AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Walk on the wild side [feat Tamanoir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rang : Capitaine de la Septième Division

Messages : 355
MessageSujet: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Jeu 20 Nov - 11:18

Il était assis sur les marches, juste en dessous du perron de la porte. L’entrée du quartier général de la septième division était en marbre, et il était clair que ce n’était pas la plus confortable des surfaces pour son postérieur. Les shinigamis qui entraient dans le bâtiment s’arrêtaient tous pour le saluer, ce à quoi il répondait par un seul signe distinctif. Un hochement de tête. Les us et coutumes du borgne continuaient à étonner une semaine après son introduction en tant que dirigeant de la division. Les avis étaient partagés. Comment un homme aussi étrange avait-il bien pu se retrouver à la tête d’une compagnie de Shinigamis ?

Il avait été très clair lors de la cérémonie. « Vous vous posez des questions, et je ne veux pas y répondre. Je ne serai pas votre grand frère pas plus qu’une épaule pour pleurer. Par contre, je saurai faire de vous des armes. Polies. Affutés. Mortelles. Le Rukongai sera bientôt à feu et à sang, et ce sera votre rôle d’y trouver un remède. »

Un mystère entourait l’homme à la veste en cuir. Comment avait-il perdu cet œil ? Pourquoi ne portait-il pas le haori ? Et pourquoi n’avait-il toujours pas officialisé de vice-capitaine ? Ses méthodes, cependant, commençaient déjà à porter ses fruits, une semaine seulement après être entré en fonction. Il avait réclamé une heure d’exercice à chaque shinigami, sous l’égide de leur chef d’équipe. Une heure de technique à comment donner la mort, tout simplement. Les soldats de la septième comptaient trop sur le pouvoir de leur sabre, et pas assez sur leur habilité personnelle. Il n’espérait pas obtenir d’eux un talent pour le combat identique à celui des hommes de la onzième, mais s’en approcher était nécessaire.

Une silhouette venait d’apparaître devant le borgne, qui leva les yeux. « Tu es en retard, Idjouhert. » lança-il d’un ton calme, en se levant. Le dixième siège était enfin là. Ils s’étaient quittés la veille, sans un mot. Il était temps pour lui de lui expliquer ce que Kuragari Asuna exigeait de la septième division. « Marchons. » Les couloirs ? Très peu pour eux. Ils allaient se mêler aux gens dans la rue. Où obtenir plus d'anonymat et plus de sécurité que parmi ceux qu'ils devaient protéger et diriger ? Calmement, le Serpent s'épousseta et commença à marcher. Lentement.

_________________
OH HELLO THURR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1672-serpiente

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Ven 21 Nov - 0:07

Oui, elle allait se mettre en retard et oui, il allait râler sur ce point mais cette page blanche la gardait dans la nouvelle maison au Junrinan, premier district ouest. C’était comme être un médecin frustré de voir une alvéole refuser de s’ouvrir, de se gonfler d’oxygène qui allait si chèrement être acheminé par des globules rouges travailleuses après. Non. Et la Kabyle n’allait pas se désespérer à chercher une explication ou un responsable sur ce cas, ça allait venir tout seul aujourd’hui ou demain. Idjouher avait l’impression que soit elle avait trop à dire ou pas assez. Si, il y avait assez pour tenir un journal auprès des Humains pour accéder à un prix concours quelconque mais faire étalage de son exode n’était pas dans sa nature.

Après avoir froissé non seulement la première feuille de papier non usagée de sa vie hors Seireitei mais aussi le jinbei donné gracieusement par Hironari, leur voisin, Idjouher se tourna légèrement pour regarder les enfants et femmes dormir paisiblement pour la première fois en deux mois de terreur. Son regard s’attardait sur les poitrines qui s’abaissaient et s’étendaient de vie spirituelle, percevant une cacophonie de respirations qui apaisait enfin le cœur lourd de la Kabyle. Oui, elle avait lutté contre le sens commun, leur laisser une chance de partir, délaisser leurs souvenirs et devenir une autre âme dans un corps humain mais elle ne s’était jamais sentie aussi vivante. Il n’y avait pas d’autre issue, Serpiente en avait trouvé une pour sceller un collier autour de son cou et ça lui allait parfaitement. Dans une mesure désespérée ne pouvaient découler que des moyens qui l’étaient tout autant.

Tout avait un prix.

Elle allait le payer. Point.

En commençant par le regard apeuré d’Akatane qui n’arrivait pas à dormir. Elle était une jeune femme très franche, éveillée, elle voyait clair dans toute cette histoire et n’arrivait pas à se demander si c’était une félicité ou une malédiction. Tout comme leurs regards, leurs pensées se croisèrent assez pour résoudre Akatane à ne plus s’épuiser à essayer de fermer l’œil et à se glisser vers Idjouher, dos à dos, comme deux sœurs qui allaient se dire les choses telles qu’elles étaient, sans détournement. Des vérités qui devaient sortir.

- Je me demandais ce qui allait advenir après ma mort ici. Je me suis même mise à l’accepter. Attention… Je ne dis pas que je suis ingrate, juste que…

La Kabyle n’avait pas bougé mais elle avait clairement entendu la bouche d’Akatane s’entrouvrir pour humecter sa lèvre inférieure pour la mordre sans crainte de l’ouvrir.

- On aurait dû ne pas te laisser faire. On a été lâches, moi la première. On t’a laissée nous entraîner ici. C’est si loin de notre quotidien. Je ne sais si on doit te remercier ou t’en vouloir. Ou bien ce n’est peut-être même pas toi qui en es la responsable. Je suis…heureuse et en colère à la fois. Beaucoup n’ont pas eu droit à notre chance…
- Personne ne sait s’il s’agit d’une chance ou pas, Aka mais tu sais quoi ? Sans nous laisser même le temps de respirer, on oubliera comment y arriver. Une occasion que je ne pouvais refuser s’est présentée, j’ai réfléchi, très rapidement mais je l’ai fait. Si tu as envie de blâmer quelqu’un pour dormir, respirer, pleurer ou crier, de joie ou de ressentiment…je serais ravie d’être cette personne le temps que tout s’aplanisse.


Après dix minutes, un cauchemar de Riheb chassé par la main d’Idjouher sur sa joue et dix-sept sanglots, Akatane se décida d’écrire la lettre à Qismat. Et sans trembler.

Un palier était franchi. Il était temps d’aller à la rencontre du deuxième. Sa prochaine mission à prendre effet auprès du Capitaine Serpiente.

Jamais elle ne serait habituée à ce grade avant son nom. Enfin, nom. Ce n’en était pas un bien sûr. Sauf pour un zanpakûto bien affuté pour un esprit aussi affuté que son arme, partenaire de toute une vie.

Affublée de son shihakusho enfin propre, Idjouher en profita pour remercier son voisin pour les vêtements qu’elle allait rembourser. Ils se séparèrent chaleureusement, surtout grace au petit frère de ce dernier, tout content d’avoir plus tard des camarades de jeu juste à côté de chez lui.

L’air était moins lourd ici, les gens appréciaient le garde de la porte Jidanbō, il est vrai que pour un géant, il portait un cœur aussi lourd qu’un de ses bras à ce qu’elle avait entendu. Polie, la Kabyle le salua pour entrer dans le Seireitei et rejoindre les quartiers de la Division 7 où elle aperçut un drôle de spectacle d’yeux tournés vers le nouveau Capitaine ce qui étira un peu plus le sourire calme d’Idjouher. D'un pas tranquille, elle s’avança et se tint devant lui.

- Tu es en retard, Idjouher.
- Je sais. Mes excuses, monsieur
, répondit-elle du même ton que lui.

Pas de haori. Bien entendu.

Et comme toutes les silhouettes anonymes, ils allèrent ensemble dans les rues sans but précis. Le monde des Shinigami tentait de garder un semblant de vie simple entre ces murs alors qu’on leur demandait de s’appliquer dans un devoir de plus en plus lourd tout en mettant au premier plan la valeur même d’ôter trois millions d’âmes, la balance des âmes et sa sauvegarde : leur fardeau et celui de personne d'autre, à porter avec dignité. Avec ou sans honneur, le nombre restait vertigineux. Et elle aussi devait prendre part à son devoir. En laissant vagabonder son regard comme n’importe quel passant, Idjouher risqua :

- Vous semblez déjà attirer l’attention de mes camarades. Je sens que dès qu’ils vont savoir d’où je viens, ils vont venir me poser des questions sur vous.

En continuant à l’appeler Tama-san bien sûr, pourquoi changer une mauvaise habitude qui finissait par être un outil de travail ?

- Donc, que suis-je sensée faire ? Quelle est notre mission ?

Oui. Notre. Il était Capitaine et elle 10ème siège. C’était pourtant un duo qu’ils allaient former.

Un siège pas trop éloigné pour ne pas la perdre de vue mais pas trop près pour ne pas attirer l’attention sur elle.

Donc, une mission d’infiltration et récolte d’informations.

La question était plutôt dans quels arbres devait-elle récolter des fruits.

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart

Rang : Capitaine de la Septième Division

Messages : 355
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Ven 21 Nov - 11:41

Elle ne redoutait pas les questions, elle avait sans doute appris à ne dire que ce qui était réellement nécessaire. Est-ce que cela venait de son ancienne existence, ou s’était-elle adaptée en renaissant dans le Seireitei ? Cela n’avait aucune espèce d’importance sur le papier, mais il était toujours intéressant d’en connaître un maximum sur les gens que l’on côtoyait. Question de bon sens.

« Je compte la dessus. Tu saura t’en tirer. Évite de rester cloîtrée dans un silence qui fera de toi une paria. »

Elle allait donc être questionnée, et la connaissant, elle risquait probablement de ne rien dire. Ce n’était pas souhaitable. Ils avaient été tous deux sous les ordres de Noboru, c’était un fait, et il n’y avait rien à cacher. Il avait demandé sa mutation, et elle l’avait accepté. Le fait est qu’il avait besoin de personnes de confiance. Et il en accordait assez à son jugement. Il désirait aussi s’entourer de personnes rompues aux arts de l’assassinat et de l’information. C’était le cas avec Idjouhert. Ils avaient assez marché. Si les murs avaient des oreilles, elles seraient probablement gênées par la cohue qui les entourait. Personne n’était plus isolé qu’au milieu d’une multitude.

« La purge n’est pas une décision très appréciée, mais ça, on le savait d’avance. » commença-t-il. C’était une évidence de dire que sacrifier trois millions d’âmes n’était pas du goût de la populace du Rukongai. « Cette mesure est aussi radicale que nécessaire, du moins pour nos commanditaires, et je doute qu’elle n’ait été prise de gaieté de cœur. » Cependant il ne l’avait pas convoquée pour connaître son opinion sur ce massacre de grande envergure. Il la connaissait déjà. Quelques pas de plus, et il s’arrêta, face à une pancarte. L’armurerie. Étonnant comme il était attiré par cet endroit. Il passa la porte sans marquer de temps d’arrêt.

« Kuragari Asuna a des doutes sur la loyauté et la capacité de certains capitaines à la mener à bien. » ajouta-t-il avant de faire un geste du bras vers un banc, invitant son acolyte à s’assoir. « Karlson, Igarashi, Aokiji et Kirito, principalement. »

Il étira ses jambes, et reposa l’arrière de sa tête sur le haut du banc. C’était une position qu’il prenait souvent, regardant le ciel bleu. Pour se vider la tête, en général. Pour peser le pour et le contre de certaines décisions, parfois. Pour ne jamais cesser de douter, surtout. Le doute était bon, il forçait à se réinventer, à ne pas se reposer sur ses lauriers.

« Elle veut de l’information. De leurs avis, à leur loyauté, en passant par leurs aventures extraconjugales. Elle veut tout savoir, et cela doit rester secret, il en va sans dire. »

_________________
OH HELLO THURR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1672-serpiente

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Dim 23 Nov - 5:07

Ce qu’elle abhorrait prendre ses comparses pour des idiots… Ils allaient déjà devoir emboîter un pas qu’ils ne connaissaient à peine mais en plus elle allait devoir les mener à la baguette en leur faisant croire qu’il n’y avait ni danse, ni tempo battu par une baguette et encore moins une piste de danse. Le tout en se montrant terriblement ordinaire tout en donnant une raison de sa présence. L’histoire d’un équilibre parfait entre mensonge et vérité. Effectivement, avec ce programme, on regretterait presque de ne pas avoir le choix d’être un paria. Mentalement, elle passa en revue l’avis des Shinigami de la Division 2 histoire d’être cohérente sur leur opinion. S’il y avait des liens entre ses anciens et futurs collègues, ils allaient se charger eux-mêmes de compléter le tableau de Serpiente. En dernier, mettre la référence de Kyuusei Noboru, saupoudrée de missions remplies et une pincée d’entraînement, n’importe qui voudrait avaler tout rond cette histoire. Une alchimie comme en cuisine. L’art de donner ce que chacun veut recevoir pour satisfaire leur curiosité, apaiser leurs inquiétudes et accepter leur nouvelle camarade.

Dès qu’il en vint à la purge, Idjouher se raidit à peine, un rappel brusque des sentiments mitigés de certains membres de sa famille qu’elle allait devoir affronter à son retour mais aussi dans la durée. Survivre à un massacre en règle, Idjouher savait comment se regarder dans la glace après, cela faisait partie de sa vie de l’ancienne Shinigami de la Division 2. Dans une mission d’éclaireur, il pouvait avoir des accrocs qui se finissaient par des pertes qu’on devait abandonner. Les informations ne peuvent jamais attendre juste pour une vie ou deux car dans la balance, il y avait souvent bien plus en jeu. Sa famille n’était ni formée, ni sage qu’elle était. Lalla Zohra allait forcément l’aider mais elle ne pouvait pas être au four et au moulin : la vieille âme allait s’occuper d’apaiser les peurs et Idjouher allait devoir suivre ses frères et sœurs qui se sentent coupables d’être des survivants. Après tout, elle avait choisi pour eux tous sans consulter personne. Peu de temps de réflexion, très peu de temps pour agir, assez pour souffler un peu et se réorganiser. Et cela allait puiser dans leur patience, fatalement. Akatane n’était qu’un avant-goût. Abbes allait forcément être aigri, voir méfiant envers elle. Rapidement, la Kabyle inspira un bon coup et appuya brièvement et fortement sur ses paupières pour mettre ce dossier dans un coin de sa tête. Elle était de service, place au professionnalisme. Même dans un espace sécurisé comme une cohue, il n’allait pas répéter ses impératifs rien pour ses beaux yeux.

Laissant passer un coursier pressé, Idjouher garda un œil sur son supérieur pour rejoindre son côté, le laissa prendre ses aises sur le banc et l’imita plus lentement, les mains jointes sur ses cuisses, son dos droit qu’elle força s’appuyer sur le dossier. Elle n’avait pas l’air à l’aise sur un banc mais sur un toit, c’était autre chose. C’était plus fort qu’elle mais elle fit l’effort de croiser ses jambes et d’étendre ses bras devant elle pour s’étirer en enregistrant les noms tout en soigneusement choisir des mots clés pour les définir, leurs aptitudes et leurs liens.

- Elle veut de l’information. De leurs avis, à leur loyauté, en passant par leurs aventures extraconjugales. Elle veut tout savoir, et cela doit rester secret, il en va sans dire.
- Et pour les nouveaux capitaines nommés ? Vous allez vous en charger ?


Idjouher ferma les yeux et se concentra sur les pas qui se pressaient, se traînaient autour d’elle comme des signes de ses prochains choix, la définition des cibles prioritaires. Un ordre surtout, bien rond et défini pour que ça n’ait pas l’air grossier. Elle n’allait certainement pas les voir la bouche en cœur sans rien à leur proposer de mâcher pour occuper leur pensée. Si tout est machinal, ça serait parfait, des engrenages placés au bon moment. Et refaire un tour régulièrement pour faire son suivi. Encore et encore.

- N’a-t-elle pas noté le Capitaine Kazegai ? Certes, il est docile mais très proche du Capitaine Igarashi, recommandé par ce dernier. Dans cette période très secouée, le Capitaine Kazegai a dû aller le voir depuis et il me semble que vous l’aviez mis en confiance alors qu’il était Vice-Capitaine à l’époque. Ce serait une bonne façon d’avoir un complément d’informations sur son ancien supérieur.

Pour sa part, ça allait forcément passer par la purge, et donc par Serpiente.

- Si j’aide les participants à la purge, je pourrais avoir trois cibles sur quatre mais cela exclurait le Capitaine Karlson qui me verrait comme une ennemie. Il va falloir que je commence par lui.

Tout était une question d’équilibre, pour l’image d’un nouveau Capitaine, pour des âmes, pour la famille ou sa mission. Tout sur un fil de rasoir et sans regarder en bas.

Ainsi, Idjouher adopta la méthode de Serpiente pour se vider l’esprit, la tête sur le rebord du banc à regarder le ciel qui ne se formalisait pas ce que qui se tramait ici et ailleurs.

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart

Rang : Capitaine de la Septième Division

Messages : 355
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Lun 1 Déc - 17:05

« J’ai déjà commencé à travailler sur le sujet. » annonça-t-il calmement. C’était vrai. Il avait rencontré plusieurs capitaines depuis sa montée en grade et l’acquisition de la mission, et plutôt rapidement d’ailleurs. A peine avait-il franchi les portes de la quatrième division, il s’était dirigé vers celles de la onzième. Krow, après tout, était ce qui était le plus proche pour le Serpent d’être appelé un ami. Oh, ils n’allait pas bourlinguer dans les bars régulièrement, loin de là, mais ils se cotoyaient assez pour se comprendre. Ils étaient plus ou moins fait du même bois. Après tout, ne venaient-ils pas tous les deux des USA ? La priorisation de cette liste était à prendre en compte, et elle l’avait fait aussitôt. C’était un bon point, mais il n’en avait jamais douté. S’il l’avait choisie c’était parce qu’il s’agissait de l’élément le plus prometteur de son ancienne division, n’en déplaise à ceux qui avaient pris sa place et celle de Noboru depuis.

« Taka est un mystère. Il a beaucoup changé depuis qu’il est monté en grade. Je ne sais pas s’il jouait un rôle par le passé, mais l’homme dans le doute a laissé place à un capitaine sur de lui. Trop peut-être. Mais impossible d’aller voir Igarashi pour lui demander plus d’informations. Il trouverait ça louche, et à juste titre. Non, il faut éviter de passer par les voies … administratives, dirons nous. D’ailleurs, Shu est celui qui a le plus de chances de craquer, à mon avis. Il n’a rien d’un assassin, et passer par la lame trois millions d’êtres risque de lui faire quelque chose. » Ceci sous-entendait très clairement qu’ils étaient différents, eux.

Son plan était donc d’aider à la purge. C’était difficile de lui demander ça sans autre forme de procès. Elle s’était investie dans le développement du Rukongai, il le savait de source sure. La voir retourner sa veste vis-à-vis de la situation de ce dernier … C’était imaginable, mais il fallait une histoire plausible. Elle ne pouvait agir seule, c’était un fait.

« Notre affectation à la septième division est une bonne couverture, assez pour nous donner une raison de surveiller la purge. De là à participer, par contre, je ne sais pas. Reste en retrait dans un premier temps. Surveillance à distance. »

Le Serpent se massa les tempes quelques secondes puis esquissa une moue fatiguée. Il n’étaient, pour l’instant, pas assez nombreux pour maintenir une vigilence de tous les instants sur les différents dirigeants. De plus, il ne faisait pas encore assez confiance à ses autres subalternes pour leur donner l’autorisation de participer à la mission. Il n’avait qu’entre-aperçu certains membres hypothétiquement intéressants, mais … il était trop tôt.

« Il faudrait que tu sondes aussi les autres shinigamis de la septième, Idjouher. Il faut trouver des membres dignes de confiance. De ta confiance. » précisa-t-il, en supposant qu’il ne leur accorderait la sienne que suite à une étude plus approfondie.

_________________
OH HELLO THURR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1672-serpiente

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Lun 8 Déc - 20:47

Taka un mystère ? Donc il devenait une cible. Non prioritaire mais une mission pareille ne pouvait laisser place à des inconnues. Depuis le temps qu’elle voulait justement l’approcher, allier l’utile à l’agréable semblait être un bon plan. Enfin. L’agréable, façon de parler, tout allait dépendre des premières impressions et de ce qui allaient en découler. De plus, offrir deux points de vue sur un personnage n’accentuerait que plus sa profondeur et son étude à venir. Cependant, au vue des inquiétudes de Serpiente sur Igarashi Shu, il devint d’un coup la priorité absolue. Ils avaient déjà perdu beaucoup de Capitaines, le Gotei 13 ne pouvait pas se permettre non seulement de perdre un pilier de plus mais donner raison aux Reapers sur leur méfiance totale sur le cas des Vizards, sans façon.

A l’écoute de son ordre final sur la surveillance, Idjouher soupira comme pour se gifler mentalement. Il avait raison, elle ne pouvait pas participer, ce serait trop visible, trop risqué et un élément passe-partout ne pouvait se permettre d’être visible. Quelque part, oui, elle n’allait pas se mentir, ça la soulageait de ne pas à avoir à exécuter des gens qu’elle connaissait probablement mais d’un autre côté, comment soutenir Shu ? Au-delà d’une surveillance, il fallait lui apporter un soutien et même si son supérieur compte le faire, elle allait devoir en faire autant d’une manière plus privée. Et il n’était pas qu’une question de devoir d’ailleurs, il soutenait un fardeau qui la pesait il n’y avait pas plus tard que quelques heures.

De ce point, en cet instant, Idjouher ne savait pas si elle était dans son droit ou le tort de se sentir redevable envers le Vizard. Parfois, il fallait un face-à-face pour obtenir des réponses.

- Compris. A distance, dans l’ordre.

Elle avait du pain sur la planche. Beaucoup. La Kabyle n’aurait finalement pas beaucoup de temps à consacrer à sa famille. Peut-être un mal pour un bien, pour eux comme pour elle. Tant de temps compressés ensemble dans le stress et la peur, il fallait un peu aérer tous les esprits et ça leur permettrait de prendre du temps pour s’acclimater au district 1, plus calme et plus surveillé, un vrai décalage d’univers. Plus besoin de faire des rondes de surveillance, plus d’entraînement, peut-être plus de travail.

Non. Elle ne regrettait rien.

Elle se surprit même de sourire, laissant le vent jouer avec les mèches de sa frange qui caressait ses paupières closes et ses rides d’expression. Tout était à sa place. Elle avec du travail fourni par un homme qui comptait sur elle. Pas trop mais assez pour la satisfaire.

- Il faudrait que tu sondes aussi les autres shinigamis de la septième, Idjouher. Il faut trouver des membres dignes de confiance. De ta confiance.

Tout à coup, Idjouher sentit son zanpakûto frémir à peine dans son fourreau, répondant à la surprise contenue de sa propriétaire. Cette dernière ouvrit d’un coup les yeux pour les tourner vers le visage de Serpiente, les étrécirent, arborant un sourire léger, dubitative.

- Je pense que rien ni personne dans ce monde ou un autre n’échappe à votre sens de l’analyse mais depuis quand prenez-vous mon point de vue comme référence ?

Qu’importe le temps, elle se souviendrait à jamais du plan Eden et du point de vue de son supérieur sur les autres soldats. Il parlait justement de sa confiance et ils ne voyaient pas les choses sous le même angle.

Un, cela promettait un duo complémentaire qu’ils allaient former.

Deux, rien n’était acquis.

Trois, elle aurait donné son royaume inexistant pour avoir la liberté de rire. Cette situation semblait être aussi irréelle qu’un univers renversé pendant trois jours. Y’avait-il si peu de personnes qui trouvaient grâce aux yeux du Serpent ? La question qui enfin avait trouvé son moment pour être posée, jamais elle n’en avait eu l’utilité auparavant.

Les choses changent.

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart

Rang : Capitaine de la Septième Division

Messages : 355
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Mar 16 Déc - 0:03

Il s'attendait à cette question, depuis le début, et avait plusieurs arguments à faire valoir, mais il resta en silence quelques secondes. Étonnamment, le tueur à gages sourit, sans se cacher. C'était rare de le voir agir de la sorte, et certains n'avaient jamais observé mieux qu'une esquisse de sourire. Il savait où elle voulait en venir, et cela ne le dérangeait pas. Par le passé, il avait été clair que l'ancien vice-capitaine ne partageait pas l'amour immodéré pour les hommes sous son commandement que pouvait avoir son interlocutrice. Pire, il ne voyait chez eux que les défauts et en oubliait le plus souvent les qualités, les jugeant insuffisantes pour combler le fossé que les premiers creusaient.

" Qui t'a dit que ce seront ceux là que je mettrai dans la confidence ? " lança-t-il le plus sérieusement du monde, avant de reprendre voyant la mine de la nouvelle recrue de la septième. " Détends-toi, c'était une boutade."

A vrai dire il fallait plusieurs avis, même divergents, pour observer une situation de la plus complète des manières. Les indicateurs qui faisaient d'un shinigami un bon élément n'étaient pas les mêmes en fonction de si on parlait du point de vue du borgne, ou de celui de la Kabyle. Et pour la création de cette petite escouade, il fallait peut-être plutôt pencher pour celui de la jeune femme. Le test du Projet Eden avait été un succès, même s'il n'avait jamais eu le temps - ni même l'envie - de lui dire.

" Je veux plusieurs avis pour tout. Le passé m'a indiqué que, même si je pouvais me fier au mien, il était souhaitable écouter parfois une opinion plus ... édulcorée. Moins ... pragmatique."

Asuna n'avait pas été explicite, mais il en avait déduit qu'il devait faire de la septième une deuxième Nibantai, et ceci ne fonctionnerait pas forcément de la même manière que leur ancienne division. La manière forte n'avait jamais été souhaitée par les shinigamis, et ne répondait qu'à une nécessité de l'Onmitsukidō de contrôler toute information détenue par ses membres. Le Serpent cherchait à instaurer une autre relation avec ses subalternes.

"J'aimerais que tu commences le nouveau vice-capitaine. Il a été officiellement nommé ce matin. Seigi Raïtōku. C'est une vraie tête de con, mais je crois qu'on peut en tirer quelque chose."

Le premier membre de leur petite équipe venant d'être recruté, il fallait se tourner vers la prochaine signature. Et quoi de mieux que de débuter une telle entreprise par sonder le vice-capitaine lui même ?

_________________
OH HELLO THURR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1672-serpiente

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Lun 29 Déc - 0:02

Tout à coup, Idjouher se mordit un peu les lèvres et ferma les yeux fort comme si elle avait mordu un citron volant trop près de sa bouche au réveil, finit par se redresser lentement pour s’incliner, craquant au passage ses vertèbres une à une et scella sa bouche à l’aide de ses deux mains. Seul ses hoquets trahissaient son fou rire qu’elle peinait à ne pas ébruiter et ses perles de larmes au coin des yeux. Qu’est-ce que c’était cet humour qui la contaminait ? Et le professionnalisme là-dedans ? Il s’attendait à quoi ? Même Idjouher ne pouvait pas rester indifférente aux premiers pas de one man show de son supérieur, surtout venant de lui. C’était si brusque et si inespéré venant d’un homme qui tue froidement, de manière calculée, régissant ses relations qu’au grès de son travail ou de celui qui se rapprochait de sa culture. Etaient-ce des défauts ? Non. Pas dans la Soul Society. Elle n’osait même pas transposer ce schéma à l’échelle humaine, trop lointaine pour être dans le juste.

Et puis, il avait raison, son jugement primait rien que par son expérience et son statut.

La présentation fut des plus surprenantes.

A peine eut-elle le temps de signaler qu’elle se calmait qu’il continua dans un second pas dans l’art et la manière d’apporter un retournement de situation.

Un avis différent du sien. Quelqu’un qui ne soit pas lui. C’était donc une mission de très longue durée : être toujours elle-même à son service. Cela ne lui faisait pas peur. La Kabyle était presque contente que feu son maître n’était plus de ce monde. Qismat se serait moquée d’elle pour finalement lui déclarer qu’il avait raison : rester soi-même pour être utile au Seireitei car être Shinigami n’avait rien à voir avec un travail, des promotions et du prestige. C’était toute une vie à endosser.

Serpiente en était l’allégorie sublimée de cette leçon.

Après avoir accusé une petite rafale de vent emportant la poussière soulevée par les passants, Idjouher tourna enfin la tête vers le Serpent, souriant calmement, ses yeux à peine rieurs, consciente de ce qui lui demandait.

- Reçu, Capitaine.

Autant garder ce moment bien en tête, pour une fois que son titre ne sonnait pas faux.

- J'aimerais que tu commences le nouveau vice-capitaine. Il a été officiellement nommé ce matin. Seigi Raïtōku. C'est une vraie tête de con, mais je crois qu'on peut en tirer quelque chose.

Révision des cibles prioritaires. Étrécissement ses yeux. Élargissement succinct du sourire.

Et elle ne le connaissait pas ce qui tombait bien pour apporter une vision fraîche du personnage, elle allait devoir faire vite et puis, il était important qu’elle connaisse son Vice-Capitaine. Elle allait devoir travailler, peu dormir et étudier ses prochaines manœuvres.

- Si vous dites vrai, c’est qu’on en a besoin. Donc, nous allons apporter bien plus à la septième qu’un entraînement…

En gros, une délocalisation de la Deuxième Division. Quoi de mieux pour tromper ses ennemis comme ses alliés ? Surtout avec les Reapers au milieu et des questions de loyauté au sein du Capitanat. Leur Capitaine-Commandant était effrayante au point de déplacer ses pions, faire d’un fou une tour et elle un cavalier. Il leur fallait un nouveau fou et elle devait faire vite. La partie ne faisait que commencer. Et elle ne voulait aucunement être sacrifiée.

- Je vais m’y mettre tout de suite, je vais déjà un peu sonder autour de moi et voir rapidement le Vice-Capitaine Raïtoku. Auriez-vous d’autres ordres à me confier ? Non que je me lasse de vous mais le temps nous fait défaut en ce moment.

Qu’est-ce que ça doit être pour lui… ?

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart

Rang : Capitaine de la Septième Division

Messages : 355
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Mar 13 Jan - 21:00

Le Serpent écouta la question de sa subordonnée, tout en tentant de percer son masque d'impassibilité. Il humecta ses lèvres et esquissa une ébauche de sourire.

" On en a besoin ... d'une certaine manière. Tu aurais du être la Vice-Capitaine de la Septième Division, mais je suis déjà parachuté à leur tête. J'ai envie qu'ils croient que l'un des leurs, même s'ils le détestent, a encore un certain poids."

Il venait de dire ces dernières avec un calme impérial. Ils en étaient au courant tous les deux désormais, même si l'ancien tueur ne savait pas en avance ce qu'elle penserait de ce fait. Il supposait cependant qu'en tant que femme de l'ombre, elle s’attellerait à sa tache du mieux qu'elle le pouvait, sans réclamer le bout de bois qu'elle méritait toutefois.

" Et qui sait, peut-être qu'il saura se rendre aussi utile qu'il est impertinent ?" ajouta-t-il d'un ton calme, après quoi il se tourna de nouveau vers elle et commença à la congédier. "Non, pas d'autre ordre. "

Elle savait à quoi s'en tenir désormais. Ils étaient une sorte de police des polices, aussi secrète que nécessaire. La surveillance des autres capitaines n'était pas une broutille, et, s'ils ne marchaient pas sur des œufs, ils restaient dans une situation potentiellement précaire. Il ne servait à rien d'être alarmiste cependant. Après tout, si Kuragari Asuna lui avait confié cette mission, c'était probablement plus pour prévenir que guérir.

"Tamanart, ... fais attention. Notre tâche est aussi secrète qu'elle sera mal vue si elle est révélée. Ceci peut nous foutre dans une merde noire si nous ne sommes pas assez ... discrets."

La désertion était passible d'une peine plus que désagréable pour celui qui disparaissait sans laisser de traces. Si l'un des capitaines y avait songé et qu'il le découvrait, il pouvait penser à s'occuper de celui qui connaissait la réalité... Et ce n'était pas acceptable. Perdre des hommes était une possibilité, mais le New-Yorkais préférait éviter qu'il s'agisse de la crème de ses hommes de main. D'autant plus si elles étaient évitables...

_________________
OH HELLO THURR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1672-serpiente

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   Mar 10 Fév - 17:31

Elle ? Vice-Capitaine ? Une voix en elle criait un « non » tellement retentissant que même ses pensées logiques furent soufflées d’un coup. Idjouher n’était pas contre mais elle sentait en elle une immaturité qui aurait été un frein à toute division voulant d’elle comme Vice-Capitaine. De plus, elle avait encore beaucoup à faire, et pas que dans le domaine du combat. Elle connaissait peu de personnes en commençant par son propre Capitaine. Comment protéger et bien seconder alors qu’on avait passé son temps à surprotéger sa famille au détriment de la connaissance approfondie d’autrui ? Impossible. Fabulation. Surtout si c’était pour compromettre la mission récemment assignée.

De plus, elle ne connaissait pas ce fameux Seigi Raïtoku. S’il fallait, il avait autant besoin d’apprendre en ayant ce poste qu’elle-même en s’en privant. Elle espérait tant ce scénario.

- Mon opinion ne changera rien mais vous avez eu totalement raison d’assigner cet homme.

Ils étaient deux professionnels. Il comprendrait qu’elle avait justement besoin d’un simple siège. Besoin encore d’être une Shinigami comme les autres.

Et ceci en regardant le ciel comme si l’espoir était porté à des augures invisibles pour l’instant. Elle allait tout faire pour que ce miracle puisse exister. Finalement, la Kabyle partait avec une mission et des objectifs personnels. De quoi se sentir gâtée par tout ce travail à venir à abattre.

- Tamanart, ... fais attention. Notre tâche est aussi secrète qu'elle sera mal vue si elle est révélée. Ceci peut nous foutre dans une merde noire si nous ne sommes pas assez ... discrets.

Ainsi, elle se leva de son siège, époussetant son hakama en douceur tout en s’étirant, détendue. Il n’y avait pas à s’inquiéter. Elle n’allait pas prendre de décision pour Seigi Raïtoku sans son aval. L’idée était de prendre la température. Pour le tissage du paysage de chaque gradé, ce serait un jeu d’enfant. Elle avait juste besoin d’être elle-même, essayant d’apprendre plus d’eux que de leur vie. Elle allait être discrète. Elle ne savait pas vivre autrement.

- Je ne ferai rien de stupide cette fois, Capitaine.

Et par quelque chose de stupide, comme ne pas lui parler avant de prendre une décision hâtive. Elle avait eu de la chance, elle n’allait pas tirer sur cette corde. Serpiente avait joué d’un miracle à sa portée, il n’allait pas le refaire.

C’était idiot de partir sans prévenir, décevant même et il ne lui avait absolument pas caché.

Idjouher n’allait pas lui faire regretter son choix de la ramener.

- Prenez soin de vous, Capitaine, dit-elle en inclinant simplement la tête pour tourner les talons et ne faire qu’un avec le trafic d’hommes pressés.

Comme si elle ne s’en était jamais détachée.
Invisible.

[HRP : Fin du rp pour moi, j'avais juste envie de conclure comme il se devait =D]

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Walk on the wild side [feat Tamanoir]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Walk on the wild side [feat Tamanoir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» come and take a walk to the wild side ☆ 26.06, 20h31
» Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]
» Morgane O'Hara ミ Take a walk on the wild side
» Siobhan ※ take a walk on the wild side
» FELIA D. RIMENEZ ❋ Take a walk on a wild side.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-