AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Groupe 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Messages : 606
MessageSujet: Groupe 1   Jeu 17 Oct - 16:50

Groupe 1 : ordre de post

Shogen
Kuchiki Tokiomi
Naezka Coalt
Umezawa Kai
Saiwai Naoko
Kyuusei Noboru

Au cas où vous vous questionneriez sur la manière dont nous avons établi les groupes, nous avons tout d'abord tenté de mettre ensemble les duos logiques (Capitaine avec son Vice-Capitaine; Espada avec son Fraccion,...). Cela fait, nous avons établi les groupes restant grâce au hasard.
C'est également par le hasard (vive les dés !) que nous avons déterminé qui affronterait qui, ainsi que l'ordre de post.

N'oubliez pas de prendre connaissance de CE POST, et tout particulièrement des règles de l'Event ! En effet, le non-respect de ces règles peut amener des sanctions plus ou moins importantes, mieux vaut donc s'y préparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rinyuaru.forumactif.com

avatar
Messages : 10
MessageSujet: Re: Groupe 1   Jeu 17 Oct - 18:08

Le monolithe s'écrasa avec fracas au milieu d'un centre commercial de Karakura. Aussitôt en place, son sombre mécanisme s'activa. La machine de mort était en marche, faisant sienne l'ensemble des âmes l'entourant. Bien qu'il ne s'agissait pas du premier à faire son apparition, les simples mortels étaient toujours incapables de comprendre les événements se déroulant autour d'eux, ceux situés réellement à côté n'ayant tout simplement pas le temps de saisir que quelque chose arrivait avant que leur âme soit arrachée de leur enveloppe corporelle.

Puis une silhouette se posa sur son sommet, les mains croisées dans son dos. Un vaste sourire présent sur son visage, il observait le spectacle. Ou l'expérience plutôt, puisque c'était ce dont il s'agissait à ses yeux. Une simple expérience qu'il avait en partie conçue et se déroulant comme c'était prévu. Balayant le sol du regard, il constata que le hasard l'avait mené en un lieu de choix. Déjà les victimes se comptaient par dizaine et leur corps restaient sur le sol, offrant une précieuse matière première au vieux scientifique. Car il était bien conscient que, d'ici quelques minutes au mieux, il en aurait besoin.

Toute organisation d'envergure ayant beau avoir été balayée dans cette ville, elle n'en restait pas moins le point de regroupement de nombre d'âmes puissantes, toute nature confondue. Parmi celles-ci, plusieurs seraient attirées par la situation, que ce soit en raison d'une simple curiosité ou bien d'une volonté de défendre leur habitat. La présence de Hyoma permettrait de limiter le danger auxquels seraient exposés leurs précieux monolithe, mais ne pas envisager la possibilité que certains échappent au puissant lieutenant serait une erreur de calcul qui ne pourrait être pardonnée.
Lentement, sa main droite se dégagea de son dos, venant caresser avec délicatesse sa barbe. Et son sourire se fit encore plus grand tandis qu'il attendait la distraction du jour. Il était prêt à les accueillir avec tous les honneurs qu'ils méritaient. Pour peu qu'ils soient à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: Groupe 1   Sam 19 Oct - 1:53

Scène étrange que celle d'un homme protégeant son propre corps étendu à ses pieds sous couvert de la barrière translucide qu'il vient d'ériger. Rien si ce n'est la tenue ne le distinguait de celui qui gisait au sol, de toute évidence inanimé – et pour cause, il était ici question de son propre corps artificiel qu'il venait de délaisser dans l'urgence. Tokiomi devait d'ailleurs avouer en être positivement surpris, il n'aurait jamais imaginé pouvoir être si réactif à sortir de son Gigai après toutes ces années. Oh, il l'avait bien sûr quitté de temps à autre pendant tout ce temps, mais la relative rareté avec laquelle il le faisait l'avait amené à penser que la réactivité ne serait pas son fort s'il était amené à le faire en cas d'urgence. Cette attaque inopinée venait de lui prouver le contraire. Dommage qu'il ait fallu la vie de plusieurs dizaines de personnes pour s'en rendre compte, mais il n'avait rien demandé.

N'était-ce toutefois pas ce qui s'appelait être au mauvais endroit au mauvais moment ? Lui qui se contentait d'ordinaire d'aller faire ses courses à l'épicerie... Il avait fallu que pour une fois qu'il décide de fréquenter à titre d'essai une grande surface pour voir ce qu'elles avaient à offrir, un météore lui tombe droit dessus. On pouvait difficilement faire plus malchanceux – ce qui lui prouvait néanmoins que se montrer plus dépensier qu'à l'accoutumée ne lui apporterait jamais rien de bon. À ceci près qu'après examen, une fois que les décombres qui lui étaient tombés dessus furent retombés au niveau du sol pour lui permettre de l'examiner, il réalisa que le projectile n'avait rien d'un débris spatial en chute libre ni même d'une catastrophe naturelle quelle qu'elle soit.

Du moins, il n'avait jamais entendu parler d'un phénomène - quel qu'il soit – qui projetterait des obélisques de cet acabit en plein coeur d'une ville sans l'ombre d'un signe avant-coureur. Ses yeux se plissèrent alors qu'il remontait ses lunettes sur son nez de sa main libre – l'autre tenant son sabre devant lui pour consolider un tantinet la bulle protectrice qu'il avait formée dans l'urgence. Une rotation du poignet dissipa cependant ses effets défenseurs, rendant leur liberté à ceux qu'il y avait emprisonné contre son gré – leur rendant par la même occasion un fier service, mais aucun d'eux ne le saurait jamais. Un coup d'oeil par-dessus son épaule lui fit évaluer l'étendue de son altruisme involontaire.

Ça m'apprendra à vouloir sortir faire les courses un vendredi 13... soupira-t-il.

Initialement prévue pour lui et pour lui seul, il en avait néanmoins mal calculé les dimensions, sauvant ainsi une demi-douzaine de personnes dans la foulée sans même l'avoir voulu. Prostrés contre le sol, les mains plaqués contre la tête en une vaine posture défensive qu'ils quittèrent tous autant qu'ils furent quand ils se rendirent compte qu'il n'y avait plus cette barrière invisible pour les retenir. Ils ne sauraient jamais ce qui leur avait sauvé la vie et se contenteraient de croire qu'ils avaient évité les débris. Théorie improbable, mais si c'était ce qu'ils voulaient croire... Même si ce n'était pas vraiment volontaire, on pourrait ainsi dire qu'il avait fait sa bonne action.

Fort heureusement, aucun de ses « protégés » n'avait jugé bon d'emporter son Gigai pour lui venir en aide, n'écoutant que leur égoïsme et leur volonté de sauver leur petite personne avant toute chose. Il n'aurait plus manqué que de devoir aller le récupérer dans il ne savait quel foyer de Karakura une fois déclarée la fin des hostilités. Car hostilités il y aurait, à n'en point douter. D'une impulsion donnée par un sort de Kidō de bas niveau, il envoya le pantin inanimé voltiger plus loin – à un endroit où il serait à l'abri des combats à venir tout en étant sûr de le retrouver aisément par après. Une fois que ce fut fait, il usa d'un rapide Shunpō afin de réduire à presque rien la distance le séparant de l'objet du délit.

...Ou plutôt de celui qui en son sommet contemplait la désolation semée par celui-ci, non sans constater au passage que le nombre de cadavres – ou de personnes proches de l'être – allait croissant à mesure qu'il se rapprochait de ce qui semblait être l'épicentre de cette nouvelle vague de chaos. Même s'il n'avait nullement prévu de dégourdir ses bons vieux pouvoirs aujourd'hui, l'ex-Roku Ban Tai Taishō était heureux de pouvoir prendre part à l'amusement imminent : la dernière fois, il était arrivé trop tard pour avoir sa part du gâteau. Un sourire cynique étira ses lèvres alors qu'il s'adressait le premier au vieil homme qui semblait tirer une intense satisfaction à la vue de ce paysage dévasté.

Il parait que quand je porte cette tenue, je suis censé avoir pour but premier de faire le bien autour de moi. Rien de personnel... annonça-t-il en pointant sa lame dans sa direction. Qu'il se plaise à compter les défunts avec une fascination morbide était une bonne chose, car il serait bientôt du nombre.

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: Groupe 1   Sam 19 Oct - 14:51

« Aspiration »
→ Pour sa part, Nae commençait à déplorer le fait de n’avoir de corps tangible. Elle avait bien rencontré quelques personnes, c’est vrai, mais par sa nature même sa condition la tenait au dessus du commun des mortels et, somme toute, bien éloignée. Habituée la solitude depuis un moment –toute une vie ?- elle ne l’aimait pas pour autant. Entre être seule dans un château immense emplis de gens imbus d’eux même et invisible dans la foule… On pouvait se demander, d’un point de vue humain, si les Arrancars n’étaient pas un peu maudits. Se dévorant les uns les autres, se croyant au dessus de tout… Mais bien seuls. Sans qu’elle n’en soit consciente, la présence de la compagne qu’elle avait eue de son vivant lui manquait cruellement… D’où son attrait pour les jeunes filles, sans doute.

Malgré tout, elle continuait à fréquenter les endroits plein de vie et à observer le monde qui se développait autour d’elle sans même la remarquer. Ce jour là, la demoiselle avait pour une fois laissé derrière elle sa queue pour aborder une paire de jambes, un pantalon de costume gris à la facture très fine et une chemise blanche qu’elle –comme à son habitude- aimait laisser un peu ouverte. Ce genre de vêtements lui correspondait sans doute mieux que les étranges combinaisons blanches qu’elle portait à Las Noches, et Nae ne se sentait jamais mieux que lorsqu’elle portait une chemise blanche. Mais bon, il n’y avait bien que pour elle que ca faisait une différence, étant donné qu’elle ne fréquentait personne.

Croquant dans le concombre qui volait joyeusement au beau milieu du magasin –qui plus est en rétrécissant- elle n’ignorait pas que plus d’une personne se demanderait ce qu’elle avait réellement vu ce jour là en faisant ses courses. Il n’était pas rare que la serpente s’amuse avec ca : bien qu’invisible, elle n’était pas dans l’incapacité d’entrer en contact avec le monde, et en profitait régulièrement. On ne pouvait même pas parler de vol à proprement parler, au vu du détachement total dont elle faisait preuve en commettant ses « méfaits ». Quand à la réaction des mortels vis-à-vis de ses actes… Elle n’en avait strictement rien à faire. Au mieux s’en amusait-elle. Du moment qu’on la laissait tranquille.
Jusqu’alors, elle n’avait pas eu de problème. Elle ne cachait que peu son aura, mais n’était pas la seule personne à vivre « normalement » dans le monde des humains malgré son espèce et ses pouvoirs. Elle se considérait donc libre d’agir à sa guise, tout comme eux le faisaient, « Espada » ou non.


Naezka était en train de reluquer honteusement un groupe de jeunes filles hésitant devant l’étalage des pommes lorsque celles-ci, suite à un grand fracas, s’écroulèrent. La serpente demeura stupéfaite, ton son corps vibrant en réponse à l’énergie s’emparant des lieux. Si elle s’était attendue à ce type de retournement de situation… La présence étouffante du projectile se déployait dans toute la grande surface, raflant par dizaine les existences humaines. L’Arrancar savait qu’elle ne pouvait rien y changer, même si elle y était, finalement, bien moins indifférente que nombre de ses pairs. Nous ne vallons pas mieux qu’eux. Elle ne se tenait, qui plus est, pas en très haut estime…
Pourquoi s’était elle mise en tête d’approcher cette graine de chaos ? Les raisons étaient multiples. Une curiosité déplacée en était une. Elle aurait pu céder à l’envie de s’éloigner sans demander son reste en laissant ces choses là à d’autres personnes, mais elle ne l’avait pas fait. Elle reconnaissait sans mal la signature funeste, pour avoir déjà vu l’une de ces pierres en possession de l’Aleksandrakov. Mais la taille de celle-ci n’était pas comparable…

Devant elle se dressait un roc énorme couronné d’un vieil homme à l’air fort satisfait. Presque sans interruption, les âmes convergeaient vers cette pierre dont l’aura étouffait toute les présences alentours, pulsant un peu plus fort à chaque nouvel être dont elle gorgeait ses ressources… C’était moche. La serpente n’avait encore jamais rencontré de Maho Tsukais. Pendant un temps, elle avait ressenti de la haine envers eux, mais pour des raisons qu’elle n’identifiait désormais plus. C’était sans mal qu’elle identifiait ce vieillard lugubre comme l’un des leurs, aussi bien par son absence de présence que son accoutrement. Sans mot dire elle s’était immobilisée et rivait ses pupilles dorées sur le propriétaire présumé du Monolithe. Elle n’avait eu qu’un regard en coin pour le Shinigamis qui se dressait face a celui-ci –sur sa gauche-, considérant que la race n’avait que peu d’importance. Ils avaient d’autres chats à fouetter. Un espèce de Vieil angora blanc à l’air vicieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: Groupe 1   Sam 19 Oct - 17:41

Cette fois-ci ils avaient été rapides. Cette fois-ci ils étaient prêts. Cette fois-ci il n’y aurait rien de laissé au hasard. La vice-capitaine de la Seconde Division fraîchement nommée tâchait de dissiper l’exaltation nouvelle qu’elle ressentait pour sa première réelle mission en tant qu’officier de haut rang. Ses épaules étaient aussi lourdes de responsabilité que de la tension de la bataille à venir. La Seconde Division avait été mobilisé en urgence, le Goteï 13 était à l’affût depuis suffisamment longtemps pour pouvoir envoyer ces meilleurs éléments sur le terrain à tout moment. Pour Kai c’était le relâchement de plusieurs longs mois de tensions où elle en était presque venue ardemment à souhaiter la confrontation avec leur nouvel et mystérieux ennemi. A l’époque néanmoins elle ne s’était guère attendue à devoir prendre part au conflit de manière aussi central et frontal. Dépouillée de ses attributs de membre de l’Onmitsukido, c’était en qualité d’officier en second de sa division et auxiliaire du Capitaine Kyuusei Noboru qu’elle allait poser pied sur le champ de bataille. Elle s’efforçait de ne pas se laisser étourdir par cette idée, préférant orienter toutes les ressources de son esprit vers ce qui l’attendait de l’autre côté du couloir sans fin du Dangaï. Les rapports sur la situation continuaient d’affluer par l’intermédiaire du communicateur qu’on lui avait confié. Si l’on n’avait pas même pris l’occasion d’établir un briefing clair sur la situation cela reflétait de manière suffisamment explicite l’urgence. Karakura était de nouveau la cible et le décompte des victimes avait déjà commencé. Deux informations que Kai avait marquées au fer rouge dans sa tête et qui la poussait à franchir au plus vite la distance qui la séparait de son objectif. Son capitaine devait sûrement se trouver sur les lieux, et à l’idée qu’elle allait mener pour la première fois le combat à ses côtés elle se sentait presque habitée par un feu intérieur. C’était le genre d’effet que cet homme pouvait faire.

Néanmoins Kai conservait sa carapace : imperturbable et déterminée, prête à affronter ce qui l’attendait. Ce fut néanmoins un ciel azuré qui l’accueillit, le soleil couvrant de ses rayons chaleureux une mer de bâtiments aux allures modernes que Kai avait appris à considérer avec indifférence. La lumière semblait cependant comme absorber par un imposant totem à l’allure rude et sombre, ses formes simplistes et ses lignes dépouillées en faisait un objet presque irréel et déconcertant vis-à-vis du décors aux alentours. Un sentiment de révulsion primaire se fit ressentir chez la vice-capitaine lorsqu’elle posa ses yeux sur ce bloc, elle percevait la distorsion d’une telle présence sur la réalité. Tout comme elle percevait le chaos et le trouble sur le plan spirituel qui régnait déjà en ces lieux. Ses sens aiguisés et éprouvés avisèrent la présence de plusieurs forces spirituelles conséquentes autour d’elle, deux étant particulièrement proches. Amis ou ennemis, elle ne se laissa pas le loisir de s’appesantir sur la question. L’aura de vide qui émanait de la construction perturbait sa concentration, et elle se crispa à la vue de la silhouette qui dominait le monolithe. L’individu se comportait en roi se tenant sur son trône de mort, et les corps sans vie qui s’accumulaient autour de lui ressemblaient à autant d’offrandes païennes à un quelque dieu redoutable. Mais les seuls dieux qui étaient présents ici étaient des membres de la Seconde Division. La shinigami garda sa position, se tenant à une distance sûre de la construction, elle ne tenait pas à se risquer à la moindre action inconsidéré contre cette chose inconnue.

La jeune shinigami commençait à s’habituer à l’air appauvri en reishi, et elle s’aida des maigres particules dans l’air pour se tenir en suspension, conservant un point de vue immanquable sur leur futur adversaire. Car elle ne s’y trompait pas : cet homme était leur ennemi déclaré. Il transpirait en lui une confiance et une arrogance qu’elle avait pu voir chez bon nombre de cibles dangereuses qu’elle avait traqué. Néanmoins le seul personnage suffisamment effrayant qu’elle connaissait pour lui imposer le respect était son capitaine. Méfiante, tendue mais pas apeurée. Kai circula discrètement tout autour de sa nouvelle cible, effaçant jusqu’à sa présence et notant la compagnie de ce qui s’avérait être un shinigami et…un arrancar. Elle ne savait pas ce qu’une créature du Monde Creux faisait ici, ni ses intentions, mais pour le moment ce genre de questions étaient malvenues. Son supérieur n’était pas encore présent et en seconde diligente elle comptait lui délivrer un rapport suffisamment précis pour leur permettre de prendre l’initiative. Connaissant son capitaine elle savait que celui-ci ne perdrait pas son temps ni en paroles ou en réflexions avant d’exécuter son premier mouvement. Au vu du carnage qui était déjà à l’œuvre Kai plaidait également pour une action rapide. Elle pouvait entendre les hurlements silencieux des âmes arrachés aux corps de leurs propriétaires, attirés par une force d’attraction malveillante et sans âge vers ce roche sombre. Elle frémit en imaginait un bref instant subir un tel sort. Elle ne connaissait qu’un seul sort pour une telle abomination : l’annihilation.

-Capitaine, je suis sur place et en attente de vos ordres. On dirait que nous ne sommes pas seuls sur le terrain. Ajouta-t-elle en jetant un regard circulaire. Et l’ennemi est déjà à pied d’œuvre, je pense que vous serez assez déçu d’apprendre que vous allez devoir vous en prendre à vieil homme. Cependant il semble suffisamment vicieux pour étouffer le moindre soupçon de culpabilité que vous pourriez avoir.

Acheva-t-elle en quittant son communicateur. Les choses sérieuses commenceraient bientôt, et la main portée sur la garde de son zanpakutô elle avait presque hâte d’officialiser par l’épreuve du feu son nouveau rang.

_________________


Dernière édition par Umezawa Kai le Dim 20 Oct - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: Groupe 1   Sam 19 Oct - 19:26

Cette fois-ci, j'étais prête. Prête à aller au centre commercial, à faire les courses, du lège-vitrine, toussah toussah, comme une jeune adulte encore à l'université et qui croque la vie à pleine dent, v'voyez ? Nan ? Pas grave, j'ferai avec ! Dooonc ? Bah, je vagabonde au grès des boutiques, le chariot des courses tiré derrière moi avec plus ou moins de difficulté. Bah voui, corps d'humain, force qui avec, toussah toussah, une doit s'y adapter même si à une lui manque le confort offert par son ancienne forme.

Les lieux ont cette ambiance caractéristique des places publiques grouillant de vie, avec ce grésillement constitué de milliers si ce n'est de millions de murmures et bruits variés et divers. Il vient de partout, nulle part, et pourtant, une se sentirait désespérément seule sans. C'est justement à ce moment, qu'il a commencé à s'éteindre, de façon imperceptible.

Ce n'est que lorsque les premiers corps tombèrent, autour de moi, que je comprenais. Et c'est lorsque cette sensation dégoûtée m'agressa, que par réflexe, je quittais mon corps artificiel, déboussolée. Et remarquais le marasme, alors que le malaise se faisait grandissant.

- Oh.

Ce fut l'unique chose que j'arrivais à dire, en voyant l'homicide de masse, provoqué par un quelque chose qui devait être de même nature que moi. Cours, vole, fuis, va chercher de l'aide, va chercher Crash, Tomoe et les autres. Une voix me hurlait de faire ça, juste de tourner les yeux, m'arrêter dans un coin éloigné et vomir mon repas de plus tôt dans la journée. Mais j'étais pas stupide, pas stupide au point de croire que quelqu'un ou quelque chose assez puissant pour provoquer une mort instantanée et généralisée chez autant de personne ne m'aurait pas remarqué, et m'aurait laissé fuir comme si de rien n'était. Nan, définitivement pas. Je suis pas conne à ce point. Donc ... 'va falloir que j'intervienne, même si cette simple pensée me dégoûtait plus que la vue de cadavres inanimés.

Après tout, on pourrait croire qu'ils dorment ... Oui, c'est ça, il faut penser ça ! Je dévale les couloirs, les escaliers, remplis de personnes endormies dans des positions plus ou moins classes. Et j'arrive dehors, en ce qui est censé être le centre du ... Centre-Commercial. Bingo ! Par contre, 'faudra m'expliquer ce que font autant de personnes vivantes ici. Et ce que fait un Obélisque aussi abusément gigantesque là ! Nan mais sérieux, comment c'est possible que ça soit apparu comme ça ?! Je ... J'ai pas bu, j'ai pas pris de drogue, donc y'a pas moyen que ... A moins que ... Je ne rêve ?

La claque je me suis mise, et la douleur provoquée par celle-ci, me confirme que non, je ne suis pas sous ma couette. Et que vu à quel point ça a l'air chelou, et à quel point je me sens oppressée depuis que je suis en présence, je suppose que ça a à voir avec les évènements morbides dont j'ai été victime. Il y a un p'tit vieux à coté du monument funèbre, je suppose que c'est l'instigateur de l'animation. Je déglutis. Je tremble, alors que je tiens mon Zanpakuto fermement à la main.

Vivre quatre siècles ne vous prépare pas à ce genre de trucs, je vous le dis direct. Alors, après un dernier coup d'oeil autour de moi, avoir pu observé deux demoiselles et un bonhomme se tenant à une distance respectable, je suppose qu'ils sont là pour stopper ça, tout comme moi. Mais une reste prudente. Une se cache derrière un pilier, profitant du fait (ou pas) qu'on ne l'ait pas vu, et attend de voir la suite des évènements.

- J'voulais juste avoir des yaourts moi, pfff ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Groupe 1   Dim 20 Oct - 16:38

La réponse à cette incursion avait été étonnamment rapide de la part du Capitaine Commandant. Encore une preuve que cet homme ne prenait pas les menaces envers les mondes à la légère. Pour preuve, l’autorisation pour tous le personnel le possédant d’utiliser le Bankai dans le monde des humains. Face aux destructions causées par les assauts répétés des Maho Tsukai, cette restriction n’avait plus de sens.

Chaque groupe de défense avait donc traversé le portail les menant directement à Karakura. Le département de recherche scientifique avait détecté une importante activité une activité importante dans certains quartiers de la ville, et ces informations avaient été recoupées avec celles apportées par les éclaireurs de la Treizième. Comme d’habitude, on ne pouvait pas détecter de reiatsu en provenance des Maho Tsukai eux même, mais l’importante disparition d’âmes pouvait être recordée. Parti en direction de cette première source de fauchage d’âme, Noboru savait que Shinjirô s’occupait de la deuxième. Un crève cœur de ne pas pouvoir s’occuper de l’affaire à leur manière, et en duo, mais au moins la mission serait entre de bonnes mains. De bonnes mains qui avaient su par le passé taper sur les intrus et les forcer à quitter la Soul Society. Pas vraiment une victoire en soi, puisque l’opposant – Kurotsuchi Mayuri, en l’occurrence – avait quitté le combat sans vraiment avoir pris la peine de mourir.

Kai avait réussi à arriver sur les lieux en première. Fidèle à l’idée que son Capitaine se faisait d’elle, elle s’était déjà mise en position et transmettait ses les premières informations du terrain. Encore un nouveau protagoniste dans l’histoire…qu’il semble âgé ne faisait aucune importance. En son temps, l’ancien chef du Gotei 13 ressemblait à un papi à la longue barbe blanche. Ca n’en avait pas moins fait l’une des plus grosses brutes du Seireitei.

- Il peut avoir 120 ans ou deux ans, j’en ai rien à foutre, vu le bordel qu’il fout partout. Je sais comment il faut traiter avec ces pourritures, et c’est en leur balançant tout ce qu’on a, de toutes nos forces. Pas de prisonniers, Lieutenant. On annihile.


Il avait déclamé sa phrase après avoir pénétré dans le centre commercial qui abritait un nouveau monolithe et bondit au dessus de sa protégée, se plaçant devant elle. D’autres étaient là, des inconnus, et une tête malheureusement qu’il gardait gravé dans son esprit.

- Toi…ça t’as pas suffit la claque de la dernière fois. Pas de restriction Kai, on bousille ! Et fais gaffe au monolithe, plus on approche, plus on a la gerbe, et plus ça vous déglingue. Et maintenant, c’est parti.


Il prenait au fond de lui tout ce qu’il avait, se servant de sa rage et de sa frustration pour aiguillonner son pouvoir. Loin, très loin, un hollow poussait un cri de triomphe.

- BAN...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Messages : 10
MessageSujet: Re: Groupe 1   Lun 21 Oct - 15:16

Ils étaient là. Les yeux de Shogen passèrent de l'un à l'autre, les observant rapidement. Deux Vizard, deux Shinigami et une Arrancar. Telle serait la force de frappe qu'il se devrait d'affronter en ce jour. La nature de ses ennemis n'était pas suffisante pour déterminer le danger qu'ils pourraient représenter, mais il s'amusait plutôt qu'elle soit aussi cosmopolite. S'ils arrivaient à former une véritable alliance, cela ne serait à ses yeux que la preuve qu'ils craignaient les Maho Tsukaï. A un point suffisant pour qu'ils en oublient toute rivalité ancestrale et dictée par la nature afin de faire front commun contre une menace dépassant largement tout ce qu'ils pourraient gérer à eux seuls.
Mais la plupart semblaient hésitant, comme s'ils n'osaient pas attaquer. Seuls deux des individus se mirent directement face à lui. L'un en provocation uniquement, ce qui était déjà une avancée par rapport au reste, l'autre en révélant sans perdre de temps la toute puissance de son Zanpakutô. Savoir qu'au moins un de ses adversaires possédait un Bankai lui faisait dire qu'il pourrait être une réelle opposition face à lui.
Son sourire trahissait pourtant une chose. Le manque total de doute en lui. Qu'ils soient cinq ou cinquante, forts ou puissants, cela ne changeait rien face à un être comme lui. Il ne prit même pas la peine de descendre de son perchoir, continuant à les observer de haut. Et son regard s'arrêta sur le premier à être intervenu devant lui.
    - Le bien est un notion abstraite. Demande à une quantité suffisante de personne ce qui est bien selon eux, tu obtiendras des réponses différentes. Mais si tu souhaites défendre le bien, sache que ce que je fais l'est pour les miens.
Il n'espérait convaincre personne en ces lieux. Il était évident que, selon sa propre définition, ils faisaient ce qu'ils considéraient juste. Il n'était même pas question de s'affronter pour savoir quelle notion était véridique. Il s'agissait simplement de faire que l'une des considération n'efface l'autre. Savoir laquelle étant quelque chose d'évident pour le vieux Maho Tsukaï.
Il n'esquissa pas le moindre geste laissant présager une attaque, pourtant toute personne présente pourrait sentir que quelque chose venait de se passer. Puis ils les verraient. Les corps des mortels, inanimés il y a quelques instants, se redressant. Les humains appelleraient ça des mort-vivants. Pour Shogen, il ne s'agissait que de simples marionnettes. L'ensemble des corps sans âme était de nature à devenir son instrument. Leurs yeux brillaient de la même lueur que celle émise par le monolithe. Lentement, ils s'approchaient, encerclaient chacun de ce qui était désormais les ennemis de l'instigateur de ce chaos.
    - Montrez moi comment est votre conviction de faire le bien. Que je puisse ensuite vous prouvez qu'elle n'est rien à côté de celle de Kôga-dono.
Et son sourire se faisant plus large alors que ses jouets ne se mettent en action, à une vitesse surpassant les simples mortels. Comme de véritables zombies tirés des mythes humains, ils s'en prenaient à leurs ennemis de façon primaire. Morsures, griffures. La puissance même n'était pas des plus dangereuse pour des êtres comme ceux lui faisant face, mais il ne doutait pas que le nombre leur poserait un problème plus important.
Pourtant, il ne s'agissait que d'un début. Chaque affrontement réussi débutait par une analyse. Telle était sa façon de faire la sienne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mar 22 Oct - 15:14

...KAI. compléta-t-il dans un sourire en même temps que Noboru.

Les deux détonations retentirent en parfaite synchronisation, tels des ouragans jumeaux qui se mettent à souffler et libèrent leur colère au même moment. Le nuage de fumée que cela étala sur ce qui serait qu'ils le veuillent ou non leur aire de combat mit un moment à se dissiper. S'il ne prêta que très peu d'attention à l'aspect que pouvait avoir celui du capitaine du Gotei 13, le sien n'avait pas changé d'un poil en l'espace de deux siècles. Les deux ailes enflammées qui lui jaillirent du dos, il ne les avait plus vues depuis si longtemps qu'il en avait oublié la fascinante couleur. La même que celle des flammes que sa libération avait répandu de part et d'autre du terrain. Aucune chaleur excessive n'en émanait pourtant, tout juste assez pour donner l'illusion tant qu'on ne s'y jetait pas – qui serait assez stupide pour faire cela ? Il n'était pas dit qu'il ait besoin de s'en servir, mais au moins n'aurait-il ainsi plus à en faire l'activation. Ce qui était fait n'était plus à faire.

S'il avait été bien malgré lui le premier sur les lieux, Tokiomi n'avait pas tardé à être rejoint par d'autres à commencer par... Une Arrancar ? Ses yeux s'étaient plissés lorsqu'il y avait posé le regard. En son absence – si l'on peut dire -, ces créatures avaient atteint un haut degré de perfectionnement – trop élevé, sans doute. C'était heureux qu'il puisse encore les reconnaître à la nature de leur pression spirituelle, sans quoi il aurait presque pu considérer l'une de ces choses comme normale. Et comme si cela ne suffisait pas, il avait fallu que le Gotei s'en mêle – que venaient-ils faire ici, d'ailleurs ? D'autant que ce n'étaient pas de petits Shinigamis qu'on lui en voyait, mais le dessus du panier, puisque les signes distinctifs de l'une et de l'autre permettaient de leur attribuer respectivement les grades de capitaine et de vice-capitaine de la même division.

Qu'est-ce qu'ils viennent faire ici, ceux-là ? S'ils espéraient être discrets, je crois que c'est raté...

Et non des moindres : si ses attributions n'avaient pas changé depuis l'époque, c'étaient des assassins que l'on venait d'envoyer sur les lieux. À quelle fin ? Il n'en savait rien, mais ce n'était de toute évidence pas pour lui, sans quoi ils auraient eu tôt fait de le remarquer avant de s'intéresser au vieillard décati venu les défier. Néanmoins, il y avait fort à parier que ce qu'il venait de déclencher le rendrait un peu moins transparent à leurs yeux qu'il ne l'avait été jusqu'à maintenant – à moins que le Bankai ne soit devenu chose courante à Soul Society, mais il en doutait fortement. Avant qu'il ait pu faire quoi que ce soit du pouvoir qu'il venait de libérer, une dernière pression spirituelle vint s'ajouter à leur groupe hétéroclite. Ironie du sort que ceci. Bien que le capitaine de la deuxième division avait amené avec lui sa subordonnée, il ne serait pas le seul à en disposer.

Oooh, Naoko-chan ! Ça faisait si longtemps ! Ton vieux capitaine te manquait tellement que tu as décidé de venir lui rendre visite, c'est ça ? Je dois dire que tu tombes bien, tu vas pouvoir te rendre utile et me donner un coup de main ! Je peux compter sur toi, pas vrai ?

Elle ne l'avait apparemment pas reconnu de prime abord, mais ce timbre de voix si particulier – surtout dans la bouche d'un Kuchiki – ne manquerait pas de l'éclairer sur son identité. Certes ils ne s'étaient plus vu depuis plus de deux siècles, mais ils avaient également passé beaucoup de temps dans la même division. Même s'il n'était pas le meilleur supérieur qui soit, il assumait largement cet état de faits, il ne pensait pas non plus pouvoir être oublié aussi facilement – en plus d'avoir une personnalité assez singulière pour le poste qui était le sien. Il n'eut hélas pas le temps d'approfondir ces retrouvailles puisqu'il sentit qu'on lui tirait la manche. L'un de ceux qu'il avait pu voir gisant au sol dans son sang précédemment s'était relevé et s'agrippait à lui comme si sa vie en dépendait – bien qu'il soit un peu tard pour cela, le renégat en avait bien peur. Le repoussant d'une saccade, il émit un soupir et ses lèvres se mirent en mouvement sans que n'en émane la moindre parole.

Quand on atteignait son niveau de connaissances en matière de Kidō, les incantations n'étaient plus utiles, mais il les récitait bien souvent à voix basse tant pour en tirer plus de puissance que pour se les remémorer et être sûr de n'en oublier aucune. Chose peu probable étant donné le mal qu'il avait déjà eu à toutes les mémoriser, mais sait-on jamais, surtout au vu du temps depuis lequel il ne les avait plus pratiquées. Le Sōren Sōkatsui qui en émergea engloutit les revenants qui se dirigeaient vers lui dans une mer de flammes dont la couleur n'avait que peu à envier aux siennes, non sans qu'il ait eu le temps d'y récolter quelques griffures mais rien de bien important. Heureux d'en être débarrassé, n'appréciant que très modérément l'odeur de charogne qui commençait déjà à s'en dégager – quoique celle de la chair grillée ne soit pas vraiment mieux, mais de deux maux il faut choisir le moindre. C'est alors qu'il haussa les épaules, adressant un sourire en coin au vieil homme.

Oh, je ne suis plus vraiment un Shinigami... Je suis donc libre de faire tout ce que je veux. Je peux aussi bien me battre contre vous que me retourner contre eux, ce n'est plus à ça près. Je crois d'ailleurs que c'est ce que je vais faire, j'ai trop l'habitude d'être du bon côté de la barrière... De celui du plus fort. Je ne sais pas ce que vous êtes venu faire ici, mais ce que je sais en revanche c'est que j'ai bien l'intention de rester en vie... Sajō Sabaku...

Joignant le geste à la parole, en prononçant ces dernières il pivota pour pointer du doigt celle qui avait été la première à se manifester. Elle n'était qu'un Hollow, après tout, et la priorité d'un Shinigami n'était-elle pas de les chasser ? Ainsi se faisait-il un devoir de la neutraliser, certain en tout cas que ce serait un bienfait s'il venait à l'éliminer. Son sourire s'étira quelque peu alors qu'il achevait de faire volte-face pour toiser ceux qui s'étaient ici rassemblés, Naoko en particulier. La main qu'il tendit vers elle était sans appel.

Tu viens ?

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 23 Oct - 16:46

« Aspiration »
Voilà que la cavalerie arrive… Naezka observa du coin de l’œil l’arrivée du premier Shinigami, non sans noter qu’il s’agissait d’un joli brin de femelle. Elle se devait d’être naturellement méfiante, mais savait qu’on ne venait pas pour elle. Pourquoi prendraient-ils le temps de lui faire chier ? Oh, parce que c’était une bande d’abrutis, sans doute. Elle en aurait le cœur net bien assez tôt…

Son attention était rivée sur le Maho Tsukai, jusqu’à l’apparition d’une présence qui ne lui était pas inconnue. Naezka spontanément fronçât les sourcils alors que sa langue émettait un petit claquement agacé. Tss… Avec ce genre de bête de foire dans le coin, elle pouvait sans doute dire adieu à sa tranquillité. Elle aurait du se barrer dès le départ, en fait. Mais il était un peu tard désormais. L’Arrancar jetât un regard foudroyant en direction de la montagne de muscle. Il lui rappelait de mauvais souvenirs en plus, ce con.

→ Ha non hein, vous allez me foutre la paix. |



La queue du serpent déployât au travers de la pièce, bien à l’étroit dans un espace aussi réduit. Heureusement encore qu’ils étaient dans un hall… et pas dans les rayons. Heurtés de plein fouet par la croissance soudaine de son « véritable corps », les morts vivants érigés par la vieille chose furent projetés au loin. Mais en zombis qui se respectent, ils n’allaient pas abandonner pour si peu… Revenant à l’assaut, ils s’en prirent sans tarder au nouveau casse croute, pour le moins volumineux qui s’offrait à eux. Vous bousculez pas, il y en a assez pour tout le monde… Sans compter l’épaisse couche d’écailles dont les plus effilées se dressaient déjà en réponse à leur morsures et coups de griffes. D’une nouvelle fraction de ses muscles, le serpent se déroba pour mieux les entourer, et, d’un geste sec, saisir l’ensemble des morts vivants qui s’en prenaient à elle. Ils en voulaient un bout ? Ils allaient être servis. Avec force, les anneaux se referment sur eux pour leur briser les os alors que ses écailles plumes achèvent le travail.
La manœuvre lui coutait certes maintes traces de morsures et de griffures, mais ca ne la dérangeait pas plus que ca. Un peu douloureux, voilà tout. Pas comme si elle n’en avait pas l’habitude… Un sourire aurait étiré ses lèvres, si on n’avait pas décidé de s’en prendre à elle par des voix auxquelles elle ne s’attendait pas. La serpente fit volte face alors qu’une sorte de corde d’énergie épaisse venait entourer l’ensemble de son buste. Élevée a plus d’un mètre et demi au dessus dus sol, tenant toujours entre ses anneaux les cadavres humains, Naezka regarda de haut le hinigami qui venait de s’en prendre à elle. Vu qu’il ne portait aucun grade, elle avait eu le malheur de ne s’en méfier que peu. Et il convertissait par-dessus le marché à sa cause la wizard toute innocente qui était demeurée en retrait depuis tout à l’heure. Décidément…

→ Je peux savoir ce que vous foutez ? |

L’Arrancar était âpre, ca se sentait dans son ton. Son Reiatsu se mit à pulser de manière inquiétante autour d’elle, alors que ses pupilles dorées envoyaient des éclairs en direction des dieux de mort en présence. Elle avait eu la chance de rencontrer la seule shinigamis à peu près intelligente de tout le Seireitei ce jour là en Italie, en fait. Pas un pour rattraper l’autre… Si elle évitait la présence des Arrancars, ca n’était pas pour se taper des shinigamis à la place. Son énergie pulsa une nouvelle fois, imprégnant de manière invisible les corps qu’elle tenait. C’était bien sa veine, du ragout de cadavre… (C’était d’ailleurs très moche a voir, tout ce sang et ces membres décharnés entre ses anneaux.)
Naezka désigna le Maho Tsukai du menton à défaut de pouvoir dégager ses bras, ne se dérobant pas aux liens jetés sur elle. Elle faisait peut être erreur, mais cette attitude l’énervait tellement qu’elle n’avait pas même envie de lui faire cet honneur.

→ C’est pour lui que vous êtes venus, non ? Alors me faites pas chier. |

Bande de racistes. Elle se plaisait à employer ce terme, dernièrement : elle n’y voyait décidément rien d’autre. Tout ces hypocrites qui jouaient les justiciers pour flatter leurs petits égos, alors que c’était la même merde partout. Oh nous chasser parce que nous ne sommes que des monstres ? Evidemment, et les noirs n’ont pas d’âmes et les vizards ne valent pas mieux.

→ Oh je suis un monssssssssstre donc je dois mourir ! Me faites pas rire, c’est pas moi qui suis en train de provoquer une hécatombe. |

Etre un arraché ne fait pas tout, et elle-même en défoncerait bien quelques uns, mais pour des raisons très personnelles contrairement à celles qui motivait son interlocuteur. Qu’est ce qui la différenciait encore d’un être humain ? Hm, bon, une très grosse queue et quelques écailles peut être… Mais pas bien plus que ca, d’autant plus lorsque l’on savait que malgré la mort, la demoiselle n’avait jamais cessé d’être fidèle à elle-même. Soit, elle c’était un peu lâchée dernièrement, mais elle ne faisait pas pire qu’un être humain… Et puis, deux des « preux chevaliers » en présence ne portaient ils pas eux même des créatures bien plus monstrueuses –ou au moins tout autant ?- au fond d’eux. Des Hollows qui, pour leur part, n’avaient pas évolués et ne songeaient qu’à tuer et se nourrir… Elle s’adressa au Maho Tsukai.

→ Il faut croire qu’entre vous, il n’y a qu’un pas. Faire le bien c’est un vieux synonyme de « décimer ce qui est différent », je suppose. Je t’en prie Maho Tsukai, dis-m’en plus. Je ne prétends rien, -contrairement à eux…- mais je suis curieuse d’en savoir plus sur vos convictions et ce Koga-dono. |

Au moins pourrait elle peut être enfin en savoir d’avantage, si tout le monde ne décidait pas de l’exécuter avant sous prétexte qu’elle s’était affranchie de la basse condition de bête assoiffée de sang il y a des années de cela. Enfin… Elle ne l’avait même pas fait de son plein gré, mais ca elle préférait mieux ne pas y penser maintenant. C’était bien la seule chose encore susceptible de l’intéresser en ces lieux.
Désolée pour le retard, choppé une connexion dans un établissement, c'était pas opérationnel dans mon école. Impossible de me relire trop en l'état, j'espère que ca iras.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 23 Oct - 17:48

Un corps ensanglanté, percé de part en part par les coups de griffes avides, rendu méconnaissable par l’assaut vorace des mâchoires des créatures réanimées, grotesques parodies d’humanité, leurs membres mus par quelque sombre maléfice. C’était dans cet état lamentable qu’avait été réduite la jeune femme : cadavre en proie à l’acharnement animal des marionnettes du Maho Tsukaï. Du moins c’était cette image que la vice-capitaine de la Seconde Division avait renvoyé aux créatures, trop stupides ou aveuglés par leur désir de tuer pour voir par delà l’illusion qui leur état imposé. La jeune shinigami était bel et bien sauf, se tenant au-dessus de la mêlée qui s’agglutinait en groupe compact, abatant leur furie sur du vide. Utsusemi. Kai n’était pas encore prête à renier son statut de membre des Forces Spéciales, et elle comptait faire honneur à l’enseignement qu’elle avait reçu, dévoila sa pleine maîtrise des arcanes secrètes qui faisaient la fierté muette des assassins de l’Onmitsukido. Elle ne laissa pas le temps aux pantins de se ressaisir et de réaliser leur erreur, pas davantage qu’elle ne prêtait attention aux différents affrontements qui avaient lieu autour d’elle et dont elle percevait les échos à la frontière de sa perception. Son capitaine y allait de sa finesse habituelle et avait visiblement décidé de se dévoiler à pleine puissance dès le début du combat. La jeune femme savait qu’en tant que vice-capitaine il lui revenait de le débarrasser du menu fretin pour le laisser s’occuper de l’ennemi principal. Une raison supplémentaire pour agir rapidement et en finir au plus vite. Elle laisse choir son zanpakutô qui resta en suspension, défiant les lois de la gravité présente, avant que celui-ci ne vienne à tourner sur lui-même de plus en plus vite, imprimant un mouvement rotatif qui floua ses formes. Celles-ci se fondirent bientôt en une nouvelle apparence bien plus agressive et imposante. Le large et lourd shuriken déploya ses pâles au tranchant effilé, la chaîne lesté trouva sa place dans la main ferme de la jeune femme qui prit pleinement le contrôle de son partenaire pour augmenter la vitesse de rotation, le faisant tournoyer autour d’elle comme un accessoire de danse élaboré particulièrement mortel.

-Déchire les cieux…Kokuen.

Le trancheur d’âme acheva sa pleine transformation, son éclat sombre et inquiétant se reflétant dans l’aura soudain plus oppressante et pourtant plus discrète de la vice-capitaine. Les créatures commençaient à lever leurs visages vides vers la silhouette de Kai, prêt à bondir, conscient d’avoir été fourvoyé et résolu à saisir leur chance pour rectifier leur erreur. La jeune femme ne leur laissa pas ce loisir. La pression de son retasu s’accumula au centre du shuriken, se densifiant en une énergie physique meurtrière, le zanpakutô libéré accru sa vitesse déjà surprenante et Kai relâcha un blast de puissance dévastatrice qui fondit en un flot d’éclairs brut sur les pantins en contrebas. Bien trop véloce pour les capacités de ses « opposants » la vague foudroyante carbonisa cinq corps et en incinéra gravement trois autres, les laissant amputé de quelques membres. Reprenant en main son shurkien elle para sans attendre l’attaque des survivants, fronçant les sourcils face au choc frontal imposé par une des créatures, ses griffes s’enfonçant dans l’avant-bras de la jeune femme. Kai se dégagea d’un mouvement ample, découpant la tête de son opposant d’un renvoi de son shuriken qui parcouru les rangs des marionnettes encore debout, prélevant un nouveau tribu de mort avant de revenir entre les mains de sa propriétaire. Une nouvelle vague se préparé pour la curée et elle recula sous ces assauts nouveaux, manquant de peu une morsure au visage, avant de contre-attaquer avec sa chaîne qui s’enroula comme une liane vivante, autour des corps éprouvés des survivants.

Kai laissa couler son reatsu autour de la chaîne et un nouvel éclair de puissance vint s’infliger aux corps emprisonnés, carbonisant la peau, incinérant les entrailles et faisant bouillir les liquides internes. Les nerfs ravagés et les membres anéantis, la vice-capitaine se permit une mesure d’humanité en achevant les blessés. Débarrassée, non sans une certaine et surprenante difficulté, de ses premiers opposants, au prix de quelques griffures et morsures, la jeune officier de la Seconde Division se tourna vers son capitaine. Elle savait que celui-ci viendrait à bout de sa part d’adversaires en un simple souffle, ses choses n’étaient pas même un obstacle pour le capitaine Kyuusei. En réalité Kai percevait aisément le schéma de cette attaque : leur véritable ennemi souhaitait tout simplement par cet intermédiaire récolter des informations sur eux, aussi avait-elle veillé à ne pas se dévoiler rapidement. Une considération tactique qui n’entrait visiblement pas dans la réflexion de son supérieur, se dit-elle en se dirigeant dans sa direction. Elle avait conscience de la présence d’autres éléments sur son champ de bataille et se demanda brièvement s’il fallait intervenir dans le combat en cours entre l’arrancar et ce qui semblait être un autre shinigami qui lui était étranger. Avait-elle réellement le temps pour arbitrer ce qui semblait être une dispute inapproprié dans un contexte pareil ? Elle décida que non. Ils pouvaient bien s’entretuer, peut lui importait le sort d’un monstre du Hueco Mundo et d’un shinigami qui n’était pas de sa division. Du moment qu’ils n’entravaient pas la bataille en cours.

Elle jugea néanmoins dommageable de ne pas bénéficier de leur support efficace dans cette bataille, Kai pouvait aisément mesurer leur puissance. Cependant la vice-capitaine n’était pas prête encore à solliciter la coopération de ces éléments étrangers. D’un pas de shunpô elle se déplaça dans le giron de son capitaine, lançant son shuriken dans le dos d’un des corps qui trépassa dans l’instant. Quelle ironie, envoyer des cadavres combattre des dieux de la mort.

-Visiblement nous avons la compagnie de pas mal d’idiots avec nous capitaine, je vous suggère de me laisser une partie de ces pantins pour que vous laissiez libre cours à ce que vous savez faire de mieux.

Prête à donner son support, ce n’était pas là une manière de présumer d’elle-même, elle savait juste qu’une force de frappe bien plus conséquente que la sienne était nécessaire pour affronter leur ennemi principal, et que pour le moment elle devait se résoudre à aider dans sa mesure et faire ce qu’elle savait faire de mieux : attaquer dans le dos et déblayer la voie.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 23 Oct - 19:10

Je vous ai déjà dit que j'aimais beaucoup les yaourts ? Je sais pas, mais en tout cas, maintenant c'est fait. C'est pour ça que j'étais venue au centre-commercial. Désormais, je ferai en sorte de ne plus aimer les yaourts, je le jure et vous êtes tous témoins ! Bref, tout ça pour dire que je suis restée cachée derrière mon pilier. Un peu inutile si vous voulez tout savoir, après tout, il y avait beaucoup de gens doués dans la détection de Reiatsu. Or, moi aussi j'en émettais ! Donc ça servait strictement à rien ce que je faisais ! Qu'est-ce que je peux être cruche ... Bref ! On va pas se laisser démoraliser pour ça ! On rentre en scène, avec son Shikkai libéré, et, heu ... On verra après ? Oui oui oui, un bon plan ! Avec un peu de chance, j'aurai peut-être même pas à me battre !

La fumée bleuâtre s'exhale doucement de mon arme, alors que je m'avance à pas feutrés, lentement, vers le lieu de réunion. Ah bah, si c'est pas quelque chose ça ..! Les grosses têtes de Seconde Division ! Capitaine et Vice-Capitaine ! Et même qu'il y a un des deux qui craque son Bankai, han han han ! Et pas que lui, y'a aussi l'autre mec chelou, celui qui a l'air d'être le plus près han han han ! Sérieux là ?! Des mecs aussi puissants ?! Okay, je veux bien admettre que le vieux en face puisse être dangereux ! Mais au point de réunir autant de personnes puissantes pour l'abattre ?! Définitivement, je servirai à rien. Je ferai mieux de partir. Quoi que ... L'autre demoiselle, celle aux cheveux verts ! Elle a l'air normale, comme moi !

Alors pourquoi elle fuit pas ? Aurait-elle plus de courage que ... Moi ?! C'mort ! Je reste. Et là, du Shinigami le plus avancé, je constate des ailes de flammes. Pour le coup, je m'arrête. Ca me dit quelque chose. Okay, j'ai pas une très bonne mémoire à cause de mon isolement, mais quand même ... C'était, un peu ... Un peu trop familier. Je lève mon arme, me met en position de garde. Ce qui était familier était le plus susceptible de vous tuer par surprise. Je plissais les yeux, avançant toujours de mon pas silencieux en esquivant soigneusement les cadavres.

Et voilà que l'homme s'adressait à moi. Naoko-chan qu'il m'appelait. Mon capitaine qu'il se disait. Et les souvenirs revenaient ! Oui, oui, oui ! C'était quand même un incapable. Mais il a toujours été gentil avec moi, m'a jamais crié dessus ... Et le voilà qui réapparait, comme ça. Qui me demande de renouer avec l'ancien temps, et de me ranger à ses cotés. Mais pour faire quoi ? Enfin ... Je ... Je devrais m'exécuter. Il est mon supérieur, pas vrai ? Enfin, je ... Je sais pas. On n'appartenait plus au Seireitei, pas vrai ? Je n'avais plus aucune obligation envers lui, hein ? Alors ... Pourquoi je me sens obligée d'accepter ?

Mon visage exprime la confusion. Mais pour peu de temps. Je sens une caresse au niveau de ma jambe. Heu, c'est quoi le délire ? Je baisse la tête. Je me pétrifie d'effroi. Les morts bougent à nouveau. Ils vivent. Enfin, quelque chose qui est mort pas vivre, je me comprends ! Quoi que ... Je suis morte, et je suis pourtant là ? Raaah ! C'pas le temps de faire de la philosophie ! Y'a des cadavres ! Des cadavres ! Et ils veulent me manger, aaah ! Instinctivement, je décide de copier le Kidô de mon ancien capitaine, sans incantation ni rien ! Le double-trait de flammes bleuâtres ravagèrent les corps autour de moi, ne laissant qu'une odeur de cramé à en vomir.

Bon, okay ... Ils m'ont bien lacéré les jambes, mais bon ... Je suis entière, et à peu près en bonne santé. Je regarde autour de moi. Je constate que les autres intervenants font face aux mêmes menaces. Et que la jeune demoiselle aux cheveux verts, que je pensais semblable à moi, se transformait en ... Monstre. C'était un Arrancar. Un Arrancar comme Shin, Shin que j'avais rencontré deux fois. Deux fois où nos fers ont croisé. Trop concentrée par mes alentours, je n'entendais pas les paroles de mon ancien capitaine. Mais je remarquais le lien qui s'était enchevêtré autour de la bête hideuse.

Et je l'entendais m'appeler. J'hésitais un instant. Puis je baissais la tête. Le devoir avant tout. Je ne vivais que pour le devoir, et le mien, en ce moment, était de me tenir aux cotés de mon ancien capitaine.

- A vos cotés, mon capitaine.

D'un mouvement vif, mais relativement lent par rapport aux standards du Shunpô, je me retrouvais aux cotés du Kushiki, et levais mon arme pour faire face à la bête qu'il avait emprisonné. C'est avec une haine profonde que je la contemplais, avant de cracher au sol.

- Quels sont vos ordres ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Groupe 1   Jeu 24 Oct - 19:06

- ...KAI!

A l'apogée de sa puissance, le Capitaine laissa éclater son pouvoir. Comme aspiré par une colonne de lumière, il réapparu doté de ses quatre bras supplémentaires, tous agités par l'appel du sang. Pourtant, le Kyuusei ne fonça pas tête baissée dans la bataille. Non, car certains faits méritaient d'être analysé. D'abord le fait qu'une type venu de nulle part claque le Bankai d'entrée de jeu.

C'est qui lui?!

Encore un déserteur qui n'avait pas eu la chance d'avoir eut le pardon de la Soul Society? Le fait était que le type était là au bon moment, et du bon côté. Le réprimander? Grand pragmatique, Noboru préférait plutôt exploiter la situation présente, et voir ensuite les mesures à prendre concernant le cas du zozo. C'était à peu près ce qu'il était en train de se dire tandis que le vieux Maho Tsukai déblatérait de la philosophie de shonen. Sérieusement, y avait il quelqu'un dans l'assistance qui se verrait touché par sa prose? Dans ces moments là, valait mieux fermer son claque merde et faire parler les poings. D'ailleurs ce fut la suite logique, tandis que le gardien appelait à lui une cohorte de morts, usant de leur corps comme d'une arme. Une véritable horde se jeta sur les occupants du centre commercial, bien décidée à les boulotter.

La réaction des principaux intéressé fut aussi variée qu'intéressante. D'abord une bonne fournée de magie, qui balaya l'ensemble d'une bien belle façon, ensuite l'usage du shikai de Kai, un événement plus qu'attendu de la part de son supérieur, qui pouvait vérifier de visu ses capacités martiales. Ah ça, y avait pas à dire, elle savait y faire, à sa façon. Tant sur le pouvoir que sur la maitrise, en sus du sens de la stratégie, elle prouvait qu'elle méritait amplement ses galons. D'ailleurs le Capitaine de la Seconde ne bougeait toujours pas alors qu'elle dégageait un peu d'espace pour lui, se positionnant près de lui afin de lui dégager une fenêtre à exploiter. Enfin la dernière surprise venait de l'Arrancar, cette femelle serpent qui avait décidé de faire dans le dramatique. Durant le laps de temps qui lui était alloué, le Kyuusei en profita donc pour lui déclarer ce discours:

- Dis donc, la goumiche, faudrait p'tet voir à pas pisser dans un violon. Tu nous fais une Martin Luther King? Me fais pas rire, tu tenais pas le même discours quand t'étais avec l'autre émo à essayer de nous faire bouffer du sable. Par contre t'as pas tord, l'ennemi, c'est le vieux. Aussi, le bonhomme aux ailes flashy, je t'invite à focaliser tes efforts sur sa tronche flasque. Manquerait plus qu'on se foute dessus et qu'il vienne se fritter nos reste. On aura bien le temps de se chamailler sur ses vieux os quand il aura bouffé son déambulateur. Ma petite Kai - oh le vilain jeu de mot - je t'invite à te pousser, je vais faire place nette.

Et de relâcher son reiatsu, véritable épicentre d'une pulsation brutale et imposante, venant s'écraser par vagues insoutenables sur la cohorte de corps en mal de chair. Au moins avait-il de la place pour respirer, même s'il visait tout autre chose. Disparaissant purement et simplement de la zone qui l'accueillait, il réapparut en un éclair devant sa cible, les poings levés, prêts à frapper. Dans un pur déchainement de puissance, il fit pleuvoir les coups, déclenchant sa technique dont le déploiement rappelait un lotus s'épanouissant. L'effet recherché était ici double: soit il se payait une tranche de croulant, soit l'autre esquivait. Mais dans ce cas précis, les coups pleuveraient sur son pechoir, qui n'était autre que le monolithe lui même. Un assaut à bout portant qui avait de quoi mettre fin à son funeste projet. Il avait foncé aussi vite que possible pour éviter les inévitables effets secondaire d'une trop grande proximité avec l'artefact, qui surgiraient sûrement très vite.

- Mange toi donc ça, vieux croulant, t'auras de quoi te payer un deuxième dentier!

Finissant son geste, il invoqua la lumière dans ses bras droits, leur conférant la force de coupure d'un laser. Ses trois appendices vinrent donc successivement frapper en direction de la position approximative de son opposant, espérant ainsi finir le travail d'une façon ou d'une autre concernant son stratagème.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Messages : 10
MessageSujet: Re: Groupe 1   Jeu 24 Oct - 21:30

Si tous se défendaient avec une efficacité certaine de la première offensive générée par le Maho Tsukaï, tous ne sortaient pas avec la même aura d'intérêt à ses yeux. Deux des personnes qu'il pensait être ses opposants le surprirent en, sans véritablement se ranger de son côté, ne le considérèrent pas comme une cible pour autant. L'un s'en pris à l'Arrancar, l'autre alla simplement le rejoindre. Sur cinq adversaires, il n'en restait plus que trois, bien que les deux en questions n'échapperaient pas à sa surveillance. Il n'était pas à l'abri d'un changement d'avis de leur part, ou encore que ce soit un plan pour qu'il baisse sa garde.
L'Arrancar, elle, ne fut pas non plus considérée comme un réel danger. Sa volonté ne semblait pas être à l'affrontement, mais à la discussion. Intention louable bien qu'il doutait la convaincre de rester de côté le temps que sa mission soit accomplie. Cependant, il fallait bien dire que les Hollows, et malgré son stade évolué elle en restait une, n'étaient guère connus pour une forte envie de défendre les simples mortels étant la cible de Shogen.
Si bien que le danger ne pouvait venir que des deux derniers. La femme étant la subordonnée de celui ayant révélé d'entrée de jeu son Bankai, cela voulait dire une chose. Ce dernier devrait tomber en premier, d'autant qu'il se révéla bien être le plus menaçant de ses opposants.

En un mouvement il vint se placer à hauteur du barbu, lançant immédiatement son assaut. Si Shogen esquivait, il laisserait l'artefact étant sous sa garde vulnérable, ce qui serait une perte que Kôga-dono ne lui pardonnerait pas. Déliant ses bras de derrière son dos, ses mains s'activèrent, repoussant avec souplesse et vivacité les multiples poings de son adversaire. L'expert en kung-fu vieux et barbu pouvait être un cliché, mais cela n'en restait pas moins véridique dans le cas présent.
Il réagit cependant avec moins d'aisance à la seconde offensive, se prenant de puissants coups renforcés par l'étrange technique du Vizard. Pendant un court instant, le vaste sourire présent sur son visage disparu, avant de se montrer de nouveau.

Le sang coulant de ses blessures sembla alors être aspiré par la bague qu'il portait au doigt tandis que celle-ci émit une intense lumière rougeâtre aveuglant pendant quelques instants toute personne présentes. Lorsqu'elle se tût, se fut pour laisser apparaître un sceptre dans les mains de Shogen. De la même couleur que le liquide vital malgré un aspect métallique, il se terminait par un tranchant similaire à une lame en dessous de laquelle se trouvait une sphère rappelant la bague sus-citée.
D'un geste, il le leva au ciel et une pluie sanglante se mit à tomber. Sans effet notable sur les « vivants », les marionnettes du nécromancien s'en délectèrent cependant. Celle-ci pénétrant au travers de leur peau, ils se renforcèrent. Ceux n'ayant pas été entièrement réduits en charpies par les différentes défenses se remirent même en mouvement comme ils le pouvaient.
    - On ne t'a jamais appris à respecter des aînés jeune imbécile ?
Son sceptre fut alors baissé vers le Capitaine, tentant d'exploitant l'une des capacités propres aux siens, celui de s'approprier les âmes. Cependant, l'intensité de la tentative était à la hauteur de l'obstacle que pourrait représenter son opposant. Il avait bien vu le Reiatsu déployé par celui-ci et s'il n'y mettait pas la force il était certains que cela se solderait par un échec.
Pourtant, il décida d'appuyer sa tentative par une menace plus physique puisque le Capitaine fut la cible d'une nouvelle vague de cadavres, grandement similaire à la précédente. Et ce fut l'air satisfait que sa voix s'éleva.
    - Je n'ai nulle envie de me battre mais pour mener à bien la mission qui m'a été confiée je n'hésiterai pas à le faire. Ainsi, je ne m'en prendrai pas à ceux ne présentant pas de menace envers moi, mais écraserai sans hésitation les autres. D'ailleurs, il me semble que celle-ci est avec toi.
Sans le moindre mouvement il mit en action d'autres pantins, ceux-ci convergeant vers la Shinigami citées. Dans les faits, ils présentaient le même danger que ceux cherchant à dévorer son Capitaine. S'il éliminait ceux là, il espérait avoir réglé en grande partie la menace qu'il pourrait subir.
Il se permit cependant de détourner la tête quelques instants, fixant les autres et plus particulièrement l'Arrancar lui ayant adressé la parole.
    - Il n'est pas nécessaire pour vous de connaître les détails. Tout ce qui vous regarde est que j'ai besoin des âmes que récolte ce monolithe. Si vous n'avez pas pour vocation de défendre tous les humains, il n'y a aucune raison à ce que nous opposions en ce jour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: Groupe 1   Sam 26 Oct - 9:14

Un tel comportement de sa part pouvait paraître étonnant alors qu'il éprouvait récemment une certaine forme de nostalgie vis-à-vis de sa vie passée en tant que « justicier ». Seulement, cela s'expliquait par le fait que cette situation lui était totalement étrangère et qu'à ce titre, par pur instinct de conservation, il préférait jouer la carte de la prudence et se ranger du côté du plus fort. Et le vieil homme l'était, incontestablement. Tokiomi se souvenait avoir lui étant enfant – quand on le forçait à ingurgiter plus de traités indigestes qu'il n'en pouvait avaler sous prétexte de faire son éducation – qu'une supériorité écrasante peut parfois se caractériser en terme de perception par une absence totale d'énergie spirituelle. N'en ressentant aucune émanant de ce vieillard à l'aspect ô combien chétif alors qu'il pouvait très nettement distinguer ceux des deux membres du Gōtei, le choix était vite fait. Ces derniers étaient également l'une des raisons qui l'avaient poussé à choisir son camp si catégoriquement.

Qu'ils soient apparus si soudainement alors qu'à priori rien ne laissait présager de l'arrivée de ce fléau tombé du ciel était on ne peut plus suspect, et il n'abandonnerait pas sa méfiance à leur égard tant qu'il n'aurait aucune idée de ce qu'ils étaient venus faire ici. S'ils avaient été prévenus d'une quelconque manière n'avoir pas pris la peine de déployer la moindre mesure défensive était déjà en soi une raison de leur en vouloir. Si c'était pour un tout autre motif, il était curieux de savoir lequel – et jugerait lui-même de sa validité dès qu'il en saurait plus. C'était vrai, après tout... Il n'avait plus aucun compte à leur rendre, et avoir la possibilité de se retourner contre eux était grisant, il devait bien l'avouer. Et puis, à quoi s'attendaient-ils de sa part, franchement ? Il avait passé les deux derniers siècles à lutter contre les Shinigamis qui le considéraient comme un ennemi.

Certes, l'on pouvait dire qu'il n'en avait pas abattu en même quantité que de Hollows en son temps mais avait eu maille à partir avec bien assez d'entre eux pour savoir qu'il valait mieux les considérer comme hostiles par défaut. Ainsi s'épargnait-il bon nombre de mauvaises surprises. Et s'il ignorait tout des motivations de ce vieux bonhomme, il savait également que les Shinigamis non plus n'étaient pas toujours tout blancs – pour en avoir été un lui-même, et bien placé qui plus est, il serait difficile de le leurrer à ce sujet. Toute cette histoire ne lui disait rien de bon et n'étant pas sans lui rappeler le peu qu'il avait pu voir de celle lui ayant hélas fait approcher le rustre Jimushi Koshiro. Aussi ne devaient-ils pas espérer quoi que ce soit venant de lui tant qu'il n'en saurait pas plus sur la nature exacte de l'événement.

Avoir le pouvoir de faire basculer l'équilibre des forces n'était pas sans pimenter la situation. Finalement, peut-être n'aurait-il pas à regretter cette sortie, qui pouvait bien s'avérer plus éducative qu'il ne l'aurait cru... Accotant le revers de la lame à son épaule, il ferma les yeux un instant pour apprécier de sentir le souffle du vent sur sa peau – sa vraie peau, une fois n'est pas coutume. Sortir enfin « pour de bon » de cette enveloppe fictive et pouvoir relâcher la pleine mesure de sa puissance comme il ne l'avait plus fait depuis deux-cent ans lui faisait le plus grand bien, à lui qui s'était trop habitué à rester enfermé dans un atelier. Hélas, il ne put longtemps en profiter : la voix sifflante de l'Arrancar qu'il avait lui-même emprisonner en vint à rompre sa sérénité. Ses paupières se soulevèrent pour mieux l'autoriser à poser les yeux sur elle alors qu'il s'épinglait sur le visage un sourire en coin. Un index s'éleva à la verticale pour la couper dans son discours et requérir son attention.

Je tiens tout d'abord à préciser que je ne suis venu pour personne en particulier. Je passais ici par hasard et ai été impliqué contre mon gré. Si ce n'est qu'il aurait pu me tuer en me faisant tomber ce centre commercial sur la tête, je n'ai donc aucun grief contre ce brave monsieur qui, je n'en doute pas, ne fait que son travail... Quant à toi, je t'avoue que tu me facilites beaucoup la tâche en employant un terme fort à propos. Comme tu le dis si bien toi-même, il se trouve que tu es un monstre. Et qu'est-ce qu'on fait des monstres, hm ? Et bien, comme toute chose trop dangereuse pour être laissée en liberté, on les met en cages.

Si elle ne l'avait pas encore compris, il devait désormais paraître clair comme de l'eau de roche qu'il n'était pas du même camp que les deux autres. Pas plus que Naoko, d'ailleurs, qui – à son grand ravissement – s'était empressée de venir se ranger à ses côtés. La brave petite. Il l'avait toujours bien-aimée et, de toute évidence, bien élevée aussi. S'il fallait lui concéder au moins un succès, c'était bien celui d'être apprécié de ses subordonnés. Si certains – le Yakushiji avec lequel il avait autrefois fait équipe en tête de liste – n'y voyaient qu'une futilité, il pourrait bien s'agir ici de ce qui ferait pencher la balance. En tous les cas, ses agissements étaient ici régis par sa propre éthique et aucunement par une quelconque histoire de devoir, celui-ci ayant été remisé en même temps que ses responsabilités. S'il se plaisait dans son rôle de bon samaritain et qu'il lui arrivait de le regretter, il n'en était pas moins pour l'heure libre comme l'air et donc d'agir comme il l'entendait. Tant pis si cela pouvait ne pas lui plaire – ou ne pas leur plaire, songea-t-il, faisant abstraction de ses élucubrations pour reporter son regard sur les membres de la Deuxième Division.

Ceux-ci avaient, selon toute vraisemblance, un peu plus de mal que lui à se défaire de leurs agresseurs – ou plutôt le faisaient à leur manière, comprendre avec bien plus de lenteur. C'était avant tout par paresse qu'il s'était improvisé maître dans l'art du Kidō, la propension à la destruction massive de certains d'entre eux compensant mieux que bien la faible puissance offensive de son trancheur d'âmes. Un investissement considérable de temps et d'énergie, il est vrai, mais qu'il ne regrettait pas le moins du monde en les voyant lutter avec les moyens du bord contre ces revenants dont il s'était défait depuis plusieurs minutes déjà. Ce n'était rien qu'ils ne puissent surmonter avec le niveau qu'il supposait être le leur, mais la manière qu'ils avaient de le faire ne pouvaient que le conforter dans ce choix d'orientation. Posant la main sur la tête de Naoko, il y déposa une légère caresse amicale pour lui signifier son approbation.

Ah ! Toujours aussi serviable, Naoko-chan. Je dois encore avoir de tes friandises préférées. Rappelle-le moi tout à l'heure quand nous serons... Plus au calme. dit-il, sceptique, jetant un coup d'oeil circulaire à la zone dévastée. Reste sage pour le moment, d'accord ? « ne réponds que si l'on t'attaque », voulait-il dire, mais elle seule pouvait le savoir.

Elle avait fait le bon choix, et devoir la compter dans les rangs de ses opposants lui aurait brisé le coeur. Les seuls fantômes du passé qu'il lui avait été donné de côtoyer jusque là étaient ceux qui avaient retrouvé sa trace et avaient tenté de lui faire la peau – grand mal leur en avait pris par ailleurs. Aussi, pour une fois qu'il pouvait voir à l'un d'entre eux un aspect positif, il aurait été dommage de s'en dispenser. Mais à peine avait-il eu le temps d'ainsi lui exprimer l'étendue de sa reconnaissance que l'actuel meneur de l'Onmitsukidō entrait lui aussi dans la danse avec force explosions. Une puissance remarquable, mais dont Tokiomi avait bien du mal à saisir comment qui que ce soit avait pu se dire qu'elle serait à sa juste place en étant mise au service de l'assassinat. Au moins, c'était sensiblement plus efficace que le coupe-choux exotique dont sa lieutenante venait de faire la démonstration. Néanmoins, le brave homme se fourvoyait sur un point et le Kuchiki n'aurait su manquer de le lui faire remarquer.

Je crois que vous vous trompez sur mon compte, capitaine... Quelle raison aurais-je de vous venir en aide ? Je veux dire, c'est vrai, quoi. Je ne vois pas pourquoi j'irais m'en prendre à ce vieux monsieur. D'accord, il a failli me tuer, mais c'était un accident. En revanche, j'ai du mal à croire que tous les Shinigamis qui ont tenté de me tuer tout au long des deux cent dernières années l'ont fait par accident. Donnez-moi une seule bonne raison de vous aider plutôt que lui. Admettons que j'oublie tous les scrupules que je pourrais avoir à violenter un fier représentant du troisième âge... Qu'est-ce que j'y gagne ? Je ne vous parle pas d'une récompense, non. Quoique... Bref. Je dis juste que rien ne vous empêchera de me planter un couteau dans le dos s'il vous en reste la force ou, à défaut, de lâcher vos chiens de chasse aussitôt après être remonté là-haut. Je ne vais tout de même pas vendre la corde pour me faire pendre.

Décrivant un léger cercle de la pointe de son zanpakutō, il mobilisa les flammes azurées que sa libération avait vomi en quantité sur la zone de combat pour en faire une vague incandescente qu'il envoya s'écraser sur son interlocuteur. Simple subterfuge destiné à faire croire qu'il n'était question de rien de plus que d'un banal pouvoir de flammes, cela demeurait plus qu'il n'en faut pour duper les moins aguerris, et Tokiomi doutait fort que ce bagarreur dans l'âme soit pourvu de capacités pointues en détection. Pas le genre de la maison. À dire vrai, il lui voyait plutôt le profil d'un Capitaine de la Onzième Division. C'était dire s'il avait raté sa vocation. Si le poste lui avait filé entre les doigts, le « vrai » tenant du titre ne devait pas être un enfant de choeur. Balayant cette réflexion futile, même si la curiosité le rattraperait à un moment donné, le renégat traça plusieurs gestes dans le vide de sa main libre.

Probablement distrait par la mer de feu qu'il venait de soulever comme si de rien n'était, le gaillard n'aurait sans doute pas la possibilité de voir venir la batterie de sort qui lui fonçait droit dessus. Rien de trop sérieux cependant, même si la combinaison de l'ensemble pouvait être plus problématique qu'il n'y paraissait. Il avait trop souvent tendance à voir dans ses sorts le côté ludique avant d'en mesurer l'efficacité. Sitôt que ce fut fait, il profita de ce que sa main se soit libérée pour remonter ses lunettes sur son nez, observant son oeuvre avec satisfaction. Avait-il touché sa cible ? Rien ne permettait de l'affirmer, mais la seule pensée du mal que son interlocuteur pourrait avoir à se départir de ce cocktail-maison ne manqua pas de l'amuser. Sur ce, il reprit son discours là où il l'avait laissé, comme si rien ne s'était passé. Après tout, il ne cherchait pas forcément à le blesser ; tout au plus à gagner du temps.

C'est triste à dire, je sais, mais en l'état j'ai plus à gagner à le regarder vous massacrer et même éventuellement à l'y aider que l'inverse. Au moins, lui n'a rien de personnel contre moi. Vous me direz que ce n'est pas votre cas non plus, mais je sais comment ça fonctionne. Bien sûr, ce serait différent si j'avais, disons, quoi que ce soit à y gagner, mais c'est sans doute trop demander... Si encore vous pouviez vous porter garant, mais le sens de l'honneur a tendance à se perdre de nos jours. Alors dites-moi... Que faisons-nous ?

S'il avait l'air taillé comme un Kenpachi, on pouvait au moins espérer qu'il ait plus de jugeote...

...Faut-il préciser que Tokiomi avait un goût prononcé pour les causes perdues ?

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip

avatar
Messages : 606
MessageSujet: Re: Groupe 1   Dim 27 Oct - 9:50

Le délai de Naezka est dépassé. Si elle était la cible d'attaques (je ne pense pas que ce soit le cas, mais autant le préciser tout de même), elle les encaisse alors sans pouvoir s'en défendre. Comme elle a déjà utilisé son joker, au prochain retard, elle sera mise KO et éliminée de l'Event.

C'est au tour de Kai de poster.

- Tenzen -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rinyuaru.forumactif.com

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: Groupe 1   Dim 27 Oct - 16:18

Une famille. Des amis. Des êtres chers et aimés. Autant de choses qui avaient fait l’humanité des créatures qui ne méritait désormais plus le qualificatif d’être humain et qui lui faisaient face. Sans doute qu’un autre se serait ému confronté à ses considérations tragiques, mais la vice-capitaine de la Seconde Division n’afficha pas le moindre sentiment, conservant une attitude stoïque qui était la marque des membres des Forces Spéciales. Le seul souci qui l’habitait au moment présent était de savoir comme vaincre ses ennemis le plus rapidement possibles. Rien d’autre n’entrait en ligne de compte. Comme pour souligner sa détermination froide et implacable elle imprima un nouveau mouvement complexe giratoire à son zanpakutô, tentant de garder à distance les monstres qui menaçaient de l’encercler. Les ruines du bâtiment dans lequel elle venait de poser pied étaient un nouveau champ de bataille auquel elle devait s’habituer. Ici son champ d’action et de déplacement était restreint, or elle n’était guère taillée pour le corps à corps brutal à la manière de son supérieur. Une considération stratégique que ne partageaient guère les marionnettes réanimés qui se contentaient de déchiffrer un point faible dans la carapace défensive de la shinigami. Kai se sentait le centre d’une attention indésirable. Son élément était les ténèbres et la discrétion son armure la plus efficace. Elle ne pouvait pas s’offrir le loisir de la réflexion, à la frontière de ses sens elle pouvait deviner que les choses s’agitaient au-dessus d’elle, la pluie qui venait de s’abattre récemment n’était déjà pas en soit un bon signe. Concentrant son reatsu dans le creux de sa paume elle reprit son zanpakutô en main et posa un genou à terre, touchant le sol et se concentrant sur les éléments aux alentours. Le timing allait être serré mais elle savait pouvoir se débrouiller. Les créatures franchissaient déjà les derniers mètres, prêt à satisfaire leurs appétits contre-nature.

-Bakudo no nijûichi : Sekienton.

Une fumée ocre s’éparpilla dans un souffle puissant, se répandant aux alentours, recouvrant sous une chape brumeuse épaisse les lieux, dissimulant aussi bien les morts réanimés que la vice-capitaine qui effaça sa présence, laissant derrière elle un vague écho intangible sur lequel se jetèrent les monstres confus. Kai n’était plus qu’une ombre sans forme, reflet imperceptible, semblable à la brume qui recouvrait le tout. Invisible aux yeux de ses adversaires, elle-même ne pouvait voir mais elle avait d’autres sens sur lesquels elle pouvait s’appuyer. Elle le prouva en entourant de sa chaîne trois créatures isolés qui glapirent sous l’étreinte brûlante et piquante de cette foudre mouvante qui carbonisa leurs organes internes, les réduisant en paquets de cendres informes. Les survivants se retournèrent, leurs sens primaires en alerte face à cette menace. Mais la jeune avait disparu déjà, se dissimulant dans les restes de l’immeuble, se fondant dans son nouvel environnement et passant de couvert à couvert. Elle surgit une nouvelle fois et devinant la présence de ses ennemis elle leva devant elle son zanpakutô et libéra ce qui lui restait d’énergie à travers lui. Une nouvelle vague foudroyante balaya la fumée aux alentours, déversant un torrent d’énergie qui engloutit les corps restants, entamant une partie de l’énergie de la jeune femme qui fut néanmoins satisfaite de voir les corps fumants de ces ennemis au sol. Elle laissa de côté deux corps réduits à de simples troncs mais que la vie ne semblait pas vouloir quitter. Kai ignora ce qui ne s’avérait plus une menace pour gagner l’extérieur ou un combat d’une autre trempe faisait rage.

Elle ne mit pas longtemps à comprendre qu’un nouveau joueur inattendu venait de rentrer dans la partie. Le shinigami qu’elle n’avait pas identifié avait lancé une série d’attaques sur son capitaine, dévoilant ses véritables intentions. Cet acte hostile le rangeait définitivement du côté des ennemis à abattre, un adversaire imprévu pour les membres de la Seconde Division. Cet idiot ne pouvait-il pas voir que la menace qui se dressait devant eux les menaçaient tous ? S’imaginait-il que ce Shogen ferait une exception pour lui ? Ou bien était-il un allié déclaré dont les rapports du Goteï n’avaient pas fait mention ? La jeune femme penchait cependant davantage pour un opportuniste à la bêtise crasse. Elle gagna les airs d’un bond, s’aidant de quelques pas de shunpô pour flotter sur les particules en suspension. A mesure de son ascension elle pouvait sentir s’accroître l’aura de puissance du shinigami. Un bankaï. La forme et la pression spirituelle qui s’en dégageait n’accordait aucun doute. Une mauvaise nouvelle pour la jeune femme mais elle ne pouvait pas tolérer davantage d’interférence à l’égard de son capitaine, elle n’avait déjà que trop laissé faire. Elle s’interposa entre le leader de la seconde division et son assaillant non déclaré. Une autre présence se tenait en retrait de cet ennemi. Devait-elle s’attendre à les combattre tous les deux de front ? Son shuriken en main elle usa d’un ton sévère et méprisant pour s’adresser à cet ennemi.

-Je suis la vice-capitaine Umezawa Kai de la Seconde Division. Qui êtes vous ? Êtes-vous inconscient de la menace qui se dresse devant nous ? N’avez-vous pas dû essuyer vous aussi une attaque de ce même Mahô Tsukai que nous nous efforçons d’abattre ou êtes-vous trop stupide pour vous rendre compte de vos actes ? Ce champ de bataille n’a pas de place pour les fous de votre espèce, c’est la ville entière et ses habitants qui est menacé par ce monolithe, vous vous rendez complice par vos actes.

Elle ne désirait pas en arriver là aussi tôt mais les évènements la poussaient irrémédiablement vers cette extrémité, et il n’y avait qu’un bankaï pour venir à bout d’un autre bankaï. Elle fit tournoyer son shuriken devant elle avant de relâcher sa prise sur sa chaîne et le zanpakutô continua sa course plus vite, toujours plus vite, jusqu’à ce que la foudre viennent à tonner. L’énergie exponentielle gagna en intensité alors que des éclairs s’éparpillaient aux alentours, venant frapper indistinctement les immeubles, un flash final arriva pour révéler la nouvelle forme épurée du compagnon de la vice-capitaine. Un simple cercle de grande envergure, au tranchant aussi effilé que sa pureté le laissait deviner. Une forme simple qui ne laissait rien deviner du nouvel outil de mort qu’elle avait entre les mains.

-Bankaï. Je prends le relais de ce côté capitaine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: Groupe 1   Lun 28 Oct - 0:29

La situation partait en vrille. Je ne sais pas pourquoi, mais c'était là le sentiment qui me prenait. Mal à l'aise, je l'étais. Il y avait ces cadavres animés, pour commencer. Puis il y avait cette Arrancar aux cheveux jades, dont la seule présence attisait mon animosité. Et heu ... Bah les gens du Seireitei qui étaient très très très puissants, comme je vous l'ai dit ? Et que, bah, en me rangeant du coté de mon ancien capitaine, je me, heu, les mettais à dos ? Parce que bon, vous voyez ... J'ai beau être une déserteuse, toussah toussah, vous savez ... On n'a pas fait beaucoup d'efforts pour me traquer. Je jouis d'une relative liberté ! Je peux être à peu près heureuse !

Alors, si jamais je fais des trous dans les membres de Gotei 13, je crois pas qu'ils l'apprécieront. Pour ne pas dire, heu, qu'ils risquent de m'en vouloir et d'essayer de me tuer, parce que sérieux, c'est ce que je ferai à leur place ? Je déteste ce genre de situations ... Mais le devoir. Le devoir qui me lie. Je vis pour servir. Et mon devoir me dictait de combattre aux cotés du Kuchiki. Puis bon ... Lui a l'air d'être le plus agréable de cette assemblée. Définitivement plus agréable que ce serpent suspendu en l'air en tout cas. Puis je le connais, je l'ai servi, je lui ai juré fidélité éternelle. Ou en tout cas jusqu'à ma mort. Et je m'étais jurée que je ne briserai plus de serments. Plus jamais.

Mais si il fallait avouer une chose, c'était que notre ennemi comme les Shinigamis de la Seconde Division étaient des personnes formidables, d'une rare puissance. Et je me demandais ce que je faisais là, moi. Je faisais pas le poids, hein. Je me faisais pas d'illusions, vous savez. J'espérais, alors, que Tokiomi lui ... Ne sois pas l'incapable qu'il m'avait semblé être, quand j'étais en service sous ses ordres. Mais vu son Bankai, ses belles flammes bleues, le fait qu'il avait des friandises pour moi ... Minute ! Des friandises ?! J'ouvrais grand les yeux quand il faisait référence à ceux-ci. Me prenait-il pour une gamine ..? C'est limite choquée que je le fixais. Rester sage ? Pour qui me prenait-il ? Lui avais-je donné cette image pendant tout ce temps ?!

Ce n'était pas le moment de se vexer pour ça, mais je dois avouer que mon amour propre en avait pris un coup. Rester sage, hein ..? J'affichais une mine déconfite. C'est ce qu'on dit à une petite fille ça ... Mais soit, j'allais "rester sage". Je me contentais d'observer la suite des évènements, et si une menace était à intercepter, je lèverai les défenses adéquates. Une sait à quel point elle est fragile, et une sait à quel point, une blessure quelle qu'il soit, fait terriblement mal. Alors une a fait en sorte de savoir s'en prévenir au mieux. Je faisais balancer mon arme d'une main à l'autre, la fumée s'exhalant en lourdes volutes dans l'atmosphère viciée. Toujours envie de vomir, d'ailleurs, toujours mal à la tête. Je sais pas si c'est les cadavres ou si c'est l'obélisque. Ça doit sûrement venir des deux ...

J'étais un peu nerveuse. Au fond, j'étais pas trop sûre de ce qu'il se passerait si jamais nous étions visés par l'un des trois partis sur le terrain. Quoi qu'il en soit, le vieux avec son obélisque avait décidé de nous laisser vivre notre vie, ne voyant pas en nous une menace. Le serpent ficelé restait passif, et une envie folle de lui fendre le crâne me prenait. Mais une servait, et une n'avait pas reçu tel ordre. J'observais du coin de l'oeil mon partenaire, alors qu'il s'exprimait. Et qu'il s'attaquait au Capitaine de la Seconde Division. Ce n'était pas de vraies attaques, c'était pour le sonder. Le titiller. Je ne savais pas si c'était prudent, mais il était mon supérieur, je devais m'en remettre à son jugement. Je n'étais vraiment pas à l'aise, je vous l'ai déjà dit ?

Il parlait, et il parlait. Et la Vice-Capitaine s'avança, et nous fit face. Ce n'était pas grand-chose comparé à son supérieur, mais elle avait l'air d'avoir quand même du cran. Elle avait l'air sûre d'elle, comme elle parlait. Sûre d'elle, quand elle dévoila son Bankai. Je serai presque convaincue, tiens. Presque. Si seulement je n'avais pas un devoir. Un devoir qui transcende le reste. C'était à moi de me présenter, alors que je faisais quelques pas en sa direction.

- Mon nom est Saiwai Naoko, et j'appartenais à la Sixième Division. J'aurai souhaité vous confronter en étant votre égale de grade, mais mon incompétence ne m'a guère valu cet honneur. Cette situation me déplait autant qu'à vous, alors, s'il vous plait ... Ne m'obligez pas à faire quelque chose de regrettable, pour vous et pour nous ...

J'affichais une réelle mine peinée. La mélancolie transperçait mes traits, hurlement muet. Cette Kai ne m'avait rien fait. Elle avait de belles convictions. Et pourtant, je lui ferai du mal si jamais elle osait s'en prendre à Tokiomi. Tout ça par devoir. Devoir, devoir, devoir ... Maudit devoir ...

- Ban ... KAI !

Un faisceau de lumière surgit de mon corps, avant de laisser place à la dernière forme de mon Zanpakuto. Ma tenue vestimentaire changeait, et c'était d'un manteau ébène que je me vêtissais, sa capuche rabattue sur mon visage. Un immense serpent squelettique s'enroula autour de mon torse, et sa tête aux yeux morts, saphirs, se posa sur ma tête. J'aurai souhaité ne pas en arriver là, mais pour remplir mon devoir il n'y avait guère de choix.



Dernière édition par Saiwai Naoko le Dim 3 Nov - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Groupe 1   Lun 28 Oct - 13:15

Rageant, frustrant, de quoi se cogner la tête contre un mur et gueuler à l'encontre de la tempête. Tel un pur petit vieux de films de kung fu, l'autre empaffé réussi à dévier de justesse chaque coup gorgé de colère de son opposant, tel un colibri dépiautant le lotus qu'il s'était cassé le cul à faire. Fort heureusement la suite passa, qui laissa comme preuve un profond sillon dans le corps du Maho Tsukai. Mais la joie fut de courte durée. Revenant à son propriétaire comme une bête docile, le liquide carmin s'échappant de l'ouverture béante eut tôt fait d'aller abreuver l'anneau à la forme si particulière sertissant la main parcheminée de son propriétaire. Une vive lueur s'en dégagea, englobant tout l'espace pour finir par se rétracter, laissant apparaitre alors la nouvelle arme du vieux machin, une sorte de sceptre à mi chemin entre l'objet d'ornement et l'instrument raffiné d'un bourreau loufoque, l'arme maléfique fit pleuvoir le sang à gros bouillon partout sur la zone de combat. Visiblement dopés par ce breuvage, les morts s'ébrouèrent, reprenant leur marche implacable.

Mais tu es quoi au juste, un Fullbringer?

Pas le temps de pousser plus loin la réflexion, car l'autre pointait son sceptre vers lui, et une intense douleur emplit le corps et le cœur du Vizard. Il avait l'impression qu'un millier de crochet tentait d'attraper son âme et de l'extraire sans ménagement. Sentant ce qui lui était le plus cher partir, il s'y agrippa de toutes ses forces, tentant de repousser l'intrusion grâce à son reiatsu.

Besoin d'un coup de main?

Telle une vague puissante, le sombre pouvoir de son hollow se mêla à la lutte, repoussant sans mal l'assaut mystique pour aller le projeter jusqu'à son adversaire, si cela était possible. Son masque démoniaque maintenant fixé au visage, le Kyuusei se retrouva au milieu d'une vague de goules, qui se ruèrent à sa rencontre. A peine avait-il esquissé un geste qu'une vague de flammes issue du Bankai du shinigami inconnu fondit sur lui, l'obligeant à se protéger instinctivement. Bluffé, le Vif Argent se retrouva entrave de toute part, à la merci des morsures par le biais d'une multitude de Bakudo de faible envergure.

Mais les monstres furent balayés par la puissance électrique de sa vice Capitaine. Une fois encore. Il lui devait une fière chandelle, encore une fois. Et peut être même plus. Écoutant avec attention le discours du lâche qui s'en était pris à lui, Noboru ne put empêcher un rictus de dégoût profond torde ses traits, invisibles sous le masque. Alors que l'autre finissait sa tirade avec des mots bien choisis, il ouvrit la bouche, et cracha par terre, par pure morgue. Alors que sa Vice Capitaine avait sorti son Bankai, l'autre femme avait fait de même, faisant de cet affrontement un véritable triangle explosif. Alors le shinigami prit la parole.

- Sens de l'honneur, dis tu? Quel sens de l'honneur, quand tu m'entraves pour me demander quelque chose? Et tu t'étonnes qu'on envoie des chiens à tes trousses. Tu disais quoi, tout à l'heure, au vieux? "Il parait que quand je porte cette tenue, je suis censé avoir pour but premier de faire le bien autour de moi". Laisse moi rire, pauvre merde sans amour propre. Tu retournes ta veste au premier obstacle! Tu auras tout le temps de te faire des marchés avec toi même lorsque les Maho Tsukai auront ravagé la Terre et tué tout le monde...

Puisant dans la puissance de son Hollow, il passa alors au travers de ses multiples prisons, fusant comme un projectile céleste, le coude en avant. Pleinement rétabli sur ses pieds, le Vizard tourna alors son regard vers l'étrange couple que formaient les deux êtres si égoïstes et lâches.

- Tu penses être en position de gérer les choses, mais tu te leurres. Tes manigances ne tiendront pas longtemps lorsqu'ils viendront te prendre ton âme pour assouvir leurs projets. Je n'avais rien contre toi, te jugeant comme un protecteur de la Terre venu là pour protéger les âmes de cette moisson macabre, mais tu n'es rien de tout cela. Alors barres toi, tant que j'en ai encore la patience. Tu n'existes pas à mes yeux, tu ne mérites même pas mon respect, par tes actes de pleutre, ni l'air que je dépense à tenter de t'ouvrir les yeux. J'ai un combat à mener ici un qui décidera peut être de l'avenir des mondes. Et je n'ai pas besoin de caillou dans ma chaussure.

Il le méprisait, par son ton et par ses mots. L'autre n'était qu'une lâche, un être vil profitant des situations pour sortir son épingle du jeu. Il ne pensait pas une seconde au sort des malheureux happés par le monolithe. Qu'il parte! Il ne manquerait à personne. Et au moins les autres pourraient mener ce qui s'apparentait de plus en plus à une bataille désespérée pour l'avenir des humains de cette ville. Il aurait pu se distinguer par ses actes, gagner le respect du Kyuusei, qui aurait alors vu en lui un frère d'arme, membre de la famille défendu bec et ongle par le Capitaine de la Seconde. Mais il avait préféré passer du côté obscur, par simple duplicité.

Mais il n'existait déjà plus aux yeux de l'homme d'action. Alors que Kai défendait ses arrières, il écarta les mains, avant de les rabattre devant lui, de haut en bas. Le résultat ne se fit pas attendre, un pilier de lumière descendant à la rencontre du vieil homme tandis que son ombre se hérissait tel un oursin pour tenter de l'embrocher. Les pouvoirs de son masque lui assuraient une puissance et une rapidité accrue, aussi chargea-t-il un Cero au creux de sa paume, avant de le balancer sur sa cible, lui coupant toute trajectoire de fuite. Ils devaient en finir, ou mourir en tentant de sauver le plus grand nombre. C'était leur devoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Messages : 10
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mar 29 Oct - 14:39

Un déferlement de Reiatsu qui fit même légèrement tituber Shogen. Voilà la façon dont le Capitaine venait d'empêcher le vol de sa propre âme. Dire que le Maho Tsukaï n'était pas déçu serait un cruel mensonge, ce dernier ayant déjà une idée bien établie de ce qu'il comptait en faire. Cependant, l'échec ne signifiait pas qu'il était à court de ressource. Il savait bien que la balle était toujours dans son camp et que ses opposants, malgré leur assurance, était en mauvaise posture.
En même temps, il suffisait de jeter un coup d'oeil à la situation. L'Arrancar n'avait même pas réagit, la rayant définitivement de la liste des sources de danger potentiel. Le Shinigami était plus imprévisible mais il se révéla rapidement que les risques qu'il s'en prennent au vieillard étaient assez bas, à l'écoute de la réponse du tas de muscles. Ce qui faisait donc de la femme hybride une autre personne dont il n'avait pas à s'inquiéter. Il ne restait donc plus que les deux seuls semblait réellement faire partie de la Soul Society.

Et, tandis que celle étant visiblement la subordonnée de l'autre s'occupait des pantins du nécromanciens, comme si les éliminer était réellement utile, le plus puissant des deux repassa à l'assaut. Cette fois, le vieillard ne fit rien pour se défendre, se contentant d'encaisser l'attaque. A vrai dire, il s'était même attendu à plus puissant que ce qu'il subissait réellement, si bien que son sourire, qu'il avait fait disparaître pendant quelques instants, refit son apparition de plus belle.
Il jeta un coup d'oeil aux alentours, constata surtout les cadavres. Puis il releva son scepte dans les airs, faisant une nouvelle fois preuve de son pouvoir impie. Les chairs, muscles et os furent sous son contrôle, sans forcément appartenir à un cadavre plus ou moins entier. Puis ils se mirent en mouvement, se réunissant afin de former une nouvelle créature. Véritable golem macabre, assemblage d'organe, sa taille dépassait aisément les trois mètres. Des griffes et crocs faits d'os étaient ses armes les plus mortelles.

Comme toute chose, la créature subit l'influence de la pluie tandis que d'autres cadavres se redresser, se renforçant toujours suffisamment pour continuer à représenter une menace, quitte à voir quelques blessures régénérées. Nul ne pouvait arrêter la horde. Cependant, si Shogen ne pouvait bénéficier du support du sang qu'il faisait tomber sur le lieu du combat, il compta bien montrer un peu plus de ce dont il était capable.
Toujours sceptre levé, le sang perdu par ses adversaires ou par les corps n'ayant pu se relever fut aspiré par son arme, lui étant par la suite transféré afin de le guérir. Et rapidement les plus grosses blessures causés par le Vizard venaient de disparaître.
Ayant entendu ses paroles, il baissa les yeux sur la Shinigami venant de révéler son Bankai.
    - Il n'est pas stupide, il est au contraire le plus sensé d'entre vous. Dans ce monde, il n'y a pas de place pour s'en faire pour des étrangers, le seul but étant d'oeuvrer pour le bien des siens. A partir de là, ne pas s'en prendre à moi est la meilleure chose à faire.
    Dans le cas contraire, la punition arrive bien vite. Regarde l'exemple de ton Capitaine.
Des cadavres se jetèrent sur elle. Non pas dans le but de la tuer, ni de l'attaquer, mais de la retenir. Ils tentèrent de s'accrocher à elle comme ils le pouvaient afin de réduire à néant toute possibilité de mouvement de sa part. Tout ça pour qu'elle observe sans bouger le spectacle qui allait s'offrir à elle.
Celui du golem se jetant sur son supérieur. De ses bras puissants il tenta de l'enserrer, de le soulever et de le broyer. De sa mâchoire il tenta de lui arracher l'épaule. Un assaut brutal, primaire. Mais pouvant venir à bout de la plupart des opposants se dressant sur le chemin du nécromancien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 30 Oct - 10:27

Prêter attention à l'Arrancar semblait n'avoir pas grande utilité tant celle-ci demeurait dans son coin, stoïque, manifestement exempte de combativité. Le Bakudō qu'il lui avait lancé avait eu le temps de se rompre sous l'usure avant qu'elle ait levé le petit doigt, semblant signifier son retrait définitif des hostilités. Espérait-elle sincèrement que le vieil homme n'ait que cela à faire de converser avec elle au beau milieu de ses activités ? Si tel était le cas, il n'en fallait pas bien plus pour déterminer que le retrait dans son masque ne l'avait dans son cas pas pourvue ni de l'intelligence ni du bon sens qui faisait cruellement défaut à leur espèce. Tant mieux cela dit : il n'aurait pas à la surveiller, ayant déjà bien assez du vieillard et de la brute épaisse – la voyant s'escrimer contre les morts-vivants, Tokiomi avait bien du mal à voir sa lieutenante comme une source d'intérêt.

Attirer l'attention n'était clairement pas le mot d'ordre de leur division... Et en ce sens, on pouvait dire qu'elle en remplissait parfaitement les critères : ce qu'elle pouvait bien faire de son côté n'éveillait en lui aucune curiosité. Après tout, lui-même n'était plus concerné par la menace des corps réanimés contre lesquels elle paraissait déterminée à gaspiller une énergie folle. En oubliant presque sa présence, il lui fallut plusieurs longues secondes pour se rendre compte que c'était à lui qu'elle parlait. Un léger soupir filtra d'entre ses lèvres, qu'elle ne pourrait sans doute pas entendre de là où elle était. Qu'elle ait à son tour libéré le Bankai ne le fit pas réagir outre-mesure, ses rencontres passées lui ayant fait comprendre que cela n'avait plus la rareté d'autrefois. Le discours qu'elle tint à son capitaine le fit sourciller.

Une menace ? Ce vieil homme en fin de vie ? Je vous accorde qu'il a l'air coriace pour son âge, mais n'exagérons rien. Ce gros caillou m'a déjà l'air un peu plus dangereux, c'est vrai, mais qui suis-je pour en juger ? Je ne sais pas de quoi vous me parlez, mais ce qui est sûr en revanche, c'est que si j'avais voulu m'en prendre à vous ce serait déjà fait. Je te conseille donc de ranger ton cerceau avant de faire quelque chose que tu pourrais regretter.

Bien qu'il ait libéré son Bankai, force était de constater qu'il disait vrai : il n'avait mené aucune action offensive à leur encontre. Même le feu dévorant qu'il avait déchaîné sur son homologue – enfin, celui qui l'aurait été s'il avait encore porté le blanc manteau - n'avait pour unique but que de dissuader. Les entraves dont il l'avait flanqué dans la foulée se voulaient certes déjà un peu plus handicapantes, mais ce n'était rien dont il ne puisse se défaire au vu de son niveau de puissance. Tout ce qu'il avait fait était au fond de manifester sa volonté de jauger la situation d'un oeil objectif, même si ce n'était certes pas la meilleure méthode pour ce faire. Naoko avait pour sa part été déçue quand il lui avait demandé de rester en place, mais il faisait cela pour le bien de cette dernière. Il ne servait à rien de dépenser son énergie prématurément comme la vice-capitaine de la seconde division avait pu le faire. Ce combat n'était pas le leur - quoi que les visiteurs de la Soul Society puissent en dire.

La dévotion dont elle fit preuve alors que plus rien ne l'y obligeait lui fit néanmoins chaud au coeur et il se jura de l'en récompenser autant qu'il le pouvait, maintenant ou plus tard. La savoir en possession du Bankai elle aussi – lui confirmant une fois de plus que c'était chose courante – ne fut pas sans lui conférer une certaine fierté à l'égard de son ancienne subordonnée. Plus rien ne les liait désormais si ce n'est un passé commun – et encore -, mais il se plaisait à croire qu'il pouvait être responsable, au moins en partie, du bon développement qu'elle démontrait encore aujourd'hui. Cela nuançait quelque peu le mauvais souvenir qu'avait gardé Tokiomi de son mandat en tant que Roku Ban Tai Taishō. Moment que choisit le capitaine actuellement en place de la deuxième division pour lui lancer sa venimeuse diatribe. S'il n'avait été aussi certain d'entendre cette rengaine, il aurait presque pu en être amusé... Oui. Presque.

Je ne sais pas ce que j'espérais de votre part... soupira-t-il. On vous a déjà dit que vous auriez tout à fait votre place à la onzième division ? Une brute écervelée, incapable de voir plus loin que le bout de son nez. Au risque de vous désappointer, vous n'avez aucune chance d'arriver à quoi que ce soit sans notre concours. Est-ce si difficile à comprendre que tout ce que je demande c'est d'être sûr que tous vos bras, là, ne vous serviront pas à me briser les os une fois que j'aurai gaspillé ma précieuse énergie à vous aider à brutaliser un vieil homme qui, en dehors de son penchant douteux pour les minéraux, me semble tout à fait sympathique ?

Et d'ailleurs... D'un vague mouvement de la lame, il créa autour du rocher un champ protecteur. Le vieil homme avait l'air d'y tenir, il ne faudrait pas qu'il soit endommagé... Ceci étant fait, il poursuivit son discours comme si de rien n'était, avançant d'un pas paisible vers le tandem d'assassins toujours aux prises avec les différents divertissements que le retraité avait concocté expressément pour eux au fur et à mesure.

Je ne sais rien de ce dont vous me parlez, si ce n'est que vous me semblez être arrivés bien vite pour quelque chose qui vient tout juste d'arriver. Sauver les humains ? Je ne demande pas mieux et c'est d'ailleurs ce que je m'emploie à faire depuis deux-cent ans, malgré tous les bâtons que VOUS me mettez dans les roues. Mais... Dans l'immédiat, je ne vois plus grand chose à sauver non plus étant donné que le mal est déjà fait et que ce bon monsieur n'a, comme il le dit lui-même, nullement l'intention de me prendre quoi que ce soit. Et je devrais vous croire sur parole quand vous me dites n'avoir rien contre moi ? Je n'ai pas oublié le sort réservé aux Quincys. La sécurité des humains a toujours été leur première préoccupation, et dois-je vraiment vous rappeler où ça les a menés ? Ou mieux encore, où ça VOUS a menés ? J'ose croire que ce ne sera pas nécessaire.

Le profond soupir qu'il émit suffisait à résumer tout ce qu'il en pensait. Il se passa la main sur la nuque. S'il n'était pas forcément réfractaire aux longs discours, avoir à expliquer en long, en large et en travers ce pourquoi il était en droit d'avoir un brin de méfiance à leur égard – alors que le vieillard ne lui avait rien fait directement – était un rien usant pour ses nerfs, aussi ne pouvait-il qu'escompter que le Ni Ban Tai Taishō lui prête enfin une oreille attentive malgré le masque hideux qui venait de recouvrir son visage.

Les derniers Shinigamis que j'ai croisés étaient plus prompts à me mettre littéralement le couteau sous la gorge qu'à toute autre chose, alors que je faisais un bien meilleur travail que tout ce qu'ils feraient jamais, sans fausse modestie. Comprenez que j'aie du mal à me ranger docilement à vos côtés quand vous me dites « on verra plus tard ». Contrairement à vous qui avez l'air prêt à mourir ici, j'ai bon espoir de n'avoir pas vécu jusque là pour mourir d'un bête coup de couteau dans le dos, je pense là encore que ça peut se comprendre.

Il haussa nonchalamment les épaules, accentuant encore son air flegmatique.

À force que l'on me dise que je ne suis plus un Shinigami, je crains d'avoir du mal à me comporter en tant que tel, mais il ne tient qu'à vous de rétablir la vérité. Aussi, je vais être clair pour être sûr que vous me compreniez. Promettez-moi que vous ne lèverez la main ni sur moi, ni sur Naoko-chan et que je serai lavé de tous mes crimes et elle aussi si elle le souhaite, quoi qu'elle ait pu faire, et vous aurez ma plus entière collaboration. J'exige bien entendu une garantie... Mais puisque vous êtes à l'évidence homme à vous fier moins aux paroles qu'aux actes, je suppose qu'une preuve de ma bonne foi est de rigueur.

D'un claquement de doigts, il fit jaillir de ce qui semblait de prime abord n'être qu'un bouclier des pointes effilées qui eurent tôt fait de tendre vers le monolithe qu'il était censé protéger. Et comme si cela ne suffisait pas, le rempart en lui-même parut perdre de son envergure pour se refermer sur le monolithe dans l'espoir avoué de le broyer. S'il ne voyait pas trop ce que cela allait changer à l'affaire, le minéral semblait revêtir pour eux une importance capitale. S'il s'en donnait la peine, il devait pouvoir le détruire sans trop de mal – à plus forte raison qu'ayant les mains pleines avec leur binôme et le croyant de son côté, l'ancêtre ne s'attendrait sans doute pas à ce que l'attaque vienne « de l'intérieur » et encore moins sous cette forme. Qui plus est, on ne pouvait pas dire qu'il faillissait à sa parole – bien qu'il n'en ait donné aucune – puisque ce n'était pas à lui qu'il s'en prenait, mais uniquement à son souvenir de vacances démesuré. D'un geste assuré, Tokiomi remonta ses lunettes sur son nez, blasé.

Vous m'excuserez, oyaji, mais il semblerait que j'aie quelque chose à prouver... Alors, convaincu ? Oh, tu peux y aller, Naoko-chan. Je suis curieux de voir ce que peut faire ce joli jouet.

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 30 Oct - 19:41

« Aspiration »
→ Nae n’avait eu, en fait, aucun intérêt a agir. Un instant elle avait été assaillie par une vague de rage a l’égard du Shinigami qu’elle avait jadis combattu dans le Yermo, mais l’entrave qui pesait sur elle et les réponses qu’on lui avait données l’avaient retenu de donner suite a cette « provocation » -s’il y avait bien une chose dont il ne fallait pas parler, c’était ca…- Quand au shinigami, elle lui témoignait si peu d’intérêt qu’elle s’était contentée de hausser les sourcils. Après tout, il ne l’attaquait même pas. Comme si une petite entrave allait le mener bien loin…

Finalement, elle pouvait se contenter de prendre note des évènements, lasse… Ce n’était pas de la bêtise que de converser un peu avec le vieil homme, et d’observer tout ce qui se déroulait sous ses yeux. Elle n’avait pas grand-chose à craindre par cette méthode, effacée, et pouvait s’abreuver de détails à loisir. Il en découlait même que le vieux Maho Tsukais se faisait presque son meilleur allié, lui épargnant d’avoir à s’en prendre au gros insecte par elle-même. Elle prit soin néanmoins de resserrer sa prise autour des dix cadavres broyés qu’elle avait fait sien, afin de les garder « sous la main ». Manquait plus qu’on les lui aspire… Toute cette chair hachée menu, elle n’allait pas se priver de sa part, et préférait garder quelques cartes sous l’anneau. Non pas qu’elle ai décidé d’agir en faveur de l’un, l’autre ou aucun des partis en présence, mais qui sait… Il était trop tard pour les humains auxquels il s’en était pris. Et Naezka, bien qu’elle y ai passé les dernières semaines, n’était toujours pas capable de dire si oui ou non, elle éprouvait de l’intérêt pour ses êtres. Ou du moins assez pour avoir envie de les protéger… Rien ne semblait avoir d’importance, et ca en était presque triste.

Les liens d’énergie qui l’entravait s’effritaient alors que finalement, une intervention venait raviver son intérêt : celle de la Vice-Capitaine du Gotei, qui se dressait désormais face à celui qui s’en était pris à elle et sa rouquine. Rouquine qui semblait bien tristement servile. Et dont le comportement, depuis qu’elle avait posé les yeux sur elle, agaçait Nae. Pour qui se prenait-elle pour cracher ainsi ? Cette petite sotte à demi-Hollow, et voilà qu’elle se dressait face à une homologue –visiblement seule censée de l’histoire malgré ses dépenses d’énergie démesurées ?- au profis d’un abruti qui avait pourtant l’air de la prendre pour la dernière des gamines. Cette assemblée manquait vraiment de personnes recommandables… N’y tenant plus, la serpente a nouveau libre de ses mouvements l’interpella, se rapprochant des deux femmes en laissant de coté les abrutis alors que son corps a une vitesse inquiétante s’insinuait autour d’elle pour les cerner. Ses anneaux formant un tour autour de chacune, elle se penchait au dessus de la Wizard.

→ Hey, t’as vraiment aucune fierté ? |

Son ton était acerbe. Elle aurait pu s’en aller, mais ce comportement la titillait vraiment au plus haut point. Le genre de comportement qui donnait envie de mettre une baigne a la personne juste pour qu’elle daigne ouvrir un peu les yeux.

→ C’est pas comme si ce mec t’avais traité de monstre, hein. Surtout que contrairement a ce que vous portez, moi, je me contrôle. – Elle avait eu un regard en direction de Noboru, dont le Hollow laissait depuis plusieurs instants pulser son Aura chaotique- En plus il te prend pour une demeurée, et toi tu t’interpose pour lui ! Tu risques d’aller loin, comme ca. |

La remarque était bien sur on ne peux plus scénique. Elle demeurait scandalisée par la réaction plus qu’incompréhensible de sa soit disant « subordonnée ». Le monde ne tournait vraiment pas rond. Et pourtant… Elle releva les yeux en direction des deux hommes, du Monolithe, du Maho Tsukai… … Détruire ces choses sauverait il vraiment les humains ? Toute cette scène, ainsi que le comportement de ses protagonistes, semblait absurde. Et pourtant, même se soucier de soi n’avait pas l’air de prendre réellement de sens… Son regard fini par s’appesantir sur la jeune femme aux cheveux noirs qui avait le mérite de défendre ses principes. Aux yeux de Nae, tout cela n’avait pas beaucoup d’importance. Elle essayait tout au plus d’un peu mieux se comprendre soit même, sans doute.

→ Si ce que tu dis est vrai, tu ferais mieux de ne pas perdre de temps avec eux et te concentrer sur cet objet, ou protéger ton capitaine… |

Elle avait ajouté cela a l’intention de la Shinigami suite a un rapide coup d’œil en direction du Golem qui était en train de se former. Ca n’était sans doute pas une mauvaise idée de se ranger du coté du vieux, quand on voyais ca… Si elle voulait, avec son capitaine, sortir victorieuse –et vivante- de cette escapade il valait mieux qu’elle se concentre la dessus. Le colosse multi bras n’avait pas l’air de faire le poids, seul… Et si les Maho Tsukais visaient réellement à "détruire la terre et tuer ses habitants", comme semblait le prétendre ce dernier, elle songerait peut être a revoir son jugement. Mais il n'y avait que la parole des uns contre la parole des autres...
'Seyons de se remettre dans le bain, tout en restant impartial... -__- (Nae est tellement pas concernée xDDD ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Ni Ban Tai Fukutaisho

Messages : 52
MessageSujet: Re: Groupe 1   Mer 30 Oct - 23:15

La vice-capitaine de la Seconde Division nourrissait un certain orgueil à cultiver une attitude froide et détachée en toute circonstance. C’était en écartant les sentiments et les diverses passions frivoles que Kai préservait la sérénité de son âme du moindre trouble, se forgeant ainsi en une arme d’une efficience rare sur le champ de bataille. Cette vertu était cependant sérieusement en voie d’être remise en cause par l’attitude exaspérante des différents protagonistes de cet affrontement. L’office de la jeune tueuse de l’Onmitsukido était marqué du sceau du silence, aussi la shinigami avait-elle appris la juste valeur de la parole et l’intelligence qu’il y avait à en faire l’économie. Une intelligence que ne semblait guère partager son interlocuteur direct. L’orgueil évident du personnage semblait rehausser par un penchant bavard qui s’apparentait à une forme de logorrhée verbale pompeuse. Au moins pouvait-il se prévaloir du talent rare de porter sur les nerfs de la vice-capitaine qui avait depuis longtemps renoncé à prêter attention à cet homme visiblement très heureux d’écouter le son de sa propre voix. La scène aurait pu se prêter aux accents comiques s’il n’en était de la menace potentielle qu’il représentait. Du long discours aux intonations dramatiques, si propre aux présomptueux grandiloquent dans son genre, Kai réussi à retenir l’essentiel : il offrirait son support. Visiblement du bout des doigts mais la jeune femme n’en demandait pas davantage. Eviter l’ouverture d’un second front dans cette bataille qui amorçait un nouveau tournant décisif, voilà qui n’était pas un luxe qui se refusait. Elle suivit du regard les invocations successives de Kekkaï ciblant le monolithe, sentant le pouvoir bloquant des barrières mises en place. Un choix qu’elle jugea judicieux, d’autant plus que leur principal ennemi commençait à prendre des initiatives plus conséquentes. Son capitaine se faisait le reflet de ce changement de ton, et son estomac se tordit malgré elle à la vision terrible de son supérieur devenu méconnaissable.

Un avatar guerrier avait pris place sur ce plan d’existence, exhalant une aura de violence pure qui meurtrissait indistinctement tous ceux se trouvant aux alentours. La jeune femme peina un bref moment à retrouver son souffle face à cette débauche insolente et inquiétante de violence. Les deux partis rivalisaient pour mériter le qualificatif de « monstre », même si Kai se laissait aisément tenter de remettre un tel titre au capitaine Kyuusei. Le capitaine du Goteï avait fait place au Vizard et le spectacle était d’un majestueux terrible. Derrière ce masque aux accents bestial, la jeune femme ne reconnaissait guère son capitaine. Etait-il toujours présent ? En vérité elle peinait à deviner le leader de la Seconde Division derrière ce faciès de démon. Non. Ce n’était plus là que le reflet physique d’une volonté de destruction pure. Et Kai s’apprêtait à fournir son concours à une telle volonté. Aussi hypnotisant et saisissante que pouvait être cette métamorphose, elle ne pouvait se permettre le luxe du laxisme et de l’apathie. Comme pour lui rappeler qu’une bataille était toujours en cours, de nouvelles créatures réanimées par les pouvoirs impies du Maho Tsukaï s’élancèrent vers elle. Les bras tendus, dans une volonté malsaine de s’agripper à elle, d’enserrer son corps pour étouffer jusqu’à la dernière parcelle de cette étincelle de vie dont ils étaient dépourvus, les rangs de morts-vivants s’avançaient. Elle s'esquiva in-extremis d'un pas de shunpô, récoltant de ce flot vorace de nouvelles griffures et morsures. Kai n’allait pas souiller la pureté de son bankaï davantage au contact d’aussi viles réincarnations. Tendant sa paume devant elle, elle laissa couler les mots de pouvoir pour l’aider à rassembler la puissance qu’elle s’apprêtait à relâcher. Des flammes bleutées apparurent au creux de sa main, avide de s’échapper de ce carcan.

-Ô souverains… Ô masques de chairs et de sang… Ô univers entier… Ô battement d'ailes… Ô celui qui porte le nom d'humain ! Vérité et tempérance… À partir des murs construits de rêve purs et sans péchés, n'élevez point vos griffes davantage que le strict nécessaire ! Hadō no sanjū san : Sōkatsui !

Semblable à un attelage déchaîné, les flammes se déversèrent sur le rang compact des créatures, dévorant la chair morte et réduisant en cendre leurs corps pourrissants. Kai entendit le son distinct des boyaux éclatés, et le craquement des os, mêlé bientôt à l’odeur de la chair brûlé si caractéristique. Le feu surnaturel se dissipa cependant bien vite, dans un souffle puissant, laissant loisir d’admirer un carnage relatif. Les corps chancelants de quelques marionnettes étaient toujours debout, regardant stupidement les carcasses fumantes de leurs camarades. La vice-capitaine ne leur laissa pas loisir de se remettre sur pied, et un pas de shunpô plus tard elle se retrouvait au contact pour enfoncer son coude dans la tête de la première des créatures, se satisfaisant d’entendre le son caractéristique de cervicales broyées. Ne marquant aucun temps d’arrêt elle enchaîna d’un jeu de jambe mortel qui réduisit les derniers survivants rendus maladroits par leurs blessures, à l’état de paquets de chair sans vie. Pas le temps d’admirer son œuvre, déjà se dressait une nouvelle menace. Le vieillard poursuivait ses actes de profanation à l’égard de l’œuvre de la vie, insufflant une énergie vitale à une nouvelle abomination de chair et de sang. Abomination stupide, la jeune femme devinait la puissance brute et aveugle dans ce corps massif et grossier.

La suite ne la détrompa pas dans son instinct. La chose était déjà en action, prête à abattre le torrent de sa furie contre-nature sur son capitaine, ou celui qui avait pris sa place. Aussi puissant que ce dernier semblait être, Kai ne connaissait que peu de créature capable d’encaisser pareil assaut. Une simple pensée lui fut nécessaire pour diviser son bankaï en quatre cercles au tranchant effilé qui flottèrent dans les cieux, animés par une volonté propre, une énergie statique émanant autour d’eux. Elle n’aimait guère cet étalage peu discret : trop gros et atypique pour être une arme efficace pour l’assassinat. Trop…foudroyant. Elle pointa la main sur sa nouvelle cible évidente, maniant avec davantage d’aisance qu’auparavant son énergie spirituelle. Des éclairs crépitant prirent naissance au sein des ringblade, s’accumulant en un point précis avant de relâcher deux tirs aveuglant : projectiles lumineux qui tonnèrent dans les cieux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1413-kai-umezawa

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: Groupe 1   Jeu 31 Oct - 19:46

Si il y avait bien quelque chose, qui aurait dû avoir beaucoup beaucoup plus d'attention de ma part, et qui m'effrayait quand même 'achement pour le coup ... C'était le Capitaine de la Seconde Division. Je ne dis pas qu'il est plus impressionnant que le mien, de capitaine ! Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! Mais quand même ... Il a plus de carrure quoi. Enfin, carrure, carrure ... Il fait surtout flipper oui. Déjà que c'était une belle bête de cirque avec ses paires de bras en plus, mais alors ! Là avec son masque ! Il était carrément terrifiant ! Presque aussi terrifiant que la bestiole que le nécromancien avait assemblé pour le stopper ! Ce qui se comprenait, un monstre ne peut être arrêté que par un autre monstre. Encore plus moche si c'est possible, et sinon, on fait avec les moyens du bord.

Je grimaçais. Définitivement, je n'avais aucune envie de m'opposer à ça. C'était quand même bien lâche comme façon de penser, mais j'espérais de tout coeur que Tokiomi trouverait une solution ... Pacifique ? Oui, oui. Je n'avais aucune envie de combattre les Shinigamis ni le petit vieux avec ses macabés ! C'est pas glorieux, je saiiiis ! Et alors ?! Depuis quand j'ai besoin de l'être ! Pff ... J'voulais que des yaourts moi ... Mais c'est trop tard pour les regrets. On va obéir, comme on l'a toujours fait. Et comme on le fera toujours après, si une s'en sort vivante naturellement.

Mon Bankai exhalait sa fine fumée bleuâtre, alors que j'attendais, craignais, tendue, le moindre mouvement de la Vice-Capitaine. J'écoute mon supérieur parler, d'une oreille, nerveuse. Je ne connaissais pas ses raisons, n'était même pas sûre de vouloir les apprendre ... Mais ce qu'il disait avait du sens. A condition qu'il ne mente, cela s'entendait. Le monde est si traître après tout ... Un coup de poignard pourrait arriver si vite ... Je secouais la tête. Nan, on ne pense pas à ça, c'est trop malsain ... Après tout, le seul coup de poignard qu'il pourrait recevoir, ici et maintenant, je savais très bien qui pouvait le mettre ... Et la simple idée me paniquait. J'étais paniquée d'envisager une telle chose.

Et Kuchiki-san finissait son discours, en passant à l'offensive. Notre camp était désormais décidé, je crois. Il n'appartenait qu'aux Shinigamis de décider si oui ou non notre aide serait acceptée. Je me promettais de remercier mon capitaine après tout cela, si jamais nous étions en état de le faire. Il pensait à moi, même si il me prenait toujours pour l'adolescente paumée qui arrivait tout juste à la Soul Society ... Je soupirais, toujours dépitée. Mais je m'apprêtais à montrer l'étendue de mes progrès. Sauf que ... L'Arrancar, passivement inutile, décidait enfin de faire un mouvement. Je me retournais rapidement en sa direction, quand j'apercevais tardivement ses anneaux autour de moi. Je plissais les yeux sous l'incrédulité, alors que ses paroles faisaient leur chemin dans mon psyché. Et l'incrédulité laissa rapidement place au mépris.

- Tes paroles suintant la bile ne peuvent m'atteindre, monstre. Quelqu'un de ton espèce ne peut comprendre les engagements qui me lient.

Et je me désintéressais d'elle, aussi simplement que cela. Je n'avais pas de temps à accorder à une Arrachée, et surtout à une Arrachée aussi arrogante. Sérieux, qu'est-ce qu'elle essayait de me faire croire ? Qu'on était semblable ? J'en avais entendu des conneries, mais là ... Si ça venait pas d'un truc comme elle, j'aurai ri, ri à m'en étouffer. Pff ... Saletés ... J'étais bien plus à cran pour le coup. Et c'est avec une certaine rage que j'ai pointé du doigt le Maho Tsukai, qui ressemblait à bien y regarder à une tortue ...

- Je suis navrée, mais c'est un ordre.

La gueule de mon Bankai s'ouvrit de part en part, et cracha un jet de fumée sombre très concentré, à grande vitesse. Qu'il se le prenne, et il saurait ce que c'est, que de vivre dans les ténèbres. Un peu comme à las Noches, la lumière de la lune en moins. Et j'enchainais sur une incantation de Kido visant à le mettre hors d'état de nuire de façon, quand même, assez durable.

- "Premier chant - Linceul d'entrave"
"Deuxième chant - Une Centaine de Carreaux"
"Dernier chant - Le Grand Sceau des 10 000 interdits"

Bakuda #99. Bankin !

Le ruban spirituel blanc cherchait à se refermer sur le petit vieux, rapidement suivi d'une nuée de dards et d'un immense bloc de métal visant à l’aplatir (mais juste un peu, ne soyons pas des sauvages). Quitte à savoir si ça aurait l'impact souhaité, ça ... Bah, c'était pas à moi de le décider, je fais ce que je peux ! Cela dit ... J'espérais attiré une certaine fierté de la part de mon ancien capitaine. C'est stupide, enfantin, je le sais, je n'en cache pas. Mais je l'appréciais, même si c'était un gros incapable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Groupe 1   Ven 1 Nov - 10:18

Franchement, il avait envie de se taper le crâne sur le sol, tant la bêtise était importante autour de lui. D'abord le vieux, qui se la jouait grand démagogue, tandis que le petit Capitaine rebelle continuait le dialogue de sourd, reprenant certains des arguments du Kyuusei comme s'ils sortaient de sa poche. L’œil rond, la mine hagarde, le colosse le regarda déclamer son discours, avec l'air d'avoir mangé de la merde. Franchement, on se foutait de qui? Il faillait d'ailleurs s'étrangler lorsque le type créa un champs de force autour du monolithe. Là, c'était le pompon! S’apprêtant à finalement retrousser ses manches et aller briser le lutin en deux, histoire de faire place nette - il avait fini par le décider définitivement - Noboru écouta l'autre faire part de ses états d'âme. A l'entendre, il avait défendu l'humanité pendant des années, se retrouvant la cible des méchants shinigamis qui voulaient sa peau. Et aujourd'hui, il ne levait pas le petit doigt pendant que le monolithe pompait les âmes des humains alentour. Pas très logique...

Il passa aux Quincy, et le Capitaine de la Seconde s'attendit à ce qu'il embraye sur la fin dans le monde et sur la tartine qui tombait du côté confiture. Franchement, le type mélangeait tout. S'attendre à ce qu'il lui foute un coup de couteau dans le dos? Mais depuis le temps, il l'aurait fait! Ne lui avait-il pas dit qu'il ne l'intéressait pas? Enfin, il ne pouvait pas faire mieux! Surtout après ce que l'autre lui raconta. Il était où, là, le couteau sous la gorge? Et de lui demander de promettre de laisser leur vie sauve. Très franchement, avec ce qu'il avait déjà commis comme acte, c'était plutôt à lui de rendre des comptes, puisqu'il avait porté la première pierre. Concernant la petite, il n'avait aucun grief. Elle agissait avec honneur et dignité, même si elle servait un sale con. Son plus grand défaut était sans doute son erreur de jugement concernant l'autre pouilleux. Bref, quand le type décida de la jouer coup monté, s'en prenant au monolithe en toute bonne fois, le Vif Argent eu encore plus l'air démonté, si c'était possible. Du début à la fin, l'autre avait fait un monologue, créant tout seul les causes et les conséquences, les introductions et les conclusions. Et jamais il n'avait vraiment écouté le reste du monde. Un véritable type centré sur son trou de balle. Tenzen pourrait l'adorer. Ainsi, la seule chose intelligente que le Kyuusei put dire fut la suivante:

- Geuh?

Ouais, en même temps c'était à la mesure de ce qui venait de ses dérouler devant ses yeux ahuris.

- Mais, c'était pas plus facile de commencer par là? J'ai l'impression d'avoir été la victime d'une grosse blague. Franchement, j'ai pas tout pigé, là.

Il avait marmonné cela dans sa barbe. Puis, plus fort, à l'adresse de l'autre groupe.

- Ouais! D'accord! On fait comme ça! T'as raison, croix de bois, croix de fer, j'ai rien contre vous, z'avez ma parole d'homme! Et je n'en ai qu'une! Je ne reviens jamais dessus, ce qui m'obligera à vous protéger au péril de ma vie. Comme les humains, quoi.

Il était sincère, mais avait vraiment l'impression de devoir faire une promesse à un demeuré, histoire de le rassurer. Et ça avait le Bankai? Sérieusement, un monde de fou, de quoi finir dans l'alcool. Des fois, il enviait Shinjirô, pour qui les choses étaient si simples. Enfin, maintenant que les choses étaient réglés, il pouvait continuer à faire face au Maho Tsukai. Déjà, le problème de son golem de chair était réglé, par deux tirs successifs de sa Vice Capitaine. D'un pouce levé, il prépara la riposte. Puis il passa dans la transe vibratoire du Natarâdja. Son corps pulsant d'énergie, sa silhouette devint floue, puis il bougea comme l'éclair. Fonçant tout d'abord sur la pierre collectant les âmes. C'est avec toute sa fougue, le masque réapparaissant sur son visage, qu'il frappa de la paume de la main en un geste circulaire qui voulait renverser la structure comme un château de carte. Puis, prenant une impulsion pour avoir plus de recul, il invoqua ensuite l'ombre de tous les éléments l'entourant, usant de son pouvoir décuplé pour alourdir un peu plus les billes ainsi formées. Il balança ainsi l'ensemble à l'encontre du vieillard et de son bijou, accompagné de deux Cero jumeaux. La petite rousse avait prouvé son inestimable utilité, à elle aussi. Son respect pour elle augmenta proportionnellement. Ils avaient intérêt à se magner le train, de toute manière, parce qu'il commençait à manquer de jus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Groupe 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Groupe 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Journée 2 : Groupe F

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Missions & Events :: Events :: Event #2 :: Karakura-