AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Détente [pv Karl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Cuarta Espada

Messages : 165
MessageSujet: Détente [pv Karl]   Mer 25 Juin - 19:10

Journée harassante, passée à assurer le bon déroulement des répétitions des manœuvres tactiques de quelques escouades constituées au sein de sa division. Harassant, mais au moins pouvait-il espérer, au vu des progrès affichés par ses subordonnés, que baisse le taux de mortalité de sa division. Réduire au mieux les pertes. L'intérêt ? De maintenir, dans la durée, un corps d'expérience, pour que s'accroisse l'efficacité de ses troupes durant les missions, ainsi que s'accélère le temps de formation des jeunes recrues par le biais du patronage des vétérans à leur égard. De concentrer d'abord les efforts sur le qualitatif, jusqu'à ce que les unités puissent se débrouiller d'elles-mêmes, par effet d'automatisme, permettant la bonne harmonie entre le qualitatif et le quantitatif. De simples statistiques ? De surtout s'épargner la disparition de visages avec qui il avait pris le temps de découvrir la personnalité, le passé, les rêves.

Ce luxe d'économie des forces n'était permis qu'en temps de paix. Situation relativement récente. Plus d'un an que s'était achevée la guerre avec les Maho. Se poser sur une petite colline de verdure, pour s'y prélasser, les yeux rivés au ciel, pensif. Cette guerre, l'Usagi n'y avait assisté directement, l'élite d'époque s'étant chargée de rivaliser avec les Ombres. Un ennemi hélas bien supérieur, les ayant forcé à coopérer avec Grimmjow, pour arriver aux circonstances présentes, de soumission à un contingent d'une organisation jusqu'alors inconnue. En aurait-il été autant du vivant de Shunsui ? Peu importe. Que pouvait bien lui apporter de telles spéculations ? Les si n'altèrent guère la réalité. Tout au mieux influencent-ils les idées. De surtout attiser les ressentiments, cette machine à haine.

Dépourvu de cette tare ? Une blessure à sa fierté, selon toute évidence. Une blessure enfermée par son intuition et sa raison qui lui susurraient de faire avec. Au moins, jusqu'à ce qu'il ne devienne possible de changer la donne. Attiser la révolte dans le cœur de ses subordonnés ? Contre-productif, en plus d'être irresponsable. Ce n'était pas dans ce sens que devaient se faire les choses. Avant de les impliquer, de tâter l'avis des hautes instances du Gotei 13. L'assurance d'une volonté de ceux-ci de s'émanciper des Reapers ? Il ne le saurait qu'en sondant ses collègues et supérieurs. Seulement à cet instant, l'Usagi verrait si l'entreprise valait d'être prise ou non au sérieux. De là, décider quoi faire. Mais avant, simplement s'adonner au repas, son chapeau conique couvrant sa figure, pour la protéger des rayons du soleil. Un soleil qui n'allait pas tarder à se faire couchant.

De soudain entendre un bruissement. Relever son chapeau pour y voir un visage familier. Krow Karlson, vice capitaine de la onzième division. Un shinigami s'étant illustré à l'occasion de la dernière guerre. Quiconque dans cette base le connaissait, au moins de nom. Toutefois, de n'avoir toujours trouvé l'occasion de lui parler. Faire l'effort de se redresser, en tailleur, décontracté sans être désobligeant. Le regard porté vers son interlocuteur, amicale.

-Krow Karlson... Un honneur que d'attirer votre attention. Comme ça, vous seriez aussi en quête d'un moment de détente ? Rien n'est plus normal, en ces temps troubles. La vue est splendide... Si nous en profitions pour discuter ? ... Venez donc !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2368-usagi-kazuhide#20087

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Sam 28 Juin - 2:50

'Commencent à doucement me casser les couilles, ces têtes de cons.

Remarque lâchée de la plus naturelle des manières, alors que je passais devant un groupe de Reapers à la sortie d'un bar. J'me pointe hors du Seireitei pour souffler un peu, mais non, faut qu'les emmerdes me suivent jusqu'au plus paumé des districts du Rukongai. V'là qu'ils font mine d'êtres vexés, qu'ils commencent à hausser le ton. Quelques menaces bien senties, associées au regard adéquat, le tout, complété par une présence bien oppressante, ça aura suffi à les calmer sans avoir à trop faire de vagues. Sur le coup, ma grande gueule aurait pu me valoir des ennuis. Enfin, plus que sur le coup, je dirais même une fois de plus. J'ai jamais caché ce que je pense de l'occupation Reaper, il est quasi de notoriété publique que je peux pas les saquer, et j'suis pas l'dernier quand il s'agit d'allègrement leur chier dessus. Au même titre qu'eux font de même pour les Shinigamis. Parce que, en plus de se faire traiter d'incompétents, on se fait traiter d'incompétents par des putains d'inconnus. C'est qui eux, hein ? C'est quoi leur histoire ? Leurs erreurs passées ? Parce que ce qu'ils nous reprochent, je l'entends, ok, on a merdé. Mais eux, sont parfaits p'tet ? C'est ça qui m'fout en rogne plus que tout, c'est qu'au final, on s'fait remonter les bretelles par des étrangers. Des étrangers qui auraient pu nous aider plus tôt au lieu de nous cracher dessus sans retenue, au passage. Parce qu'attendre qu'on se soit occupé des Mahos pour venir buter la dernière mauvaise herbe et se poser en sauveurs, niveau foutage de gueule, ils s'posent là, ces enfoirés.

Et ça fait maintenant un an que j'encaisse leur présence. Présence qui se fait de moins en moins discrète. Ils prennent un peu trop leurs aises à mon goût, ceux-là. Qu'ils s'amusent à nous chaperonner, passe encore, mais on m'a rapporté quelque fois comme quoi certains d'entre eux cherchaient la merde, le tout sans aucune putain de justification. Par chance pour moi comme pour ceux qui s'amusent à ça, j'suis encore jamais tombé sur un Reaper trop agressif. Des trous d'balle arrogants, des kékés, des m'as-tu vu, ouais, mais pas encore un assez con pour se montrer ouvertement hostile envers moi ou un autre Shinigami; en ma présence, le tout sans raisons. Mais si cela devait un jour arriver, je répond pas de mes actes, et si mes actes me mènent vers une exécution sommaire, ce sera pas sans en emporter le plus possible avec moi dans ma chute.

Enfin, je me projète dans des scénarios un tantinet alarmistes et extrêmes. Je sais quand même faire preuve d'un minimum de self-control. Un peu. Je crois. 'Fin, voilà quoi, vous voyez c'que j'veux dire.

Bref, pas la peine de ressasser les raisons qui m'ont poussé à me barrer du Seireitei quelques heures, c'est justement pour souffler, pour oublier que j'me suis perdu ici. Fin de journée, début de coucher de soleil, et moi, qui m'laisse porter par le hasard dans les rues du Rukongai, à vagabonder ici et là. J'suis resté peu de temps ici, à peu prés six ans, pour ensuite rejoindre l'académie. Et pourtant, je connais l'endroit comme ma poche. Même après être devenu Shinigami, j'ai continué à fréquenter les districts du Rukongai, et pas qu'un peu. C'est simple, si tu me trouves à la onzième, j'suis sûrement quelque part dans ce grand dédale.

Quelques pas vers un coin de verdure, coin où je comptais pas m'attarder plus que ça. Mais ça, c'était avant d'apercevoir un bonhomme, allongé. Première chose qui m'interpelle, l'uniforme. Un Shinigami. Deuxième chose, le chapeau. Et troisième chose, et pourtant pas des moindres, l'insigne de Vice-Capitaine. Genre, le truc qu'il aurait été de bon goût de remarquer en premier, en fait. Vice-Capitaine qui se promène avec un chapeau conique sur la tête... Usagi Kazuhide. On a dû au pire se croiser quelques fois, sans jamais avoir vraiment le temps de causer. Bah tiens, il m'a vu. Il se redresse, se fout en tailleur, me salue, je lui rends un signe de tête. En quête d'un moment de détente, ouais, on peut dire ça. Discuter ? Boh, pourquoi pas. J'm' pose à côté de lui, regard vers le ciel, histoire de profiter d'la vue. 'Parait con comme ça, mais ce genre de p'tit plaisir simple, ça peut apaiser plus qu'il n'y parait.

Un moment d'détente, oui. C'est le besoin d'souffler qui m'a amené si loin du Seireitei, à vrai dire. Kazuhide, Lieutenant de la septième, c'est ça ? On a encore jamais eu l'occaz' de vraiment se rencontrer, avec les événements récents.

Entre mon séjour à la quatrième et l'entrainement à la onzième que je gérais quasi quotidiennement une fois rétabli, j'avais pas une minute à moi ces derniers temps. Tu rajoutes à l'équation la variante Reaper, et t'obtiens un Krow bien à cran, susceptible de péter un câble d'une minute à l'autre, d'où l'utilité de ce genre de petite ballade solitaire. C'est soit ça, soit me défouler sur quelqu'un.

Et toi alors, qu'est-ce qui t'amène ici ? J't'interrompt dans ta réflexion ? S'cuse, hein, j'vagabondais sans véritable but dans les rues du district, histoire d'me vider la tête, de lâcher la pression. Puis aussi et surtout pour foutre quelques kilomètres entre moi et les autres connards de squatteurs, là.

Pas besoin d'être devin pour comprendre qu'il était ici question des Reapers. La phrase en elle-même était relativement explicite, et la réputation qu'on me connait, le point de vue qu'on me connait vis-à-vis des Reapers laissait pas d'place au doute.

J'me demande quel était l'siens, d'avis, tiens.

_________________


Dernière édition par Krow Karlson le Jeu 3 Juil - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Cuarta Espada

Messages : 165
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Lun 30 Juin - 17:11

À ses côtés, une silhouette qui en impose. Un homme de terrain, à n'en point douter. Malgré tout, un combattant chevronné qui ne rechigna pas à s'asseoir auprès de lui en vue de se détendre, ne nonobstant en rien les plaisirs d'un élan de procrastination épisodique. Selon toute vraisemblance, il n'était pas de ces hommes rigides à s'empêcher de vivre. Tout l'inverse, à en paraître brut. Préférable ? Au moins, l'Usagi aurait matière à la conversation, bien que de discuter avec une personnalité écrasante n'était pas pour le mettre à l'aise. Aux balbutiements d'une relation, du moins.

Acquiescer d'un hochement de tête alors que son vis-à-vis lui demandait confirmation de son identité. S'étonner d'être reconnu d'un homme pareil ? Une armée où connaître les capitaines et vice- capitaines de chaque division demeurait le minimum pour tout soldat de base. La onzième ne faisait pas figure d'exception. Les événements récents... En effet, d'être tous débordés au Seireitei, alors qu'il aurait été bénin d'imaginer que leur mise sous tutelle des Reapers les déchargent considérablement. Curieux paradoxe.

Un paradoxe qui ne se justifiait que par la tension découlant de cette rencontre abrupte entre les deux factions. Des conflits. Des accidents. Entre morts, blessés, paperasses en résultant, sans compter les nombreuses anomalies issues de la dernière bataille contre les Maho ; une masse de problème rendant rares les moments comme il se présentait à l'instant. Sans ça, de se condamner à l'explosion, tant les pressions imposées étaient affligeantes. Une menace de tous les instants. Harassant. De se laisser toutefois amuser par les interprétations de son interlocuteur quant à son état d'esprit. Un amusement d'autant plus encouragé que cet homme se gardait bien d'imposer la moindre barrière de politesse entre eux.

-Ma réflexion ? Je me triture bien assez la cervelle pendant les missions ! Faire le vide dans sa tête... J'y suis moi aussi très coutumier ! On aurait tôt fait d'éclater, sinon.

Une esquisse de rire, s'achevant sur une note de mélancolie, discrètement marquée par une intonation moins franche. Le regard vide, lui non plus n'était pas indifférent à cette situation. Sentir l'état de renfrognement du Karl n'était pas pour atténuer son sentiment. De la haine ? Une émotion plus complexe, que lui-même peinait à bien cerner.

-Oui, cette situation m'est autant insupportable... Notre fierté chaque jour piétinée. Un mépris constant qu'il nous faut endurer sans crier gare, sous peine d'êtres aussitôt transférés au repère des Asticots... et encore, ce n'est vrai que pour les insubordinations les moins graves. Être à bout de nerfs... Rien n'est plus normal. N'importe qui le serait, dans ces conditions...

Demeurer un temps silencieux. Ce qui pouvait être interprété comme des bribes de rébellion. Devait-il craindre de discuter à visage ouvert avec cet homme ? De ne prêter attention à ce souci. Une erreur politique... non... humaine... que ce serait de l'arrêter pour si peu. De se sentir cependant obligé de relativiser les circonstances.

-Malgré tout, si nous sommes ici en supériorité, il serait mortel d'oublier que les Reapers présents parmi nous ne sont que l'arbre cachant la forêt. Les repousser par la force n’amènerait que la désolation sur nos terres. Non... La meilleure solution est encore de leur donner tort. Pour cela, il nous faut être fort, et faire montre d'exemple devant nos hommes.

De soudain prendre conscience d'où il était parti, au regard de ce qui l'avait lancé. Contraste saisissant. De fixer gêné son camarade, se grattant la nuque.

-Excuse moi Krow, je me suis laissé emporter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2368-usagi-kazuhide#20087

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Jeu 3 Juil - 23:30

Les missions ? Quelles missions ?

Ironie, bien sûr qu'il nous restait quelques tâches à accomplir par nous-mêmes, mais faut voir la vérité en face : pendant que nous on se farcie les trucs chiants, la basse besogne, eux, ils nous piquent notre taf. Heureusement, on en est pas encore à demander à des Vice-Capitaines de récurer les chiottes. Mais toujours est-il que la dernière opération de terrain à laquelle j'ai pris part, ça remonte à longtemps. Faut dire, en tant que Vice-Capitaine de la septième, le cas de Kazuhide était différent. La surveillance du Rukongai, la tâche restait fondamentalement la même malgré l'arrivée des Reapers.

Perso', ça fait pas mal de temps que j'ai pas pris part à une réelle mission. La grosse partie de notre travail est assurée par ces glands, maintenant, pendant que nous on se tape les trucs chiants.

Une situation que j'avais du mal à supporter, et j'étais bien évidemment pas l'seul. Kazuhide lui-même avait l'air affecté par tout ça, et comme il l'a souligné : rien de plus normal. Le repère des asticots. Ouais, j'ai entendu dire que ceux qui l'ouvraient trop étaient envoyés là-bas, ceux qui refusaient d'obéir. Pas impossible que j'me retrouve à crécher dans c'te trou, un jour ou l'autre.

Et pendant que j'jongle entre ma réflexion et l'écoute des paroles de Kazuhide, Bam, silence. Silence qui peut avoir pas mal de sens. Un truc tout con comme ça, ouais. Parfois, un silence en dit plus qu'un long discours. Il reprend, et parle de ces choses que j'aimerais faire semblant de ne pas savoir. Le fait que les quelques abrutis présents, on les touches, on se retrouve dans la merde jusqu'au cou. Mais ça, c'est quelque chose qu'on ignore quand on agit sur un coup de sang, sur une impulsion. Un petit sourire quand il s'excuse, j'me redresse un peu, quitte l'horizon des yeux pour regarder l'Usagi.

T'excuse pas, c'est pas plus mal de pouvoir parler de ça, vider son sac, dire ces choses qu'on garde habituellement pour soi. Un moyen comme un autre de se soulager, et ça reste mieux que de faire "une bêtise" . Si tu veux tout savoir, mon avis sur la question est simple : Si les choses continuent de prendre le sens qu'elles prennent, il y aura conflit, à coup sûr. Le comportement des Reapers va d'voir changer, que ce soit d'leur initiative ou non. On pousse pas quelqu'un dans ses derniers retranchements comme ils le font sans se douter qu'il y a d'évidents risques de riposte. Si un jour un Shinigami craque, décide de laisser s'exprimer sa colère, et que d'autres se mettent à le suivre, faudra pas s'étonner.

C'était clair pour moi, pas à tortiller du cul pour chier droit, comme qui dirait. Maintenant que j'y repense, on aurait pu sans problème remplacer "Un Shinigami" par "je", dans cette phrase. Je parlais beaucoup, en disais p'tet un peu trop sur mes avis, mais sachant que ce que je dis ici, je le dis à qui veut l'entendre sans aucun souci, c'est pas problématique. Je parle, mais j'agis pas, donc pour l'instant, j'ai rien à craindre, ou du moins je l'espère. P'tet qu'on surveille ceux qui ouvrent trop leur gueule comme moi, mais je pense pas m'exposer à plus de risque que ça, ils sont après tout nombreux à faire comme moi. Puis de toute façon, hé, c'est simple hein, quand bien même ce genre de propos pourraient m'attirer des emmerdes, j'ai pour l'instant jamais rencontré un problème que je ne pouvais pas résoudre avec une bonne droite dans la gueule. Même si ok, le problème une fois résolu de cette manière me rapporte parfois plus d'emmerdes que j'en avais à l'origine.

Après ça, ce n'est qu'un détail.

Mais ouais, t'as raison, le jour où les choses dérapent, ce sera pas en notre faveur. Pour autant, j'compte ni fermer ma gueule, ni donner une bonne image pour faire plaisir à ces grosses merdes. J'ai rien à leur prouver, j'reste moi-même. Ils nous prennent pour des incompétents, mais on peut pas leur prouver le contraire sur le terrain, puisqu'ils s'occupent de quasi tout.

Et pour l'instant, tout ce que j'ai vu de ces abrutis, c'est quoi ? C'est un "on s'pointe, on bute le dernier bonhomme debout, alors les bons 98% du taff sont déjà faits, et on sort le grand discours moralisateur". Suivi d'un "on vous occupe, vous chie dessus quotidiennement, sans manquer de vous prendre pour de gros cons, et en plus, on vous vole votre boulot". Si nous on est des incompétents, eux c'est quoi, hein ?

D'ailleurs, tu dois avoir pas mal affaire à eux vu ton poste, nan ? 't'ont pas causés trop d'soucis jusque-là ?

_________________


Dernière édition par Krow Karlson le Ven 25 Juil - 3:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Cuarta Espada

Messages : 165
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Sam 19 Juil - 20:11

Figement de rictus, le regard ne suivant pas derrière, vaguement mélancolique. Un second degré à prodiguer un amusement amère. Plaisanterie d'un homme à cran, riant de sa situation pour ne pas vriller et apporter la destruction autour de lui. Onzième division. Vrai qu'au vu de la spécialité de cette division, forte des missions les plus difficiles, requérant les guerriers les plus aguerris... en parallèle avec la volonté nouvelle des Reapers de s'arroger les tâches les plus importantes... une division entière se voyait réduite malgré elle à la procrastination, pour en faire un corps factice au Gotei 13. Comment ne pas comprendre l'âme de ces personnes hier si fières ramenées malgré elles à l'inutilité ? Certainement que Krow n'avait désormais de quotidiens de la paperasse propre à la gestion de sa division, le capitaine Shinjiro étant loin du profil bureaucrate. Pas plus que lui, d'ailleurs. Sans doute le règlement de débordements de la part de ses subordonnés devait être monnaie courante, accentuant l'illégitimité apparente de l'occupation.

Soucis que l'Usagi éprouvait vaguement. De n'avoir vraiment eu le temps de profiter d'une large marge de manœuvres. Les responsabilités mises entre ses mains pour être aussitôt aiguillé par des têtes allochtones. Évidemment, sa facilité d'adaptation influençait grandement le jugement qu'il se faisait de cette situation. Celle-ci n'en demeurait pas moins aigre à ses yeux. Surtout au regard de l'atmosphère qui se profilait au sein du Seireitei et ce, jusqu'aux groupes sous sa tutelle.

Détourner les yeux du paysage, pour s'accorder une pleine attention réciproque. De la part de ce Krow, un regard franc qui ne semblait guère disposé à user du moindre artifice. Une confiance particulière prêtée à son égard ? Ou bien, de ne supporter ces jeux d'esprits toxiques aux relations humaines. Probablement que les deux hypothèses s'accordaient ensemble pour donner la conversation que voilà. Irrésistiblement vraie. Deux personnalités opposées. Des avis qui paraissent diverger sans être pour autant aux antipodes. Malgré tout, de ne prêter la moindre attention à leurs différences respectives, pour s'écouter l'un l'autre, tout deux frappés par une situation qui les dépassait de loin. Baisser sensiblement les yeux, dévoré par ses pensées, pour soutenir de nouveau le contact visuel avec ce shinigami affichant une lucidité qu'on ne lui aurait pas deviné, aux premiers abords.

-Tu as raison.

En effet, si ces Reapers tenaient au-dessus d'eux l'épée de Damoclès, ils ne devaient pour autant ignorer que malgré l'infériorité de la Soul Society, la folie était une motivation dangereuse, éminemment supérieure à toutes les autres. De les y pousser, et ils trouveraient fasse à eux comme une bête sauvage poussée dans ses derniers retranchements ; une confrontation par la force des armes n'en étant que plus dangereuse pour eux, si ce n'était incertaine. Aucun doute que des renforts auraient raison d'eux. Néanmoins, de tenir dans leur main l'escouade acheminée pour s'arroger leurs prérogatives.

De manière nette, les shinigamis étaient déterminés à ne pas s'enfermer indéfiniment dans la honte, n'en rendant que plus envisageable ce scénario. Un comportement qu'il proposait. Une proposition à être discréditée. De leur donner tort. Mais s'ils ne leur en donnaient la possibilité, c'était guère possible. Au fond, d'être simplement résolu à plier l'échine, prisonnier de cette peur de voir sa faction condamnée dans une guerre perdue d'avance. D'en prendre conscience seulement maintenant, pour voir son point de vue évoluer, passer à un stade supérieur.

-Des soucis ? Ho... Outre que leur comportement attire de fait les foudres de mes hommes... me valant de devoir concilier au mieux les conflits... J'ai finalement réussi à faire en sorte qu'ils se mettent au dessus de cette situation, pour ne plus se concentrer que sur la bonne sécurité du Rukongai. Ce n'est pas facile... Mais à vrai dire, depuis ce dernier événement à Karakura... l'image de nos armées s'est grassement dégradée au-delà du Seireitei. Je ne me souviens pas que la criminalité ait été aussi forte... Encore, si ça s'arrêtait là... mais il est de plus en plus fréquent d'avoir à affronter des groupes organisés. Bon gré mal gré le soutien des Reapers... la situation reste des plus préoccupantes. Et pourtant, cela ne semble pas les atteindre plus que de raison.

D'attacher un regard à son interlocuteur, un sourire morne sur ses lèvres.

-Pour tout te dire, je ne serais pas étonné que dans l'année qui suive, le Rukongai devienne le centre névralgique de nos problèmes. On est tous là, obsédés par les anomalies fourmillant dans le monde des humains... pour ne rien voir du danger grandissant à notre porte.

Se masser les paupières. Soupirer pour aller au-delà de ses propres complaintes. Ne pas se laisser enfermer dans le fatalisme.

-Il faudrait regagner leur confiance. Seulement... j'ai peur qu'on ne puisse éviter une confrontation armée. Et on aurait tort de les sous estimer... les guerriers aguerris et charismatiques ne manquent pas dans les districts les plus éloignés du centre. Les voix de ces hommes commencent à porter dans certains milieux. Sans compter que nous ne savons rien de ce qui se passe à Las Noches. Au fond... à notre niveau... il n'y a qu'une chose que nous puissions faire... Se tenir prêts, et faire en sorte que nos forces le soient aussi, Krow.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2368-usagi-kazuhide#20087

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Ven 25 Juil - 3:51

Faut dire qu'leur comportement peut pas attirer grand chose d'autre que d'la haine à leur égard. À croire qu'ils font exprès d'nous pousser à la faute pour avoir un réel prétexte pour nous rayer d'la carte.

Une bonne chose que Kazuhide ai réussi à calmer le jeu, à régler cette affaire. Une bonne chose qui n'est j'en ai bien peur pas prés de se réaliser à la onzième division. Et pour cause, s'il y en a bien un qui va pas dire à ses subordonnés de courber l'échine face à ces trous du cul, c'est bien Shinjirô. Et au fond, on va pas s'mentir, moi non plus, j'serais pas de ceux à tenter de calmer les esprits en cas de conflit impliquant Reapers et hommes de la onzième. Au contraire, j'serais sans doute de ceux qui pourraient être les premiers à péter un câble. Dans les instants de calmes comme celui-ci, ou j'ai toute ma lucidité, j'pense aux conséquences, à ce que pourrait engendrer une altercation avec un ou plusieurs Reapers. Chose que j'oublie quasi-instantanément quand j'en vois un passer devant moi, l'air bien prétentieux et bien sûr de lui. Ma seule envie dans ces moments : Lui refaire le portrait. Je n'ai pas le calme et la maitrise de soi que semble avoir l'Usagi, et j'ai beau savoir son comportement étant le plus sage d'adopter, j'y arrive pas. Il calme les esprits, je serais plus du genre à les échauffer. Pourtant, parler de ça à cœur ouvert, sans mâcher ses mots comme je le fais maintenant, ça m'apaise. Garder ces trucs pour moi, ça fait qu'alimenter ma rancune, me fout en rogne.

Et puis comme si ça suffisait pas à me foutre en rogne, de se taper la présence quotidienne de ces enfoirés, faut EN PLUS gérer la criminalité au sein du Rukongai. J'y suis né, et ai fait le tour de ce gigantesque taudis, en passant des quartiers les mieux lotis jusqu'aux plus misérables, ayant mené une vie de vagabond en son sein pendant six ans. Six ans pour une âme, c'est pas grand chose, mais ça suffit largement pour se considérer comme "enfant du Rukongai". Puis je l'ai déjà assez répété, jamais je ne me suis vraiment détaché d'ces rues crasseuses. Quand on a les moyens d'y survivre, quand on y crève pas la dalle, on peut trouver un certain charme à ces lieux. Et j'suis sensible aux revendications, aux doutes des gens qui y vivent. Mais une fois de plus, j'suis du genre impulsif, et quand on me dit que ceux-là commencent à faire du grabuge et un peu trop l'ouvrir, Y a qu'ça qui tourne dans ma tête en boucle : Fais un exemple. Défonce quelques-uns d'ces gars qui rassemblent les foules autour d'eux, les rallies à leur cause pour ensuite venir nous faire chier.

Puis j'ai cette petite voix dans ma tête qui vient me rappeler qu'ironiquement, si je n'avais pas été Shinigami, j'aurais sûrement été un d'ces gars qui gueule, qui balance de la merde à la gueule des Shinis, en plus de quelques pains. Un léger sourire à cette pensée, le regard vers le sol, et la prise de conscience. Au fond, je voulais pas taper sur des âmes énervées. J'peux que les comprendre. Au fond, ce "défonce-les" qui tourne dans ma tête n'est que le résultat de la pression exercée par les récents événements. Au fond, prendre plaisir à taper sur ces âmes, ce serait juste passer ma frustration sur eux. Pas l'image que j'ai envie de voir dans mon miroir.

Quand bien même, je voyais pas une autre façon de résoudre le problème. Que ce soit les gens du Rukongai ou n'importe qui d'autre, tout le monde plie face à la force, tout le monde ferme sa gueule face à un exemple, faut les couper dans leur élan avant que ça prenne de l'intensité. ça peut aussi mettre le feu aux poudres, mais ils ne sortiraient pas gagnants d'un tel affrontement, et je les espère assez intelligents pour s'en rendre compte. Reste la solution guimauve, la solution qu'on aimerait être la meilleure, la solution à laquelle on pense sans vraiment envisager sérieusement qu'elle fonctionne : le Dialogue. Non, définitivement, ces gens ne sont raisonnables qu'a grands coups de démonstration de force, pour moi. Comme moi, même. Regagner leur confiance, que propose Kazuhide. Une idée que je balaye mentalement d'un revers de la main. Et pourtant, l'idée est bonne sur le papier, mais pas réalisable. Trop de problèmes internes, trop de séquelles des derniers événements, et depuis la nuit de temps, et même lorsque le Gotei était en temps de paix, il y a toujours eu des âmes négligés dans le Rukongai. Trop d'âmes pour trop peu de Shinigamis, trop d'inégalités, trop de crimes. Trop de tout qu'on ne peut qu'atténuer au mieux, pas guérir. C'est con mais c'est comme ça, et en l'état, on peut pas y faire grand chose.

Et Las Noches... Que dire de Las Noches. Rien, comme l'a souligné l'Usagi. On sait rien de ce qui s'trame là-bas. Eux, qui sont supposés être nos ennemis par nature, eux, qu'on affronte depuis maintenant des millénaires s'retrouvent maintenant être le cadet d'nos soucis. Ce monde part vraiment en couille.

En effet, la situation telle que tu me la décris ne peut que nous amener à un conflit. C'est triste à dire, mais y aura qu'ça pour les remettre à leur place. Si nos effectifs, nos moyens nous l'permettaient, on pourrait regagner leur confiance. Mais faut pas s'mentir, ils ont toutes les raisons s'énerver, entre leurs conditions de vie et les bourdes commises récemment, notre crédibilité en a pris un sacré coup dans la gueule.

Et ça me faisait chier de le dire, parce que c'était en partie donner raison aux Reapers. Oui, on à foiré notre affaire sur ce coup-là. On a limité la casse comme on le pouvait, mais il y a eu des pertes, de lourdes pertes.

Cela-dit, j'serais pas étonné de connaitre certains d'ces guerriers qui rassemblent du monde autour d'eux. Je pourrais leur toucher un ou deux mots, tenter de... Les "raisonner", par le dialogue si possible, autrement sinon.

S'il y avait moyen de calmer le jeu, d'affaiblir les rangs de cette foule enragée, fallait pas passer à côté. Ayant été moi-même longtemps le gars qui parle fort dans les bars, qui se bat tous les soirs et qui étalait la plupart de ses adversaires en un coup ou deux, je connais pas mal de ces gars à la réputation de guerrier sans pitié, colosse invincible et autres potentielles "têtes pensantes" -terme à prendre avec des pincettes étant donné les bonhommes de cette pseudo-révolution, ou j'sais pas quoi du genre. Peut-être Kazuhide lui-même avait tenté de dialoguer avec ces gars là, Peut-être même qu'il avait déjà réussi à en raisonner quelques-uns. Certains sont raisonnables, certains se battent pour leurs droits, pour leur défendre leur vision des choses. Certains sont bornés, certains se battent pour l'anarchie, pour le plaisir du sang qui coule, et pour le profit. Ceux-là, la seule façon de les éjecter de l'échiquier, c'est avec une bonne correction, du genre mémorable, spectaculaire, et qui laisse des traces, si possible.

Si t'as besoin d'aide pour gérer ça, hésite pas à m'le faire savoir. à part casser des crânes et faire jouer mes relations, j'serais pas capable de grand chose, mais c'est toujours ça de pris. Le sort de ce gigantesque taudis qu'est le Rukongai me préoccupe, j'ai pas l'intention d'le laisser s'auto-détruire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Cuarta Espada

Messages : 165
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   Sam 13 Sep - 17:05

L'écouter mettre l'accent sur le centre névralgique du problème. Un incendie qu'ils pouvaient toujours éteindre. Action inutile, si tenté que demeurait l'étincelle. Une étincelle à deux pas d'une flaque d'huile. Flaque d'huile qu'il suffisait de suivre, jusqu'à l'étincelle, pour que s'embrase à nouveau l'environnement. Cycle répété, sans porte de sortie. De l'extérieur, du moins. Selon toute évidence, la balle se trouvait dans leur camp. Le Gotei 13 n'assumerait pas indéfiniment leur maladresse, leur ignorance, leur imprudence. La meilleure solution était encore de laisser une marge de manœuvre plus importante aux autochtones. Entendre cet homme, et bien sentir la frustration d'être relégué aux affaires bénignes.

Des tensions vives bonnes à détourner l'attention d'innombrables autres problèmes. L'obsession de réparer l'anomalie de cette catastrophe, dans le monde des humains. Légitime. D'ignorer l'ennemi héréditaire, l'ennemi intime ; moins. Pour autant, était-il sûr que ces allochtones les ignoraient vraiment ? Écartés des problématiques essentielles, pour les laisser béats, livrés à leurs spéculations. Calcul amateur que celui d'abandonner des âmes à leur imagination, sans rien de concret qui puissent les faire relativiser sur la mauvaise présence des Reapers, ainsi que sur leurs préjugés. Un mépris pyromane.

Selon toute vraisemblance, son semblable n'irait pas pour réfuter ses observations. Un shinigami qui se sentait concernait par cet menace. Non de ces individus enfermés dans leur tour d'Ivoire, coupés de la réalité du terrain. Parler avec les détracteurs du Seireitei ? Deviner là un lien personnel avec le Rukongai, qui le plaçait de l'autre côté, là où l'Usagi demeurait le lieutenant du Gotei. Différence qui allait pour rendre plus crédible l'analyse de son interlocuteur sur ces éléments dangereux. Malgré tout, ne pouvoir s'empêcher de se demander s'il trouverait le recul qu'exigeait sa position dans les armées de la cours. Ne simplement afficher sa compréhension à leur égard. Chercher une solution, sans oublier son pragmatisme.

De cette conversation, l'Usagi trouvait en son interlocuteur un homme de raison, d'une intelligence qui justifiait son grade, contrastant avec la première idée qu'il s'était faite de lui. Que ce soit son attitude de façade, que les présupposés de la onzième. Non un constat qui irait pour égratigner son orgueil, mais un soulagement de ne se situer parmi des fous. Leurs tuteurs voyaient en eux l'amateurisme, le lieutenant constatait l'inverse. Espérer qu'ils s'en rendent compte à temps. En attendant, accueillir un soutien qui ne serait de trop, dans cette affaire de mauvaise augure.

-Merci Krow. Ton soutien m'est précieux.

Un regard qui peinait à sortir de son introversion. Un flottement, puis se lever. Le lendemain, une nouvelle mission, non de mince importance. Des disparitions dans le Rukongai, qui requérait une investigation sérieuse. Opération de grande ampleur, appelant à sa collaboration avec un Reaper. Perspective qui n'était pas pour le ravir, mais dont il devrait s'accommoder. L'heure n'était pas encore aux choix. Se tourner vers son vis-à-vis.

-J'ai apprécié cette conversation... J'espère qu'elle nous préparera à l'avenir... Car oui, quand viendra cette crise, il nous faudra prendre les bonnes décisions. Avant ce moment, il nous faut garder la tête froide, Krow.

Se retourner. Un soupir las d'une anticipation qui ne lui plaisait pas. Les premiers pas. Signe de main, toujours dos à son compagnon, nonchalant.

-Je compte sur toi !

Se confondre dans les rues du Rukongai. La veille d'une période difficile. Mission qui irait pour bouleverser son existence. Rien qui ne puisse l'y préparer. Pour autant, les choix de cette crise intime ne l'attendraient pas.


[Pardon pour l'attente ainsi que la qualité douteuse du RP. Je finis là. Ce fut un plaisir o/.]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2368-usagi-kazuhide#20087
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Détente [pv Karl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Détente [pv Karl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Karl Briullov !
» [Flashback] Une petite journée de détente ! [PV Loyckh]
» KARL DE BAVIERE — u;c
» Une bonne détente .....Ooh mais c'est Draka!
» Et vous ? Ca vous tente d'écrire un livre ? [sondage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-