AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Les échos pourpres [Pv Shinjirô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Mar 24 Déc - 11:24



Une bizarre impulsion l’avait saisie quelques heures plus tôt : un de ces désirs impérieux s’imposant en un instant, qui sommait d’être accompli sans patience possible, et qui broyait l’esprit tant qu’il se trouvait frustré dans son exigence. Asuna tenta bien de lutter contre car elle n’avait pas le temps de se consacrer à ce genre de lubies quand le travail, sous formes de piles de dossiers interminables, inondait son bureau et menaçait de le faire céder sous son poids. Son combat fut vain, toutefois. Après une lutte acharnée contre cette envie, la jeune femme fut contrainte de rendre les armes. Elle quitta son bureau sans se retourner, son attention braquée vers là où elle devait se rendre.
Elle traversa sa Division, le Seireitei, et se retrouva en moins de temps qu’il fallait le dire à l'entrée du Rukongaï. Là, elle fila sur les toits d’un bond, et courut aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Le monde autour d’elle devint flou, les maisons s’étirèrent sous ses pieds en tapis de couleurs déformées par la vitesse, quant aux passants, ils ne furent que des taches insaisissables parmi d’autres taches, des silhouettes à peine esquissées qu’elles s’enfuyaient déjà loin du regard d’Asuna. Cette dernière fendit les districts un à un ; à chacun de ses pas, elle en franchit un nouveau. Bien qu’elle ne vit rien, elle sentit le changement d’essence dans son environnement : de demeures modestes, quoique confortables, tout se mit à puer plus la misère. Les tuiles sous ses pieds devinrent plus friables et s’écorchèrent sous le moindre de ses effleurements ; les teintes s’assombrirent alors que la lumière fuyante les désertait ; les sons d’agitation se turent au profit d’un silence épais, de peur rance, de colère sourde, de désespoir muet, de mort omniprésente. La jeune femme s’immobilisa au milieu d’une ruelle déglinguée, et continua à pied, s’avançant davantage vers les extrêmes limites du Rukongaï. Elle remonta l’allée calmement, sans croiser personne. Elle savait néanmoins que parmi les bicoques branlantes, il y avait des êtres qui s’y recroquevillaient, comme des rats, affamés, terrorisés, dangereux car n’ayant plus rien à perdre, dans ce cloaque où même l’espoir était un luxe. Asuna se détourna d’eux de la même manière que le Goteï treize l’avait fait.

Elle parvint au terme de son voyage peu après. Elle avait quitté la zone habitée de quelques mètres, afin de dénicher au cœur d’une clairière décrépie une habitation isolée des autres. L’endroit, depuis vingt ans, n’avait pas changé. Une espèce de demeure, qui avait dû être un manoir en des temps plus anciens, et qui à présent se fondait à la terre misérable en une ruine rouge. Le toit s’était écroulé depuis des décennies, n’en restait plus qu’une gueule béante hérissée de poutres fendues hurlante vers le ciel. Les fenêtres brisées se dissimulaient à grande peine derrière des volets fermés, dont la plupart n’était retenu que par un gond, et pendaient misérables, ne parvenant à accomplir leur seule et unique office. La porte d’entrée gisait en mornes éclats dans l’allée, brisée de l’intérieur, comme si quelque chose s’y était échappée. En quelque sorte, cela avait été le cas.
L’ensemble de la bâtisse brassait des nuances allant d’un cramoisi marronnâtre à du noir profond où se mêlait du gris cendré. Des différentes ouvertures, Asuna discerna les traces séchées d’une sorte de coulure pourpre, conférant à la ruine l’illusion d’avoir pleuré. Les planches de bois s’en étaient gorgées, jusqu’à gondoler, enfler, et littéralement exploser pour certaines. La maison possédait cette atmosphère des lieux à avoir été hantés qui, même après le départ de l’entité, conservaient une aura profondément sinistre et tordue.
La jeune femme s’avança vers le trou noir de l’entrée. Son regard insondable tenta de traverser les ténèbres tout aussi insondables sans y parvenir. Alors, elle se détourna, comme lassée, et attendit que quelqu’un vînt.


_________________






Dernière édition par Kuragari Asuna le Dim 29 Déc - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Ven 27 Déc - 12:24

Le visage fermé, Shinjirô pleurait intérieurement la mort de cette femme qui se trouvait face à lui, dans son lit de fortune, la mine enfin apaisée. Elle avait beaucoup souffert mais désormais, cela n’avait plus aucune importance. Seul restait ce visage enfin tranquille, sur lequel la douleur n’aurait plus jamais prise. Cette femme avait attendu jusqu’à l’arrivée de Shinjirô pour enfin se laisser mourir. Voir celui qu’elle avait en partie élevé une dernière fois, telle avait été sa dernière volonté. Et le colosse ne s’était pas fait prier pour la rejoindre en ce lieu. Ce district était sans le moindre doute l’un des plus miséreux du Rukongai et la mort était une amie fidèle pour la plupart des familles qui vivaient dans le quartier. Mais aujourd’hui plus que n’importe quel autre jour, le deuil planait sur le quartier dans son ensemble.

Jamais elle n’avait souhaité quitter ces lieux. Pas même lorsque Kiryû était devenu une personne importante pour le Seireitei et la Soul Society plus globalement. Jamais elle n’avait accepté son aide, même quand celui-ci se déplaçait pour essayer de lui faire entendre raison. Elle avait toujours eu ces valeurs encrées en elle, valeurs qu’elle lui avait inculquées. Et cette femme qui avait joué le rôle de mère adoptive alors qu’il était un môme était morte avec ses idéaux. Une troisième personne se tenait debout dans la petite pièce exigüe. Celui-là même qui avait apporté la nouvelle de la mort imminente de cette femme à Shinjirô, lui demandant de venir ici sans attendre. Une sorte de médecin, si l’on veut. Silencieux, il attendait que le colosse rende son hommage avant de poursuivre son office mortuaire.
    - Vieille folle ! T’aurais du m’écouter…

Il avait murmuré ces paroles, se parlant plus à lui qu’au corps inanimé face à lui. Et c’est sur ces derniers propos qu’il fit demi-tour et quitta la chambre. A peine mettait-il le pied dehors qu’il fermait les yeux, adressant une prière muette à celle qui l’avait accompagné durant une existence entière. Shinjirô ne s’attachait pas aux gens. Mais elle, elle faisait partie du cercle très restreint de ceux que le colosse avait réellement admiré. Le besoin irrépressible de marcher se fit sentir. Et c’est sans un regard qu’il prit la fuite. A quoi bon rester là, à pleurer la mort d’un être aimé ? Cela ne le ferait pas revenir, il le savait. Il était de fait inutile de s’appesantir sur sa tristesse.

C’est sans le vouloir qu’il arriva dans cette clairière étrange, délaissée. Et c’est presque sans la voir qu’il passa devant la silhouette de cette femme, elle-même Capitaine au sein de cette armée qu’était le Gotei 13. Sortant de sa torpeur, il s’arrêtant et fit demi-tour pour se planter devant la silhouette d’Asuna. En Capitaine qu’il était, il avait forcément vent des nominations nouvelles. Asuna avait prit le poste récemment. D’une manière fort peu conventionnelle. Comme lui, en un sens. Ce visage qu’il avait aperçu pour la première fois dans un bar du Rukongai. Il se souvenait encore de brides de discussions qu’il avait eues avec elle ce fameux soir. Des propos qu’elle avait tenus. De cette colère qu’elle portait aux habitants du Rukongai. Du moins était-ce ainsi qu’il avait perçu la chose à l’époque.
    - Deux capitaines dans le même district, pas courant hein ?

Il avait lâché la phrase sans passer par la case « présentation, politesse et autre connerie du genre ». Direct il était, direct il resterait. Il avait seulement attrapé un cure-dent qu’il avait placé nonchalamment entre ses mâchoires.
    - Qu’est-ce qui t’amène ici, toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Dim 29 Déc - 14:42



La silhouette massive qui se profila entre les arbres, il ne lui fallut pas beaucoup de temps avant de la reconnaître, tout comme l’énergie spirituelle qui l’auréolait, les deux étant si singulières qu’Asuna aurait difficilement pu les oublier, même volontairement. Ainsi s’approcha le Kenpachi, Kiryû Shinjirô, l’un des gradés les plus craints et les plus admirés du Seireitei. Asuna ne l’avait approché qu’une seule et unique fois, au cours d’une soirée particulièrement alcoolisée dont elle n’avait gardé que de vagues souvenirs, de la fraicheur de la nuit et du fiel épais de l’amertume, principalement. Le titan passa non loin de la jeune femme sans réellement la remarquer, tout comme l’édifice derrière elle, les deux unis dans cette capacité à échapper à l’attention d’autrui, à se tenir à la lisière de la vision, immobiles et cachés. Néanmoins, l’homme n’avait pas forgé sa légende sur des rêveries, et en tant que combattant expérimenté, ses sens supérieurs au commun finirent par traverser le voile de désintérêt tissé autour de la Shinigami. Il chargea plus qu’il ne s’approcha, et se tint finalement devant elle, la jaugeant de son imposante taille, et Asuna, minuscule à coté, dut lever la tête pour le regarder. Elle soutint son regard sans crainte, sans effroi, et ne s’en détourna qu’une fois qu’il eut parlé.

« Une coïncidence, rien de plus, répondit-elle. J’ai des affaires à traiter ici, mais pas en tant que Capitaine. Venez.

Elle s’écarta de lui et reporta son attention sur l’objet de sa visite. La gueule noire du hall s’ouvrait comme une déchirure de ténèbres et il y avait, là-dedans, une forme d’invitation à y entrer, pour s’y perdre à jamais. Ce qu’elle fit sans un coup d'oeil en arrière.
Elle pénétra dans le couloir principal et y marcha sans arrêt, faisant peu cas des gondolements du sol boursouflé. Elle aperçut entre les entrebâillements de battants coulissants des pièces dévastées où les meubles en ruines se greffaient aux murs dans un enfer organique ; elle redécouvrit les décorations ouvragées au plafond qui, si elles avaient été belles jadis, se noyaient à présent sous des croûtes filandreuses et fongiques ; elle s’immobilisa devant des peintures, des portraits, que les couleurs rougies rehaussaient d’allures macabres. Finalement, elle parvint jusqu’à un vaste salon, lui aussi saccagé, lui aussi rongé par une atmosphère moite et pourpre. Asuna se tint en son milieu, et son regard se porta vers un angle plus sombre de la pièce où se devinait les lèvres déchiquetées d’un trou dans le sol. Elle s’accroupit à coté, et ses doigts vinrent caresser la surface des planches détruites, dressées vers le haut comme sous le coup d’un éclatement venu d’en dessous.

- Il y avait donc bien quelque chose qui grattait là, murmura la jeune femme à elle-même.

Et, sans vérifier être seule ou non, elle s’adressa à Kiryû, qu’il fût présent ou absent, car il demeurait les ténèbres dans tous les cas, qui elles écouteraient.

- Je vous en ai parlé, je crois, ce soir-là. C’était ici ma misère. C’était ici mon chez moi, ma maison, ou approchant. On dirait une cicatrice gigantesque qui n’a jamais guéri. Et vous, quelle blessure vous a conduit à revenir ici ? »


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Sam 25 Jan - 10:35

Pas en tant que Capitaine ? La remarque fit sourire le géant qui n'était pas là en sa qualité de Shinigami. Lorsqu'il franchissait les frontières qui séparaient Rukongai et Seireitei, il abandonnait la mentalité qui le maintenait au poste du Taishô pour redevenir celui qu'il était réellement, cet homme qui avait écumé les bas-fonds du Rukongai alors même que le Gotei le recherchait. Il suivit la jeune femme sans poser plus de questions. Qu'importe ses raisons, finalement il voyait là une chance de se changer les idées. La mort de cette femme l'avait plus troublé qu'il ne voulait vraiment l'admettre.

S'il avait été sensible à ce genre de choses, sans doute aurait-il perçu les ténèbres qui couvaient au sein de cette bâtisse. Sans doute aurait-il senti qu'il ne fallait pas s'enfoncer plus encore dans l'antre de cette chose. Mais le colosse n'était pas sensible à ce genre de manifestation et suivait le Capitaine Kuragari sans hésitation. Elle semblait connaître les lieux, se dirigeant comme s'il s'agissait de sa demeure. A chaque pas du colosse, le sol manquait de craquer. Cette demeure était ancienne et nul n'osait s'en approcher. A mesure que lui-même progressait, il en comprenait les raisons. Les superstitions étaient de puissantes défenses et suffisaient à maintenir cet endroit hors de la portée des curiosités malsaines.

Ils arrivèrent finalement dans ce salon. Une fois encore, la femme poursuivait sa quête, muette, ne faisant qu'étudier les lieux. Alors qu'elle se penchait sur ce trou, Shinjirô comprit qu'elle avait vécu ici. Que s'y était-il passé, cela restait un mystère. Mais à en croire l'état des lieux, rien de bon n'en était sorti. Et alors qu'il en arrivait à cette conclusion, son regard se posa enfin sur cette femme. Sans doute pour la première fois, il la regardait d'un autre œil, comme s'il était à deux doigts de découvrir un élément d'une importance capitale. Seulement, il n'était pas suffisamment concentré et attentif pour percer un quelconque secret. Et ne se focalisa finalement que sur la question d'Asuna.
    - Tu m'en as parlé, ouais. Glauque comme endroit. Mais t'avais raison en parlant de cette chose qui grattait ton parquet.

Il se tut un instant, se souvenant des quelques propos échangés avec elle lorsqu'ils s'étaient croisés à la sortie de ce bar. L'alcool avait aidé la femme à s’épancher. En voyant la maison où elle avait grandie, il comprenait mieux certaines choses qui s'étaient dites ce soir-là. Il poussa un bref soupir avant de répondre à son tour à la question...
    - La mort, voilà ce qui m'a amené à revenir chez moi. Celle qui m'a élevé s'est éteinte ce soir. Je ne pouvais pas ne pas venir. Un sacré bout de femme... Elle s'est battue jusqu'au bout, c'te vieille carne.

Elle avait été un pilier pour lui, la base de ce qu'il était devenu. Et sa force de caractère était similaire à celle du Kenpachi. Il désigna du menton le trou béant avant de reprendre :
    - Une idée de ce qui a fait ça ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Jeu 30 Jan - 0:14



De son esprit naquit les questions, et des questions, leurs réponses inventées. Elle ne savait pas, n’avait jamais su, du miel pour l’imagination alimentant son ignorance, qui la poussait vers de simples hypothèses. Le regard d’Asuna tomba dans le gouffre sans en saisir les ténèbres, encore moins y passer au travers, pourtant il fut suffisamment acéré pour l’éclairer sur une des vérités de la demeure. Ce qu’il y avait eu en bas ne devait jamais être découvert.
Un souffle à son oreille lui glissa qu’elle avait raison.

La jeune femme se tourna vers le colosse sans laisser transparaître son malaise. L’homme l’avait suivie, fidèle à ce qu’elle avait deviné chez lui : une pugnacité à toute épreuve et une totale absence de peur. Si elle ne s’était pas demandé ce qui pouvait ébranler un tel monolithe, il lui avait livré la réponse quelques minutes plus tôt sans qu’elle n’eût aucun besoin de poser la question. Cependant, à l’aune de sa force, le Capitaine continua d'être impassible, même dans la douleur.

« Mes condoléances, Capitaine. Je ne peux que me représenter ce que vous traversez.

Une bulle d’un vicieux venin éclata dans son esprit : le doute. Ses propres mots lui apparaissaient creux pour une raison qui lui échappait, à la façon dont un vieux rêve s’effilochait le réveil venu, pendant que disparaissaient, dans le même temps, tous les secrets lui étant liés. Un bourgeon de soupçon débuta sa florescence au cœur de son trouble. Peu à peu émergea l’idée dérangeante que certaines choses connues d’autrefois, qui n’auraient dû être perdues, demeuraient oubliées depuis un temps trop long, trop proche d’une éternité.
Elle s’absorba dans la contemplation du trou, songeuse.

- Un souvenir mort. Je crois. J’ignore ce que cela veut dire exactement. C’est parti, ça, j’en suis sûre.

Elle effleura inconsciemment la garde de son arme pendante à ses cotés. La lame resta silencieuse, sans livrer un seul aveu.

- Je vous l’ai dit, c’est une blessure, cet endroit. Je ne sais pas pourquoi, ni comment, mais c’est un fait. S’il y a une seule plaie qui m’importe de colmater, c’est bien celle-ci.

Asuna leva les yeux au plafond, décrépi comme les planches, et les poutres, et les lattes, et les meubles, et tout le reste.

- Je veux que tout ça s’écroule sur cette béance qui grattait. Et qu’on l’oublie. Vous pourriez faire ça pour moi ? »

L’océan éthéré de ses iris engloba le regard de pesante noirceur du Capitaine, et dans leur éclat luisit une muette supplication.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Ven 7 Fév - 19:42

Il accueillit les condoléances avec un léger grognement, acceptant ces derniers mais montrant toutefois qu'il ne souhaitait pas en parler plus que cela. Il avait beau faire le détacher, il restait affecté par cet incident. Ce serait sans doute difficile pour lui pendant encore quelques jours mais il s'en remettrait. Pour le reste, cette femme était trop étrange pour l'ignorer. Cette demeure aurait pu inquiéter le colosse s'il s'était arrêté deux secondes pour réfléchir à cet endroit et à ce que pouvait dire Asuna. Mais ce dernier ne comprenait pas. Et les réponses évasives de son homologue féminin ne lui permettaient pas de mieux cerner la situation. Cet endroit avait été important pour elle. Cela au moins, il en était sûr.

Et elle détestait cette maison. La demande de la belle ne pouvait que confirmer cela. Tout détruire pour colmater la brèche. La demande n'était pas idiote bien que surprenante. Et ce regard... Elle ne plaisantait aucunement. Shinjirô se gratta la tête doucement, pesant soigneusement la proposition d'Asuna avant de donner son accord. Il ne connaissait pas grand-chose d'elle. Tout comme il ne savait rien de son passé. L'attitude du géant était compréhensible. Et si détruire n'était pas un problème pour lui, il n'en restait pas moins étonné que l'on puisse en arriver à une telle extrémité.

Son regard se posait déjà sur les murs, plafonds et planchers. Il ne serait pas difficile de faire s'écrouler cette maison, tant elle était ancienne et mal entretenue. Ses yeux se posèrent une fois encore sur le trou béant. Il y avait quelque chose de dérangeant à étudier cette bouche de l'enfer. Et le sentiment de devoir le combler tenaillait également l'esprit du colosse. Il n'était en rien superstitieux. Mais il semblait comme contaminé par l'idée fixe de la Kuragari. Mastiquant son cure-dent, il s'arrêta quelques instants avant de pousser un soupir, résigné.
    - Je peux raser cette baraque, ouais. De là à dire que t'oublieras ce qu'il y a ici, j'en suis pas persuadé. Mais c'est toi qui vois. Amène-toi. J'vais régler ça une bonne fois pour toute.

Déjà il tournait les talons pour rejoindre l'extérieur. Ce qu'il ne disait pas, c'est que cette petite action allait lui permettre de se changer les idées. Alors qu'il faisait de nouveau face à la bâtisse, il ne put qu'adresser un dernier regard interrogateur à la jeune femme. Si elle n'arrêtait pas son bras, elle n'aurait plus aucune chance de sauver cette chose. C'est ce qu'elle voulait. Du moins en apparence. Mais faire la demande, c'était une chose. Assumer sa décision en était une autre. Ramenant Kaimetsu face à lui, il libérait peu à peu son pouvoir. Lentement, la lame absorbait ce pouvoir terrible, sachant pertinemment qu'elle allait la recracher dans quelques instants. Dernier échange muet. Puis la lame s'abattit avec violence sur le sol. A l'impact, une onde terrible se rua vers les murs du bâtiment. Le sol se mit à trembler tandis que les craquements s'élevaient de la demeure.

Dans un grondement sourd, la terre s'affaissait, avalant ce qui se trouvait sur son terrain il y avait encore quelques secondes. Cela dura encore quelques instants puis la terre cessa de trembler. D'un geste sec, Shinjirô planta sa lame dans le sol. La poussière retombait lentement mais il n'y avait aucun doute : il avait brisé cette coquille vide. Mais... L'avait-elle vraiment été ?
    - Si j'ai des emmerdes à cause de ça, j't'enterre aussi.

C'est vrai que si la demeure semblait abandonnée, rien ne garantissait pour autant qu'elle n’appartienne pas à quelques âmes isolées. Et dans ce district, on n'acceptait généralement pas que l'on prenne les possessions d'un autre. Surtout si c'était pour la détruire comme il venait de le faire. Pire. Il ne parvenait toujours pas à chasser ce sentiment que quelque chose de plus grand avait vécu ici. Mais quoi ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Mer 12 Fév - 23:43



Ils ne dirent rien, tout d’abord, chacun comme absorbé par la rivière silencieuse de leurs pensées. Asuna, la prunelle trouble, semblait partie vers Ailleurs, où l’attendaient des souvenirs pénibles, des angoisses grinçantes, des prières murmurées à l’obscurité qui parfois, à la plus sombre des heures, obtenaient une réponse. De son coté, le Kenpachi n’était guère plus attentif : sa mine fermée, son regard éteint, son expression lasse, autant de signes d’une fatigue plus morale que physique, qui n’avait pas échappé à la jeune femme.
Celle-ci quitta sa torpeur quand le colosse accepta sa requête d’une voix morne d’où filtrait pourtant, derrière l’ennui, un discret empressement, à peine formulé.

« Je ne sais pas. Nous verrons bien.

Sur ces mots elle le suivit d’un pas traînant. Malgré l’espèce de satisfaction qu’elle ressentait à l’idée de voir cette bicoque détruite, elle percevait comme une aiguille de mélancolie plantée dans son âme : cet endroit l’avait marquée à jamais, en mal principalement mais aussi en bien, puisqu’au travers les cauchemars, les angoisses, les errances, il y avait eu la révélation de la Dame. L’onde spongieuse des Nuées caressa délicatement la conscience d’Asuna. En cet instant, apaisé, l’essaim triomphait d’une paix rare, et leur effleurement, loin d’être désagréable, sema l’idée qu’au-dedans de leur nature habituelle, dormaient encore des secrets.
Soudain l’air du dehors frappa le visage de la Shinigami. Elle abandonna son introspection pour se dédier de nouveau à son compagnon, loin devant. Elle accéléra la cadence afin de se retrouver à son niveau, et ce fut ensemble qu’ils s’immobilisèrent, la demeure décharnée au devant d’eux. Shinjirô se tourna vers Asuna, l’air interrogateur, elle lui répondit d’un lent hochement. Le guerrier se saisit de son arme pour ordonner à la terre de se soumettre par son ordre.
Elle obéit ; la maison rejoignit son tombeau de gravats d’un seul geste.

La Capitaine se rapprocha du gouffre pour le fixer, longuement, et ne prononcer aucune parole, car les mots étaient trop faibles pour exprimer ce qu’elle éprouvait. Reprenant son visage d’inexpressivité, Asuna se tourna vers le Kenpachi.

- Personne n’ira s’en plaindre, j’en étais l’unique résidente.

« Du genre humain », s’abstint-t-elle de préciser.

- Je suis satisfaite, Capitaine Kiryû, je vous remercie de m’avoir accompagnée. Elle joignit le geste à la parole en s’inclinant révérencieusement. Son regard se porta une nouvelle fois vers les décombres, et une nouvelle fois il se troubla. J’en ai fini ici. Mais vous, qu’allez-vous faire maintenant ? »

Sa dernière chaîne venait de se briser, libre à présent, Asuna se sentit curieusement désœuvrée.


_________________






Dernière édition par Kuragari Asuna le Mer 26 Fév - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Sam 22 Fév - 20:14

Voilà une sacrée bonne question. Shinjirô n'était venu que pour dire adieu à cette femme. Rien ne le retenait plus en ce district désormais. Les âmes qui y vivaient portaient en eux une grande colère à l'encontre du Seireitei. Et il en était le représentant. Tous le savaient. Mais qui oseraient s'opposer ouvertement au fils qui avait vécu ici avant de devenir ce Kenpachi ? Leur peur était plus grande encore que leur haine, et celle-ci les tenait sagement en laisse. Posant sa main sur l'extrémité de Kaimetsu qui siégeait en maîtresse absolue au milieu de ce territoire ravagé, il prit un instant pour réfléchir.

Le contact avec la seconde moitié de son âme l'aidait parfois à y voir plus clair. Il allait très certainement rentrer au Seireitei. Mais avant ? Prendre une bonne biture s'imposait et il passerait certainement par son bar, dans les districts se trouvant plus proches du Seireitei. Mais pas avec elle. Elle, il l'avait déjà vu boire. Et elle n'était plus la même depuis la dernière fois : cette fois, le Bankai, elle le possédait réellement. Il serait plutôt dangereux pour elle de le libérer près de son établissement. L'idée le fit toutefois marrer. L'obligeant à s'expliquer...
    - J'vais pas rester ici, ça m'apporterait rien de bon. J'vais plutôt m'rendre "Aux Phalanges Brisées", à quelques districts de la maison. Histoire de boire un coup en sa mémoire. Et c'qui m'fait me rappeler que tu ne tenais pas trop l'alcool à l'époque. C'est ça qui m'a fait rire.

Elle aurait détesté ça, cette vieille folle. Elle n'avait jamais apprécié le penchant du colosse pour les plaisirs de ce type. Que ce soit les femmes ou l'alcool, elle s'était toujours montrée désagréable avec lui sur ces sujets. Quant à Asuna, si elle décidait finalement de le suivre, il serait obligé de la garder à l'œil. Et ça l'emmerdait un peu. Mais rien ne garantissait qu'elle le suive, bien au contraire. Cette femme était trop particulière pour qu'il puisse la cerner. Lui, il ne parvenait à saisir le caractère d'un Shinigami qu'en combat. Pour le reste, il n'était pas doué.
    - Y'a plus rien ici pour toi non plus. Si l'coeur t'en dit...

Inutile d'en dire plus. Elle comprendrait. Ils avaient l'un et l'autre des choses à oublier. Tout du moins, quelque chose s'était brisée aujourd'hui. Lui avait enterré le dernier lien avec son passé. Ou peu s'en faut. Et il apparaissait comme évident qu'il en allait de même pour elle. Que déciderait-elle ? Un retour tranquille à la maison ou allaient-ils se séparer ici et maintenant ?
    - Par contre, décides-toi vite. On peut très bien faire un bout d'route ensemble puis se séparer quand j'irai là-bas. Mais j'ai pas envie de perdre mon temps devant un cratère.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   Jeu 27 Fév - 0:38



La poussière, agitée par le souffle paisible d’un vent invisible, les enveloppa tous deux dans son manteau gris ; au travers la danse aérienne des fumerolles, leur visage se détachait distinctement, et les traits de chacun s’en retrouvèrent rehaussés d’une sévère noblesse, en contraste avec la mouvance environnante.
Asuna saisit cet instant pour contempler le Kenpachi ; elle le fit maladroitement, comme découvrant l’exercice, mais malgré tout, elle prit pleinement conscience du charisme de l’homme. Il possédait une aura particulière ; sans être véritablement beau, le magnétisme qui accompagnait la moindre de ses expressions attirait l’œil, et probablement la loyauté aussi, supposa-t-elle au regard de la vénération que lui portaient ses hommes. L’espèce de sauvagerie contrôlée qu'il dégageait devait y être aussi pour quelque chose.
Lui s’impatientait pourtant, elle demeura rêveuse. Le moment passa alors, les songes aussi. Asuna cligna des paupières, lasse.

« J’ai entendu assez de bruits et d’échos. Je vais aller par là. »

Elle désigna vaguement les collines au loin, où il n’y avait rien d’autre que déserts de prairies et de bois isolés.

« Je dois réfléchir à tout ceci. Ce que cela implique. Les conséquences. Le silence me sera profitable. »

Sa main retomba contre son flanc, pendant que son corps se vidait de toute son énergie. Elle se sentait épuisée, éteinte, et suspecta que la destruction de sa demeure en était grandement responsable. La Dame elle-même demeura étonnamment muette.

« Je ne tiens pas plus l’alcool aujourd’hui qu’hier. Je vous remercie de votre proposition cependant. Une autre fois peut-être. En de meilleures circonstances. Merci encore, Capitaine. Je vous souhaite une excellente journée. »

Et Asuna s’en fut sans un regard en arrière, vers l’horizon, où l’attendait une paix éphémère et précieuse.

Citation :
Merci pour ce chouette sujet, on se refait ça très vite \o

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les échos pourpres [Pv Shinjirô]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les échos pourpres [Pv Shinjirô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonjour les chevaliers pourpres-11 avril 2010
» [Coupable/Prise de la mairie/Niort] Loupphoque (14/11/1458)
» La tourte verte
» Sir Godefroy
» Poulet sauté à la coriandre et au cumin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Au-delà du Rukongaï-