AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Jeu 11 Déc - 16:33

Au final, il y avait tout de même de fortes similitudes entre les humains et les Arrancars. Bon, certes, les seconds étaient capables de raser une ville entière sans trop transpirer, d'accord. Mais les similitudes demeuraient fortes malgré tout. Des spécimens qui ressentaient naturellement le besoin de dominer, d'autres plus torturés qui appréciaient de se faire marcher dessus. Un goût prononcé pour la destruction est également un point commun assez marquant, bien entendu. Les humains ne pouvaient pas s'empêcher de se faire la guerre, de se rabaisser, de s'entre-tuer, de menacer et manger toutes les espèces qu'ils considéraient comme inférieures, de faire tout péter tout simplement. Finalement, peut-on réellement considérer que les Hollows sont si bestiaux, alors qu'ils ne font qu'agir de la même manière tout en se trouvant au maillon supérieur de la chaîne alimentaire ?

Les jumelles ne ressentaient plus un pareil besoin de se nourrir de tout, mais avaient par contre un goût certain pour les duels. Cela en était venu à constituer une raison de vivre. Une manière de tuer l'ennui, avant que l'ennui ne les tue. Voilà même la motivation qui les avait amenées à suivre Santo et accepter d'intégrer les forces de Las Noches. Depuis, il y avait certes eu quelques changements, et particulièrement cette petite brunette prénommée Priscilla qui marchait actuellement entre elles, les prenant toutes deux par la main.

L'objectif du jour ? Se détendre un peu. On trouve de tout à Las Noches. Même des bars. S’enivrer n'est pas non plus l'apanage des humains, et les Arrancars ne crachaient généralement pas sur ce petit plaisir. Pas grand monde lorsqu'elles passent l'ouverture servant de porte du débit de boissons. Elles s'approchent du bar et semblent un instant pensives. Qu'est-ce qu'elles allaient bien pouvoir boire ? C'est pas comme si elles en avaient la moindre idée…
    - Mesdames les Primeras… Je peux vous aider ?

Un Arrancar malingre et bossu, essayant un verre qui pour autant pourrait être astiqué pendant des siècles sans jamais être propre. Ce stéréotype du barman qui passe sa journée à essuyer un verre, comme s'il n'y avait que ça à faire. Peut-être était-ce ça l'astuce ? Peut-être en avait-il un ne servait qu'à ça, pour toujours donner l'impression qu'il travaillait, même quand il se tournait les pouces… Ce serait une brillante trouvaille…
    - Hmm… Qu'est-ce que vous avez de meilleur ?
    - J'ai du bon rhum là. Je vous offre la bouteille, cadeau de la maison !

Avait-il entendu quelque chose à leur sujet ? Il semblait bien servile et avait même carrément l'air de flipper un peu. Alors qu'elles étaient de si bonne humeur ! C'était pas comme si elles allaient tout casser après tout. Enfin, quoi qu'il en soit, un cadeau ça ne se refuse pas.
    - Merci monsieur c'est très gentil ! Et toi p'tite sœur, tu veux quoi ?
    - Oooaaaah !
    - Bon, d'accord, mais juste un verre hein !

May sourit grandement au barman, considérant que la commande était passée. Vu la tête qu'il tirait, il n'avait pas l'air de cet avis…
    - Heu… d'accord… Je vais voir si j'ai ça...

Pendant qu'il alla fouiller s'il trouvait du « oooaaaah », May installa Priscilla sur un tabouret haut afin qu'elle soit plus confortablement installée au bar. Emily quant à elle avait balayé l'endroit du regard, et s'était fixée sur une créature intéressante, assez que pour la faire sourire. La blancheur de cette peau et de cette chevelure… Se pourrait-il qu'il s'agisse de la Septima Espada ? Comment en être sure si elle n'investiguait pas la question ?
    - Hé, Septima ! Tu veux t'en jeter un avec nous ?

Le barman sembla un peu inquiet. Peut-être devait-il se dire que ça pouvait aussi bien mal tourner en quelques instants. Si c'était cela, il n'avait sans doute pas tort… Il leur posa néanmoins une bouteille de rhum entamée et deux verres contenant ce liquide ambré. Un troisième, plus grand, dans lequel pétillait un liquide sombre et sucré qui parut déjà beaucoup plaire à Priscilla qui s'était jetée dessus.
    - Où ça la Septima ? Hé ! Hé, saluuuut !

Termina May en agitant vigoureusement un bras de droite à gauche au dessus de sa tête, alors qu'elle remarquait enfin l'albinos.

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

Rang : Cuarta Espada

Messages : 186
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Jeu 11 Déc - 23:40

      Voilà qu'elle était confinée dans les murs du faux-bourg de Las Noches, attendant la fin de cette quarantaine pour s'empresser d'aller trouver cette dite Riful dans le désert et lui mettre sur la tronche ce qu'elle n'avait pas eu l'occasion de recevoir de la part de la Septième lors de sa dernière visite.

Elle était là assise dans de bar de Nacimiento, dans un coin de la salle, à moitié dans l'ombre avec une choppe déjà aux trois quarts vide poser sur la table. Avachie sur sa chaise, fixant le vide d'un air sombre, elle aurait presque l'air d'une mafieuse des années 20, revenant d'un règlement de conte, les mains encore tâchées de sang, appréciant la fraîcheur d'un liquide alcoolisé sous la brève lueur d'un luminaire qui se balance lentement, un air de jazz tournant en fond avec le crépitement d'un phonographe.
Il n'y avait guère monde dans l'enseigne, un duo d'Arrancars près de l'entrée et le barman qui ne faisant rien d'autre qu'essuyer des verres encore, encore et encore comme s'il comptait mettre le couvert pour le Roi. Et contrairement à l'analogie précédemment citée, aucune musique n'habillait le fond sonore. Juste les deux Arrancars qui discutent, les tintements du verre et les ongles de l'albinos qui tape successivement sur la table, d'un mouvement lent et répétitif.

Un instant elle se stoppa, continuant de fixer le vide elle empoigna la anse de la choppe pour la porter à ses lèvres et finalement vider le verre. Puis, elle redressa la tête et leva la main et s'adressa à l'Arrancar derrière le comptoir.

«-Eh! l'interpella-t-elle. La silhouette releva instantanément la tête vers Lies.
-Une troisième, madame Septima?
-Non mets-moi un double whisky sec.»

L'envie lui était soudainement venue, elle en se souvenait pas avoir bu, pourtant elle avait l'impression d'avoir le goût dans la bouche, malgré qu'elle se soit déjà rincé la gorge de deux bières. Dans ce cas, sans doute en avait-elle bu lorsqu'elle fut humaine, et soudainement, la saveur de l'eau-de-vie de céréales maltées lui manquait.
Le Barman lui apporta humblement le verre et elle le remercia d'un vague geste de la tête en prenant le large verre dans la main. Il ramassa la choppe vide et retourna derrière son bar, pour laver la choppe et l'essuyer comme il n'avait attendu que cela.

La Septième prit une gorgée de Whisky et grimaça légèrement. Il était fort, mais plutôt bon. Elle en prit une seconde gorgée, plus large puis reposa le verre et recommença à taper la table de ses ongles, plongée dans ses pensées.
Si bien qu'elle ne remarqua même pas les jumelles et la gamine qui entrèrent quelques instants après, du moins jusqu'à ce que l'une d'elle l'interpelle. Là, Lies releva la tête vers celles qui se révélèrent être les Primeras et leur petite Arrancar de compagnie. L'albinos esquissa un sourire.

«-Ça alors, si j'm'attendais à vous rencontrer ici...»

Si elles se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, celle qui agitait son bras pour la... saluer ? Semblait posséder un caractère radicalement différent de celui de sa gémelle. La Septième décroisa les jambes et se leva dans un même élan, le mouvement en fut presque gracieux, si l'on oublie qu'elle est la brute qui vient de le faire. Elle attrapa son verre et s'approcha de la petite fratrie, arborant son sourire en coin, plutôt satisfaite d'enfin rencontrer les dernières venues dans l'Espada.

«-Ma foi, oui. J'refuse jamais un verre d'alcool. Cela dit, elle finit cul sec son whisky et posa sèchement le verre sur le comptoir et s'adressa au Barman sans même le regarder. La même chose que les Dames...

_________________
Wer will, der kann.

   

Let the Storm rage on | Lies's Fightin' Theme|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1917-lies-g-rammsteiner

Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Lun 15 Déc - 0:28

    - C'est marrant, je pensais justement la même chose.

Effectivement, les jumelles avaient voulu rencontrer la Septima depuis un moment déjà. La dernière personne sur leur petite liste personnelle, dressée après avoir parlé à différents Arrancars dont l'ancien Octava. Si les deux blondes avaient su qu'elles pourraient la rencontrer ici, sans doute n'auraient-elles même pas pris la peine de commander. Et plus que lui payer un verre, ce qu'elles désiraient surtout, c'était de l'affronter. Peut-être y aurait-il possibilité d'arranger ça à l'amiable ? Car si Emily serait sans doute prête à dégainer sa claymore ici-même et sans tarder, May quant à elle préférerait sans doute préserver cet après-midi de détente et juste discuter, faire connaissance. Ce qu'elle fit d'ailleurs alors que sans demander permission, elle évaluait entre ses doigts la qualité du textile constituant la jupe de l'albinos.
    - Franchement, ton drapé, c'est une tuerie. Tu le fais tenir comment ? Moi j'aurais trop peur que ça tombe, on verrait mes fesses et tout, trop la honte quoi. C'est pas trop dur à porter pour les combats ?

Le barman pour sa part avait interrogé Emily du regard. Celle-ci, d'un signe de tête, avait confirmé la demande de Lies. Le bossu saisit alors leur bouteille de rhum pour servir la Septième Épée. Moment rêvé pour qu'Emily s'invite dans la conversation.
    - Ça tombe bien que vous parliez de combat. Justement, je-
    - Ah non hein ! On verra ça plus tard. Allez, cul-sec !

Dit-elle avant de s'envoyer le liquide ambré directement dans le fond de la gorge… dans le seul but de le recracher l'instant d'après sur le bar dans une sale grimace. La voyant toussotante, Priscilla lui tapota dans le dos, n'omettant pas pour autant de tenir son verre de cola à l'écart. Plaintive et la gorge serrée, le visage plissé de dégoût, elle s'étonna alors.
    - Mais sérieusement, y a des gens qui veulent boire ça ? Pourquoi quelqu'un voudrait s'infliger ça, hein ?

Emily ne fit qu'y tremper ses lèvres, sirotant une petite gorgée. L'alcool lui donna un petit coup de chaud, mais elle ne trouva pas cela désagréable pour autant. Cependant, si elle voulait placer sa demande, autant profiter de l'état de sa sœur et essayer de programmer un petit quelque chose.
    - C'est une bonne chose que l'on te rencontre ici, Septima. Nous voulions justement te parler. Il se dit que tu es l'une des plus anciennes Arrancars de Las Noches, et à ce titre tu as été placée sur la liste des Espadas que nous désirons affronter… Un genre de petit match amical. En fait, tu es même la dernière de cette liste, les autres y sont déjà passés...

Elle n'ajouta rien pour le moment, tâchant de voir la réaction de la Septima malgré le fait qu'entre elles se trouvaient May et Priscilla, la première tentant vainement de voler le verre de la seconde pour se rincer la gorge, alors que la petite brunette la tenait adroitement à l'écart.

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

Rang : Cuarta Espada

Messages : 186
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Mer 24 Déc - 1:04

      La plus enfantine la première se pencha pour prendre entre ses doigts le tissu un peu lourd du drapé qui tombait sur les jambes sur ses jambes. À sa question elle sourit.

«-Bha, je le fais simplement tenir avec ça. Elle souleva le tissu pour dévoiler ses hanches et le vêtement aux allures de mini-short. Mais, perso' j'trouve pas ça tant gênant... Disons qu'on s'y fait, quoi...»

Lies leva ensuite un regard intéressé vers la seconde jumelle au début de sa phrase. Cependant, elle fût coupée avant même de pouvoir répondre à l'idée que la plus mâture des deux n'avait pas même eut le temps de soumettre convenablement.
L'albinos reporta donc son regard sur la première, trinquant seule avant de boire son verre de rhum comme on boirait un simple verre d'eau. Du moins boire, c'est vite dit... Aussitôt atterrit dans sa gueule, le liquide fût brutalement recraché sur le comptoir et à moitié sur le barman qui tenta de ne pas grimacer à un de ces meilleurs alcool si vulgairement craché ainsi.
L'ex-Prussienne la fixa un instant puis éclata de rire. La voir si sûre d'elle quand elle s'apprêtait à boire, tant de détermination, elle pensait vraiment qu'elle avait déjà goûté au moins une fois. Amusée par l'une de Première Lame, Lies se permit même une petite tape compatissante sur l'épaule.

«-Eh, ça va aller?»

C'est qu'elle ne voudrait pas qu'elle en s'abîme toute seule avant que la Septima n'ai eu l'occasion de le faire. La première étant bien trop occupée à essayer de piquer son verre à la gamine pour se rincer la bouche, la seconde reprit là où elle avait été coupée par sa sœur l'instant d'avant.
L'idée qu'il se disait des choses à son sujet fit sourire davantage Lies.

«-Si par ''plus ancienne'' tu veux dire que j'ai servi sous le règne du Roi Grimmjow, c'est bien le cas. Elle prit une gorgée de Rhum après quoi elle pinça légèrement les lèvres, savourant la chaleur de l'alcool sur sa langue avant de l'avaler. Enfin, sachez que vous avez gardé le meilleur pour la fin. Elle sourit aux jumelles, déjà un air de défi brillait dans ses yeux. En tout cas, belle initiative...

Hochant la tête d'un air approbateur, elle reprit une gorgée d'alcool et sa main libre alla effleurer l'anneau qui finissait le manche de son couteau. Ses ongles tapèrent discrètement contre le métal en un tintement léger.
Il y eut une pause. Un instant de silence où l'Arrancar bossu derrière le comptoir resta immobile, où l'une des Primeras essayait toujours de récupérer le vers de la benjamine de la salle, où l'autre Espada n'ajoutera rien, préférant reprendre une gorgée d'alcool, où Lies fixait le vide, quand son sourire s'étira.
Elle se redressa, relevant le menton, puis bu son verre cul sec avant de le reposer sèchement le comptoir de bois vernis dans un bruit creux. Dans ce même mouvement, elle avait dégainé son couteau gravé et après un petit maniement purement stylistique où elle fit tourner le couteau grâce à l'anneau, elle planta la lame dans le bois du comptoir.

«-Alors, on commence quand?»

_________________
Wer will, der kann.

   

Let the Storm rage on | Lies's Fightin' Theme|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1917-lies-g-rammsteiner

Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Ven 2 Jan - 0:21

    - Ça va, merci.

Répondit simplement May à la compassion de la Septième. Heureusement le supplice qu'était pour elle le fait d'avaler un peu d'alcool n'avait pas vocation à durer. Sur l'instant, ça avait brusquement brûlé, mais peu à peu ça passait, même si elle n'en gardait pas moins un goût et une impression horribles en bouche. Dans cet état, elle n'avait pu empêcher sa sœur de parler de combat, ce dont elle n'avait pour sa part pas réellement envie jusque là. Encore un peu moins maintenant à vrai dire, mais ce n'était sans doute que le temps qu'elle se reprenne totalement. Car cela semblait un peu inévitable désormais. En effet, Lies venait de répondre par l'affirmative à la proposition. La Septima avait même fait un peu plus que cela d'ailleurs : elle était prête à ce que cela commence là, maintenant, tout de suite. Et il ne suffisait que de voir le sourire d'Emily répondant à la question et au couteau planté pour se faire une raison : il y avait une odeur de carnage qui flottait dans l'air… à moins que ce ne soit le rhum ?
    - Ma foi… puisque tu sembles avoir envie… et que j'ai effectivement envie pour ma part… pourquoi chercher à repousser ?

Elle donna d'un geste nonchalant une poussée dans son propre verre qui alla éclater au sol. Le barman serra les dents, comprenant bien qu'il n'était pas dans son intérêt de protester pour quoi que ce soit. Juste attendre qu'elles partent, oui…
    - Si nous avons de plus terminé nos verres, qu'est-ce qui pourrait bien nous retenir encore dans cette… bonne auberge ? Oui, allons nous amuser !

Termina-t-elle en se mordillant la lèvre, avant de quitter le comptoir et de se diriger vers la sortie, certaine que les trois autres la suivraient. Priscilla fut la première. Elle termina son cola d'une traite s'assurant par là que ce serait à elle et juste à elle. Pas que la petite était égoïste, mais bon, avec les sucreries elle avait un peu de mal à partager encore… May fit mine de suivre également, mais se retourna soudainement vers le barman, lui lançant un regard mauvais. Elle attrapa alors la bouteille de rhum par le goulot avant de la fracasser d'un grand geste contre le comptoir.
    - Pas question que tu essaies de refourguer ce poison à quelqu'un d'autre, espèce de malade !

Après quoi elle rejoignit les autres. Ne resterait donc plus à ces jeunes femmes qu'à trouver l'endroit où elles pourraient joyeusement se tester, tout en tâchant de ne pas faire trop de dégâts à leur environnement… Sortir dans l'étendue du Yermo ou juste se trouver un petit coin tranquille en n'y allant pas trop fort, ce serait donc à voir.

Citation :
Je serais bien sorti directement dans le Yermo, mais je crois me souvenir que tu ne pouvais pas sortir de Las Noches. Je te laisse donc le choix de l'endroit, tu peux également commencer le combat directement si tu le souhaites (on peut encore discuter un tour si tu veux, pas un souci).

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

Rang : Cuarta Espada

Messages : 186
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Mer 28 Jan - 10:54

      La mâchoire de l'albinos tomba lentement en une mine outrée quand celle qui dans sa tête était arbitrairement devenue ''la cadette'', explosa la bouteille contre le comptoir en bois vernis. Elle resta un moment à fixer l'alcool coulant sur le sol, qui lui avait été également, en partie, éclaboussé dessus , puis après un instant elle leva les yeux vers la blonde, puis regarda à nouveau le comptoir.
Son regard sauta ainsi d'un sujet à un autre avec la même expression d'outrance sur le visage. Une seconde elle leva les vers le barman qui restait là, immobile, mais dont les yeux hurlaient au blasphème que son alcool venait de subir.

«-On peut savoir pourquoi t'as fait ça?!»

Un tel gaspillage ! La Septième en avait la nausée. Bon Dieu qui peut bien gâcher un tel nectar sous prétexte qu'on n'aime pas ?! Eh, franchement, si elle en voulait pas Lies la prenait la bouteille.
L'albinos avait du mal à digérer une réaction aussi puérile que celle-là. Il n'y a que les gamins stupides pour agir de la sorte et la Septième n'est pas connue pour son esprit maternelle, c'est même tout le contraire. Alors, le geste au combien déplacé de la Primera , aux yeux de Lies, irrita cette dernière de manière exagérée, un peu trop même, il est vrai. Mais là est le caractère impulsif de la Dame.
Peut-être aussi l'était-elle davantage, du fait d'avoir quelques dosages d'alcool non négligeable...

L'aînée (à savoir celle qui semblait la plus mature) avait bien raison. Pourquoi attendre pour se mettre sur la tronche maintenant qu'en plus de l'esprit de challenge, Lies avait une raison de plus, certes stupide, de s'attaquer aux jumelles ? Du moins l'une d'entre elles. De toute manière, l'autre ne laisserais sans doute pas l'une se faire attaquer sans rien faire. Non, Lies avait bien compris à les voir que malgré leur divergence de caractère elles étaient les deux faces d'une même pièce, un seul être.
D'une poigne ferme, l'albinos récupéra la lame qu'elle avait planté dans le comptoir et déforma ses lèvres en une grimace hybride entre la colère et un sourire mauvais.

«-Pas besoin d'aller bien loin pour t'apprendre la vie, ma grande.»

Sur ces mots, la Dame lança son arme en l'air. Ses mains libres, elle attrapa un tabouret dans chacune d'elles pour les lancer sur les jumelles.
Sa lame retomba dans sa main avec un timing digne d'une Symphonie de Berlioz. Sa précieuse amie retrouvée, c'est sans plus d'hésitation -tout le contraire même- que l'albinos se jeta sur l'aînée pour lui offrir l'une de ses plus belles droites. Sans doute que la seconde ne perdrait pas de temps pour défendre sa sœur qui, elle-même, ne se gênerait pas pour le faire aussi. Quant à la gamine, Lies l'avait presque oublié, cependant elle ne savait pas vraiment ce dont elle pouvait être capable, mais ce n'est sûrement pas sa bouille de merdeuse qui allait retenir les coups de la Septième.
Ici il n'y aurait de pitié pour personne, quel que soit le camp.

Techniques:
 

_________________
Wer will, der kann.

   

Let the Storm rage on | Lies's Fightin' Theme|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1917-lies-g-rammsteiner

Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Jeu 29 Jan - 5:06

Apparemment la petite sortie de May n'avait pas particulièrement amusé la Septima. Celle-ci la regarda un peu étonnée, bien qu'un léger sourire persistait sur ses lèvres. Elle était bête ou quoi ? Elle venait de dire pourquoi elle avait fait ça : par pur altruisme, que personne d'autre puisse être empoisonné par ce barman de malheur. Ce ne devait pas être permis un truc pareil, voilà tout. En plus elle avait l'air vraiment énervée la Lies, sans que May comprenne bien pourquoi. Mais bon, la jeune femme n'allait pas laisser son interlocutrice dans un pareil état, elle sentait qu'elle pouvait peut-être l'aider.
    - Tu as l'air d'avoir de graves problèmes émotionnels, mais je pense que je peux t'aider tu sais ? Tu as peut-être juste besoin de parler, et moi je sais écouter et...

Non, apparemment non. Le temps de la discussion était révolu. Elle avait pensé pourtant que Lies était intéressée par l'idée et que c'était précisément pour cela qu'elle s'était munie de deux tabourets. Histoire de les déplacer, qu'elles puissent se mettre l'une face à l'autre et discuter à cœur ouvert, tranquillement dans leur coin. Aussi ne comprit-elle que trop tard qu'un combat venait de débuter ici, au moment même où le tabouret rentrait en contact avec son crâne plus solide qu'il n'y paraissait.

Emily souriait grandement également tandis qu'elle esquivait d'un mouvement rapide le siège venant à sa rencontre. Leur apprendre la vie, hein ? Cette confiance l'amusait. Nombreux avaient été ceux pensant être capable de les battre durant ces longues années où les jumelles n'avaient formé qu'un. Malheureusement pour la septième épée, ça s'était souvent très mal passé pour eux. Bon, au moins avait-elle la chance que depuis qu'elles étaient devenues des Arrancars, elles n'avaient plus d'appétit pour les êtres vivants, et que ce qui se passerait ici ne serait donc qu'un affrontement amical. Pour l'instant du moins.

Pour l'instant, Emily ne chercha pas à s'équiper de sa claymore, et lorsque Lies passa pour de bon à l'offensive, elle ne fit qu'opposer son bras gauche au poing de son adversaire. Douloureux, oui, cela constituait déjà des dégâts notables alors que le combat venait à peine de débuter, mais cela permettait à la blonde de sonder un peu le terrain, de voir un peu ce que l'albinos leur réservait. Et puis, accepter de se faire frapper ainsi pouvait avoir son intérêt.

Les jumelles laissèrent éclater leur pression spirituelle, faisant taire le barman qui commençait déjà à s'inquiéter et leur demander d'aller faire ça ailleurs. Bon, là, à part se tomber lourdement au sol et y rester, il ne pourrait plus faire grand-chose sous le poids de ce Reiatsu. Emily tenta alors de saisir le poignet de la Septima, lui répondant d'un ton amusé.
    - Si tu dois nous apprendre la vie, j'ai grande hâte que la leçon débute enfin !

Petite provocation bien gentillette, mais c'était de bonne guerre non ? Ce qui l'était moins, c'était May armée de sa claymore qui se projetait vers Lies, et qui n'avait de toute évidence plus vraiment envie d'écouter quoi que ce soit. Bizarrement, c'était souvent l'effet que faisait un tabouret dans la tronche. Elle tenta alors d'abattre son épée surdimensionnée sur l'albinos, une vague d'énergie sombre suivant l'acier. Pas un simple coup d'épée. L'on en était déjà aux choses sérieuses ? Pas vraiment, mais l'on n'en était déjà plus à jouer non plus, visiblement.

Spoiler:
 

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

Rang : Cuarta Espada

Messages : 186
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Dim 15 Mar - 22:20

      Les Primeras ne semblaient pas la prendre au sérieux. L'albinos déjà peu humeur à cause du comportement de la cadette, ne sentait pas plus calme au petit pique de l'ainée. Elle fronça fortement les sourcils et serra les dents quand cette dernière lui attrapa le poignet pour la tenir tranquille pendant que l'autre menaçait de faire tomber sa claymore sur la Septima.
Lies devait bien avouer qu'il était compliqué combattre deux êtres qui partagent le même cerveau. Il n'était pas seulement question d'être face à deux adversaires. Non, ça serait beaucoup trop simple. Et beaucoup moins drôle aussi.

À la prise de la Première, Lies prit sa lame dans sa main gauche et la planta dans l'avant-bras de la blonde. Lui sectionnant le nerf cubital. Voilà qui, en plus la faire lâcher, devrait l'emmerder un peu pour manier l'épée. Elle se libéra donc de son 'lien' et d'un habile jeu de jambe elle passa dans le dos de la Première pour jeter sur la Seconde qui abattait sa claymore sur l'albinos.
L'instinct fit le reste. Dégagée de l'emprise d'une des Jumelles, Lies poussa sèchement cette dernière sur sa sœur. Mais dans l'action plus que brouillonne, la lame tomba tout de même sur l'épaule gauche de l'albinos, l'entaillant profondément et plutôt salement. Elle lâcha son arme. Les dents fermement serrées, elle ne laissa échappé qu'un grondement rauque pour exprimer sa douleur. Une nouvelle cicatrice s'ajouterait à la quantité d'autres qui souillent déjà sa peau de nacre.
Les muscles élévateurs du bras sévèrement touchés, elle pouvait dire adieu à son bras pour la suite. Mais surtout, elle allait devoir compenser. Son bras valide se tendit vers le couteau au sol et le manche trembla avant de s'envoler rapidement vers la main de Lies, comme un aimant attiré par son énergie opposée et complémentaire.

«-Schimpfen , Edelreich.»

Grimaçant entre colère et douleur, elle lança le couteau qui alla se planter dans le plafond et quasiment au même instant, la lame devint foudre et la fissure lumineuse frappa la Septima. L'énergie dégagée par la Resureccìon de l'albinos souffla les tables autour et fit craquer les murs.
Le tonnerre sembla gronder doucement depuis la position de l'albinos, signe qu'elle se déplaçait. Elle faisait quelque pas pour réveiller les nerfs de son corps équin. Le drapé qui semblait tant plaire à la cadette avait disparu et dans sa main elle faisait tourner la machette gravée qui émettait de petits éclairs.

Lorsqu'elle eut retrouvé une visibilité suffisante à travers la poussière soulevée par la frappe de la foudre, Lies lance sa machette. Cette dernière finit dans le genou de droite de la cadette qui tentait de la trancher en deux quelques instants plus tôt. En se plantant dans les chairs, la lame émit en plus une forte décharge électrique.
Voilà les deux jumelles suffisamment amochées pour la suite.

Techniques:
 

_________________
Wer will, der kann.

   

Let the Storm rage on | Lies's Fightin' Theme|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1917-lies-g-rammsteiner

Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   Ven 27 Mar - 17:50

Tout ne se passait pas tout à fait comme prévu, mais bon, qu'à cela ne tienne. Alors qu'elles avaient dans un premier temps voulu faire amies-amies, cela n'était plus vraiment possible à présent. La situation plutôt bon enfant était devenue catastrophique, du moins pour le barman qui ne resservirait sans doute plus son indigeste liqueur à personne, du moins pas ici, pas dans cette taverne dévastée à présent et qui ne pouvait l'être que plus encore. Lies venait de libérer son pouvoir, reprenant sa forme véritable, celle d'un centaure maniant la foudre. La première réaction de celle-ci dès son pouvoir libéré fut de projeter son arme vers May qui l'esquiva. Sans doute pouvait-elle la rappeler à elle sans quoi elle ne se serait sans doute pas permis de s'en débarrasser de la sorte. Toujours est-il que les jumelles allaient sans doute tenter d'en profiter. Elles échangèrent un regard, et Emily put parfaitement comprendre ce que sa sœur désirait en cet instant. Il était vrai qu'elles ne s'y adonnaient pas souvent, et que ce pourrait être une bonne occasion pour y goûter à nouveau à leur tour. Durant bien des années, elles n'avaient été qu'une seule et même entité. Depuis quelques mois seulement, lorsqu'elles sont enfin sorties de leur cocon après un an d'immobilité, elles furent deux, mais cela n'est pas leur condition habituelle. Oui, puisque la Septima avait fait appel à toute sa puissance, elles pouvaient bien faire de même, juste pour s'amuser. Elles avaient d'ores et déjà pu jauger Lies. Elle ne manquait pas de volonté ni de courage, et c'était une très bonne chose. Mais elle ne pouvait pas rivaliser avec la puissance des Primeras. Les deux sœurs se tinrent côte à côte, croisant leurs lames dans une gerbe d'étincelles et récitèrent ensemble.
    - Diezme, Tajadera.
    - Diezme, Tajadera.

Les claymores disparurent, et les deux corps bientôt ne furent plus qu'un. Trois mètres de haut environ, de longues faux acérées au niveau des poignets. La créature d'acier qu'elles étaient devenues se projeta alors dans un ricanement jubilatoire vers le centaure de foudre. Un Sonido qui ne produisit aucun bruit, l'amenant à apparaître sur le flanc de la Septima. Les deux bras levés de Mayhem s'abattirent ensemble. Ce qui avait l'air de n'être qu'une seule frappe fut alors un véritable torrent de frappes, les deux lames cherchant à débiter. Bon, elles ne désiraient pas vraiment la mort de leur adversaire, non. Mais si il se trouvait qu'elle périsse dans l'opération, et bien tant pis, elles ne pouvaient pas toujours se retenir après tout...

Spoiler:
 

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Du rhum, des femmes... [Lies G. Rammsteiner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Du Rhum, des femmes, de la bière nom de Dieu !
» Du rhum des femmes et d'la bouffe nom de dieu
» [EVENT] Du rhum, des femmes, et d'la bière nom de Dieu! [Kris]
» Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-