nous ne voudrions pas réduire la neuvième division en cendre...

Car même si la Kyuubantai possédait de nombreux bâtiment en mur et bien solide, il suffisait de plusieurs bureaux comme le sien où papier et bois était les matières premières pour créer un feu qui se propagerait dans toute l'enceinte. Sans l'attendre, la lieutenant effectua le trajet pur aller se placer sur la terrasse, attrapant une chaise au passage. La jeune femme s'assit, croisant les jambes et posant ses deux mains sur son genou surélevé. Tout en mesure, chaque mouvement était étudier, choisit pour lui fournir ici, une stature parfaitement droite mais dans le même temps confortable. Le regard qu'elle jeta à son subalterne par contre était loin d'être confortable. Il était dur, froid. Bien qu'elle avait posé une simple question, évoquant une demande, elle imposait désormais un ordre.

Ce n'est qu'une fois que le troisième siège sortit de son bureau, qu'elle reprit la parole, adoptant un visage plus amicale que quelques seconde auparavant.

-Il est logique de se questionner sur les origines du petit nouveau, nouvelle dans ce cas. Je viens de la seconde division et notamment des services de l'Omnitsukido, en avez-vous déjà entendus parler ? J'occupais votre propre poste à la Nibantai bien qu'il diffère grandement de vos attributions. Quant à pourquoi m'ont-il choisit pour ce poste... probablement vaudrait-il mieux poser cette question au capitaine Yakushiji ?

La jeune femme ne souhaitait pas trop en dévoiler. La seconde division lui avait apprit à savoir rester dans l'ombre, présente mais invisible. Elle en avait gardé cette culture du secret comme le montrait son système de rangement. De plus, si le secret amenait la curiosité, il amenait aussi, le mystère et le charisme. Des éléments important quant à imposer son autorité. Il aurait été que trop simple de dire qu'elle avait été nommé à ce poste car elle en avait fait la demande. Trop commun et trop vrai.

-Mais qu'en est-il de votre parcours ? Ces cicatrices ne sont probablement pas apparue toute seule et on ne marque pas tout dans les dossiers de division...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Mar 6 Nov - 18:12

Premier point, elle refusait mon invitation. J'étais légèrement déçu, déjà parce que ce n'est jamais cool de manquer une occasion de passer une bonne soirée, mais en plus dans sa façon de répondre, j'la sentais vraiment pas déstabilisée. Franchement pas intéressée ou elle fait semblant de ne rien laisser paraître ? J'suis pas doué pour déchiffrer les réactions des gens, 'faut qu'elle se montre plus expressive ! Clope au bec, j'cherchais un truc où j'pourrais y foutre ma cendre, sans résultat. Vous me connaissez, j'allais pas me faire chier longtemps, d'autant qu'au bout d'la cigarette, arrive un moment où cela tombe. J'allais justement m'rapprocher de l'extérieur lorsque la Lieutenant me pris de vitesse, m'invitant à fumer dehors.

    - C'est bien dommage, le coin est pourtant vraiment bien et ils servent le meilleur saké !


J'venais de laisser sortir ses mots tout en suivant la suivant à la trace, ou presque. Lorsque je comprenais qu'il n'y avait encore un fois aucune chaise sur la terrasse m'étant destinée, je stoppais mon élan. C'quoi son problème à celle-là ? J'l'observais un instant, cette dernière ne semblait pas décider d'en dire plus tant que le danger que représenter ma clope n'était pas mis à l'air frais. Tseuh, les femmes alors... J'la rejoignais tout de même au bout d'une dizaine de secondes. Là, elle me fit un rapide résumé de sa situation. Eh bien... troisième siège à la deuxième division, au service des forces spéciales, avant sa promotion. C'est qu'elle ne vient pas de nulle part la nouvelle.

    - L'Onmitsukido hein ? Vaguement entendu parler ouai, j'en sais pas des masses d'ssus quand même. Combien de temps là-bas ?


Longtemps, sans aucun doute, mais j'étais curieux d'connaître le nombre exacte d'années. Personnellement, c'le genre de question à laquelle j'suis pas foutu de répondre, 'vraiment pas la notion du temps. L'essentiel m'avait été dévoilé de toute manière, ainsi elle intégrait la neuvième à la demande du Capitaine Yakushiji... Y'avait pas mal de rumeurs au sujet de ce dernier, comme un coup d'état foiré. Un homme que l'on dit incroyablement puissant, sans doute trop ambitieux ? L'arrivée de cette Mitsuko à ses côtés pourrait servir à d'éventuels projets ? Pas franchement envie d'y penser ces derniers temps, à garder dans un coin d'la tête.

    - Oh, alors vous avez repéré mes cicatrices ? Elles sont toutes fraîches , obtenues lors de ma dernière bataille au sein du Seireitei. Un combat dantesque contre un Strein... Stain... Stern, un Quincy quoi !


Ce petit enfoiré... me rappeler la raclée prise face à ce type semblait rouvrir les blessures accumulées avant de tomber, facilement vaincu. Mon cruel manque de puissance m'avait amené à bouffer le sol en moins de deux. Repenser à cela suffisait à m'foutre en rogne, j'pouvais bien faire semblant, mes poings s'étaient tout de même fortement resserrés, j'en tremblais de tout mon corps. Inspirant une bouffée de ma cigarette, je levais les yeux au ciel tout en soufflant la fumée devant moi. Si un jour j'retrouve ce petit con, je jure de lui faire bouffer ses dents avant d'lui faire la peau ! Reprenant difficilement mon calme, j'enchaînais à nouveau sur un sujet moins douloureux.

    - En ce qui concerne mon parcours... c'est du basique hein. L'histoire d'un mec qui fait son travail avec sérieux, gravissant petit à petit les échelons au sein de sa division jusqu'à occuper le troisième siège. J'aurais imaginé m'illustrer durant la dernière guerre pour passer Vice-Capitaine, mais j'ai merdé ! Et vous êtes-là, au poste que je convoitais. 'Va m'falloir patienter encore un peu.


Juste le temps d'avoir la puissance nécessaire pour vaincre un Lieutenant, j'en suis encore loin. J'ajoutais tout de même bien qu'en sachant cela, sur un air de défi.

    - Gaffe à vos fesses donc, elles pourraient voler loin de ce poste d'un de mes coups de pieds !


Un peu de rivalité n'a jamais fait de mal à personne.

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Jeu 22 Nov - 22:46

Aono sourit, peut-être pour la première fois, franchement à son subordonné. De ce qu'elle avait put en déduire, il était un peu provocateur sur les bords mais quelqu'un à qui on pouvait faire confiance et sur qui on pouvait se reposer en cas de problème. Un bon élément en somme.

-Un peu d'ambition n'a jamais dérangé personne. Si vous pouvez assumez vos paroles alors elle me paraît justifié.

D'après ses dires, il avaient lamentablement perdue lors de l'assaut. Il n' était pas le seul. Probablement que seul la notification qu'Aono avait occupé le poste de gardienne en chef du nid de vers lui avait donné un avantage sur le papier comparé à son collègue. Elle avait perçut les signes de frustration qui s'était emparé de l'homme à l'évocation du désagréable sourire. Elle ne les comprenaient que trop bien. Nombreuse était les nuits où elles se réveillaient en criant, perclus de douleur là où on lui avait brisé les os. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait fuit la seconde division. Car son départ, s'il était motivé par l'envie de progresser et ne plus n’être qu'une victime lors d'un tel assaut, n'en restait pas moins une fuite. Une fuite en avant mais une fuite quand même. La lieutenante savait ne pas être seule à ressentir ces émotions mais le fait de rencontrer quelqu'un qui les partageaient la soulageait. Encore mieux s'il était son plus proche collaborateurs après son tout nouveau capitaine. Il y a un lien étrange qui se noue entre naufragé. Des valeurs pure quant à se soutenir pour surpasser le pire. Elle espérait bien que Yoshihiro serait de ce genre-là.

-Mais je tiens à vous prévenir, je risque de m'accrocher à mon poste.


Un petit sourire accompagna la déclaration. L’atmosphère était devenu plus légère et la phrase d'Aono avait presque le ton d'une blague. Car elle comptait réellement s'accrocher, se défoncer pour son nouveau poste, son nouveau capitaine et sa nouvelle division.

-je pense que nous ferons du bon travail ensemble. Tant que vous pousserez pour prendre ma place, je me battrais pour la garder. Ainsi, si sommet nous pouvons atteindre, sommet nous conquerrons.

OoooOOOOoooo


Aono et son subordonné traversait les larges étendues d'eau, courant dans le ciel bien loin au dessus des flots. Le soleil brillait fortement et éclairé cette journée d'un magnifique temps. Pas l'ombre d'un nuage, pas l'ombre d'un soucis. Et pourtant...
Une heure auparavant, le gotei treize, et notamment la douzième division avait capté une émergence de reiatsu près d’Athènes. C'était le rôle de la division suivante, la treizième d’enquêter et régler tout soucis ayant lieu dans le monde réel mais les premières indication avait déclencher une autre alerte. Plus interne cette fois. En effet, depuis sa première mission dans l'Omnitsukido, celle-là même où Aono s'était porté volontaire, la jeune femme avait demandé à ce qu'on l'informe de tout évocation, trouvaille concernant un hollow aux cheveux fait de serpent.

Une demande curieuse que son gradé d'abord de troisième siège de la nibantai puis fukutaisho de la neuvième division avait aidé à faire passé. Dès les premières infos tombé et la confirmation du monstre révélé, elle s'était empressé de, de nouveau, se porter volontaire. Car depuis tant d'années, un échec important entachait son âme. La mission de reconnaissance avec tout les morts mais surtout, l'impossibilité d'avoir mis un terme aux actions de sa sœurs. Magdalena. L’aîné des trois sœurs gorgone. Celle qui dirigeait les trois autres. Elle avait échappé de justesse au shinigami nommé Persée voilà plus de cinq milles ans. Elle s'en était bien mieux sortie face aux agents des forces spéciale. De temps en temps, la lieutenant pensait que sa sœur était revenus chasser de nouvelles âmes mais cela l'avait mené sur de fausses pistes. Mais pas aujourd’hui. Les rapports et le lieu de location étaient trop précis, trop détaillé pour qu'elle se trompe.

Alors, la jeune femme était allé cherché son collègue, le troisième siège de la neuvième division. Elle connaissait désormais bien ses capacités et savait qu'il était un allié de choix. Elle aurait put demander à plus de soldats de l'accompagner mais pour ça, il aurait fallut révéler une longue histoire. Une longue et douloureuse histoire de famille. Aono avait confié quelques morceaux de celle-ci à Ryzoshi, le temps passant et leurs collaborations s’améliorant. Un autre bon points pour l'homme à la double cicatrice.

La colline d'Athènes arriva à une vitesse folle, un simple pas leurs faisant parcouru des centaines de mètres. La jeune femme finit par s’arrêter au dessus de l'Acropole, lieu le plus haut de la ville antique lorsqu'elle avait vécu en tant qu'humaine. Aujourd’hui, de nombreux bâtiments pouvaient prétendre à surpasser en hauteur la colline mais le bâtiment restait le cœur de la ville, la dominant depuis des millénaires de ces murs blancs. Une autre jour, elle aurait put regretter la cité antique, chatoyante de couleur mais pas aujourd’hui.

La shinigami ferma les yeux un instant, tentant d’analyser les reiatsu alentours. Ce fut comme une douce odeur flottant dans les airs. Les affres d'une boulangerie laissant la senteur du pain chaud s'éparpiller devant son porche. Sauf que l'odeur n'étaient que cuir, sang et acidité. Aono fronça le nez, autant en réaction à la senteur qu'à l'imagination de retrouver son aînée. D'un signe du doigt, elle pointa la direction à suivre à son camarade. Un tout petit peu plus loin, près du théâtre antique.

Spoiler:
 

Sa sœur était là. Tranquillement assise sur les marches de pierre tenant encore debout. Son menton coincé dans la paume de sa main, elle observait les deux shinigami qui venaient d'arriver dans le ciel. Sa peau bleuté, ses cheveux d'une nuance à peine différente. Elle n'avait pas changé malgré les années passé. L'une des joies d'être déjà mort. Magda fit un grand sourire aux arrivants, ses yeux totalement noir ne les lâchant pas du regard. Elle avait beau paraître calme, posé voir même accueillante, elle n'en restait pas un monstre, fait pour chasser. Et ses proies venaient de montrer le bout de son nez.

-Bonjour ma sœur. Qu'il est si bon de te revoir...

Elle avait parlé comme si Aono était toujours un hollow, comme elle et révélant ses dents aiguisé au passage. La lieutenante tenta de rester de marbre alors que son esprit était assaillis par les souvenirs de sa vie passé en tant qu'hollow mais aussi de sa dernière rencontre avec son aînée. C'est en desserrant à peine les lèvres qu'elle répondit. Ce qui déclencha un petit rire chez la gorgone

-Magdalena.
-Ho voyons Medusa...c'est ainsi qu'on accueille sa sœur adoré ? Allons, allons...


Cette fois le monstre s'était levé, ouvrant grand les bras pour montrer son affection à sa puîné. La fukutaisho quant à elle réfléchissait, aux civils non loin. Ils ne devraient pas être touché par l'affrontement mais on n'était jamais trop prudent. Elle réfléchissait aussi à la mise en place tactique et aux facultés de la créature avec qui elle avait partagé des liens de sang, de très nombreuses années plus tôt.

-Mitsuko Aono.

Son nom avait franchis ses lèvres sans même qu'elle ne le veuille. Sa langue avait manifesté tout ce que son corps ressentais, l'envie de se démarquer de sa sœur, de rejeter son existence précédente. Un sourire carnassier s’étira sur le visage de Magdalena.

-C'est bien dommage que tu le prennes comme ça. Il faudra donc que je t'apprenne la politesse. À toi et ton ami. Vois-tu, j'étais prêt à faire un effort pour ma petite sœur mais je déteste les shinigami. Vous avez une odeur particulièrement exécrable. Une montagne de crottin qui sent à des kilomètres. Moi et mes petits n'aimons pas du tout ça.


Tout en parlant, le hollow caressait ses cheveux serpentaires qui sifflaient de joies au toucher de leurs maîtresse. D'un petit geste du poignet, elle désigna les deux Dieu de la mort, ne jetant même pas un regards à ces derniers, toute son attention semblant reporter sur sa chevelure vivante.

-Occupez-vous en.


L'instant d'après, Aono et Yoshihiro étaient encerclé. Les deux shinigamis se tenaient debout dans le ciel, prenant appuis sur des plaques de reiatsu. Une technique pas si basique que ça mais qui était le b.a-ba de tout gradé. Devant eux s'étendait l’amphithéâtre en arc de cercle de bande de pierre vides. La lourde chaleur de la journée avait écarté les curieux vers des monuments les abritant du soleil, laissant juste la rumeur des rayons brûlants réchauffer l'atmosphère. La Fukutaisho observa rapidement la troupe que sa sœur avait ordonné : le dinosaures qui tapotait le haut de amphithéâtre de sa griffe longue de plusieurs centimètres, le griffon qui battait négligemment de ses ailes violettes et enfin le scorpion de près de trois mètres de long qui faisait claquer ses pinces depuis l'une des rangées de marche. De simple hollows, rien de bien inquiétant tant que vous ne vous faisiez pas déborder.

La menace se fit bien plus pesante lorsqu'un lourd pied s'abattit tout en haut de amphithéâtre. Cette fois la pression spirituel augmenta facilement laissait supposer une évolution du monstre dans la hiérarchie du Hecu Mondo. Probablement un Adjuchas estima Aono. L'ignominie révéla un sourire affreux alors qu'on pouvait voir à travers ses joues la fin de ses dents. Il se réjouissait déjà de la situation.

Spoiler:
 


La fukutaisho plaça instinctivement la main sur la garde de son épée. L'être se enjouait trop sa position pour laisser aux autres la possibilité de frapper en premier. Dans un dernier sourir et un regard où brillait l'envie de dévorer les dieux de la mort, le hollow sauta depuis son perchoir, poing armé légèrement en retrait de sa tête. La lieutenante dégaina totalement son sabre pour le placer entre la frappe du monstre et son corps. Il dépassait tranquillement les six mètres de haut et son coup de poing donna l'impression à la shinigami d'être percuté par un de ces trains que les humains utilisaient pour se déplacer. Malgré son épée en opposition, le choc lui coupa le souffle, la projetant loin en arrière à une vitesse incroyable. L'impact dans ce qui était des centaines d'années auparavant la scène du théâtre provoqua quelques éboulis et nombre de fumée couvrant l'ancien espace scénique. Encore sous le choc de la rencontre avec sa sœur, elle avait été surprise, n'ayant même pas pus voir ce qu'avait dit ou fait son collègue. Elle s'en voulue fortement d'avoir laisser ses émotions la mettre si facilement en péril. D'un shunpo, elle revient à hauteur de son camarade.

-Nous devons nous débarrasser des plus faible en premier pour éviter d'être frappé dès qu'on aura le dos tourné.

Tactique simple mais efficace. Dans un combat de groupe, trois choix s'imposaient : soit vous étiez en nombre suffisant pour éparpiller vos adversaires, soient vous attaquiez le chef de vos ennemis pour briser le moral adverse. Enfin, dans des situations où vous faisiez face à des bêtes qui, quoi qu'il se passe, ne penseront qu'à vous dévorer jusqu'à l'os, il fallait supprimer le plus vite possible les plus faibles. Ainsi, aucune griffes, cornes ou dents ne pouvaient venir vous avoir dans un moment d’inattention. Aono se tut un moment puis dans un murmure, adressa ses derniers ordres à son subordonné.

-Ne te retiens pas Yoshihiro. Tu pourrais y rester.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Ven 23 Nov - 2:33

    - Faisons ainsi, c'est dans la rivalité que l'on progresse le mieux !


Un large sourire vint se poser sur mes lèvres, l'attitude de la Fukutaishô en était la cause. Le début d'une rivalité prenait forme, ce qui ne pouvait que me rendre heureux. Ce n'était pas à un simple siège que je me confronterai ces prochaines années, mais au second plus haut grade de ma division. Un défi excitant et qui promettait de surpasser toutes mes attentes. Je n'aime pas perdre, aussi ferais-je tout mon possible pour réussir à éjecter les petites fesses de la belle brune hors de ce siège. Si pour cela il me fallait parvenir à atteindre la seconde libération de mon zanpakutô, exercice demandant une éternité, alors je patienterai jusque-là. Après tout, aucun de nous n'était pressé d'en finir avec nos vies, alors autant prendre le temps de savourer ce duel.

***


Bordel... pourquoi est-ce qu'elle a besoin d'aller aussi vite ? J'suis d'accord que la situation est urgente, mais ce serait con que j'y laisse toute mon énergie en chemin ! J'suis pas un spécialiste de la vitesse alors forcément, face à celle du niveau d'Aono, j'ai un peu de mal à suivre le rythme. M'enfin, j'vais pas commencer à râler, si j'fais un peu d'effort, c'est pas si chiant que cela d'aller aussi vite, d'autant que l'on court au-dessus du sol et cela, c'est la classe ! Notre objectif n'est plus très loin, j'le sens, nous sommes déjà en Grèce. J'suis resté étonnamment calme depuis notre départ de la Soul Souciety, ayant quelques connaissances sur ce qui nous attends en Athènes, j'suis en mesure de sentir l'importance de notre mission. J'suis à ce propos bien content d'pouvoir y participer, j'vais pouvoir me tester à nouveau, me donner à fond et prendre conscience des progrès effectués, si progrès il y a. Nous arrivions finalement au plateau rocheux s'élevant au centre de la capitale, mes yeux purent alors contempler la beauté des lieux.

    - Bordel... ils faisaient pas semblant de bosser les mecs à l'époque !


Évidemment, c'était la première fois que je mettais les pieds ici. Mes yeux s'attardèrent un moment sur le temple dominant tous les autres aux alentours, le Parthénon. Un sacré morceau, un plaisir pour la vue. Dommage que l'on soit ici pour se foutre sur la tronche et non pour visiter. Sans plus attendre, mon supérieur m'indiqua la position de l'ennemi, qui attendait sagement au bas d'une pente. Je ne savais pas ce qu'il y avait bien pu avoir auparavant, mais là c'était un peu la misère. Une espèce de cour, avec tout autour, positionné en demi-cercle, des rangées de marches en pierres, du moins ce qu'il en reste. Plus grande-chose qui tient debout par ici 'faut dire... Reportant mon attention sur l'individu, j'eus le sourire aux lèvres en contemplant la beauté qu'était la sœur d'Aono. Si on enlève la peau bleutée qui me fait pas tellement plaisir, cette femme a tout ce qu'il faut là où il faut pour me séduire. Ah si, 'faut pas oublier les espèces de cheveux serpents, c'est pas vraiment mon délire non plus. J'reste donc silencieux, aux côtés de la Vice-Capitaine.

Médusa, Magdalena, l'échange entre les deux beautés est amusant à suivre. J'me surprends à prier pour qu'elles en viennent aux mains immédiatement, rien de plus magnifique que des femmes se tirant les cheveux. Souriant au départ, j'en vins à grimacer lorsque la créature commença à me cracher dessus, genre j'ai une mauvaise odeur.... Quelle connasse. Une main sur la tsuka de Dai Kajo, je m'apprêtais à lui en mettre plein la tronche verbalement, mais j'fus pris de vitesse. Alors qu'ils nous encerclaient déjà, poussant leurs cris si agaçant, je souriais, amusé. Trois pauvres Hollows pour nous faire la peau ? Il va en falloir le triple avec le faible niveau qu'ils possèdent, ne serait-ce que pour me blesser. La lame de mon katana sort de son fourreau, tandis que j'adopte une position défensive, dès fois qu'ils seraient pressés d'être purifiés. Il n'en fut rien, la raison étant l'arrivée d'un monstre d'un tout autre niveau. Bordel, lui c'était pas un faible ! Sa pression spirituelle parlait pour lui, il avait dû en bouffer des âmes pour en arriver là.

Et qu'est-ce qu'il pouvait être dégueulasse celui-ci...

    - Pauvre con ! Arrête de sourire, t'as vraiment une sale gueule ! Tu ne voudrais pas écœurer la sublime femme qui se tient à mes côtés, non ?


Si. En fait non, il décida de faire bien mieux, lui en coller une. Lorsqu'il bondit, j'étais déjà en position pour parer le coup à venir, mais Aono préféra s'en charger elle-même. L'impact fut redoutable, la poussière se souleva tout autour d'eux, avant que mon supérieur n'aille s'écraser plus loin, repoussée par la force de frappe du Hollow. Elle me décevait là, s'faire laminer d'la sorte avec son niveau, c'est moche. M'enfin, je m'attardais pas plus que cela sur eux, j'avais mon propre combat à livrer. Se débarrasser des plus faibles pour éviter des blessures inutiles hein ? J'aurais voulu confronter le pouvoir de mon zanpakutô à l'autre bourrin moi... dommage. Alors... qu'est-ce qu'on a aujourd'hui ? L'oiseau c'est mort, pas envie d'me prendre la tête à tenter de frapper un truc qui vole. L'autre animal sur deux pattes et amusant, mais le scorpion me tente plus ! Un scorpion géant avec deux dards, c'est quand même assez rare pour être combattu en premier.

    - Fukutaishô, j'prends l'scorpion ! J'vous laisse les deux autres, vous ne devriez pas avoir trop de problèmes avec eux ! Et ne vous retenez pas !


Ouai je sais, c'est moche de me moquer, mais j'pouvais me retenir de le faire ! Comme si j'ai l'habitude de me retenir devant des Hollows, franchement... J'laisse exploser mon reiatsu tandis que je m'élançais vers ma cible, usant de mes faibles capacités au shunpô pour me déplacer plus rapidement. Le résultat en est une première attaque sur le flanc droit de l'âme tourmentée. Un coup à l'horizontale, la lame de mon katana venant fendre une à une les pattes de la bête. Quatre au total, des effusions de sang pour chaque membre tranché, ainsi qu'une vive réaction de mon adversaire. Ce dernier hurle un moment, avant de balayer ma position d'un revers de pince, enchaînant alors sur plusieurs coups de pinces, tentant ainsi de me trancher en deux. Le premier coup est paré à l'aide du plat de ma lame, le reste est esquivé par des mouvements basiques d'esquive. Si seulement c'était aussi simple... Les membres tranchés repoussent et le scorpion repart à l'assaut.

    - T'as pas l'impression que tu me fais chier par hasard ?! J'ai pas le temps de jouer avec toi connard !


D'un saut acrobatique sur le côté, j'évite de finir empaler par ses dards, l'impact sur le sol me confirmant dans mon choix, deux petits cratères. De nouveau, j'use du shunpô pour le prendre de vitesse, cette fois, j'lui tranche directement ses deux pinces. L'écart de puissance entre nous deux est grande, pas un exploit de laminer ce Hollow. D'un coup à la verticale de ma lame, son masque se retrouve tranché en deux, la purification de l'âme pouvait commencer. Il ne fallut qu'une dizaine de secondes pour qu'il disparaisse, un de moins. Sourire triomphant au visage, je me retournais vers la sœur d'Aono, elle devait avoir vu avec quelle aisance nous nous étions débarrassé de ses petits copains.

    - Alors Madeleina, tu trouves que j'me suis montré assez poli envers lui ou il t'en faut plus pour être convaincu ?


J'éclatais de rire, une fraction de secondes avant d'être percuté à grande vitesse, l'impact m'envoyant valdinguer au loin. Un énorme trou se forma sur le sol de la pente, à l'endroit même où j'avais atterris. Déjà que le coin était en piteux état, si en plus ils trouvaient le moyen d'en rajouter. Le responsable de cette attaque tout en finesse ? Une montagne de muscles, trois mètres de haut, je ne sais combien de kilos, un masque de Hollow sur la tronche et un sourire carnassier bien flippant. Si l'on regarde bien le faciès de l'individu, l'on ne verra aucune trace d’œil, nez ou autre chose pouvant composer un visage humain. Uniquement ce sourire carnassier. Alors qu'il éclate d'un rire gras, j'me relève maladroitement, déboussolé, du sang s'écoulant de mon front. Enfoiré...

Spoiler:
 

    - Bordel ! T'es qui sale enfoiré !?
    - Un Arrancar, Krieg.
    - Oh ? Première fois que j'croise un Arrancar, sympa. Ryûzoji Yoshihiro, troisième siège de la neuvième division. Je vais te massacrer, connard !
    - Pas moyen de perdre face à un tocard de ton espèce ! Giahahahah !

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Ven 23 Nov - 4:11

Aono ne suivit pas son subordonné du regard, le laissant s'en donner à cœur joie contre l'un des monstres présents. Il fallait dire qu'en faisant ainsi, le troisième siège, la laissait avec au moins trois adversaires. Quatre si sa sœur décidait de s'en mêler. Pas très au point niveau partage des responsabilités le balafré. Mais elle n'eut que peu de temps pour y penser car le dinosaures sautait depuis son perchoir, la bouche s’ouvrant de plus en plus pour atteindre les trois mètres de long alors qu'il n'était plus qu'à quelques centimètres de la lieutenante. Le hollow qui l'avait déjà frappé, profita de l'attention ainsi détourné pour recouvrir Aono et la bestiole sous elle de son ombre gigantesque. Contractant ses muscles, il fit sortir une quinzaines de lames de son bras droits qu'il s'empressa d'abattre sur Aono pour la repousser vers son acolyte.

La puissance en elle-même de l'attaque était aisément capable de trancher un shinigami en deux et il y a avait peu de doute que le cerveau de la chose n'avait pas pensé plus qu'à attaquer sa victime et la mettre en pièce. L'esprit plus développé de la lieutenante l’avait amené à supposer une manœuvre préétabli mais il n'en était rien. D'un coup de talon, la jeune femme s'éloigna sur le côté mais le griffon l'attendait. Elle se contenta dès lors d'un nouveau coup pour s'orienter vers le sol et atterrir en douceur. Aono se trouvait alors au milieu de l’ancien espace scénique tandis que Yoshihiro mettait un scorpion géant aux abois et s'adressait à Magdalena elle-même. L'arrancar qu'elle était se contenta d'ailleurs d'un mouvement de poignet comme pour chasser une mouche, presque inconsciemment. Toute son attention était porté sur ses cheveux de serpents, les caressants du bouts des doigts et leurs murmurant des mots doux.

Dans le ciel, le géant attrapait le lézard préhistorique, enfermant le cou de ce dernier dans sa main démesurée avant qu'il ne retombe sur le sol, provoquant de nombreux remous dans l’édifice du théâtre déjà bien abîmée par le passage du temps. Remous qui accompagnèrent dès lors une nouvelle explosion de reiatsu. L'entrée en scène d'un sixième monstre. Il se promenait avec deux énormes boulets attaché à ses poignets. Un instant, Aono s’inquiéta pour son troisième siège, lui jetant un regard le temps d'être rassuré par l'attitude bravache de celui-ci. S'il était aussi grande gueule que d'habitude alors c'était qu'il allait bien. Le géant prit cet instant d’inattention pour balancer le lézard qu’il tenait dans la main, s'en servant comme un missile avec une bouche s'agrandissant de plusieurs centimètres à chaque seconde passantes.

-MANGES !LA !


La fukutaisho, se retourna vers l’objet volant et plus loin le lanceur de dinosaures. L'instant d'après, le temps d'un pas, elle se retrouva plusieurs mètres derrières l'adjuchas, son bras tendue et l'épée dans le prolongement de ce dernier vers la droite. L'incompréhension gagna rapidement les rangs des hollow avant que l'animal préhistorique ne voit tout son corps se divisé en deux parties, de la tête jusqu'au bout de la queue. La griffon eu un traitement similaire, la coupure ayant lieu plutôt verticalement séparant ses pattes antérieur au pattes postérieurs. Enfin, le bras recouvert de lames du géant tomba tout simplement dans le sol recouvert de gravier et de poussière, coupé aussi proprement que ses trois acolyte. Sans même les regarder, Aono prit la parole dans un murmure, comme si elle ne se parlait qu'à elle-même et les laissaient à leurs cris de douleur et pour sa première victime à disparaître purifié en un coup.

-Kyuubantai Fukutaisho : Mitsuko Aono.

La jeune femme laissa son reiatsu grossir dans une flambée de particule spirituelle pour accompagner ses paroles. Elle n'étaient pas parmi les plus impressionnant dans ce département mais cela était suffisant pour appuyer ses dires. Ne tournant qu'à peine la tête, elle regardait ses victimes d'un œil noirs. Plus précisément, sa pupille semblait pointer uniquement sur Magdalena. Cette dernière dus sentir l'attention qui la dardait comme la montée de reiatsu car elle arrêta un moment de s'occuper de ses petits cheveux. Un petit gloussement monta de sa gorge alors qu'un sourire carnassier s’étirait sur ses lèvres.

-Hoho... c'est quoi ce regard meurtrier ? Est-ce ainsi qu'on pose les yeux sur son aînée ?
-Ce ne sera pas aussi facile que tu ne le penses Magdalena.
-Visiblement.


Mais l'arrancar n'en avait cure. De fait, elle ne se levait toujours pas de son banc de pierre. Entre les deux sœurs, le géants cria sa douleur et sa rage en un son désarticulé. Il fit repousser son bras manquant dans une gerbe de sang Cette fois-ci, il attaqua avec toutes ses lames sur son corps, hérissé comme un porc-épic. Le typhon eut une volonté destructrice similaire, s'envolant une fois reconstitué en un seul morceau. Il fut le premier à passer à l'assaut, crachant une bile qui sifflait, semblant brûler l'air lui-même. Mais Aono disparut d'un nouveau shunpo pour réapparaître dans leurs dos, les laissant avec de grandes ouverture, les réduisant aux abois, chacun baignant dans leurs sangs. Elle avait toujours été rapide et particulièrement fier de l'être. Elle s'adressa de nouveau aux deux hollows sans les regarder, gardant les yeux sur sa grande sœur qui ne la lâchait pas non plus du regard.

-Normalement vous exterminerais sur le champs mais aujourd’hui est un jour spécial et vous n'êtes pas mes cibles. Fuyiez tant qu'il est encore temps.
-Attaquez-là. Maintenant.


Magdalena avait pris la parole, ordonnant aux autres hollows ses volontés. Ces derniers avaient bien hésité un instant, constatant la différence de puissance mais comme aux pieds du murs, ils sautèrent tout les deux sur la shinigami dans un dernier assaut.

-Imbéciles.

Aono disparus d'un nouveau shunpo, réapparaissant au dessus de la tête du géant. Les deux mains sur la garde de son sabre, elle l'enfonça avec force dans le masque de son adversaire, le purifiant par la même occasion. Le griffon se retourna vers la localisation de l'attaque mais la shinigami ne lui avait pas laissé le temps de contre-attaquer, son épée le décapitant facilement. Ils n'étaient que de simple hollows malgré la force que possédaient le géant. C'était d'ailleurs tout ce que possédait ce dernier, juste une force brute. Rien de bien dangereux pour un gradé se battant sérieusement. Mais il en était tout autrement de Magdalena et son masque brisé. De fait, bien plus sur ses gardes, Aono jeta un coup d’œil à son troisième siège, ne préférant pas attaquer de front et toute seule sa grande sœur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Sam 24 Nov - 1:34

Désormais, c'était entre ce grand gaillard d'Arrancar et moi, le reste à côté ne m'intéressait plus. Je pouvais très clairement ressentir cette aura meurtrière qui émanait de sa personne, un combat à mort nous attendait. J'ai furieusement envie de lui faire la peau, mais je me retiens d'y aller, son entrée en scène prouve qu'en plus d'être incroyablement puissant physiquement, il se déplaçait vite. Et ses deux énormes boulets retenus par des chaînes métalliques, ces dernières fixées à ses poignets. Si un de ces trucs venait à me percuter avec toute la puissance que pouvait déployer l'Arrancar, mes os seraient tous brisés sur le coup. C'combat promet d'être amusant. C'la première fois que j'me demande comment j'vais bien pouvoir faire pour le terrasser. D'ordinaire, la réponse aurait été Dai Kajo, mais là...

    - Qu'attends-tu, Shinigami ?
    - S'cuze-moi enfoiré, j'étais seulement en train de me demander comment tu pouvais bien faire pour me voir ? T'es pas aveugle ?


Pas de réponse, sourire qui s'efface, l'aurais-je vexé ? Sans aucun doute car il s'met à agiter ses chaînes et forcément, ses deux énormes boulets. J'le laisse venir à moi, confiant. Lorsqu'il abat ses armes, je ne cherche pas à parer, usant d'un shunpô pour me déplacer vers l'arrière et ainsi, éviter l'assaut. Les dégâts sont conséquents, la terre se soulève devant nous. Sans perdre un instant, j'pars en contre-attaque, un assaut de front, ma lame fend l'air en direction de son torse. L'abruti est seulement en train de relever les bras pour ramener ses armes à leur position d'origine, pas moyen qu'il contre. J'vais finalement en finir en un coup. Un sourire prend place sur mes lèvres, tandis que ma lame entaille la chair de l'ennemi. C'est là que je prends conscience de mon erreur...

    - Tseuh ! Trop faible ! Crève !


Bordel ! Il a la peau bien plus dur que j'le pensais l'enfoiré ! Ma lame ne s'est pas assez enfoncé dans sa chair pour parvenir à le blesser sérieusement. En réponse à cet échec lamentable, il me repousse brutalement d'un coup de poing dévastateur. Je traverse alors l'intégralité de la zone de combat, m'écrasant contre les marches dans un vacarme assourdissant, soulevant un écran de fumée. Les débris sont nombreux, le nuage épais. J'ai comme l'impression d'avoir dégusté... Heureusement que j'suis plutôt du genre résistant, un coup pareil y'a moyen d'y laisser la peau sérieux... Quel con ! Imaginer pouvoir le trancher sans avoir libéré mon zanpakutô, c'était vraiment pas malin. Toussotant, j'me relève lentement, m’apercevant que mon arcade est en sang, j'en suis pas surpris...

    - Oh ? T'es encore en vie, minable ?
    - La ferme, je t'ai juste un peu trop sous-estimé ! J'dois te dire merci, avec un coup pareil j'vais pas recommencer une telle connerie... Buttsubuse mujihi, Dai Kajo !


Je ne pouvais plus me permettre d'essayer de laminer ce type en gardant mon zanpakutô scellé, aussi cette phrase fut prononcée et mon reiatsu se déchaîna comme jamais. Une lumière étincelante partant de ma lame illumina mon visage, tandis que mon katana s'allongeait considérablement. J'avais désormais entre les mains un magnifique nodachi approchant le mètre soixante-dix, quoi de mieux pour tailler en pièce du Hollow ? J'arborais un air déterminé, débordant d'énergie et transpirant d'envie d'en finir avec cet Arrancar, qui n'était pas non plus en reste. Nous restions un moment ainsi, nous massacrant du regard, avant de s'élancer au même moment. La rencontre entre ma lame et ses boulets déclencha une faible onde de choc qui souleva les cailloux sous nos pieds.

Reculant d'un bond en arrière, ma première technique s’enclenchait, dès lors ma puissance de frappe augmentait, alors que l'effort resterait le même. Un échange de coups s'amorça, sans qu'aucun ne parvienne à prendre l'avantage, nos coups s'annulant automatiquement. Il le sentait, je frappais plus fort qu'auparavant et ce n'était que le début. Parviendrait-il à tenir la comparaison une fois le plein potentiel de Dai Kajo débloqué ? Quelque chose me laissait supposer que non. Il faisait jeu égal avec le Kuma no Dageki, je décidais alors de passer au niveau supérieur. Frappant une dernière fois, je prenais à nouveau mes distances d'un bond, débloquant plus de puissance encore. Sa peau si résistante parviendra-t-elle à encaisser le Sasori no Chuusha ?

C'est ce que nous allions savoir, alors que je m'élançais d'un shunpô sur mon adversaire...

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Lun 3 Déc - 9:19

Aono put observer son acolyte laisser son reiatsu exploser alors qu'il libérait son sabre. Un petit sourire s'apposa sur les lèvres de la jeune femme. Ryuzoji avait finit de jouer de son côté et prenait enfin, plein pied dans l'affrontement. Malheureusement, son adversaire tenait toujours debout. Un instant, la lieutenante pensa à venir l'aider pour qu'il puisse tout les deux attaquer sa sœur par la suite. Magdalena l'en empêcha. Se déplaçant rapidement entre les deux hommes et la Mitsuko, elle affichait un sourire troublant, ses dents effilés apparaissant par dessus sa lèvre inférieur. Ses cheveux fait en serpent s'agitait mollement tandis que l'arrancar faisait non de la tête.

-Tututu. Ma chérie... ce n'est pas polie d'attaquer quelqu'un de dos, encore moins d’interférer dans le combat d'un autre... Laisse Krieg tranquille, il a si peu l'occasion de venir chasser avec nous...

C'était la première fois que l’aînée d'Aono nommait un de ses compagnons, donnant une importance particulière à l'individu. Tout son discours comme son déplacement le plaçait dans une catégorie différente des autres hollows. Pour elle, ils n'avait été que de la chair à patté. Des petits chiens qu'elle avait emmené pour rabattre ses proies pendant la chasse. Proie qui semblait posséder des kimonos et des zanpakuto.

-De plus, on se revoit enfin après tant d'années. Je veux bien te pardonner pour ces bestioles Cela serait malpolie de me tourner le dos à nouveau. Cela aiguiserait surtout mon instinct de chasseur et tu ne voudrais pas ça.

Tout en parlant, Madgalena avançait vers sa puîné. Écartant bien ses bras, elle voulait apparaître inoffensive. Malheureusement pour elle, sa chevelure ondulait et sifflait, menaçante. Elle s'en apercevait bien évidement et se réjouissait même du faux jeux qu'elle proposait ainsi.

-Si tu savais ce que j'ai dus endurer pour survivre là-bas... Le Hueco Mondo n'est pas un endroit facile à vivre tu sais. Pendant que tu te plaisais à te glorifier de ton grade dans ta précieuse Soul Society, je devais me terrer pour échapper à ces quincys. Mais maintenant c'est terminé et c'est l'heure du buffet.

Cette fois-ci, le hollow montra toute ses dents coupante comme des rasoirs, clairement, elle rêvait de plonger ses appendices dans le corps et l'âme de sa petite sœur. L'explosion de reiatsu qui suivit ne fit que confirmer ses intentions Ses bras tendues paraissaient courbé comme des menottes, menaçant de s'enfermer sur sa victime pour ne pas la laisser s'échapper. Tout ceci imposèrent une pression, une peur sur les épaules d'Aono et c'est par instinct, celui de la bête acculé contre un mur qu'elle réagit.

Poussé par un cris de rage et de peur mêlé, elle leva haut son sabre pour le rabattre avec force sur Magdalena. Cette dernière se contenta d'afficher une suffisance extrême en levant à peine le bras pour parer l'attaque. Elle n'en aurait pas eu besoin, son hierro étant le, même sur sa poitrine et son bras mais ainsi, elle tenait sa sœur à distance. L'arrancar jouissait totalement du moment tandis que des vagues d'air mêlé à du reiatsu était repoussé par le choc. Blessé dans son orgueil par l'inutilité de son attaque, Aono eut une réaction stupide consistant à recommence l'assaut, frappant encore et encore tandis que son aînée éclatait de rire devant le peu de menace que celui-ci représentait. Après quelques échanges, l’aîné se contenta d'attraper le sabre de sa sœur de la main gauche, son visage et ses centaines de cheveux serpentaire démontrant la supériorité qu'elle éprouvait.

-Ton épée est faible ma sœur. Ton cœur est devenu faible et dans ce monde cruel, les faibles meurent.

Le poing de Magdalena fusa pour frapper la lieutenante dans le bas-ventre, terrassant quelques organes au passage. La douleur, sensationnel plia la shinigami en deux, juste assez pour permettre à la femme serpent d'enchaîner, lâchant le zanpakuto de sa puîné pour envoyer un direct dans le beau visage d'Aono, la renvoyant plusieurs mètres plus loin, en sang. La jeune femme roula au sol, porté par la puissance du coup avant de se retrouver face contre terre quelques instants. Des larmes argenté perlait à ses yeux, coulant sur ses joues avant de s'écraser au sol dans des pleurs silencieux.

Alors qu'elle se recroquevillait sur elle-même, son nez brisé, c'était son centre qui la torturait le plus. Sa respiration était lourde, difficile et malgré les grandes goulée d'air qu'elle aspirait, il lui semblait que seuls quelques miettes d’oxygène venait s'engouffrer dans son corps. La soldate leva le regard vers son aînée quand cette dernière prit la parole. Cela ne l'avantageait pas particulièrement, sa vision étant troublé par les larmes et le sang qui coulait désormais de son cuir chevelu à cause de la chute, lourde, sur les dalles de marbre.

-Ma sœur est morte il y a bien longtemps. Tu n'es plus qu'un ersatz, un simple déchet, une ombre de ce qu'elle était. Cruelle désillusion que j'éprouve. Si c'est ça le niveau d'un numéro deux de division, je ne m'étonnes pas que les quincy vous ais décimé comme les lapins que vous êtes. Gotei 13. Tss... vous n'êtes que des déchets de déchets se prenant pour des dieux...Fukutaisho.

Pendant la prise de parole de Magdalena, Aono avait du détourner son regard, non pas par emprise verbale de sa sœur mais à cause de la douleur qui la conservait toujours au sol. Seulement, même ainsi, elle ne pouvait empêcher son corps de réagir. Ses yeux s'étaient agrandis à chaque nouveau mot prononcé, chaque fois plus choqué et plus touché au plus profond de son être. Si elle n'avait déjà pas le souffle coupé, elle l'aurait perdue à nouveau. Mais l'utilisation de son grade dans la bouche de son aînée, provoqua un sentiment diffèrent. Une brûlure qui parcourut toute sa colonne vertébrale, une étincelle sur une mer d'huile. Ses pupilles émeraudes furent prise d'un éclat soudain tandis que la jeune femme laissait de profonds sillon dans le sol là où ses doigts s'étaient resserrés avec colère.

Lorsqu'elle se releva, la lieutenante apparaissait presque calme d’apparence. Mais quiconque regardait ses yeux pouvait apercevoir la tempête qu'elle contenait à l’intérieur d'elle-même. Sa main droite refermé sur la garde de son zanpakuto, elle laissait son reiatsu grandir encore et encore. Le faire évoluer pour atteindre des sommets, le laisser transpirer de chaque cellule de son corps au points d'avoir mal, d'avoir l'impression d'être déchiré de l’intérieur. Son aura verte s'intensifiait prenant une couleur sombre en réponse à l’émanation spirituelle. Contrairement à précédemment, il ne s'agissait pas là d'une explosion mais d'une montée en puissance graduelle et contrôlé. De fait, elle ne redescendait pas après le coup de semonce.



C'était un sabre qu'on tirait de son fourreau.



Sabre qu'Aono pointait désormais sur sa sœur, une menace de mort on ne peut plus clair qui ne désarçonna pas l'arrancar, ce dernier se contentant de sourire à cette annonce. Si la lieutenante ne lâchait pas sa sœur du regard, c'est à son troisième siège qu'elle s'adressa.

-YOSHIHIRO ! Arrêtes de jouer et finis-en !

Car la jeune femme connaissait les capacité de son collègues et « prendre son temps » n'était plus acceptable. Peut-être lui-même avait-il entendu le discours de Magdalena. Dans tout les cas, il était une insulte que tout shinigami se devait de venger et celle-ci était d'autant plus cuisante qu'autant le Ryuzoji que la Mitsuko avait chèrement payé le passage du Vanderveich au Sereitei. Laissant quelques instants à son subordonné, Aono se jeta sur son ennemi. Exactement le même mouvement qu'auparavant. Cette fois-ci, l'arrancar ne prit pas la peine de jouer quelques instants, attrapant immédiatement le sabre de sa sœur.

Exactement ce qu’exceptait la Kyuubantai Fukutaisho. À peine sentit-elle son zanpakuto immobilisé qu'elle en lâchait la garde pour apparaître sur la gauche de Magdalena pour frapper dans le flanc qui était désormais à découvert. L’ignominie réagit rapidement, frappant du revers son assaillant mais alors que le dos de sa main allait percuter la joue d'Aono, elle n'y rencontra que du vide, la shinigami s'étant de nouveau déplacé pour apparaître dans le dos de sa puîné bien plus à découvert que le flanc de cette dernière un peu plus tôt. Frappant aussi fort que possible, son poing gauche propulsa Magdalena comme si elle était aussi légère qu'un mannequin de paille, droit dans l’édifice de roche composant l’amphithéâtre.

-IKKOTSU !


Le cri de rage résonna dans les travées du théâtre antique. Aono y avait mis toute sa frustration, tout son orgueil bafoué et si son esprit avait apprécié initiative, sa main gauche elle, retomba mollement alors que son poignet s'était brisé sous l'impact. La jeune femme ferma les yeux un instant tandis que sa main blessé lui envoyait des vagues de douleur.

Mais une dizaine de mètres plus loin, une voix s’élevait des décombres, rageuse, sifflante.



-Dévores !Princesa Serpiente !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Jeu 6 Déc - 22:47

Première frappe. Un coup donné à la diagonale, qu'il parvient à parer in-extremis de ses deux énormes boulets, ces derniers se fissurent sous l'impact, manquant de se briser de justesse. Il ne l'a pas remarqué, trop intrigué de me voir déployer autant de puissance aussi rapidement. Sans doute ne m'imaginait-il pas capable de lui tenir tête, lui qui possédait une force physique monstrueusement élevée. Affichant un air déterminé, concentré dans l'affrontement, je repartais à l'assaut. Seconde frappe, pointe du nodachi la première, telle les cornes d'un taureau, l'obstacle qu'il oppose ne peut que se briser et voler en éclats. Désormais, l'Arrancar n'a plus que deux vulgaires morceaux de chaînes sans intérêt. La colère se lit sur son visage, j'enchaîne sans traîner. Troisième frappe, à la verticale, le but étant de le trancher en deux et d'en finir immédiatement.

Un flot de sang se déverse sur le sol, tandis que l'ennemi pousse un cri de douleur, il semblerait que j'ai manqué mon coup... Il n'est pas mort, ayant de justesse, encore une fois, réussi à placer ses avant-bras protégé par deux plaques de pierres entre son crâne et ma lame. Cette résistance couplée à la peau incroyablement dur d'un Arrancar, cela suffisait à lui éviter la mort. Pour autant, il n'était absolument pas tiré d'affaire, il ne faisait que retarder l'inévitable. Comment empêcherait-il la prochaine tentative de toucher au but ? Alors que j'amorçais la quatrième et dernière frappe, levant bien haut Dai Kajo au-dessus de moi, il eut une réaction imprévisible. Se jetant désespérément sur moi, ses crocs vinrent frôler ma gorge, mon poing gauche lui écrasant le visage déviant la gueule de Krieg jusqu'à mon épaule droite. Celle tenant mon zanpakutô.

    - Tss... j'crois bien avoir réduit une ou deux de mes phalanges en miettes avec ce coup... T'es vraiment sacrément chiant de t'accrocher à la vie à ce point ! T'veux pas juste crever et me foutre la paix ?! Putain d'Arrancar !


Mon reiatsu explosa, une dose d'énergie spirituelle fut envoyée à mon poing gauche, ce afin de m'assurer une frappe plus puissante, mais aussi éviter de m'éclater complètement les phalanges. Comme je n'avais pas l'impression qu'il lâcherait si facilement et que mine de rien, j'souffrais drôlement dans cette position, j'devais faire au plus vite. Sauf qu'il resserra ses mâchoires et la douleur fut plus grande encore, un genou fut plié, frôlant la pierre tâchée de nos sangs mélangés, de quelques centimètres. J'hurlais longuement, tantôt à cause du mal qui m'attaquait, tantôt pour gueuler sur l'arrancar de me relâcher. Il allait finir par me l’arracher à cette allure ! J'perdais beaucoup trop d'sang, il devenait urgent de me dégager et vite. Une seule frappe, je n'aurais qu'une seule et unique frappe...

    - DEGAGE DE LA CONNARD DE MEEEEEERDE ! RAAAAAAAAAH !


Mon poing s'écrasa sur le masque du Hollow avec une violence inouïe, j'venais d'foutre toutes mes forces dans c'putain d'coup d'poing ! Balayé sous la puissance de la frappe, Krieg s'envola, s'écrasant bien plus loin, la rencontre avec cette masse et la terre déclencha quelques secousses au sol. Haletant, le front ensanglanté, la sueur se mélangeant au liquide rougeâtre s'échappant de mes blessures, je soufflais un con en constatant que mon bras ne s'était pas décroché. L’adrénaline du combat affaiblissait sans aucun doute la réelle douleur que je devrais ressentir pour avoir subi une pareille morsure. Quelques shunpôs m'amenèrent au point de chute de ma victime, cette dernière gisait au sol, inconsciente. Il n'y avait plus qu'à l'achever. Sans hésitation, je lui transperçais le masque, avant de remonter de plusieurs centimètres vers le haut. La lame confortablement incrustée dans le masque du hollow, jusqu'à atteindre l'air libre.

    - Finalement, tu n'étais pas de taille, pourriture.


Inutile d'en dire plus, il n'était déjà plus de ce monde, son âme venait d'être entièrement purifiée par mon zanpakutô. Mon premier Arrancar... ce combat n'avait rien eu d'une partie de plaisir. La Kyuubantai Fukutaishô avait beau me hurler dessus d'arrêter les conneries, il m'avait donné du fil à retordre mine de rien. Je restais tout de même supérieur à lui, créature démoniaque qu'il incarnait. Ne dit-on pas que la Justice l'emporte toujours ? Il faut croire que oui. Détournant mon attention sur le combat voisin, celui opposant les deux sœurs, le cri d'Aono m'informant de la situation. Sa sœur Madeleine dégustait sévèrement là... La secrétaire de la neuvième ne semblait vraiment pas contente ! La discussion devait être intéressante pour l'avoir mise dans un état pareil ! Main gauche posée sur l'épaule en sang, j'approchais de mon supérieur, tandis que l'autre folle s'extirpait des décombres.

Une phrase suffit de sa part pour activer une espèce de transformation.

    - Merde... ce qu'elle peut être b... brillante sous cette forme !


Avouer que sa sœur était plus appétissante qu'elle pouvait l'être, alors qu'elle se trouve à moins d'un mètre, ce n'était pas la meilleure des choses à faire. Madeleine n'en restait pas moins sexy, comment est-ce que je pourrais combattre une telle chose ? La réponse ne vint pas de moi, mais d'elle. Usant d'une technique de déplacement aussi performante que le shunpô, elle se plaçait derrière nous, avant de fendre l'air une première fois de son arme. Bondissant plus haut que l'arme, je ne pus cependant pas échapper au reste de l'enchaînement. Sa longue queue de serpent me percuta à trop grande vitesse, m'éjectant dans les décombres qu'elle visitait il y a tout juste une dizaine de secondes. En espérant qu'Aono s'en sorte mieux...

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Sam 8 Déc - 14:36

Le reiatsu de Magdalena empli l'air en quelques instants. Il en devenait presque difficile de respirer tant son odeur, sa présence se collait à toute chose. C'était comme se baigner dans une mer de serpent, les sentit se mouvoir tout autour de vous, s'enrouler sur vos membres, parcourir chaque centimètre de votre peau jusqu'à votre tête pour enfin vous recouvrir de leurs écailles. L'instant d'après, ils semblaient tous s'être réunit au même endroit, dans le dos des deux shinigamis. Si auparavant, la jeune femme avait l'impression d'être dans une mer de serpent, elle avait maintenant la quasi-certitude d'être dévoré par un reptile de taille gigantesque. L'envie de tuer de son aînée était monstrueuse à )plusieurs titres. Aucun doute qu'elle se contenterais de parler et de se défendre cette fois-ci. L'attaque de sa sœur l'avait enragé.

Manque de respect ? surprise de se sentir envoyer voler par sa puîné ? Il importait peu en réalité, tout ce que voulait l'arrancar libéré était détruire les deux dieux de la morts se tenant devant-elles. Es détruire encore et encore jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que quelques miettes, fondant dans l'acide, plongé dans une abysse de douleur. Sa première attaque était d'ailleurs faite pour frapper ses deux ennemis en même temps dans une frappe bourrine. Son étrange lance fit un arc de cercle qu’évita facilement Ryuzoshi mais, venant du côté gauche d'Aono, cette dernière possédait un léger retard de réaction, ne pouvant utiliser sa main de ce côté-ci. L'arme frappa lourdement son coude, provoquant de nouvelle vague de douleur dans son bras avant de l'envoyer dans les gradin.

Un instant la lieutenante avait perdue conscience lors de son entrée dans les décombres. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, un joli trou montrait par quelle chemin elle était venu. Se relevant avec douleur, son bras pendant toujours mollement contre sa hanche. La jeune femme sortit, s'appuyant sur les restes de l’édifice encore debout. Sa vue toujours un peu floue, ses autres sens prenait le relais. Toujours cette odeur serpentine, toujours cette envie de tuer. Mais l'attention de Magdalena s'était transféré vers son troisième siège. Ce dernier s'en était à peine mieux sortit que sa supérieur, échappant au premier assaut que pour mieux se faire avoir par le second. La vue de la fukutaisho s’améliora, revenant enfin à la normale. Sa sœur agitait furieusement sa queue de serpent, signe de son instabilité émotionnelle.

Étrangement, la lieutenant elle, se sentait plutôt calme. L'habitude des combats ? L'extase d'être dans un combat à mort ? Celui de mettre un terme à son histoire démoniaque d'une façon ou d'une autre ? Un peu de tous et dans le même temps aucun. Non, cela portait sur quelque chose de diffèrent...

Le poids des responsabilité. Elle se sentait dos au mur. Incapable de reculer. Si elle ne serait-ce que tenter de s'écarter, de fuir, sa sœur la mettrait en pièce. Un sourire quelques peu masochiste vint se former sur ses lèvres. Car c'était dans ces conditions qu'elle excellait le plus.

-Gegitsomade Konasu... Mit-sumeruuu !(Percute-les jusqu'à les tailler en pièces, Celle qui regarde fixement !)


Jetant son épée dans les airs pour la rattraper « à l'envers », c'est à dire garde en avant, Aono énonça la phrase de libération de son zanpakuto. La lame sembla se fondre sur elle-même, rapetissant à toute vitesse pour finir par couler tout autour de la main de sa manieuse. Le reiatsu d'Aono augmenta d'un cran comme si une chaîne venait de se briser. Une nouvelle odeur rentra dans le champ de bataille. Une odeur métallique mais également reptilienne... ce qui ne manqua pas d'attirer l'attention de Magdalena. L'arrancar se retourna vivement, surprise et un moment effrayé. Lorsqu'elle comprit qu'il s'agissait de sa petite sœur, bafouant selon elle l'existence des gorgones en amenant un tel artefact, sa rage décupla. Armé de sa lance, elle fusa sur sa cible qui disparut peu avant l'impact. Le sol quant à lui, ne put avoir ce traitement de faveur et se mit à fondre à l'endroit même où les piques de la place l'avait touché. La Kyuubantai Fukutaisho réapparut dans le dos de son ainée, étrange miroir de ce qui s'était passé quelques instants plus tôt, les rôles étant inversé.

-Onmitsu Shunpo Shihō no Yon: Tentoumushi (Voie de l'Onmitsu, 4ème du Shihō :La coccinelle).

L'orgueil que retirait Aono de sa technique était facilement identifiable. Elle avait mis beaucoup de temps et d'effort pour atteindre les sommets de l'Onmitsukido lorsqu'elle pensait ne jamais pouvoir entrer dans les rangs du Gotei treize. Aujourd’hui, elle n'en était que plus forte. Sa main ganté traça une diagonale dans le dos de sa sœur avant qu'un clone de la jeune femme apparaisse sur la propre lance de son ennemi. Son poings s’abattit sur le poignet de cette dernière pour lui faire lâcher son arme. Tout pour provoquer un combat au corps-à-corps car c'était là qu'elle était la meilleur, un bras en moins ou non.

Magdalena siffla de douleur avant que les serpents de ses cheveux se mettent à cracher de l'acide sur sa puîné. Tel dieu passant un rouleau de peinture, éliminant l'image d'Aono, cette dernière disparut pour réapparaître de l'autre côté. Malheureusement, l'arrancar avait bien suivit et son poing vint percuter le shikai de la shinigami. Elle crut un moment avoir réussit à stopper ses mouvements mais un second clone apparut derrière les deux combattantes, plantant les dents de la tête de gorgone, qui couvrait sa main droite dans la queue de la femme aux cheveux de serpents.

En réalité, de clone, il ny en avait aucun. Seulement la Kyubantai Fukutaisho qui, au maximum de sa vitesse était capable de faire croire à cette douce illusion. Ces attaques étaient bien réelles par contre, la jeune femme apparaissant et disparaissant juste le temps de frapper avant de s'enfuir et recommencer le petit manège. Pendant une bonne minute, Magdalena la tint tout de même en echec, n'encaissant que de ptits dégats, de simple coupure de-ci, de-là. Rien de grave. C'était tout à son honneur car le combat semblait vraiment ressemblé à un deux contre un.

Aono lançait une droite vers la tempe de sa sœur que cette dernière évitait en se baissant. La seconde Aono frappait alors dans le dos de l'arrancar qui était repoussé à des réflexes surhumains pour esquiver les enchaînements. Car la première lieutenante apparaissait de nouveau dans son angle mort pour continuer l'assaut. Jusqu'à ce qu'elle commence à vraiment perdre pied. Son souffle était devenu court, ses mouvements plus lent. Cela la poussa à une offensive de bien plus grande envergure. Se recourbant sur elle-même, elle sauta haut dans les airs, profitant de son corps désormais torsadé pour envoyé de nombreux jets d'acide un peu partout sur le champ de bataille : Le Dokuame.

Même Aono et son double ne pouvait continuer à attaquer après un tel assaut. Le repli étant la seule option envisageable, la jeune femme fuit en direction de son troisième siège, profitant d'une très temporaire accalmie sous les gradins. Au dessus d'eux, la pierre fumait, fondant petit à petit sous la force de l'acide. Mais si la lieutenante avait parut l'emporté, maintenant qu'elle s'était arrêté, on pouvait l’observer le souffle court, les mains sur les genoux tandis que son front était recouvert de sueur.

-Cet abris ne tiendra pas longtemps à ce rythme... Mais mon zanpakuto devrait bientôt faire effet.

Tout en discourant, la jeune femme avait tendue sa main droite devant ses yeux, observant le gantelet de métal à la force si particulière qui la recouvrait. Toutes ses griffures n'étaient pas vaines car ici résidait le vrai pouvoir de Mitsumeru, capable de transformer ses ennemis en roche. Seulement la lieutenante de part ses longues années sans son arme avait toujours du mal à situer précisément le temps d'action de celle-ci. La fukutaisho se releva, maintenant que son souffle avait repris son cours normal. Dévisageant son troisième siège puis le plafond, elle reprit la parole.

-Dès que sa... « pluie » marque un temps mort, aussi léger soit-il, on doit faire une percée pour se placer au dessus d'elle.


La tête toujours dressé& vers le plafond que représentait les gradins, ils pouvaient facilement apercevoir ce dernier commencé à tomber en miette. L'important était de se focaliser sur le bruit de pluie à l’extérieur qui leurs indiquerait quand cette dernière aura cessé.

-Maintenant !


Sans plus attendre, la lieutenante disparut d'un shunpo, suivant la courbe des gradins pour ressortir de l'endroit où elle s'était fait encastrer par sa propre sœur quelques minutes plus tôt. Deux ombres noires fusèrent au travers de la brèche pour se propulser dans le ciel. Seuls quelques gouttes tombaient encore, faisant fumer les vêtements des deux shinigamis. Mais lorsqu'ils s’arrêtèrent dans le ciel, un grondement se faisait entendre depuis le sol.

-Que... ?

Quelques mètres plus bas et, à une vitesse sensationnel, un serpent d'acide fonçait sur eux, gueule grande ouverte. Le reptile les percuta avec force, recouvrant tout l'espace de leurs champ de vision en un instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Fléau.

Messages : 261
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   Mer 12 Déc - 20:01

Bordel de merde... c'coup-ci je ne suis pas prêt de l'oublier, j'crois bien avoir ressenti la douleur parcourir l'intégralité du corps, avant de stagner dans mon crâne, hurlant comme jamais que l'autre garce cognait fort. Au niveau du bide, plus grand-chose était encore intact, de grosses vagues de douleur frappant sans cesse la zone, m'obligeant à poser ma main gauche dessus. Comme si c'était le remède miracle au mal... Pestant, j'me dégage de sous les gravas, me relevant dans la foulée, jetant un coup d’œil à mes fringues. Les pauvres... Le manteau est parsemé de trous plus ou moins gros, une de mes protections à l'épaule n'est plus à sa place et l'autre part en couilles. 'Faut croire qu'elle cogne vraiment fort la femme-serpent. Mon épaule droite est toujours aussi sensible, du sang continue de s'en écouler. Quand on compare avec les deux sœurs, j'crois bien être le plus mal en point. Pas moyen que je perde, pas contre un Hollow. Arrancar ou pas, j'vais lui exploser la tronche !

Et dehors, le combat entre les deux membres d'la famille des folles faisait rage. A coup d'acide et de gorgone qui te change tout ce qu'elle mord en pierre. Bizarre hein ? Tel est le pouvoir de la secrétaire, quelque chose d'étrange. Tous ces serpents qui mordent, qui changent en pierre, qui servent de chevelure ou encore balancent de l'acide, j'trouve cela effrayant. Comment peut-on autant aimer une créature aussi répugnante ? Dai Kajo est bien plus classe qu'un truc qui rampe et t'attaques sournoisement. M'enfin, c'pas mon problème, j'devrais plutôt réfléchir à comment l'atteindre sans y laisser la peau. J'suis plus tout frais, 'va falloir penser à en finir rapidement. Pourquoi je sors pas de mon abri ? Y'a comme une pluie d'acide qui s’abat sur la zone de combat et j'tiens pas vraiment à fondre comme la pierre servant de toit à ma planque. Et comme je n'ai aucune idée de comment m'en sortir, j'laisse Aono me guider...

    - Depuis quand la pluie marque un temps mort ?


Selon ma coéquipière, l'idée était d'attendre le bon moment, lorsque la pluie cesserait, pour sortir de sous les gradins et charger depuis le haut. Le plan est sympa, mais j'savais pas qu'une pluie qu'importe sa consistance, pouvait soudainement prendre fin. Il suffirait de la faire tomber sans interruption pour faire fondre la pierre sur nos têtes et tout de suite après, nous faire fondre. Alors pourquoi s'arrêter juste avant ? Un mystère auquel je n'aurais sans doute jamais de réponse... Aono lançait le signal, nous ressortions alors des décombres aussi rapidement que possible. J'râlais un bon coup en constatant qu'évidemment, des gouttes tombaient encore, s'attaquant à nos fringues. Mais le plus surprenant vint d'en bas, surgissant du sol la gueule grande ouverte, fonçant dans notre direction, un serpent. Un gros serpent, corrosif à souhait et avec une seule idée dans le crâne, nous faire la peau. A cette allure, à cette vitesse, aucune chance de l'éviter, seulement de minimiser les dégâts.

    - J'espère que vous avez un plan pour abattre votre sœur, Fukutaisho, car après ça, j'vous serai plus d'une grande aide. En attendant, on va jouer à un jeu vous et moi. Vous êtes le projectile, je suis le lanceur ! GO !


Et sans même lui laisser le temps de réagir, je la saisissais par le bras, la projetant de toutes mes forces dans une direction quelconque, sans même viser. L'idée était simplement de lui éviter de ramasser l'autre bestiole d'acide en pleine tronche. Seul moi suffirait. Ce mouvement exécuté, le reptile me percuta, m'entraînant avec lui dans sa course, soit aux pieds des gradins. Retour à la case départ, une autre brèche venait de se former, la poussière s'en échappant. Aucune chance, malgré ma résistance, que je me relève immédiatement, besoin d'un temps mort. Aussi, ce fut de longues minutes plus tard qu'une explosion de reiatsu eut lieu à l'emplacement exact où je m'étais écrasé. Un reiatsu poussé à son extrême, repoussant les morceaux de pierres, se déversant sur la zone de combat avec fureur, écrasant de son poids les êtres les plus faibles. Pas suffisant pour faire plier Aono ou sa sœur, évidemment. Seulement un moyen pour la première de comprendre que j'atteignais mes limites.

L'adrénaline et la colère s'emparant de moi à cet instant suffiraient à permettre à mon corps de bouger encore un moment. M'avançant lentement vers les deux femmes, je m'élançais vers l'Arrancar la seconde suivante, le pouvoir de Dai Kajo débloqué à son maximum. Que Madeleine me prête attention ou pas, le résultat serait le même, un massacre. Hurlant de rage juste avant d'abattre ma lame sur la femme, celle-ci encore trop occupée avec Aono ne put que repousser cette dernière dans la précipitation, avant de parer ma lame de son arme au dernier moment. Insuffisant pour Dai Kajo qui l'écrasa sous sa force de frappe, plaquant la femme au sol, ce dernier explosa sous un gros cratère.

    - Celui-ci, c'est pour ton foutu reptile qui a bien failli me crever !


Et en effet, il suffisait de poser les yeux sur moi pour constater la gravité des choses... Plus aucune protection, que ce soit aux avant-bras ou aux épaules. Un manteau absent, un shihakushō qui ne ressemblait plus à rien. Et pour compléter le tout, des grosses plaques rouges sur la tronche et le reste du corps, du genre qui te brûle et te ronges avec efficacité, est-ce assez pour me faire tomber ? Très probablement. Je voulais seulement m'assurer de lui faire ressentir la même douleur avant de me retirer du combat.... Et en effet, le temps d'lancer un sourire à Aono que j'tombe en arrière, mon zanpakutô revenant sous sa forme scellée. J'ai atteint ma limite... J'reste pour autant conscient, désireux d'assister à la fin de ce combat.

_________________
Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys on Grooveshark
[22:55:15] * Kuragari Asuna embrasse Gan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1163-kichigai-ganryu-en-cours#8506
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]
» - Event V.2 - Un adversaire à sa mesure
» Greedy - La grandeur d'un homme ne se mesure pas à sa taille
» La grandeur d'un homme se mesure dans ses actes et non dans ses paroles
» L'amour se mesure à notre capacité de pardonner (Andrew)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-