AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 In da hood of the 11th Division [Feat Krow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Mer 5 Nov - 19:28

Depuis qu'il avait échappé à la mort à deux reprises, une fois au Hueco Mundo et la seconde dans le bureau de rien de moins que le Commandeur, Connor Hemingworth, Howard voyait la vie d'un nouvel œil. Son affectation lui donnait toujours envie de vomir ou de raser tout ce qui l'entourait, mais s'ennuyer et avoir les yeux agressés par un environnement laid et trop peu américain signifiait qu'il vivait, ce qui n'avait pas de prix. Cela dit, suite à une discussion avec son totem, quelque chose l'avait frappé: s'il disparaissait, qui se chargerait de démontrer la puissance de sa patrie à la face du monde ? La plupart de ses disciples chez les Reaper n'y mettaient pas du leur, sans doute parce qu'il était le seul à les considérer comme des disciples, et qu'eux le considéraient au mieux comme un drôle de type, au pire comme un gros débile. Et enseigner la chose à un de ces japonais... Hors de question, pas après Pearl Harbor. Et puis, il doutait que des types acceptent de recevoir des leçons après avoir reçu des bombes atomiques, les deux étaient peut-être un peu incompatibles. Et c'est un matin, peu après son retour, alors que le hollow intérieur continuait d'être là sans être là, même si les dernières traces s'estompaient, qu'un plan machiavélique, digne de son génie, lui vint. Il allait corrompre les jap' et se servir d'eux. D'après ce qu'il avait entendu, parmi les nazes qui constituaient la Soul Society, il y avait des nazes en chef, la Onzième Division, ou quelque chose comme ça. C'était des nazes plus costauds que les autres, donc. Le genre à fantasmer sur leurs muscles, et caetera. D'une certaine manière, Howard les comprenait, puisque lui aussi trouvait son corps musclé incroyablement classe, en plus d'être performant. Bref, ces gens-là devraient donc, potentiellement, se montrer réceptifs à quelque chose d'aussi puissant que les États-Unis d' Amérique. Et après, ils pourraient inculquer par la terreur l'amour de la patrie à leurs confrères. Et avec un peu de chance, Howard serait choisi comme chef suprême de la Soul Society.

Pas mal, comme poste, en attendant que Connor ne se rende compte de son potentiel et ne lui cède sa place. Habituellement, Howard se trouvait fantastique. Mais là, il se trouvait carrément génial. Et c'est presque - car il ne fallait pas oublier qu'il restait loin de sa patrie - heureux qu'il quitta le quartier général improvisé et commença à fendre les allées de la Soul Society, direction les quartiers des Shinigami. Il ne savait pas s'il avait le droit d'y être, mais il supposait que oui puisque les Reaper avaient pris le relais de ces derniers pour ce qui était des tâches en tous genres. Et de toute façon, il était HOWARD MOTHERFUCKIN' VALENTINE, le fils chéri de la grande Amérique, donc il n'allait pas laisser quelques jaunes lui donner des leçons sur ce qu'il devait faire et ne pas faire. Mais on ne l'arrêta pas, par chance, et il put rentrer dans le Seireitei sans trop de problèmes. Pas étonnant que ces débiles aient subi tant d'entourloupes s'ils se protégeaient aussi mal. Par contre, il s'agissait désormais de les trouver, ces nazes en chef. D'un claquement de doigts, le Reaper invita son totem à prendre de la hauteur, et à tenter de repérer des types musclés en train de se la coller. L'Aigle manifesta sa bonne compréhension en poussant un pépiement strident, et fila vers les hauteurs. En attendant qu'il ait fini sa patrouille, Howard tapota du pied sur place, et lança des regards mauvais à tous les Shinigami qui passaient et qui osaient le regarder plus d'une demie-seconde. Après un moment, Freedom revint et lui expliqua qu'il avait repéré des thugs en train de faire les caïds devant des bâtiments qui ressemblaient à de grandes salles d'entraînement. Ça collait avec la description, aussi l'américain suivit son Totem, qui le guida à travers les allées du Seireitei. Il arriva à son objectif après une petite trentaine de minutes, et effectivement, on ne lui avait pas menti sur la marchandise.

Ces types avaient l'air un peu plus costaud que your average Shinigami. Pas non plus de quoi en faire tout un plat, et rien de comparable avec le futur Commandeur, mais bon, c'était digne de mention quand on voyait le physique rachitique de la plupart de leurs compagnons. Howard n'échappa pas aux regards en biais ou autres œillades provocatrices, alors il décida de prendre les devants, et de faire les choses à l'Américaine. Ouvrant son manteau à la manière d'un Superman qui révèle son insigne, il le jeta derrière lui et fit de même avec son maillot de corps, révélant son torse à faire pâlir de jalousie tous ces Shinigami culturistes. Puis, il se retourna, montrant son dos aux cicatrices qui évoquaient le drapeau de sa patrie. Les regardant par-dessus son épaule, il beugla d'une voix forte:


SHINIGAMI! Vous savez ce que ça représente, à part la preuve que je suis un mâle alpha qui a résisté aux pires sévices ? C'EST LE DRAPEAU DES ÉTATS-UNIS D' AMÉRIQUE ! Et c'est moi, Howard Valentine, qui vais vous apprendre pourquoi vous devez vénérer LA PLUS GRANDE DES NATIONS !

Tant de charisme dans ce discours qu'il en laissa couler une larme sur sa joue gauche.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Lun 10 Nov - 19:04

Il est joli ton gribouillage, dis-moi.

J'lui lance ça, sortant de l'ombre d'un couloir, dominant la scène du haut d'un escalier. Alors toi mon pote, t'as gagné le gros lot. Merci. Juste, merci. C'est pile ce que j'attendais. Oh que je l'attendais l'abruti qui me donnerait un prétexte pour me défouler. Et justement au moment où j'y songeais, qu'est-ce que j'entends ? Un Reaper en train de beugler je n'sais quel charabia en s'la jouant exhibitionniste du coin. Bien beau d'avoir des bras plus épais qu'la moyenne, mais si c'est pour pas savoir s'en servir à côté, ça sert un peu beaucoup à que dalle. Alors comme ça, monsieur veut "nous apprendre pourquoi nous devons vénérer LA PLUS GRANDE DES NATIONS !". Hum. M'a l'air d'avoir un sacré pet au casque, c'ui là. Amérique, Amérique... Rien à foutre mon pote, on est crevés.

Ennnnnnnnnnnnnnnfin ! Là, j'vais m'faire plaisir. Si, quand même, j'vais lui donner une chance de s'barrer la queue entre les jambes. J'suis décidément trop bon. J'descends lentement les marches, pour arriver à son niveau, une imposante cour, un terrain d'entrainement normalement réservé aux manœuvres de groupe, d'où la grande taille. Une fois en face de lui, j'le regarde dans le blanc d'l'oeil, un sourire amusé, couplé à un regard prédateur. Tout en trouvant la situation loufoque, presque comique, j'vois aussi une occaz' en or de taper sur du Reaper. J'vois aussi une intrusion. J'ai déjà du mal à accepter l'arrivée de Reapers qui préviennent de leur venue à l'avance, et qui donnent un motif à leur visite dans mes locaux. Lui, il se pointe à l'improviste, et manifestement, la raison de cette intrusion, c'est s'la jouer gros bras. Et s'la jouer gros bras dans l'enceinte de la onzième, c'est de loin la pire idée qu'il pouvait avoir.

Alors j'vais t'expliquer l'idée, copain. Là, ce que tu viens de faire, ça s'appelle se foutre dans la merde. J'vais être gentil, et t'éviter petit un : de te prendre la plus grosse raclée que tu t'es jamais pris ; petit deux : De te faire enguirlander par la hiérarchie. Je ne le dirais donc qu'une seule fois :


Casse-toi. Maintenant.


Sur ces mots, un souffle de Reiatsu menaçant pour appuyer mon propos. Quitte à jouer le grand méchant Kenpachi qui fait peur, autant y aller jusqu'au bout. Très clairement, là, les choses sont telles que je l'ai dit : Il se barre pas dans la seconde qui suit, j'le démonte. Rien à foutre. C'est légitime, le gars se pointe chez moi et joue les kékés, j'me trouve déjà bien trop magnanime de pas le lyncher sans sommation. C'est ma vision des choses, si là-haut, chez les grandes pontes, ça désapprouve, j'dirais "j'savais pas, j'le referais plus", équivalant très clair de "j'm'en fous pas mal, il l'a cherché ce con". Ignorer, d'accord. Se laisser marcher sur les pieds, sûrement pas. T'as juste choisi la pire division possible pour passer tes nerfs, coco. Et ça, j'vais te le graver dans le crâne à coups d'poing si l'idée ne rentre pas tout seul après cet avertissement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Mer 12 Nov - 17:52

Comment ? Qui osait remettre en cause ainsi le plus beau des drapeaux de l'univers? Pour le savoir, le plus patriote des Reapers darda un regard plein de haine vers la source de la voix bourrue, et il trouva... un grand black. Le genre typiquement afro-américain, presque un type qu'il aurait pu avoir comme camarade pour aller planter quelques drapeaux dans les allées du Seireitei. Mais bon, vu comment il parlait du dit étendard, il n'était certainement pas originaire de la plus belle des patries. Mais il avait tout de même un physique atypique, pour un Shinigami. Ça changeait de toutes les biscottes jaunes comme des citrons. Enfin bon, le black avait mangé la distance entre le Reaper et lui, et le fixait désormais d'un air mauvais. Le Valentine, lui, soutenait son regard, nullement effrayé pour deux sous, et Freedom était venu se poser sur l'avant-bras offert par son maître, fixant lui aussi le colosse au teint d'ébène. Et puis, lorsque l'autre parla de nouveau, le Dieu de la Mort occidental eut le plus grand mal à ne pas éclater de rire : il voulait vraiment le démolir ? Oh please. Normalement, il aurait dû être impressionné par la démonstration d'Howard, et lui demander gentiment s'il voulait bien lui résumer les mille et unes raisons qui faisaient des États-Unis d'Amérique la plus grande des nations. Si il ne pouvait même pas faire confiance aux Shinigamis de la Onzième Division, à qui donc le Valentine allait-il pouvoir transmettre la tâche de promotion de son pays? A moins que son vis-à-vis ne le teste. Oui, il faisait semblant de ne pas être intéressé, pour vérifier la résolution de l'homme aux sept, ou plus, cicatrices. Un peu éhonté venant de la part d'un jap', mais Howard lui pardonnerait parce qu'il avait une bonne tête. D'un geste de la tête, le Reaper invita son totem à s'éloigner, et tandis que celui-ci s'éloignait, l'homme aux boucles dorés fit de même.

Il ramassa son haut, l'épousseta soigneusement, et, tandis qu'il l'enfilait, son totem lui ramena son manteau, et le maintint ouvert, de manière à ce que le futur remplaçant de Connor Hemingworth n'ait qu'à y glisser ses membres antérieurs. Ensuite, de ses mains gantées, il zippa la fermeture éclair, du col jusqu'au dessus du nombril, comme d'habitude, puis reporta son attention sur le noir, qu'il ignorait complètement depuis son incartade. S'il souhaitait recevoir l'enseignement du Valentine, il n'avait qu'à montrer patte blanche et s'excuser pour l'affront fait au drapeau et à son envoyé. Mais était-il assez intelligent pour le deviner tout seul ? De l'avis commun, un Shinigamin n'était pas très fut-fut, et ceux de la Onzième passaient pour l'être encore moins. Tout dans les muscles et rien dans le cerveau, contrairement à Howard qui avait la chance d'avoir un esprit sain, génial selon ses termes, dans un corps sain, bichonné et entraîné sans limites. Magnanime, le maître de l'aigle à tête blanche se décida à indiquer la voie de la rédemption à son probable futur disciple :


- Allons, ce n'est pas comme ça qu'il faut réagir si tu veux qu'enfin je te remarque, cher disciple. Je devrais t'infliger la correction de ta vie pour avoir bafoué le drapeau des ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE et son envoyé le plus zélé, c'est à dire moi, Howard Valentine, mais je suis enclin à la générosité parce que tu me plais, mon grand. Si tu t'excuses, tu auras droit, et tes petits camarades aussi, à la première des mille-sept-cent soixante-seize leçons sur la grandeur de MOTHER AMERICA. Et range-moi ce reïatsu, tu pourrais te blesser.

Maintenant, la balle était dans son camp. Il ne tenait qu'à lui de faire acte de foi ou bien de s'attirer le courroux du Valentine, et de risquer de recevoir la leçon de sa vie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Mer 26 Nov - 22:58

Tseuh. à quoi je m'attendais.

Comme si ce genre de taré pouvait être raisonné. Comme si ce genre de taré allait se rendre compte de sa connerie et se contenter de tourner les talons à la première démonstration de force? J'ai attendu 5 secondes. Ces cinq secondes que je lui accordais. Ces cinq secondes qui lui étaient imparti pour commencer sa démarche de foutre le camp d'ici. Mais non. Il reste. Il prend son temps, il se rhabille doucement, m'ignorant superbement par la même occasion. Attends que j'te fasse avaler ton piaf, qu'on s'marre. Là, je le regardais sans le regarder. Mon regard le transperçait, pour se projeter vers l'horizon. Mon faciès qui ne change pas d'un pouce, pas une once d'agressivité dans mon expression. Un reiatsu inchangé, qui reste à ce niveau un peu plus haut que celui que j'ai l'habitude de maintenir. Son petit speech qui s'enchaîne, je l'écoutais sans l'écouter, mon Ouïe comme troublée, comme si un obus venait d'éclater à quelques mètres de moi. Quelques mots remontaient en surface : Amérique, correction, leçon, excuses.

Excuses ?

Puis là, j'vois sa bouche arrêter de bouger. J'le vois fermer sa gueule. Là, mon regard jusqu'alors perdu au loin se replonge dans le sien, j'sors de cet état second, et là première chose que je fais, c'est que j'soupire un coup. Vraiment. Fort, la mine désolée, l'air presque déçu. J'le regarde, puis je tourne la tête de gauche à droite, une sorte de "pourquoi tu fais ça ?" physique.

J't'avais prévenu.

Et là, feu d'artifice. à tous les niveaux. Feu d'artifice de Reiatsu, feu d'artifice mental, feu d'artifice libérateur, et aussi et surtout, feu d'artifice dans sa gueule. D'un geste d'apparence dénué de puissance, presque mou, j'viens abattre ma main sur sa joue. Super-Gifle, connard. T'as cru juste pivoter un peu d'la tête avec un coup pareil, bah non, tu voles dans l'mur d'en face. C'est ça l'idée. J'vais t'en faire voir du pays, moi; s'il le faut j't'y ramène à ta bien-aimée patrie, à grand coup de gifles comme celle-ci.

Plus question de réfléchir, d'hésiter. J'me suis toujours arrangé pour éviter le conflit avec un Reaper, tout en restant fidèle à moi-même. Aujourd'hui, je pouvais pas faire l'un sans compromettre l'autre. Et j'ai fait mon choix. T'as voulu rentrer chez moi et essuyer tes bottes sur le canapé, la seule réponse à laquelle tu aura droit est de te faire virer manu-militari d'ma piaule, dans un état plus ou moins proche de celui dans lequel tu y est rentré. Et quand les types en uniformes viendront me poser des questions, je me contenterais de répondre "légitime défense". Les gars savent comment ça va tourner tout ça, et ont prit une distance de sécurité.

Non les gars. Pas assez. Vous ne serez pas en lieu sûr tant que vous n'aurez pas quittés la zone vu ce qui va suivre.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Ven 28 Nov - 13:17

Le Capitaine de la Onzième Division semblait en proie à une intense réflexion, du moins dans le domaine de ce que son cerveau limité de Shinigami pouvait lui autoriser. Cherchait-il comment répondre à Howard sans le froisser ? Le cas échéant, ce futur disciple devait vraiment être désireux de faire ses preuves, ce qui n'était pas pour déplaire au Valentine : quelqu'un qui le reconnaissait à sa juste valeur (à savoir futur Commandeur des Reaper et fils préféré de la mère Amérique), c'était hélas si rare ! En tout cas, le colosse d'ébène lâcha enfin une réponse, sur fond de menace, assez étonnamment. Ce qui eut pour effet d'agacer le maître de Freedom : ce débile n'avait donc pas compris l'honneur que lui faisait le patriote en lui proposant de l'instruire sur la beauté de sa nation ? Mais non, en lieu et place de la soumission qu'il aurait dû avoir en tant que membre d'une caste inférieure, celle des Shinigami, qu'on ne taxe pas Howard de racisme, il voulait en découdre ! Peut-être était-il du genre à aimer que les leçons rentrent à la manière forte. En ce cas, Howard lui expliquerait à grands renforts de "schémas" et de "métaphores percutantes" où était sa place, et pourquoi il devrait courber l'échine. Mais le grand noir passa à l'attaque le premier, assénant une gifle en apparence banale au fils préféré des États-Unis d'Amérique. Sauf qu'elle n'avait de banale que l'apparence : la grosse pogne du chef des culturistes de la Soul Society envoya valdinguer le Valentine jusque dans le mur d'un baraquement non loin, le plongeant sous une chape de poussières et de gravats. Freedom rejoignit à toute vitesse son maître, et lui demanda en un coassement s'il allait bien. Oh que oui, il allait bien. Mais il n'était pas content. Oh que non. Se redressant de toute sa stature, il émergea hors de la fumée et darda un regard plein de haine sur celui qui venait de rater sa chance de devenir son disciple privilégié.

Sa mâchoire carrée crispée en une moue coléreuse, il cracha chaque mot, promettant à "l'ingrat dégénéré" de lui "faire regretter le jour où sa mère l'avait largué sur terre." Faisant craquer ses phalanges gantées, il laissa filtrer son reïatsu au maximum de son potentiel : plus aucun problème pour se lancer dans la bagarre. Rien ne lui interdisait de venir faire la promotion de sa belle nation chez les Shinigami, et c'est le Kenpachi qui lui avait donné le premier coup. Connor Hemingworth n'aurait donc rien à redire à son meilleur soldat. Mais de toute façon, il allait tellement démolir l'insolent que celui-ci préférerait les raisons de ses blessures, prétendant être tombé dans l'escalier. Et s'il voulait dénoncer, le Valentine reviendrait lui mettre deux ou trois gnons pour lui rappeler où était sa place : à ses pieds, à cirer ses chaussures. Il aurait pu s'élever, mais il avait craché sur cette chance. Tant pis pour lui, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui. Levant une main au dessus de ses boucles dorées, le Valentine en laissa émaner un flux d'énergie glaciale, qu'il changea en un aigle de bonne taille qu'il lança en direction du Capitaine. En parallèle, Freedom contourna le basané et piqua vers son dos, serres en avant, concentrant lui aussi un froid glacial au bout de ces dernières. Puis, rapprochant son pouce et index droit de sa bouche, il souffla dans l'interstice ainsi formé, créant une longue aiguille de glace, qu'il lança alors vers le front du Shinigami à la peau sombre. Enfin, il créa une gangue de glace autour de son bras droit, formant un poing aux proportions respectables, et il abattit le dit membre sur sa cible. Prenant un peu de recul pour évaluer son état, il souffla et lâcha sur un ton narquois :


- Alors, nigga, tu as oublié ton insolence ou il faut que je te cogne encore ?

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Jeu 11 Déc - 0:08

Allez hop, va voir dans l'mur si j'y suis.

Ça c'est du rembarrage comme je l'aime. Mais comme prévu, c'est pas ça qui va le calmer. Bien au contraire. Le v'la qui m'sort son Reiatsu, l'air se rafraîchit, et s'alourdi. Quelques-uns des Shinigamis présents se retrouvent cloués au sol, tous ressentent un malaise plus ou moins prononcé selon leur niveau respectif. Quant à moi, j'claque mon Reiatsu à mon tour, et c'est comme si rien ne s'était jamais passé. Yeux rouges, air autour de moi teinté de la même couleur, le poids de son énergie sur mes épaules disparaît. S'il est capable de taper dans du Reiatsu aussi oppressant, c'est qu'c'est pas une brèle non plus, j'imagine. Cool, j'vais pouvoir me déchaîner. L'est tout colère, le type au piaf, tandis que pour moi, ce combat, c'est une véritable libération. Enfin, faire ravaler ses dents à uns de ces squatteurs. C'est presque avec un sourire que j'accueille sa première attaque. J'ouvre les bras, accueille l'aigle de glace sur mon torse. Bam, impact, j'recule de deux trois pas, 'suis un peu secoué. C'tout ? Vraiment ? Parce que c'est bien beau de savoir bien manipuler son Reiatsu, mais si c'est pour me lancer ça après... Ouais, là, si t'as d'la chance, t'arriveras peut-être à me faire mourir de rire. C'est ta seule chance de m'atteindre. J'me fait la remarque dans la tête, et du coup, ne remarque pas sa bestiole arriver dans mon dos. Je remarque pas, mais je sens. Je sens ses serres s'enfoncer dans ma peau, me glacer l'épiderme jusqu'à l'os. Touché. J'ai pas été assez vigilant. Et pourtant je savais que ces trous du cul pouvaient se servir de leurs bestioles pour se battre. Putain de dresseurs à la con, va.

J'me retourne, vire le piaf d'un geste du bras, et réoriente mon regard vers mon adversaire. Objet non-identifié en approche. Pas l'temps d'réagir, j'me prends une aiguille glacée sur le front. Sauf que celle-ci ne transperce pas ma peau. Elle tape contre, puis s'écrase au sol, me laissant groggy une demi-seconde. Le temps de reprendre mes esprits, et me voilà avec l'aut' Yankee sur le dos. Ou plutôt en face de moi, ici. En face de moi, avec un bras entouré d'une glace aux allures de poing géant. Il attaque, je bouge pas, pas avant le dernier moment. Alors que son poing est à quelques centimètres de m'atteindre, je me décale d'un simple pas vers la gauche, pivote mon corps sur la droite, et le regarde foutre son coup dans le vide. Rapide, efficace. Pas besoin de faire dans le triple salto arrière pour esquiver un simple coup tel que celui-ci, on est pas dans un film de Jet Li. J'fais un p'tit pas en arrière, le regarde. Heh, si tu veux me faire abdiquer, va falloir y aller un peu plus fort que ça coco. Autrement tu vas vite déchanter. à sa remarque, je réponds par un sourire. En un sens, il est marrant, l'type. Détestable, perché, un peu concon sur les bords, mais marrant. Maintenant, faut voir combien de temps on va s'amuser tous les deux. Est-ce que j'suis en face de l'un de ces gus qui provoquent sans avoir c'qu'il faut derrière pour assumer leurs paroles ou en face d'un type qui a les moyens de soutenir ses dires par des actes ? C'est c'qu'on va voir, ici et maintenant.

Va falloir que tu cognes encore un peu, j'en ai bien peur.

Sur ces mots, je me mets à lentement marcher vers lui. Une marche lente, assurée. J'arrive à deux/trois mètres de lui, j'empoigne rapidement mon Zanpakuto, toujours rangé dans son fourreau. Là, pas en avant, dos légèrement voûté, zanpakuto en main, levé haut vers le ciel. Mon bras s'abat vers le bas, abattant par extension le bout du fourreau de Kaji sur l'épaule du Reapers. J'lâche immédiatement mon zanpa et le laisse tomber au sol, tandis que ma jambe droite se lève, pour aller se loger dans l'intérieur de son genou. Une fois le coup porté, je rabats ma jambe droite au sol, alors que la gauche est déjà à mi-hauteur, en train de progresser vers la joue de l'Américain. Latte dans sa gueule, j'me laisse emporter par le mouvement de rotation du coup et tourne sur moi-même, bras droit ramené au niveau de la hanche. La rotation s'achève s'achève, et mon bras part, emporté par l'élan du mouvement, pour aller se loger en plein dans son bide.

Et jamais pendant toute la durée de l'enchaînement ce petit sourire amusé n'aura quitté mon visage. Nul doute qu'il laissera place à une expression différente quand les choses sérieuses vont débuter, mais pour le moment, je me contente de profiter du combat.

Puis surtout, j'essaie de ne pas penser à l'état de cette partie de la division une fois le tout terminé.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Jeu 11 Déc - 10:09

Tout se passait plutôt bien, même très bien. Les attaques d'Howard faisaient toutes mouche, et nul doute que l'insolent Capitaine allait bientôt le supplier d'arrêter, les larmes aux yeux. Sauf que l'autre évita son Fist of Liberty, et se permit même de répondre avec impudence à la question du Valentine ! De plus, à en juger par son aspect, il en faudrait beaucoup plus pour faire tomber le chef de la Onzième Division. Mais bon, pas étonnant puisqu'il était censé être le plus fort des Shinigami. Pas au niveau d'un Reaper, évidemment, et encore moins à celui d'Howard, mais il pourrait sans doute offrir une distraction valable au fils préféré des États-Unis d'Amérique. Ce dernier se mit d'ailleurs en garde, puisque l'autre approchait. Chose étrange, il n'avait toujours pas sorti son sabre, alors que les Shinigami étaient censés être nuls sans leur zanpatruko. Il frappa Howard avec le fourreau, ce qui surprit évidemment l'américain qui encaissa le coup, son épaule et par extension tout son bras vibrant sous la force de l'impact. Ainsi déstabilisé, il ne vit pas venir le coup suivant et la guibolle épaisse comme un tronc d'arbre du black lui frappa violemment l'arrière du genou.

L'autre jambe vint lui heurter le visage, et il se décida enfin à riposter : il esquiva le dernier coup d'un dash en arrière, s'échappant de la portée du black. Crachant un peu de sang (il s'était mordu la joue en mangeant le coup de pied, ce n'était certainement pas des frappes aussi pitoyables qui feraient couler le fluide vital du plus patriote des Reapers ! ), il adressa un sourire narquois au colosse à la peau d'ébène, avant de le féliciter : il n'était pas si mauvais, pour un Shinigami. Il ne le mentionna pas à voix haute, mais le fait qu'il puisse lutter contre sa pression spirituelle en utilisant la sienne, de niveau équivalent, présageait d'un affrontement équilibré. Freedom, qui s'était décalé lors des assauts du nigga, s'approcha de son maître. Le regard du Pygargue en disait long : il prévenait Howard que ce gusse n'était pas n'importe qui. Il l'avait senti, lorsqu'il avait lacéré son dos. Bien sûr, le Valentine ne perdrait pas, parce qu'il était invincible, n'en déplaise aux engeances du Hueco Mundo qui l'avaient tenu en échec dernièrement.

Mais s'il considérait ce black comme un simple jap', il perdrait. Croisant les bras et toisant son adversaire, il lâcha :


- Mais au fait, c'est quoi ton nom, nigga ? Un shinigami black, ce n'est pas courant. J'espère que tu n'as pas un patronyme à coucher dehors comme tous tes potes. Je serais déçu, le cas échéant.

Mais le futur Commandeur des Reapers n'attendit pas la réponse de l'autre pour repasser à l'attaque : il dégaina Justice, et fit feu en direction des yeux de son opposant. Il tira deux autres balles, une vers chacune des épaules du colosse à la peau sombre, puis entama la réalisation d'une de ses techniques les plus dévastatrices : s'élevant d'un bond, il joignit ses mains, formant un triangle, et centra ce dernier sur le Capitaine de la Onzième, comme un pilote d'un avion de chasse verrouillerait sa cible. Puis, il se courba, abaissant son centre de gravité, et piqua sur son adversaire d'un dash, les deux poings en avant, en beuglant pour le théâtral :

- GOÛTE AU PLUS PUISSANT MISSILE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ! EAGLE DIIIIIIIIIIIVE !

Et en heurtant le sol, qu'il ait touché ou non le grand noir auparavant, il fissura ce dernier, soulevant poussières et gravats. Il n'avait véritablement pas menti en employant le qualificatif de plus puissant des missiles.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Mar 16 Déc - 0:57

Krow. Krow Karlson. Pas de noms en akimachin shizotruchouette.

J'lui sort ça, et à la fin de ma phrase, une chaîne vient claquer au sol. En remontant le long de ladite chaîne, on voit qu'elle est accrochée à mon poing. Sa jumelle est présente sur l'autre poing : me v'la paré, Shikai activé. Un peu surpris qu'on me lâche une telle question en plein combat m'enfin, rien ne m'empêchait de répondre. Il encaissait bien le salaud. Belle esquive sur le dernier coup. Hum. Voilà qui m'conforte dans cette idée comme quoi je ferais bien de ne pas le sous-estimer. La plupart de mes défaites, je les dois à un excès de confiance, à une mauvaise estimation de la puissance du type d'en face. Je m'en suis plusieurs fois mordu les doigts de n'avoir pas pris quelqu'un au sérieux à cause de son apparence, ses manières, ou bien encore son physique. Jamais par le grade, cela dit, je sais à quel point un grade peut ne rien pouvoir dire. Mais lui, aussi random qu'il pouvait être, n'était clairement pas à sous-estimer. Je ne l'avais pas remarqué au début, mais ça m'paraissait désormais clair et net. Et c'est avec cette donnée en tête que je me replonge dans le combat, voyant le Reaper en face de moi dégainer son calibre. Canon pointé entre mes deux yeux, le doigt qui presse sur la gâchette, et une épaisse couche de métal qui se crée sur mon front. Impact, la balle se retrouve stoppée net, ricoche sur cette seconde peau avant de tomber au sol. Deux autres balles, cette fois-ci, pas le temps de déployer une défense convenable. Sprotch, les balles rentrent dans ma chaîr, vrillent à l'intérieur pour ressortir de l'autre côté. J'serre les dents, regarde le sang couler. Sans mauvais jeu de mots, je douille. c'est pas d'la merde, son gun, là.

Et apparemment, l'offensive n'était pas terminée. Le v'la en l'air, tête pointée vers moi, prêt à charger comme un mirage. Donc. Tu veux me charger, c'est ça ? Heh. Allons bon. Viens ici mon pote, viens qu'on s'amuse. Jamais tu ne vas regretter une action plus que celle-ci. Mais je retiens, et j'apprécie. Tu m'ôtes la peine de me déplacer vers toi pour ce qui est de la partie cassage de dents. Sympa, vraiment sympa d'ta part.

Et voilà, il est lancé. Il mentait pas dans son p'tit speech, un vrai missile. Mais si c'est là ce que les états unis d'Amérique ont de plus puissant, c'est que le pays est sur l'déclin. Aussi rapide qu'il puisse être, pour un type entrainé au hakuda comme je le suis, ça n'a que peu d'importance. J'ai tout le temps de le voir arriver, pour attendre le bon moment pour agir. 'Savez, c'est ce moment qu'on peut voir dans les films de Kung Fu. Parce qu'en fait c'est pas que dans les films. Ce moment où le temps semble se ralentir, presque s'arrêter, et où on peut voir l'adversaire lentement progresser vers nous. Là, je le vois, comme si on avait mis un slowmo'. Je le vois arriver au ralenti, et mon bras se lève, aussi lentement que ses deux poings tendus progressent vers moi. Ce qui me paraissait durer une longue poignée de seconde n'aura duré qu'un millième de seconde pour les Shinigamis autour. Impact, onde de choc, levée de poussière, gravats propulsés dans les airs un peu partout. Et moi, le bras tendu, main empoignant le patriote par la tignasse.

Faiblard, ton Nuke.

Puissant, en réalité, et si j'avais pas opposé la défense adéquate, j'aurais pris cher. Ses poings à quelques centimètres de ma face, mais mes bras auront été assez longs pour le stopper avant que ses mêmes poings ne progressent ne serait-ce que d'un centimètre de plus. Un centimètre de plus, et je me retrouvais quelque mètres plus loin, propulsé par un coup d'une telle puissance. Mais non. Je suis là, debout, intact, et lui et là, toujours en l'air, tête pointée vers moi. Une demi-seconde comme ça, avec moi le tenant par la tête, et j'agis. Mon bras libre, levé au ciel, s'abat sur la trogne du Reaper, avec pour idée de l'encastrer dans le sol, juste à mes pieds. Sans lui laisser le moindre répit, la moindre seconde de repos, je lui rattrape sa longue tignasse, puis jette un regard derrière moi. Un mur. Comme j'aime les murs. Et si on tentait un strike, hum ?

Sur cette pensée, je fais un pas en direction du bout de béton, la tête de l'autre toujours dans ma main. Mon autre bras tendu, direction le mur, comme pour viser un point précis. Une détente optimale, j'suis prêt. Souish. Le bruit du vent quand, en y mettant tout mon élan, je balance le Yankee dans l'mur. Et comme si c'était pas suffisant, avant même d'entendre sa carcasse heurter le mur, je crée un marteau de métal taille humaine juste au-dessus du point où il est supposé s'encaster. J'abaisse mon bras, le marteau frappe le sol, avec puissance.

Reste maintenant s'il y a un Reaper réduit à l'état de crêpe bretonne en dessous ou non.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Mar 16 Déc - 12:41

Krow Karlson. Ce black avait vraiment un nom d'américain. L'espace d'un instant, Howard considéra le fait qu'il puisse être un compatriote. Mais le cas échéant, comment avait-il pu se retrouver au milieu de ces incapables de Shinigami ? Il faudrait qu'Howard éclaircisse ça. Mais une fois la castagne terminée. Parce qu'il y prenait plus de plaisir qu'il n'aurait daigné l'avouer : un adversaire avec un peu de répondant, ça lui avait par trop fait défaut, dernièrement. Il lança donc son Eagle Dive, et le Capitaine l'arrêta d'une seule main. Pas le temps pour le Valentine de s'extasier que déjà l'autre paluche du colosse d'ébène l'envoyait mordre la poussière, au sens littéral. Ça plus les coups de tout à l'heure, il fallait qu'il fasse gaffe sinon il finirait dans les vapes. L'autre l'attrapa par les cheveux, et le fils préféré de l'Amérique grimaça : ça faisait mal, bordel ! Finalement, il comprenait pourquoi tous ses instructeurs lui avaient dit que les cheveux longs au combat, c'était une mauvaise idée. Peut-être qu'il n'aurait pas dû tous les envoyer bouler. Enfin, si, mais sans trop les insulter, parce qu'in fine, ils n'avaient pas tort. Cependant, Krow prit trop de temps à se décider, et Howard parvint à se libérer de sa poigne avec un Dash, lui laissant tout de même au passage quelques mèches blondes.

Ce qui lui laissa toute latitude pour se défendre de l'attaque qui suivit : il dressa un igloo autour de lui, et le marteau brisa la maison d'eskimo, mais ne toucha pas un cheveu du Reaper. Qui décida d'ailleurs de contre-attaquer, et d'utiliser une stratégie qui avait déjà fait ses preuves : sifflant son Totem, il lui indiqua de suivre la stratégie numéro deux, au moyen d'un v de la victoire réalisé avec son index et son majeur gauche. Il laissa alors s'échapper de son corps plusieurs masses de reiryoku, qui devinrent glace puis adoptèrent progressivement une forme beaucoup plus seyante : celle du fervent défenseur de la Mère Amérique, à savoir Howard. Ses quelques clones étaient là, autour de lui, et il n'eut qu'à faire un geste pour qu'ils chargent le Capitaine de la Onzième, leurs mains en avant, bien ouvertes pour lui infliger la morsure du froid. Le Valentine suivit ses ouailles, et se glissa entre eux, entourant sa main droite d'un reiryoku bleu, aussi translucide qu'un glacier. Techniquement, il ne ressemblait pas tant à ses clones que ça, et ce n'est pas parmi quelques lui-même qu'il pourrait se cacher, tant il irradiait le charisme, mais cela pouvait déstabiliser le colosse, qui ne s'attendrait pas à le voir si proche de l'assaut.

Mais ce n'était là que les deux tiers de sa stratégie gagnante, puisque Freedom vint délivrer la cerise sur le gâteau, ou plutôt les glaçons dans le whisky : passé dans le dos du Karlson, il agita ses larges ailes brunes et laissa s'en échapper une myriade de grêlons. De quoi occuper encore plus le Shinigami. D'ailleurs, les clones et Howard venaient d'atteindre leur cible, et l'original tendit sa main entourée d'énergie vers le cou du Karlson, tandis que les clones se jetaient eux aussi sur lui. Au cœur de l'attaque comme il l'était, le Valentine n'y réfléchissait pas trop, mais il commençait, mine de rien, à avoir utilisé beaucoup de son énergie. Et s'il pouvait sans doute encore tenir quelques rounds, il ne faudrait pas que le combat s'éternise trop, sans quoi ce serait sa défaite. Sans compter que les coups assénés plus tôt par le black lui avaient cassé quelques trucs, apparemment... Mais bon, il s'amusait trop pour y penser.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Ven 19 Déc - 5:14

Merde alors. il veut pas aller dire bonjour au mur. Facheux.

En tout cas, il aura tout de même mangé l'bitume. Et ça, c'est déjà pas mal. Manipulant la glace comme il le fait, il aura réussi à se défendre sans trop de peine de mon coup d'marteau. Trop gentillet. Faut que je frappe plus fort. Faut que je fasse mal. Un grand coup. Puissant, imparable. Quitte à ce que je sois plus capable de bouger après ça. Mais attends, j'pars trop vite en besogne. Avant de penser à l'attaque, va falloir envisager la question d'la défense, parce que ça compte pas se laisser faire en face. Et c'est ça qui est intéressant. Hum. Curieux, la forme que prend son attaque. Du Reiastu, qui se transforme en glace, en plusieurs petits amas de glace, même. Pour finalement prendre peu à peu la forme de... Wait. Des clones ? Des clones de glace ? Bon. Bah d'accord, hein. Me demandez pas pourquoi, mais je m'attendais pas du tout à ça. Des lances de glace dans la tronche, un gros laser glacé ou une connerie du genre. Mais des clones. Pas à l'aise avec les clones. C'est propice à toutes les stratégies vicieuses et à tous les coups d'pute possibles et envisageable. Va falloir que je reste sur mes gardes.

Un geste de la part de l'original, et voilà qu'une vague de clones de type bonhomme de neige me tombent dessus, bras tendus en avant. Kek'chose me dit que j'ai pas envie que ces trucs me touchent. Mais vraiment pas. Pas une simple engelure que je risque à leur contact, ça non. du coup, rebelote, c'est parti pour l'esquive. Mais j'ai comme l'impression que cet assaut va être plus compliqué à esquiver que son gros coup de poing glacé de tout à l'heure. J'entame ma manœuvre d'esquive, et v'la que je me prend des grêlons dans le dos. Putain de piaf à la con. Toi, tu vas finir dans la marmite avant la fin d'la journée si tu commences à m'les briser.

Déstabilisé dans mes mouvements, j'arrive quand même à esquiver la majeure partie des assauts. Quelques blessures ici et là, mais rien de bien handicapant. Quoique, sur le cumul, ça commence à faire pas mal. Il m'a bien amoché, le con. Mais je peux encaisser. C'est ce que je fais de mieux. ça, et rendre les coups.

Au bout de quelques assauts supplémentaires de la part des clones, l'original se montre enfin. Se glissant entre ses copies, il m'attrape à la gorge, main entourée de cette glace qu'il manipule. Merde. Je l'ai pas vu venir, celle-là. L'étreinte glaciale commence à vraiment me faire douiller, faut que je fasse quelque chose. Dans un dernier effort, dans un rassemblement de mes dernières forces, je serre mon poing, et mes tout ce que j'ai dedans. Tout ? Nan, pas vraiment. Mais l'idée n'est pas de tuer ce Reaper. Seulement de lui foutre une monumentale branlée. Et alors qu'une Lueur rouge commençait à entourer mon poing, j'me ravise : pas moyen de sortir ça ici. Un tel coup dans l'enceinte de la onzième, c'est un coup à me retrouver avec pas mal de réparations à faire sur les bras. Le terrain me parait assez défoncé comme ça. J'dissipe le Reiatsu qui se forme autour de mon poing, mais le serre encore plus fort pour compenser. Si j'compte pas te buter, crois-moi copain, tu vas manger d'la soupe pendant un sacré bout de temps après celle-là. Ma droite prête à frapper, avec sa voisine de gauche, j'empoigne l'avant-bras du Patriote. Du bout de la chaîne qui pend à ce bras, on voit du métal liquide qui coule au sol. Attention à la glissade, ce serait bête de perdre l'équilibre avec ce qui t'attend. Je m'extrais de sa poigne, bien que le mal soit déjà fait, puis J'fais passer son bras au-dessus de mon épaule, histoire de le rapprocher le plus possible, alors que mon poing droit arrive en dessous d'son menton. Coucou c'est moi, bam, uppercut dans ta gueule, le yankee. Et pas du p'tit uppercut, ça non. Si après ça il est pas couché, j'mange mon haori.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Quinta Espada

Messages : 116
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   Ven 19 Déc - 8:50

Howard serra les dents, et faillit jubiler alors même qu'il réussissait à atteindre la gorge de son opposant. Qu'il tombe, bon sang ! Il avait été plus qu'honorable dans ce combat, et même si Howard ne le reconnaîtrait probablement jamais, il valorisait la force d'un Shinigami, pour la première fois depuis qu'il était arrivé à la Soul Society. Bon, ce Shinigami était presque un compatriote, ce qui lui facilitait les choses, mais quand même, il partait de loin à la base. Hélas pour le Valentine, son adversaire avait tout autant que lui l'envie de gagner, et il résista vaillamment à l'étranglement glacial du plus patriote des Reapers. Il contre-attaqua alors, et le maître de Freedom sut que s'il encaissait ce coup, il était fichu. Alors qu'il préparait sa manœuvre d'esquive, il remarqua la mare de métal liquide à ses pieds, et perdit ses appuis. Il ne pouvait pas en vouloir au Capitaine, lui aussi avait usé et abusé des pouvoirs de son totem. Et ce qui devait arriver arriva : l'uppercut lancé par la colossale paluche du black le cueillit au creux du menton.

Sous la force du coup, il vola sur quelques mètres, et s'écrasa lourdement au sol, vomissant du sang. Sûrement qu'il s'était mordu la langue sous le choc. Il resta allongé un moment, étourdi, tandis que son pygargue se penchait sur lui, lui demandant s'il allait bien. En vérité, les images de son pays défilaient devant ses yeux, pour lui donner le courage de se relancer. Bien sûr, la honte de la défaite rendait ça difficile, surtout après qu'il ait déjà perdu contre le foutu dieu des Hollows, et après que Connor lui ait fichu une brasse. Et puis, comme il était un tantinet raciste, perdre contre un black le faisait un peu chier. Mais bon, Krow s'était battu honorablement, et il avait un nom qui sonnait bien. Soutenu par son volatile, le Reaper le plus zélé lorsqu'il s'agissait de vanter son pays se redressa, tremblant sur ses appuis. Il aurait bien lancé lui aussi une ultime attaque pour la forme, mais son corps ne le suivait plus. Il fallait qu'il se renforce, ça devenait clair... Après quoi, il prendrait sa revanche.

Essuyant d'une main tremblante le sang sous ses lèvres, il pointa du doigt le Karlson et lâcha :


- Beau combat, Krow. Tu n'as pas gagné, je ne fais que prendre du recul. On s'reverra, crois-moi. Mais rouille pas ici : t'as du potentiel, trop pour ces idiots d'jap. Ils vont finir par t'entraîner avec eux.

Howard se demandait lui-même pourquoi il lui disait ça, mais bon. Sans doute que l'adage sur les amitiés forgées par les bastons était vrai. En échangeant des coups avec Krow, il avait fait sa connaissance, et... PEUH ! Tant de conneries à peine digne de figurer dans un des manga merdiques que lisaient les japs. Toutefois, le Valentine ne savait pas si le Kenpachi avait encore l'intention de le tabasser ou non, donc mieux valait qu'il file sans demander son reste. Clamant une dernière fois le nom de son pays, il puisa dans ses dernières réserves pour créer deux ailes dans son dos et s'en servit pour planer hors de la zone de combat. Il avait réussi sa journée, visiblement. Et même si la Onzième ne reconnaissait pas encore la puissance des États-Unis, l'échéance n'en était que repoussée. La prochaine fois, il remporterait la victoire, et ferait d'eux ses disciples. Foi d'HOWARD VALENTINE, FILS PRÉFÉRÉ DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ! Et les Shinigami alentour se demandèrent sans doute pourquoi ce drôle de type avec des ailes criait tout seul alors qu'il prenait la direction du Rukongaï et, surtout, du quartier général des Faucheurs.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2982-aguante
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: In da hood of the 11th Division [Feat Krow]   

Revenir en haut Aller en bas
 

In da hood of the 11th Division [Feat Krow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» In da hood of the 11th Division [Feat Krow]
» Division dans le camp Martelli « Repons Peyizan » eclate
» Mais où est le capitaine de la 10ème division ?!
» [BlitzKrieg] 2ème SS Panzer Division "Das Reich"
» Football Cadet Division 2 Sag-Lac-St-Jean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-