AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Mar 11 Nov - 20:22

La purge avait commencé. Arisu et ses shinigamis sélectionnés par ses soins commençaient en une mâtinée sanglante, le début de l’extermination de plusieurs centaines de milliers d’âmes. Bien sûr, il est impossible même en ayant la meilleure volonté du monde d’en finir au plus vite, rééquilibrant par leur sacrifice la balance des âmes. Si la huitième division avait raté des potentielles shinigami parmi les habitants pouvant être sauvés du carnage. Une fois la neuvième en route, il sera trop tard pour sauvegarder qui que ce soit dans les villages. Les nécromanciens installèrent des barrières empêchant toute personne se trouvant à l’intérieur d’en réchapper.

La Shihôin comptait montrer l’exemple à suivre à ses hommes et femmes condamné par leur force de caractère. Les civiles hurlaient de terreur, beaucoup suppliaient l’aristocrate ou ses hommes d’arrêter cette folie. Ironiquement, leurs visages emplis de frayeur, leurs gestes de soumission espérant la clémence de l’Anicienne la tueuse au visage d’enfant ne fit que la rendre plus insensible à l’idée d’épargner leur vie tranquille. Étrangement, l’esprit d’Arisu vu un parallèle avec son passé d’assassin. À de très rares occasions, la demoiselle put voir dans les yeux de ses cibles la même lueur de désespoir, une demande de clémence avant d’arracher les derniers souffle de vie en sa présence. Certes, les innocents achevés sous les épées des shinigamis appartenant à la division de la justice ne commirent aucune faute semblable aux ordures supprimées par les lames de l’Onmitsukido. Cependant, cette similitude de fin d’existence permettait d’assimiler ses morts comme un simple travail de routine. Hélas, cela n’était pas le cas pour tous ses hommes et femmes sous ses ordres en cette mâtinée sanglants. Bousculant les plus réticents d’une voix sèche, rappelant leur devoir que leur incombe cette tâche. Devant réduire en cendre les civiles que devaient s’occuper certains de certains trainards, leur rappelant par la même occasion pourquoi il se trouvait ici.

L’abatage d’aujourd’hui était fini et il y en aurait beaucoup d’autres à venir. Impassible, elle ne montra rien de sa colère à constater que certains sélectionnés éprouvaient déjà des difficultés à faire le sale boulot. Les concernés auraient, le droit à des remontrances. Si jamais elle s’apercevait à temps que certains ne pourraient tenir pendant les mois que durerait la mission. Alors elle les retirait et les remplacerait. Au cas d’erreur de jugement et qu’ils deviennent fous sur le terrain tout en étant impossible à raisonner ou de leur faire confiance pour qu’aucune fuite n’ait lieu. Alors les malheureux dieux de la mort en question seraient en dépit d’eux des victimes collatérales.

Aujourd’hui, la neuvième division avait fini de ratisser le secteur des très nombreuses victimes dont le sang abreuveront le sol du Rukongai. Hélas, cela s’avère encore très relatif, il en restait encore des légions. Laissant le champ libre au shinigami de la division des archives, ces derniers ayant un rôle simple, mais au combien vital. Évitant par la même occasion d’éviter sur le long terme des morts inutiles.

Sur le chemin du retour, la petite dame observant le visage marqué de chacun des participants sous sa responsabilité. Analysant en rapport de ce qu’elle vue au moment des opérations. Elle pressentit tout de suite qu’une poignée ne pourrait tenir sur la durée. Pourtant il serait trop abrupt de prendre la décision d’écarter tout de suite ceux ressentis comme pas assez fort pour les remplacer par d’autres qui pourraient se trouver bien moins efficaces que les premiers, choisis. Elle prit alors la décision avant même de passer les portes menant au sereitei d’avoir un entretien avec chacun des potentiels shinigami à risque et avec ce qu’il se passe ils l’étaient presque tous. Elle devrait suggérer de l’aide au capitaine Kirito, mais elle ne lui fait pas encore confiance, c’est donc à son troisième siège Rosai qui l’épaulera dans les suivis psychologiques. En espérant que le vizard ne se montre pas insistant à participer à cette partie de la purge. Hélas, s’il le voulait vraiment le vice-capitaine n’aurait que son argumentation pour le repoussé, s’il n’y est pas sourd ou trop convaincu de son utilité. Vérifiable à long terme et si possible après la purge.

Passant la porte sud la vice-capitaine et ses troupes ne mirent que peu de temps malgré une mine sévère plongée dans une profonde réflexion sur leur acte, certains tentaient d’effacer de leur conscience ce qu’ils ont fait. Sur le chemin du retour, trouva enfin un stratagème pour faire en sorte que le capitaine reste loin de la purge et se rapprocher en douceur ses shinigamis. Le plus important reste de vérifier que s’il participe de voir s’il est assez fort mentalement afin de supporter cette épreuve, un hybride fou de cette puissance est bien la dernière des choses dont le gotei a besoin. Remarque, cela lui ferait une excuse parfaite pour se débarrasser d’une aberration qui n’aurait jamais dû être tolérée au vu du risque permanent qu’ils représentent.

L’entrée de la division de la justice apparaissait enfin à leurs yeux, mais ce n’était pas la seule chose qui apparut dans les prunelles au bleu océanique de la dame. Une femme avec un haori y est également visible plus loin marchant dans la direction inverse, rendant leur rencontre inéducable.
    Retourné à vos occupations journalières sans moi.

Indiquant à ses hommes de rentré sans elle, la Shihôin n’avait aucun besoin de les accompagner jusque dans l’enceinte de leur quartier. Elle fit quelques pas pour venir parler au taisho.
    Bonjour, je suis la vice-capitaine Shihôin Arisu, heureuse de vous rencontrer, capitaine Ukitake. Puis-je m’entretenir un temps avec vous ?

Une voix vierge d’émotion à l’instar de son visage. Adoucis uniquement par ses traits et un timbre naturellement doux. L’aristocrate compris à qui elle avait faire, car à la description même partielle qu’elle entendu de la belle et grande demoiselle. N’en montrant rien de son ressentie, mais si la petite demoiselle levait tête quotidiennement pour s’exprimer avec ses interlocuteurs homme ou femme. Arrivant à peine à la ceinture du gradé, cela lui faisait étrange d’observer une personne de la gent féminine la dépasser autant en taille. Une géante cote à côté avec une naine, si elles se tenaient par la main les gens les regardant se reverraient l’image de la mère accompagnant son enfant. Idée que sortit immédiatement de son esprit Arisu. Attendant patiemment un entretient avec la nouvelle dirigeante de la treizième en espérant qu’elle ne soit pas à l’image de son vice-capitaine. Sinon, plus rien ne sauverait la division qui était chargée de surveiller Karakura aujourd’hui Tokyo. Quoi qu’il en soit leur conversation donnera l’occasion aux deux femmes de faire connaissance, que leur relation future soit bonne ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Mar 11 Nov - 21:41

La neuvième division, une de celle qui était la plus impliquée dans le respect des ordres donnés par la capitaine-commandante. Cette division était en charge de la justice et de l'application des peines, si mes pas m'avaient conduis vers les bâtiments de cette dernière, ce n'était que le fait que du hasard. Je ne connaissais pas le capitaine de cette division, mais on disait qu'il était habité par un hollow. Avait il subit une hollowmorphose contrainte, ou bien avait il était le seul responsable de son nouvel état. La question m'intéressait, me rappelant ce qu'avait peut-être évité ma sœur en mourant. Mon regard, qui avait caressait les murs de cette division, durant ma réflexion, remarqua l'arrivée d'un groupe de shinigamis. Ces derniers portaient sur leur visage et dans leur attitude, le poids de ce qu'ils avaient été amenés à faire. Une silhouette, se dégageait du groupe, petite, féminine, d'après son comportement, son attitude, m'indiquait qu'elle devait être la vice-capitaine de cette division. La jeune femme, libéra ses hommes, les envoyant retourner à leurs occupations. Pas très sensible, ce vice-capitaine qui vint à ma rencontre. Je m'immobilisai, attendant qu'elle arrive à mes côtés. J'étais un peu curieuse, pourquoi voulait, elle s'entretenir avec moi ?

Shihôin, un nom noble, ainsi la vice-capitaine, appartenait à l'une des quatre grandes familles de la Soul Society. Sa voix, tout comme l'expression de son visage, était en contradiction avec la douceur et le timbre doux. Portait-elle, elle aussi un masque, cachant sa véritable nature, ou bien était-elle seulement une somme de contradictions. Sa taille, me forçait à me pencher, si je voulais la regarder dans les yeux. Je ne pouvais pas m'agenouiller, cela aurait été irrespectueux envers elle.


"vice-capitaine Shihôin, que puis-je, pour vous ?"

A la différence de la vice-capitaine, l'expression de mon visage, le timbre de ma voix, tout était en parfaite harmonie avec l'image que je renvoyais, même mon regard. Je me doutais bien, que le sujet ou sujets dont elle voulait discuter avec moi, avait un lien avec le massacre auquel elle venait de participer. Je ne la jugeais pas, ne m'apitoyais pas sur ses possibles états d'âme, dont je doutais de l'existence. Nous nous tenions, là immobile, au milieu de la route, étrange duo que nous formions. Je me demandais, si elle désirait se rendre quelque part, afin d'être plus à l'aise, peut être son bureau ou alors nous pourrions nous asseoir à même le sol, ou profiter d'un des jardins de Seireitei, un lieu neutre et reposant, loin du rukkongai. Peut-être, que durant cette discussion, pourrais-je aborder le sujet concernant son capitaine et son état, tout comme son ressentit à cet égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Mar 25 Nov - 14:39

La petite demoiselle fit une erreur d’appréciation semble t'il, concernant le capitaine. Elle ne partait pas en direction de sa division ou encore du rukongai. Elle semblait observer, non, chercher quelque chose au travers des murs du secteur de la justice. Il reste que la contraste entre les deux femmes ne s’arrêtait pas qu’à la taille. Arisu avait un visage et une voix adoucissant son timbre monocorde, rompant avec l’image de la gentille gamine que l’on pourrait avoir d’elle à la première rencontre. Eirin à l’inverse affichait, un ensemble visuel en concordance avec son empreinte vocale. Une personne ayant une sensibilité à fleur de peau aurait sans doute versé une larme ou parti en dépression avec cette aura emplie de mélancolie.
    Je voulais simplement m’entretenir avec vous, je pense qu’il est dans notre intérêt de connaître plus amplement que par un simple garde et patronyme les capitaines et vice-capitaines. J’ai par ailleurs déjà rencontré votre vice-capitaine peu avant votre nomination.

Et l’on pouvait affirmer que la Shihôin n’oublierait pas de sitôt l’entretien qu’elle eut avec son homologue de la treizième. Aussi bien dans son discours sur la façon de gérer ses hommes avec la purge, que de transformer partiellement sa division en salle de classe ou encore de façon de gérer un combat. Aussi bien au niveau du leadership, que son expérience des batailles, Clotho faisait à son sens pâle figure pour un vice-capitaine. La solution pour aider le vice-capitaine se trouve sans doute dans la présence du capitaine Ukitake. Elle avait déjà supposé au moment de leur rencontre qu’il manquait une figure d’autorité pour remettre dans le droit chemin son égal de la treizième division.
    À ce sujet, vous avez déjà rencontré votre vice-capitaine ?

Tout demeurait possible Eirin avoir déjà parlé à son second tout comme elle ne put prendre le temps de le rencontrer. Dans le second cas, la réponse se résumerait à non. Dans le premier, les variables sont légion. Concéderait-elle un avis franc et sincère l’individu ou lui apporterait-elle un portrait proche de la vérité ou avec quelques coups de gomme ? Coups de gomme pouvant s’apparenter à un regard neuf sur la personne de Clotho. La cause à un discours différent ou une maturation de l’homme après son entrevue avec l’aristocrate.
    Je viens d’y penser, mais peut-être étiez-vous venue dans le but de vous entretenir avec le capitaine Kirito ? Il n’est malheureusement pas ici pour ce matin.

Une supposition comme une autre, ne connaissant pas intimement le Taisho, il est envisagé qu’elle veuille converser avec un ou une shinigami de la neuvième division. Shinigami étant une connaissance de Eirin. Qu’Arisu demeure complètement en dehors des préoccupations de Ukitake.
    J’aimerais…

Coupée dans son élan, tournant les yeux à sa gauche, la noble sentant le reaitsu des reaper qui monte la garde devant les portes de sa division revenaient. Étouffant un soupir, ses prunelles océaniques fixèrent les iris sans couleur de la belle et grande dame.
    Savoir si l’on peut continuer cette conversation ailleurs, dans mon bureau ou dans les jardins de la neuvième division ou un autre lieu de votre choix.

Sans tonalité de sentiment, son geste mêlé à sa parole montra sans équivoque que la présence des reapers s’avère gênante pour trouver un cadre propice à un échange agréable et serein. Si le capitaine n’aspirait aucunement à changer de bord en dépit des indésirables. Alors soit, Arisu ferait avec et mesurerait avec encore plus de justesse ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Mar 2 Déc - 15:55

Je laissai apparaitre un sourire sur mon visage, un sourire des plus léger et fugace. La jeune femme qui se tenait face à moi, semblait être quelqu'un d'assez protocolaire et avec une vision précise de son rôle et devoir. Ainsi, elle voulait apprendre à me connaitre, afin de pouvoir se faire une idée de qui je suis. Cette démarche était normale et saine, moi-même, il m'était arrivé d'aller à la rencontre de mes collègues. Lorsqu'elle m'informa qu'elle avait déjà fait connaissance avec mon vice-capitaine, je pus remarquer qu'elle ne semblait pas avoir beaucoup d'estime pour lui. Ceci ne me surprenait que peu, au vu de l'image que je me faisais de mon interlocutrice. En effet, ces deux vice-capitaines étaient assez dissemblables, j'étais presque certaine que ma tâche au sein de la 13ème aurait plus facile avec un second de la même trempe que la jeune Shihôin. Mais Clotho ne m'avait donné aucune raison de remettre en doute ses capacités pour sa fonction. Lorsqu'elle aborda le sujet de mon second, de notre rencontre, je perçus toute une liste de questions. Je libérai un petit soupir, tout en me redressant et portant mon regard vers le ciel.

« J'ai fait sa connaissance. »

Rien de plus, rien de moins, mon soupir pouvait être mal interprété par celle qui m'avait posé la question. Signifiait-il que cette rencontre ne m'avait pas satisfaite, ou bien était-ce la question qui en était la cause. Je laissai mon regard suivre la course des nuages, puis je le ramenai vers les murs des bâtiments qui nous entouraient. Retenu, douceur, lenteur, tel étaient les adjectifs qui pouvaient définir le mouvement que suivait mon regard, mon visage.

« J'ai confiance en lui, il porte un grand intérêt aux membres de notre division et à celle-ci. Quant au reste, vice-capitaine de la 9ème, cela ne vous concerne en rien. »

Mon regard plongeant, le ton de voix, ma posture, tout s'étaient refroidit, raidit. Mais rapidement, je retrouvais mon comportement habituel, tout en douceur et retenu. D'un geste délicat, je remis en place une de ses mèches. Ce geste pouvait nous faire passer, pour une mère et sa fille, l'une recoiffant l'autre, mais il n'en était rien. Je ne doutais pas que ce geste risquait de mettre mal à l'aise la jeune femme, mais ceci était un prêté pour un rendu. Si sa question n'était pas forcement déplacée, ce qu'elle sous-entendait l'était un peu plus, tout comme mon geste. Elle changea rapidement de sujet, le ramenant vers un domaine plus protocolaire, neutre.

« Il est vrai que j'aurais apprécié discuter de certaines choses avec lui, mais rien de bien urgent. »

Alors qu'elle semblait assez à l'aise, je marquai un instant de surprise lorsqu'elle se figea légèrement, tel un prédateur, percevant un intrus sur son territoire. Sans équivoque aucune, elle me désigna les reapers qui arrivaient, prenant leur position devant les portes de la division. Ainsi, elle aussi faisait partie de ceux qui ne supportaient pas la présence de ces étrangers. Je n'allais pas lui envoyer la pierre ou le critiquer sur ce sujet, après tout, je ne faisais pas partie de leur fans ou amis. J'avais pris pour habitude de les ignorer, tout en leur gardant une certaine politesse. J'acquiesçai d'un délicat mouvement de tête, devant la proposition de la vice-capitaine.

« Les jardins feront l'affaire, je vous suis vice-capitaine Shihôin. »

Suivant la jeune femme vers les jardins de sa division, je ne pouvais m'empêcher de me demander combien de shinigamis éprouvaient de la gêne en la présence des reapers. Personnellement, à part pour les sujets internes à ma division ou au Gotei, parler en leur présence, ne me dérangeait pas. Mais je reconnaissais que je n'étais pas de celles qui appréciaient de discuter eues milieu d'un chemin. Lorsque nous passions devant les reapers de garde, je me contentai de les ignorer, comme je le faisais avec tous, exceptés ceux de ma division.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Jeu 18 Déc - 14:55

Le capitaine avait fait connaissance avec son lieutenant. Son soupir sonnait comme un regret accompagné par son regard qui se perdit dans les nuages cela renforça cette impression, est-ce vraiment le cas ? Arisu pensa que parler de son second amènerait un sujet de conversation qui dériverait sur d’autres. La bonne nouvelle est que contrairement à la première impression Eirin paraissait avoir pour le moment une bonne estime de Clotho. Une chose surprit l’aristocrate, visible seulement des télépathes. Que pouvait-elle avoir dit que Ukitake avait mal pris ? Une voix qui se refroidit soudainement et une posture qui se raidit signifiaient clairement qu’une de ses paroles l’avait froissé, mais laquelle ? Puis la belle retrouva son calme avec la même vitesse que sa colère apparue. Comme si la dame dut essuyer une accalmie. Le Taisho serait-elle un peu lunatique sur les bords ?

Le vent souffla et dans un geste apaisé, le capitaine remit à sa place avec délicatesse une des mèches de la noble. Leur taille respective laissait suggérer une mère avec sa fille, ce mouvement d’attention dont la petite demoiselle suivit de ses iris océaniques ne faisait que renforcer cette image et les faucheurs brisèrent ce cadre pittoresque. Eirin opta suite à la demande d’Arisu pour les jardins. Les deux femmes passèrent dès lors devant les reapers sans leur montrer un signe d’attention. Envoyant seulement le message que leur présence n’était aucunement apprécié.

Arrivé dans les jardins de la neuvième, Arisu choisit de s’arrêter près de la fontaine, avec les arbres et la végétation cela offrait aux deux comparses un cadre idyllique dans le but d’un échange convivial. Enfin, si le sujet s’y prête.
    Puis-je vous poser une question ? Comment votre division est accueille la purge par vous et vos hommes ?

Simple question et tant de direction possible, restait à savoir ce que répondrait Eirin et si elle a des questions pour la petite demoiselle qu’elle ne se dérange pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Jeu 18 Déc - 18:16

La vice-capitaine Shihoîn ne semblait vraiment pas porter les reapers dans son cœur et elle ne le cachait nullement. Si je pouvais comprendre cette aversion, ce mépris, simple réponse à celui qu'ils affichaient à notre égard, je m'attendais à un peu plus de retenu de la part d'un officier de son rang. Mais, il n'était pas de mon devoir de lui en faire la remarque, tant qu'elle restait dans le cadre des limites imposées par la raison et la plus haute autorité du Gotei. Calquant mon comportement sur le sien, j'ignorais donc ces derniers, suivant la petite femme, au fort caractère, qui me devançait. Tout dans sa démarche, son comportement, prouvait qu'elle descendait d'une des quatre grandes familles, mais surtout qu'elle était une combattante accomplie et surement un assassin efficace. Nous arrivâmes dans un jardin des plus agréables et reposant. En suivant la jeune femme, je m'assis près d'une fontaine, au pied d'un arbre, n'hésitant pas à me reposer sur son tronc. J'ai toujours aimé le contact du sol et de l'herbe à celui des bancs et puis je donnais ainsi à la discussion à venir un côté un peu moins formel.
La question ne tarda pas à venir, franche, directe, précise, celle-ci fut posée avant que l'accord soit donné, mais cela ne me dérangeait pas. Le sujet, lui-même ne me dérangeait pas, même si j'étais toujours assez réticente de parler de ce qui se passait au sein de ma division avec des étrangers. Mais le sujet, sa gravité, les ressentit qu'il faisait naitre chez beaucoup, permettait une telle question. J'étais certaine, qu'il n'y avait aucune curiosité malsaine ou intéressée derrière cette question. Ce fut en lui offrant un léger sourire, presque timide, mais certainement triste, que je lui répondis.


« La purge, trouble de nombreux d'entre nous, même des Capitaines, j'en suis certaine. Il n'est pas toujours facile, de comprendre l'intérêt, la logique, d'ordres vous conduisant sur un chemin que vous n'aurez jamais envisagé de prendre. »

Je laissais quelques secondes s'écouler, plongeant mon regard pâle dans le sien, à la recherche d'une quelconque réaction ou information. Trouvais-je, ce que j'y cherchais, peut-être, en tout cas, je ne le montrai pas.

« Personne, n'accueille l'idée de commettre un tel acte, sans douter, sans un certain refus de la réalité qui va être engendrée par ce dernier, dans ma division, comme dans toutes les autres. »

Mon regard alla se perdre quelques secondes sur l'eau qui s'écoulait de la fontaine, avant de suivre le voyage d'un nuage dans le ciel azur de la Soul Society. Ce fut d'un ton délicat, posé que je repris la parole.

« On peut supposer que des Divisions, dont la spécialisation est l'élimination des menaces, soient moins regardantes, ou du moins accepte plus facilement cet ordre. Malgré tout le nombre de sacrifiés est tel, qu'il ne peut laisser indifférent. Mais c'est à nous, Capitaine et Vice-capitaine à montrer l'exemple. Cet instant rend notre charge un peu plus lourde, mais cela est nécessaire. »

La purge ne me dérangeait pas, ne générait pas chez moi la moindre répugnance. Seul le sort de mes subordonnés m'intéressait ou me préoccupait. Bien sûr, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter de la réaction des survivants, des témoins et la présence des Reapers n'avaient rien pour calmer cette légère inquiétude.

« Et vous, vice-capitaine, comment vivez-vous, votre situation. Vous êtes sous les ordres, de ce que l'on appelle un Vizard, qui n'a pas été victime d'une expérience, si je me trompe. De plus n'est-il pas de tradition que le commandement de la 2ème division revienne à un membre de votre famille, ce poste étant libre, je me demandais si vous n'auriez pas préféré suivre la tradition familiale. »

J'avais fait appel à tout le tact que je possédais, dans le ton utilisé pour cette question. Si je n'avais pas abordé la question de la Purge, ce n'était nullement par désintérêt, mais je l'avais vu revenir de celle-ci et avais pu me faire une idée. Je n'excluais pas, malgré tout, de venir sur le sujet.

« J'espère ne pas me montrer trop curieuse et indélicate. Si tel est le cas, acceptez mes excuses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Jeu 15 Jan - 23:39

Le capitaine suivi Arisu à l’heure arrivée dans les jardins de la neuvième division elle s’assit au pied d’un arbre près de la fontaine. La petite dame prit place devant Eirin en position de seiza. La question posée à l’adresse de l’Ukitake de la par de la Shihôin ne semblait la déranger. Pourtant d’un sourire affecté elle répondit à l’interrogation de l’aristocrate. Comme une comptine qui revenait sans cesse, répétée par beaucoup de pairs sans pour autant sonner faux. Le second refrain laissait plus de place au débat d’ordre psychique et moral. Elle avait eu connaissance d’assassin à la deuxième dont la soif de sang était comparable à un gouffre sans fond et que dire des psychopathes qui se réjouiront de la peur du trépas de leur victime. Certains Shinigami ne douteront pas, ils attendront cette purge avec impatience. Quand aux êtres entrant plus ou moins dans les normes de moralité collective eux verront leur esprit mis à rude épreuve, lorsque d’autres s’abonneront à la tâche avec une pure indifférence.

Les prunelles océaniques de la noble fixaient avec attention les iris décolorés de grande dame. Le Taisho observa la fontaine avant de se perdre dans les nuages. Entamant un troisième refrain résonnant comme une histoire répété qui fut conté par une tierce personne et ressasser différemment. Étrangement une pensée traversa l’esprit, si au commencement de la purge, si son appréhension d’exterminer tant d’innocents fut si importante qu’elle n’aurait pu abattre sa lame. Non, Arisu ne devait aucunement y songer, qu’importe ce qui se serait passé là-bas elle aurait fauché autant de vie qu’il lui était ordonné. Ce qui est vital et de ne montrer aucun signe de faiblesse devant ses troupes, objectif réussit et c’est tout ce qui comptait pour l’instant.

La petite demoiselle à la chevelure d’argent acquiesça d’un léger geste de la tête au moment qu’Eirin s’expliqua sur l’importance de leur tâche aux yeux de leur subordonné vis-à-vis de leur rang. La Shihôin rajouterait même que le plus urgent et de surveiller les exécutants se montrant instable à leur mission. La purge est surtout difficile pour les survivants et non les morts qui quant à eux se contentant de se réincarner sur terre.

On en vient à changement total de conversation cette fois-ci d’ordre plus personnel. Redoublant de concentration afin d’éviter un signe quelconque d’antipathie ou trahissant son manque de confiance envers son capitaine. Montré actuellement l’état de sa relation avec son supérieur hiérarchique ne serait pas de bon goût. Ils devaient tous deux afficher l’unité qu’importent les différents qui subsistaient.
    Nul besoin d’excuses ces questions ne me dérangent aucunement.

La noble elle savait que ce genre de question pouvait se trouver indélicate ou déplacée suivant les individus. Il est donc normal que le capitaine s’interroge.
    Je vis très bien ma situation, notamment depuis que l’on a un capitaine à la tête de la justice. Que le Taisho soit un vizard ou non, cela m’est indifférent. Remarquez que le commandement soit assuré par un Shinigami ou un Vizard affecte peu la suite des événements. Le peu de capitaines devenus Vizard avec ou sans expérience on démontré qu’il possédait autant voir plus de compétence pour endosser ce rôle que n’importe qu’elle Shinigami. Pour l’anecdote Kirito n’est pas le premier capitaine vizard qui me commande.

Un interlude avant de reprendre d’un timbre sans émotion. Une habitude gardée qui l’aiderait à masquer son dégout des hybrides.
    Il est vrai que la tradition veut que cela soit un membre de la famille Shihôin qui prend la tête de la seconde division, mais qu’il soit libre ou non il faut me faudrait déjà avoir le niveau d’un capitaine. Si je suis apte à affronter n’importe quel vice-capitaine, je peux au mieux tenir tête à un capitaine, mais sans espérer vaincre. Mes récents entrainements avec le Kenpachi et le Kazegai me l’on prouvé. De toute manière si je suis aujourd’hui même à la neuvième division cela est par choix et non par obligation. J’ai choisi la justice afin d’être dans un secteur plus en phase avec mes idées et non une division choisi avant ma naissance pour moi, m’enfermant ainsi dans une routine. Quand bien même je suis mon propre chemin je ne ferais jamais qui causerais du tort au Shihôin.

Arisu anticipa la question sur la raison de sa présence ici. Malgré une voix monocorde, le rythme de ses mots sortait avec davantage d’insistance. Il vrai qu’il y a déjà eu d’autre Shihôin ayant intégré le gotei treize sans passer par la seconde division. En général, il s’agissait d’enfant adopté et surtout qui avait montré des aptitudes les rendant plus viables dans d’autres secteurs. À l’image de sa grande sœur qui travailla à la scientifique avant de devenir capitaine de la troisième division.
    J’ai souvenir que la treizième division avait accueilli un autre membre des Ukitake. Ukitake Jushiro si je ne me trompe ? Son parcours aurait-il un lien avec le vôtre ?

La phrase sous-entendait claire si elle avait suivi les traces d’un homme prestigieux de son clan ou si sa position n’est qu’une affaire de circonstance la menant elle aussi à ce rang au sien de la même division.


Dernière édition par Shihôin Arisu le Sam 14 Fév - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Capitaine de la 13ème Division

Messages : 132
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   Sam 14 Fév - 11:39

Quelle retenue dans les propos, quelle neutralité dans le ton de sa voix, son expression avait très légèrement changée. Si cette vice-capitaine m’avait paru très professionnelle concernant la Purge et notre comportement concernant nos hommes face à celle-ci, je sentais qu’elle cachait son véritable ressentit au sujet de son supérieur. Je ne pouvais pas lui en vouloir, ce sujet touchait au personnel, même si on pouvait considérer que cela pouvait affecter le fonctionnement de leur Division. Je gardais mon attitude amicale, derrière laquelle ne se cachait rien de plus qu’une curiosité franche et sans jugement. Je notais une légère surprise lorsqu’elle me fit part que les Vizard étaient plus aptes à endosser le rôle de Capitaine que n’importe quel shinigami. D’où pouvait bien lui venir cette pensée, cette idée. Si j’acceptais le fait que le fait d’être ce qu’ils sont, ne faisait pas d’eux de mauvais shinigamis, de là à insinuer qu’ils étaient plus apte m’intriguait. Je ne me sentais pas insulté ou autre par cette remarque, juste intriguait. Concernant le fait que le Capitaine Kirito n’était pas le premier Vizard sous les ordres de qui elle œuvrait, ceci n’était en rien surprenant. Certains parmi ceux qui avaient été victime d’Aizen avaient repris leur poste par la suite. Mais j’aurais aimé développer sa remarque, mais elle vint sur un sujet qui me concernait après avoir répondu à mon autre observation. Elle avait choisi de se libérer des habitudes familiales afin de suivre sa propre voie, ce qui était tout à fait honorable et se demandais si mon poste était un choix familial ou pas. Je ne pouvais que sourire à cette question, si dans sa bouche ceci était juste une question sans aucun jugement, je savais que pour d’autres cela n’aurait pas été le cas.

« Il est vrai que je porte le nom du premier Capitaine de la 13ème Division, un homme aimé et respecté. »

Si je pris quelques secondes avant de continuer, cela n’avait rien à voir avec un malaise dû à la question ou une esquive. Mais je ne pus m’empêcher de replonger dans les souvenirs que j’avais de cet homme. Je ne l’avais pas vraiment connut, malgré le fait que j’avais servi sous ses ordres et que je portais le même nom que lui. Penser à lui, me ramenait à une autre époque, plus simple, plus heureuse. La mélancolie qui se dégageait de moi sembla, durant un instant croitre, se répandre, avant de retrouver un état normal.

« Je ne suis pas née au sein de la famille Ukitake, c’est feu mon époux qui m’a permis d’avoir un nom, une famille, cette famille. Personnellement, je ne me destinais pas à devenir Capitaine, c’est un choix fait par la Capitaine-Commandante. Je ne pense pas que les histoires de nom, de clans ou familles, ont une quelconque importance pour elle. Je suis à mon poste car elle avait besoin de quelqu’un comme moi à ce dernier. »

Mon interlocutrice avait involontairement accéléré le rythme de ses phrases en abordant le sujet de sa place et de son appartenance à l’une des familles nobles. Certains auraient cherché en analyser la raison, se demandant si il s’agissait d’un sujet sensible ou si elle ne se sentait pas à l’aise avec ses réponses. Je n’avais pas pour habitude de juger les décisions des autres, tant que cela ne nuisait pas au Gotei. Mais malgré tout, je sentais que sa situation, la mettait mal à l’aise, mais ce fut sans aucune mauvaise intention que je revins vers le sujet qui m’avait intriguait.

« Ne croyais pas que je veuille changer de sujet, mais je n’ai pas pu m’empêcher de relever une de vos remarques. Vous dites que les Vizard pourraient avoir plus de compétences que n’importe qu’elle Shinigami pour endosser le rôle de Capitaine. Pourriez éclaircir ce point ? »

Je ne m’étais pas sentit insulté par cette remarque et ma question était pure curiosité. Elle avait dit avoir déjà servi sous les ordres d’un autre Vizard, mais était-ce suffisant pour avoir un tel avis. Il se pouvait aussi, que par ces mots, elle essaye de soutenir son capitaine. Nombreux parmi les Shinigamis s’étaient méfiés de ces êtres, de ces hybrides, mais ils avaient versé leur sang pour le Gotei et ce à plusieurs reprises et méritaient tout notre respect, ou du moins de se voir considéré comme n’importe lequel d’entre nous. Mais il se pouvait aussi qu’elle avait remarqué quelque chose de particulier chez eux qui l’avait amené à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2706-ukitake-eirin
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après le vice-capitaine, le capitaine [Ukitake Eirin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Õ Capitaine Mon Capitaine!
» Brooke P. Davis || Oh capitaine mon capitaine !
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» capitaine et veteran de minas tirith en "nmm"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-