AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Rokû Ban Tai Fukutaishô

Messages : 46
MessageSujet: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mar 2 Déc - 8:37

La douzième ... La douzième division était connue pour être celle qui pratiquait les inventions de demain à la Soul Society. Pas toujours conforme à la morale commune, les Shinigamis de cette division avaient pour eux ce goût des expériences et du développement. C'était ce qui plaisait à Ashido ! Lui qui cherchait dans ces travaux sur la restructuration de l'Académie a accéléré la formation en temps de guerre, il se devait de faire un tour dans cette division. Et puis même s'il n'était pas Capitaine, son statu de second lui permettrai peut-être un minimum de poser quelques questions sur le Reiatsu et les différents moyens de l'augmenter significativement... qu'importe les conséquences.

Ashido n'était qu'un jeune Vice-Capitaine, ne maîtrisant aucun Kidô, jugeant qu'il n'en avait pas besoin pour le moment. Non il manquait à Ashido d'autres formes d'art qui elles seraient très importantes pour lui ! Le Shikai d'Ashido ce matérialise en forme de Shuriken à deux lames. Du fait de la nature même du Shikai, Ashido l'utilise essentiellement pour du combat à distance et c'est là que le problème réside. Lorsqu'il n'a plus son Zanpakutô, Ashido ne peux compter que sur le Hakuda. Les bases lui étaient acquises, mais pour être un Shinigami complet il se devait d'améliorer cela...

Avant de se diriger vers la douzième division, Ashido avait réunis quelques renseignements. En effet il paraissait qu'une armure serait utilisé par les Shinigamis à fort potentiel pour augmenter leurs capacités de combat. Certain même disait que cette armure autonome était utilisé en entrainement de combat ou pour des scénario catastrophe. Cela pouvait-il être vrai ? Les Shinigamis avaient-ils créé quelque chose capable de ça ? Si c'était vrai, Ashido pouvait-il y avoir accès, lui qui n'était que tout récemment nommé, mais qui avait tant travaillé pour s'améliorer ? Il n'y avait qu'un moyen pour lui d'avoir la réponse ...

Lorsqu'il arriva à la douzième, Ashido ce rendit dans le hall principal afin de s'entretenir avec le Vice-Capitaine Akon ou s'il n'était pas trop occupé, le Capitaine Tôzawa Onimaru. Il espérait pouvoir faire sa demande directement à ceux qui dirigent cette division. Il attendit alors que l'un d'eux arriva, ayant demandé à quelques Shinigamis qui passaient par là de les quémander... Le Shinigamis qui s'était occupé de la tâche revint clament qu'aucun des deux n'étaient disponibles ! Voilà qui n'arrangeait pas les affaires d'Ashido. Il rebroussa chemin, l'air légèrement frustrer, lorsque soudain derrière lui un bruit métallique ce fit entendre dans l'un des couloirs donnant accès au hall central ... À qui pouvait bien appartenir ce son si strident ?


_________________


Dernière édition par Akizuki Ashido le Mer 3 Déc - 7:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2804-akizuki-ashido

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mar 2 Déc - 21:26

    Comme c'était amusant que le vice-capitaine vienne à la Douzième chercher des réponses sur la manière de doper le reiatsu ou du moins, le ridicule venait du fait que Dakufôgi cherchait à diminuer sa propre influence sur le monde extérieur grâce à une armure, aidé par sa division enfermé dans une cellule six pieds sous terre, si ce n'était pas plus! Dans une petite pièce, le shinigami pouvait se défaire du poids de l'acier, ne pas forcément être lui-même mais s'en rapprocher un maximum sans que cela ne soit dangereux, mis à part pour son corps peut-être qui subissait quelques fois une transformation due à l'afflux constante de puissance. Oui, il s'en souvenait encore, Krow, l'actuel capitaine de la Onzième lui avait montré une manière d'extérioriser cette force sous forme physique. Ce dernier faisait enfler ses muscles, augmentait sa force physique de manière impressionnante qui avait pris le scientifique de court lors de la première affrontement... Goremu... Par simple curiosité, ou pour humilier son ancien adversaire, le cyborg envisageait la possibilité de créer sa propre technique du genre mais l'entrainement manquait encore. Cela viendrait en temps et en heure.

    Une agitation anormale régnait dans les parages, un gradé d'une autre division venait de formuler une étrange demande et aucun gradé ne semblait disposer à lui répondre, pas même le troisième siège de toute évidence alors que faire... Au nom de l'intéressé, le cyborg ne réagissait pas, tout aussi calme qu'à son habitude en se redressant sur le sol froid de sa prison, frappant les barreaux pour forcer les binoclards tout proches en tenue intégrale blanche de lui expliquer le pourquoi du comment. Pour sa défense, Dakufôgi parlait des mesures qu'on lui demandait régulièrement sur les personnes de ce genre et qu'à son souvenir, aucun gars nommé Ashido n'avait encore subit ses foudres, bien que le nom lui disait bien quelque chose en tant que soldat du Gotei. Enfermé souvent, la culture avait son importance et le forgenoire s'y appliquait particulièrement depuis son retour, avec tous les changements que les têtes de division avaient connues. D'ailleurs, en y repensant, le fameux Krow qui l'avait impressionné quelques années plus tôt portait à présent le titre de capitaine, raison de plus de s'intéresser aux changements donc! Pour sa petite fierté, l'impression d'aider certains à atteindre des buts autrement inaccessibles.

    En armure, le robot se faisait transporter rapidement au niveau du hall où la quête avait été déposée. Dans la cage d'ascenseur, une multitude d'uniformes blancs circulaient autour de lui pour coller à son acier des capteurs résistants à la pression constante de son énergie interne et les premiers pas dehors soulageaient les jambes de Dakufôgi qui ne se penchait que pour signer un registre signalant sa sortie et la raison de celle-ci : récolter de données sur la personne du vice-capitaine de la sixième division, Akizuki Ashido. Ce dernier paraissait l'attendre encore un peu, un bon pressentiment l'avait correctement ralenti et l'avait fait se retourner pour faire face à la machine qui inclinait la tête pour le saluer, en plus de pouvoir croiser un instant son regard. Dans un silence plat, seul le raisonnement métallique et déformé de la voix étrange sonnait, tapait sur les murs et dans la tête des shinigamis présents les plus sensibles à cette violence qui transpirait des jointures de la seconde peau de l'apparente star du jour.

    « - Vice-capitaine de la sixième division, Akizuki Ashido ... ? Comment se comporte l'Académie ces derniers temps ... ? »

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Rokû Ban Tai Fukutaishô

Messages : 46
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mer 3 Déc - 17:52

C'était donc vrai ... Il n'avait donc pas fait le chemin pour rien à la douzième division. Faisant presque face à une légende urbaine, la machine était là devant lui. Ce laissant plonger dans le regard de l'armure mouvante, Ashido réalisa un instant qu'une personne semblait y être. Serait-ce donc un Shinigami ? Cela ne peut-être possible ... Ashido avait trop d'interrogation qui risquait de rester sans réponse. Cette machine était-elle autonome ? Quelqu'un contrôlait-il l'armure de l'intérieur ? Quelqu'un était-il vraiment dedans ? L'étonnement d'Ashido fit rapidement place à la raison qui l'avait ramené ici. Les questions il pourrait les poser plus tard si le géant d'acier était en clin à la discussion. D'une grandeur peu habituelle, l'être d'acier s'approcha d'Ashido et le salua, d'une courtoisie rare dans la voix, bien que déformer par cette armure. Cette voix ne sembler pas provenir directement de la bouche de la machine, mais provenait étrangement de toutes les jointures de cette dernière. Ashido remarqua que la machine n'était donc pas d'un bloc unique, mais bien plus un assemblement de plusieurs pièces confirmant la nature protectrice de l'acier... Mais pour qui était-elle vraiment destiner ...

Ashido n'était que très peu étonné que l'être d'acier le connaisse. Lui-même qui s'aimait à parcourir les archives de l'Académie, connaissant du moins le nom et le visage de chaque siège de division. C'était pourtant bien la première fois qu'il était incapable de répondre par le nom et le grade du Shinigamis qui lui faisait face. Bien que les Archive de l'Académie n'était que très sommaire, celle de la 12ème division devait regorger de données dont Ashido aurait bien aimé consulter pour ces travaux sur l'Académie. Peut-être qu'un jour, s'il a la chance d'être plus haut gradé, pourra-t-il changer la formation de l'Académie, du moins l'accélérer en temps de guerre. Il reste beaucoup de choses à y faire malgré les décennies de formation qu'elle avait apportée et aux yeux d'Ashido elle n'était pas complète. Ce heurtant souvent à l'incompréhension des Shinigamis à qui il tente d'expliquer la partie visible de ces penser tel un iceberg. Peut-être devait-il en discuter avec des êtres différents pour être compris ...

Ashido prit alors la parole pour répondre à celui qui visiblement aller s'occuper de lui en l'absence de plus hauts gradés. Bien que légèrement déconcerter par l'être qui lui faisait face, il s'adressa à lui avec la plus grande sagesse et le plus grand respect dont il faisait preuves envers chaque être de la Soul Society à chaque rencontre :

    Et bien elle se porte très bien ! Il est vrai que j'ai énormément de travail cette semaine afin de préparer les nouvelles formations, notamment lié à la Purge. Je dois également former les Shinigamis de la 6ème division à la détection de potentielles spirituelles afin de filtrer les âmes pour la Purge ... Alalala je n'ai pas de temps pour moi ! Mais pourquoi je t'embête avec ça moi ... Je n'ai toujours pas demandé qui tu étais ?


Le tutoiement... C'était quelque chose de très naturelle pour Ashido et bien que l'âme recouverte d'acier était elle-même peu orthodoxe, il ne dérogerait pas à cette règle. Il reprit alors la parole, comme pousser par un désir d'expliquer le pourquoi du comment de sa présence :

    Je suis à la recherche d'un haut gradé. J'ai besoin d'augmenter certaine de mes capacités et je n'ai que très peu de temps pour cela avant que la Purge ne commence. J'espérai pouvoir trouver ici quelque chose qui m'y aiderais !? Sait-tu où je peux trouvé tes supérieurs ?


Ashido finit ainsi. Si c'était bien cette armure dont il avait eu ouï dire dans les rumeurs, peut-être un haut gradé lui permettrait-il de l'utiliser ? Ou de lui demander ? Après tout Ashido ne savait toujours pas à qui il avait à faire. Son naturel avait prit le dessus sur sa raison, comme d'habitude, n'ayant aucun problème à discuter des heures avec n'importe quel inconnu ...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2804-akizuki-ashido

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mer 3 Déc - 18:39

    Ashido devait avoir du mal à réaliser à qui il avait affaire : il le lorgnait quelques secondes comme si la nature du shinigami lui était totalement inconnue. Pourtant, dans les fiches même de l'Académie, Dakufôgi avait sa place bien que son état décrivait quelqu'un proche du décès pour une fiche datant de plusieurs siècles déjà très lointains... Déjà sur les images le représentant, un jeune homme à la peau presque grise, des cheveux plus clairs et des coutures un peu partout, peut-être encore ses deux yeux alors qu'avec le temps, le forgeron était devenu borgne... Ne l'était-il pas lors de son arrivée au Gotei? Une bonne question qui le poussait à son tour à réfléchir. Ses années d'étudiant, cela remontait à tellement loin, le vice-capitaine existait-il seulement à l'époque? Comme un vieillard, le cyborg voyait de nouveaux visages sans cesse qui lui mettaient des rides en plus sous le casque, regardait avec peine certains s'éteindre pour ensuite se reposer sur leurs tombes. Combien d'amis le monstre enterrait-il par an? Même sans la guerre, le nombre se trouvait être trop important. Tout en lui puait la tristesse lorsqu'il y réfléchissait, son zanpakuto hurlait de douleur à l'idée de toutes ces vies retirées trop souvent par accident, ainsi Dakufôgi nommait-il les disparitions, un euphémisme pour diminuer la peine du solide colosse qui soufflait en douceur, un petit sourire renaissant sur le visage voilé. Oui, les nouveaux arrivés devaient lui redonner espoir, le monstre se devait de regarder de l'avant. Tout le monde meurt un jour, c'est inévitable, même lui quoique le poids des ans lui prouvait le contraire, ainsi que tous les coups prétendument mortels qui l'avaient frappés de plein fouet, expliquant en partie son état actuel. La vie avait quelque chose d'aléatoire, amusante, déconcertante pour un scientifique qui comprenait tout le reste, sauf ce mystère éternel que le forgeron ne cherchait plus à percer. C'était ainsi, à point c'est tout! S'il fallait faire cette découverte, ce serait en temps et en heure, lorsqu'il serait vaincu...

    Relativement calme et patient, Dakufôgi offrait en apparence quelqu'un qui répondrait à toutes les questions posées par celui en face de lui, si curieux, jeune -insouciant?-. Peut-être que sa probable timidité diminuerait avec le temps passé entre eux, l'avenir leur dira et comme dit plus haut, le cyborg se révélait être patient, voire plus. Au moins, le dieu de la mort parlait et ce, avec une politesse toute particulière. Un tutoiement que Dakufôgi ne lui retournerait pas, question d'habitude, la même raison pour laquelle Ashido agissait comme ça à présent. Au moins, quelqu'un de sage, surtout de tolérant, aspect qui plaisait le plus pour l'instant au géant solide qui espérait encore voir mieux, ce qui ne tarderait pas, sans l'ombre d'un doute. Pour commencer, Dakufôgi avait à se présenter à cette sorte de supérieur hiérarchique mais tout d'abord, ses oreilles se concentraient sur la raison de son intervention. Voulait-il vraiment embêter les capitaines et autres responsables du département? En tout cas, sa demande arrangeait assez bien le cyborg qui frottait ses mains comme quelqu'un de pressé et ravi, à moins qu'il se réchauffait les joints dans le but de mieux dérouiller ensuite le vice-capitaine. Ashido ayant fini de parler, son interlocuteur procédait par étapes :

    « - Je suis un résident du département Thêta, le numéro 343 de la subdivision G. Par supérieurs, vous parlez de ceux qui m'enferment ici, je suppose? Mais cela ne me pose pas problème, on m'a chargé de vous tester, peut-être faudrait-il mieux avant que vous affrontiez effectivement un haut-gradé de la Douzième Division? »

    Rien à foutre de Tôzawa -en toute amitié-, Dakufôgi avait signé le registre et possédait à présent qu'une certaine durée limitée pour défoncer la tronche du ténébreux et il le faisait comprendre avec des craquements de phalanges mais est-ce qu'on lui autorisait de le taper dans le hall? Non, bien sûr que non. Moins de cent mètres à faire en arrière pour sortir et se retrouver dans une cour assez dégagée pour continuer les festivités mais en avançant lentement vers le shinigami, Dakufôgi ne savait pas si le message avait été assez clair. Tout ce qu'il pouvait encore faire?

    Être plus explicite, assurément.

    « - Encore des questions avant de vous prendre un coup dans la gueule, vice-capitaine Akizuki Ashido... ? »

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Rokû Ban Tai Fukutaishô

Messages : 46
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Ven 5 Déc - 20:57

Simple et concis ... C'était son impression. Bien qu'Ashido ne comprit que la moitié des informations que l'âme d'acier lui avait confié, il était certain que ce Dieu de la mort là était unique. Non, unique n'était pas assez précis comme mot pour le décrire. Le poids des années sembler suinté à travers ses paroles. Un mélange de compréhension et de fraiche jeunesse qui titillait joyeusement l'ouï d'Ashido. C'était bien la première fois qu'il était confronté à une personne qui l'estimait comme lui estimait les autres : des âmes dont la vie doit être chérie.

Alors, c'était donc vrai ! Ashido eut donc la confirmation de la « bouche » même de l'âme d'acier. Il allait être testé par lui ! Tester ? Voilà un mot qu'il avait dû choisir avec précaution. Était-il un sujet d'expérience ? Ou d'observation ? Après tout Ashido était bien à la douzième division. Pouvait-il en attendre moins de là part de ceux qui vouaient leur vie à la recherche et à la compréhension des mondes. Ashido n'était pas vraiment un chercheur dans l'âme. Bien que ses travaux liés à la restructuration de l'Académie aurait bien besoin de l'aide de quelques Shinigamis de la douzième division, Ashido pouvait attendre patiemment de trouver là bonne personne. En effet, la manipulation liée au Reiatsu son interdit, du moins en théorie. Dans le cadre d'expérience, elle devait être autorisée à la douzième division. Peut-être aura-t-il un jour la chance d'étayer ses théories farfelues pour le bien du Gotei 13 ...

Faisant craquer ces phalanges, l'âme d'acier pris alors les devant ayant surement estimé qu'Ashido n'aurait pas saisi la nature exacte du « test » qu'il aurait à passer. Il était ici pour augmenter ces capacités et il avait en face de lui quelqu'un prêt à lui mettre une racler ... Que demande le peuple ? Pensait-il. Alors, Ashido allait affronter l'âme d'acier. Bien que tout deux était encore dans le hall, l'argenté Dieu de la mort prit le chemin d'un couloir en premier semblant se rendre dans un endroit plus conventionnel que le hall de la division pour un duel. Les seuls mots qu'Ashido eu avant de suivre le géant furent :

    Aucune, je te suis ...


Le ton était ferme et joyeux le sourire aux lèvres. Il n'allait pas se cacher devant cette être anormale, mais il n'allait pas non plus le traité de haut. Il était clair que l'âme d'acier avait connu beaucoup de bataille et qu'en l'absence d'un plus haut gradé il serait le plus à même d'offrir une énorme résistance à Ashido. C'était ce qu'il lui fallait. Le style de combat d'Ashido était basé sur des attaques à distance. Étant régulièrement séparé de son Shikai en combat, il lui arrive de devoir s'initier à l'art du Hakuda. Art qu'il ne maîtrisait pas encore assez bien. Il lui était donc indispensable d'augmenter ces capacités de combat au corps à corps, liées également à une forte résistance. Dur et ferme, c'était l'entrainement dont il avait besoin pour s'améliorer et c'était exactement la forme de l'âme d'acier qui prenait image lorsqu'Ashido imaginer son duel : un être grand, fort et robuste.

Les deux Shinigamis arrivèrent alors sur le lieu qui semblait être celui de leur duel à venir. Un terrain vide et plat, poussiéreux et ferme. C'était donc un terrain a découvert. Pas de cachette, pas d'esquive. Un combat pur et simple, mais était-ce ce que l'âme d'acier avait prévu pour le test ?

    Est bien ... Quel genre de test tu veux effectuer ? Je dois améliorer mes compétences en Hakuda ainsi que ma résistance spirituelle. Tes règles seront les miennes ... Sensei-suchīru*.


Oui, car il ne fallait pas être aveugle ! Ashido voyait très bien que l'âme d'acier avait un Reiatsu supérieur au sien. Plus question de hiérarchie ou d'âme dans un combat. Il était donc honoré de pouvoir croiser « le fer » avec lui. Bien qu'il semblait être traité comme un simple objet par ses supérieur, Ashido voyait en lui une source inépuisable de savoir et d'apprentissage, il aurait surement pu faire un excellent professeur ... mais dans quel domaine ?

*acier

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2804-akizuki-ashido

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Dim 7 Déc - 16:18

    Des précautions... Cela paraissait cru dit ainsi mais au-delà des précautions et de l'étiquette, l'habitude. Souvent, ce mot revenait dans la vie de Dakufôgi, ou dans l'illusion de vie qu'il entretenait. On le testait souvent pour voir si son reiatsu continuait à fluctuer de manière dangereuse, on le mettait en face d'appareils et d'objets auxquels il réagissait comme n'importe quelle autre âme à la simple différence que lui survivait. Le dernier loisir des scientifiques, l'exposer à un médaillon récupéré sur une quincy qui avait provoqué beaucoup de dégâts, autant dans le monde des humains que sur elle-même. Cette puissance destructrice, voilà pourquoi le cyborg restait enfermé, étudié et manipulé par des dizaines, des quinzaines, d'autres gars de sa propre division qui l'avait rangé dans les dossiers de matériel du département sous le nom barbare de Thêta-343... Déjà qu'il devait subir un surnom -Dakufôgi n'étant pas son véritable prénom mais une appellation donnée lorsqu'il commençait son travail de forgeron dans le Rukongai-, on lui collait autre chose encore. Dans son esprit, il se le demandait sans cesse : qu'est-ce que ça créait comme sensations d'être nommé par un prénom et un nom qui nous appartient? ... Non. Ce n'était que de la torture psychologique : il n'était plus rien de ce genre, tout juste un objet, et plus rien ne lui appartenait.

    Aucune question, voilà ce que pensait Dakufôgi et il était étonné par contre de l'entendre de la bouche du vice-capitaine. Aucune question? Les scientifiques devaient toujours en avoir et le forgeron se protégeait de cela par sa nature d'objet animé, une sorte d'exception évidente à la règle. Le terrain était sale comme le sensei l'avait prévu -car c'était bien ainsi que Dakufôgi subissait un nouveau surnom, en rapport à son armure, quoique flatteur, il fallait bien l'avouer!- et face à face, il se mit à réfléchir intensément. Le mieux serait de commencer par la théorie, puis la défense et enfin l'attaque, car la meilleure des attaques est la défense seulement parce qu'elle est plus simple, numéro 2 dans le top 3 du monstre qui frottait son menton. Enfin une question dans son esprit, plutôt de l'histoire, et quelques images de ce membre de la Division Zéro qu'il avait toujours connu comme le numéro 1... Un étrange duel au-delà des siècles et des critiques mutuelles, peut-être une amitié sincère mais cela importait peu à présent, Ôetsu était mort lors d'une des guerres les plus récentes, laissant son dernier ennemi dans une solitude plus singulière que les autres.

    « - Dites-moi... Pensez-vous que les shinigamis se soient toujours battus à l'épée? Il y a bel et bien une époque où ce genre d'arme n'existait pas et pourtant, s'il n'y avait pas eu de dieu de la mort, la balance des âmes aurait vite fait d'embarquer l'équilibre et de le réduire en miettes donc... Si quelqu'un n'est pas doué en "sorcellerie", comment pouvait-il faire? C'est là où le Hakuda devient le plus beau des arts, le plus primal... Mais au-delà de ça, il y a l'essence même d'une âme, sa force qui détermine dans un sens qui elle est... Un esprit sain dans un corps sain, c'est la même philosophie! Donc un esprit puissant entraîne des coups puissants et n'allez pas penser à des brutes sans cervelle, elles sont lentes, sans technique ni aucune précision... Les deux sont importants. Une force sans intelligence revient à devenir un animal, une intelligence sans force un légume. Autrement dit : de la nourriture de base pour les autres, et je ne parle pas forcément que des hollows. Dans un sens métaphorique, les shinigamis dévorent également leurs adversaires mais ça, je suppose qu'il s'agit d'avantage d'un point de vue... Donc avant le Hakuda, testons votre résistance spirituelle, vice-capitaine! »

    C'était long mais les scientifiques mettaient habituellement tout sur papier, en paroles, ils se perdaient assez aisément et c'était le côté maladroit qu'on collait à leur stéréotype. Un coup de poing contre la paume de sa main opposée, une brève insulte envers lui-même, Dakufôgi montrait sa gêne ainsi, réalisant juste que son exposé avait été plutôt confus mais vue la posture de Ashido, surement que ce dernier se rappelait des points importants de tout ce texte qui aurait pu être résumé en deux phrases claires et concises : le Hakuda est la première manière de se battre dans l'Histoire des shinigamis et pour complémenter cet art brut, le Hado intervient pour les plus chétifs. Une synthèse des deux créé un soldat ambivalent, utile, palliant les points faibles d'une pratique en se penchant sur une autre. La même complémentarité qu'une épée et un bouclier pour un chevalier affrontant le dragon, en sommes. Sans le bouclier, il ne peut résister à ses flammes infernales. Sans l'épée, il ne peut occire le démon qu'il combat.

    Bref! La question était donc de tester la résistance d'Ashido contre un adversaire à la pression spirituelle élevée et Dakufôgi craquait un peu sa nuque, faisait des étirements après son monologue pour donner le temps à son supérieur théorique de se préparer. L'air commençait déjà à vibrer légèrement de manière hostile sans de devenir plus lourd tout de suite, tout ça sous le bruit d'un vrombissement qui évoquait le bruit d'une voiture préparée à partir dans une forte accélération. Les pièces de l'armure du cyborg gonflaient, s'écartaient du corps de chair et d'os de l'intéressé, se frappaient l'une contre l'autre avant que le regard du shinigami parte de bas en haut pour rejoindre celui du vice-capitaine. Un regard brillant dont les flammes débordaient du casque, du reiastu concentré, instable, puissant, dont une onde de choc après le relâchement balayait le sol avec violence lorsque le sensei se redressait. Comme plus lourd, le sol se fissurait sous ses pieds, des petits débris commençant à flotter autour de lui ou du moins, à s'écarter comme animés par la peur d'être détruis, les plus faibles réduis en poussière et disparaissant tout simplement, les plus forts -tels les murs- vibraient et tentaient de s'écarter. C'était ça, le légendaire visage de Dakufôgi qui reculait une jambe pour se mettre en position d'attaque, grognant légèrement dans son casque, son corps plein d'une nouvelle énergie meurtrière.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Rokû Ban Tai Fukutaishô

Messages : 46
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mar 9 Déc - 12:32

De l'expérience ... c'était définitivement ce que Dakufogi pouvait apporter à Ashido et c'était définitivement ce dont il avait besoin pour progresser. Plus un jour ne passer sans qu'il ne pensait à cette puissance qui lui manquait. Cette puissance même qui avait attaqué, quelques mois plutôt, la Soul Society. Une puissance qu'il avait pu ressentir au-delà même des murs de l'Académie, pourtant bien loin de tout affrontement et si proche à la fois. Il n'était pas prêt à l'époque, pas plus qu'il ne l'est maintenant. Les faits étaient là, une division qui n'avait pas encore trouvé à travers ses propres ressources les capacités d'établir un Capitaine par nature ne pouvait se targuer de compter en son sein des êtres puissants. Quelle honte ... La 6ème division, celle qui avait contribué aux plus féroces combats, diriger par des Shinigamis tous plus phénoménale les uns que les autres. Quels étaient l'héritage de la famille Byakuya ? Une division réduit à la simple gestion d'une Académie, n'étant même plus capable de former des êtres exceptionnels ou du moins pas assez rapidement ? Non, il était temps pour Ashido de faire son chemin, de progresser, ce renforcer jusqu'au point où le Sotaisho n'aurait plus qu'une seul chose à faire, faire de lui l'un des 13 piliers du monde des âmes...

Ashido buvait les paroles de Dakufogi ne voulant pas en laisser tomber une seule goutte. S'il était de l'eau, Ashido aurait été le calice récupérant le précieux liquide afin de le transformer en eau de jouvence. Chaque parole serait automatiquement interprétée et appliquée par Ashido. Il était évident qu'il ne voulait pas que Sensei-suchīru ce répète et perde du temps en surplus d'information. Lui qui avait passé ces six années à l'Académie seul dans la classe d'élite ne pouvait pas faire mentir cette formation d'excellence. Puissance, précision et technique, ce serait donc les thèmes les plus importants de ce cours particulièrement particulier. Le Hakuda serait donc la forme d'art la plus primaire et en ce sens mériter plus d'attention et de concentration. Mais avant dévaluer cette compétence, Sensei-suchīru voulait tester la puissance spirituelle d'Ashido. Ils allaient enfin rentrer dans le vif du sujet ! L'attitude d'Ashido changea dès lors. Finis les sourir, il était l'heure pour lui de faire ce qu'il faisait de mieux, combattre. Par ce long discour, Ashido comprit l'importance de l'expérience, tout était liée, connaître les différentes palettes offertes au guerrier était important et ce devait d'être abordé qu'importe les affinités avec tel ou tel compétences. Un shinigami complet ... Était-ce la vision de Sensei-suchīru ?...

Ashido posa son Zanpakutô au sol, il était ici question de force spirituelle. Un combat d'homme à homme sans interférence ni coups. Il prit alors le temps de retirer la partie haute de son kimono noir et blanc. Le haut de son Kimono était particulier. Il n'y avait qu'une seule manche, la gauche, couvrant le bras gauche d'Ashido. La manche droite avait été retirée par Ashido pour une question de confort plus que pour une question de style. Restant ainsi torse nu, la cicatrice partant de son épaule droite et se terminant sur sa hanche gauche était enfin visible ne laissant que peu de doute sur la nature de cette blessure. Elle était le témoin indélébile de la naissance spirituelle d'Ashido. Sa première boule de Kidô en avait découlé après cet accident ...

Une fois en place, Sensei-suchīru fit craquer quelque partie de son corps, il était prêt. Soudain, une pression spirituelle ce fit ressentir sur le terrain. Peu présente au début, elle augmentait au fur et à mesure que l'armure de Sensei-suchīru gonflait. Les pièces s'écartaient du présumer corps du Shinigamis avant que leurs regards ne se croisèrent. Une flamme si intense à l'intérieur de ce regard mettait mal à l'aise Ashido. C'était la première fois qu'il rencontrait une telle puissance spirituelle. À mesure que la pression augmenter, le corps d'Ashido en ressentait les effets. Une lourdeur à la limite du supportable pris place rendant tout déplacement basique difficile. Une onde de choc fit son apparition à l'apogée du gonflement de Sensei-suchīru. Lorsque l'onde de choc arriva prêt d'Ashido, ce dernier frapper ses deux mains l'une contre l'autre, point fermer, avant de libérer son Reiatsu dans un cri de force. Une bourrasque de vent fit son apparition soulevant la poussière autour d'Ashido créant une légère tornade qui épousait la libération du pouvoir spirituelle. Ce relevant et abordant une posture droite, le regard froid qu'il opposa à Sensei-suchīru était sans aucun doute celui d'une âme déterminer. Il n'allait pas se laisser faire malgré sa jeune expérience. Il ne put pas totalement se libérer de la pression spirituelle imposée par Sensei-suchīru pour autant. Chacun de ses mouvements était beaucoup moins lourd qu'avant l'explosion de son Reiatsu, mais il sentait encore ce léger point sur ses épaules, l'empêchant d'exploiter à 100% son corps... Le combat de Reiatsu avait commencé :

    Comme je pouvais m'y attendre Sensei-suchīru, tu es impressionnant mais ... Passons aux choses sérieuses !


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2804-akizuki-ashido

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Jeu 11 Déc - 21:57

    Cette impression étrange alors que le vice-capitaine se présentait comme un homme, Dakufôgi l'imaginait comme un enfant innocent en face de lui avec de grands yeux, lui posant mille et unes questions sur la vie qu'il possédait et celles qui ne seraient jamais la sienne. Les interrogations d'un enfant à une sorte de père gêné à quelques passages, censé être une sorte de héros mais non omniscient. Est-ce que le maître de l'acier pouvait être décrit comme intelligent? Malgré des comportements anormaux par moment, oui. Pouvions-nous parler d'expérience? La plus grande part de la force du forgeron provenait de cette connaissance quasi-illimitée qui le faisait palier ses défauts, lui faisait vaincre des Bankais sans à avoir utiliser le sien et cette expérience, Ashido le ressentait surement en voyant les épaules du cyborg toujours aussi carrées malgré les ères qui défilaient devant son œil unique. Une aura de reiatsu certes, mais aussi une aura antique qui ne quittait jamais Dakufôgi, typique de ces gens ayant vécus trop longtemps par rapport à une moyenne chez les dieux de la mort. Qu'avait-il vu et qui demanderait encore des années, voire des siècles, à son confrère pour découvrir? Probablement des centaines de choses et de mystères que sa vie de gradé lui permettrait ou non de voir et s'il n'était pas autorisé à distinguer les recoins cachés de l'univers, le devoir de Dakufôgi serait de lui confier ses acquis en tant qu'apprenti, pour qu'il parvienne à l'atteindre, l'égaler et finalement le dépasser. Triste réalité des temps passés : un maître enseignait à un élève pour être vaincu par ce dernier, on appelait ça très simplement ...

    ... L'évolution.

    Déjà un bon point, le responsable de l'Académie tenait bon sous la pression de son opposant qui penchait légèrement la tête pour détecter les diverses formes que pouvait prendre la fatigue. Ainsi, Akizuki surpassait déjà certains capitaines que le monstre en face de lui avait détruit par le passé, simplement par le fait de ne pas tomber à genoux. Lorsque son pouvoir éclatait, la surprise prenait le cœur du sensei qui couvrait son visage à l'aide d'un bras, afin de ne pas être dérangé par la poussière et les débris lors de son observation. Une délicieuse énergie, presque semblable à celle de Dakufôgi à cet instant, énorme mais autrement utilisée... Oui, il vivait avec ce potentiel impressionnant, du à l'entrainement plutôt qu'à la naissance comme son professeur mais le résultat restait indéniable. Le vice-capitaine possédait une très grande force de combat, il ne savait juste pas l'exploiter de manière réellement correcte, mais c'était un bon début. Le but de Dakufôgi en imposant ce poids supplémentaire était simple : rendre l'entrainement physique plus intense, plus difficile pour qu'ensuite, les buts soient plus rapidement acquis et mieux acquis surtout.

    « - Oh? Je suis impressionnant? Je vous retourne le compliment, vice-capitaine. Votre niveau l'est aussi pour quelqu'un de votre rang. Du moins pour ce que je me rappelle des précédents vice-capitaines que j'ai affronté jusque ici... »

    Quelque chose de plus sérieux? Quel petit impatient mais cette fougue faisait sourire doucement le vieillard qui se penchait à l'extrême vers l'avant, posant ses mains au sol qui ne tardèrent pas à être entourées par de légers filaments de poussières qui glissaient entre ses doigts. Le dos un peu creusé, les jambes pliées, la posture se relevait idéale pour se redresser rapidement en prenant en même temps de la vitesse et la projection du monstre le prouvait bien. Une détonation, le cyborg disparaissait pour revenir subitement devant son élève, une vitesse facilement égalable pour lui mais l'intéressant n'était pas là. L'homme ancrait ses pieds dans le sol, parallèles, faisait pivoter seulement son bassin et son bras suivait la courbe naturellement dessinée par le geste, arrêtant son poing assez loin du shinigami pour qu'une légère onde de choc vienne le frôler au niveau du ventre, sans qu'aucun coup ne soit réellement donné.

    « - Ne visez pas l'ennemi en lui-même, visez toujours derrière lui. Le cerveau humain est prévu pour retenir les coups, son corps a la force pour déplacer des montagnes mais pas la résistance pour le supporter et cet instinct reste chez la plupart des shinigamis, d'où ma petite astuce... N'ayez pas peur de frapper et utilisez vos hanches pour donner l'impulsion. Ne jetez pas votre poing en arrière comme un héros, vous y perdrez beaucoup de temps et d'énergie. Le coup doit être instantané et rapide, c'est un principe simple d'action-réaction. »

    Des petites notions scientifiques pour ouvrir le cours sérieux et le cyborg présentait juste son index avant de donner un coup léger au niveau des côtes du shinigami comme il lui avait indiqué : rapide. L'onde de choc fut alors plus intense sans être douloureuse, ou juste un peu et Dakufôgi se redressait en sautillant un peu sur ses pieds, les poings serrés et près du visage, comme un boxer anglais.

    « - La médecine s'inspire de la douleur alors dans un sens, leurs notions peuvent vous servir. Vous connaissez bien entendu les points vitaux utilisables en combat? Récitez-les moi, vice-capitaine, et pensez au coups que vous vous êtes pris dans votre vie, les plus étrangement douloureux. »

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Rokû Ban Tai Fukutaishô

Messages : 46
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Dim 14 Déc - 13:16

Aucun doute... Sensei-suchīru était exceptionnelle. Autant de savoir dans un seul être, non dictée oralement, mais tellement visible, suintant même à travers cette armure tel un charisme difficilement contrôlable. Il était sûr qu'Ashido aurait besoin de lui à l'Académie pour ses travaux. La formation... Ashido avait le sentiment que la formation à l'Académie était excellente, mais qu'elle n'était pas efficace en temps de guerre. Il existe des méthodes pour augmenter le Reiatsu de manière drastique, mais la contrainte en étant la mort elles étaient interdites. Alors, il en était venu à cette simple question, si l'Académie était attaqué, un jour, les aspirants Shinigamis n'auraient aucune chance de s'en sortir, peut être de rare âmes issues de la classe d'Elite y arriveraient mais c'est tout... Des âmes vouaient à la mort, un peu comme la Purge qui approchait, n'auraient-elles pas le désir d'exploiter n'importe quelles méthodes pour participer au combat et défendre sa propre vie et le Gotei 13 ... Ashido en était convaincu, la dernière guerre avait épargné l'Académie, lui qui y était à ce moment-là. Si l'ennemie avait attaqué l'Académie, les pertes aurait été dramatique, créant un vide de six années d'apport de Shinigamis... Il devait en parler avec Sensei-suchīru, mais ce n'était pas le moment, son avis serait très important pour Ashido ! ...

Ashido était fier ! Il ne semblait pas avoir déçu son Sensei. Bien qu'un peu présomptueu à en demander plus, c'était plus une forme de désir inassouvie de savoir qu'il voulait tarir. Et il allait en avoir pour son compte. Il semblerait qu'Ashido avait une bonne résistance au Reiatsu, comparé à certains autres Shinigamis que Sensei-suchīru avait affronté, renforçant l'idée d'Ashido sur l'expérience de son professeur du jour. Il prit alors une position inhabituelle pour Ashido, jambes plier et main au sol. Il était certain que Sensei-suchīru préparer une nouvelle attaque mais qu'allait-il bien faire ? Dans un clignement d'oeil il disparut et se retrouva devant Ashido, le geste de son attaque déjà bien avancer.

Quelle vitesse ... pensa-t-il.

Durant ces secondes qui ressemblaient plus à des minutes, Sensei-suchīru expliqua à Ashido l'attaque en cours. Visez derrière, toujours ! Tournez ces hanches en utilisant l'élasticité des muscles obliques et de la ceinture abdominale. Les étendre a leur paroxysme et les contracter le plus durement possible, entrainant de surcroit le haut du corps dans une vitesse surhumaine pied planté au sol. Pas besoin de balancer son poing derrière, les obliques feraient le travail de force et de vitesse. Poing fermer, visée loin. Ashido avait tout noté tendis que le geste de Sensei-suchīru finassa simplement avec son index sur les cotes gauche d'Ashido. Ce dernier n'eut pas le temps de baisser sa garde avec son bras gauche et pris le coup, relativement faible, mais assez puissant pour le faire reculer de quelques mètres. La douleur était perceptible, persistante même, surement que son Sensei avait visée un point vitale, point qu'Ashido devait lui énoncer. Se remettant droit et en biller il s'énonça, sans le moindre essoufflement :

    Ils existent 49 Kyusho, de haut en bas, devant et derrière. Il y a ...


Il fit la liste des 49 points vitaux avant et arrière qu'il avait vue à l'Académie puis repris :

    Si le Kyusho détruit, le Kuatsu réanime...


Il attendit alors la réaction de son Sensei. Il ne lui avait pas demandé cela en vain et le prochain exercice, toujours sous cette pression de Reiatsu, serait en lien avec ... Après tout c'était également du Hakuda non ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2804-akizuki-ashido

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   Mar 16 Déc - 22:25

    Un réflexion instinctif peut-être? Le vice-capitaine s'était pris le coup de plein fouet sans se retrouver essoufflé par la suite et même rapidement, il lui faisait à de nouveau face. A moins que son reiatsu n'ait agi à la manière d'un manteau pour le protéger à défaut de pouvoir bouger sa garde assez rapidement? Tant de questions et tant de réponses qui n'avaient au final aucun sens, ou plutôt aucun intérêt. Au moins, après cette courte observation, Dakufôgi savait que son élève pouvait se décrire par des adjectifs tels que résistant et brave, une bonne chose en fin de compte, en vue de ce qu'il l'attendait encore bien que le professeur ne pensait pas vraiment le violenter. Ce serait avant tout un cours théorique pour lui remettre les idées en place et ensuite, la mise en pratique le secouerait un peu mais sans aller dans des extrêmes. Il s'agissait effectivement d'un cours, pas d'une balle au prisonnier ou un quelconque loisir barbare du genre. Une discussion sur un art souvent sous-estimé, pas seulement une manière de mettre fin aux jours d'un adversaire qu'on apprécierait guère, sinon pourquoi l'homme d'acier s’entraînerait seul si souvent pour sa propre satisfaction? Question de point de vue, pensait-il lorsque la question traversait son esprit fier.

    Presque cinquante points vitaux... A l'entente du chiffre, le professeur penchait lentement la tête sur le côté avant d'achever son geste un peu plus brusquement, comme si son heaume était sur le point de basculer sur le côté mais figé de la sorte, on devinait à quel point il dévisageait son supérieur. Presque cinquante points... Ce n'était pas ce qu'il nommait une bonne réponse, les Kyushos tiraient leur nom d'une pratique désignant le fait de finir un combat en une seconde unique et ce n'était pas là la demande précise du professeur qui finissait par accepter la proposition d'un air ennuyé d'un acquiescement de la tête, frottant sa nuque dans un soupir, déjà penché sur la prochaine question sans l'ombre d'un doute. Dans les arts martiaux traditionnels, la pression sur les artères et les nerfs correspondaient aux kyushos et la seule école qui venait à l'esprit de la machine sur l'instant était celle du tai-chi-chun mais dans ce domaine, Dakufôgi usait de la paume de la main, du bout des doigts, mais il s'agissait bien là de techniques généralement trop dangereuses pour être enseignées que ça soit chez les humains ou chez les shinigamis mais c'était là son style...

    ...Son style...?

    - "... Ne te vante pas de ta technique... Du prestige de ton maître... Ou de la perfection de ton style... C'est deux mots... Horizontal-vertical... Une seule erreur : horizontal... Seul le vainqueur restera debout... N'est-ce pas vrai?"

    N'est-ce pas vrai?

    De sages paroles qui provenaient d'un ancien enseignement que maintenant Dakufôgi devait transmettre à son élève et puisque ce dernier avait parlé de quarante-neuf points, son professeur devrait faire l'effort de les trouver lors d'un laps de temps très court afin de ne pas le faire démériter aux yeux d'Ashido. Une pression rapide vers l'avant et le robot envoyait son index touché chaque points qu'il citait en laissant un très court intervalle entre chaque contacts, les multipliant tout en s'obligeant lui-même à utiliser un débit très rapide qui ne suivait plus réellement les indications, dans un autre plan de vélocité que la main qui semblait se multiplier en face du visage du vice-capitaine.

    - Suture coronale. Font. Tempes. Yeux. Oreilles. Mastoïdes. Lèvre supérieure. Menton. Artères carotides gauche. Pomme d'Adam. Creux à la base du cou. Clavicules. Première vertèbre cervicale...

    Pour la dernière, le professeur avait du s'arrêter pour la raison très simple qu'il se refusait à se transporter dans le dos de son élève bien que ce dernier pourrait suivre grâce aux sensations des pressions contre sa peau et des énoncés de Dakufôgi mais s'arrêter un peu avant les épaules semblait une bonne idée pour ce type qui répétait son anatomie après avoir parlé de treize zones sensibles au niveau du dit-visage qui se faisait toujours viser par l'index métallique. Comme s'il laissait le temps à réfléchir aux mots comme au quiproquo habituel : la nuque en elle-même ne souffrait pas lors des mises à mort, ce qu'il était nécessaire de viser, c'était la petite zone un peu plus haute, le creux...

    Maintenant, Dakufôgi aurait à viser plus bas alors en fléchissant les genoux, il refermait simultanément les points pour ensuite faire légèrement ressortir l'index, l'histoire que la première phalange serve de contact un peu plus solide car cette fois, la machine n'hésiterait pas autant à faire pression, même si cela ne devait pas engager la santé de son très jeune étudiant. Même cinéma, des coups rapides portés cette fois avec les deux mains, toujours dans le même ordre que les énoncés qu'il répétait à toute vitesse :

    - Septième vertèbre cervicale. Partie supérieure du sternum. Plexus solaire. Creux des aisselles. Base des omoplates. Première vertèbre lombaire. Coccyx. Plexus hypogastrique. Testicules. Entre les septièmes et huitièmes côtes flottantes. Entre les onzièmes et douzièmes côtes flottantes. Entre cuisse et pubis. Entre muscles des biceps et triceps. Extérieur de l'avant bras. Extérieur du poignet. Intérieur du poignet. Revers de la main. Palmure entre l'auriculaire et l'annulaire. Extérieur de la cuisse. Creux des genoux. Intérieur de la cheville. Extérieur de la cheville. Entre les deux orteils.

    Finir de la sorte le point au sol près du pied de son élève ne puait pas l'élégance mais le cyborg n'avait pas à ce plaindre en se redressant, les deux mains en train de se frotter l'une contre l'autre alors que le géant d'acier affichait tout simplement le nombre de coup donné : 36; 13 à la tête, 28 entre celle-ci et les cuisses et 5 après, jusqu'aux pieds. Comme Ashido pouvait s'en douter, il ne s'agissait pas là de points vitaux à proprement parler mais l'homme en face de lui attaquait les os, les nerfs et les artères. Si un peu de ses cours d'anatomie restaient en tête, le shinigami pourrait s'en douter.

    - Intégrez maintenant à ça vos points vitaux et développez un style propre et pas trop chargé. N'oubliez pas que rien n'est trop dur, il n'y a que des zones trop molles chez un adversaire donc si vous ne pensez pas pouvoir l'atteindre à un endroit, rappelez-vous que vous vous trompez et qu'il est toujours possible de contourner le problème. Moi, j'utilise juste plus de force brute mais vous, que feriez-vous?

    En voilà, une fameuse question pour son apprenti, posée bien entendu avec sa voix à peine plus grave que celle de Daniel Beretta ou si vous ne le connaissez pas, la doublure française d'un acteur que Dakufôgi appréciait énormément, connu grâce aux divers apports du monde réel à son Département Scientifique : Arnold Schwarzenegger.

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Plus...Fort... [PV Dakufôgi Mentorat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Fort-Liberte: Complexe portuaire, industriel et commercial
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-