AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Sam 8 Nov - 12:55

La purge, voilà un sujet qui pouvait me faire craindre bien des soucis. Si j'en comprenais la cause, je n'en connaissais pas la cause. Comment pouvait-on, ordonner le massacre, l'élimination d'âmes ?. Bien sur, il était de notre devoir de maintenir l'équilibre entre les 3 mondes, mais la suppression de tant d'âmes était-il nécessaire. Il devait y avoir une autre solution, j'avais espoir dans cette possibilité. Est-ce que le Hueco Mundo, cette terre de souffrance, allait payer le même prix. Éliminer une telle quantité d'âme, ne risquait-il pas de créer un autre déséquilibre, plus intime cette fois-ci. Un grand nombre des nôtres étaient originaires des districts qui allaient être frappés. Bien sur, notre commandante avait pensé à cela, pris cela en compte dans son choix. Il était certains, que nous n'allions pas voir des shinigamis massacrer, exécuter, des âmes innocentes, du moins je l'espérais. Pourquoi ne pas laisser cette tache, aux reapers, après tout ils n'avaient pas à vivre par la suite avec le regard des survivants et de nos compagnons. Combien des nôtres, pourraient supporter de commettre un tel acte, même pour le bien d'un plus grand nombre. Ceci ne risquait-il pas de créer de rajouter de la pression, de créer de nouvelles tensions, des points de ruptures entre nous. Je ne devais pas remettre en cause, la réflexion de celle qui avait été nommée pour nous diriger et qui m'avait offert le commandement de la 13ème Division, cette division si chère à ma famille d'adoption.

Déjà, je percevais des questionnements, dans le regard de mes subordonnés, alors que la purge n'avait pas encore véritablement commencé. Je voulais entendre de la bouche de la capitaine de la 4ème, Kuragari Asuna, ces ordres qui allaient faire couler le sang et les larmes. Cette fois-ci, cela n'allait pas être un ennemi le responsable, mais nous autres. Certains districts ne nous appréciaient que peu, voyant en nous des privilégiés, cet ordre n'allait que faire grandir le fossé entre nous. Une fois cette purge effectuée, comment gérerons nous la suite. Toutes ses questions s'entrechoquaient dans mon esprit, me faisant craindre le pire pour notre futur. Par le passé, une révolte avait eu lieu dans le rukkongai, mené par des âmes artificielles qui s'étaient levées, contre notre comportement à leur égard. Ecraser, celle-ci n'avait pas posé les problèmes moraux, que la répression de celle que craignais voir se lever dans un futur proche. Moi, qui avais perdu celle à laquelle je tenais le plus, celle qui avait été mon univers, je pouvais comprendre le danger d'une telle décision et cela me faisait peur.

Pour comprendre, entendre directement cet ordre, lui donné une réalité froide et concrète, j'avais demandé une audience auprès de la capitaine-commandante et cette dernière avait accepté de me recevoir. J'éprouvais de l'appréhension à la rencontrer pour la première et dans de telles conditions. Nombre de rumeurs avaient circulé à son sujet, et même si je ne prêtais que peu de goût et d'intérêt à ces dernières, elles étaient parvenues à m'atteindre. Ce fut, avec une boule au ventre, que je me rendis dans ses bureaux. Personne ne m'accompagnait, je ne voulais pas du soutien de quiconque, je devais affronter seule cette rencontre. Pour la première fois, je laissais mon empressement, me gagner, me dirigeant d'un pas plus rapide qu'à l'ordinaire vers ces portes qui me séparaient de celle que j'étais venue voir. Ce ne fut qu'une fois devant ces dernières, que je repris la posture, le comportement qui était devenu le mien, du calme, de la sérénité et de la retenue. J'affichais de la douceur sur mon visage, faisant disparaître toute trace de nervosité. Deux inspirations et je fis les quelques pas qui me séparèrent des portes. Ces dernières s'ouvrirent à mon approche, me laissant apercevoir la capitaine-commandante, plus loin. Rien dans son bureau pour attirer mon regard qui se figea directement sur elle.

Son apparence, me fit croire à une illusion, au spectre d'un autre monde, même à moi, elle me semblait irréelle. J'avais croisé de nombreuses créatures, mais aucune, ne me laissait l'impression que cette femme dégageait. Je pouvais ressentir sa puissance, même si la détection de réiatsu n'était pas mon domaine. Je me mis en marche, m'étant inconsciemment arrêtée, devant l'impression que venait de me faire ma commandante. L'avantage avec une démarche lente et posée, s'était qu'elle me permettait d'observer les choses, ou dans cette situation de me concentrer. Mais, il y avait aussi un contre coup, à mon attitude posée, je laissais tout loisir à autrui, de prendre le temps de m'observer. Les quelques mètres qui me séparaient d'elle, furent franchit dans le plus grand calme, aucun bruit si ce n'est le frottement de mon haori sur le sol ne venait déranger cette rencontre. Arrivé, à une distance que le protocole exigeait, je saluai celle qui se tenait devant moi. Puis je pris la parole, ma voix gardait sa douceur, une certaine mélancolie se dégageant de mes paroles.


"Capitaine-Commande Kuragari, merci de m'accorder cette audience."

Puis, je me tus laissant le silence s'installer entre nous, laissant à celle qui me faisait face, le loisir de le rompre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Mer 12 Nov - 0:23



Les gondolements de la nuit barbouillaient la lumière de longs sillages noirs, et du jour dans la pièce ne restait qu’une pâle lueur, tenue, mourante. Le chancre pourpre s’épanouissait avec bonheur sur les murs, sur le sol, et en-dessous sa surface, les masques poussaient la peau, hurlants, nauséeux et hâtifs. La Mère s’était allongée sur le ventre à même le revêtement sanglant dans une posture lascive afin de mieux répondre aux exigences de ses petits ; sa tête se nichait entre ses bras croisés, sa joue pâle délicatement froissée contre ses mains, son regard passant d’un enfant à l’autre au rythme de ses pieds nus doucement balancés dans les airs, presque innocemment. Asuna eut une moue charmante, mi-intriguée mi-amusée, et d’un geste caressant, elle passa ses doigts sur l’une des gueules enfoncées dans la chair vive ; la chose inspira longuement, sa respiration fut de râles rauques, d’asphyxies difficiles, de pépiements chantants, puis elle se convulsa, terrassée par le trop plein de douceur que contenait le geste de sa génitrice. Son faciès atroce bouillonna en bulles grasses avant de se fondre dans la glaise primordiale de sa propre chair, laissant derrière lui un grand vide, bien rapidement comblé par d’autres figures pressantes, affamées d’amour.
La Mère dispensa ses marques d’affection à chacune d’entre elles ; et les baisers, et les effleurements, et les cajoleries, les Nuées en furent comblées, et elles tressautèrent, agitées, enfants énergiques, et leurs crocs happèrent le visage de la Matriarche, et celle-ci se délecta des morsures affectueuses ; elle rit de toute cette frénésie.

« Oh, mes petites choses ; prenez, avalez, je vous donne de moi pour que vous puissiez grandir. Qu’il me tarde de vous voir vous épanouir. Bientôt les jambes, bientôt les bras, et le corps entier ; vous pourrez sentir en vous battre le sang, vous pourrez vivre, et c’est une émotion pleine de douleur. Vite, vite, vite mes aimées. Je vous veux sentir ce que je ressens, porter mon fardeau ; il en sera bien moins grand si nos épaules sont nombreuses. Ah...»

Et la Mère s’abandonna aux créatures qu’elle couvait de longues éternités durant, et elle nagea au milieu des mers du Monde Rouge, et son esprit se perdit vers de lointains abysses réconfortants, où sa progéniture était aussi nombreuse que l’infini amour qu’elle leur portait.
La saveur d’une pauvre âme derrière ses portes fit revenir la Commandante en son domaine. Elle émergea de sa rêverie, soupira, avant de murmurer quelques mots apaisants aux infections enragées de se voir priver des délicatesses. Alors, puisque leurs cris devinrent pénibles, la Reine broya d’un geste trois d’entre elles, et chassa les autres, et chassa la nuit hors du monde.
Les rayons solaires percèrent à travers les fenêtres ; voilà le jour à nouveau, radieux, et Asuna s’y trouva assise, en tailleur au milieu de ses faisceaux, en impératrice de lumière. L’entrée s’ouvrit, une femme de haute taille entra ; lente dans sa démarche, ferme dans ses attitudes, néanmoins un voile de quelque chose passait parfois sur son visage, lui donnait l’air hagard ; la souveraine pâle scruta ses traits avec une ardeur aimable.

« Bonjour, ma chère Capitaine, salua-t-elle affablement. Cela est mon plaisir que de vous voir, j’ai eu peu l’occasion de discuter avec vous jusqu’à présent, et j’en suis navrée. »

Elle désigna le tapis aux pieds de la gradée, l’invitant d’un geste de la main à y prendre place dans une posture similaire à la sienne.

« La prise de fonction de vos prérogatives s’est-elle bien passée ? J’ose espérer que l’on ne vous a pas fait trop de difficultés. Mais dites-moi, mon enfant, ce qui vous pèse sur le cœur, et se peint sur vos traits ? Vous paraissez soucieuse. Pourquoi ? »


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Mer 12 Nov - 11:26

Suivant l'invitation, je m'installai sur ce tapis, assise en tailleur, je ne pouvais pas dire que ceci ressemblait au protocole habituelle. Mais chaque officier, d'autant plus quand il s'agissait du plus haut gradé d'entre nous, était libre de réinterpréter ce dernier à sa convenance quand il recevait. Maintenant que j'étais au plus prés que la politesse le permettait, je pus observer un plus celle à qui je devais ma nomination et qui avait la charge de tout ce petit monde turbulent que pouvait être les divisions du gotei. Si on disait de moi que j'étais mélancolique, la femme, devant laquelle je me tenais, me donnait l'impression de ne pas être humaine. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle était un monstre, mais quelque chose la différenciait de toutes les autres âmes que j'avais pu croiser dans la Soul Society. Je me perdis un instant dans sa contemplation, cherchant à identifier, le sentiment qu'elle générait en moi. Ses mots, ses questions, me sortirent de ma contemplation, pour me ramener à la réalité de l'instant et du lieu dans lequel je me trouvais.

"Très bien, je vous remercie, tout le monde semble avoir accepté ma nomination et j'ai été accueillie comme il se doit. Peut-être que le fait de porter le nom d'un ancien capitaine de cette division y a aidé."

Le timbre de ma voix, tout comme mon visage, était empli de sérénité, calme. Je ne fus pas surprise ou décontenancée, par le fait qu'elle put voir derrière le masque de mélancolie. Je me demandais, ce qui pourrait passer inaperçu à son regard. Ce fut elle, qui aborda le sujet qui me préoccupait, me facilitant ainsi la tache, de l'amener sur le tapis.

"La purge, si c'en est la raison, le procédé me pèse. Je m'inquiète pour le moral des shinigamis chargés de celle-ci et craint que ceci puisse nous affaiblir."

Bien sur, le moral n'était pas la seule source de soucis que représentait l'extermination d'autant d'âmes. Si la prise ne charge de ce possible problème revenait en grande partie aux officiers des divisions concernées, je craignais que cela ne touche même celles qui ne participent de manière active à ce programme d'équilibrage de la balance spirituelle. Comme le représentait la fleur, le perce-neige, symbole de la division dont j'avais la direction, je recherchais la retenue en tout, du moins autant que possible et en dehors de certains contextes. Une autre raison de mon inquiétude était, les possibles soulèvements de population et la manière prévue pour les juguler.

"Nous avons connu par le passé des désertions, je ne dis pas qu'il en sera de même et il est de la charge des capitaines de gérer le moral de leurs subordonnés. Mais j'ai pu constater certaines tensions, suite à l'arrivée des Reaper et leur prise de responsabilité dans certains domaines. Je ne voudrais pas qu'aux possibles rancœurs cachées face aux décisions prises, permettant ceci, viennent s'ajouter celle d'un massacre, certes nécessaire, mais brutal."

Je ne quittais pas mon interlocutrice, durant l'explication de mes craintes, mon regard était franc et direct. Quels que soient les ordres concernant, la situation, je les suivrais, il n'y avait chez moi aucune contestation ou remise en cause des ordres reçus. Ceci ne pourrait qu'avoir des conséquences néfastes, sur le moral des troupes. Cela ne m'empêchait pas, de discuter de ces derniers et de chercher une alternative, pour la suite de la procédure.

"Je sais, que cela arrive un peu tard, mais ne serait-il pas possible de trouver, avec la collaboration de la 4ème et 12ème, un moyen de rendre moins violent cette récolte, ce fauchage."

J'avais espoir, que cela soit possible, peut être que d'autres avaient déjà réfléchit à ceci, mais que la mise en place n'était pas possible au vu du nombre. Avant de continuer, sur mes craintes ou doutes, ces derniers concernant nos invités, je désirais entendre la pensée de celle qui détenait le pouvoir en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Sam 15 Nov - 13:07



La Commande s’adonna à l’exercice amusant de l'examen intensif de son interlocutrice. Elle passait son attention sur le corps de la Capitaine, s’attardant sur les épaules raidies, le dos figé, la mine froide mais ébréchée d’inquiétude, et cet air indescriptible qui balançait entre la surprise et la vénération ; ce qu’Asuna trouva de finalement plus plaisant dans les attitudes de la jeune femme. La Reine se hissa un peu plus, se rendit plus ferme et gracieuse, pour se donner toute entière à voir, et à admirer, et à contempler, afin d’en retirer le plaisir unique, que peu éprouvaient, d’être réellement reconnue à sa juste valeur : la complaisance d’une déité face à ses dévots.

« Peut-être que cela a aidé, oui, répondit-elle à la première remarque. »

Elle hocha la tête doucement, donnant l’impression de se plonger avec délice dans la question soulevée, quoiqu’il n’en fût rien, car la réponse lui importait finalement bien peu. Subitement, ses poses changèrent lorsque le véritable sujet d’embarras fut déclaré ; son corps s’amollit comme sous l’action d’une éprouvante fatigue - fatigue de cette contestation perpétuelle, du quotidien de la colère constante. Morne, et non plus fière, Asuna dévisagea l’enfant avec cette lassitude toute maternelle à l’égard des soucis que la turbulente progéniture ne cessait de causer.

« Ah, que je suis usée de tout ceci, savez-vous ? Ne pourriez-vous tous, simplement, fermer les yeux, abattre l’épée, et vous détourner du spectacle, et ne plus le regarder jamais, ou ne serait-ce qu’y songer ? Est-ce si dur d’oublier la souffrance ?

Ses iris se perdirent dans le vide, et l’esprit derrière s’en alla ailleurs quelques secondes pour éprouver des souvenirs, en mâcher l’essence, en retirer la leçon.

- Cela l’est sans doute, oui, soupira-t-elle en fixant ses mains, avant de se ressaisir. Au propos des déserteurs, je n’éprouverai nulle pitié à leur égard, et ferai montre de la plus grande fermeté. J’attends que chacun ici remplisse son rôle, et le rôle principal, unique, des Shinigamis est précisément la balance des âmes. Le reste n’est que détails.

Elle se tut, longuement, et se prit dans les méandres de ses réflexions ; un pli marqua son front blanc, espèce de cicatrice qui n’aurait jamais dû exister sur cette belle peau, qui hélas montrait qu’en cette ère même les chefs d’œuvre de beauté s’affectaient des troubles du monde.

- Vous mentionnez toutefois une idée intéressante. Je connais la faiblesse humaine ; certains s’égarent parfois alors que leur devoir se ternit à leurs yeux. Aussi, nous pouvons distribuer aux soldats vacillants des drogues, pour taire leurs doutes, pour étouffer cette faiblesse. Ils agiront comme dans un rêve éveillé, n’essuyant l’horreur que de loin, se troublant à peine des actes dont ils n’auront qu’une conscience partielle. Est-ce ceci que vous voulez ? Du coton pour combler une plaie béante ?

La Mère, navrée, tenta une esquisse de sourire, et celle-ci n’eut aucune sorte de joie réelle ; elle était à l’image de la proposition, vernis impuissant sous lequel mugissait le chagrin.


_________________






Dernière édition par Kuragari Asuna le Jeu 27 Nov - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Sam 15 Nov - 16:25

La purge, je comprenais que ce sujet ramené sans cesse devait user, la capitaine-commandante qui se devait de revenir dessus, ré expliquer, sans cesse. Elle devait aussi faire face aux réticences de ses subordonnés. Comme il devait être éprouvant d'être celle qui doit répondre, supporter tout cela. Voir cette fatigue, me fit sentir coupable, coupable de n'être pas assez forte pour la soulager, lui éviter cette fatigue. Je suis un capitaine du Gotei 13, nous sommes en charge de son fonctionnement, mais aussi les piliers sur lesquels doit pouvoir s'appuyer notre commandant suprême lorsque cela devient nécessaire. Malgré tout, je la laissais continuer, j'avais soulevé divers sujets et inquiétudes et elle avait accepté d'y répondre, de m'apporter le poids de ses mots.

Aucune expression n'apparut sur mon visage, lorsqu'elle parla de la fermeté dont elle ferait preuve face aux déserteurs, aux traites, à ceux qui refusaient de jouer leur rôle dans le maintien de l'équilibre spirituel. Je pus constater qu'il semblait facile de lire les expressions de notre commandante, même si par bien de points, elle semblait étrangère à notre monde. Son visage, tout comme son corps semblait donner vie à ses mots et pensées. C'est ainsi que je pris cette cicatrice qui apparut sur son visage, lorsque j'abordai le sujet d'adoucir l'horreur de la purge. Par contre, je fus prise de cours devant sa réponse. Je n'avais pas imaginé le procédé qu'elle m'expliquait, me concentrant sur la purge elle-même, sur les victimes qu'elle allait faire. Mais après tout, les victimes n'étaient pas seulement les vies que nous fauchions, mais aussi ceux qui appliquaient la sanction.
Cette fois-ci, je laissais apparaître un sentiment sur mon visage, un doute bien plus marqué. Personnellement, je considérais au contraire, que tous ceux qui participaient devaient avoir conscience de leur geste, afin qu'ils s'en souviennent et se servent de cela pour éviter qu'une telle situation se reproduise. Je pouvais sentir qu'une telle faiblesse, chez nous autres, l'attristait, je pouvais lui répondre sur l'instant. Mais je préférais prendre mon temps, machinalement, je me mis à jouer avec mes doigts, tapotant sur mes genoux à un rythme rapide et silencieux. Ce fut d'une voix neutre, douce au timbre posé et retenu, qui prononça mes mots. Alors que mes yeux transmettaient la mélancolie, la tristesse, que je pouvais ressentir pour ceux dont je parlais.


« Je ne pensais aux shinigamis qui devront faucher, ses derniers doivent ressentir ce qu'ils font, le poids de leur arme, de l'âme qu'ils détruisent, afin d'éviter qu'une telle tragédie ne puisse se reproduire. Mes pensées allaient aux vies qui allaient être fauchées, à ces innocents, ne pouvons-nous pas faire en sorte qu'ils ne souffrent pas et rendre leur mort plus supportable pour ceux qui restent. Peut-être que ce coton devrait être appliqué sur la blessure de ces derniers.»

Nous étions des soldats, nous n'avions pas le droit de détourner notre regard, lorsque nous abattions nos lames. Il était facile de tuer, lorsque cela est pour sauver une vie, après tout, seul les hollows coïncidèrent qu'on les assassine, nous nous disons que nous les libérons. Un vice-capitaine, m'avait dit que nos lames étaient faites pour purifier et non détruire. Mais un purifiant un Hollow, nous détruisons l'être qu'il est. Et si nous les éliminons, c'est pour maintenir un équilibre entre les trois mondes. Cette purge n'avait rien de différent dans le principe, si ce n'est que les êtres que nous tuions, sont nos semblables.

« Ne vous inquiétez pas pour ma lame, je l'abattrais sans hésitation, mais je ne me détournerais pas. La purge est nécessaire et ne me dérange pas, mes rêves sont déjà peuplés de morts, d'une en particulier, il n'y a plus de place pour d'autres. Je ne vous causerais aucun souci, tout comme ma division, je ferais le nécessaire au besoin.»

La mort de ma sœur, de celle qui était tout, ma raison de vivre, le but de mon existence, comblait tous les champs de douleurs, plus rien ne pouvait me rendre triste ou alourdir mon âme. Si la mélancolie semblait se dégager de moi, c'était dû à ma tristesse, ma honte, ma colère, qui emplissaient déjà toute mon âme. En disant ces mots, mon regard était franc, froid, semblable à une lame aiguisée, une lame faite pour tuer. Puis, mon regard retrouva sa douceur, et une lueur d'inquiétude.

« Un autre sujet pèse sur mon coeur, les Reapers, ne craignez-vous pas qu'ils utilisent la purge comme excuse pour intervenir, s'immiscer, encore plus dans nos affaires. Je désirerais aussi connaitre leur place, au sein du Gotei 13. Notre domaine leur sert-il de base secondaire d'où ils nous assistent, nous suppléent au besoin, ou bien y a-t-il autre chose que l'idiotie et l'arrogance qui les poussent à agir envers nous comme s'ils étaient nos supérieurs ? »

Je m'inquiétais plus des Reapers que de la purge, qui pour moi n'était rien d'autre que les conséquences regrettables d'une guerre et qui prendra place dans notre histoire comme d'autres événements par le passé. Mais les Reapers, et les problèmes qui les accompagnaient, me semblaient bien plus réels, consistants que la Purge en elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Ven 28 Nov - 0:21



Les sentiments qui s’épanouirent sur le visage de la Reine furent d’hybrides de surprise, d’appréciation et d’intérêt, et s’il fut simple de les déchiffrer, à l’inverse, ce que cela impliquait par la suite l’était bien moins. Le regard d’Asuna, rouge et trouble, ne quitta plus celui de la Capitaine, le magnétisant avec autant de force qu’une ancre maintenait immobile un navire, dût-il être des plus massifs. La Commandante jaugeait sa subordonnée comme elle l’aurait fait d’une pierre précieuse, tout juste extraite du sol, et qu’il fallait polir encore pour en mesurer l’exacte valeur. Mais la Mère ne parut plus si douce ni bienveillante, car ses exigences étaient fruits d’une intelligence froide, inquisitrice, et qui n’estimait que perfections, aussi décadentes et malades fussent-elles.

« Voilà une dureté que je ne m’attendais pas à trouver, commença-t-elle avec une fermeté glaciale dans la voix. J’apprécie votre détermination, qui est bienvenue, et à laquelle je prête foi. Vous êtes femme de devoir, et je m’en souviendrai.

Asuna se leva avec élégance, et ses mains se perdirent dans les manches amples de son Haori, alors que son attention se tournait vers la rosace murale, dans son dos, qui dispensait toujours sa lumière. Elle se perdit dans la vision miroitante du verre, contemplation de la victoire d’une guerre secrète, venue du dedans. L’inhumaine en revint à l’Utikate :

- Mais voilà une proposition bien singulière que vous me faites. Je ne comprends pas, et cela est chose rare. Pour quelle raison devrions-nous atténuer la souffrance de ce qui est déjà mort ? Vous voudriez infliger à ceux qui restent le tourment de leurs actes, ne pas les en délivrer, alors qu’à l’inverse, ceux qui seront purgés, n’auront à vivre qu’une seule seconde avec l’idée de leur propre fin ? Pourquoi donc ? N’est-ce pas cruauté que de laisser ces soldats dans la douleur, simplement pour qu’ils puissent mieux la ressentir ? Je ne fais pas dans ce genre d’enseignements, Capitaine. Aussi vais-je poursuivre mon idée, et mettre à disposition les bienfaits de l’oubli aux hommes et femmes qui n’ont pas la force de porter le poids du sang versé.

Le mur face à la Reine s’anima, de visages grouillants, de ténèbres opaques, qui suintèrent des soieries et des angles à la manière d’une lèpre affectant la réalité même, imperceptible pour la jeune Capitaine qui n'offrait aux faciès que la vision de sa nuque. Sans n'en laisser rien paraître, la souveraine pâle se pencha sur la jeune femme, et son masque se façonna de calmes et de sérénités :

- Les Reapers sont une gêne, mais nos intérêts sont communs. S’ingérer dans le bon déroulement de la Purge serait un non-sens. Quant à leur rôle : ils sont des envahisseurs avec qui nous devons composer. Ils profitent d’effectifs bien plus importants que les nôtres, ce qui, il est bien triste, les abuse d’une supériorité illusoire. Le Goteï Treize perdrait probablement contre eux, si guerre devait se déclencher, mais au prix de combien de leurs vies ? Ils ont le pouvoir de nous faire tomber, mais nous avons celui de leur arracher les flancs, et les organes, et la gorge, et peut-être la tête de leur armée. Je sais cela, leur Commandeur aussi. L’opinion qu’ont leurs guerriers idiots n’a pas la moindre importance. Laissez-les médire, sans pour autant les laisser trop s’imposer. Soyez conciliante, non servile. Et tant que chacun tiendra cette ligne de conduite, nous pourrons préserver ce fragile équilibre qui nous lie à eux. »


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Jeu 4 Déc - 20:04

Ceux qui disaient que la capitaine-commandante était une femme impressionnante, étaient loin de la réalité. Si du fait de ma taille, je pouvais impressionner mes interlocuteurs, ou si ma beauté et mélancolie pouvait eux aussi ne pas laisser indifférent autrui, tout cela n'était rien comparé à celle qui me faisait face. Il se dégageait d'elle quelque chose de surnaturel, de puissant et inquiétant, aucune créature ou personne ne m'impressionnait autant qu'elle. Lorsqu'elle plongea son regard dans le mien, je fus comme hypnotisé par ce dernier, toutes mes pensées se focalisaient sur un seul point, ne jamais la décevoir. A cette idée, je sentis une légère sueur couler le long de ma colonne vertébrale. Je n'avais pas pu ignorer que ma détermination, la dureté de celle-ci, l'avait surprise. Elle n'était pas différente des autres sur ce point. La plupart des gens qui me croisaient ou pensaient me connaitre, se fier à ce que mon apparence dégageait, à la douceur, la mélancolie qui s'en dégageait. Lorsqu'elle me complimenta sur mon sens du devoir, je libérais un léger sourire, mince et fugace.

Si j'étais quelqu'un qui prenait son temps, laissant ce dernier s'écouler, pour prendre mes décisions ou donner mes réponses, la capitaine-commandante quant à elle semblait pouvoir se perdre dans ses pensées dans son monde intérieur. Lorsqu'elle s'intéressa de nouveau à moi, elle critiqua mon idée, me disputant presque, si ce n'est par le ton de sa voix ou son attitude, mais par ses mots. J'acquiesçai devant ces derniers, elle était peut-être plus humaine que moi, un cœur moi froid et vide que le mien. Je restais silencieuse, immobile, observant celle qui s'était dressée devant moi, qui avais pris la peine de m'écouter. Son regard, son attitude, la lumière qui traversait le vitrail, tout cela la rendit presque irréelle, une entité d'un autre monde. Bien sur, au sein du gotei, il existait des individus à l'apparence différente, tout cela dépendant de la nature de leur âme. Mais à cet instant, la capitaine-commandante était sûrement la plus étrange personne qui m'avait été donné l'opportunité de croiser.

Elle aborda le dernier sujet, ma dernière question, son visage était serein, calme, un masque parfait qui rendait certains de ses mots, l'aura qui se dégageait d'elle plus monstrueux. Oui, elle avait un cœur chaud, un cœur dans lequel pouvait prendre vie la colère et la rage. Lorsqu'elle parlait de combattre, de tuer, elle utilisait des mots chargés de vie, de violence. Je n'étais pas le genre de personne à arracher, déchirer, éviscérer, mes ennemis, si je pouvais donner l'impression d'aimer tuer lorsque je dégainais ma lame, il n'y avait rien de chaleureux dans cet acte. Je détruisais, tuais, tranchais, dans un plaisir glacial, détaché. Il me revint à cet instant, la demande que j'eusse pu faire, ma demande concernant les shinigamis qui participeraient à la purge. Je leur demandais de ressentir le poids de la vie qu'il prendrait, de le supporter, alors que moi, j'étais totalement incapable de ressentir celui-ci. Ma position m'obligeait à aborder certains points de vu, sous un autre angle que le mien, lorsqu'il s'agissait de gérer mes subordonnées. A cet instant, la présence de Clotho à mes côtés, pouvait être considéré comme un avantage. Les paroles concernant les reapers étaient assez proche de ma vision, point de vue concernant ces derniers.

« Je ferais en sorte que nos relations avec les reapers soient des plus civilisées. »

Maintenant, que les sujets avaient été abordés, je pouvais retourner à mes occupations, maintenant, il fallait que je prenne congé de celle qui me faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Mer 17 Déc - 0:16


La Mère se tenait penchée sur la jeune femme, perçant de ses yeux inquisiteurs le masque impassible ; ainsi postée, la Commandante semblait voir en sa capitaine comme dans un livre, prenant non plus seulement l’ascendant par la hauteur, mais par l’esprit même. Cette lucidité se marquait sur son visage en une expression satisfaite, incisive. Alors, face à ce qu’elle voyait, la souveraine quitta sa dureté afin de laisser une nouvelle place à la douceur ; douceur solaire caressée par la lumière ténue de l’extérieur, et qui irradiait de la Reine Rouge en une aura de tranquillité morte. Elle se rassit, et de nouveau, fut à la hauteur de sa subordonnée, simulant par cette posture une égalité fictive. Or, tout un monde séparait les deux êtres, et il n’était question ni de grade ou de puissance, mais bel et bien d’essence d’âme. La Mère était la Mère, Utikate Eirin l’excellence des Shinigamis.

« Vous le ferez, oui, répondit Asuna sur un ton onctueux. Non parce que je vous le demande, mais parce que vous en comprenez la nécessité. »

Les yeux de l’inhumaine brillèrent de pourpre et de souvenirs ; elle se remémorait les raisons qui avaient justifié la nomination de l’Utikate, et à présent qu’elle s’entretenait avec celle-ci, la déesse se confortait dans son choix. Par son allure froide, sa détermination et son aspect détaché, la gradée évoquait à la Mère une personne lui étant chère, aussi bien aimée que haïe. Cet écho lointain lui arracha un sourire qui n’eut de joie, une grimace à vrai dire, gorgée d’une diffuse tristesse.
Elle chassa cette pensée outrageante, reportant son attention sur sa fidèle dévouée, dont elle savait à présent l’entière loyauté. Dans les yeux évidés de toute émotion de l’Utikate, il n’y avait qu’admiration dont la Mère ne doutait de la réalité.

« Vous faites partie de l’avenir de ce monde, Capitaine. Vous n’agirez jamais sous l’injonction de la déraison, ni de la réaction spontanée ; il m’a été dit vos facultés à répondre aux événements avec l’esprit et non l’émotion. Une qualité que je cherche, trop rare aussi. Ne demeure qu’une question, et vous pourrez partir une fois la réponse donnée. »

La Commandante peignit un mine de curiosité soucieuse sur ses traits, son regard s’en allant porter sur le mur du fond dont les mouvements grouillants s’étaient finalement apaisés. Ne restait de la manifestation du Monde Rouge qu’une paroi lisse et obscure, au cancer à nouveau dissimulé.

« Fléchirez-vous vos principes pour l’obéissance ? »



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   Lun 22 Déc - 12:28

Que de compliments, je ne m'attendais pas à cela lorsque j'avais demandé audience auprès de celle que je considérais comme l'autorité suprême du Gotei. Je ne pouvais pas cacher, le malaise, que ce regard générait en moi, mais je ne m'y soustrayais pas, l'acceptant. Lorsque la douceur vint sur son visage, j'en fus émue. Pas de quoi verser une larme, mais avec cette luminosité, cette lumière ténue qui venait lui caresser le visage, comment ne pas ressentir la moindre chose. A cet instant, elle me semblait être un ange, une de ses créatures sorties tout droit de l'imagination d'une religion occidentale. Mais après tout, n'étions-nous pas similaires à ces créatures, nous qui protégeons les Humains contre les créatures de la nuit, ce qu'ils appellent Yokai ou démons et nous simplement Hollow. Il y avait en ce moment une certaine similitude entre nous, même si je n'osais jamais en faire la remarque. L'aura qui émanait de la capitaine-commandante était tranquillité, sentiment que je dégageais le plus possible lorsque j'avais à faire avec mes subordonnés. Nécessaire, oui, la Purge l'était sans aucun doute, mais même si tel n'avait pas été le cas, j'aurais accepté de suivre les ordres donnés. L'obéissance aveugle n'était pas naturelle chez moi et ne le serait jamais, mais devant certaines situations, l'ordre était le seul salut et l'obéissance un de ses piliers. Certains pouvaient oublier que le Gotei était une organisation militaire, dans laquelle la désobéissance n'avait jamais été tolérée. Mais je ne faisais pas partie de ceux-ci, en tant que représentante de cette autorité, je devais me tenir à ses côtés, la soutenir, surtout durant des périodes douloureuses.

Pour une raison qui m'échappa, je vis apparaitre un sourire que je savais reconnaitre. Quelque chose dans cet instant avait réveillé un souvenir douloureux, triste dans l'esprit de celle qui me faisait face. J'aurais aimé pouvoir chasser ce sentiment de ce visage, mais je ne pouvais rien faire. D'ailleurs, ce sourire, et ce dont il était chargé disparut rapidement. J'écoutais les mots prononcés par la suite, encore des compliments, qu'avais-je bien put faire pour les mériter. Mon attitude, mon comportement, n'avait rien d'exceptionnel, je savais que trop bien ce qu'impliquer de laisser ses émotions diriger nos choix. Les derniers mots, annoncèrent une question, cruciale. Ce fut avec patience et calme que j'attendis cette dernière. Lorsqu'elle fut prononcée, rien ne se produisit en moi, cette question était attendue, nullement redoutée ou désirée.


« L'obéissance fait partie de mes principes, mais elle n'est jamais aveugle. »

Il y avait que douceur et calme dans ma réponse, aucune expression vint s'afficher sur mon visage. Seul mon regard serein, affichait ma détermination, ma confiance dans ma réponse. Ma réponse ainsi donnée, je me levai, ceci sembla dura une demi-éternité, tellement mes mouvements étaient lents et posés. Un dernier salut de la tête, puis je me détourne de cet être d'un autre monde et me dirige vers la sortie. Cette réunion m'a apporté ce que j'étais venue chercher, une raison d'obéir à cet ordre, une force pour le faire appliquer à mes hommes. Mais aussi un espoir pour tous ceux qui participeront à la Purge, l'espoir que leur cœur ne souffre pas trop et ne devienne une blessure qui pourrait contaminer le Gotei. Ce ne fut qu'une fois les portes, du bureau, passées et refermées, que je me permis un sourire, un sourire bien différent de ceux que je pouvais afficher. La mélancolie n'avait pas sa place dans ce dernier, mais il dura le temps d'un demi-battement d'aile de papillons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Audience pour un espoir [PV Kuragari Asuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les paris sont ouverts pour l'espoir Veleno
» Pour fuir la lassitude (PV Asuna)
» Michel Martelly: Une lueur d'espoir pour les déclassés
» [Job annexe] Un air d'espoir pour les orphelins
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-