AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 ❖ Demoiselles de travers - Naoko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Mar 11 Mar - 1:12

Demoiselles de travers . ❖


- Elisa découvrait la petite ville de Karakura depuis quelques jours déjà, mais le temps était venu : elle s'était arrangée. La petite ville n'avait rien d'incroyable, ni de charmant. Elle lui laissait même une étrange sensation de malaise, qu'elle mettait sur le compte du dépaysement. Mais comme tout lui était neuf, cette ville pour les mois à venir serais la plus incroyable de toutes. Au départ, les moeurs de ce pays lui étaient très étrangères malgré ce qu'elle avait pu en lire. A force de les observer cependant, elle s'y habituais petit à petit. Ses "sentinelles" lui avaient déjà permis de prendre ses marques dans les environs, elle estimais qu'elle devait désormais voir les choses par elle même.
Car après tout, elle le pouvait pour la première fois de sa vie ! Bon, elle avait une hôte envers laquelle elle était obligée, et qui était censée la surveiller et prendre soin d'elle... Mais quelle importance ? Elisa avait décidé de découvrir le monde et faire enfin sa vie, et elle raserait toutes les montagnes qui se dresseraient sur son passage. On ne l'arrêterai pas.

La jeune fille quitta la maison le pas vif et la toque sur la tête. Comme des étaux protecteurs, des anneaux de fourrure ceinturaient son cou, ses épaules et ses mollets malgré la température somme toute agréable. Son sourire s'étirait jusqu'à ses oreilles - il ne lui fallut pas longtemps pour atteindre Karakura.
Il n'y avait pas grand monde dans les rues, l'ambiance était calme. La jeune fille vagabonda jusqu'à un quartier plus fréquenté, ou elle pouvait entendre partout autour d'elle les clameurs diffuse des habitants locaux. Le japonais ne lui était pas encore très familier : elle en connaissait les rudiments et s'y habituait comme elle s'habituait au us, avec lenteur. Au centre des clameurs comme en cet instant, elle n'y comprenait rien. Seule face à une personne cependant, elle se débrouillait. Et marchait désormais dans une rue qu'un marché d'un matin avait animé... Cette impression étrange subsistais, et devenais de plus en plus forte à mesure qu'elle avançait. Ne parvenant à cerner si ce malaise était proche d'un syndrome de fièvre, lui donnait mal a la tête, le vertige ou tout autre chose, elle élevait la main vers sa tempe, mais s'interrompit.
Les prunelles de l'étrangère s'étaient posées sur une figure au loin qui lui sembla tout à coup être à l'origine de son malaise. A quelques dizaine de mètres de là, une silhouette rousse avançait. Elisa ne put que la fixer pendant de longues secondes, ne retrouvant ses esprits que lorsque la chevelure disparut parmi les autres tignasses de la foule. Immédiatement, la jeune fille fit apparaitre une des petits noireaudes qui lui servaient de "caméra de surveillance". La petite boule de poils noirs fusa vers l'avant. Il n'y avait rien de raisonnable dans cette démarche - Anna le lui soufflait à l'oreille. Mais le coeur de la demoiselle battait à la chamade et son instinct ne répondait plus qu'à la curiosité. Elle ne reprit ses esprits qu'à l'arrivée d'un élément perturbateur. Et tout ce qui attrayait à l'étrange sensation qu'elle avait ressenti lui sortit de la tête.



C'est en énnoncant un fort "Maman !!" que la jeune fille avait débarqué pour s'accrocher au bras de la rouquine malgré les trois hommes qui étaient venus lui chercher des noises. Entre remarque graveleuses et légères bousculades, elle n'avait pas de chance. ET ne semblait pas de défendre beaucoup pour autant, alors qu'elle se faisait entrainer en marge de la place du marché... Elisa voyant son "sujet" soudain confronté à l'adversité n'avait pas pu résister : ca n'était pas la première fois suite à ses cessions de voyeurisme qu'elle était confrontée a ce type de situations. Et elle se voyait toujours prise de pulsions héroïques. Autant dire que plus d'une fois, la jeune Volstoi avait su se mettre dans des situation délicates... Et toujours s'en défaire ! Mais non sans avoir recours à Anna systématiquement "malgré le plan". Elle n'était pas très douée pour retenir ses élans.
Et cette fois ci encore, rien ne se passait comme prévu. La demoiselle posa des yeux ronds comme des billes sur le visage de la princesse rousse au secours de laquelle elle avait volé. Puis sur les trois hommes qui leur faisait face. Mais mais...

    MAIS VOUS DE LA MATIÈRE FÉCALE DANS LES YEUX OU QUOI ?!
Et oui, son japonais était déjà assez bon pour parvenir à broder cette phrase, même si le terme qu'elle conaissait pour l'heure en guise de "de la merde" était pour le moins soutenu, ce qui n'était pas volontaire. Ses joues avaient rosies et elle était tremblante de rage. Sur sa tête, un objet hors du commun se disait "aie" (mais avait déjà tout prévu).
    Comme si elle pouvait être ma mère !! Elle est beaucoup trop jeune ! Vous croyez que j'ai quel âge peut-ê-
C'était elle qui avait des idées débiles, aussi. Sa tirade fut brutalement interrompue par l'entrée en scène d'une silhouette canine énorme, qui bondit sur les individus crapuleux sans plus de cérémonie. Comme mue par un nouveau réflexe conditionné, Elisa prit les jambes à son cou toujours bras dessus bras dessous avec la malheureuse qui avait eu la "chance" d'attirer son attention.

Elle était pas du tout aussi jolie que sa mère. Enfin non. Si. Enfin c'était pas le problème, et elle était jolie d'ailleurs, mais pas le même âge ! Ni le même charme. Quoi que. Bref. Spontanément, dieu sait pourquoi, elle l'avait cru plus âgée que cela. Et ces abrutis avaient osé croire à son bobard, ils n'avaient vraiment aucun discernement. Elisa était déjà presque une jeune femme, elle ne pouvait aucunement avoir une mère aussi jeune ! Même si elle avait ébouriffé les cheveux et fait exprès d'ouvrir grand les yeux, se rapetisser, prendre une voix et une attitude enfantine... Non vraiment, n'importe quoi ces types. (Ne vous attendez pas à ce qu'elle admette que son idée était juste mauvaise.)


Et oui c'est du gros n'importe quoi trop naze xDD
Désolée, ça m'est passé tel quel par la tête, tant pis ! Je pense t'avoir laissé pas mal d'ouverture, tu peux simplement partir du principe qu'elles courent loin x3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Dim 16 Mar - 21:06

- Allez, viens ... On est gentils, viens faire un tour avec nous ...

- Et si j'ai pas envie ?

Les trois individus s'étaient souris les uns les autres, puis m'avaient regardé avec une lueur lubrique. Que je veuille ou non n'avait pas beaucoup d'importance, en fait. Bloquée comme je l'étais, tout trois de musculature plus imposante que la mienne, ça aurait dû être le cas. Pourtant, ils ne levaient pas le voile, tout de suite tout du moins.

- On va bien se marrer quoi ! On va pas te ... manger, héhé ...

J'avais affiché un sourire un peu navré. Avais regardé à droite et à gauche. Personne prêt à m'aider. C'était tellement plus simple de baisser la tête face au mal que l'on commet sous nos yeux. J'dis ça, mais c'est totalement mon genre, pff ... Regarder ailleurs, pas se faire remarquer, faire comme si rien ne se passait. J'avais fait ça pendant pas mal d'années ... Mais là, j'me voyais victime d'agression. J'ai pas de place pour m'enfuir, je vais un peu devoir ...

- Je suis contre la violence.

Ce qui était vrai, mais les gens comme ça prennent rarement conscience des menaces voilées. Ils s'étaient contentés de rire un bon coup, avant de s'approcher de moi. Mais le cri nous faisait tourner de façon unanime la tête. Maman ? Qui ça, maman ? Une petite fille m'avait foncée dessus et s'était accrochée à mon bras, comme ça, de façon tout à fait gratuite ! Ah oui ! Rien que ça ! Heu ... J'étais pas au courant que j'avais donné jour à une petite fille ! Mais mais mais ! Ça s'est passé quand ?! Je m'en souviens pas ! Quoi que, minute ... C'est quand même une adolescente ! Donc ... C'pas possible ! J'étais toujours au Seireitei à ce moment là !

A moins que ?

Toute confuses, j'étais sortie de mes pensées par l'étrange inconnue à la peau bleutée qui commençait à engueuler sans raison aucune les tristes sirs qui nous entouraient. Minute, j'ai raté quelque chose ? Pourquoi elles les engueulent pour ça ?! Je ... Je me sens paumée. La menace qui pesait sur moi me semblait bien lointaine. Je regardais la petite demoiselle s'époumoner. Cheveux blonds, un drôle d'accent, une grosse toque en fourrure ... Et sa peau, si pâle. Pas commune, définitivement. Cela dit, j'étais un peu aussi une rareté dans ce paysage avec mes tifs de feu et mes yeux de jade, je pouvais pas trop parler.

Mais ce n'était pas tout. A l'absurde de la situation venait s'ajouter un nouveau facteur : Un chien loup tout noir fonçant sur nous. J'étais restée immobile, fascinée. Sérieux, est-ce que j'avais quitté mon lit ce matin ? M'étais-je réveillée ? Tout cela avait trop la matière de rêve. Il a fallu qu'on me tire fort par le bras, que limite je perde l'équilibre et m'étale tout mon long pour finalement me tordre la cheville dans un couinement assez pathétique pour comprendre que je ne rêvais pas.

Si c'était un rêve, ça ferait pas si mal cette entorse !

Mais voilà que ma sauveuse improbable me traînait derrière elle, alors que je sautais à cloche pied pour tenter de garder le rythme, que je galère comme pas possible avant que plus rien ne soit à portée de vue, chien ou hommes, pour lui demander, à bout de souffle, de s'arrêter.

- Ma chère fille, peux-tu t'arrêter s'il te plaît ? Ta maman n'a plus l'âge pour ça !

Et je réussissais à défaire mon bras de sa poigne, pour m'appuyer contre un mur voisin. Avant de me laisser glisser contre celui-ci pour finir en position assise. Je grimaçais en ressentant la douleur à ma cheville. Essayais toujours de me convaincre de la réalité des évènements. N'y arrivais pas. Décidais de discutais avec la demoiselle bleutée, le temps de reprendre mon souffle.

- Heu, juste comme ça, je me souviens pas de t'avoir donnée naissance, désolée hein ...

Je laissais échapper un petit rire, maladroit. Je continuais de haleter, alors que mes prunelles se posaient sur les siennes. Je finissais par sourire, en coin, avant de lui dire.

- Merci hein ... J'sais pas ce que j'aurai fait sans toi ...

Ce qui n'était pas vrai. Je leur aurai brisé le nez et sûrement autre chose, mais ça aurait attiré une attention mal venue. N'empêche, whaouh quoi ! Tout ça était si ... Si palpitant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Sam 22 Mar - 17:56


- Ellie dear interrompit brusquement sa course, manquant d’être heurtée de plein fouet par sa demoiselle (mère ?) en détresse. Oui. Vrai. Inutile de continuer. Essoufflée elle aussi, il lui fallut quelques secondes pour reprendre ses esprits. Seconde durant lesquelles une petite voix dans sa tête ne manqua pas de lui rappeler que non décidemment, ce bobard maternel ne tenait absolument pas la route. Elisa fit la moue, volte face.
La jeune femme venait de se laisser glisser au sol, et grimaçait désormais. Pourquoi donc ? Peut être parce qu’Elisa l’avait prise pour une vieille, oui, ca devait être ca. Chacun son problème après tout : au moins on ne la prenait pas pour une gamine. Hmpf. La gamine rajusta Anna sur sa tête et croisa les bras, toisant son interlocutrice d’un regard perçant. On ne devait pas avoir l’habitude de croiser ce type de regards, dans le coin. En tout cas, elle avait déjà déstabilisé plus d’un japonais en le fixant droit dans les yeux – bizarres, ces gens là. [Et pourtant, il aurait suffit que l’on fixe Elisa de la même manière pour que ca lui déplaise tout autant, elle ne s’en rendait juste pas toujours compte – manque d’empathie peut être ? ]

    Derien ~
Elle les méritait bien, ces remerciements ! Après tout elle venait de braver à elle toute seule quatre fiers et virils mâles. Pas une gamine qui aurait pu faire ca ! Elle rendit son sourire à l’étrangère. Car à bien regarder, elle non plus n’avait pas l’air du coin… C’était peut être ce qui avait induit en erreur le gang de types ? Ils ne s’y connaissaient pas, avec les étrangers. Et après tout, la chevelure de la petite russe virait elle aussi vers le roux. Enfin… On ne pouvait pas dire qu’elles se ressemblaient pour autant, et difficile de faire un réel rapprochement entre leurs chevelures.
    'Puis hey, normal non ? On allait pas les laisser faire, quand même.
Mais franchement, cette fille réagissait bizarrement ? Haussement de sourcils. Tout a l’heure passe, mais là elle semblait presque trop sérieuse, quand elle lui annonçait ne pas se souvenir de lui avoir donné naissance. Evidemment que non ! Elisa n’avait fait que sortir l’excuse la plus pourrie et spontanée qui lui était passée par la tête, et elle était loin d’être crédible. Même si elle y avait cru au moment de l’utiliser… Et puis, comme si on pouvait oublier ce genre de chose !
    Et evidemment que je suis pas ta fille. J’en ai plus l’âge depuis longtemps !
Elle se pencha sur elle pour plonger ses prunelles dans les siennes, reniflant. À peu de choses près, elle aurait dit que l’intéressé elle-même avait cru à sa petite supercherie sur le coup... Un passif ambigu ? En tout cas, la maladresse de son rire et le ton qu’elle employait ne transpiraient pas l’humour. Bah ! La Volstoi se redressa, décroisa les bras pour fourrer les mains dans ses grandes poches bordées de fourrure. Son sourire s’élargit.
    Mais faut que vous fassiez attention quand même, vous avez l’air pas mal le crâne dans les nuages. L’expression sonnait très faux, en japonais. Mais Elisa ne s’en rendait pas trop compte – elle était très laxiste avec ca. Et ‘vaudrait ptêt’e mieux bouger, au cas où ils récidiveraient. – ajouta-t-elle en tournant la tête vers la direction dont elles étaient venues au galop, pensive. Moi connais que dalle ! Par ici.
Enfin elle ne connaissait pas du tout le quartier et n'avait pas la moindre idée d'ou il valait mieux se rendre, ou se réfugier, ou même si elles étaient vraiment très loin de leur point de départ ? Pas son fort l'orientation, elles auraient pu tourner en rond qu'elle ne l'aurait même pas remarqué... Elisa ferma quelques instants les yeux pour sonder les environs - à en croire ses noiraudes, pas grand chose à signaler. Mais elles avaient même bousculé quelques personnes en chemin et n'étaient pas très discrète, qui sait ce qui pouvait leur tomber dessus… Même quelqu’un d’autre serait capable de leur chercher des noises sous prétexte qu’elles étaient deux belles jeunes filles en cavale.
Vaudrait ptête même continuer à courir un peu ! La Volstoi pouffa, fronça le nez, et se hâta de tendre une main secourable vers princesse rousse – les jambes déjà fléchies et prête à décoller à nouveau. Fallait bien l’avouer, cette idée de cavale lui plaisait pas mal. Courir partout, braver les dangers, faire la foire à tire d’ailes ! Mais tout le monde n’était peut être pas de cet avis. Pas la cheville.


Chaotique je me doute, pas le temps de me relire la mais j'espère que ca iras =x et que t'es pas trop perdue entre la mentalité décousue de la miss et son japonais moyen !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Jeu 10 Avr - 22:55

La petite demoiselle avait un caractère bien trempé. Comment je le savais ? Une impression ? Un augure ? Non, juste comment elle me répondait. Comment elle agissait. Sa posture. Bref. Et elle avait l'air plus jeune que moi. Enfin, non, elle était plus jeune que moi, définitivement. Mais je voulais dire qu'elle semblait plus que je ne l'étais, physiquement parlant du moins, parce que pour l'autre, voilà ! Bref, j'étais, hmm ... Interloquée ? Curieuse ? Définitivement. Avec son japonais approximatif, son entrain, ça me plaisait. Mais ça plaisait moins à ma cheville. Elle semblait le genre de filles à bouleverser votre vie, en bien. Parce qu'après tout, j'en cherchais, des bouleversements de ce genre. Et pas ceux provoqués par un énième Hollow / Quincy / Shinigami / Humain chelou avec pouvoir encore plus chelou.

Alors quand elle me fait remarquer qu'effectivement elle n'est pas ma fille, je ne peux m'empêcher de glousser, ce qui aurait pu paraître de la moquerie alors que c'était simplement de l'amusement. Elle m'amusait, la jeune demoiselle.

- Qui l'aurait pensé ?

Même si le ton que j'avais employé semblait un peu hésitant. Il pouvait porter à confusion, même si le fond était clair. Clair à mes yeux, tout du moins. Alors quand elle me dit de faire attention, je peux pas m'empêcher de tiquer. De faire la moue. Tout le monde me disait que j'étais le genre de filles à foncer dans les ennuis par négligence. Le souvenir d'un grand homme à la peau basanée de la Soul Society me revint en tête, et je ne pouvais qu'acquiescer lentement, mon sourire s'effaçant. Définitivement, il faudrait que j'arrête avec les négligences ...

N'empêche qu'elle me propose de bouger. Sauf que ma cheville, encore une fois, ne trouve pas l'idée très excitante. Mais c'est vrai que ce serait mieux d'aller dans un endroit plus ... Fréquenté. Où on serait sûres qu'aucun ennui ne nous atteindrait. Je me mordille la lèvre, avant de lui dire, gênée.

- Heu, c'est pas que je veux pas, mais c'est que j'ai, heu, un peu mal à la cheville (en fait beaucoup), alors, si ça te dérange pas, on galope pas ? Et heu, pourquoi par ici ? C'est pas un cul de sac, comme l'indique le panneau ?

Je pointais le panneau en question, dans l'expectative d'une réponse. En attendant, j'écartais une mèche de cheveux feu de devant mon front, collée à celui-ci par la transpiration. Je me faisais vieille en fait ..! Mais c'était un peu tard pour les regrets. Surtout quand des individus assez louches s'approchent de nous. Pas les mêmes qu'initialement, cela dit. Oh. Ce n'était pas ... prévu ? Définitivement. J'ouvrais la bouche, juste pour demander, sottement.

- Dis, c'est pas des amis à toi, ça ?

Mais je connaissais déjà la réponse. Et quelque chose me disait que fuir, là, ça serait pas dans nos options. Vie de merde, je savais que j'aurai dû rester au lit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Dim 13 Avr - 20:07


    Ha.
- Un simple constat – pas de surprise véritable, ni de mépris ou de déception. Un constat – « ha, elle a mal à la cheville ». Elisa en oublie sa réponse un peu hésitante concernant leurs liens familiaux. Elle en oublie, aussi, le brusque éclair de mélancolie qu’elle a surpris dans les yeux et l’attitude de son interlocutrice. Aurait-elle fait quelque chose de travers ? Bien sur que non.
Et elle tourne la tête vers l’inscription « cul de sac ». Rho. Quelle différence ? Bon si, effectivement, ca fait une petite différence. Mais le temps d’y penser lui manque. La demoiselle aux cheveux rougeoyant tourne la tête en direction des hommes qu’on lui indique : parfaitement inconnus. Elle pose sur eux quelques instants un regard incrédule, prête l’oreille au petit rire nerveux de « Mlle Détresse ». Elle les collectionne ou quoi ? Ni une ni deux, Elisa jette un regard bref en direction de la cheville meurtrie, empoigne sa propriétaire à bras le corps. Celui de cette dernière bascule, est soulevé du sol. Pas si légère f-
NON.


Les voilà entrées dans un chaleureux vestibule, faiblement éclairée par de charmantes appliques murales. Des antiquités, sans doute. La demoiselle à l’accueil, -les traits fins mais une espèce de gros boutons beige au dessous de l’œil gauche- entame son discours de bienvenue, la voix doucereuse, aimable. Elisa ne lui prête qu’à peine l’oreille, elle ferme les yeux. Quelques noiraudes déjà volettes au hasard des couloirs, et lui révèle ce qu’elle espérait trouver : deux portes, munies des inscriptions « hommes » et « femmes ».
Parfait parfait, c’est pas du géni ca ? Triomphante, la petite demoiselle rouvre les yeux pour adresser un sourire radieux à sa prisonnière, dont elle tient fermement la main. Bon, finalement elle a été obligée de courir un peu, c’est vrai. Mais pas loin ! Hé, la rue avait beau indiquer cul de sac, elle abritait malgré tout un institut de cure, c’est pas au poil ca ? La porte était discrète, la devanture sombre et l’insigne au dessus de l’entrée un peu obscure, mais Elisa avait finalement tilté. Une maigre dizaine de pas plus tard, elles y étaient – hors de portée, selon elle. Une solution bien plus simple, efficace et reposante que la première lui étant venue à l’esprit - « porter madame ». Une échappatoire servie sur un plateau d’argent. Le cœur léger, la petite européenne trottine jusqu’à l’accueil, salue comme il se doit, s’enquiert des formules et des tarifs. Elle paye tout, bien sur. Oh oui oui, pas trop de problèmes de moyens, ca devrait aller. Bains thermal, restaurent, hammam. Il y a même des soins et des massages, si on veut. Elisa tend sans la moindre hésitation le programme à l’inconnue qui l’accompagne.
    Qu’est ce qui te plairait ? On a tout notre tem –Oh par contre choisit vite, vas y, je te rejoins tout de suite.
Et elle l’abandonne à l’hôtesse pour se diriger vers l’entrée. Un groupe de silhouette peu nette et qu’elle n’a pas manqué de reconnaitre viens de faire son irruption à son tour dans la pièce. Qui sont-ils ? Ellie n’en sais rien, si ce n’est qu’ils sont de mauvaise augure. Et elle n’est pas du genre à faire les choses à moitié : si sa protégée ce sent menacée, c’est qu’elle doit en avoir une bonne raison. Hors de question de la secourir qu’un temps pour l’abandonner ensuite, c’est contre ses principes. Elle intercepte une employée venue pour les accueillir, lui indique « ces messieurs ». Excusez les s’ils agissent bizarrement, ils n’ont pas vraiment l’habitude. Oui, ils viennent pour la formule complète. (Celle précédée de soins deluxe, couloir de gauche.) Prenez bien soin d’eux.
Et puis s’ils n’en veulent pas, ils n’ont qu’à partir sans demander leur reste ? La Volstoi fait volte face, s’engouffre dans le couloir « direction bains et Hammam » en compagnie de son invitée et de la gentille japonaise en uniforme qui est chargée de les accompagner. Tout sourire. Désormais, il ne leur reste que plus qu’à passer tout le reste de la journée –ou tout au moins une poignée d’heure- dans cet endroit, en profiter allègrement et ressortir La vie et belle. Et puis, Elisa ne connait rien de ces instituts au japon – elle a tout à découvrir, et ce qui était une course poursuite se transforme tout à coup en vacances improvisées.

    Alors, tu as choisit quoi du coup ?
Elle est ravie et cela se voit. Peut être devrait elle prendre les choses plus au sérieux ? Un autre jour, peut être
Rp trop pourris foireux mais tant pis ! xD Et comme je me suis dit "un truc pas loin qui n'est pas un café" et que je pensais "truc de fille" à cause du titre du rp... Voilà, BIM !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Vagabonde

Messages : 161
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    Ven 6 Juin - 19:03

Ils approchent. Oh. Vais-je devoir me défendre finalement ? C'était presque une libération. Une a l'habitude fuir, mais parfois, certaines choses ne peuvent être réglées que par l'ancienne voie. Parfois, une est lasse. Lasse de cette vie. De devoir baisser la tête à chaque fois qu'un ennui se présente. Parfois, une a envie de faire preuve de négligence. Et de pouvoir l'assumer par la suite. Là, c'était le moment. La jeune demoiselle avec moi ? Elle pourrait voir. Ce serait certes extraordinaire pour une fille humaine de mon physique, mais pour l'ancienne Shinigami que j'étais, ce n'était rien de très impressionnant. J'avais connu des pairs qui pouvaient briser la roche à main nue, et bien plus encore ..! Des bâtiments entiers !

Heureusement, ce n'était pas des bâtiments qui allaient s'opposer à moi. Mais au moment où je m'étais résignée, voilà qu'une force incroyable me soulevait du sol !

- Hein ?!

C'était l'étrangère avec le drôle d'accent. Elle m'avait soulevée, comme ça, comme si de rien n'était. Et elle fonçait avec une vitesse bien moins prodigieuse vers la première porte ouverte. Définitivement, tout cela ne pouvait pas être réel. Je devais être en train de rêver, rêver debout. Mais en fait, non, je ne rêve pas. Il semblerait que je sois trop lourde pour la petite européenne, et qu'elle m'ait reposée sur le sol. La douleur de ma cheville m'a confirmé que j'étais bien réveillée. Nous arrivions dans un vestibule, une hôtesse nous accueillait. La jeune demoiselle m'adressait un sourire radieux. Je ne savais pas comment lui répondre, alors je me contentais de lui sourire en retour, gênée.

Cette journée est définitivement palpitante.

L'inconnue me tend le programme, avant qu'elle ne m'abandonne ? Mais où va-t-elle ? Et je suis censée choisir quoi moi ?! Je m'y connais pas ! Je suis jamais allée dans ce genre de trucs ! Et puis c'est payant, non ? Je ... Je suis déjà limite pour ma fin de mois, je peux pas me le permettre ! Mais je ne peux pas me plaindre. Je soupire, dépitée. Bon, faisons avec ... Je regarde les programmes. Il y a de tout. Restaurant, hamman, bains, des soins et tout et tout ! Whah. Ça m'impressionne. Et la revoilà revenue, toujours avec son sourire. Elle est contente, et je ne sais pas pourquoi. Ca me trouble, mais je ne laisse rien paraître. Je lui souris en retour quand elle me dit ce que j'ai choisi, et lui indique sur le programme.

- Ca pourrait être sympa les bains thermaux, nan ?

Puis je me rends compte d'une chose bien importante.

- Sinan, c'est quoi ton nom ? Moi c'est Naoko.

Je lui souriais, un peu gênée.

- Tu sais, j'ai pas l'habitude de tout ça ... Si tu t'y connais, n'hésite pas à choisir, je te fais confiance ..!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1486-saiwai-naoko
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ❖ Demoiselles de travers - Naoko    

Revenir en haut Aller en bas
 

❖ Demoiselles de travers - Naoko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prix du petrole a travers le temps
» Les demoiselles s'en mêlent ! [Kassandra]
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Courant a travers bois
» Asuna Naoko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Monde des Humains :: Banlieue de Tokyo-