AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto   Lun 11 Aoû - 16:08

''ambiance'':
 

Okay, j'y suis. Je dois apprendre le bankai. Je n'ai pas beaucoup de temps. Depuis trois cent ans que je suis shinigamis, j'ai passé énormément de temps à m'entraîner en solitaire. Tout simplement car être avec des gens à tendance à me stresser, mais aussi car mes techniques et progression restent secrètes, je peux me lâcher sans que personne ne soit blessé. J'ai obtenu une maîtrise parfaite de mon shikai. J'ai acquis un maximum de techniques grâce à la communication que j'ai avec Furīdamu. Mais pour le bankai, ça ne suffit pas. Je dois aller au delà de ça. Nous devons ne faire qu'un, que l'un soit l'extension de l'autre. Aucun secret entre nous, même si c'est déjà le cas pour ma part. Je dois montrer à mon zanpakuto qu'il peut me faire confiance, me confier son âme.

Voilà pourquoi je me suis enfermé dans mes quartiers, avec l'interdiction d'être dérangé, sauf si un un cas de force majeur requiert ma présence. Pour faire simple, une attaque, une mission ou quelque chose que je ne peux refuser. Je dois rester seul et me concentrer sur l'acquisition de cette technique. Je ne peux me permettre d'être dérangé. Je vais essayer d'atteindre de nouveau le Jinzen, appelée aussi méditation de l'épée. Cet état de transe permet d'atteindre un tout autre niveau de conscience avec mon zanpakuto. Je m'accroupis sur le sol et m'installe de manière à prendre la position du lotus. Je joins mes mains, et entame mon périple à travers mon monde intérieur.

Je n'y suis pas venu depuis bien longtemps, mais rien n'a changé.


Monde intérieur:
 

Je me retrouve dans ce cimetière, une nouvelle fois. Sauf que cette fois, contrairement aux autres, il n'y a pas de bruit. Pas de vent, pas d'animaux, rien. L'atmosphère est toujours aussi étouffante, pesante. On peut sentir le mal dans ce lieu. L'odeur de cadavre qui règne me dérange moins qu'avant. Si seulement je pouvais arrêter de la sentir, ça serait déjà un exploit. J'ai cette sensation d'être observé, mais sans parvenir à savoir d'où elle vient. Par contre, il y a quelque chose d'accroché à l'arbre. Je m'approche un peu et vois un corps. Je regarde autour, aucune trace de mon zanpakuto. Comme personne ne peut entrer dans notre monde intérieur, je comprends rapidement.

Montre toi, Furīdamu. Je sais que tu es là … Je te sens.
D'un seul coup, l'odeur se fait plus forte. Le vent commence à se lever. Tu me sens peut-être, mais je t'ai senti bien avant que tu n'arrives. Tu pues l'espoir.


Dernière édition par Clotho le Mer 11 Fév - 23:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto   Lun 11 Aoû - 16:18

Le petit brouillard noir qui traîne das le cimetière se trouve comme aspiré. Il se dirige vers le cadavre, et commence à lui donner de la consistance. Je recule un peu. La première fois que je l'ai vu, j'ai été surpris. Il m'a pris par surprise en fait. Cette fois, je ne me ferai pas avoir. Pendant qu'il reprend son corps, je réfléchis. Il existe plusieurs options pour obtenir son bankai. On peut le convaincre par la discussion ou le battre. Et le connaissant comme je le connais, la discussion n'est même pas envisageable. Furidamu n'existe que pour tuer. Il tranche tout ce qu'il touche, répand la mort et la désolation, sépare des familles à jamais. Et il aime ça. Il est mon côté sombre. Et aujourd'hui, je vais devoir l'affronter à pleine puissance. J'avoue que je suis tendu car l'échec n'est pas envisageable. Que je passe capitaine ou pas n'aura aucune incidence sur le cours de la guerre. Mais que j'ai le bankai ou non peut.

Il est dit que seuls les êtres d'exception peuvent atteindre une telle maîtrise de leur zanpakuto. Une personne sur des millions. Et chacun de ses êtres a façonné le monde d'une façon ou d'une autre. Mais je ne veux pas l'obtenir pour moi, ni pour la célébrité. Je le veux pour devenir plus fort, afin d'être capable de protéger plus de personnes, de stopper plus d'attaques à la fois. Le bankai n'est pas la seule manière de devenir plus puissant, mais c'est clair qu'avec lui, on prouve au monde nos intentions. Mon shikai est fait pour annihiler la vie. Mais je l'utilise pour sauver des vies. Furidamu et moi ne sommes vraiment pas sur la même longueur d'onde. Je doute de pouvoir le vaincre seul. Je commence à croire que je vais avoir besoin de toute ma puissance pour y parvenir. Car lui ne pliera pas. Je dois le briser mentalement, ou l'écraser physiquement. Sachant que le briser mentalement me prendrait des siècles, des millénaires même peut-être, je dois le battre. Et je sais que je vais aimer ça. C'est bien ça qui me fait peur.

Je vais apprécier ce combat contre quelqu'un ayant les même techniques que moi, les mêmes capacités que moi. Seule notre vision du monde est différente. Lui le voit foncé, moi clair. Nous sommes les deux faces d'une même pièce. Antagonistes de la tête aux pieds, jusqu'au bout des ongles, on ne cesse de s'affronter. Découvrir le nom de Furidamu était simple, ça a été presque naturel, au moment où j'avais le plus besoin de lui. Quand j'ai découvert ce que j'étais, quand j'ai accepté qui j'étais, j'ai découvert son nom. Mais là, ça va être autre chose. Il descend de l'arbre, et me regarde droit dans les yeux.


Spoiler:
 

Tu reviens ici me demander de l'aide … Tu devrais avoir honte …
Parce que je demande de l'aide à un ami ?
Parce que nous sommes amis ? Ne me fait pas rire. Tu n'es pas digne de m'utiliser. Tu refuses d'utiliser ma véritable puissance, d'embraser le but qui est le mien …
Ce n'est pas parce que tu aimes tuer des gens que je dois aimer ça. Tu es un zanpakuto, rien de plus.
Rien de plus … … vraiment … Est-ce là tout ce que je suis pour toi ? Un mot ? Une arme ?
Ne joue pas à ça avec moi. Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, n'insinue pas que j'ai dit quelque chose que je n'ai pas dit, et ne prétend pas que j'ai dit ce que je n'ai pas dit. Je dis ce que je veux dire, rien d'autre. Tu es un zanpakuto. Mon, zanpakuto. Tu as ton esprit, j'ai le mien. On est différent, mais on doit œuvrer ensemble. Tu incarnes ce qu'il y a de plus sombre en moi. Ce que j'ai toujours refusé d'admettre. Mais tu as toujours été là pour moi. Lorsque j'ai découvert ton nom, j'ai accepté qu'une part de noirceur se trouvait dans mon cœur. Mais je la contiens encore.
Tu sais que tu ne pourras pas me battre sans l'embraser. Alors comment vas-tu faire ? Auras tu ce qu'il faut pour faire ce qui doit être fait ?
Aucun sacrifice, aucune victoire.
Ça veut dire que tu est prêt à l'utiliser ?
Je ne méprends pas. Je n'ai pas honte d'être ce que je suis. Je n'ai pas honte d'avoir des ténèbres en moi, tout le monde en possède. J'ai simplement peur qu'ils prennent le pas sur moi, qu'ils m'emportent dans une folie destructrice où je serais incapable de me contrôler.
Tu as peur de toi.
Je sais qu'au moment où je relâcherai ma garde, les ténèbres vont s'emparer de moi. Tout comme je sais que tu ne les arrêtera pas, puisqu'ils te donneront ce que tu veux le plus, des combats.
Et alors ? Tu vas renoncer à ce pouvoir simplement parce que tu as peur ?
Non. Je vais me sublimer parce que je sais que je peux endurer ça, rester moi même, te battre et gagner une puissance formidable.
Tu as l'air bien sûr de toi d'un seul coup …
J'ai bien réfléchis. Malgré tes tendances pour tuer les gens, tu ne m'as jamais tué, car tu as besoin de moi pour rester en vie toi aussi. Si je meurs au combat parce que je suis trop faible, parce que je n'ai accès au bankai, tu mourras aussi. Et je sais que tu tiens à la vie au moins autant que moi. Ce n'est donc pas dans ton intérêt que je meure.
Si tu penses que je vais partager ma puissance avec toi, tu te trompes.
Pourquoi pas ?
Réfléchis. Quel est l'intérêt du bankai ? Être en harmonie avec son partenaire, se connaître entièrement. La puissance n'est qu'un effet qui découle de ces deux choses. Si je te donnais le bankai maintenant, ça ne te serais pas plus utile qu'un brin d'herbe. Tu aurais le bankai, mais pas de la bonne façon. Sauter les intermédiaires ne ferait que te desservir, car tu l'aurais fait pour les mauvaises raisons.
Je veux protéger les gens, en quoi c'est mauvais ?
Penses-tu qu'il soit possible de retenir une leçon sans en connaître le contenu ? Si tu veux le bankai, affrontes moi. Vaincs moi. Défais ma puissance, et accepte la tienne. C'est la seule solution.''


Dernière édition par Clotho le Mer 11 Fév - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto   Mar 12 Aoû - 15:20

Il avance d'un pas, faisant apparaître son zanpakuto. Je sors le mien et passe en mode shikai aussitôt. Il connaît tout de moi. Toutes mes techniques, mes tactiques, mes stratégies, ma façon de penser,d e réfléchir, d'agir, mes préférences en matière de combat … Je ne sais pas comment je vais pouvoir le battre. Je me mets en garde, et le combat démarre aussitôt car il me bondit dessus. Je dois me servir de ses faiblesses, trouver des failles dans ses techniques … Ou alors, utiliser de techniques qu'il ne connaît pas encore, des stratégies que je n'ai encore jamais employées. Ce qui me donne quelques idées que je vais tester d'abord. Il me fonce dessus, en ligne droite, sans même utiliser de shunpo. Sans doute se croit-il tellement supérieur à moi qu'il ne sert à rien de prendre ses précautions. Première faiblesse, l'assurance d'avoir la supériorité face à moi. Ce qui signifie qu'il va se concentrer sur l'attaque, non sur la défense. Donc je peux l'avoir, en trouvant le bon timing. Ca ne fonctionnera qu'une fois, mais si je parviens à lui porter un coup suffisamment puissant, je gagnerai. Maintenant, le tout est de trouver une faille physique à exploiter. Et ça, c'est pas gagné.

Il lève son sabre en l'air, au dessus de sa tête. Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'il va porter un coup vertical. J'attends le dernier moment, fais deux pas sur ma droite, puis je tranche en diagonal, en remontant. Il change la direction de son coup de manière à intercepter le mien et être en mesure de me porter un coup. Je recule autant que possible. Je lâche mon arme deux secondes, pour la faire tomber. Je la récupère de la main gauche et effectue une attaque circulaire à 360°, deux fois de suite. Il recule juste à temps, je ne fais qu'arracher un peu de vêtement. Zut, j'y étais presque. Il me fonce dessus. Il n'utilise pas encore ses pouvoirs, pourquoi ? Peu importe, moi, je ne vais pas me faire prier. De ma main droite, je pointe mon index et mon majeur vers ma cible tout en fonçant vers elle. Je récite rapidement l'incantation. Aussitôt, Furidamu se retrouve avec les deux bras bloqués dans son dos, rendant impossible l'utilisation de son zanpakuto. Arrivé à deux mètres de lui, j'utilise Divide by Darkness. Mon zanpakuto libère trois formes indistinctes faites de ténèbres qui roulent sur elles même et foncent vers leur cible.

D'un seul coup, une bulle de ténèbres apparaît et protège Furidamu de mon attaque. Pas grave, j'ai anticipé. Darkness Shave. J'utilise cette attaque sans aucun soucis. Car même si ce n'est pas moi qui ai créé les ténèbres de la bulle, ils restent matérialisés par mon zanpakuto. Donc, je peux les contrôler aussi. Ce qui fait qu'à l'intérieur de la bulle, des dizaines de pics tranchants comme des rasoirs apparaissent et tranchent leur cible. Pendant le même temps, je lance une salve de ténèbres dans le ciel qui explose et retombe comme de la pluie, noire. Lorsque Furidamu met fin à sa technique de protection, il se retrouve prisonnier des pieds jusqu'à la taille, avec moi lui fonçant dessus. Pendant qu'il ne regardait pas, j'ai lancé un kido, le traditionnel Geki, via l'incantation « Détruis-toi, ô chien noir de Rondanini ! Lis, enflamme-toi et puis dévores ta propre gorge ! » Ce qui fait que Furidamu se retrouve entravé par non pas une, mais deux techniques. Je libère mon reiatsu et déclenche mon attaque la plus puissant, Claws of darkness. Mon apparence devient noire, une paire de griffe apparaît à la place de mes mains. Il ne peut ni esquiver, ni se protéger à cause de mes paralysie. Il est finit. J'abats mes dix griffes sur sa trachée, lui arrachant un gros morceau de chair. Puis j'annule toutes mes techniques ainsi que mon shikai. Furidamu tremble quelques secondes, puis s'écroule sur le sol. Enfin, il disparait en fumée. Ca y est ! J'ai gagné ! J'ai soumis mon zanpakuto ! J'ai enfin le bankai ! Je lâche des cris de joie. Puis je dis enfin le mot qui m'étais interdit avant.


Bankai.

_________________
Si je ne réponds pas sous 7 jours, MP moi.


Dernière édition par Clotho le Mer 11 Fév - 23:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto   Mar 12 Aoû - 15:40

D'un seul coup, un tremblement de terre se fait sentir. C'est la première fois que j'en sens un ici. C'est aussi la première fois que je bats mon zanpakuto, remarque ... Un effet secondaire surement, rien de grave. Pourtant, un second se fait sentir. Et je remarque que rien n'a changé. Ni moi, ni mon zanpakuto. J'ai pourtant dis bankai, il aurait donc du être libéré ... Un rire démoniaque se fait entendre et résonne dans le cimetière. Puis une voix d'outre tombe hante les lieux.
Merci ... Je n'aurais jamais réussis sans toi. Tu l'as enfin fait ... J'ai douté pendant un moment.

"Furidamu ?
Tu m'as libéré ... Tu as enlevé le sceau que tu as toi même mis il y a des décénies ...
Un sceau ? Quel sceau ? Je n'ai jamais rien mis de tel nul part.
Tu ne t'en souviens peut-être pas, mais ça va vite te revenir. Et tu vas comprendre pourquoi tu l'avais fait."

La voix disparait, comme si elle s'éloignait petit à petit. Puis un séisme bien plus fort secoue le cimetière. L'arbre tremble. Puis il se teinte de noir, entièrement. Et sa forme change. Non ... Ce n'est pas ... c'est pas possible ! Est-ce que j'aurais ... Non ...

"Si. Tu l'as fait. Tu m'as libéré."

Pendant quelques secondes, j'ai un éclair de peur. Et si ... au lieu de libérer mon bankai ... j'avais ... libéré le sien ? Je l'ai battu, donc j'aurais du accéder au bankai. Mais Furidamu n'est pas comme tous les autres zanpakuto. Il se rapproche de Zazeshini, le zanpakuto de l'ancien vice capitaine Hisagi. Il n'existe que pour tuer, massacrer. Et si je viens de lui donner le bankai, comme je pense, alors je suis dans une merde sans nom. L'arbre prend une taille humaine désormais, et une forme que je ne connais que trop bien. Oui, visiblement, j'avais raison d'avoir peur.

"Tu as libéré la partie de moi que tu as scellé, merci beaucoup. Ca fait près de cent cinquante ans que j'essaie de me libérer. Et toi, en un combat, tu réussis ... Tu te crois intelligent, mais tu n'es rien face à moi.
Je t'ai battu une fois, je peux le refaire.
Tu m'as battu parce que je n'avais pas toute ma puissance. Désormais, c'est différent. Mon bankai, contre ton petit shikai. Et tu connais la différence de puissance entre shikai et bankai ...
Peu importe que tu ai le bankai ou non. Je te battrai encore. Sois sûr que j'y arriverai.
Alors autant commencer de suite. Bankai."

Son zanpakuto apparaît dans sa main. Une dose importante de ténèbres se créé dans son dos. Je libère de nouveau mon shikai, et prie pour avoir tord. Dans l'histoire de la Soul Society, de mémoire, personne n'a battu un bankai avec un shikai. On peut résister un temps, mais passé un certain délai, le bankai reprend le dessus et écrase le shikai. Sauf que moi, je peux affronter Furidamu autant de fois que je veux. Je peux analyser ses mouvements, ses attaques, puis repartir. Revenir plus tard, et recommencer jusqu'à le percer à jour. Pour l'instant, je ne fais pas le poids, je le sens. Non, je le sais. Mais attends un peu, mon gaillard, et on en reparlera bien assez tôt. Je dois y aller lorsque je sens quelqu'un secouer mon corps dans le monde réel. Alors aussitôt, je m'éclipse pour revenir à la réalité. Mais Furidamu ne perd rien pour attendre. Ca, c'est sûr. Première tentative du bankai : échec cuisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entraînement au bankai, ou comment se faire éclater la tronche par son zanpakuto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-