AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]   Mer 26 Nov - 22:46

    Une petite chambre, à la limite une cellule, et un regard borgne couleur or se baladant par une fenêtre zébrée de barreaux. Quelques mètres plus loin, le bruit d'une porte qu'on déverrouille et un scientifique en tenue intégrale, totalement blanc et les traits du visage cachés, la Forgenoire les devine. Comment réagirait quelqu'un guidé par la raison en voyant un corps déchiré, recousu sans cesse, cette barbe barbare blanche d'un autre âge, cet œil unique brillant comme mille soleils d'un pouvoir corrompu, des oreilles si pointues, comme ces dents, et la connaissance qu'un retrait trop rapide de sa combinaison pourrait le condamner à mort? Une mesure de confinement complète, du reiatsu entre les barres de fer pour empêcher le reiatsu du prisonnier de fuir par les murs, le laissant totalement seul, blasé, résistant à cette solitude par la force de l'habitude et les drogues généreusement offertes par le département de recherche du Gotei. Comment un simple scientifique, encore peu habitué aux mystères de sa division, devait considérer cet être difforme en face de lui alors qu'il s'attendait à voir un objet, Thêta-G-343, un humain devenu possession de la Science, ayant besoin d'elle pour survivre et grandir, recapturé après une brèche de confinement après une fuite de deux ans dans le monde réel alors que les shinigamis affrontaient difficilement la trahison des arrancars et subissaient la tyrannie des reapers qui, au final, n'avaient que donner plus de temps à l'objet vivant pour accomplir ses sinistres plans sur Terre, peu informés sur les risques qu'ils avaient laissés encourir à une large population.

    « - Nous... Nous avons besoin de vous pour des récoltes de données... Si ça ne vous dérange pas... »

    Question stupide. Jamais la division n'avait demandé son avis pour quoique ce soit et les bras tendus, menottés à plusieurs niveaux, vers son visiteur, Dakufôgi semblait accepter les termes du contrat offert. Une intervention qui demandait de la force brute, une intelligence supérieure et un peu de folie, ou plutôt une non considération de la mort, un honneur peu probable de la part d'un monstre. Sa mission? Le cyborg était programmé pour protéger la Douzième et entrant dans un appareil spécifique, recevait chacune des pièces de sa lourde armure qui supprimait en partie les émanations de sa puissance, permettant ainsi une sortie sécurisée pour sa vieille carcasse qui faisait craquer les mécanismes et les os qui se conjuguaient pour former son corps. Vaincre le Kenpachi? Oh... Le précédent que Forgenoire avait rencontré avait dû être remplacé à en croire les procédures habituelles. Armé de ses capteurs de pression en tout genre, le cyborg parcourait les couloirs du Seireitei en direction de sa cible sans chercher à faire simple, direction la Onzième où quelques soldats tentaient de l'arrêter par réflexe. En ce jour, quelques murs en toile se perçaient à cause de quelques gars volants, seuls ou à plusieurs et tout ça à cause de cette montagne de muscles et de rouages qui croisait les bras en plein centre d'une cour, agacé probablement par le labyrinthe que formait les lieux pourtant connus.

    Aucun zanpakuto, sauf des gants serrés pour imiter des poings et l'attente d'un plus haut gradé à démolir. Remonter ainsi la hiérarchie serait la meilleure procédure à suivre pour faire sortir le Kenpachi, une réunion officielle risquant de le mener calme, retenu. Tout ce que les supérieurs de Dakufôgi ne souhaitaient pas et comme ce dernier avait déjà fait le même coup au précédent capitaine, venir sur son terrain en démolissant tous les shinigamis qu'il croisait, ils avaient dû voir en ce monstre une perle rare qu'aucun binoclard pouvait égaler ou une perte pardonnable, car Onimaru n'avait pas à se risquer pour quelques mesures trop sérieuses. Lui ne pouvait pas être reconstruit.

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]   Jeu 11 Déc - 3:22

à force d'y vivre, on finit par être habitué au bruit des affrontements incessants à la onzième. Entrainements, règlements de comptes, punition, et bien plus encore. T'en avait, des raisons qui pouvaient justifier ces bruits. Mais aujourd'hui, c'était différent. Aujourd'hui, ce que j'entendais depuis la fenêtre dans mon dos, ça faisait pas partie de la routine de la onzième. Et il y avait ce Reiatsu, bien plus puissant que le moyenne qui progressait vers la cour. Ce Reiatsu que je connaissais. ça faisait longtemps que je l'avais pas senti, du coup j'ai mit un petit moment à le reconnaître. Mais j'avais fini par identifer le type. Pour autant, j'ai jamais fait entièrement confiance à mes sens en ce qui concerne la détection de Reiatsu, j'préfère donc confirmer de mes propres yeux cette intuition que j'ai.

Je descend doucement les escaliers, arrive finalement dans la cour, au côté droit du Shinigami, une vingtaine de mètres nous séparant. Une sombre armure de métal, une carrure digne d'un siège de la onzième, et cette station, bras croisés, mais toutefois prêt à en découdre. J'ai pas rêve. Dakufogi. Alias Nespresso, boite de conserve ou bien encore l'homme d'acier. Je pouvais pas l'oublier. Je pouvais pas oublier ce type, siège de la douzième division, qui avait réussi par le passé à me foutre K.O sur mon propre terrain : Le Hakuda. J'ai rarement apprécié une défaite à ce point. à l'époque, j'étais huitième siège. Déjà puissant, mais encore trop peu expérimenté. Ouais, je parle du moi d'il y a à peine deux piges. Dit comme ça, on pourrait croire que je parle d'événements qui se sont déroulés il y a dix ou vingt ans. Bah en fait non. C'est juste que les événements des dernières années se sont enchaînés tellement vite que j'ai presque l'impression d'avoir vieilli de plusieurs siècles en quelques missions. J'en ai fait du chemin depuis ce combat dans les plaines du Rukongai. M'arrive de recroiser la montagne que j'ai bousillé ce jour-ci. Toujours un p'tit sourire amusé à sa vue, en me remémorant quelques bribes du combat. Et aujourd'hui, boite de conserve s'amuse à tester la onzième. Bon, bah écoute, ne le décevons pas, hein, il est clairement venu se présenter comme on le fait ici, autant lui retourner la politesse de la même manière.

J'sors de mon coin, et m'approche de lui d'une démarche nonchalante, tout en l'applaudissant lentement. On aura beau dire c'qu'on veut, il se défend, le con. Pour autant, j'pouvais pas laisser passer ça. Et il le savait. Il le voulait, de toute façon. Comme dit plus haut, s'il se présente ici avec un tel comportement, c'est qu'il a l'intention d'en découdre, pas de boire le thé. Et me voilà planté devant lui, à une distance d'à peu prés cinq mètres.

Eh ben, ça faisait un bail... J'imaginais autre chose en guise r'trouvailles mais bon, puisque c'est c'que tu veux...

Je fini ma phrase, et je décroise les bras. Poing droit tendu, en avant, poing gauche replié, en retrait, le corps légèrement de trois-quarts vis-à-vis du cyborg. Pieds bien ancrés dans le sol, prêt à frapper.

Voyons comment les choses ont évolué en deux ans.

Pas besoin de confondre en retrouvailles émues, conventions et autres civilités. Je sais pourquoi il vient, pour ce qui est des explications, des questions, de retrouvailles en elle-même, on verra une fois le massacre terminé. D'ici là, en attendant, on va s’atteler aux retrouvailles style onzième division.
Commençons par les présentations d'usage. Course sans Shunpo vers mon adversaire du jour, j'arrive rapidement prés de lui. à 4 mètres de ma destination, je saute, pour arriver pieds au niveau de sa tête. J'pose ma jambe droite sur son épaule, lui décoche un penalty dans la tronche de la jambe gauche. Dans la continuité du mouvement, j'descends d'son épaule, coude pointé vers le bas. La chute, bam, coude qui s'abat sur sa clavicule. Je profite de cette position pour lui foutre un coup avec le dos de mon poing, tandis que du côté où le coup devrait amener sa tête, mon genou est là, en train de dangereusement progresser vers sa tempe. Si impact il devait y avoir, il le sentirait passer celui-là. Voilà. là, on a une belle mise en bouche. Une bonne intro.

Il le sait, j'suis pas du genre à retenir mes coups.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]   Jeu 11 Déc - 22:28

    Ce n'était pas la première fois que Dakufôgi venait à la Onzième faire preuve de politesse mais un étrange pressentiment lui indiquait que ce ne serait pas comme la fois dernière. Déjà, le fait de revoir le Capitaine le faisait sourire derrière son casque sur lequel il posait discrètement une main pour ensuite la faire glisser dans sa nuque, penchant son visage pour mieux distinguer Krow tout en cachant la peur qu'il parvienne encore à lui retirer son casque. C'était il y a deux ans, lui n'avait pas trop changé, toujours pareil au cours des millénaires mais ce shinigami-là fait de chair et d'os, surement qu'il le dépassait déjà et cette idée vieillissait un peu plus le borgne derrière son armure qui fermait son œil pour se remémorer un peu près celui qu'il avait affronté avec joie plus tôt. Sa technique devait être sensiblement la même, Dakufôgi venait justement vérifier les différences. Déjà il y a deux ans, Krow ne se présentait pas comme la plèbe. Oui, celle que le cyborg éclatait encore et toujours pour saluer les Kenpachi et cette originalité gageait d'une qualité du combattant, d'une promesse de se faire taper encore plus durement qu'auparavant. Avant, son terrain était le Hakuda, maintenant, il s'agissait surtout de ces locaux dont il devenait le responsable. A quel point son devoir le transformerait-il?

    Une posture de garde après les applaudissements et l'admiration de cette force physique qui transpirait de la peau du capitaine laissait le scientifique muet, amusé et en même temps trop curieux pour être rassuré. Le fait qu'il se souvienne de sa personne le rassurait, cela faisait paraître les années moins longues, comme si hier, Dakufôgi lui infligeait une défaite près d'une colline qui s'était déjà bien érodée en deux ans...

    « - Capitaine de la Onzième Division... Monsieur Karlson... Ce que je veux...? C'est bien loin de toute cette violence,
    je pense.
    »

    Toujours là pour des missions cruelles, pas pour le plaisir. Bien entendu, avec son appartenance à cette division bien précise, Krow ne devait pas être réellement au courant des objectifs du dossier "Dakufôgi" mais au fond, tout deux s'en foutait, ce serait un combat pour eux et pas pour des scientifiques déjà penchés sur leurs écrans à attendre que les capteurs réagissent. Le premier soubresaut, les muscles du monstre qui se tendaient pour faire gonfler un peu sa carrure déjà impressionnante et un pied qui reculait pour imiter la posture du capitaine, pour lui signaler que cela se passerait d'égal à égal. S'il y a deux ans, Dakufôgi était le maître, aujourd'hui la donne changeait et peut-être même s'inversait, seule la suite pourrait lui dire ce qu'il voulait savoir.

    C'était qu'il était rapide, ce con de capitaine. A moins que cela soit le cyborg qui oubliait d'éviter tout ce qui lui tombait présentement dessus? Le pied semblait glisser le long du bras mis en avant par Dakufôgi qui reculait violemment le crâne sous le choc, le corps se courbant pour bien montrer la force de l'impact qui lui donnait déjà une migraine légendaire. Sans même laisser la chose bouger ou se reprendre, le capitaine continuait son enchaînement, Dakufôgi tanguait de l'arrière au côté, une jambe pliant sous la force de Krow et le grincement n'aidait en rien sa psyché déjà un peu atteinte, le métal vibrant encore comme une cloche. Le moment d'hésitation de trop, le cyborg se tordait comme pour le coup de pied à cause d'une frappe dans le dos et il penchait dangereusement vers un genou lui souhaitant bienvenu mais ne serait-ce pas trop de le laisser tout faire? Forçant, le membre de la Douzième présentait son front à la place en tachant bien de viser le nerf pour un peu affaiblir les ardeurs du guerrier, tapant du talon le sol pour se redresser vivement, les poings serrés près des côtes avant que le droit ne se détache de sa position pour venir intercepter l'acrobate. Dans le mouvement, Dakufôgi tournait sur lui-même pour attraper la jambe qu'il n'avait pas encore tapé, au niveau du mollet ou de la cheville, allez savoir. Une fois la prise confirmée, l'armure vivante tournait brièvement autour de lui, peut-être un tour complet et demi avant de relâcher sa proie et l'envoyer voler plus loin et plutôt en rase-motte si vous voyez ce que je veux dire. Effectivement, sa seconde main aidant la première, Krow se faisait jeter au sol comme la tête d'un marteau avant d'être lâché in extremis, de manière à rebondir un bon coup sur la terre ferme et subir un coup de pied du vilain visiteur, dans le but de le dégager tel un ballon à l'autre bout du terrain.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Vasto Lorde

Messages : 511
MessageSujet: Re: Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]   Mer 24 Déc - 4:20

La phrase qui me lance le cyborg me laisse perplexe. De quoi me sortir la tête du combat un dixième de seconde. Pas plus que ça. Y penser, considérer la chose, et de suite se remettre dans le combat. Je n'ai pas le temps de m'attarder la-dessus. Les combat s'enchainaient en ce moment à la onzième, et c'est tant mieux. Toutes ces affrontements, toutes ces mises à l'épreuves, ce sont autant de choses qui m'empêchent de me rouiller. Un Kenpachi rouillé, c'est proprement inconcevable, et quand bien même je ne serais pas amusé par ces fréquentes passes d'armes (et je le suis, croyez pas), j'serais bien obligé d'les mener. S'agit pas seulement d'un plaisir, mais aussi d'un devoir. Du mojns à mes yeux.

Nouvelle distraction, cette pensée vient m'éloigner quelques secondes supplémentaires du combat. Quelques secondes de trop. Et en guise de retour à la réalité, la froide morsure du métal sur mon genou. Une douleur vive, j'serre les dents. Le coup en lui-même a fait bien peu de dégâts, mais il a eu le mérite de me remettre les idées en place. Pour mieux analyser ceux les autres à venir. Un premier arrive, uppercut. Le coup arrive, et moi, au lieu de chercher à esquiver, j'envoie ma mâchoire se ruer sur le coup, comme si je cherchais l'affrontement, le duel de force. Non. Pas "comme si". C'était bien ce que j'étais en train de faire. Impact, craquement, mâchoire secouée. Et moi, qui décolle légèrement du sol. J'ai réussi à atténuer la puissance du coup, mais je l'ai quand même senti passer. Et ce n'est manifestement pas fini. Hey, attends deux sec-WOW. Me v'la dans une position à la quelle j'suis pas habitué. C'est moi, le type qui attrape les autres pour les envoyer bouler dans le décor, habituellement. ça fait bizarre, quand quelqu'un est capable d'en faire autant avec moi. Boum, mon crâne qui vient cogner sur le sol, et une jambe qui vient cogner sur mon crâne, combo. Le coup aurait pu m'envoyer assez loin dans l'décor, mais non, main ancrée dans le sol, j'arrête ma course avant même qu'elle n'ai pu prendre de l'ampleur. J'me refous sur mes deux pattes, et repart à la charge, sans autre forme de procés. Pas de temps à perdre, pas de pause à prendre, ni à accorder à l'ennemi.

J'arrive vite à son niveau, et le regarde droit dans l'oeil, enfin, la p'tite lumière jaune qui filtre de son casque. Et la première chose qui a dû le frapper après ce regard, c'est ma semelle. Simple, mais efficace, lever mon pied jusqu'à sa face pour le voir s'y écraser. Dans la seconde qui suit, le pied d'attaque regagne le sol, pendant que l'autre lui viens taper dans la cheville du robot. Un coup puissant. Pas une simple balayette. Ici, on parle du coup qui a assez de puissance pour faire faire un tour complet sur la gauche à notre ami Cyborg. Et quitte à causer un potentiel déséquilibre, autant en profiter. Garde tenue, poing serré au niveau de ma hanche, prêt à frapper. Bam, coup dans l'bide, et enchainement dans la foulée. Pas question de lui laisser le moindre répit. Du coup, sans même lui laisser le temps d'aller voler jusqu'au mur d'en face à la suite de ce coup, j'attrape son bras, pour mieux le ramener vers moi en tirant brusquement. Dans le même mouvement, un pas en avant, pour mieux venir à la rencontre du cyborg. Et rencontre il y eu. Mon bras tirant le sien qui se replie pour mieux présenter mon coude à la face de l'homme de fer.

Et déjà dans ma tête, je me préparais pour la suite. La suite, elle arrivait vite, trop vite pour ne pas y penser dès maintenant. Dès maintenant, je tentais de prévoir ses prochains gestes, ses réactions à mes attaques, ses potentielles erreurs. Toutes ces informations que je lui renverrais à la tronche sous forme d'une énorme droite dans la gueule une fois mon tour venu.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3114-kafar
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans le peuple, tous les hommes se battent avec les poings [Pv Krow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CALYPSO ☂ tous les hommes craignent de se faire posséder par une sirène.
» Tous les hommes font la même erreur, de s'imaginer que bonheur veut dire que tous les voeux se réalisent.
» Si tous les hommes sont pareil, il ne fallait pas tous les essayer (jordan)
» Hommes bêtes avec Minotaure
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-