AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Mar 24 Sep - 19:34

Je crois que je ... que je me suis encore paumée.

L'endroit ne me dit rien, en tout cas. Je regarde à droite. Je regarde à gauche. Définitivement, ça ne me dit rien. La question qui se pose, alors, c'est : Comment j'arrive à me paumer ici, alors que ça doit faire bientôt un siècle que je suis dans la sixième division ? Hmm ... Magie noire ! Oui, ça ne pouvait être que ça ! Les murs changent de place pour me plonger dans la confusion, et pour m'empêcher de trouver le chemin de la CANTINE ! Je le savais, que j'avais sentie une énergie négative en vagabondant dans ces couloirs ! Ou alors, c'est juste que j'ai pas fait attention où j'allais, et que je me suis retrouvée du coté des quartiers des autres divisions. Divisions que je ne connaissais pas, n'avais pas envie de connaître, et même paumée n'avait toujours aucune envie de faire connaissance avec.

Un bruit chelou résonne. Je crois que mon ventre crie famine. Je crois que j'ai vraiment faim.
Je crois que je n'aurai pas dû dire à Sasaki de me laisser finir le balayage, et de m'attendre pour qu'on aille ensemble à la cantine. Elle, au moins, elle se paume pas. Elle connait bien l'endroit, ce qui n'est pas difficile en fait.

Je soupire, alors que je me laisse tomber contre un mur, finissant assise, un brin dépitée.
Il n'y avait personne, à cette heure là. Tout le monde profitait d'un repas à cette heure-là. Sauf vous savez qui. Alors je vais devoir attendre que les gens finissent de manger, pour que je puisse en croiser un et lui demander le chemin de ma division. Et bon, vous savez, vu que niveaux horaires c'est assez strict, je vais devoir attendre le diner avant de pouvoir me nourrir, et je vous assure que les heures elles vont mettre du temps à passer ! Un coup à bousiller mon après-midi, à n'en pas douter !

Je soupire, dépitée, mon balais posé contre mon épaule.

- Je donnerai mon âme pour des takoyakis ...

Nan Nao', tu évites de baver, ça fait sale ! T'entends ?! SALE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Lun 30 Sep - 22:03

    - Hohoho ! C’est qu’on a une jolie demoiselle, ici !

    - Ouais ! T’as vu !

    - Matez l’balai ! J’suis sûr que c’est une meuf de quatrième qui s’est encore paumée, hahaha !


    A peine avait-elle parlé, que la jeune rousse fut encerclée par une foule nombreuse de mecs. La plupart de ces personnes étaient baraqués avec des mines patibulaires, dont le ton effrayant était renforcé par de grosses cicatrices que l’on pouvait apercevoir sur leur peau nue. Pas de doutes possibles : La jeune femme avait affaire aux grosses brutes de la onzième division qui se démarquaient facilement des autres soldats du reste du Gotei 13. Même qu’un gosse de l’académie des shinigamis les reconnaitrait facilement avant de se mettre à décamper sous des cris hystériques. Le dernier à avoir pris la parole et un autre de ses potes vinrent la soulever pour la mettre debout. Histoire de bien la reluquer. Histoire de bien juger ses formes affriolantes.

    - ‘Tain. Elle est super bien gaulée ! Mieux que les thons du rukongai !

    - Ouais. T’veux pas passer l’reste de la soirée avec nous, bébé ?


    Laideurs incontestables. Gueules puantes. Manières de gros rustres venant tout droit des derniers districts du Rukongai. Autant dire que ces personnes étaient vraiment détestables. D’ailleurs, l’un d’eux se mit à serrer les poignets de la belle rousse, tandis qu’un autre s’attelait à lui retirer son balai qui pourrait peut-être s’avérer dangereux. Dans la foulée, un autre salopard profita de ce regroupement pour foutre une grosse claque sur le popotin de la pauvre rousse qui n’avait rien demandé. En somme, elle était cernée et harcelée par de gros dégueulasses qui ne pensaient pas plus haut que leur ceinture. Mais alors que la proie semblait capturée et acquise, l’un d’eux se mit à balbutier des mots incompréhensibles, avant de tomber au sol…

    - Hime… HIMESAKI-SAN !

    La voix criarde de leur camarade poussa le reste des harceleurs à déconsidérer la belle rouquine un instant, pour voir ce qui se tramait derrière eux. C’est à cet instant qu’ils me virent, planté là, à quelques mètres de leur position, avec un sourire carnassier qui en disait long sur mes états d’âmes. Ni une ni deux que tous sans aucune exception prirent la poudre d’escampette, finalement sous un rire sonore de ma part. Je n’étais encore que cinquième siège dans cette division, mais j’étais plutôt impitoyable avec les soldats de notre effectif. Suite à cette pensée rigolote, je finis par me rapprocher de la belle jeune femme avec un sourire sincère. Et la coïncidence, pour ne pas dire le pire, c’est que j’avais en main une grosse barquette de takoyakis…

    - Tu vas bien ? Ces idiots ne t’ont pas trop importunés ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Mar 1 Oct - 22:24

J'ai entendu des bruits de pas. Je relevais la tête, un grand sourire sur les lèvres. Des retardataires ?! Ouay ! Ils vont pouvoir me ramener à la cantine, youpi ! Minute : Pensée qui me vient à l'esprit. Et si c'était des gens paumés, un peu comme vous savez qui ? Ah. Tout de suite, le sourire se fane. Ça serait quand même une coïncidence. Une mauvaise, mais est-ce que j'étais à ça près ? Bonne question ... N'empêche que je reste assise, alors qu'une bande de mecs m'encercle. Commence à s'exprimer. A s'exprimer comme des gens des quartiers les plus pauvres du Rokungai. Je les regarde, une fois. Et deux. Et j'ai comme l'impression d'être en face des nazes de la onzième division. Enfin, nazes, nazes ... On était aussi des nazes à lunettes, pour eux. Même si des lunettes, on en avait pas.

Là, je me dis : Je ferai mieux de me barrer. Mais c'est pas très logique comme réaction : On est tous Shinigami, nan ? On allait pas s'agresser quand même ? Je suis soulevée. On me fait des propositions limites. On m'enlève mon balais et on me bloque contre le mur. Là, je sais vraiment pas pourquoi, mais j'ai commencée à avoir peur. Coeur qui bat à cent à l'heure. Le seul truc que j'arrive à sortir, c'est :

- Heu, pour passer le reste d'une soirée avec quelqu'un, faudrait déjà être en ladite soirée, parce que là, tu vois, on est en-

Claque sur les fesses. Je laisse échapper un couinement assez pathétique. Je me débats. Ca les fait rire. On est Shinigamis, nan ?! Alors pourquoi ils me font ça, hein ?! Quand je disais que c'était des nazes, j'étais pas sérieuse ! Je l'ai jamais pensée ! J'essaye de me justifier, les mots se bousculent sur mes lèvres, et je crois qu'ils s'en foutent. Même si en fait, ils s'en foutent carrément. Et là, je comprends pas. Ils arrêtent leur jeu. Ils se retournent. Ils disent des trucs que je comprends pas, avant de se disperser aux quatre vents. Moi dans tout ça ? Je m'écroule, à genoux. Je tremble comme une feuille, je garde le regard rivé droit devant, dans le vide. J'aurai limite envie de pleurer. Mais ça se fait pas. Père aurait honte de moi, si il me voyait dans un état de faiblesse pareil. Mais Père est mort, sûrement. Et il doit même pas se souvenir qu'il a une fille aussi déplorable.

J'suis une naze à lunettes. Même si j'ai pas de lunettes.

Une voix résonne. Je secoue la tête. Pas le temps de se morfondre, je lève mon regard vers ce qui ressemble le plus à mon ... sauveur ? Il me dit rien. Il attend quoi de moi ? Des remerciements ? Je le regarde bêtement, pendant quelques secondes. Je prends une grande inspiration, essaye de lâcher un quelconque remerciement. J'y arrive pas, y'a qu'un bruit chelou qui émerge. Le rouge de la honte teinte mon visage. Rouge pomme. Je finis par me redresser, en m'appuyant contre le mur. Et je fais une courbette, une courbette comme on en faisait au palais. Mais je reste silencieuse, parce que j'ai pas envie de paraître plus naze que je le suis déjà. Mon balais est par terre, je le ramasse. Je crois que les mots me reviennent.

- Kansanmida, oppa.

Je m'incline à nouveau, je me sens obligée. Je me mords la lèvre inférieure, sentant que ce n'est pas assez. Mes doigts se baladent nerveusement sur le manche de mon instrument. Et finalement, voilà que je vois le Saint Graal !

- Oooh, des takoyakiiiiis ! T'as trouvé ça où ?!

NAOKO ! La bave, qu'est-ce que je t'ai dit à ce sujet ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Ven 4 Oct - 12:19

    - Kan quoi ?!

    Okaaaaaay. Je crois que je suis tombé sur le gros lot, là. Cette meuf, elle était chelou dans tous les sens du terme. A se laisser tripoter sans quasiment rien dire, à serrer son balai contre elle comme une sorte de sureté alors qu’on en plein centre de la onzième division, et à me sortir un dialecte que je ne connaissais et que je ne voulais même pas connaitre, d’ailleurs. Il devait certainement être humain, mais qu’importe. Toujours est-il que cette petite rousse me donnait une impression bizarre, d’autant qu’elle n’était pas si « gaulée » que ça. A bien regarder, ses formes étaient presque inexistantes quoi. On était loin des péripatéticiennes qui pullulaient dans les fameux districts infâmes du Rukongai ; quoiqu’elle avait tout de même du charme, la p’tite rousse…

    - HEIN ?!

    Et là, c’est le drame ! Sous un soudain regard suspicieux, j’avais inconsciemment effectué un ou deux pas en arrière. Tout mon être transpirait l’égoïsme à grosses gouttes, parce que le partage commençait très certainement par ce genre de questions totalement chelou. Puis, il n’y avait qu’à voir sa bouille pour comprendre qu’elle avait l’eau à la bouche en regardant mes takoyakis de manière intense. « Heu… On en fait dans les tous premiers districts du Rukongai en fait… » Autant dire plutôt loin. Une trentaine de minutes de marche pour un shinigami lambda et une dizaine pour un expert en shunpo. Dans les deux cas, le chemin allait être laborieux vu qu’il était long et qu’il faisait extrêmement chaud avec ce soleil. Et puis, ils devaient avoir vendu tous leurs takoyakis à cette heure.

    - Putain…


    Cette meuf avec son ventre qui criait famine était presque foutue en fait. Les cantines du seireitei devaient être désertes maintenant sans plus aucune ration à fournir avant le soir. Il ne lui restait plus qu’à patienter, mais est-ce qu’elle le pourrait véritablement ? Encore des questions qui vinrent tarauder mon esprit alors que je n’avais qu’à disparaitre de son champ de vision pour pouvoir profiter de ma nourriture en toute tranquillité. Cependant, l’image de la jeune et belle Yoshiko qui officiait à la neuvième division vint me rappeler que je me devais d’être serviable et aimable. Faire table rase de mon passé chaotique pour devenir quelqu’un de bien et avoir la chance de l’approcher et pourquoi pas… De la draguer ! Et ces changements commençaient sans doute par ces petits gestes quotidiens…

    - Bon… On va les manger ensemble ces takoyakis… J’ai pas le choix en même temps hein… TOI LA BAS, VA ME CHERCHER DE L’EAU ET DU SAKÉ !

    Alors que j’avais fini par prendre ma décision en annonçant à la rousse affamée que nous allions partager mon repas, j’eus l’ouie de bruit de pas, avant de me retourner soudainement vers un bleu de la division sur qui j’avais gueulé et qui s’en alla au pas de course exécuter mes ordres. Ouais. Il n’y avait vraiment rien de tel qu’avoir le pouvoir par ici. C’était trop cool ! Par la suite, je m’étais approché de mon invitée, avant de m’assoir à même le sol et déposer la grosse barquette de takoyakis entre nous. Elle était pleine à craquer. De quoi pouvoir atténuer sa faim et me contenter également. Aussi avais-je fini par taper le sol à côté de moi pour qu’elle y pose son auguste fessier, histoire par exemple de commence à bouffer ensemble. Halala… C’était hyper compliqué d’être gentil, vous savez !

    - Bon alors, tu bouffes ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Jeu 10 Oct - 18:35

Il ne comprend pas. Je le comprends. Deux fois comprendre en deux phrases, ça fait relou, mais je partage son sentiment. Moi aussi au début, j'y comprenais rien à leur baragouinage à ces Shinigamis. Ils parlaient japonais, alors que moi c'est juste le chinois qu'on m'avait enseigné, à coté de ma langue maternelle. J'affiche un petit sourire, gêné. Je dévie le regard. Toujours l'habitude de répondre dans une langue qu'il ne faut pas. Ou à coté de la plaque. Surtout à coté de la plaque, même si remercier son sauveur n'est que la plus naturelle des choses, nan ? Je doute, me questionne, ça chauffe dans ma p'tite tête.

Puis là, il remarque mon désarroi. Et me jauge. Je connais ce genre de regards. Il hésite. Entre m'abandonner à mon sort, ou m'aider. Même si tout dans son comportement crie le : Si tu veux manger, t'as qu'à trouver TA PROPRE BOUFFE. Suivi d'un nom d'oiseau pas forcément élogieux. J'essayais d'avoir l'air le plus misérable possible, en lui faisant les gros yeux. Normalement, j'aurai aussi lâché un *S'il te plaiiiit* avec ma plus parfaite voix de gamine, ce qui faisait généralement craqué Père ou tout prétendant se présentant à moi. Sauf qu'il ne m'en a pas laissé le temps. Il a finalement obtempérer, et même qu'il a ordonné à ce qu'on ramène de la boisson. Han. Et on lui obéit à lui. On vient pas l'intimider. Même que c'est le contraire. Un peu comme moi au palais, avant ma mort. Je n'étais pas l'autorité, mais de mon géniteur celle-ci découlait. Ce qui me donnait pas mal de privilèges.

Je le regardais faire, silencieuse. Et voilà qu'il semble s'impatienter, il tape le sol à coté de lui. Une invitation, nan ? Ça se fait pas de refuser ! Alors, lorsque sa voix résonne, je m'exécute au plus vite, et m'installe à la place qu'il m'a allouée. Avec un petit sourire et des yeux brillants, la barquette s'offre à moi. Délicieux takoyakis ... A moi ! Et à lui. Mais à moi aussi ! Mais j'attends. Pourquoi ? Parce qu'on m'a éduquée ainsi. Le dominant se sert en premier, c'est comme ça. Alors en attendant qu'il déguste le délicieux met, je décide de faire la conversation. Je prends ma voix de gamine, celle qui minaude. Aegyo on appelle ça en coréen, la voix qu'on utilise pour charmer son interlocuteur. Mais qui a surtout tendance à casser les oreilles de celui qui n'y est pas habitué. Et comme il est sûrement pas coréen (il aurait compris mes remerciements sinan, hein !), bah il va m'envoyer chier. Sauf que j'ai pas le recul, là tout de suite, pour m'en rendre compte.

- Encore merci pour votre aide, oppaaaa, sans vous, je ne sais ce que j'aurai fait ...

Ma voix est empreinte de l'accent du Matin Calme, et même un autre asiatique s'en rendrait compte. Ou pas. Et voyant qu'il ne se servait pas en premier, je prenais le risque de prendre un des ô combien mirifiques takoyakis pour le déguster. Goût de paradis pour ventre en souffrance. Je ferme les yeux, profitant des saveurs délicates.

- Si bons ...

Je me dandine, toute sourires. La boisson arrive, dont le magique SAKE ! Je me dis que j'ai soif. Et que j'ai soif d'alcool. De mon vivant, bah, l'alcool, pour une demoiselle comme moi ? De ma haute naissance ?! JAMAIS ! Alors maintenant que ma dynastie ne signifie plus rien, fuck off je dis ! On brave les interdits, voilà ! Alors je me sers une coupole, dudit saké. Mais pas avant de lui en avoir servie une, à mon partenaire. Et je la lève, en son honneur, avec une révérence. Et toujours la même petite voix.

- Kanpei !

Avant de boire cul sec ladite boisson. Et de prendre de la couleur. Bah oui, y'a pas de raison que je tolère ça alors que j'en ai jamais pris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Nana Bantai Taisho

Messages : 557
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   Mar 15 Oct - 12:23

    - NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNN !!!!!!

    Ma voix s’était perdue dans l’horizon lointain. Sans comprendre le pourquoi du comment, cette folle dingue avait confondu l’eau et le saké. Un saké pur et extrêmement fort que peu de personnes pouvaient tolérer. J’avais alors dégluti devant son expression tout aussi rouge que sa chevelure, avant de porter une main à mon visage, non sans secouer ma tête dans tous les sens. Du genre, facepalm, oui. Décidément, j’allais de mal en pis avec cette tarée sortie de je ne sais où. J’aurai pu lui faire une crasse comme profiter pleinement de son corps vu son état actuel, mais il n’était point nécessaire de m’abaisser à ça. En même temps, c’est pas comme si elle était aussi bien foutue que la belle Yoshiko. Et puis, se taper une fille bourrée n’était pas la meilleure des idées…

    Plus que jamais, mon énième soupir fut lourd. Pourquoi moi ? Qu’avais-je fait pour mériter un tel châtiment ? De très bonnes questions qui trottaient dans ma tête. Mon déjeuner était fichu, si l’on pouvait dire ainsi et il me fallait vite aviser, avant que le problème qu’était cette fille ne prenne une grosse ampleur dans la division. Mais surtout, il ne fallait en aucun cas que mon père ne me voit avec cette idiote, sans quoi il penserait des choses plutôt regrettables. De ce fait, je m’approchai de l’inconnu, avant d’agrandir son décolleté. L’intérêt était de voir l’insigne qui était brodé à l’intérieur de son Kosode et non pas les melons qu’elle avait en guises de poitrine. Une fois que je sus à quelle division elle appartenait, je l’observai presque de travers…

    Aucun sens de l’orientation, moi j’vous dis. Et c’était vraiment déplorable. Quitter la sixième division des fameux Kuchiki pour atterrir à la troisième ? Mon Dieu… Même un gosse de l’académie ne se perdrait pas de la sorte. Je finis par me lever, avant de prendre et fermer la barquette pleine de Takoyakis. On aurait pu croire que j’allais me barrer et la laisser seule à son sort, mais point du tout, puisque je l’avais prise également dans mes bras avant de disparaitre suite à un shunpo. Je me mis dès lors à sauter de toitures en toitures, avec pour cap final la sixième division. Nul doute qu’aux abords de leurs locaux, quelqu’un la reconnaitrait très certainement. Je ne voulais pas me l’avouer, mais je nourrissais de l’affection pour cette idiote quelque part. C’était indéniable !

    - NAO !!! OU TU ÉTAIS PASSÉE ?! ET C’EST QUI CE GARS ?!!!

    Ça, c’était quelques minutes plus tard, après que nous soyons enfin arrivés à la sixième division. Autant dire que faire route avec cette fille fut difficile, mais je vous passe les détails qui pourraient certainement me foutre la honte. Alors, une fois que l’une de ses amies se dirigeait vers nous au pas de course, je posai la fameuse Nao au sol ainsi que la barquette encore pleine de takoyakis, avant de disparaitre suite à un shunpo. Elle pourrait en manger comme bon lui semble. Enfin, pour plus tard vu son état qui allait certainement la plonger dans un gros sommeil sous peu. En repartant dans ma division, j’eus un petit rire. J’imaginais de loin la gueule de bois qu’elle allait avoir et le fait qu’elle n’allait certainement plus se rappeler de moi. Juste pour une coupole, héhé.

    Drôle de journée !

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1639-chikusa-heiji#12702
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai faim, j'ai faim, j'ai faiiiiiim ! [Ft. Tōjō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RETRO: REPORTAGE Haïti les émeutes de la faim 2008
» la faim plus fort que l'amour
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» Ils sont gros, ils sont forts et ils ont faim.
» [Tyrannia] La faim justifie les moyens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-