AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Mer 3 Déc - 0:09

Devait-elle repenser du tout au tout l'intérêt de son voyage ? Elle ne s'était pas réellement attendue à ce que cela se déroule de cette manière en vérité. À la base, Liz avait pris la décision de venir passer une année sabbatique au Japon, afin de perfectionner ses connaissances de la langue et son accent qui étaient pourtant déjà très bon. De longues vacances en somme, la découverte d'un pays doté d'une riche culture. Et finalement…

Cela ne faisait que quelques jours à peine que Liz et Thomas se trouvaient à Tokyo que déjà ils étaient témoins d'un accident peu naturel. La rencontre avec Elen, enfant ne semblant pas avoir connaissance de son état de Fullbringer et dont le pouvoir avait démoli une rame de métro. Elle s'était assurée qu'elle se portait bien avant de s'en séparer. Après tout, elle savait pertinemment bien qu'il ne lui fallait pas se faire trop remarquer. Qu'il valait mieux éviter les situations pouvant créer des problèmes. Et la petite fille ne semblant pas maîtriser son Fullbring pourrait au final s'avérer la source de soucis qu'elle se devait d'esquiver.

Pourtant, lors d'une soirée particulièrement ennuyeuse, elle n'avait pas hésité à se lancer au devant d'un Arrancar. La petite anglaise aimait à scanner régulièrement les énergies spirituelles. Un réflexe afin de ne jamais ignorer lorsqu'un Hollow se trouvait dans sa zone. Depuis qu'elle était ici, cela lui avait permis de dénombrer un grand nombre d'êtres spirituels, la capitale nippone s'avérant être un remarquable vivier en ce domaine. Et en ressentant le Reiatsu d'un Arrancar, elle n'avait pu s'empêcher d'aller à sa rencontre et de le défier, afin qu'il ne puisse s'en prendre à d'autres innocents.

Bien sûr, Thomas avait relaté ces deux scènes à son père – il était en partie là pour ça – et la jeune aristocrate s'était fait grondée comme n'importe quelle adolescente.

Et à présent… elle ne savait plus bien sur quel pied danser. Soit elle se mettait à investiguer au sein du monde spirituel particulièrement dense de Tokyo – notamment sur ces énergies déployées il y a de cela quelques jours et dont son chaperon lui avait interdit de s'en mêler – et prenait son rôle de Quincy en priorité, soit elle gardait à l'esprit qu'elle n'était au Japon que comme n'importe quelle autre touriste et qu'en conséquence Liz ne devrait pas se mêler de tout cela. Sans parler du fait qu'en se mettant en évidence, elle risquait de causer du tort à la Maison Neville, ce qu'elle souhaitait éviter bien entendu. Mais entre ce qu'il faut faire et ce qu'elle désire faire… La voilà qui se retrouve déchirée !

Cependant, elle se permettrait au moins de provoquer une rencontre supplémentaire. Elle l'avait déjà repéré il y a quelques jours, même si c'était lointain, lors des fameux mystérieux événements qu'elle avait pu ressentir. À présent, cette énergie n'était plus si loin. Contrairement à tout ce qu'Elizabeth avait ressenti jusque là, il ne s'agissait ni d'un Hollow, ni d'un Shinigami, ni même d'un Fullbringer. Non, c'était plus pur que cela à ses yeux : un Quincy. Un frère ou une sœur donc. Qu'il lui faudrait nécessairement rencontrer. Elle avait déjà négocié avec Thomas qui n'avait eu d'autre choix que de donner son accord. Ainsi, la Neville pourrait sans doute aussi se renseigner sur ce qu'il s'était passé. Ce ne pouvait être que bénéfique pour elle, et l'aiderait sans doute à prendre sa décision sur la conduite à suivre désormais.

Par cette belle journée, le duo de Quincys anglais se rendit donc en banlieue, à l'écart des grands axes. Se rapprochant petit à petit… jusqu'à se trouver à portée de voix et d'entamer la conversation le plus simplement du monde.
    - Bonjour. Nous permettriez-vous de vous déranger quelques instants ?

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Jeu 4 Déc - 23:27

Ses prunelles aciers contemplèrent les cieux surplombant la ville en cette belle journée d'automne. L'hiver frappait à leur porte, apportant avec lui, une fraîcheur bienvenue dans laquelle l'allemand se complaisait. Il préférait cette saison à celle plus humide et étouffante de l'été japonais qui apportait avec lui, son lot de surprise malvenue. Engoncé dans son manteau à la teinte carmine, l'étudiant s'avançait entre les allées du parc qu'il avait coutume de traverser pour rentrer chez lui. Il connaissait le chemin par cœur tant et si bien que ses jambes avaient tendances à s'avancer seules et éviter les pièges de la route d'elles-mêmes à présent, ce qui lui permettait de réfléchir à ce qu'il devait faire en toute impunité. Pourtant cette fois-ci, l'étudiant n'était pas aussi vif que de coutume. La fatigue alourdissait ses membres et embrumait son esprit qui supportait en silence, des images qu'il aurait préféré oublier. Ses nuits étaient hantées. Hantées par des cauchemars trop réalistes qui ravivaient des blessures dont son corps étaient pourtant exempts. Ce n'était cependant pas le cas de son âme affligée. Il avait beau avoir retrouvé la normalité de son quotidien, jonglant entre les cours et son boulot de serveur, il ne pouvait plus ignorer ce monde dans lequel il était entré de plein pied à présent. C'était difficile à admettre pour quelqu'un comme lui peinant à dévier de son chemin pour quelque raison que ce soit.

Il était différent. C'était une réalité qu'il devait apprendre à accepter et c'était bien plus difficile que prévu. Ses mains se crispèrent dans les poches de son manteau qu'il avait dû acheter à la suite de cet... accident. C'est tout du moins ainsi que cela avait été présenté. Il ne se souvenait d'ailleurs plus de vraiment de la manière dont cela avait été présenté lors des informations. C'était encore vague dans son esprit et pour lui qui l'avait vécu et avait survécu en usant de pouvoir inconnu du commun de mortel – de lui même il y a peu également – cela ressemblait à une amère fumisterie. Lui, il voyait danser devant ses paupières closes les corps décharnés des créatures qu'il avait abattus, d'hommes et de femmes qui s'étaient retrouvés là au mauvais moment et n'avait pas eu sa chance ou son talent.

L'étudiant balança sa tête de droite à gauche afin d'extraire ses sombres souvenirs de ses pensées. Ils avaient tendance à s'attarder par trop souvent dans son esprit, ce qui l'agaçait et s'accompagnait généralement de cette boule au ventre qu'il n'arrivait pas à faire passer. Alors il s'oubliait dans le travail dans le seul but d'éloigner les pensées parasites, les images macabres en espérant trouver la force d'y faire face plus tard – ce qui n'était pas tout à fait une réussite jusque là, comme pouvait l'en attester le manque de sommeil qu'il parvenait à dissimuler grâce à son teint halé. Il était plutôt complexe pour lui de concilier ce qu'il avait appris, ce qu'il était et ce qu'il voulait être – pour ne pas dire ce qu'il devait être.

Les prunelles de Klaus avisèrent un drôle de duo qui se dirigea vers lui, le distrayant de ses pensées moroses. Une jeune femme à la chevelure rosée et au visage plus avenant que son accompagnateur qui ressemblait à une ombre teintée de blanc. Plus grande mais également plus froide. Quelque chose de vague et d’indiscernable paraissait émaner d'eux. Quelque chose de subtile qui l'arrêta bien avant que la voix de la demoiselle ne vienne effleurer son ouïe et qui lui fit relever un sourcil circonspect. C'était familier et étrange en même temps. Incongru mais presque... rassurant.

Je peux faire quelque chose pour vous aider ? demanda t-il après que cette dernière n'ait laissé échapper ses quelques paroles. Peut être voulaient ils un renseignement quelconque sur la ville ? Cela lui était déjà arrivé, d'aider des touristes à retrouver son chemin, ces derniers se dirigeant vers lui parce qu'il avait l'air d'être également un étranger – ce qu'il était à moitié en réalité, mais son sang japonais n'était pas vraiment clairement identifiable dans son physique. Mais pour ceux là... Il doutait quelque peu de cette hypothèse car pour des touristes, ils n'avaient pas vraiment l'air perdu. Et puis cette impression lui rappelait quelque chose...

Au moins, ils n'étaient pas des fantômes.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Ven 5 Déc - 14:03

La jeune femme se montrait souriante, un visage doux et amical. L'inconnu parut un peu surpris qu'elle s'adresse à lui, et ni dans sa réponse ni dans son attitude ne se discernait la moindre indication qu'il ait compris à qui il avait affaire. Un Quincy incapable de ressentir d'autres Quincy lorsqu'il en voyait. Cela risquait d'être un peu plus compliqué que prévu, encore que… Car s'il en était à ce point seulement, s'il n'était pas formé, alors Elizabeth et Thomas pourraient se révéler très utiles pour lui, peut-être même plus que lui pour eux.

Liz releva légèrement ses manches, assez pour rendre visible ses bracelets. À gauche, cette chaîne qui est enroulée à son poignet, et au bout de laquelle pend une croix Quincy des plus classiques. À droite, l'épais bracelet métallique qui contenait la puissance de Zerstörung, son Sanrei Shutô. Elle lui tendit alors la main, comme des inconnus étaient censés le faire alors qu'ils établissaient le contact, liaient connaissance.
    - Je m'appelle Liz. Et voici Thomas. Il n'est pas très bavard, mais ne lui en voulez pas, il ne connaît pas la langue. Par contre… je pense que c'est surtout nous qui pouvons faire quelque chose pour vous aider. Vraiment… ne le ressentez-vous pas ?

Un peu mystérieux comme entame il est vrai, mais Liz ne se départissait pas son sourire. Malgré sa petite taille, elle semblait disposer d'un réservoir sans fond de confiance en elle. Ses yeux bruns tentaient de scruter les réactions de l'inconnu – ne voyant pas que Thomas en faisait de même derrière elle et que la situation devant donc paraître un peu inquiétante – afin de capter s'il était finalement capable ou non de comprendre qu'ils avaient le même don. Après tout, peut-être jouait-il la comédie ? Pourtant il n'était pas faible, l'héritière Neville sentait son potentiel. Seule la suite de la conversation pourrait lui permettre d'en savoir plus.

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Ven 5 Déc - 21:58

L'étudiant haussa un sourcil perplexe face au comportement pour le moins étrange de la demoiselle qui lui faisait face. La présence derrière elle, de cette homme à l'allure austère n'aidait franchement pas Klaus à s'apaiser. Les questions se multiplièrent dans son esprit, plus alerte qu'il n'aurait pensé l'être quelques instants plus tôt alors que le sourire de son interlocutrice ne quittait pas ses lèvres. Il n'aurait pas dû s'inquiéter autant, mais les récents événements l'avait rendu particulièrement méfiant. Et puis la belle releva de quelques centimètres les manches de sa veste pour dévoiler à son regard deux bracelets. Si l'un n’attira pas particulièrement son regard, l'autre cependant captiva son attention. Un bracelet aux fins chaînons sur lequel pendait une forme qu'il reconnaissait bien, faisant écho à celle qu'il portait autour de son cou. Son cœur rata un battement. Qu'est ce que cela signifiait ? Malgré lui, il ne parvint à s'empêcher de porter stupidement sa main droite à son torse, là où il pouvait sentir le pendentif que lui avait confier sa mère réchauffer sa peau. Cette main à laquelle il portait cet anneau d'argent dont avait émané cette douce chaleur ce jour là et dont il soupçonnait à peine la puissance. La forme de cette croix était si ressemblante... Est ce que cela n'était qu'une coïncidence fortuite ?

Planté comme un imbécile, il hésita avant de lui serrer la main, son regard accrochant le sien avec ce rien de surprise méfiante, d'intérêt distant. Ses prunelles se tournèrent vers l'accompagnateur de la demoiselle qui l'observait avec une minutie un rien déstabilisante, presque alarmante alors que cette dernière parlait de son chaperon. Et puis... Ressentir. Que ressentait il exactement ? Dire qu'il était troublé par cette rencontre aurait été un euphémisme. Il était néanmoins satisfait de pouvoir parvenir à dissimuler son trouble grâce à cette mine neutre derrière laquelle il avait appris à se retrancher, sur la défensive.

Klaus, commença t-il après quelques secondes de silence, répondant à la présentation que la demoiselle avait donné. Comme elle, il se contenta de son prénom, préférant garder une réserve que son attitude laissait bien percevoir. Son cœur cognait un peu trop fort dans sa poitrine alors que les paroles de la chanteuse lui revenait en tête. C'était elle qui lui avait transmis le peu d'information qu'il possédait aujourd'hui sur ce monde qu'il avait toujours fait en sorte de nier, d'oublier. Elle était ce qu'elle avait appelé « une fullbringer », ce qui n'était pas son cas au vu de ses propres dires et de la différence qui semblait exister entre leurs deux pouvoirs. De toutes les personnes qu'il avait rencontré jusque là et qui avait été en contact avec cet univers inconnu, elle était celle en qui il avait le plus confiance, le combat qu'ils avaient mené côte à côte contre ces êtres les y avait aidé. Il n'aurait su dire pour autant si la réciproque était vrai, dans tous les cas, il savait que si il devait se tourner vers quelqu'un pour régler un problème d'ordre spirituel, ce serait vers elle qu'il se retournerait. Ce qui ne signifiait pas qu'il le ferait forcément, Klaus avait coutume de se débrouiller seul. Pourtant... Il n'était pas comme elle, même lui avait fini par s'en rendre compte à son contact, alors que là, son ressenti était clairement différent avec eux deux.

C'était comme un écho. Je crois. Peut être... En dire plus aurait été étrange pour sa part, il ne savait pas trop sur quoi il pouvait s'appuyer pour argumenter hormis cette impression tenue mais discrète qui étreignait son âme. Peut être que ce n'était que la fatigue qui le faisait délirer – quand bien même ne pouvait il délirer sur cette forme aussi singulière. Qu'est ce que vous êtes ? Il prenait le risque. Le risque de poser la question qui titillait son esprit, lui brûlait les lèvres et qu'il ne parvenait à s'ôter de la tête, ne parvenant pas non plus à s'éloigner des deux individus. Est ce que vous êtes comme moi ? Cette question là ne dépassa jamais la barrière de ses lèvres.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Sam 6 Déc - 18:53

Un instant s'était écoulé, suspendu, dans l'attente d'une réponse. Finalement, il avait au moins donné son prénom à consonance allemande. La mère patrie des Quincys si l'on en croyait les légendes. Mais cela n'était vraiment que de peu d'intérêt ici, pour le moment. L'attente se poursuivit encore un peu ensuite, comme s'il avait besoin d'y réfléchir un peu avant de donner sa réponse. Ce n'était pourtant pas bien compliqué… du moins pour une adolescente qui était capable de ressentir et différencier les types d'âmes depuis qu'elle avait six ou sept ans. Une sang pur qui avait très tôt reçu son éducation et sa préparation à devenir une Quincy… et plutôt douée dans son genre de surcroît.

Aussi admit-elle finalement pleinement que ce Klaus n'avait pas eu cette chance et que s'il faisait semblant, c'était un très bon acteur. Ce mouvement de la main vers son torse, elle ne l'avait pas raté… C'était là aussi que Thomas portait son pendentif, comme de très nombreux Quincys. Voilà déjà une bonne information de prise : il avait réellement été surpris de voir cette croix au poignet d'Elizabeth. Enfin, après une dernière hésitation, il avait posé une question qui avait fait rire Liz. Elle ne se voulait pas moqueuse, pas du tout, et l'on ne pouvait pas non plus considérer qu'elle était devenue hilare. Juste un rire léger et joyeux mais surtout bref.
    - Ce que nous sommes ? Ainsi je ne me trompais pas, tu en es réellement à ce point-là. Comme je le disais, nous allons pouvoir beaucoup vous aider. Nous sommes des Quincys !

Thomas tiqua, elle le sentit – douze ans qu'elle le connaissait, elle n'avait pas besoin de se retourner pour le savoir – mais il n'en dit rien. C'était déjà trop tard après tout, et il la connaissait assez que pour savoir où elle voulait en venir. Mais si il n'approuvait pas, ce n'était pas non plus une prise de danger immédiate.
    - C'est ce que signifie ce symbole sur le pendentif à mon poignet, également reproduit sur cet autre bracelet, vous voyez ? Les Quincys. Des humains capables de voir les morts et d'utiliser le Reishi pour synthétiser un arc et des flèches spirituels. Hmm...

Elle se rendit bien compte que pour quelqu'un qui n'avait reçu aucune formation technique, elle allait déjà trop loin. « Reishi » devait sans doute être trop technique, mais la capacité de voir les morts devait forcément lui avoir fait marquer des points. Un simple humain se contenterait de la prendre pour une folle. Mais quelqu'un qui possédait ce niveau d'énergie spirituelle ne pouvait pas n'avoir jamais été confronté ni aux morts, ni aux Hollows.
    - Peut-être connaîtriez-vous un endroit où nous pourrions être au calme et surtout… à l'abri des regards ? Je pense réellement que je peux beaucoup vous apprendre, mais pas ici… pas si l'on peut nous voir. Qu'en dites-vous ?

Si elle avait été dépourvue de pouvoirs, sans doute aurait-elle mis en avant le fait qu'elle ne saurait être une menace pour lui, avec sa petite taille et ses petits bras. Mais elle possédait depuis si longtemps une force surhumaine capable de détruire même la roche à mains nues. Pas vraiment dans son état d'esprit de faire ce genre de déclaration donc, n'ayant pas encore assez de recul sur elle-même que pour tenter de mentir de la sorte. Dommage, car elle aurait aimé le rassurer un peu, il paraissait en avoir un peu besoin – ou bien était-il juste un peu coincé, derrière ce visage fermé et ses petites lunettes ?

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Dim 7 Déc - 12:01

Malgré lui, le jeune homme ne put s'empêcher de se renfrogner quelque peu quand la demoiselle se mit à rire. Il se rendit bien compte que ce n'était pas là moquerie de sa part, il n'empêchait que sa question légitime ne portait pas au rire à son sens, bien au contraire. Sa demande était grave bien qu'hésitante et au vu de ce qu'il avait traversé jusque là, il trouvait ça franchement déplacé – mais elle ne pouvait pas le savoir aussi n'en laissa t-il rien paraître. Ce n'était probablement qu'une question d'orgueil blessé. Son rire bref tût, la demoiselle s'expliqua davantage, et si le début raviva les sombres souvenirs du débutant tentant de sauver sa peau par tous les moyens, elle lui indiqua également ce qu'ils étaient – tout du moins, si il la croyait. Après tout, elle pouvait très bien lui mentir pour une raison qu'il ignorait encore. Pourtant, quelque chose attisa sa curiosité et les pans voilés d'une mémoire contrite par le temps.

Quincy, répéta t-il à voix haute dans un simple murmure. Ce mot roulait sur sa langue avec une familiarité presque dérangeante. L'avait il déjà entendu par le passé, prononcé même ? Il n'en avait pas de souvenir précis, rien tout du moins qui ne vint étayer cette supposition hormis la sensation familière qui s'en dégageait. Troublé par cette constatation, le jeune homme se laissa un instant déborder avant de se reprendre quand son interlocutrice reprit la conversation, comme si de rien n'était. Il se sentait mal à l'aise pour une obscure raison qu'il peinait à clairement identifier. Le symbole des Quincy... C'était la même forme que celle de son pendentif. Il avait passé bien trop de temps à contempler de ses prunelles éteintes, cet ultime souvenir pour ne serait ce qu'en douter. Il se crispa malgré lui lorsque la demoiselle laissa entendre que ces êtres étaient capables de voir les morts. Comme lui. Comme ces fullbringer aussi. Jusque là, la description qu'elle faisait de ces Quincy paraissait on ne peut plus proche de la sienne propre – de ce qu'il avait découvert avec un certain effort d'imagination.

Et maintenant, que faire ? Son regard avisa les quelques passants qui se baladaient dans le parc et que leur attroupement pouvait distraire. Leurs paroles aussi. Que devait il faire ? Accepter la proposition de la demoiselle en acceptant ce qu'elle lui disait ou reprendre sa vie, reprendre son quotidien comme si de rien n'était, comme si rien de tout cela n'avait existé ? Il est trop tard. Trop tard pour faire machine arrière et une part de lui même voulait savoir. L'enfant perdu, abandonné dans ce monde austère et dangereux avait besoin de ses armes pour grandir et survivre. C'était devenu une nécessité quand bien même cela remettait en cause toute sa vie, tout ce qu'il avait voulu devenir. Apprendre. Il n'était pas stupide au point de croire qu'il savait tout ou même qu'il pouvait toujours se débrouiller seul mais cette difficulté à faire confiance et à se confier n'aidait pas à briser la glace.

Pourtant... N'était ce pas une chance également d'en savoir plus ? Ce serait à lui par la suite de faire la part des choses, d'accepter ou non ses dires comme une vérité ou un mensonge. Si tout cela n'était pas une vulgaire fumisterie et qu'il ne prenait en réalité pas de risque supplémentaire en acceptant. Ils étaient deux et il était seul. Mais c'était peut être sa seule chance d'en savoir plus.

On peut se rendre à mon dojo. Il ne doit y avoir personne à cette heure ci, déclara t-il après avoir examiné l'heure sur son portable. C'était le lieu le plus proche et dans lequel il se sentirait le plus à l'aise si on omettait son propre appartement dans lequel il n'avait pas la moindre envie de faire venir des inconnus. Et au moins là bas, il avait la certitude que personne ne pourrait les voir. Il espérait ne pas faire une grossière erreur mais c'était le premier endroit qui lui était venu en tête et c'est sans davantage se poser de question que l'étudiant se remit en marche afin de les guider jusqu'au lieu dit. Il ne faudrait pas plus d'une dizaine de minutes pour se rendre là bas.

Vous parlez anglais n'est ce pas ? Cette fois ci, il avait abandonné le japonais pour s'exprimer dans cette langue qu'il maîtrisait tout autant. La jeune femme avait un accent léger qui lui avait rappelé celui d'une étudiante anglaise avec qui il avait travaillé l'année précédente. Il maîtrisait ce domaine contrairement à tout ce qui avait attrait au monde spirituel duquel il s'était coupé de longues années.

Qu'est ce que vous appelez « Reishi » ? Il resta sur de l'anglais, cela leur permettrait au moins d'éviter d'attirer l'attention par la teneur de leur conversation. Les japonnais n'étaient pas très doués avec les langues étrangères. Autant obtenir le plus d'information possible, ce ne serait que comme cela qu'il parviendrait à savoir. Savoir ce qu'il était. Savoir si ce qui était dit là n'était que mensonge ou réalité trop longtemps ignorée.

Pourquoi est ce que ces termes lui paraissaient si familier ?

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Lun 8 Déc - 0:30



Touché ? Il semblait bien, oui. Le nom de Quincy paraissait en effet lui évoquer quelque chose. Enfin, c'est ce qu'elle pensait à le voir répéter ce mot du moins, après tout elle ne pouvait rien savoir de ce qu'il se passait dans la tête de Klaus en ce moment, mais juste supposer. Cependant, la proposition d'Elizabeth finit par faire son chemin dans l'esprit de son interlocuteur qui finit par proposer la solution de son dojo. Dojo de quoi, cela n'était pas précisé, mais après tout cela n'avait aucune importance – en dehors du fait que la curiosité de Liz était forcément titillée, mais pour le coup elle attendrait d'y être pour savoir.
    - Votre dojo sera parfait en ce cas.

À présent que le contact était véritablement établi et que Klaus semblait prêt à leur faire assez confiance que pour les emmener dans un endroit où ils seraient seuls tous les trois, la petite anglaise tira sur ses manches pour les remettre en place avant de s'enfoncer les mains dans les poches. L'héritière Neville était un petit peu frileuse, et le rafraîchissement de ces derniers temps n'avait rien pour lui faire plaisir. Par contre, elle nourrit de nouveau un grand sourire en l'entendant parler sa langue natale. Voilà qui allait en effet être bien plus commode. Elle ne se fit dès lors pas priée pour laisser tomber le japonais pour le moment.
    - En effet ! Vous me voyez ravie, ce sera en effet plus facile pour nous de discuter ainsi. Thomas pourra même participer s'il retrouve sa langue.

Un rire léger s'échappa de sa gorge, bien que le jeune homme ne goûta pas cet humour. Il semblait y avoir un petit froid entre eux. Rien de bien grave, mais assez pour que de petites piques soient glissées l'air de rien. C'était de sa faute après tout, il n'avait qu'à pas tout raconter au père d'Elizabeth… même s'il était aussi là pour ça, oui !
    - Le Reishi… Le Reishi est le nom des particules d'énergie spirituelle. Elles sont trop fines pour qu'on puisse les discerner, mais elles sont bel et bien là. Dès lors que nous arriverons à votre dojo, nous pourrons volontiers vous faire une démonstration. Cependant, je me dois d'être honnête avec vous Klaus. Je suis prête à vous apprendre beaucoup de choses sur ce que sont les Quincys, sur nos pouvoirs, et comment les utiliser – et il semble que vous soyez demandeur dans ce registre. Mais… Ce n'est pas pour vous former que nous vous avons approché. Pour tout vous dire, je suis assez douée en matière de détection des puissances spirituelles. Il y a quelques jours, j'ai ressenti de nombreuses énergies se déployer. Thomas ne m'a malheureusement pas laissé venir enquêter, mais je sais que vous en faisiez partie. J'aimerais juste… savoir ce qu'il se passe, tout simplement. Je suis forte, et je peux aider… je suis sure que je peux aider à protéger cette ville...

Elle ne regardait plus Klaus, mais gardait juste son regard fixé droit devant. Elle semblait tout à fait déterminée en fait, prenant vraiment au sérieux tout ce qu'elle venait de dire.
    - Si votre père apprend ça...
    - Oh, laisse mon père de côté pour l'instant. Le seul moyen qu'il apprenne quoi que ce soit, c'est que tu ailles encore lui répéter ! Tiens, tu n'es pas déjà en train de l'appeler pour tout lui raconter ?

Ah… Voilà le nœud du problème entre eux qui apparaissait plus clairement. Mais Thomas ne poursuivit pas la conversation. Il souffla et haussa des épaules, l'air de dire qu'il n'avait pas le choix.
    - Je suis désolée, Klaus. Nous avons juste un petit différend. J'espère que vous accepterez de nous pardonner de vous avoir fait assister à ça.

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Lun 8 Déc - 13:24

Ainsi, il ne s’était pas trompé. Elle parlait avec une telle aisance en anglais qu’il aurait parié que cette dernière était anglaise – ce qui se confirma lorsqu’elle lui signifia que son compagnon pourrait communiquer aussi, si il le désirait. Un homme taciturne donc, ce Thomas, au contraire de celle qu’il accompagnait, bien plus vive et sociable. Ils restèrent donc sur de l'anglais, bien plus simple pour échanger et il écouta attentivement la suite de ses paroles lui expliquant ce qu’était donc ce fameux Reishi. Il lui fallait en apprendre le maximum, sachant pertinemment qu’il n’aurait peut-être pas une seconde chance par la suite. L’étudiant n’était pas le genre à laisser trop de question en suspens, surtout si il avait l’occasion d’arranger cela, or... La suite ne fut nullement une surprise. Évidemment qu’ils n’étaient pas là pour le former sur quoi que ce soit – il n’avait par ailleurs, rien demandé de tel pour l’heure. Il sentit malgré lui, ses épaules se contracter et ses traits se durcirent lorsqu’elle en vint à la raison de sa présence ici. Ce jour. Bien sûr, il se doutait de ce dont elle parlait quand bien même n’avait-elle pas explicité la chose. Ces énergies spirituelles qui avaient éclaté en tous sens, même lui il en avait été déboussolé, même avec ses maigres prédispositions actuelles il l’avaient ressenti. Melody les avait écrasés de sa puissance, il ne pouvait pas l’oublier. Tout comme le reste. Ces images qui hantaient ses nuits, troublaient ses jours.

Le jeune homme ferma les yeux un instant, en proie à la réflexion. Il laissa plusieurs minutes s’écouler en silence, laissant les deux étrangers discuter entre eux – ou se faire des remontrances, ça ne le regardait pas. Klaus n’était pas le genre d’homme à s’insinuer dans la vie des autres, il avait bien assez à faire avec la sienne actuellement. Et c’était indiscret. Il haussa les épaules quand la demoiselle s'excusa de la gêne occasionnée, trouvant cette dispute pour le moins discrète comparativement à ce dont il était habitué – elle n’avait jamais assisté à une engueulade de ses parents adoptifs qui avait tendance à rameuter tout le quartier. Sa mère avait une voix qui portait étonnement loin pour une silhouette aussi menue.

J’ai assisté à plus bruyant, laissa t-il échappé avec l’ombre d’un sourire – le premier probablement depuis qu’il avait été abordé par le duo. Les affaires de famille après, ça ne le regardait pas et lui-même était de mauvais conseil à ce sujet. Il n’avait rien dit aux siens et ne comptait rien leur dire afin de ne pas les inquiéter inutilement - et le croiraient ils seulement ? Il demeura silencieux de nouveau, laissant quelques secondes défiler le temps qu’il ne mette de l’ordre dans ses pensées. C’était difficile mais il se lança finalement en regardant droit devant lui. Si on parle de cet accident, alors j’y étais, c’est vrai. Je suppose que le moins que je puisse faire, c’est de vous renseigner à ce sujet, comme vous le faites. Mais ça ne risque pas d’être très clair pour vous. Il sentait sa gorge se nouer alors que les sombres souvenirs se ravivaient, l’odeur du sang et de la mort planant au-dessus de lui. Nous avons été attaqué par des espèces d’humains mais ils avaient des caractéristiques de... Hollow. Le jeune homme hésita sur le terme un instant, comme si il n’était pas sûr que ce dernier soit le bon. Ils ressemblaient à des zombies... Ses poings se crispèrent, bien à l’abri dans ses poches alors que sa voix se faisait presque froide, détachée. Ce n’était qu’apparence car lorsqu’il fermait les yeux, il se souvenait du regard de cette gamine, de ses murmures suppliants, de leurs plaintes étouffantes, du chaos et du carnage... Et des flèches qu’il avait tirées de ses mains, destructrices et sauveuses toutes à la fois. Il avait beau savoir que son intervention avait sauvé des vies, il n’arrivait pas à ôter de son esprit la silhouette menue de cette enfant, de cette femme, de cet homme... De tous ces êtres qu’ils avaient anéantis ce jour-là.

Il profita de leurs arrivés à son dojo pour éloigner les souvenirs et les faire rentrer dans le bâtiment. Il remercia intérieurement son sensei qui lui avait confié une clé parce qu’il avait tendance à s’entrainer tardivement – il aimait bien valoriser la recherche de perfection de Klaus. Le dojo de Kyudo était simple, débouchant sur un couloir dans lequel chacun devait se déchausser, puis une pièce sur la droite dans lequel se réunissait les membres du club et enfin, la vaste pièce donnant directement sur les cibles au parquet laqué. Un somme, un dojo parfaitement ordinaire. Il referma la porte coulissante derrière eux, ôta ses chaussures avant de guider les étrangers plus en avant, dans la pièce adjacente. Ici, il se sentait bien. La sérénité des lieux, son silence, sa familiarité était un baume pour son cœur troublé par les affres de la désolation. Ses gestes paraissaient moins contrit, plus fluide mais malgré tout, il se devait de reprendre là où il s’était arrêté. Une pause salutaire mais qui ne restait qu’une pause.

Si vous avez d’autres questions à ce sujet, il faudra me le préciser. Comme vous vous en doutez, je ne suis pas forcément à l’aise avec ce... monde. Même si ça lui coûtait d’avouer ses faiblesses à voix haute, il ne servait à rien de mentir, cette jeune femme était plus éveillée que lui et s’en était déjà rendu compte toute seule.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Mer 10 Déc - 23:10

Klaus parut vouloir prendre un peu de temps pour réfléchir. Réfléchir à la possibilité de parler. Leur raconter ce qu'il avait vécu, dans quoi il avait été mêlé. S'il ignorait même qu'il était un Quincy, ce qu'était le Reishi ou d'autres choses de ce style, il aurait sans doute un peu de mal à lui donner beaucoup de précisions – encore que, Liz pourrait toujours être surprise – mais au moins cela lui permettrait d'avoir une base pour se faire une idée. D'ailleurs, le jeune homme ne manqua pas de préciser que ses explications risqueraient de manquer de clarté. Elizabeth lui fit un petit sourire et un signe de tête, tâchant de l'encourager à parler, et peu importe si ce n'était pas clair. Des informations, même partielles, resteraient intéressantes sans doute.

Et effectivement, tout cela fut bien lacunaire. Des humains teintés de Hollow. Elle pensa dans un premier temps aux Fullbringers tout naturellement. Mais elle fit alors mention à des zombies… Bon, tous les humains à pouvoir n'étaient pas bien malins, mais tout de même. L'explication ne devait donc pas être aussi simple. Klaus sembla un peu plus tendu, les souvenirs ne devant pas être particulièrement agréables. Liz avait bien sûr d'autres questions, elle voudrait forcément creuser pour avoir plus d'informations – elle estimait cela nécessaire, mais elle était de plus particulièrement curieuse – mais elle attendrait un peu, ne se ferait pas trop pressante.

De toute manière, ils arrivaient au dojo, de quoi offrir une petite brise dans la discussion. Liz en tout cas fut particulièrement amusée par l'ironie de la chose. En attendant dojo, elle avait pensé aux arts martiaux, voir au kendo. Alors que la réponse était bien plus évidente. Comme si de manière innée Klaus s'était dirigé vers un hobby lui collant réellement à la peau. Une bonne chose. Une excellente chose même. Il était donc déjà capable de tirer avec précision, du moins l'on pouvait raisonnablement le supposer. Une fois éveillé à son véritable potentiel, il pourrait donc devenir un Quincy puissant. Peut-être même plus que Thomas. Ils imitèrent leur hôte en enlevant leurs chaussures. Les anglais se défirent également de leurs vestes, plus nécessaires maintenant qu'ils étaient à l'abri du froid.
    - J'ai effectivement d'autres questions. Mais je préfère procéder dans l'ordre. Te donner un aperçu de ce dont nous, Quincys, sommes capables. Ce que nous allons te montrer, nous pourrons également te l'apprendre si tu le souhaites. Ne me demande pas pourquoi, tu es l'un des nôtres et j'estime cela comme tout naturel. Enfin… si du moins tu souhaites apprendre, je n'ai en effet pas l'intention de te forcer… Quoi qu'il en soit, mes questions attendront la fin de la démonstration… Thomas ? Veux-tu bien commencer ?
    - Oui, Milady.

Elle lui parlait naturellement, et avait cessé d'user les marques de politesse de « vous » pour se concentrer sur un « tu » plus cordial, en espérant que Klaus ne verrait pas cela comme un manque de respect. Thomas, lui, s'était amusé à taquiner Liz en lui donnant du Milady, comme il le faisait régulièrement à chaque fois qu'ils étaient un peu fâchés, ou qu'elle se mettait à donner des ordres. Le Spencer prit place en plein centre de la pièce, tout en enlevant la chaîne qu'il portait autour du cou, au bout de laquelle pendait sa croix Quincy.
    - Bien, Klaus. J'ignore ce que vous connaissez déjà de vos pouvoirs, aussi vais-je procéder en partant du principe que vous êtes un pur novice. Si certaines de mes explications vous sont déjà connues, prenez donc cela pour un simple rappel.

Alors qu'il parlait, il avait enroulé sa chaîne autour de sa main gauche. Son poing désormais fermé laissait osciller le médaillon sur à peine un ou deux centimètres de mou.
    - Ces médaillons ne sont pas de simples pendentifs. Ils sont en fait des catalyseurs. Ce sont eux qui nous permettent de faire apparaître nos arcs.

Comme de fait, le sien prit vie. Il était simpliste au possible. Arc primitif mais néanmoins très efficace en ces mains expertes. Il approcha de son poignet gauche index et majeur de la main droite, préparant une flèche imaginaire encochée sur une corde qui l'était tout autant… sauf que celles-ci apparurent pour de bon dès qu'il tira suffisamment sur cette dernière, de la même lumière bleutée dont était faite l'arc. Puis soudainement il se déplaça à grande vitesse, se décalant de cinq mètres sur sa droite. Dans le mouvement, quatre trous fumant étaient apparus au sol, deux autour de chacun des pieds de Klaus.
    - Ceci était l'Hirenkyaku, le déplacement éclair des Quincys. Rapidité et précision sont généralement les principaux atouts de notre clan. Les Quincys expérimentés parviennent également à injecter du Reishi dans leur système sanguin, permettant deux utilisations principales : le Blut Vene, renforçant notre corps et nous servant donc de défense naturelle ; et le Blut Arterie, augmentant drastiquement la puissance de nos coups physiques.

Le bruit des pas de Liz se fit entendre, alors qu'elle s'avançait pour prendre la relève. Entre ses doigts, un petit contenant métallique.
    - Tu vois ce tube d'argent ? Ici au Japon, l'on appellerait cela un Gintô. Nous pouvons y conserver du Reiryoku sous forme liquide – le Reishi est une particule d'énergie, le Reiryoku est le flot d'énergie que nous utilisons en collectant le Reishi. Ces Gintôs ont diverses utilités. Basiquement, nous pouvons les faire exploser en libérant simplement leur puissance, mais il est possible d'en tirer des stratégies particulièrement développées. Il m'est difficile de t'en faire démonstration, je ne voudrais pas abîmer cette salle plus que Thomas l'a déjà fait – je paierai pour les dégâts, ne t'en fais pas.

    Mais il est possible d'acquérir plus encore… Bien que cela soit réservé aux meilleurs. Ceci...
    *dit-elle en pointant son large bracelet métallique qu'elle portait au poignet droit* est ce que l'on appelle un gant de dispersion. Bon, c'est habituellement un gant, il se trouve juste que le mien est un bracelet. Le Sanrei Shutô donc demande une grande maîtrise et un entraînement difficile afin de pouvoir être maîtrisé. Une fois cela fait, il s'agit alors d'une arme redoutable, permettant de pousser notre puissance au-delà des simples flèches.

En concentrant son énergie, Liz fit apparaître Zerstörung, son marteau de guerre. Juste un instant, pour le montrer, mais elle n'allait pas en faire démonstration, les raisons étant identiques à celles qu'elle avait donné pour les Gintôs. Son marteau avait donc d'ores et déjà disparu, mais l'explication n'était pas terminée.
    - L'inconvénient, c'est que l'on ne peut plus l'enlever par la suite… Enfin, pas tout à fait. Il est nécessaire d'atteindre encore un niveau de maîtrise supplémentaire. Si nous ne le faisons pas, se débarrasser de son Sanrei Shutô est synonyme de perte de nos pouvoirs. Cela confère toutefois un boost aussi monumental que momentané – le Letzt Stil. À n'utiliser qu'en cas de vie ou de mort donc… Cependant, les plus doués peuvent atteindre ce que l'on appelle le Vollständig. C'est alors un accroissement notable de nos capacités, le summum de l'évolution d'un Quincy. Moi-même, j'en suis encore bien loin...

Cela ne paraissait pas la chagriner pour autant. Le Vollständig restait rare, et selon l'estimation de quelques membres respectables du clan Neville, elle avait le talent d'y parvenir un jour. Elle savait cependant que du haut de ses dix-huit ans, elle avait encore largement le temps d'y parvenir et qu'il n'y avait encore aucune inquiétude à se faire sur sa progression, loin de là.
    - Et maintenant… je suppose que l'heure des questions est venue. Si tu en as, à toi l'honneur Klaus.

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Jeu 11 Déc - 13:39

Klaus n'était aucunement réfractaire aux divers apprentissage qu'on pouvait être amené à lui donner. Bien au contraire, il aimait apprendre de nouvelle chose, découvrir et savoir. Les énigmes, il avait toujours eu tendance à vouloir les résoudre, même si il devait avouer n'avoir pas toujours eu l'occasion de le faire. Ici, en ce qui concernait ces pouvoirs latents qu'il n'avait découvert que quelques semaines plus tôt, tout au plus, il n'avait pas forcément eu la même implication. Quelque chose le gênait, l'empêchait de s'avancer sur cette route inconnue qu'il n'était pas encore certain de vouloir parcourir. Ce monde là était si... différent. Néanmoins, il écouta et observa avec attention les démonstrations que lui donnèrent les deux anglais. Abandonnant lui aussi sa veste sur le côté, il était resté à une distance raisonnable du duo, ne pouvant s'empêcher ni d'être intrigué, ni d'être sur la réserve. Faire parti du même clan... Cette phrase le troubla. Pour lui l'adopté qui gardait en sa mémoire, des souvenirs flous et lointains de ces parents, qui était resté seul face à tout ça durant toutes ces années, qui avait dû ignorer et subir la présence d'être indésirable à chaque instant... Ces mots résonnaient étrangement dans son esprit.

D'abord, ce fut Thomas qui commença la démonstration, commençant par des bases qu'il était bien inspiré de donner puisque Klaus ne les possédait en effet pas. Cela lui permettait cependant de confirmer les quelques suppositions qu'il avait à ce sujet et de se rendre à l'évidence : leurs pouvoirs étaient bel et bien d'essence semblable. Le savoir était étonnement grisant. Une petite voix lui murmurait qu'il n'était plus seul et cela était ... rassurant. C'était encore différent de quand il avait parlé avec ces autres humains qui possédaient des pouvoirs aussi étranges que singuliers, là, il faisait face à des personnes qui lui ressemblaient réellement. Qui pourraient éventuellement lui expliquer ce qu'il ne parvenait pas à comprendre et qui déjà, essayait de lui apprendre ces bases qu'il n'était pas sûr de posséder. Il adressa à l'homme, un froncement de sourcil des plus significatif quand ce dernier vint abîmer le parquet de la salle mais laissa les explications de Liz rythmer de nouveau la marche.

Lui aussi, il avait fait ça. Lui aussi avait fait apparaître un arc. Lui aussi il était parvenu à tirer ses flèches irradiantes de lumière. Plusieurs fois même, avec cette impression fugace de normalité, comme si tout était naturel. Klaus demeura stoïque mais attentif durant toute la représentation, laissant les Quincy – il prit le parti de les croire à ce sujet – lui expliquer ce qu'ils étaient. Ce qu'il était dans une certaine mesure aussi. Hirenkyaku, blut vene, blut arterie, ginto, sanrei shuto, letzt stil, vollständig... Des mots sensés être inconnus mais qui lui paraissait familier – comme ce mot Quincy. Il mit cette impression sur le compte de l'allemand qui était employé pour définir certains termes de ce vocabulaire particulier.

C'était beaucoup d'explications en un temps très court qui le laissèrent quelques peu confus. Des questions, il en auraient des tonnes, mais il lui fallait déjà digérer ce qui lui avait été dit. Croisant les bras sur son torse en s'empêchant de faire une remarque sur le fait que les cibles existaient dans un dojo de kyūdō, il se permit donc de répondre aux attentes de la demoiselle et de son accompagnateur.

Des questions, je pense que je risque d'en avoir davantage quand j'aurai digérer toutes ces explications... commença t-il simplement. Une première pause suivie ces mots avant qu'il ne reprenne. Par contre, j'aimerai savoir quelque chose... Les armes des Quincy sont toutes différentes ? Une première question qui n'était pas forcément primordiale mais qui attirait son attention malgré tout. Si Thomas possédait un arc – quand bien même n'était il pas semblable au sien – ce n'était pas le cas de sa milady qui avait fait apparaître un marteau de guerre énorme qui semblait bien peu en phase avec sa silhouette menue. Elle avait pourtant bel et bien parlé de flèche, et cela le laissait quelque peu perplexe. Il attendit un petit peu avant de rajouter autre chose. Cette fois ci, sa voix était un peu plus hésitante que de coutume, comme si il n'était pas bien sûr lui même de la manière de dire les choses. Comme si cela en dévoilait trop.

Est ce que ces... pouvoirs, nous sont légués par nos parents ? Cette question là était probablement plus importante pour lui que celle qu'il avait posé juste avant. Elle était plus personnelle aussi. Savoir ne changerait rien, importait bien peu pour la majorité au final, pourtant, cela ne l'empêchait de vouloir en connaitre la teneur. Un lien avec ce qu'il avait perdu. Ce qu'il avait oublié. Il secoua la tête, comme si finalement, cette question n'avait pas grande importance, qu'il lui fallait oublier.

Ne faites pas attention. Je crois que vous aviez dis chacun notre tour. Je vais essayer d'être le plus précis possible, comme vous l'avez été. C'est le moins que je puisse faire pour vous remercier.

La moindre des choses en effet, après tout ce qu'ils venaient de lui apprendre et de lui démontrer à l'instant. Il inspira avant de se lancer calmement, ses doigts venant s'attarder sur le mur tout proche comme pour en tester la solidité. Un lien solide. Il devait se souvenir de ce qu'il essayait d'oublier cependant, ses rêves avaient tendances à repasser en boucle ce film macabre aussi, ce ne fut pas bien difficile de remonter jusque là.

Je ne peux pas exactement dire comment ça a commencé. J'étais là par un malencontreux hasard mais j'ai vu un Hollow se faire attaquer par ces... êtres que j'ai décris tout à l'heure. Ils ressemblaient à des hommes et des femmes...Il y avait aussi des enfants qui le... dévoraient. Qui dévoraient tout en fait. Enfin, d'autres personnes bien vivantes. Il se souvenait du sang. Du sang sur ses mains. Du sang sur le sol. Du sang sur eux. Respire et reprend calmement. Tu as survécu. Ils avaient comme des morceaux de masques de Hollow. Des griffes aussi et ils ont fini par nous attaquer. Des fullbringers et des... shinigamis. Il connaissait ces termes, parce que Melody les lui avait expliqués. Il haussa les épaules, faussement désinvolte. J'étais au milieu de tout ça et j'ai essayé de survivre au carnage. C'était ça, juste ça, rien de plus. Il avait survécu en attaquant. Il avait défendu ces femmes qui l'avaient aidé en usant d'un pouvoir qu'il ne maitrisait qu'à moitié, qu'il ne comprenait pas vraiment non plus, mais qui était là, dormant dans ses chairs.

Je n'ai pas vu comment ça s'est terminé. Mais il n'y avait plus de corps de ces...choses. Elles ont explosé après la bataille, de ce qu'on m'a dit. Il s'était évanouie avant, soufflé par son pouvoir, par la douleur et l'épuisement. Il ne savait même pas encore aujourd'hui comment il avait fait pour s'en réchapper mais il savait qu'il le devait surtout à la musicienne qui l'avait soigné et aidé. Il lui en était redevable. Sa gorge était sèche et il s'obligeait à fixer un point - cette cible là bas à l'autre bout de la pièce - afin de ne pas se laisser distraire, de ne pas révéler les troubles émotions qui persistaient en lui. Il n'aimait pas dévoiler ses faiblesses, préférant par habitude, tout garder pour lui. C'était plus simple.

Il espéra que lorsqu'il s'adressa directement à eux, ses prunelles étaient moins hantées, plus assuré.

C'est assez lacunaire comme récit, j'ai dû oublier des choses. Si vous voulez des précisions, je peux essayer de vous répondre, si tant est que j'ai les réponses.

C'était bien la seule chose qu'il pouvait promettre actuellement.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 


Dernière édition par Klaus M. Aleksander le Ven 12 Déc - 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Ven 12 Déc - 4:57

Elizabeth se doutait bien que tant d'explications d'un coup prendraient un certain temps à être digérées. C'était un peu dur d'en accepter autant de la part d'inconnus en si peu de temps. Néanmoins, elle avait voulu procéder ainsi afin de lui montrer un échantillon couvrant la majeure partie de l'arsenal Quincy. Un petit avant-goût de tout ce que leurs pouvoirs leur permettait d'approcher. Certes, elle n'avait pas touché le moindre mot sur le fait que les Quincys pouvaient posséder des pouvoirs particuliers et uniques, puisque l'éveil de ces pouvoirs était réellement une rareté et ne dépendait aucunement de l'entraînement, du moins en ce qui concernait l'apparition de celui-ci. Quelque chose de plus inné, et qui pourrait bien être expliqué ultérieurement si elle l'estimait nécessaire. Quoi qu'il en soit, la première question tomba.
    - Cela dépend. De nos médaillons nous ne pouvons sortir que des arcs. Les médaillons génériques donnent des arcs rudimentaires et courbes comme celui de Thomas. Certains peuvent être un peu différent. Pour exemple...

Son bras gauche se leva sur le côté, main ouverte. Lorsqu'elle se referma soudainement son arc apparut alors. D'ailleurs, ce n'était même pas si flagrant que cela qu'il s'agisse d'un arc. Plutôt comme si elle tenait une lance d'énergie en son centre, bien droite. Autour de sa main, des cercles apparaissaient sur cette lance. Trois exactement, de plus en plus grand, chacun reposant au centre de son « aîné » comme s'il s'agissait des ondes formées dans l'eau lorsqu'une pierre y tombait… à cela près que ceux de son arc ne bougeaient pas. Lorsqu'elle rouvrit la main, l'arc disparut tout simplement.
    - C'est différent en ce qui concerne les Sanrei Shutô. Les plus classiques sont également des arcs. Mais au lieu d'être fait simplement d'énergie, la matière semble s'en matérialiser comme c'est le cas pour mon Zerstörung. Cependant il peut en effet y avoir en ce cas une grande variété d'armes différentes. Outre les armes de jet – outre les arcs, j'ai déjà pu voir au moins des arbalètes également – qui forment donc la plus grande proportion, il peut s'agir de lames et masses variées.

Une autre question suivit, mais Klaus ne laissa pas à Liz l'occasion de répondre, la balayant rapidement. Lien familial difficile de toute évidence. Elle ne pouvait en deviner la nature exacte bien entendu, mais cela pourrait assurément expliquer pourquoi le jeune homme semblait en connaître si peu de ses origines et de ses pouvoirs. Cependant, la petite Quincy eut ce qu'elle désirait par cette explication plus détaillée. Des humains qui auraient subi une mutation, une sorte d'Hollowmorphose sans sembler pour autant avoir perdu la vie. Jusqu'à dévorer un Hollow… Le souvenir avait l'air douloureux pour Klaus, malgré qu'il tâcha de ne pas trop le montrer. L'anglaise aux cheveux roses n'eut pas goût de le torturer à lui en demander plus…
    - Je n'ai qu'une question à te poser. Mais avant, j'ai encore une réponse à te donner. Oui, nos pouvoirs sont en effet héréditaires. Pour être plus complète, il existe ainsi deux types de Quincy : les Echt Quincy – sang pur – qui sont des Quincys « pure race » en quelque sorte. J'en suis un excellent exemple, ma lignée n'étant composée que de Quincy depuis plus de cinq siècles, il est difficile de faire plus pur… Il existe également les Gemischt Quincy. Ce sont les sangs mêlés, ceux dont un seul des parents est un Quincy, comme c'est le cas pour Thomas.

Elle n'estima cependant pas nécessaire d'aborder la relation hiérarchique qui existait entre les deux – et qui avait tendance à s'effacer ces dernières décennies, heureusement – plaçant les Gemischt comme des êtres inférieurs, presque des esclaves aux yeux des Echt. Liz laissa par contre couler quelques secondes, le temps pour Klaus d'assimiler qu'au moins un de ses deux parents possédait également ces pouvoirs, cet héritage qui était sien à présent.
    - Klaus… ton expérience de ces derniers jours semble avoir été pénible, et je ne souhaite donc pas insister à ce propos. Ce que tu m'en as dit est déjà très important à mes yeux. Cependant, tu as parlé de Fullbringers présents sur les lieux. Peut-être que certains en savent plus à ce sujet ? Penses-tu qu'au moins l'un d'entre eux pourrait m'en dire plus encore ? Je te demande juste un nom. J'espère avoir gagné un peu de ta confiance, et je t'assure que si tu nous parles de quelqu'un, celui-ci ne courera aucun risque à notre contact, tout comme toi. Je souhaite juste poser des questions. En savoir plus. Être mieux parée si je dois me retrouver à mon tour dans pareille situation… Je te serais reconnaissante si tu pouvais me donner ne fusse qu'un nom.

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Sam 13 Déc - 9:24

Les réponses à ses questions ne provoquèrent en lui, qu'un trouble plus persistant qu'il fut plutôt aisé de mettre sur le compte de la teneur de son récit. Plus de questions encore paraissaient tourbillonner dans son esprit mais il était peu probable que les deux anglais face à lui ne puisse répondre à ces interrogations là. Après tout, ils ne connaissaient rien de lui, et si lui même peinait à se souvenir de ses parents biologiques, il y avait peu de chance que cette dernière ne puisse l'aider de quelque manière que cela soi. Et au fond... A quoi bon ? Est ce que cela changerait quelque chose ? Ils n'étaient plus, savoir ce qu'ils étaient n'allait pas changer cette réalité. Alors pourquoi poser cette question ? Pourquoi cette réponse lui importait tellement ? C'était de leur faute si il était comme ça. Si il n'était pas normal. Sa vie aurait été beaucoup plus simple ainsi, alors pourquoi s'accrochait il à ce pendentif, ce souvenir ?

C'était ce qu'il était. Qu'il l'accepte ou non, ça ne changerait rien au fait.

Sang vrai et sang mixte – en somme, les qualificatifs qu'elle avait utilisé signifiait cela dans sa langue natale. La propension de mot allemand qu'elle utilisait pour définir les compétences particulières des Quincy avait de quoi étonner un natif tel que lui.

Merci. Pour les nouvelles explications, les précisions également qui le rendaient un peu plus confus. Il devait réfléchir à tout cela à tête reposée, cette dernière risquant d'imploser face au flux d'information qu'il venait d'ingurgiter en quelques minutes. Son regard se posa sur sa main gauche, cette main avec laquelle il avait tiré, cette main directrice qui tenait son arc à chaque assaut et dans laquelle ce dernier apparaissait à chaque fois. Son arme ne ressemblait pas à cet amas d'énergie qu'elle venait d'invoquer. Elle était aussi matérielle que ne l'était son marteau de guerre... Ce qui le rendait plutôt perplexe. Il n'en fit cependant pas part à la jeune femme, cette dernière enchaînant sur sa propre question. Une personne qui pourrait davantage l'informer... Bien sûr, un nom s'imposait à son esprit, un seul par ailleurs puisqu'elle avait été la seule à rester. Il hésita. Donner ainsi le nom de la jeune femme à une quasi inconnue ne lui plaisait guère. Cette dernière l'avait sauvé et il ne souhaitait pas lui apporter des ennuis en plus de cela pourtant... Melody savait se défendre et puis c'était aussi son but que d'aider les humains comme eux – tout du moins les humains qui possédaient des pouvoirs fullbringer ou non.

Melody Mackenzie. C'est celle qui m'a aidé et m'a apprit le peu que je sais aujourd'hui. Elle était là aussi ce jour là, vous avez dû sentir son énergie si vous êtes parvenu à sentir la mienne. Il fallait dire que la puissance de la blonde était bien supérieur à toutes celles qui avaient sévit à cet instant. Vous n'aurez pas beaucoup de mal à la trouver. Il n'eut guère le temps d'expliciter cette phrase énigmatique qu'il entendit distinctement la porte du dojo s'ouvrir et une voix familière s'élever du couloir. L'étudiant se détourna sur ce dernier, intimant d'un geste au duo de le laisser faire.

C'est moi Sensei. Il passa de l'anglais au japonais avec aisance en se dirigeant vers son professeur. Klaus le dépassait d'une bonne tête, ce qui n’empêchait le quarantenaire de paraître plus impressionnant que lui. Plus vif aussi. Aleksander, tu as invité des amis ? Le ton du professeur était un rien sec, pourtant sa question ne sonnait pas comme un reproche à ses oreilles – probablement parce qu'il avait l'habitude de le côtoyer à présent. Il fallait juste le connaître, Kurami Ryudo était un homme à l'attitude dure et stricte, mais il ne le faisait pas par méchanceté, c'était juste sa manière d'être et d'enseigner. Klaus enchaîna sans se démonter, sans ciller même malgré son pseudo-mensonge éhonté.

Ce sont des cousins étrangers. Je voulais profiter de leur venu pour leur faire visiter le dojo. Désolé pour le désagrément Sensei, je ne pensais pas que vous viendriez ici à cette heure-ci.Avec un effort d'imagination, on pouvait au moins trouver un léger air de ressemblance avec Thomas. L'air sceptique, son professeur n'en demanda cependant pas davantage. Tu n'es pas sensé travailler aujourd'hui ? Le jeune homme acquiesça d'un signe de tête. Bientôt oui. D'ici une petite heure à présent pour être tout à fait exact, heure qu'il avait eu l'intention de consacrer à autre chose à la base mais il n'aurait probablement pas le temps maintenant. Tant pis. Il aurait de toute façon, grand mal à se concentrer après tout ça. Nous allons vous laisser tranquille, encore désolé pour le dérangement. Bonne journée Sensei. A demain Aleksander. Il acquiesça.

Il invita les deux étrangers à le suivre après avoir récupéré sa veste et enfilé ses chaussures, les accompagnant à l'extérieur après que le japonais n'ait salué les deux « cousins » de son élève. Le jeune homme s'arrêta avant de passer la porte. Il y a des traces sur le sol, je m'en occuperais ce soir. Il ne laissa pas le temps à ce dernier de répondre – il n'aurait probablement rien répondu de toute façon – et referma derrière lui profitant du fait que ses accompagnateurs étaient déjà dehors. L'étudiant s'éloigna des lieux et repassa à l'anglais. Désolé pour ça, je ne pensais pas que nous serions dérangé ici. Il s'arrêta une fois sorti de l'enceinte du bâtiment protégeant le dojo. Je vais devoir vous laisser. Une pause. Je vous remercie pour les informations que vous m'avez donné, je tâcherai de les garder en mémoire. Je pense que vous obtiendrez plus d'information avec la personne que je vous ai indiqué.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : Aristocrate piquante

Messages : 343
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   Mer 17 Déc - 0:00

Melody Mackenzie. Le nom n'est naturellement pas inconnu, l'idole vendait des milliers d'albums au Japon depuis quelques années. C'était juste un peu surprenant dans l'entendre dans un pareil cadre. Elizabeth eut naturellement quelques idées afin de programmer une rencontre avec la jeune starlette qui devait décidément être bien occupée si elle devait jongler entre sa carrière musicale et d'âpres combats sur le plan spirituel. Enfin, si Klaus le lui disait, il n'y avait pas lieu d'en douter, Liz estimait pouvoir lui faire confiance. De manière un peu prématurée certes, mais après tout lui aussi avait bien été obligé de les croire afin que la discussion puisse avancer.

Alors qu'elle allait le remercier, un invité surprise venait de faire son apparition. Les deux anglais saluèrent cordialement en s'inclinant bien bas comme il convenait de le faire avec les aînés. Liz excusa même platement son « frère » de ne pouvoir se présenter correctement, ne parlant pas la langue. Elle affichait son sourire le plus éclatant, l'excuse familiale de Klaus l'amusant beaucoup. Après tout, ce n'était pas si loin de la vérité que cela, d'une certaine manière. Quoi qu'il en était, l'heure de se séparer approchait selon toute évidence. Liz et Thomas récupérèrent alors leurs affaires, se préparant à nouveau à affronter cette froide soirée à présent.
    - Tu n'as pas à être désolé Klaus, il n'y a pas de mal. Et puis après tout, nous en avions plus ou moins terminé pour aujourd'hui, non ? Merci d'avoir bien voulu nous guider vers Miss Mackenzie.

« Pour aujourd'hui », en effet. Même s'il n'avait rien demandé, elle lui avait dit qu'elle acceptait de le former, de lui en apprendre plus sur les Quincys. Le petit cours improvisé de ce soir n'avait fait qu'effleurer les bases, et elle devait bien se l'avouer, ça lui avait plu. Prendre un Quincy sous son aile malgré son jeune age, cela avait un petit quelque chose de grisant.
    - Je te remercie également et… juste une dernière chose. Thomas ? Nous avons une dette.

Ce dernier comprit bien de quoi elle parlait, ne l'ayant pas oublié. Il sortit une liasse de grosses coupures qu'il tendit alors à la Neville. Celle-ci la déplia, la sépara en deux parties plus ou moins égales, rendant l'une à Thomas tandis que se munissant d'un stylo-bille, elle écrivit son numéro sur l'un des billets avant de les donner à Klaus.
    - Pour le parquet. Tu devrais avoir largement de quoi faire. Je t'ai laissé mon numéro de portable aussi. Surtout, n'hésite pas ! Si tu as des questions, si tu veux t'entraîner, ou qu'on se rencontre pour avoir d'autres explications… Ca me ferait plaisir que l'on puisse se revoir Klaus. Comme je te l'ai dit, je veux bien t'apprendre ce que je sais… je dirais même que cette possibilité m'intéresse. Alors… ne fais pas ton timide et appelle-moi, d'accord ?

Elle lui avait glissé les quelques billets dans la main. Elle ne prendrait pas « non » pour une réponse, manifestement. La jeune femme rejoint alors Thomas qui était resté un peu en arrière.
    - Jusqu'à ce que l'on se revoie, fais attention à toi, d'accord ? Au revoir...
    - Bye!

Un petit signe de la main du Spencer, un peu plus distant certes mais qui au moins se donnait cette peine ce qui n'était déjà pas si mal. Ainsi, ils laissèrent Klaus et le dojo, ruminant déjà les différentes méthodes d'approcher Melody Mackenzie afin de trouver la meilleure.

_________________

Thomas (PNJ):
 
Zerstörung (Sanrei Shutô):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2753-elizabeth-r-r-neville-ft-en-co
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu n'es plus seul [Klaus M. Aleksander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Monde des Humains :: Banlieue de Tokyo-