AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Entre envie et désir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 752
MessageSujet: Entre envie et désir [libre]   Sam 11 Oct - 13:21

[Note chrono : Se passe juste après ce sujet, à quelques lieux de là. Les dégâts s'y étant passés sont ici pris en compte.]

Large traînée de son sang laissée sur son passage. Curieuse sensation. Celle d'une quantité faramineuse d'hémoglobine s'échappant de ses plaies sans n'éprouver rien qui ne ressemble à de l'anémie. Vision claire. Sens affûtés à l'extrême. Hyperactive. Sentir tout le débit dans ses veines. Son fluide de vitalité apparaître de nulle part, fuser à toute vitesse, pour presque aussitôt épouser l'asphalte dans des effusions par intermittence cauchemardesques. Mourir. Ne va-t-elle pas mourir ? Traverser cœur battant les venelles, l'expression apostrophée, empreinte de désespoir. Panique désuète ?

Soudain, s'écrouler et rouler contre terre. Aucun déséquilibre à incriminer. L'arrêt net de sa dynamique motrice. Coupée dans son élan par l'élancement venu d'un nouveau mécanisme interne à son enveloppe charnelle. Son front grattant la surface du sol, ses doigts s'y incrustant, la trombine décontenancée par la trahison de son propre corps. En son sein, se sentir dévorée par une force écrasante. Le cœur de ses cuisses affamées, semblant creuser dans sa chair, dans ses os, dans ses organes.

Agonisante. Démence concomitante de la flaque ocre s'étendant autour d'elle. Baignée dedans. Son teint d'albâtre méconnaissable. Bête tapi dans l'abysse de son âme, tâtant sa conscience dans le dessein apparent de s'en emparer. Menée vers une pulsion irrésistible. Pulsion de mort. Pulsion de meurtre. Pulsion de prédation. Compenser ses pertes, ses carences. Se régénérer. Un appel strident de son fullbring, se dissociant de son propre esprit, en lutte. La respiration rauque, puissante. Les yeux exorbités.

Que file le temps, fragilisant sa détermination. Qu'elle se fragilise, lui faisant perdre ses repères. Repères transcrits par images timides étouffées dans son esprit. Esprit voué au degré zéro de la raison. Émotion graduelle. Le désir. L'envie. Le manque. Hurlement de contenance, qui aurait tôt fait de céder à l'irréparable. Que ça s'arrête... s'arrête... Incapable de quoi que ce soit. Condamnée à subir. Condamnée à faire subir ?


_________________


Thème de la chose ♪


Eimi:
 

Chronologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1547-muda

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Mar 21 Oct - 12:43

On avait demandé un médecin pour s'occuper de cette affaire. La troisième siège de la Seconde et le vice capitaine de la Onzième avaient été tout deux envoyés la bas. Tout ce que Shin avait à faire, c'est faire son travail là bas. Par là-bas, c'était bien sur ce qu'il restait de Karakura. Il s'était proposé car l'envie soudaine de visiter ce lieu s'était manifestée. Changer d'air, le cinquième siège en avait bien besoin. La ville que la Soul Society s'était vu sommer de protéger avait bien souffert. Les Reapers avaient débarqué, et pas un d'entre eux n'avaient daigné bouger le petit doigt. D'accord, il s'agissait là de l'unique lieu que les Shinigami se devaient de protéger, mais il s'agissait de vies humaines tout de même. Enfin bref, la Quatrième était la pour aider les gens en difficulté, donc en piste.

La vue était superbe. Fraichement débarqué, le garçon se permit le luxe d'observer le paysage quelques minutes. La lune reflétait parfaitement l'horizon, laissant de côté l'aspect délabré que les ruelles montraient réellement. Descendre de son perchoir maintenant. Le toit d'une maison, tenant encore debout malgré les trous dans les murs. Y entrer par la fenêtre de l'étage. Se faufiler parmi le désordre de l'intérieur. Le garçon ne pouvait que constater l'horreur des choses. Et pourtant, il continuait d'espérer. C'était obligé que la vie n'ait pas quitté ce monde, vu qu'il avait été autorisé à rejoindre les troupes déjà présentes en bas. Attrapant la poignée de la porte d'entrée, il jeta un dernier regard sur ce qui avait été un havre de paix pour une famille, avant d'accéder au monde extérieur.

L'odeur de la mort régnait partout. Des cadavres jonchaient le sol, diificilement reconnaissables. En ausculter quelques uns, voir si ils vivent encore. Peine perdue. S'essuyant les mains avec un chiffon ramassé dans la maison, le médecin commence à perdre espoir. Il n'a pas vu toute la ville encore, mais déjà le doute s'installe. Ses yeux balayèrent le terrain, et s'arrêtèrent sur un bout de tissu blanc, maculé de sang. Il se dirigea donc vers sa trouvaille et constata au toucher que le liquide pourpre était encore frais. La flamme de l'espoir se raviva de plus belle chez le garçon et il se mit en quête de trouver une autre marque, preuve que la personne est toujours parmi les vivants. En prélever un petit échantillon, cela pouvait toujours servir si besoin. Et trouver des petites gouttes de sang sur le sol en pleine nuit, il fallait s'accrocher. Attrapant le bout de tissu, il commença à le poser à terre et le passa un peu plus loin, vérifiant au fur et à mesure s'il était sur le bon chemin. Avec ca, qu'il fasse nuit ou non, la recherche s’annonçait déjà moins ardue, la lune éclairerait le chemin de toute façon.

Elle est salement amochée, la personne qui a son sang partout sur le sol.

Se hâter donc. Le tissu finit par être imbibé de sang, inutilisable. Mais il avait permis au médecin de savoir à peu près l'itinéraire de la bête blessée. Un plus long chemin de sang désormais, signe prometteur. Une question survint toutefois. Et si c'était la cause de tout ce remue ménage ? Devait il la soigner pour autant ? Ou bien l'achever ? Vu la quantité de sang laissée sur l'asphalte, elle ne devait plus en avoir pour long. Laissons ca de côté, concentrons nous sur la situation devant laquelle nous nous trouvons.

Au loin, une silhouette. Pas plus grande qu'un animal, vu de loin. Était ce là, la forme de vie qui mourrait à petit feu ? Ni une ni deux, le shinigami se précipite pour voir de plus près. Plus il se rapproche, plus les gémissements plaintifs se font entendre. C'est elle, c'est de là que provient ces flaques de sang récoltés précédemment. En temps normal, le garçon se serait pressé de soigner la personne blessée. Mais les questions qu'il se posaient refirent surface.

Au diable les questions, fais ton travail et c'est tout. Tu aviseras par la suite si ca dégénère.

La lune éclaircit le visage du blessé, dévoilant des attributs féminins et de longs cheveux. Des habits en sale état aussi. Ne pas tenter quoi que ce soit. Elle semble perdue, désemparée. Pas le moment de plaisanter. Se présenter, essayer de faire retomber la pression. Le cinquième siège s'agenouilla à quelques mètres de la jeune fille et la regarda.

Bonsoir. Je ne te veux aucun mal, rassure toi. Je suis la pour trouver des gens qui sont habillé comme moi. Tu comprends ce que je dis ?

Dans la panique, l'être humain perd tout ses repères. Shin l'a bien comprit, et ne songe pas une seconde à la brusquer. Les yeux toujours sur la jeune fille, il se prend de compassion pour elle. Au vu de sa tenue et de sa dégaine, elle lui rappelle les gens au Rukongai. Vivre dans ce qui fut une ville civilisée, ce n'est certainement pas facile pour autrui.

Il faut songer à s'occuper de ses vilaines blessures. dit il en les montrant du regard, Si tu me donnes ton accord, je peux essayer de les guérir. Mais tu peux aussi refuser, je ne t'en voudrais pas. - se montre du doigt - Moi c'est Shin. Et toi ?

Il n'avait pas trouvé encore ses semblables mais il s'attelait déjà à la tâche qui lui avait été convenu de faire durant son expédition.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Messages : 752
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Mar 21 Oct - 15:34

En état d'hébétude. Interrompue dans son marasme émotionnel par un bruissement. Ses yeux exorbités, dévorant leur cible d'un simple contact visuel. Un silence pesant les enveloppe. Et pourtant, la perception d'un tintamarre bon à l'assourdir, à faire vaciller son expression, instable. Son champ de vision désabusé. Sembler identifier une forme humanoïde. Masse organique brouillée, lui donnant l'impression de pouvoir disparaître à tout moment. Une illusion ? Aux portes de l'irréel. Désappointée. Les sens alertes. Les mots qui en émanent ne lui parviennent pas. Cette silhouette rompt la distance pour se mettre à sa portée. Une existence désormais palpable, avérée.

S'est-elle enfermée dans ses propres affects que son attention tend à se déporter toute entière sur son vis-à-vis. Ne penser que par lui, toute entière depuis son enveloppe charnelle. Le désir irrépressible de fondre dedans, de faire sienne sa carcasse, de combler là son manque insatiable. Un abysse lui donnant le vertige. Perdre là la mesure des choses. Pour autant, sortir de sa tétanie. Amorcer une approche à semi-prudente, n'ayant de visée que celle de ne pas effrayer l'objet de son attention. Effleurer, du bout de son index poisseux, le front de cet homme, pour le faire glisser jusqu'au bas de la joue. Tendresse qui goûte par ses sens kinesthésiques à celle de la chair sous son cuir. Comme fascinée.

Que ses iris de rubis tremblotent, sa main se retire d'un spasme. Attraper et enserrer sa figure qui sature de retenue. Des mots, davantage audibles comme gémissements plutôt que pour ce qu'ils essayent d'exprimer. Une pensée dangereuse, obturée à grande peine par une empreinte profonde de son esprit. Voile de peau sur ses prunelles.

-Les humains... Je ne dois plus... d'humains... Il l'a demandé... Je peux pas... Pars... vite... je veux pas... J'ai promis... Non...

D'alors écarquiller les paupières, l'air indolente. Une odeur lui parvient. Cette odeur... différente de ce qu'il lui était commun de humer lors de ses derniers épisodes de chasse. Cette odeur...

-Ce... c'est pas... Mais...

Se tourner vers cet étranger, le regard incrusté dans le sien, menaçant. L'air vaguement interrogateur.

-Humain... Tu l'es pas ? C'est ça ? T'es autre chose ?

Un rictus soudain, suivi de ricanements nerveux. Trombine des plus inquiétantes, pour toute personne pouvant se targuer de normalité. Décline sa raison, grignote sa folie. Démence dévorante. Aveuglée par une figure rhétorique alambiquée, ne reposant sur rien, si ce n'était un caprice incontrôlé. Satisfaction vers l'extraversion, exagérée. Son énergie spirituelle suractive, accélérant sa cadence à chaque instant, excitée par une envie coupable. De l'extrémité de ses doigts, des exubérances osseuses, constituant des griffes.

-Non... Tu l'es pas. T'es autre chose ! Autre chose ! Je peux ! JE PEUX !

Un choc retentissant. Son fémur allongé qui claque contre l'asphalte pour la propulser avec vivacité vers sa cible. Projectile de poids s'y écrasant, avec pour dessein clair de ne rien laisser de cette dépouille en devenir, sa mâchoire allant pour se refermer sur son épaule.


_________________


Thème de la chose ♪


Eimi:
 

Chronologie


Dernière édition par Muda le Mar 4 Nov - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1547-muda

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Sam 25 Oct - 5:40

Pourquoi j'suis pas étonné ?

ça m'apprendra à vouloir me la jouer miséricordieux. Une boule d'instinct pareille, lui laisser le bénéfice du doute ? Con. Très, très très con de ma part. Cette putain de bombe à retardement ne peut pas être ignorée plus longtemps. Vous m'direz, une bombe, pour l'éliminer, la plupart du temps, on y va en douceur. La méthode je tente de comprendre le mécanisme, j'observe, puis je coupe le bon fil. Moi non, moi je cherche pas à comprendre, pas à raisonner c'truc, j'tape sur la bombe en espérant cogner assez fort pour la désamorcer. Raisonner, j'dis pas que c'est impossible. J'dis qu'ça l'est pour moi. Et raisonner cette gamine, ça revient à retarder l'inévitable. Sûrement que certains ont tenté de l'éduquer. Sûrement qu'ils sont morts à l'heure où on parle. Je ne serais pas le corps qui s'ajoute à l'amoncellement de cadavres qu'elle a sur la conscience. Et je ne laisserais pas ce charnier prendre de l'ampleur non plus. T'as voulu t'enfuir ? Tu rêves. TU REVES.

Point positif, elle pisse tellement le sang que j'ai aucun mal à la pister. Moi aussi je saigne, morsure oblige, mais à moindre mesure. Elle, j'ai vraiment du mal qu'elle continue à vivre avec tout ce sang perdu. mais ça m'arrange, En d'autres circonstances, mon manque total de capacités en détection de Reiatsu m'aurait bien handicapé. J'entame la poursuite, laissant le troisième siège et la vampire en plant. Chacun ses priorités, un Fullbringer à moitié mort complètement imprévisible qui s'enfuit en courant, j'mets ça plus haut que les explications que j'aurais aimé avoir vis-à-vis du précédent affrontement. Qu'elles fassent c'qu'elles veulent, rien à foutre.

Un peu de retard, j'arrive à la fin de la piste, qui c'est que j'vois : Shin, siège je sais plus combien de la quatrième, que j'ai rencontré une fois ou deux. Mais. Mais. Mais pourquoi ils l'ont envoyé ici cette bande de connards ? On a pas assez de vies en danger sur le terrain ? Faut rajouter une victime potentielle c'est ça ? Il est médecin, d'accord, mais putain... Bref, maintenant qu'il est là.

J'approche, et remarque un truc. Gamin, t'es juste 50 fois trop prés d'ce machin pour pas prendre le risque de te faire arracher la tête à mains nues. Va falloir penser à-... Trop tard. V'la qu'il se fait empoigner. L'aut' sauvageonne qui marmonne je sais pas quoi. "Humain je peux pas, pas humain je peux" ou quelque chose dans le genre. Quelqu'un aurait tenté de lui foutre du plomb dans la tête ? En tout cas, vu le résultat...

J'ai plus qu'à lui en mettre en sens propre, du coup.

J'cours rapidement vers eux, à pas lourds, pendant qu'il se fait violemment rentrer dedans, l'machin qui a prit appuit au sol avec son squellette bizarre. Il a dû morfler, il a l'air un peu sonné par l'impact, mais c'est rien à côté de se qu'il risque de se prendre s'il se fait mordre. Et il se fera pas mordre.

Non, tu peux pas.

Ma main qui vient violemment se plaquer sur sa tête, englobant la quasi totalité d'son crâne. Main chargée au Reiatsu, histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises. Malgré ça, je morfle, quelques-unes de ses dents se sont logées dans ma main, et c'est douloureux. J'en vu pire. Elle m'a fait voir pire, même. Arrêtée en plein vol, la v'la entre mes mains, et j'vais me faire plaisir. Tout en continuant de la fixer droit dans les yeux, ses yeux complètement malades, j'balance :

Éloigne-toi Shin, j'm'occupe de ça.

Si j'ai besoin de soutien, il sera le premier mis au courant. En attendant...

Toi, j'vais t'briser.

Sur ces mots, je renforce la pression que j'exerce sur sa mâchoire. Je serre fort, très fort, avec pour objectif avoué de lui démonter cette mâchoire. Sans plus attendre, j'lâche prise, tente de la décoller un peu du sol, puis lui fout une droite dans l'estomac. J’enchaîne, et bam, j'lui en fout une. Une bonne gifle comme je sais les mettre. Une bonne gifle comme celle que je lui ai déjà mise à notre première rencontre.

Une bonne gifle qui signe la fin des présentations.

_________________


Dernière édition par Krow Karlson le Dim 26 Oct - 0:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Sam 25 Oct - 15:13

Elle balbutie quelques phrases, se répondant à elle même par la même occasion. Des ricanements, son énergie spirituelle augmenta, mais sans plus.Le médecin ne sut pas quoi faire pour aider cette jeune fille, et quand elle se lança à toute allure sur lui toutes dents dehors, il resta comme figé sur place. Les ricanements étaient un signe évident d'une attaque, pourquoi ne l'avait il pas soupçonné plus tôt ?

Un bruit comme une détonation.Le garçon vit un pieu foncer droit sur lui. Vu la vitesse où il allait, le garçon allait se faire toucher dans quelques secondes. Il fallait donc être quasi instantané pour la défense. N'ayant pas le temps pour préparer un moyen de parer l'attaque entièrement, Shin tira son zanpakuto et le mit en opposition face au projectile. Un disque de reiatsu apparut et offrit une parade, certes point assez solide pour encaisser le choc, mais en partie.
Le bouclier tint mais finit pas se briser. Néanmoins, le médecin avait joué sur le fait que la vitesse du projectile se voyait diminuée due à la résistance de son bakudo, et sa puissance se voyait amoindrie également. Pile le temps pour se décaler au maximum, histoire de ne pas se prendre un coup mortel. Un os, et pas n'importe lequel. Très long et solide, il provient de sa cuisse. Plus communément appelé le fémur. Trop rapide encore pour éviter, le garçon arrive de justesse à éviter que l'épaule soit touché, c'est son bras droit qui en pâtit. Le choc est violent mais forte heureusement pour lui, sa douce se trouve dans l'autre main. La faire tomber au sol aurait été une faute grave pour lui, mais ce ne fut pas le cas.

Te rendors pas, elle arrive !

En effet, la jeune fille n'avait pas terminé son assaut. Il s'en fallut de peu pour qu'il finisse en repas. Une main apparut et stoppa la charge de la fille. Reprise de conscience, le garçon zieuta en l'air pour voir son sauveur. Grand, baraqué, c'est le vice capitaine de la Onze, Krow. Le voyant arrivé comme le Messie, il lui accorda un sourire timide et suivit la directive qu'il venait de lui donner : se mettre en retrait, ne pas aller l'affronter au corps à corps quoi.

Pas de soucis, laisse moi juste te donner quelques soins, histoire de te requinquer. - fait en sorte que l'humaine n'entende pas ce qu'il va dire - J'vais t'aider niveau kido, faut bien que je me montre utile.

Sa main valide chargée de reiatsu curatif, le cinquième siège s'occupe pendant quelques secondes de son partenaire avant de partir se mettre en retrait. Une fois à plusieurs mètres, prendre une bonne inspiration. Guérir cette vilaine blessure au bras qui l'entrave et le gêne. Poser sa main sur l'endroit où la plaie est située, patienter quelques secondes que l'os et la chair se reforment. La chose accomplie, Shin prépara son sort de support. Du reiatsu jaune vif se forma en forme de boule dans le creux de sa main. Prendre un temps court pour viser, ne pas toucher l'autre shinigami. Supporter déjà l'autre fullbringer, pas question de se mettre le lieutenant de la Onze sur le dos aussi. Viser l'endroit qui n'est pas susceptible de gêner Krow. Étant bien placé pour atteindre les jambes, le garçon prit un peu plus son temps pour viser la cuisse, là d'où était sortit le nonosse.

Tu feras moins la fière après ca.

Du moins, c'est ce qu'il éspérait.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Messages : 752
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Dim 26 Oct - 2:09

S'abattre sur sa cible, affamée. N'avait-elle encore rien fait que la créature sentait déjà ses crocs profondément enfoncés dans cette carcasse arbitrairement privée du moindre soupçon d'humanité. Une action très courte, perçue comme sempiternelle. Malgré tout, ne rien comprendre à ce qu'il se passait en dehors de la prévisualisation d'un geste somme toute primitif. Arrêtée brutalement dans son élan. Ne sentir que la saveur métallique d'un corps étranger fondre sur son palais. Poigne d'acier sur sa boîte crânienne, menaçante. N'éprouver que cette impression viscérale d'un parasite rongeant ses ressources vitales. Des paroles adressées à son encontre, sèches. Ne percevoir qu'un sifflement aigu, la déconnectant de la réalité. Entretenir le contact visuel, sans ne rien y voir. Noyée.

Que s'effrite, se fissure et craque sa claustration spirituelle. Une pression sur son crâne, allant pour s'accentuer. L'expression changée. Amorce de surprise, inhibant sa rage pour la placer au second plan. Rage effacée par la perception soudaine d'un danger imminent. De la douleur. Craque sa mâchoire. Simultanément, s'anime son instinct. Contenir cette force par une main ; l'autre inerte, incapable du moindre mouvement. Un danger évident, qui n'allait pas pour lui faire comprendre quoi que ce soit à sa situation. En partie tétanisée. Nul appui sous ses pieds, en suspension, agités par la douleur et la peur. Incapable de la moindre réaction probante. Condamnée à subir ? Ce que semblait montrer l'enchaînement. Que ça s'arrête...

Étreinte se desserrant subitement. Relâchée, pour mieux recevoir le coup suivant. Un coup lourd, la gardant une seconde supplémentaire hors sol, écrasant ses entrailles ; une autre gerbe de sang qui s'échappe de ses lèvres puis épouse le bras de son agresseur. À terre. À genoux. Recroquevillée sur elle-même. Nauséeuse. Se redresser difficilement. Que ses yeux tentent cette fois de regarder son bourreau pour ce qu'il était... Aussitôt, sa trombine se liquéfie de stupeur. Reconnaître un visage. Le reconnaître, et en oublier l'action elle-même. Gifle encaissée de plein fouet. Gifle que la Muda ne subissait pour la première fois. Cependant, cette fois, la subir de plein fouet, sans trouver le réflexe de l'atténuer. Torpillée, puis arrêtée durement par un bâtiment, à demi-incrustée dedans.

Haletante. Échouer à se relever. Littéralement effrayée. Effrayée au point de ne se rendre compte que cessait l'écoulement de son sang. Effrayée au point de ne s'apercevoir que se refermaient ses plaies. La terreur avale sa faim et ses sévices. Lucide quand elle souhaiterait rêver. Mauvais cauchemar dont elle se réveillerait maintenant.

-Non...

N'avoir le temps de céder à ses propres affabulations. Un instinct de conservation prédominant, toujours maître de son libre arbitre, même dans les situations les plus désespérées. Une seule issue au désespoir présent. Pas des plus abordables, loin s'en faut, mais qui devait trouver tentative. Ses sens réveillés. Anticiper la salve du second ennemi. Explosion à son emplacement initial, quand son enveloppe charnelle se trouvait à quelques mètres de là, déporté, mais en même temps emporté par la déflagration. Frétillement n'arrachant pas l'ombre d'une seconde son attention. Focalisée sur un unique objectif : déguerpir au plus vite. Déguerpir, pour survivre. De manière évidente, viser à disparaître dans les ruelles en ruines de la ville, dans l'optique de semer ses bourreaux. Un dernier espoir, avant de perdre prise. Totalement.


_________________


Thème de la chose ♪


Eimi:
 

Chronologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1547-muda

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Jeu 30 Oct - 6:47

Cette saloperie qui ne sait que tout détruire autour d'elle pour ensuite se barrer en courant.

Et heureusement qu'il a pas fait le con l'aut' Shin, au début j'ai cru qu'il allait tirer son kido alors qu'elle était toute prés de moi. ça va, j'ai flippé, mais ça va. Concrètement, il aurait fait ça, il rentrait pas au Seireitei en l'état d'où il en est venu. Pas que j'suis pas patient mais voilà, tu me touches en mission alors qu'on est dans le même camp, sans justification autre que "oups, j'ai pas fait exprès", ça passe pas trop. 'Fin, il a réussi son coup, donc ça va. Réussi, à moitié, parce que la fuyarde a quand même esquivé, un peu soufflée par l'explosion mais sans plus. Et la v'la, en train de courir dans la direction opposée, sans s'arrêter. Sérieux ? Tu t'enfuis encore ? Nan. J'ai presque de la peine pour c'te gosse. Si elle est dans cet état, si elle tient plus de l'animal que de l'être humain, c'est pas pour rien. Sûrement qu'elle a pas eu la plus facile des vies. Sûrement qu'au fond, sa plus grande victime, c'est elle-même. Mais c'est pas pour autant que je vais l'épargner. Faut mettre à terme à ses massacres. Tenter de buter quelqu'un pour se barrer la larme à l'œil quand on tombe sur un os (Ba dum tss), ça marche pas. PAs avec moi.

Suis-moi si tu peux, et n'interviens que si ça s'barre en couille. Et veille surtout à ce que personne n'intervienne !

J'gueule ça à Shin, posté quelques mètres plus loin, pendant que je vois la cannibale s'enfuir au loin pour presque devenir un point à l'horizon. J'fais pivoter mon pied, plie la jambe droite. Souish, me v'la juste à côté d'elle. Moi aussi je sais aller vite s'il le faut. J'm'arrête net, un puissant souffle tant le stop est brutal. Là, j'la regarde, puis le temps semble s'arrêter. J'la vois, là, en train de courir, la peur dans les yeux. La peur, et l'incompréhension aussi. Une microseconde où je capte son regard. Une seconde qui semble durer des heures entières. Fais chier. Tu pouvais pas juste rester tranquille ? Humpf... Bon. Faisons c'qu'on a à faire.

Arrivé sur son côté, je pivote rapidement pour me retrouver face à elle, un peu vers sa gauche. Lors du mouvement, j'lève ma jambe gauche, pour aller taper avec dans son bide, alors qu'elle est en pleine course. Sans même attendre de voir si j'ai réussi à la sonner un peu avec ça, j'l'attrape par les ch'veux, puis j'tente de la soulever du sol pour la plaquer violemment par terre, tête la première. D'habitude, quand j'm' bats aussi violemment, j'ai un grand sourire, une bonne tête de détraqué, vous voyez ? La tronche typique du type qui aime ce qu'il est en train de faire. Bah là non. Là, visage fermé, aucune émotion qui filtre. S'agit pas d'un combat-là, s'agit d'une extermination. S'agit d'achever le lapin qui fuit d'un coup de carabine. Et moi j'suis pas un chasseur, j'suis un combattant.

Mais bon, je l'ai déjà dit et je le redis maintenant : J'fais juste ce qui doit être fait.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Jeu 30 Oct - 13:51

Un animal effrayé. Voilà à quoi ressemble la jeune fille en ce moment. La voila qui s'enfuit maintenant. Normal, et en même temps étrange. Elle attaque pour s'enfuir juste après. Était-ce voulu, ou bien pas du tout ? Est elle contrôlée par une quelconque chose invisible, ou bien suivait elle des directives précises données par quelqu'un d'extérieur ? En tout cas, le raikõhõ a pas fait tout ce que Shin en attendait mais a obligé l'humaine à ralentir un chouïa. Déjà ca de pris. Un faible point, voila ce qu'il reste d'elle. Elle court vite la bougresse. Krow qui part à sa poursuite, somme au médecin d'intervenir qu'en cas de coup dur. Pas de problème pour le garçon, il ne comptait pas faire n'importe quoi dans cet environnement qui n'est pas sien. Poursuivre les deux quand même, pour être là au bon moment.

No soucis, j'serais derrière.

Accélération spontanée, le voila qui essaye de rattraper le groupe. Pas assez vite pour revenir à leur hauteur. Tant pis, il arriverait avec un peu de retard. Quelques instants plus tard, le voila prêt. Le lieutenant de la Onze fait déjà joujou avec la jeune fille, lui faisant goutter l'asphalte une fois de plus. Un instant d'empathie pour elle. Après tout, le garçon ne savait pas trop ce qu'il s'était passé avec elle pour que son collègue shinigami s'en prenne à elle de cette façon. En tout cas, elle doit avoir une sacré résistance, parce que vu ce qu'elle prend là et surement avant l'arrivée du médecin...

Même pas un sourire venant du blackos, à croire que ca le fait chier de se tap'.

Ah oui tiens. La Onzième a la réputation de prendre chaque combat comme un plaisir, et le lieutenant n'a pas l'air de s'amuser. Bon, en tout cas, faut essayer de suppléer Krow sur ce coup la. Faut commencer par s'assurer que la demoiselle ne puisse pas bouger. Mettre en place un kido d'immobilisation. En plus de se manger la projection, ca sera la garantie qu'aucune résistance ne sera envisagée.
Se rapprocher de la cible en traçant des symboles dans les airs. Le corps du médecin se voit recouvrir par un halo rouge, comme celui de la fullbringer toujours au sol. Paralysie, ok. Simple, faible. Juste pour la tenir immobile une poignée de secondes. Puis, générer un faible courant électrique pour prolonger l'inactivité. Se contenter de kido de faible niveau, garder des forces pour les soins. Ne pas oublier que Krow se tient à côté. Retourner en retrait, s'occuper à vérifier si personne ne vient dans le périmètre. Shin le sait déjà, c'est pas avec sa faible détection qu'il va être performant. S'aider avec du kido serait un bon moyen de palier à son manque de compétence dans ce domaine.
Tracer un cercle, symboles et autres avec un peu de poudre, placer ses mains au dessus du cercle pour le lancer. Bien. Avec ca, il pourrait prévenir Krow si ya un visiteur inattendu.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Vampire passionnée

Messages : 103
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Jeu 30 Oct - 18:29

Le sang a la saveur de la rédemption. Car c'est en l'avalant, goulûment, que je calme mes instincts furieux et revient à ce que vous qualifieriez de lucidité et conscience.

Mais c'est une rédemption dans la mort et la douleur d'un affrontement délivré avec la passion qu'on me connaît. Une rédemption dont le prix à payer, parfois, me paraît trop élevé pour que je me laisse aller à l'accepter - revenir à la raison, c'est devoir composer avec les normes et les inhibitions que mon déchaînement sanguin envoie voler en tous sens. La rédemption a toujours été un synonyme de la souffrance d'une retenue mal tolérée, un synonyme d'efforts, d'un calvaire librement consenti. Une sorte d'idiotie, en somme, et volontaire avec ça !

Et niveau idiotie, je pouvais parfois me qualifier aux championnats du monde. La preuve en images.

Courir au travers des ruines esseulées, fauve blessé avec des tourments plein le coeur. Des interrogations sur moi, sur les autres, sur leur signification et l'importance qu'ils revêtaient dans les reflets changeants de mon regard vairon. Pourquoi cette jeune Fullbringer avait-elle tant paru me comprendre, lorsque ses bras maigres mais fermes s'étaient refermés sur moi pour calmer mes ébats sauvages, et me murmurer à l'oreille qu'elle savait ? Pourquoi le fait qu'elle me comprenne avait si bien su calmer mes ardeurs ? Depuis quand avais-je besoin de la compassion d'autrui pour me sentir mieux ?!

J'enfonçais mon poing serré dans la façade d'un bâtiment, qui s'effondra en partie avec fracas. Les autres, c'est l'enfer... disait-on. Je préférais songer que moi, j'étais l'enfer des autres. Une sorte de malchance hasardeuse qui croisait la vie des humains ou des Hollows, et ne laissait derrière elle qu'un sillage de corps brisés ou mutilés. Ma puissance hystérique était le pilier de ma liberté.
Et les liens qui désormais m'unissait d'une certaine façon à d'autres personnes... restreignaient ma si précieuse liberté.

Un hurlement d'oiseau de proie m'échappa comme je faisais demi-tour, revenant sur mes traces.

Son Reiatsu... à elle... et à lui... Je les sentais. Proches, et explosifs. En plein conflit. La blême humaine, le sombre Shinigami. Et une autre présence, moindre mais toute aussi combattive. Peut-être familière... De vieux échos, diffus, vieux de deux ans mais étrangement faibles. Qu'importe la mémoire ! Seul l'instant présent compte vraiment, la valse des crocs et des filets de sang, la sarabande effrénée des coeurs qui se heurtent.
Détaler, ombre fugitive parmi les décombres. Gagner les hauteurs d'un building déserté. Survenir sur la place de l'affrontement et saisir, d'une seule embrassade des lieux par mon regard dépareillé d'ambre et d'azur, les tenants et aboutissants de la scène. Ils me font penser à deux chasseurs de l'opéra allemand aux trousses d'un fantôme aux abois.

J'ai la désagréable impression de me retrouver en face d'une exécution, en un endroit où je n'ai strictement rien à faire. Et pourtant... Tant cette Fullbringer échevelée et tant ce Dieu de la mort aux allures de spectre vengeur m'ont permise de survivre aujourd'hui. L'une a sauvé mon âme, rien que l'espace de quelques secondes, et l'autre a sauvé mon corps du naufrage de la soif. Comment puis-je intervenir et barrer la route à l'un ? Comment puis-je ne pas intervenir...?
Ce n'est pas dans ma nature prédatrice que d'intervenir dans le conflit de quelqu'un d'autre. Ce n'est pas non plus dans ma nature, que d'intervenir sans devoir blesser ni l'un ni l'autre, pour moi qui me complaît dans le charme d'une artère déchiquetée.

Et ces voix... ces maudites voix, que je traduis en mots mais qui me parlent en images et en sensations, en désir et en damnation... ces voix, celles de mon instinct, qui me commandent impérieusement...

Tue ! Tue ! Tue-les tous !
Ils m'ont sauvé la vie.
Quelle règle humaine institue la reconnaissance ? Débarrasse-t'en ! C'est un fardeau pour la survie ! Tue !
Même les monstres ont des règles. La dignité ne m'est pas interdite.
Un monstre n'a que faire de la dignité ! TUE !

Je saute dans le vide, et peut-être pour la première fois de toute mon existence, je ne profite pas de cette position ascendante pour fondre sur une proie.
J'atterris souplement et sans mal sur un tas de gravats qui s'affaisse encore un peu plus à l'impact, comme je préserve mon équilibre félin en toutes circonstances. Qu'ils m'aient ou non repérée ne revêt aucune espèce d'importance : je cours vers eux, et même s'ils ne le voient pas, ma foulée n'a rien de celle que j'ai d'ordinaire lorsque je pars au combat. Ce n'est pas la ruée affamée d'un fauve vers sa proie. Rien que la course déterminée d'un démon qui s'improvise ange, pour quelques instants.

Je me dresse entre l'homme à la peau noire et sa victime, au teint de nacre marbré par les coups et le sang. Elle me donne envie... vulnérabilité, blessure... La fragilité, même brève, même intempestive, m'attire comme la flamme attire un papillon. Mordre, mâcher la chair, laisser ses richesses écarlates couler dans ma gorge, me gaver du martyre de l'autre...
Je me penche, et mords à pleines dents. Je mords dans la peau, mais mes crocs ne devaient jamais se rejoindre et ainsi arracher muscles et tendons, non. Au lieu de ça, ma délicate morsure laisse se déverser dans les veines de la Muda - je devais plus tard apprendre son nom - un véritable flot non de mon venin, mais de mon pouvoir. De vampirisme.

Ma nature n'est pas en premier lieu basée sur ma force et ma capacité à tuer. Elle est fondée, à l'origine, sur la faculté des vampires à ne jamais mourir, et à vaincre l'inéluctable. C'était là le don que je lui faisais.

Mon Reiatsu s'écoula librement dans ses artères, jusqu'à son coeur - où il fut instillé jusque dans la moindre de ses cellules, apportant une énergie fiévreuse et réparatrice. Je sentis avec netteté mes forces s'infiltrer en elle, véritable don de moi à sa personne.
Et me relever, un rien titubante après ce sacrifice, pour défier les Shinigamis de mon regard. Il était encore neutre, or et saphir, et quiconque me connaissait y aurait vu que je n'étais pas venue me battre... Car mes iris s'accordaient à ma hargne. Mais ils ne me connaissaient pas...


Vous ne la tuerez pas. Elle a sauvé ma vie aujourd'hui lorsqu'elle aurait été en droit de la prendre.
Tout comme vous l'avez fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2209-sasha-oudranov

avatar
Messages : 752
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Ven 31 Oct - 1:49

Terreur en son dos, animant une profonde répulsion. Rivalisait-elle d'efforts pour s'en éloigner que l'impression de ne jamais arriver assez loin la prenait à la gorge. Respiration chaotique, bon à accentuer son malaise. Un claquement. Souffle coupé au croisement de leur regard. Un moment singulier, infini. Et pourtant, n'être dans la capacité de réagir à temps. Prise de court. Instant de torpeur après que disparaisse son unique issue, laissant libre court à une cataracte de désespoir. Arrêtée dans sa course d'un nouveau coup puissant dans l'estomac. Un frisson le long de son échine. Des fourmillements engourdissent chaque parcelle de sa chair. Des pores de sa peau, dégouline de la sueur froide. Une brise glaciale.

Que monte aux yeux des picotements. Des larmes sans que sa moue ne soit crispée. Au contraire, dilatée. Figée. Un regard duquel transparaît une profonde émotion, contrastant avec son expression insipide. Une pensée forte, omniprésente. Mourir ? De toutes les images, voir celles de cette conversation, avec cet homme. Que ce qu'elle fasse du présent puisse effacer les stigmates du passé ? D'y avoir cru. Sincèrement. D'être là ramenée à la cruelle réalité. Un passé la rattrapant indéfiniment. Que la créature fasse montre de la meilleure volonté du monde, un destin somme toute inéluctable. Non le destin, le sort. Son sort, dont il était impossible de se défaire.

Un instant. Se résigner. De ses iris, une perte d'étincelle graduelle. Chute amorcée vers l'avant, retardée après que son bourreau empoigne ses cheveux d'encre. Une dernière action interminable. Un présent de souffrance. Toujours. À jamais. Son bourreau impulsait-il son coup décisif qu'une montée d'adrénaline envahit l'enveloppe charnelle de la mourante. D'un coup sec s'allonge son radius contre le bitume. Viser à annuler la force la menaçant. Y opposer une résistance de loin insuffisante. Un craquement, avant que ne se casse en deux son os. Une douleur afflictive, lui arrachant un hurlement. Hurlement bref, arrêté net après que claque sa tempe contre le sol et ce, avec une brutalité suffisante pour faire se fissurer l'asphalte à l'impact.

Coulée d'hémoglobine sur son cuir chevelu, déjà poisseux. Un ultime réflexe, lui ayant certainement épargné le trépas. Incapable de se laisser mourir ? Difficilement, lever ses iris, en vue de chercher ceux du shinigami. Faible. En agonie. Déjà peu capable du moindre mouvement, mais sentir comme une énergie restreignant encore davantage sa capacité à se mouvoir. Un électrochoc. Outre le picotement, que le fil de ses pensées se réanime en réaction. Trembloter de détermination. Puiser dans ses dernières ressources pour se défaire de l'entrave. Marmonner, dans son affliction.

-Non... Je veux pas... Calum...

N'être déjà plus en mesure de se relever. Pour autant, se traîner, lentement mais sûrement. S'éloigner du danger, aveugle de l'inanité de son effort. Lui ne l'avait pas regardé pour ce qu'il avait vu, mais pour ce qu'il pouvait y voir de potentiel. Ce moment où plus rien ne semblait importer, pas même son existence. Ce moment évincé d'un revers de main par cet homme, prêt à l'accepter. N'avoir besoin d'autre raison pour aspirer à la vie, à la survie. De la volonté. Que de la volonté. Ne disposer d'assez d'énergie pour que l'acte suive cette volonté. Inerte. Le champ de vision trouble.

La fin ? S'attendre à une douleur décisive. La pire de toutes. À la place, une souffrance douce. Une souffrance qui tend à muter en une chaleur agréable, passant par tout son corps. Une seconde vie. Échappée la peine de son crâne, celle de ses entrailles, du reste de sa coquille de chair. Une renaissance, l'aidant à renouer avec l'environnement proche. Une voix familière, entendue récemment. Se redresser péniblement, son abattement encore fraîchement en mémoire. La figure décomposée par ce qu'elle voyait, entendait et pensait comprendre. La trombine abasourdie, muette. Comprenait-elle vraiment ?


_________________


Thème de la chose ♪


Eimi:
 

Chronologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1547-muda

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Sam 1 Nov - 17:10

Un long soupir. Un soupir fatigué, agacé. J'avais pas besoin de ça. Vraiment pas besoin.

Marre. Marre de tous ces choix à la con. J'regrette le bon vieux temps parfois. Le temps où les choix qui m'étaient donnés étaient "frapper avec les poings ou les pieds". Maintenant que j'ai ce putain d'uniforme noir, ce putain de brassard et ce putain de bout de métal à la ceinture, j'dois faire d'ce genre de choix difficiles. Buter ce truc m'apparait comme une nécessité. Le peu de fois où j'ai croisé c'te gamine, ses aggisements ne m'ont poussés que vers cette conclusion : elle doit crever. ça, c'est c'que ma logique me souffle. Puis j'ai c'que mon instinct me souffle. Ou plutôt mes doutes. Ce monstre-là, il revêt des traits humains. Des traits humains qui sont pas anodins, puisqu'aussi dur à croire que ça puisse être de prime abord, c'te gamine reste une humaine avant tout. C'est là, le grand contraste avec les monstres que j'ai l'habitude de combattre. Les monstres que j'ai l'habitude de combattre, c'est de grosses bêtes osseuses et musculeuses, dénuées de toute l'humanité qu'elles ont pût avoir avant de crever, maintenant affublées d'un masque blanc à la place de leur trogne. Et je sais que chaque hollow buté est synonyme d'une âme sauvée. Idem pour les Arrancars. Mais ce truc, c'est juste un fullbringer qui ne contrôle pas son pouvoir. Qui est soumis à son pouvoir. C'est là que moralement, ça devient plus chiant de buter c'machin. À une époque, ce genre de considération ne m'aurait même pas traversé l'esprit, et je me serais contenté de traquer, trouver et tuer cette fullbringer sans même chercher à comprendre ce qu'elle est, ce qu'elle a pu vivre... Mais ça, c'était avant. Et en un sens, j'me dis que j'aurais préféré la rencontrer à c't'époque, le choix aurait été bien moins difficile à prendre. Et aujourd'hui, alors que je trouve la force de prendre une décision, voilà qu'on me barre la route.

Génial.

Si proche. Un coup supplémentaire bien placé, bien puissant, et hop, j'en avais fini avec celle-là. J'aurais été sûr de ne plus jamais la croiser sur ma route, sûr de ne plus avoir à compter les cadavres dans son sillage. Puis en fait non. Sérieux quoi, vous vous entretuiez il y a de cela dix minutes... Tu veux pas nous simplifier la vie à tous les deux et t'écarter qu'on en finisse ? La solution de facilité. Ignorer ces petites voix qui se contredisent les unes les autres, puis faire ce qui doit être fait, sans se poser de questions. Suivre bêtement le protocole, sans prendre la peine de le remettre en question. Suivre gentiment les ordres, se laisser enfermer dans c'te système, sans même s'en rendre compte. Ou pire, en s'en rendant compte, justement. C'que j'voulais faire, puis voilà que pour remplacer ces petites voix dans ma tête, c'est une voix venue de l'extérieur qui me replonge dans le doute. 'Chier.

Bravo au passage, Shin, le boulot de détection a été rempli avec brio. Putain... Nan, te cherche pas d'excuses Krow, c'qui est fait est fait, faut faire un choix maintenant. R'gardez moi à chercher à retarder l'échéance, à me donner du temps. J'regarde la bête en sang, en train de reprendre des forces, apparement grâce à la morsure de l'autre Fullbringer. Puis je la regarde elle, d'un regard neutre, quasi-amorphe. J'avais l'air fatigué. J'étais fatigué. Fatigué de courir après cette gamine pour la briser. Activité que j'aurais au contraire pût exercer avec un grand sourire aux lèvres en d'autres circonstances, avec pour cible de mes coups une autre personne. On est bien loin du Krow vengeur qui voulait absolument détruire celle qui lui avait fait cette cicatrice, la même que je tâte doucement à l'épaule en ce moment. Elles ont l'air assez semblable en un sens, ces deux-là. Pour preuve, le contraste entre la grande blonde debout devant moi en ce moment et celle sauvage, déchainée et complètement malade d'il y a quelques minutes.

Tss... De toute façon, même en partant du principe que je veuille finir le travail, j'imagine que si elle me bloque le passage, c'est avec la ferme intention d'y mettre les moyens s'il fallait me repousser. Et assez de sang a coulé aujourd'hui. Et putain, c'est le Vice-Capitaine de la onzième division qui le dit, c'est pas rien. Mais ça n'enlève rien au principal problème. C'qui m'avait décidé à buter l'osseuse. Ces deux-là, z'ont l'air du genre bien imprévisible, bien incontrôlable. Du genre tout calme là devant moi, et en train de se gausser devant le cadavre de leurs victimes dans l'heure qui suit. J'ai presque l'impression de parler de moi. Ou du moi d'avant, en tout cas. J'ai la quasi-certitude qu'en les épargnants aujourd'hui, j'aurais de nouveau affaire à eux dans le futur. Et qu'ils seront très certainement dans le camp d'en face. T'es bien une bonne grosse tête de con Krow. Tu choisis le meilleur moment pour jouer ta guimauve, vraiment. Tu sais que tu vas le regretter, hein ? Tu sais que ça va te retomber sur la gueule. Mais tu fais. Abruti, va.

Tu peux pas savoir comme je suis tenté de simplement t'envoyer voler quelques mètres plus loin et finir mon sale boulot. Mais j'vais faire autre chose. J'vais faire autrement. J'vais te poser une simple question. Un truc tout simple, tout con.

Vous deux, là, vous êtes dangereux. Dangereux comme peu de vos semblables le sont, et ils le sont pourtant plus ou moins tous. T'es là, devant moi, toute calme et posée. Y a quelques minutes, t'étais complètement siphonnée, à attaquer tout c'qui t'tombe sous la main sans distinction. J'vais même pas développer pour elle, c'est pas la première fois que nos chemins se croisent, je sais à quel point elle est instable. En considérant tout ça, v'la c'que j'te demande :

Donne-moi une seule putain de bonne raison de pas te buter toi, toi et elle, là, tout de suite, maintenant.


Outre le fait que j'suis p'tet pas en état vu la courte mais intense course poursuite que j'viens de mener, mais ça, elle a pas besoin de le savoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Sam 1 Nov - 19:53

Ce qu'il y a de chiant quand on a pas de compétence dans certains domaines, c'est qu'en se servant du kido on peut palier aisément. Sauf quand le sort est fait pour agir sur l'instant et non la durée. Un instant d'inattention et tout est foutu. Et c'est justement ça qui vient d'arriver. Une odeur de sang, différente de celle déjà présente. Une autre personne apparait, et se dirige vers la dépouille quasi morte qu'est Cosette après le passage de l'ouragan Krow. Une morsure dans le cou. Quelle étrange salutation que voila. Mais plus la morsure dure, plus la chose regagne des couleurs. Du soin donc. Habile. L'humaine se prenant pour une vampire se relève, puis défie du regard les deux shinigamis. Ainsi, la fille en haillons a sauvé Batgirl. Ce n'est pas trop ce que le garçon a vu tout à l'heure. Revenant aux côté de Krow, le médecin décide de prendre la parole et adresse sa réponse à la créature de la nuit.

Elle t'a peut être aidée toi mais j'ai pas eu le même accueil que toi. J'ai été envoyé içi pour faire mon boulot, sauver le plus de vie possible. Comprends tu mon étonnement lorsque ton amie s'est jetée sur moi, alors que je me proposais de lui venir en aide ?

Guérir, panser les blessures et discuter. Le cinquième siège se tourna alors vers le lieutenant de la Onzième et commença à guérir ses blessures, tout en écoutant ce qu'il se disait. Voir un shinigami de la Onze préférer parler avec sa bouche qu'avec ses poings, c'est assez inhabituel. Surtout en territoire ennemi. Mais il a raison sur un point : cette dernière personne arrivée qui joue les infirmières vampires, que faut il penser d'elle ? C'est une fullbringer, déjà ya pas de doute. Enfoncer ses crocs dans le cou pour soigner, c'est pas ce que tout le monde fait. Pour l'autre fille, Krow dit l'avoir déjà rencontré. Voilà donc il tient tellement à l'envoyer six pieds sous terre.
Tant de violence dans les propos des deux personnages, surtout pour Krow. L'autre n'a rien fait de dérangeant, si ce n'est provoquer du regard les deux garçons. Si bataille entre filles et garçons devait éclater la maintenant, le médecin serait plus un poids qu'autre chose. Donc valait mieux en rester la. Du moins pour le moment.

J'vais pas dire qu'on règle ça autour d'un verre, mais tel que je vois la situation, je pense surtout qu'il faut d'abord calmer toute cette tension. Un Jokari ?

Un petit rire amusé. Il ne sait même pas si ce mot existe, mais ca le fait pas mal bien pour détendre l'ambiance. Avant une quelconque réponse, le shinigami retourne en retrait. Aller se cacher après ca est la meilleure des solutions. Tout porte à croire qu'il s'enfuit, mais c'est dans son plan. En affrontement, rester en soutien si les choses tournent mal, c'est ce qu'il fait de mieux.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Vampire passionnée

Messages : 103
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Jeu 6 Nov - 18:12

La situation est plutôt incongrue, il faut bien l'avouer. Deux Dieux de la mort, une humaine, une vampire. Deux camps qui se regardent, échevelés et une lueur hostile au fond des yeux, en bons chiens de faïence. Mais des chiens de faïence capables de réduire un immeuble en cendres.
La Fullbringer n'a pas l'air de bien saisir ce qu'il s'est passé. Je lui jette un regard troublé, partagée par des sentiments contradictoires. Je convoite sa chair et son sang, et il y a peu, assouvissait mon rêve de plonger mes crocs en elle. La fureur liée au manque est partie, mais pas la convoitise ni l'envie. La tentation est toujours là, pulsant dans mon esprit à la manière d'un feu diabolique que rien ne saurait affaiblir, sinon sa propre combustion.

La question qui m'est posée est aussi rude qu'irréfutable. Elle relève d'un bon sens primaire qui défie bien des lois auxquelles je croyais les humains et leurs reflets de l'au-delà fortement attachés. Peut-être les ai-je sous-estimés. Peut-être sont-ils moins civilisés, et donc moins faibles que je ne l'aurais soupçonné. Mes genoux fléchissent, mes doigts se crispent. Comment répondre à son interrogation sans reprendre le combat ? Est-ce seulement ce que je souhaite ? On dit qu'il y a un instinct de survie chez tout individu. Chez moi, il y a plutôt un instinct de mort. Une sorte de fauve sanguinaire qui se nourrit de douleur et de violence, même si j'en suis la victime. Est-ce pour cette raison que mon pouvoir défie si bien le trépas...?

Dangereux, hein ?


Ces mots, je les lui crache au visage. Un goût d'amertume souille ma langue. Depuis longtemps j'ai cessé d'essayer de le refouler ! Car il y a dans le désespoir une sorte d'addictive douceur qui me régale, en ce que j'aime le monde lorsque la nuit le recouvre.

Et toi et ton acolyte, vous ne l'êtes pas peut-être ? J'aurais pu entendre vos Reiatsus se heurter à des kilomètres. J'avais autre chose à dire. Si je me nourrissais de sang, c'était avant tout pour aspirer la force spirituelle des êtres... Et la faim qui me titillait lorsque je posais les yeux sur le grand noir comptait parmi les plus alléchantes que j'ai connues jusqu'ici. C'était là, pour singulier qu'il était, l'un des plus fiables indices sur sa dangerosité. Vous venez bien de l'au-delà, non ? Une sorte d'anges ? Vous n'êtes pas d'ici... alors qu'est-ce que vous venez faire, sinon nous mettre en danger ?

Je criais ces dernières paroles, saisie d'une flamboyante colère, les poings serrés. Quand bien même il m'aurait fallu faire face à une montagne - et l'image n'était pas si exagérée si on y réfléchissait bien - j'étais prête à me jeter en avant, toutes griffes dehors. Entailler, écarter les lèvres de la plaie, mordre à même la source rougissante... De fiévreuses visions de carnage commençaient déjà à m'assaillir, me faisant battre des cils.

Elle t'a peut être aidée toi mais j'ai pas eu le même accueil que toi. J'ai été envoyé içi pour faire mon boulot, sauver le plus de vie possible. Comprends tu mon étonnement lorsque ton amie s'est jetée sur moi, alors que je me proposais de lui venir en aide ?

Mon attention se détourna vers celui qui paraissait être le plus juvénile du groupe. Apparence probablement trompeuse mais que je ne parvenais à détacher de mes pensées.

Pour ma part, je l'ai vue risquer sa propre vie pour sauver une jeune fille dans les décombres de cette ville. Et accompagnée par l'une des vôtres, en sus.

Un Jokari. Je ne connaissais pas ce jeu avant d'arriver au Japon, ayant vu mes camarades de classe le pratiquer au lycée. Amusant... Peut-être est-ce là la forme de réponse dont j'ai besoin.

Tenu ! lançai-je spontanément d'une voix claire.

Alors, les règles... S'envoyer une petite balle l'un l'autre avec une raquette, hein ? Bon, on n'avait ni l'une ni l'autre, mais après tout, il fallait savoir faire preuve d'imagination. Les projectiles ne manquaient pas, comme je m'assurais en ramassant un moellon pour le soupeser d'un air pensif. Une bonne soixante de kilos. Un sourire merveilleux illumina mes traits. La balle idéale !

Je l'envoyais en l'air, suffisamment haut pour que la pierre ne devienne bientôt plus qu'un minuscule point dans ma vision. Et l'objet de chuter, à toute allure. Il allait falloir faire preuve de... doigté.

Evites de la rater.

Clin d'oeil adressé au plus jeune des deux. Je fis un pas en avant, mais ce n'était pas n'importe quel pas... Un pas dans les ombres de mon monde. Un pas au-delà de la nuit qui m'habitait... Le pas du vampire.
Je donnais l'impression de disparaître, ma silhouette se reformant à plusieurs dizaines de mètres dans les airs, le bras levé. J'abattis la paume de ma main en plein sur le gravat, qui fusa à la vitesse de l'éclair.

Cinq points si elle arrive dans la tête !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2209-sasha-oudranov

avatar
Messages : 752
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Ven 7 Nov - 2:03

Les vêtements encore humides du sang fraîchement versé. Toutefois, des ressentis changés. Les doigts tremblotants s'approchant de sa plaie à la tempe. À sa surprise, ne rien éprouver une fois le contact établi. Pas la moindre douleur. D'alors tâter plus franchement ses autres blessures désormais effacées, son autre bras également d'usage. Se relever, la dos voûté, les yeux rivés vers le creux de ses mains. La mine éberluée. Tenter de recouper les éléments. Une sensation chaleureuse aillant accompagné son rétablissement inattendu concomitante de l'arrivée de cette fille. La posture et position qu'elle empruntait. En opposition à ses assaillants, le dos offert à sa merci. Ouverture symptomatique d'une confiance prêtée. Cette semblable il y a peu enragée... devenue alliée ?

Interrompue dans son désappointement par ce qu'elle entendait du monstre aillant bien failli l'anéantir il y a de ça un instant. Son regard happé par cette silhouette imposante, une lueur répulsive dans ses iris de rubis. Le visage définitivement incrusté dans sa mémoire. Le même que l'on peut se faire, au sortir d'un accident grave, de l'objet incriminé ; organique ou non. Néanmoins, de partie, sa tétanie. En réveil, une sensation rendant difficile l'action de se concentrer sur les mots partagés autour d'elle.

D'audibles, des menaces. Mise sur la défensive, l'air vaguement alerte. Encore flouée. Une réponse d'attendue de sa congénère ? Imaginer difficilement qu'il puisse trouver pain à sa convenance. Jauger les forces en présence. Avaient-elles les moyens de rivaliser ? Un combat âpre avant celui-ci. Ne rien trahir de son état de faiblesse. Qu'en était-il vraiment ? Chercher une réponse. Trouver un regard des plus énigmatiques. Tremblement dans son champ de vision. L'espace d'un instant, regarder l'humaine pour autre chose que ce qu'elle était. Un pas à reculons. Presser ses orbites. S'inquiéter sur son état. Que revienne cette sensation. À ce moment, des mots font écho à cette force la tirant vers des pensées à contre-sens de sa conscience. L'homme frêle secondant la brute. Ne tirer aucun souvenir de ce qu'il avançait. Perdre pied dans l'accusation portée à son encontre. Et pourtant, que la situation présente coule de sens avec cette explication. D'alors réaliser le danger qu'elle pouvait représenter pour les autres et elle-même. Faim qui l'y amène.

Haletante. La figure des plus crispées. Une canine d'enfoncée sur sa lèvre inférieure, saignante. Enfermée dans sa coquille de chair. Coupée à nouveau de son environnement proche. Prisonnière de ses affects ? N'être qu'entravée. Qu'une volonté assez forte puisse lui faire supporter ce flot de démence tendant à l'enivrer. Preuve en était, la terreur l'ayant ramenée pour un temps à la réalité. Ne céder. En conflit interne avec quelque chose en son sein qu'elle ne se représentait pas. Ça ne l'aurait pas... Ne retomber... Griffer son avant bras. Une contenance à lui faire se déboîter le coude sans s'en rende compte. Vaciller. Vision qui perd de sa netteté.

Des grognements de tapis en elle, émanant de peu de ses cordes vocales, tremblantes. Des mots qui ne viennent plus. Qui ne peuvent plus venir. La gorge nouée. Étouffée. Balayer les environs du regard, frénétiquement. Ses yeux exorbités à la vue d'une masse étendue au sol, inerte, à l'entrée de la ruelle non loin, derrière. Une dépouille ? Reste de cette catastrophe ? Fracture dans son fil de pensées. N'avoir déjà plus de temps. Se précipiter dessus. Une perte d'équilibre. Chocs entre une pensée directrice et un instinct primale. Chanceler puis chuter. Ramper pour l'atteindre. Saisir sa boîte crânienne entre ses serres. Ultime impulsion consciente. D'y incruster ses crocs. Son instinct l'y poussait. S'exécuter l'apaiserait-il ? Alentours, un tintamarre sourd.

_________________


Thème de la chose ♪


Eimi:
 

Chronologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1547-muda

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Ven 7 Nov - 22:10

Cette idée de Jokari, Shin se sentit un peu coupable de l'avoir proposé. Pourquoi ? Parce qu'il savait bien qu'il allait se prendre un coup bas venant des autres. Se méfier surtout de Krow, parce que c'était pas la solution qu'il affectionnait le plus. Faire un match avec les ennemis du moments pour détendre les tensions, c'était clairement pas le style de la Onzième division. M'enfin, l'idée relevait plus de l'idiotie que du génie. Bien que sur le moment, cela avait bien aidé à dissiper les auras remplies de violence présentes sur le terrain.
La blonde avait accepté la partie, et entamait direct par balancé une balle improvisée d'un poids assez conséquent. L'objet monte en l'air pour devenir un point noir dans le ciel de ce qu'il reste de ce qui fut une ville. Puis plus rien. La vampire a disparut du sol pour se retrouver dans les airs, en un clin d'oeil. Et elle frappe dans la balle, lui donnant une vitesse impressionnante pour un bout de caillou. Avec ca, une petite plaisanterie.

Cinq points, hein ?

Un rire silencieux. Finalement, cette idée de jouer ensemble n'était pas si mauvaise. Permettre à tout le monde de passer un bon moment en se foutant sur la tronche avec un caillou comme défouloir. Sur qui allait il balancer la pierre ? Krow ? La blonde ? l'autre fille ? Tiens, en parlant de la dernière, où qu'elle est passée encore ? Bref, pas le temps de penser à elle, le projectile est à mi distance déjà. Fallait évaluer sa vitesse pour commencer la parade. Le garçon sait qu'il existe un sort dans le kido qui peut l'aider. Mais d'abord, se protéger. Traçant un cercle avec son bras en laissant émaner un peu de reiatsu, voilà qu'un disque jaune apparait. En cas de pépin. Shin se voulait préventif jusqu'au bout. Mettant ses mains l'une contre l'autre, il en sort une balle bleue. Tsuriboshi. Il la lance aussitôt faite, pour un premier jet. Le choc contre le projectile fait un bruit sourd, ralentissant la chute de l'objet.
Mais à part dévier un petit peu sa trajectoire, ce n'est pas assez. Il faut donc en faire un deuxième. Ca risque de pleuvoir de la caillasse, mais le médecin ne pouvait pas faire grand chose. Bien savoir où envoyer la balle désormais. La lancer de nouveau ou la passer à quelqu'un qui bout à côté ? Le vice Capitaine de la Onzième est sans doute frustré de ne pas pouvoir castagner du fullbringer. Voilà l'occasion où jamais de le faire. Le cinquième siège voulait la renvoyer de façon à ce qu'elle arrive sur Krow en cloche. Relancer une autre balle et la mettre de façon à ce que l'ami Krow puisse réceptionner la balle pour y mettre toute sa rage.

Krow, c'est pour toi. Défoule toi !

Le garçon était tout sourire, il s'amusait bien. Mais est ce que cela allait durer assez longtemps ? Rien n'était sur.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   Lun 10 Nov - 0:49

Ange ? J'ai la gueule du type qu'on aimerait qualifier d'ange ?

Remarque, on se faisait bien appeler "Dieux de la mort". Un bien grand mot pour qualifier les fonctionnaires du surnaturel. La police spirituelle. Ouais, la seule grosse différence, c'est que nos armes de service peuvent raser un quartier. Grosse différence, hein, j'ai prévenu. Et j'parle même pas d'sa phrase dans son intégralité. Bien ça, très précisément ça, le genre de truc qui me fout en rogne. Ces connards d'ingrats. Ils nous la jouent peur de l'inconnu, fuite de ce qu'ils comprennent pas. Vous mettre en danger, hein ? Mais j'me marre. J'ME MARRE. J'me marre bien fort intérieurement, là. Mettre en danger. Dixit l'espèce de sauvage complètement déphasée qui était en train d'attaquer l'une de ses semblables et une autre Shinigami. Et je sais très bien comment c'est avec ce genre de personnes. Celles comme elle, celles comme l'aut' avec ses os, là. La fois où on tombe sur eux dans cet état, c'est jamais la première fois pour eux aussi. L'osseuse a buté nombre d'autres bonhommes, et ça, je n'en doute pas une seconde. Tout comme je ne doute pas une seconde qu'la blonde en face de moi l'a fait aussi. Elle a beau faire plus civilisé sur le papier, pour le moment, j'lui donne pas beaucoup plus de crédit qu'la mini cannibale. Ce ton, ces mimiques, cette manière de répondre. Elle pourrait me sauter à la gueule dans la seconde qui suit. Tout comme je serais prêt à l'accueillir de la plus cordiale des manières, en enfonçant délicatement mes phalanges dans son crâne. Rien ne me ferait plus plaisir. Comme d'hab, ces petites voix intérieurs qui se livrent un débat sans fin dans ma tête. Le moi qui attend qu'une chose : Qu'elle me donne le moindre petit prétexte pour que je puisse justifier le fait de lui fonçer dessus et lui ravager la gueule. Ce moi qui - et c'est la meilleure - s'est adouci avec le temps. Fut une époque où je n'aurais pas cherché la moindre justification. Fut une époque où j'aurais fait la simple addition Fullbringer agressif + Shinigami = Annihilation. Qui annihile qui, ça dépend des forces en présence. Là, le résultat de l'addition se retrouve plus qu'incertain. Elle est puissante, je l'ai vu. Mais j'suis pas là pour compter les cailloux non plus.

Par dangereux, j'entends pas que vous êtes trop puissantes. Si c'est ça, tout le monde ici est "dangereux", tel que j'veux faire l'entendre. Moi, je contrôle mon pouvoir, et non l'inverse. Sans en avoir vu énormément, je dirais que toi, t'es dans ce cas inverse, justement. Et elle aussi. Instable. Imprévisibles. Tant de mots qui vous définissent très bien.

Dangereuses.


J'insiste sur ce mot, non sans l'appuyer par un regard décidé. Etre soumit à une tentation, une dépendance, une addiction ou tout ce que tu veux, avec un si grand pouvoir... Non. Et oui, en un sens, je suis mal placé pour parler. Car si je contrôle mon pouvoir, je ne me contrôle pas tout le temps. Mais c'est à bien moindre échelle que les durites que peuvent péter ces fullrbingers en certaines circonstances. L'une a besoin de sang pour se calmer, et l'autre d'un bon lynchage dans les règles. Remarque, cette méthode fonctionne de toute manière avec tout le monde, et je suis bien placé pour le savoir.

V'la qu'le fil de mes pensées est interrompu par une prise de parole. Shin. Pitié, faites qu'il ne sorte pas une connerie. Parce que dans le genre imprévisible, il se pose là, lui aussi. Pas dans le même style qu'les deux autres, mais les conséquences peuvent se retrouver tout aussi désastreuses selon les circonstances. La bêtise. Ce gosse est tout simplement capable d'une bêtise à toute épreuve. Du pire comme du meilleur. J'me rappelle encore de l'épisode du bar. Cette envie que j'ai eu de lui enfoncer la tête dans le parquet. Et au lieu de ça, j'lui ai sauvé la peau. Parce qu'il sait se montrer utile. C'est pas juste un abruti fin-..." Un Jokari ? "

...

. . .

PUTAIN ! J'en étais sûr. J'en. Étais. Sûr. J'ai osé croire qu'il pouvait ne pas faire une bourde J'AI OSÉ. Un son clair, sec, presque résonnant tant la frappe fut forte. Ma main qui vient se plaquer sur mon front, l'air franchement blasé qui va avec. Un Jokari. Un Fuckin' Jokari. Vraiment. Non mais. Attends. Je rêve ou... "Tenu" ? ... Je le sens mais alors TELLEMENT pas. Et vas-y qu'elle nous sort un moellon gros comme ça, pour le balancer ha-... Oh. Eh ben, C'est qu'ça a des bras tout ça. Se méfier, l'a beau être toute fine, pas pour autant qu'il faut la sous-estimer sur le domaine d'la force physique. Et allez qu'ça monte, ça monte, pour finalement retomber en direction de Shin. J'jette un regard à la "vampire", qui disparait dans la seconde qui suit, pour se retrouver en l'air, et taper dans son projectile, qui fonce maintenant à une vitesse plus que dangereuse vers Shin. Il tente de ralentir la chute du truc comme il le peut, pour finalement l'envoyer vers moi. Que j'me défoule, hein ? Tss. J'vais pas avoir de quoi m'amuser à balancer du moellon.

Le truc m'arrive dessus, je le regarde arriver vers moi plus ou moins rapidement. J'reste immobile jusqu'à la fin, jusqu'à ce qu'il arrive au plus proche de moi. Là, bam, un coup du plat de la main, l'machin s'retrouve propulsé plusieurs mètres plus loin.

Tu veux jouer ma grande ? T'inquiète pas, va, on va jouer.

Mais on va rendre le tout un petit peu plus intéressant. J'fais quelques pas vers un rocher, puis l'empoigne de la paume de ma main droite. J'force un peu, fais sortir le truc de sous-terre. Et là, surprise, j'me retrouve avec un rocher de type Iceberg. C'est-à-dire, un rocher dont 60% est enfouie sous terre. Résultat, c'est une énorme pierre ovale d'à peu prés 4 mètres de long que j'me coltine sur l'épaule. J'me tourne vers la vampire, arme mon tir. Un pas en arrière, une longue inspiration.

J'te préviens, j'suis pas spécialement doué à ça, donc...

souish, j'fous tout mon élan, toute ma détente dans le lancer. Le vitesse du bout d'pierre est telle qu'elle soulève une lourde trainée de poussière sur son passage.

Arrête-moi ça, pour voir.

Et en même temps que je regarde le projectile filer vers sa cible, j'peux pas m'empêcher de me poser cette question : Krow, tu fous quoi, là ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre envie et désir [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre envie et désir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» Saloon, alcool et bagarre [LIBRE]
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» [Libre]Entre ténèbres - Le premier pokemon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-