AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Jeu 17 Avr - 13:26



Libre, enfin libre. Haiko sortait encore une fois des locaux de la quatrième division, en pleine forme et prêt à reprendre du service. Les médecins avaient fait des merveilles, ça il devait bien l'avouer car mis à part la cicatrice qu'il gardera à l'épaule, rien ne pourrait laisser croire à sa brève altercation à Karakura. Sa simple marche jusqu'à la sortie lui fit un bien fou. Quitter cet espace aseptisé redonnait à ses sens un nouveau souffle. La nuit fraîchement tombée sur le Seireitei offrait au lieu un calme presque absolu. Devant l'entrée de la division, le capitaine croisa tout de même un groupe de shinigami du rang. Tous les cinq semblaient bien trop absorbés par leur discussion pour porter attention à leur supérieur. L'Ardent n'en fit bien sûr pas de cas et se contenta de les regarder passer. Il saisit d'ailleurs vaguement le tenant de leur conversation, des paris sur un affrontement à venir aux phalanges brisées. Tiens donc...

Tournant la tête en direction des bâtiments de sa division, seulement ombres à peine perceptibles en cette heure tardive, Haiko pesa le pour et le contre. D'un côté, il n'était pas vraiment fatigué. Il avait déjà eu tout le loisir de se la couler douce chez les médecins. L'idée de prolonger la détente dans une ambiance haute en couleur lui plaisait aussi. De l'autre côté, il n'avait pas son tabac, damned. Il lui suffirait simplement de passer dans ses quartiers, en plus c'était sur le chemin. Bref, pas vraiment de pour ou de contre, il savait déjà ce qu'il allait faire, suivre le petit groupe en effectuant un arrêt tabac. Ainsi, il se mit en marche, paisiblement.

Une bonne demi-heure plus tard, sa « drogue » en poche, il arriva devant l'enseigne. Des bruits étouffés, cris de joie, beuglements divers et variés, rires, verres qui s'entrechoquent, filtraient à travers l'entrée de l'édifice. Ça avait l'air de bien marcher, tant mieux pour le Kenpachi ! Le petit capitaine entra. La salle était bien garnie, seul une demi-douzaine de tables restaient inoccupées. Marchant calmement jusqu'à une place assise non loin du comptoir, Haiko s'imprégna du lieu, rendant un salut souriant aux shinigami qui le reconnaissaient. Ici, on aurait presque pu croire que les barrières du grade s'estompaient. Une odeur appétissante chatouillait les narines du bretteur, éveillant son appétit. Du coin de l’œil il reconnu le groupe d'hommes de tout à l'heure. Ceux-ci se glissèrent par l'entrée menant au sous-sol, siège de l'arène. Ils en incitèrent d'autres à les rejoindre. Au moment où le capitaine pris place, assis dans un petit renfoncement en bois munit de coussins et d'une table basse, la salle venait de se vider de moitié. Le vacarme ambiant se stabilisa alors au niveau d'une simple conversation animée.

C'est alors que le gérant de l'établissement vint à la rencontre du jeune homme. Du vin, c'est tout ce que l'Ardent commanderait pour le moment. Un apéritif simple en somme. Il patienta quelques instants avant de se voir servit une coupelle de vin rouge. Remerciant le gérant qui laissa le pichet sur la table, Haiko tira son matériel de sa ceinture. Une boîte en métal renfermant son tabac, des feuilles, et une petite boîte d'allumettes. En deux temps trois mouvements, il se retrouva la clope au bec. Au moment de craquer l'allumette, son regard s'égara un bref instant vers l'entrée. Il stoppa alors net son mouvement à la vue d'un visage familier, celui du capitaine de la dixième division... D'un signe de la main armé de l'allumette, il lui fit signe, l'invitant à le rejoindre. Le bretteur avait l'air visiblement content de le voir. Cette soirée ne pouvait pas mieux commencer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : Jûbantai Taishô - Capitaine de la Dixième Division

Messages : 866
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Jeu 17 Avr - 14:08

    Ne dit rien, je sais…

En piteux état comme d’habitude. Que se soit en mission, contre Akihiko ou n’importe quel autre gradé que j’aurais eu l’idée d’affronter il fallait toujours que je revienne dans un état déplorable. Cette fois-ci c’est deux Capitaines que j’avais affronté, et même si je n’étais pas seul j’avais été leur cible principale résultant là le pitoyable état dans lequel je fus ramené à la quatrième. On avait du me désinfecter complètement du au fait que le corps sans vie de Namida s’était répandu sur moi alors que j’étais tombé inconscient. Elle avait belle gueule la Dixième Division… Heureusement que Taka s’en était mieux sortit que moi et qu’il était capable de s’occuper des affaires internes. J’avais pu quant à moi me laisser soigner tranquillement à la quatrième. Mais aujourd’hui l’on me laissait sortir d’ici, enfin !

Sans un mot je disparaissais de cette chambre qui allait finir par m’être définitivement attitré, pour me rendre dans un endroit qui pourrait me détendre. J’aurais pu aller voir Ayumi, la revoir, lui dire que j’allais bien. Mais cela aurait voulu dire passer par le bar de la Dixième, et en cet instant je n’avais pas vraiment envi de ça. Me faire sermonner par mes hommes parce que comme d’habitude j’en avais trop fait. J’avais beau être Capitaine ils semblaient malgré tous dans l’obligation de veiller sur le bourrin que j’étais… Non ce soir ce serait le bar de Kenpachi. J’avais toutes les chances d’y tomber sur des gens sympa, du moins l’espérais-je…

Le chemin jusque là bas fût plutôt tranquille. Je m’étais bien remis de mes différentes blessures, la plus part étant internes je garderais que peu de séquelle de ce combat de titans où j’avais malgré tout atomisé un ex-Capitaine… Je repensais un instant à la puissance de ce Vice-Capitaine qui avait a peu de chose prêt éliminer tout seul l’ex d’Aki’, je devrais m’intéresser de plus prêt à son cas, mais pas ce soir. Non maintenant j’avais mieux à faire !
    Salut Atilla, longtemps plus vu !

L’homme de la Onzième faisait souvent office de garde à l’extérieur du bar, et même s’il n’était la que dans un travaille de régulation, ceux qui le connaissait savait qu’il était plus que suffisant pour empêcher que des indésirables rentre dans ce bar. Malgré son physique somme toute classique il était un combattant de génie et n’étais pas pour rien un excellent membre de la Onzième.

Je m’arrêtais un instant avant de franchir la porte alors qu’un sourire venait de se dessiner sur mon visage. Ma toile c’était répandu et une énergie connue s’était fait prendre par celle-ci. Un homme que je n’avais qu’aperçu lors de la mission, de loin. Il était de retour et cela me faisait réellement plaisir. Lui aussi avait dû décider de venir chercher un peu de « tranquillité » ici. Je passais le pas de la porte d’un pas tranquille, jetant un coup d’oeil rapide à la salle pour la forme avant que nos regards finissent par se croiser, il me fit signe de venir, mon sourire s’élargit alors que pris la direction de sa table.
    Alors comme ça toi aussi tu n’était pas motivé à tout de suite revoir tes hommes ! Ahaha !

Je lui tendais ma main alors qu’il se relevait, pour le prendre dans mes bras et lui donner une accolade dans le dos, j’étais réellement heureux de le revoir à la Soul Society, il était un des Capitaines que je considérais comme un véritable ami.
    Désolé de pas avoir pu te le dire plus tôt, mais content de te revoir et bon retour parmi nous !

Et une tournée de commandé en son honneur, une !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t326-igarashi-shu-en-cours#1233

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Mar 22 Avr - 13:27



Igarashi Shu, voilà bien là une personne que le petit shinigami était heureux de voir ici. Depuis le Golf, il s'en était passé des choses. L'accolade qu'il lui donna le surpris un peu sans pour autant le désarçonner. En revanche, sa cigarette ne put pas en dire autant, elle qui s'était retrouvée prise au dépourvu entre cette échange amical. Tordue en deux endroits, Haiko l'observa un court instant pendant lequel une certaine tristesse put se lire dans ses yeux. Il soupira mollement, pardonnant évidemment ce malencontreux incident à son ami qu'il invita à s'asseoir d'un geste de la main.

    « Je te remercie. Ça me fait plaisir de te voir. »


Finalement, la clope zig-zag fut allumée d'un craquement d'allumette. L'Ardent en tira une grande bouffée à la saveur chocolaté. Il apparaissait visiblement détendu, se laissant aller dans ses coussins, adossé à la séparation de bois. Des volutes de fumée emplirent l'air ambiant avant de se volatiliser au dessus d'eux, laissant cet instant au silence relatif de l'endroit. Le gérant revint tout sourire à la table des capitaine. Il déposa alors sur leur table une bouteille de céramique accompagnée de deux coupelles à saké. Haiko le regarda d'un œil interrogateur pendant que celui-ci s'éloignait déjà. Retournant son attention vers l'homme de la dixième division, il répondit à sa première remarque.

    « Pas vraiment, mais je ne me fais pas de soucis pour eux. Ils savent que je vais bien. Demain, ce ne sera pas la même musique. Après-tout, si je peux leur laisser le temps de respirer encore une soirée, je ne pense pas qu'il m'en tiendront rigueur. »


Déclara-t-il en égalant le sourire de son collègue. Tirant une nouvelle dose de fumée, il se redressa pour décaler son pichet de vin, avant de prendre l'autre bouteille. Il en versa dans les deux coupelles, puis il en fit glisser une vers Shu. Le bretteur n'avait pas forcément l'intention de parler « boulot », mais il savait pertinemment qu'ils ne pourraient pas passer à côté du sujet. Mais bon, autant aborder la chose tant que les esprits restaient clairs. Chaque choses en son temps... Pour le moment, Haiko avait la gorge sèche. D'une main, il leva sa coupelle devant lui comme pour porter un toast. Puis, en silence, il amena le récipient à ses lèvres. Le capitaine sirota doucement le breuvage qui lui brûla la trachée sur toute sa longueur, lui arrachant une grimace couplée d'un frisson.

    « Ah, je ne m'y ferai jamais... Pas mauvais cela dit. »


Il en reprit une autre gorgée, vidant ainsi le contenu de sa coupelle qu'il reposa doucement sur la table basse. Haiko détailla alors rapidement son ami du regard en tirant de nouveau sur sa cigarette en entament le premier zig-zag. Leur précédente mission les avait envoyé tout deux à Karakura pour enquêter et visiblement, Shu semblait s'être bien remit de son affrontement contre les renégats. L'Ardent ne manqua d'ailleurs pas de le lui faire remarquer.

    « Après ce qu'il s'est passé à Karakura, tu as l'air en forme ! Il faut dire qu'à force, les médecins de la quatrième ne doivent plus vraiment s'étonner de nous voir revenir dans un état lamentable... D'ailleurs... Comment ça s'est passé de ton côté ? »


La mine plus sérieuse arborée par le petit shinigami était sans équivoque. Même s'il avait déjà eu l'occasion de lire le rapport de son homologue, avoir son ressenti à froid serait là une bonne manière d'entamer la conversation sans passer par les usages pompeux habituels. La suite dépendrait fortement de l'ambiance posée par cette conversation, mais là encore, Haiko ne doutait pas que l'atmosphère du lieu puisse faire évoluer le dialogue vers une tournure moins formelle. L'endroit était réputé pour ça après tout.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : Jûbantai Taishô - Capitaine de la Dixième Division

Messages : 866
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Jeu 1 Mai - 0:13

Je ne savais que trop bien ce que cela pouvait faire. Je pensais à Taka qui devait remercier je ne sais quel Dieu de m’avoir laissé hors de la Division une soirée de plus. Il savait que dès mon retour il aurait forcément une masse de boulot plus grande, qu’il allait encore devoir faire des choses qu’il n’aimait pas. Je commençais à le connaitre mon Vice-Capitaine. Et si j’avais bien compris une chose, c’est qu’en aucun cas il n’aimait être au centre de l’attention, tout comme il l’avait été avec ce cher Haiko il y a quelque temps sur terre. Il avait selon ce que j’avais lu du rapport fait un bon boulot, mais j’allais probablement essayer de me renseigner un peu directement avec Haiko, les mots oraux étant toujours plus sûr que ceux couché sur un papier.
    Excellent ouais !

Le barman nous avait gâté. Une des meilleurs bouteille qu’il y avait dans le bar et probablement dans toute la Soul Society. Une bouteille provenant de la fabrication de Noboru, l’on ressentait parfaitement sa marque de fabrique, ce côté piquant et fort inimitable de son Saké. J’appréciais réellement la maitrise qu’il avait de l’alcool, tout autant que j’avais pu apprécier le thé fait par Tôjô lorsqu’il était encore de ce monde… Une perte désastreuse, que se soit le Capitaine, ou le thé…

J’observais le Capitaine de la Sixième siroter son verre tout en buvant au miens. Cela me faisait vraiment plaisir de le revoir ici. Il avait disparu je ne sais où et j’espérais bien lui tirer les vers du nez ! Il était un Capitaine prometteur, et il faisait sans l’ombre d’un doute partis des meilleurs Capitaines actif du Seireitei. Avec la disparition de Tenzen et Shinjirô, et le voyage à Las Noches d’Akihiko nous avions plus que jamais besoin de Capitaine puissant et armé pour affronter le futur bien noir qui nous attendait…
    Ahaha tu m’étonnes. Moi c’est surtout mes officiers qui arrêtent pas de me remonter les bretelles… Faut dire qu’entre les missions et des entrainements un peu trop brutaux je finis à la quatrième bien plus souvent que je voudrais…

J’éludais sa question un instant. Nous avions le temps et même si la discussion risquait de ne pas rester sérieuse toute la soirée je pouvais me permettre de prendre mon temps. J’avais beau avoir dans ma Division le centre des soins léger de la Quatrième je ne pouvais pratiquement jamais m’en servir tant je revenais trop souvent dans des états bien trop graves… Malheureusement pour moi j’avais tendance à me laisser emporter et finir par ne plus vraiment faire gaffe à ma propre personne, bien que ce soit la plus part du temps l’oeuvre d’Heyshiro…
    De mon côté nous avons remplis notre part du boulot avec plus ou moins de succès. Comme tu dois le savoir je me suis retrouvé avec le Vice-Capitaine de la deuxième et leur treizième siège ou quelque chose comme ça. Si j’ai été plus qu’impressionné par le Vice-Capitaine, malheureusement pour lui le treizième siège, malgré son courage à tout épreuve, n’a pour la plus part du combat était qu’une gêne pour son Vice-Capitaine… Il n’était pas taillé à affronter deux ancien Capitaine du Gotei 13. Après pour ma défense, si j’ai fini dans un sale état c’est surtout parce que les deux traitres n’ont pas arrêté de me cibler, comme ils étaient incapable de détecter Serpiente… Et chez toi comment ? Taka s’est rendu utile ?

Des propos bien sérieux surtout en ce qui concerne ce pauvre Chansu. Malheureusement pour lui je ne pouvais pas vraiment en dire plus, ce n’était clairement pas sa faute et au vue du combat je ne pouvais que le féliciter d’avoir pu tenir aussi longtemps ! C’était déjà un miracle qu’il soit revenu en vie d’un combat contre deux entités aussi puissantes que les deux traitres que nous avions affronté…
    Oh et j’allais oublié le meilleur, on a eu le droit à un humain qui à débarqué à poil pour nous tenir de grand discours, et qui n’a au final pas osé bougé lors de l’affrontement contre les deux renégats…

Mais bon comme on dit, grande gueule petite…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t326-igarashi-shu-en-cours#1233

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Mer 7 Mai - 17:48



...Bigre qu'il était fameux ce tord-boyaux ! Haiko venait d'en remettre une couche tout en proposant le service à son ami qu'il écoutait attentivement. Le foyer de sa clope rougeoyait à intervalles régulier en crépitant joyeusement, entamant la fin de son zig-zag. Il l'écrasa enfin tout en levant son verre. Une lampée, puis une autre. L'Ardent semblait déjà largement plus détendu que précédemment, surtout que l'alcool lui montait déjà bien vite au nez, mais sans pour autant empourprer son visage. Le shinigami se laissait aller sur son coussin, percevant un bruit de cohue derrière la porte menant à l'arène souterraine. Un regard circulaire de la salle lui permit de détailler un peu plus le décors et les gens mis en scène. A la gauche des deux capitaines, des habitants du cru jouaient aux dés. Devant eux, près de l'entrée, quatre shinigami se distribuaient les cartes d'un air concentré. Derrière son comptoir, le barman discutait avec des clients tout en s'affairant à ses verres et bouteilles. Souriant gentiment, Haiko se dit que le Kenpachi avait bien tiré son épingle du jeu. Dommage qu'il ne soit pas là présentement.

Reportant son attention sur Shu, le bretteur lui donnait silencieusement raison. Avec des types comme eux, la quatrième division ne connaîtrait sans doute jamais le repos, et pas que. Aux dires du vizard, il n'était pas difficile de comprendre le fait que même si ses hommes pouvaient être durs avec lui, ses missions et autres exercices ne remettaient en aucun cas en cause sa place dans l'esprit et le cœur de ses hommes. Au final, Shu avait l'air de s'être fait une place dans le Seireitei, ce qui faisait plaisir à voir. Il était maintenant dans son élément. La suite de son discours, Haiko le goba aussi vite que le liquide dans sa coupelle. Sa gorge commençait à s’habituer à la liqueur, ce qui n'augurait rien de bon... Écouter son comparse restait tout de même encore largement dans ses cordes. Ainsi il avait tenue tête à deux anciens homologues, impressionnant. L'indétectable Serpiente était resté raccord avec sa division, au détriment du chef de groupe. Qu'importe, si celui-ci avait pu y faire face. Malgré les déboires du siège de second plan, la mission sonnait comme un succès aux oreilles de l'Ardent qui congratula encore une fois son confrère en levant sa coupelle.

Haiko leva alors les yeux au ciel, comme s'il cherchait la façon adéquate de répondre à la question de son vis-à-vis. Puis, d'un claquement de langue, il trouva comment amener la chose.


    « Pour être honnête avec toi, la première impression que m'a donné Taka-san n'avait rien de bien rassurante. Quoique professionnel, j'ai crains pour sa sécurité au prémisse de l'affrontement contre les renégats. Il ne paraissait pas avoir une haute estime de son talent. Néanmoins, et il en fut de même nous concernant si tu te souviens bien... » - Il arqua un sourire. - « ...j'aurais eu tort de me fier à cette première impression. Il fut un allié de poids au plus fort de l'affrontement. C'est un élément prometteur, à qui il manque juste un soupçon d'assurance, mais je suis sûr que cela viendra avec le temps. Et puis, sous l'égide d'un capitaine tel que toi, je ne me fais pas de soucis ! »


Seuls ses yeux rieurs, à moitiés cachés par ses mèches rebelles, auraient presque fait croire à une taquinerie. Déjà quasiment désinhibé en fait, le petit shinigami amena encore une fois le récipient à ses lèvres avant de s'étouffer d'une gorgée. Il voulu articuler un « Je te demande pardon ?! », mais celui-ci fut noyé dans une toux sèche et répétée. Un humain nu comme un ver ?! Cela tranchait radicalement avec celle ayant pris part à la bataille à ses côtés. D'ailleurs, lorsque Haiko reprit son souffle, la mine pensive, les yeux dans le vague, il repensa à la vizard, Naoko. Evasif dans son rapport la concernant, il continua tout en se roulant une autre cigarette.

    « Les humains n'ont pas leur pareil pour nous surprendre. J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'observer la force de l'un d'entre eux. - Son ton se mua alors en un étonnement admiratif, presque surjoué par l'afflux d'alcool. Il lécha la feuille de sa clope. La-dite sèche resta éteinte dans sa main pendant qu'il ponctuait ses propos de mouvements divers et variés. - Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, une adolescente nous a prêté main forte. Une petite blonde rétive, armée d'une guitare. Sa technique, quoique brouillonne, rivalisait aisément avec la plupart d'entre-nous, haut-gradés... Pour te dire, j'eu moi-même du mal à en supporter la pression ! Posséder une telle affinité à l'énergie spirituelle, aussi jeune, c'est prodigieux... et inquiétant à la fois... »


Il alluma l'objet de son vice, se remémorant les paroles de la gardienne de Karakura. Depuis aussi longtemps qu'il se souvienne, la ville avait toujours été le théâtre d'affrontements de grand ampleur. Ses habitants avaient, à de nombreuses reprises, fait les frais des événements ayant secoué le monde spirituel. Depuis la purge des Quincy en fin de compte, jusqu'à leur vengeance, avant d'en arriver aux Mahô Tsukaï. L'arrogance de certains shinigami par le passé avaient sans doute aussi provoqué cette situation. La blondinette avait semblé s'exprimer au nom d'un groupe entier de sensitifs. Un ras-le-bol généralisé qui inquiétait l'Ardent. Même si d'un certain point de vue il comprenait ce genre de comportement, il ne le cautionnait pas. L'isolement les rendrait plus vulnérable. Présumer de sa toute puissante ne suffira pas à contrer le danger qui les guettait tous. Selon le bretteur, ces gardiens couraient à leur perte. Ces gens réagissaient dans l'absolu. De nature profondément optimiste, voir naïf, le capitaine était certain du fait que l'union faisait la force. Toutefois, comme il voyait la situation, la surveillance de la ville devrait s'organiser de façon bien moins ostentatoire qu'auparavant.

Tirant une barre, son élan narratif avait laissé la place à une plus profonde réflexion, marquant les traits tendus de son visage. Posément, il poursuivit, légèrement enfumé par les volutes éthérés qu'il venait de souffler en l'air.


    « Dis-moi Shu, toi qui a côtoyé les humains de Karakura pendant un moment... Qu'est-ce qui les pousse à montrer les crocs lorsqu'un shinigami se présente devant eux ? Cette humaine... Pour elle et d'autres, nous n'étions clairement pas les bienvenue... »


Il laissa planer ses propos un moment, faisant lentement tournoyer la liqueur translucide dans son récipient. Il espérait avoir l'avis de son ami, même s'il ne s'attendait pas vraiment à de grandes révélations. Le capitaine était tout de même avide de comprendre, de façon à mieux cerner ce problème.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : Jûbantai Taishô - Capitaine de la Dixième Division

Messages : 866
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Dim 25 Mai - 1:15

Les quelques secondes qu’ils mit à répondre faillirent presque me faire peur… Je me disais qu’il devait être en train de chercher les bons mots pour m’annoncer que malgré son rapport mon Vice-Capitaine avait été une plaie et qu’il lui avait pourri sa mission ou un truc comme ça… Mais non, c’était bien tout le contraire et je pus me soulager en buvant une gorgé mérité de Saké qui coula le long de ma gorge avec une chaleur agréable.
    Bon et bien au moins il est comme ça avec tout le monde… Et ouais te fais pas de souci, j’vais lui botter le cul en rentrant !

Je riais aussi, prenant bien cette petite pique, après tout j’étais bien le genre à toujours ouvrir ma gueule, alors probablement que oui, Taka était bien tombé avec moi ! Il était un brave Vice-Capitaine, et aussi mauvais puisse-t-il être à croire en lui il ratait néanmoins un excellent officier ! J’avais de grand espoir avec lui, et je savais que quoi qu’il arriverait il ferait un Capitaine digne de ce nom, c’était plus que sûr ! Après tout j’avais été moi aussi un Vice-Capitaine un jour et j’avais le nez pour ce genre de chose !

Ce qu’il dit par la suite, eut pour effet de laisser apparaitre sur mon visage une moue emplit de tristesse. A la description qu’il fit de cette fille, l’espace d’un instant le visage d’Imari traversa mon visage. Je la revoyais, me jaugeant, m’affrontant, combattant à mes côtés, rivalisant, même dépassant ma propre puissance. Elle qui était pourtant si jeune et moi qui avait alors plus de 300 ans. Un jeunôt, voilà ce que j’avais eu l’impression d’être à ces côtés. Dans tous les sens du termes j’aurais du lui être supérieur. J’étais à l’époque son boss, j’avais 270 ans de plus qu’elle, j’étais un homme ayant suivi un entrainement à la Soul Society, et elle n’était qu’une Quincy s’étant formé toute seule. Tant de preuve qui aurait du jouer en ma faveur, et pourtant, elle avait toujours été au dessus de moi.
    Je connais le feeling… Je l’ai vécu sur terre lorsque j’y étais. Les humains ont des capacités propice au surpassement de soit. Je ne sais pas d’où ils tirent toute cette énergies mais il est évident, qu’en bien des choses ils nous sont égaux !

Je terminais d’une traite mon verre. Faisant disparaître l’image de ma douce Imari. Elle n’était plus là, et probablement plus de ce monde. Elle était venu à la Soul Society et ne m’avait même pas contacté. Si elle avait voulu que je la retrouve elle aurait fait en sorte que ce soit le cas, je la connaissais assez pour savoir que si elle était encore en vie elle ne désirait pas que je la retrouve. Je devrais vivre avec…
    Je n’ai jamais vraiment compris. Lorsque j’étais encore l’un des généraux du Kanshu nous entretenions encore de bon rapports. Mise à part quelques extrémistes il n’y avait aucun problème. J’imagine que suite à notre départ forcé, n’ayant pas compris ce qu’il se passait et profitant de notre absence les extrémistes se sont réveillé, ont pris le contrôle, et nous sommes devenu une menace de plus dont il essaye de « protéger » la ville. Ils ont pris leur décision, et nous ne sommes clairement plus les bienvenues pour les y aider…

Un constat emplit de tristesse. Ça se ressentait dans mes paroles, j’avais vécu dans cette ville tellement longtemps. J’avais appris à chérir ses habitants, ces rues, ses bâtiments, son atmosphère. Une grande partie de ma vie c’était passé là-bas. Qu’ils nous traitent ainsi me remplissait de tristesse. Mais maintenant que j’étais Capitaine du Gotei 13, que pouvais-je bien y faire. Si j’avais été à la Treizième, qui sait, peut être aurais-je alors pu y faire quelque chose, mais en ces termes, il m’était tout simplement impossible d’espérer quoi que ce soit… Je nous resservais à boire rapidement, l’alcool commençant à faire son effet.
    Mais bon, il faut souhaiter que le jour ou on pourra avoir besoin d’eux ils réussiront à passer au dessus de tout ça ! Allez si on arrêtait de parler boulot et qu’on profitait de la soirée ! Santé !

Je tendais mon verre à cette soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t326-igarashi-shu-en-cours#1233

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Jeu 19 Juin - 16:27



Les mots de son ami le laissèrent songeur derrière le foyer rougeoyant de sa clope. La cohabitation avec les humains au Kanshu semblait nouer la gorge du capitaine vizard. Ça, même un aveugle aurait pu le voir. Haiko exhala un autre panache de fumée tout en écoutant son comparse. Des « extrémistes » hein ? La blondinette devait faire partie du lot. Leur conversation se noyait peu à peu dans un tumulte naissant prêt du comptoir. Un écran suspendu non loin des étagères à verres montrait ce qui semblait être le ring souterrain. Les rires et les plaintes empathiques des téléspectateurs face à ce qu'ils voyaient, résonnaient dans l'ensemble du bar. Tandis que d'autres arrivants passaient le linteau de la porte d'entrée, le petit capitaine, la mine visiblement réjouit, joignit sa coupelle à celle de son homologue. Et hop ! Le saké stérilisa sa trachée aussi efficacement que de l'acide dans un tube de rouille. Frisson, grimace et tête vivement secouée sous l'effet de l'alcool, le bretteur fit claquer sa coupelle sur la table dans un long et bruyant soupire de satisfaction. Là, il marqua un temps, béat, tirant une longue barre sur sa sèche. Le liquide désinhibant animait son métabolisme en lui procurant une agréable sensation de légèreté. Ses pommettes viraient déjà progressivement au rouge pendant que sa pensée le faisait planer dans les nuées...

Sans prévenir, les deux coupelles furent rempli de nouveau. Ceci sous le poignet leste d'un homme de la sixième ayant visiblement reconnu son capitaine. Haiko ne l'avait même pas vu arriver, presque surprit fut-il. Un grand gaillard à l'allure de surfeur californien, une jeune femme enlacée sous son bras. D'un vif « à la santé du capitaine ! », il leva lui-même sa coupe tout en se tournant vers la table des nouveaux arrivants, mélange de genres et de divisions. Et rebelote ! Cette fois, le pourpre décorait bel et bien les joues du gradé qui avait suivit le mouvement. Et autant dire que là, ça commençait à déconner sévère dans la caboche de l'Ardent. Il y avait de la friture entre les neurones ! Une corpulence inadaptée à la boisson couplé à un alcool de très bonne qualité et vous aurez là un cocktail détonnant pour passer une bonne soirée, selon le point de vue...

Tirant sur sa clope plus que de raison, le capitaine l'écrasa, visiblement concentré, dans le récipient prévu à cet effet. Puis, il en revint à son homologue, rieur.


    « J'irais pas jusqu'à dire que je suis trop vieux pour ces conneries, mais à ce rythme là, je vais rouler par terre d'ici dix minutes... »


Lui déclara-t-il faussement morose, avant de remplir de nouveau, presque machinalement, les deux coupelles. Au son du liquide coulant de la bouteille, un gargouillis résonna depuis son estomac. Un moue d'hésitation apparut sur son visage. Manger ici et rentrer après se reposer à la division ou alors dégriser sur le chemin du retour avant de se préparer un petit quelque chose ? Ses idées n'étaient pas claires. Tenant son verre à mi-chemin entre la table et ses lèvres, il réfléchissait aussi vite et efficacement qu'il le pouvait présentement, fixant Shu comme si celui-ci allait lui donner un avis tranché à propos du dilemme l'animant. Haiko, maintenant bien avachi dans sa banquette, haussa finalement les épaules avant de siffler son saké d'une traite. A peine avait-il reposé sa coupe qu'il leva le bras pour appeler le gérant. Celui-ci vint à leur rencontre en se frayant un chemin entre les clients de son établissement. Soupe, algues vinaigrées, brochettes de viande, légumes bouillis, riz et poisson, le capitaine commanda un véritable festin. La fin aiguisait vraisemblablement l'imagination du gradé, pour le plus grand plaisir du tavernier qui s'en retourna à ses autres commandes en toute hâte.

Haiko se mit alors un peu plus à l'aise. Son écharpe lui donnait chaud. Il la déroula de son coup avec délicatesse avant de la plier soigneusement à côté de lui. Ces gestes tranchaient radicalement avec son attitude de ces dernières minutes. Bien entendu, cela ne dura pas. Une fois sa besogne terminée, il s’affala plus encore à sa place tout en accoudant l'un de ses bras au dossier de sa banquette. De l'autre main, il se détendit lentement la nuque et le cou. Pour un peu, sans le manteau blanc, on aurait très bien pu prendre l'Ardent pour un simple shinigami du rang. Son aisance naturelle ressortait encore plus sous l'effet désinhibant du breuvage déjà assimilé. On aurait dit un habitué de l'endroit. Sa tête se tournait désormais vers l'écran diffusant le combat de l'arène. Absorbé par la joute des deux combattants à mains nues se faisant face, grimaçant d'une satisfaction à peine dissimulé à chaque coup au but de l'un ou l'autre des combattants, Haiko interpella son vis-à-vis, sans détourner son regard du poste.


    « Hey, Shu, tu as déjà combattu ici ? »


Après quoi il lâcha subitement un grand « Ouuuuuh... » à l'unisson avec les autres téléspectateurs, suite à la percussion titanesque que venait de décocher le plus chétif des deux shinigamis de l'arène. L'atmosphère du bar se faisait de plus en plus bruyante pendant qu'une douce odeur de grillade commençait à flotter dans l'air.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : Jûbantai Taishô - Capitaine de la Dixième Division

Messages : 866
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Lun 23 Juin - 13:55

Le bar se remplissait à vitesse constante. C’était plutôt amusant à regarder tout ce passage. Et il fallait avouer que deux Capitaines qui buvait un verre ici forcément ça créait de l’animation. Tous les gens de nos deux Divisions respectives se sentaient pour la plus part obligé de venir nous offrir un verre. Bien qu’heureusement pour moi peu de ma Division passèrent. Je savais qu’il venait moins ici, il aimait bien trop le bar d’Ayuzaki pour ça. Et c’était bien l’une des raisons qui avait fait que je sois venu ici ce soir après tout ! Je tirais vers après verre, et je pouvais sentir mon corps se réchauffer grâce au Saké qui descendait le long de ma cage thoracique. J’allais finir mal si je continuais à ce rythme et lui aussi. Après une sortie de la quatrième ce n’était après tout pas vraiment ce que les médecins de là-bas nous auraient conseillé de mieux.

D’ailleurs un Siège de la quatrième sembla nous reconnaitre pour nous avoir vu le jour même dans leurs locaux, il nous jeta un regard noir en voyant ce que nous buvions et le teint carmin que commençait à prendre nos deux visages. Oui ce n’était clairement pas ce qu’ils nous auraient recommandé à la quatrième. Cela eut au contraire comme effet de me faire rire, et de tendre ma coupe à la santé de ce pauvre Siège qui devint l’espace d’un instant l’attraction du bar. Il s’offusqua avant de tourner les talons vers un coin plus tranquilles, et surtout plus loin de nous.

Lorsqu’Haiko reprit la parole je ne pus qu’éclater de rire. Je reconnaissais la lueur dans ces yeux et je savais pertinemment qu’il avait une idée derrière la tête. Il n’arrêtait pas de regarder cette télé qui donnait en direct une vision de ce qu’il se passait dans l’arrière boutique du Kenpachi. Un combat entre deux hommes taillé comme des armoires à glace. Clairement pas mes combats préféré il fallait l’avouer, mais bon c’était un genre comme un autre après tout. Je préférais de loin les gens comme Atilla, qui ne payait pas de mine, qui étant élancé et agile et qui surtout étaient doté d’une technique proche de la perfection. Dans ce genre de combat à courte distance c’était la technique qui l’emportait sur la force brute, pour moi en tout cas. Car si j’utilisais ma réelle puissance dans un endroit si petit je mourrais en même temps que mon adversaire. Il était donc évident que si je désirais gagner je devrais utiliser de moins puissante technique mais de façon parfaite.
    Oui j’ai déjà combattu ici, une fois. Et c’était contre Otsu, juste à mon retour à la Soul Society quand je venais d’être promu Capitaine. Elle m’avait d’ailleurs bien eu !

Sur mon visage l’on pouvait lire une expression exagéré de la déception. L’alcool qui faisait effet c’était sûr. Mais j’étais déjà trop loin pour m’en rendre compte. Tout ce que je voyais était ce combat où elle avait su être plus maligne que moi et m’avait eu à mon propre jeu, moi qui me sentait si sûr de moi à l’époque. C’était de nouveau le cas, mais pour de véritable raison maintenant.
    Tu veux quand même pas qu’on aille leur montrer, non ?

Lâchais-je alors que l’idée venait de me traverser l’esprit. C’était peut être là qu’il voulait en venir dès le début, ou alors je cherchais trop loin. Plus je regardais le match qui tournait à la télé plus je me disais que ça pourrait être sympa. Mais en même temps on sortait de la Quatrième, et on était deux Capitaines, mais je l’étais aussi à l’époque. Qu’est-ce qui avait changé depuis cette époque ? Je regardais l’écran et Haiko alternativement comme si j’allais pouvoir lire dans l’un ou l’autre une réponse.
    Ouais t’as raison, on va leur montrer !

Je me levais en trombe, finissant mon verre de saké d’une traite, certains d’avoir entendu la réponse. En cet instant si l’on m’avait posé la question il m’aurait été impossible de dire si c’était la Télé ou Haiko qui m’avait soufflé la réponse, premièrement car aucun des deux ne l’avait fait, mais surtout car j’étais convaincu qu’il l’avait fait tout les deux. J’avais trop bu et il était surement le bon moment pour arrêter, au moins bouger nous ferait du bien !
    Ba alors tu viens ?!?!


Criais-je en me retournant vers lui !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t326-igarashi-shu-en-cours#1233

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Jeu 17 Juil - 18:43



Étonné par la réponse de son ami, Haiko se redressa sur sa banquette. Alors comme ça Otsu lui avait collé une raclée ici même ? Un sourire moqueur arqua ses lèvres. Il ne s'attendait pas à ça, même s'il n'avait jamais eu l'occasion de voir Shu en action. Quant à Otsu, le bretteur avait découvert ses talents de combattante au cours de l'affrontement les opposant aux deux colosses de la onzième à l'époque. C'est en se remémorant ce souvenir que la remarque de son collègue le piqua au vif. Eux-deux, dans l'arène ? L'ardent le fixait avec des yeux ronds. Il ne savait pas par quel procédé étrange l'idée de se la donner dans l'arène venait de germer dans l'esprit de son comparse. Sa question avait été lancée avec tant de banalité qu'il en fut presque sonné. Puis vint la réflexion, jaugée d'un regard pensif et amusé dans les remous d'alcool tournoyant dans le creux de sa coupelle. D'un côté, la faim commençait à le tirailler, ses blessures étaient juste guéris, et l'alcool lui obscurcissait déjà l'esprit. De l'autre, un peu d'exercice aiguiserait encore plus son appétit tout en éliminant la liqueur déjà absorbée.

Le temps de la cogitation terminé, Shu avait visiblement déjà pris sa décision. Il l'appelait depuis l'autre bout du bar, prêt à franchir la porte dérobée menant au sous-sol. Certains shinigami ayant brièvement suivit le manège du capitaine de la dixième se tinrent alors aux aguets, enthousiastes à l'idée d'assister - et de parier - à un tel combat. Haiko se leva alors tout en avalant cul sec son verre. Un râle de satisfaction précéda ses propos empreint d'une motivation certaine.


    « Ah, et comment que je viens ! »


Puis vint un léger vertige, imperceptible aux regards alentours car le petit shinigami se ressaisit rapidement en se dirigeant, le plus dignement qu'il pu, auprès de son futur adversaire. Il avait déjà trop forcé... Arrivé non loin du comptoir, le capitaine signifia, par de simples gestes, incertains, au gérant qu'il verrait plus tard pour sa commande. Celui-ci acquiesça en riant de bon cœur. Alors, levant doucement la tête, Haiko afficha un sourire presque machiavélique à son ami. L'alcool sans doute.

    « Oui, allons leur montrer... »


D'un point de vue extérieur, on aurait presque pu penser qu'il était sérieux. Pourtant, il n'en était rien. Sa volonté commençait simplement à se désagréger face à la désinhibante boisson. Sous le regard inquisiteur de la table où se trouvait les infirmiers de la quatrième, Haiko fit basculer la porte avant de s'y engouffrer. Devant lui s'ouvrit alors un large escalier de pierre si lisse qu'il reflétait parfaitement la lumière des lampes accrochées au plafond. L'Ardent patienta un instant avant d'entamer la descente, la porte se refermant alors en étouffant à peine les cris enjoués déclamant déjà leurs paries. Plus loin, ils croisèrent les deux précédents combattants, l'un soutenant l'autre par l'épaule. Les deux hommes furent surpris de croiser les deux capitaines qu'il saluèrent d'un hochement de tête fatigué. Peu après, le capitaine confia à son collègue.

    « Si les gars de la quatrième nous voient remonter dans cet état, on risque d'en prendre pour notre grade ! Ahahah ! »


Puis, ils arrivèrent en bas, là où des marches commençaient à se fêler, parfois même à se recouvrir de gravats. Une ouvertures béante donnait sur un gigantesque espace pourvut de puissants projecteurs en hauteur ainsi que d'une multitude de grilles d'aération. De petites meurtrières trahissaient la présence d'objectifs caméra sur les côtés, sans doute pour retransmettre dans le bar le déroulement de l'action. En effet, plus de gradins, ni d'arbitre. Sans doute était-ce trop dangereux malgré les barrières défensives de la salle. D'ailleurs, en parlant de ces barrières, on pouvait facilement remarquer leur efficacité de part le fait qu'on ne pouvait déceler aucun impact sur les immenses murs polit. Les kekkais apposés à l'arène couvraient les murs et le plafond d'un bleu métallique du plus bel effet. Seul le terrain semblait marqué par les combat. Creux, fissures, renfoncements improbables, s'offraient aux pas des deux combattants. Un silence de mort gouvernait l'endroit à l’acoustique étrange. Seul la marche des deux amis résonnait ici. Haiko se mit en place, visiblement impatient d'entamer ce duel. La paume reposée sur le manche de son arme, il interpella son comparse de la dixième.

    « Voilà ! On y est ! Je te laisse poser les règles l'ami... »


Lui fit-il en lui lançant un sourire exagérément amusé. Sauraient-ils mesurer leurs ardeurs ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : Jûbantai Taishô - Capitaine de la Dixième Division

Messages : 866
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   Sam 19 Juil - 18:48

    Bouarf ils ont qu’à être moins coincés !

A vrai dire ce que pouvait dire les gars de la quatrième étaient bien le dernier de mes soucis. Je me contrefoutais de ce qu’il pouvait avoir à dire et ne pensais qu’à ce qui allait se passer ensuite ! Un combat ici, contre un autre Capitaine, voilà qui avait son charme ! Le fait que je sorte de la quatrième avait à vrai dire complètement disparu de mon esprit et tout ce qui restait maintenant était mon envie de monter sur le ring. Néanmoins il me fallut passer ailleurs avant de pouvoir monter sur le ring et enfin commencer ce Combat de titans ! Les gens nous observaient, murmuraient dans notre dos, ils pariaient déjà, à savoir si oui ou non nous allions réellement combattre ou si tout cela n’était qu’une farce. La présence de deux Capitaines avait toujours tendance à exciter les gens, surtout ici !
    Messieurs, je veux vos meilleurs hommes pour s’assurer qu’en aucun cas cette barrière ne lâchera. Je ne sais pas encore ce qu’il se passera là dedans, mais il est hors de question que le bar de Shinjirô en prenne un coup !

Je les regardais d’un air on-peut-plus-sérieux, je ne comptais pas détruire le bar du Kenpachi aujourd’hui. Je prononçais quelques paroles de plus alors que leur face se dépeignit. Oui je leur demandé d’utiliser certains des Kekkaï les plus puissant qu’il soit, et je ne sus pas exactement ce qui les choqua le plus, que j’en recours à de tels sorts, ou que je les connaisse. Après tout je n’étais pas l’un des plus puissants nécromancien du Seireitei pour rien ! Un sourire amusé sur les lèvres je pouvais enfin me retourner vers le ring, et y rejoindre Haiko, pour que finalement l’on entende enfin celui qu’ils attendaient tous, le speaker !
    MESDAMES ET MESSIEURS ! SHINIGAMIS DE TOUTES DIVISIONS, AUJOURD’HUI POUR VOTRE PLUS GRAND PLAISIR, UNE AFFICHE DIGNE DE VOS RÊVES LES PLUS FOUS ! OUI VOUS NE REVEZ PAS ! VOUS LE VOULIEZ, ILS L’ONT FAIT !

Et la foule qui explosa en un hurlement, faisant vibrer les fondations du bar ! La salle ne cessait de se remplir d’un flot constant jusqu’à ce que finalement elle soit plein à craquer, et qu’il ne soit pas possible de mettre une seule personne de plus dans la salle. Oui, tout ce beau monde était la pour nous et je ne comptais pas le moins du monde les décevoir ! Oh ça non !
    La seule règle que je poserais sera une règle de temps, on arrêtera au moment où un ou plusieurs des quatre gars qui s’occupent du Kekkaï tombera, et si aucun de nous deux n’a la victoire, et bien ce sera match nul !

Non je ne comptais pas le moins du monde restreindre ses ardeurs, après tout, au vue des sorts de protection que j’avais demandé l’on pourrait y aller au niveau que l’on désirerait ! Néanmoins, ces techniques demandaient une quantité énorme d’énergie pour être maintenu et les gars qui s’en occuperont ne tiendrons pas indéfiniment ! Il était donc impératif que l’on stoppe au moment où il ne seront plus capable de maintenir la barrière, sans quoi nous risquerons bien de réduire en cendre le bar du Kenpachi, surtout en connaissant notre affinité pour les flammes
    MESDAMES ET MESSIEURS, L’ON DIT DE LUI QU’IL CREE UN VOLCAN LORSQUE SON BANKAI EST LIBERE, KAOGAKE TAISHO ! ET POUR LUI FAIRE FACE, LE VIZARD MAIS AUSSI NECROMANCIEN, IGARASHI TAISHO ! LET’S THE SHOW BEGIN !

Les bases étaient posé, il était temps !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t326-igarashi-shu-en-cours#1233
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux Phalanges Brisées, débriefing officieux. [PV Igarashi Shu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 2ème entrainement de Nuage Brisé [PV Ombre du Crépuscule]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» Thé ? Café ? Croissant ? Salade de phalanges ?
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-