AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 450 ans avant ! Tokiomi capitaine de la 6e ! Merudy vice-capitaine de la 13e ! [PV Kuchiki Tokiomi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine de la 6e Division // Chef de clan Kuchiki

Messages : 32
MessageSujet: 450 ans avant ! Tokiomi capitaine de la 6e ! Merudy vice-capitaine de la 13e ! [PV Kuchiki Tokiomi)   Mar 19 Nov - 5:31

17 Mars 1700 - Première alerte à l'Adjuchas !

Le 17 Mars 1700 est une date importante dans mon histoire. Un vieux. C'était la première fois que je voyais, même de loin, un addjuchas. L'Ankou était son nom. Il fut le plus grand fléau de la pointe extrème occidental de l'Europe durant bien des siècles, jusqu'à ce qu'en 1990, je mis fin, dans un terrible duel, à ces agissements. Mais revenons en 1700. La Bretagne souffrais des agissement du Roi de France, un dénommé Louis XIV, je crois. Ces dans se contexte que mon ennemi de l'époque apparaissait dans le monde humain. Il donna, dès lors, naissance a maint légende de la mort, sans doute due au fait que quelqu'uns des témoins a travers les siècles, ayant réussi à lui échapper, avais pus le voire, sans savoir ce qu'il était exactement.

Ce jour donc, ce fut un rapport urgent d'un shinigami sur place qui me fis me précipiter dans le monde humain, sans prendre la peine d'en avertir mon capitaine, qui était en réunion a ce moment là, avec les autres commandant de division. J'étais en tord, il me fallait l'autorisation de passer le seikaimon par mon capitaine. Mais la menace me semblait trop pressante pour perdre ne serait-ce que dix minutes. Il me fallait faire vite, car aucun shinigami de la division ne serait de taille contre un vasto lordès. Je me surestimais grandement, car même un capitaine ayant son bankaï aurait du mal contre ce type de hollow. De plus en me précipitant ainsi, j'en oubliais la présence de la limite, n'ayant ainsi accès qu'à la moitié de ma puissance. En gros je n'avais aucune chance.

Heureusement pour moi, je n'aperçus ce puissant hollow que l'espace de quelques secondes alors qu'un garganta s'ouvrait pour lui ouvrir le passage du retour vers chez lui. En fait, je dirais qu'il m'a lancé un regard, ayant certainnement senti mon arrivée. Un regard me disant certainnement "Bientôt, bientôt ce sera ton tour". Un regard à glacer le sang d'un shinigami. J'aurais dus avoir peur car je ne me serais certainnement pas mise en danger inutilement vingt ans plus tard. Pour moi j'étais de taille contre lui.

Je me trompais lourdement et le capitaine me tombait dessus dès mon retour. Il n'était pas spécialement en colère contre la violation de la règle du seikaimon, mais plus de ma sous estimation de la puissance d'un Adjudchas. J'avais mal compris le danger et j'avais foncé tête baissée vers ce que je croyais un adversaire à ma taille. Le capitaine avait été inquiet et s'appretais lui même a violer les règles pour me rechercher dans le monde humain. Il tenait vraiment à ses subordonnés. D'aileurs avec un peu d'humour il me dit que ça le maitrait dans une drôle de situation vis-à-vis de mon clan, d'autant qu'il m'avait nommer vice-capitaine, pour mon talent, au détriment de la surprotection que mon grand-père exerçais autour de moi.

Le Capitaine Kuchiki Tokiomi de la 6e Division, 25 Mars 1700

Maintenant que ses souvenirs me reviennent, il faudrait que j'en parle un jour avec mon père. Pourquoi mon grand-père me surprotégeais ? Je pouvais en deviner une partie, une petite partie a l'heure actuel mais pas tout. Je pense que cela avait avoir avec Tokiomi-sama, qui était, à l'époque, capitaine de la 6e Division.

Pourtant, étant de la lignée mère des Kuchiki, je ne le connaissais que de nom et de vue. Je l'avais croisé quelque fois dans le Gotei 13 mais, s'il savait que j'étais membre du clan, il ne le montrait pas et passait son chemin sans m'accorder le moindre regard. De mon coté, je savais qui il était. D'après mon père, Tokiomi était né d'une lignée secondaire du clan, non voué a avoir un poste important dans la hiérarchie. Pourtant il était, là, Capitaine de la 6e Division, depuis plus de deux siècles. De ce que je savais, il venait aux réunions du clan. Il se mélangeait paut avec la famille. Malgrès cela, il contribuait à ça renommée.

C'est pourquoi, après ma mésaventure du 17 Mars, je m'étais décidé à aller le voire, dans ça division. Etant vice-capitaine, j'inspirais le respect aux shinigami moins gradé que moi. Mais quant serait-il de mon supérieur hiérarchique qui semblait fuir son appartenance au clan. Pourtant ce n'est pas pour une affaire du clan que j'étais là. J'étais là pour avoir des conseils. Des conseils sur quoi ? Et bien, des conseils sur le long entrainement au bankaï. Je pensais alors, qu'étant de mon clan, je pouvais lui faire confiance dans l'optique de tenir ma requête secrête. A l'heure actuel, je ne sais toujours pas si ma confiance en lui était déplacé, ou non.

Entre 1700 et 2017, la caserne de la division avait assez peu changée. Mais à l'époque c'était la première fois que j'osais entrer dans une caserne qui n'était pas celle à laquelle j'étais affiliée. Le ciel était mossade, il bruinait, lorsque j'entrais dans le bâtiment pricipal, où je supposais qu'était le bureau du capitaine. J'interceptais un shinigami quelconque, qui se présenta comme était le 7e siège de la division afin d'aller prévenir Kuchiki-taischô que la fukutaishô, Kuchiki Merudy, de la 13e division demandais à le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1763-kuchiki-merudy
avatar
Rang : De chair et de sang

Messages : 46
MessageSujet: Re: 450 ans avant ! Tokiomi capitaine de la 6e ! Merudy vice-capitaine de la 13e ! [PV Kuchiki Tokiomi)   Sam 23 Nov - 21:05

Tokiomi n'avait toujours eu que très peu de considération pour son clan. S'il avait pu, lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, éprouvant un brin de gratitude à l'égard de cette famille de nantis qui lui permettait de vivre dans un confort bien supérieur à la moyenne, celui-ci avait été balayé par l'amertume de ce qui se tramait en son sein. C'était à qui tirerait le mieux son épingle du grand jeu de la réussite sociale, à qui gravirait le plus d'échelons. Et malheureusement pour lui, il avait tiré le gros lot. Pour autant qu'il puisse en voir, tout n'était affaire que de situation et de pouvoir, si bien que tout le reste passait purement et simplement à la trappe pour nombre d'entre eux.

Sa mère était de ceux-là. Et à défaut de pouvoir gagner elle-même son ascension, elle s'était servie de lui comme marche-pied pour atteindre un rang plus élevé. Ceux qui réussissaient à percer au sein des treize divisions étaient particulièrement bien vus en raison de l'emblème qu'ils devenaient alors. Des icônes représentant directement la famille Kuchiki aux yeux de tout le Seireitei. Et s'il avait dès le départ eu vocation à devenir un Shinigami, obtenir une place de capitaine et tout ce qui va avec n'était nullement dans ses projets. Pourtant, plus de deux siècles après, il était toujours en place, n'arrivant pas à se dépêtrer de ce bourbier dans lequel sa charmante génitrice n'avait eu aucune honte à le précipiter.

Ainsi ne pouvait-il s'empêcher de trouver le fonctionnement interne du clan malsain et vicié. Et s'il n'avait rien de personnel contre la majeure partie de ses ressortissants, moins il en entendait parler et mieux il se portait. Il s'en serait fallu de peu que ce soit pour lui une honte d'y appartenir, et il ne tenait pas à ce que cela le devienne – sans quoi il aurait bien du mal à continuer de sauver les apparences devant ses collègues. Aussi, bien qu'il sache que des membres d'autres branches de la famille en fassent partie – en dehors de sa mère, il n'avait aucune famille « proche » et c'était très bien comme cela – il n'avait jamais tenté d'établir le moindre contact avec eux. Ce n'était pas comme si cela l'intéressait, fallait-il dire.

Que le même sang coule dans leurs veines – et encore, clivé comme il avait du l'être – ne voulait pas nécessairement dire qu'ils avaient quoi que ce soit en commun. Ils n'étaient que des étrangers à ses yeux, et n'obtiendraient de leur condition aucun traitement de faveur. Pas de sa part, tout du moins. Il était même possible que ce soit le contraire, à bien y réfléchir, tant il pouvait par moment lui arriver de nourrir un fort ressentiment à l'égard du clan. Noirs desseins qu'il ne mettrait jamais à exécution, bien entendu, mais qui ne faisaient que confirmer l'idée selon laquelle aucun d'eux n'avait d'intérêt à l'approcher de trop près. Constater de leurs propres yeux son succès ? Fort bien, mais qu'ils le fassent de loin.

Cet après-midi là, Tokiomi avait prétexté avoir des papiers urgents à traiter pour se calfeutrer dans son bureau, demandant à n'être dérangé sous aucun prétexte. La plupart des gens ayant de lui l'image d'un jeune homme travailleur et responsable, aucun de ses hommes n'avait posé de questions, tous se contentant de porter un oeil admiratif sur le sérieux de leur capitaine. En vérité, celui-ci n'avait fait que s'enfermer dans ses quartiers pour y prendre un repos bien mérité, le seul document qu'il ait approché de près ou de loin étant celui qui lui avait recouvert le visage pour empêcher les rayons du soleil de le déranger pendant sa sieste. Les mains croisées sur le ventre, il était l'image même de la quiétude jusqu'à ce que l'on frappe à la porte de son bureau, manquant de le faire tomber de son siège.

Qu'y a-t-il ? demanda-t-il aussitôt qu'il se fut ressaisi, camouflant efficacement l'accent ensommeillé que sa voix avait pris. Des années d'entraînement. Je pensais avoir été clair.

S'il avait d'abord oublié avoir précisé qu'il ne voulait voir personne, il s'en était souvenu bien assez vite. Mais avant qu'il ait pu asséner une réflexion désobligeante au soldat en question, ce dernier stipula n'avoir pas oublié, mais avoir jugé préférable de faire une exception dans la mesure où il était ici question d'un membre de sa famille. Le malheureux ne pouvait bien sûr pas le savoir, mais il aurait voulu s'attirer les foudres de son supérieur qu'il ne s'y serait pas mieux pris. Non content d'avoir coupé court à ses heures de sommeil – ce qui en soi était déjà une faute grave à ses yeux quand l'on sait combien elles peuvent lui être précieuses – mais en plus c'était pour ça ? L'inconvénient des familles nombreuses.

Se jurant de tenir à l'oeil ledit Shinigami qui paraissait filer un bien mauvais coton, il étouffa un soupir avant de lui dire de la laisser entrer. Au plus tôt il en aurait fini avec elle, au mieux il se porterait. S'étant passé un peu d'eau sur le visage avant que la porte ne s'ouvre pour être à peu près présentable, il en était encore à nettoyer ses lunettes quand l'invitée – l'intruse – pénétra dans la pièce. D'une sobriété presque affligeante, au demeurant. Pour le peu d'usage qu'il en avait, il n'allait tout de même pas faire des efforts de décoration, quand bien même cela passait aux yeux de quiconque était appelé à y pénétrer pour une propension à l'ordre et à l'organisation surdéveloppée. S'ils savaient...

Et bien entendu, les rares éléments compromettants que la pièce pouvait comporter étaient dissimulés soigneusement, de sorte à ce que nul ne puisse rien soupçonner même avec une fouille minutieuse. Tout était parfaitement rangé – et c'était tant mieux ; qui savait si elle n'était pas envoyée par le clan à la recherche de quelque rapport à leur faire ? Nombre de ses membres avaient les dents longues et se seraient faits une joie de prendre sa place. Et si pour sa part il n'y voyait pas d'inconvénient et l'aurait cédée avec grand plaisir, ce n'était hélas pas si simple et sa fierté lui interdisait que ce soit en étant dénoncé pour l'une ou l'autre faute et à fortiori de la part de l'un d'entre eux. Il ne leur ferait pas ce plaisir.

Récurant donc les verres de ses lorgnons d'un air absent, il ne l'observa que distraitement. Bien qu'il ne soit pas réellement myope, il se plaisait à le laisser croire. Néanmoins, si peu attentif qu'il soit, il repéra aussitôt la couleur flamboyante de sa chevelure. S'il n'en laissa rien transparaître, la question se posa en son for intérieur de savoir comment une telle excentricité avait pu être reçue au sein de la famille. Réflexion qu'il garderait pour lui. Se calant contre le dossier de sa chaise, il releva finalement la tête après avoir passé ces quelques longues secondes à l'observer sans qu'elle ne puisse s'en douter – ses longues mèches ailes de corbeau achevant de faire douter de sa visibilité. Parfaitement maître de ses émotions, il n'en reflétait aucune. Chaussant donc ses lunettes dès qu'il en eut terminé avec leur nettoyage, il amorça le dialogue d'un ton neutre et plat. Combien de temps le resterait-il ? Ça...

Et bien ? Que me veux-tu ?

_________________
Beauty may be skin deep, but ugly goes clear to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1142-kuchiki-tokiomi-wip
 

450 ans avant ! Tokiomi capitaine de la 6e ! Merudy vice-capitaine de la 13e ! [PV Kuchiki Tokiomi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan Club de Rukia Kuchiki (Bleach)
» S'organiser [Capitaines/Vice-Capitaines (Optionnel)]
» Ryûzoji Yoshihiro.
» Un Vice-Capitaine à la Dixième ! [Pv Taka]
» Kuchiki Tokiomi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-