AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Pousser à bout [PV Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Pousser à bout [PV Taka]   Mar 6 Jan - 15:11

Bon. La dixième division donc. Je jette un œil à droite et à gauche, m'avançant jusqu'à la fameuse porte menant à cette division que je connais pour ainsi dire, pas. J'ai bien été à la neuvième, pas trop loin de cette dernière dans l'ordre numérique mais à la dixième, j'y ai jamais foutu un pied. Je sais qu'ils ont plutôt tendance à être des spécialistes du combat à distance, ce que je suis pas forcément par ailleurs. Faut dire que j'aime le contact moi, quand bien même je suis capable de me battre à une distance raisonnable, j'ai du mal à en voir l’intérêt. Y a rien d'amusant à rester bien à l'abri derrière je ne sais quel artifice et mitrailler le gars en face jusqu'à ce que mort s'en suive. Je dis pas que c'est inefficace après, je dis juste que moi, je suis pas un grand fan de ce style de combat et je préfère de loin mettre les mains à la patte, quitte à me recevoir mon lot de blessure sanguinolente. C'est probablement ce qui m'a poussé à jamais trop m'arrêter sur cette division, sans arrogance ou supériorité, juste par manque d’intérêt particulier. Sauf que aujourd'hui, cet intérêt c'est un peu attisé suite à une rencontre avec un membre de cette dixième division. Taka Kazegai – ou Kasekai je sais plus trop, il me l'a pas épelé assez distinctement pour que je l'enregistre correctement. Bon au moins, je suis sûr de son prénom ce qui est mieux que rien. En espérant qu'il n'y ait pas un régiment de gars qui s'appelle Taka à la dixième... Quoique, ça serait plutôt facile de faire le tri, devrait pas y avoir trente-cinq lavette comme lui, sans ça, je donne pas cher de la réputation de cette division.

Trêve d'introspection, il est temps d'inspecter et surtout, de trouver le gringalet qui m’intéresse présentement. Il est blond et aussi épais qu'une corde, il devrait se remarquer, sauf si il s'amuse à jouer les limaces quelque part dans un coin. J'ai du temps à perdre aujourd'hui, obligé de rester au repos forcé à cause de la dernière mission. Si je suis pas contre le calme et le repos, j'en vois présentement pas l’intérêt. Je me sens pas diminué au point de me caler dans un coin pour plus en bouger, bien au contraire. Je fini par demander mon chemin à un type de la division qui paraît capter que je suis pas de la sienne. J'explique que je cherche un dénommé Taka et ce dernier paraît réfléchir un peu. Peut-être qu'il le connaît pas. C'est bien ma vaine tien. Je le décris un peu, histoire de lui ramener un semblant de mémoire et il parait comprendre quand je parle d'une lavette blonde. Il est pas forcément ravi que je parle comme ça d'un membre de sa division mais bon, on appelle un chat, un chat, et j'attends de voir ce qu'il donne pour arrêter de le décrire ainsi - et au final, ça avait fait son office, c’est la seule chose qui compte.

Il me faut une dizaine de minutes supplémentaires pour retrouver le larron dans un coin de la division. Je suis pas le genre de type à saluer gaiement son interlocuteur, à la place, je me plante devant lui, j'attends qu'il me repère bien, qu'il assimile ma présence avant de l'entrainer à l'extérieur de sa division avec un simple Viens avec moi, qui tient plus de l'ordre que de la simple demande poli. J’ai un peu du mal avec la politesse. Et du coup, je l'oblige à me suivre, bien décidé à ne pas le laisser s’esquiver facilement, ce qu'il serait bien capable de faire - ou pas, mais je ne prends pas le risque. Et direction l'extérieur du seireitei, le plus loin possible du gotei 13, là où on ne sera pas interrompu et où personne ne pourra nous voir, parce que, pour ce que je compte bien faire, je sens que ça sera primordial d'être loin de tout et surtout de tous. Après tout, il veut pas montrer son potentiel, il aime pas le faire non plus d'après ses dires mais moi, j'ai pas l'intention de le laisser passer là dessus. Je veux le voir et l'éprouver.

Je suis un type curieux, quand je le veux bien et je suis prêt à beaucoup pour assouvir cette dernière. Curieux certes, mais pas forcément bavard et je ne compte pas lui dire ce que je veux avant qu'on soit au bon endroit, il risquerait de se carapater au triple galop si il savait ce que je comptais faire. On va aller au-delà du Rukongaï, loin des badauds, loin des shinigamis, loin de tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Jeu 8 Jan - 14:10

C'était une journée qui avait commencé comme toutes les autres. Sitôt levé, Taka avait déjà eu envie de repartir se coucher et de ne plus sortir de son lit jusqu'à la fin de la journée. Même si sa situation depuis qu'il était à la Dixième n'avait plus rien à voir avec celle qu'il vivait à la Troisième, il arrivait parfois que ses tendances naturelles à se considérer comme un moins-que-rien ne lui joue des tours. Et en effet, même s'il était le Cinquième Siège et que, de fait, on le laissait relativement tranquille - c'est d'ailleurs la seule raison pour laquelle il avait accepté le poste, puisqu'il ne se considérait nullement du niveau d'un cinquième siège -, certains esprits forts aimaient tourmenter le pauvre Taka.

Donc, ce matin, un Shinigami de la Dixième lui avait fait un croche-patte alors qu'il sortait de sa chambre, et l'oisillon s'était donc vautré de tout son long, en plein milieu des quartiers de la Dixième. Bien sûr, tout le monde avait ri, sans forcément de méchanceté, juste parce que la situation était comique. Il n'en avait pas fallu plus pour que le Kazegai ne devienne rouge comme une tomate et se mette à prier mentalement les centaines de dieux de dizaines de panthéons pour qu'on lui offre une solution ou un moyen de s'éclipser. Fort heureusement, ça n'avait pas trop duré, puisqu'un autre siège s'était occupé du malandrin et avait conseillé à Taka de faire plus attention et de ne pas se laisser faire la prochaine fois.

Peu désireux de s'attarder avec lui plus que de raison, Taka se dirigeait donc vers sa chambre, où il comptait s'enfermer pour remplir des papiers - et même s'il n'en avait pas à faire, il en trouverait ! - lorsqu'une véritable tornade, ironie du sort pour un manieur du vent, si mauvais soit-il, lui tomba dessus. Cette tornade humaine hantait ses cauchemars les plus fous depuis qu'il l'avait rencontrée, un peu par hasard en se rendant à la Troisième Division pour remplir une obligation dont il se serait bien passé. Ce fléau avait un nom : Seigi Raïtoku, Shinigami rustre et sourd de son état. Alors que Taka ouvrait la bouche pour le saluer, tout en imaginant un prétexte pour ne pas s'attarder, l'homme le saisit par le poignet et l'entraîna avec lui avec simplement quelques mots bien énigmatiques.

Taka se débattit un peu pendant un court instant, puis se ravisa en voyant le faciès déterminé du Shinigami sourd : il n'hésiterait pas à lui en coller une pour qu'il le suive, donc autant être docile. Sous les regards suspicieux voire carrément étonnés des hommes de la Dixième, le duo dépareillé traversa rapidement les quartiers de la dite Division, puis prirent la direction du Rukongaï. Où donc Raïtoku comptait-il l'amener ? Peut-être avait-il décidé de l'exécuter et l'amenait-il loin de la civilisation pour ce faire ? Effrayé par cette idée, Taka ravala sa salive et prit son mal en patience. Le Seigi mit longtemps à s'arrêter, et lorsqu'il le fit, les deux âmes étaient loin de toute trace de civilisation. L'intuition de Taka, la seule chose qu'il valorisait dans sa misérable personne, lui disait quelque chose.

Et ce quelque chose ne lui plaisait pas du tout. Aussi, avalant sa salive, il parla pour la première fois depuis le début de son "Takanapping" :


- Bonjour, Raïtoku-san. Dites-moi, pourquoi est-ce que vous m'avez amené ici ? Non pas que ça me dérange, hein, vous avez tout pouvoir pour décider de ce que ma misérable personne doit faire....

Voilà sans doute des propos qui allaient réchauffer l'ambiance dès le début...

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Jeu 8 Jan - 21:49

Il n'avait pas trop moufté. Enfin, si, il avait un peu essayé de se débattre et de me fausser compagnie, sauf qu'il s'était rapidement calmé. Étonnant. Au moins avait il suivit sans trop se débattre et sans me poser de question que je n'aurai probablement pas relevé de toute façon. Être sourd avait des avantages non négligeable dont celui d'avoir une justification idéale pour éviter de répondre. Enfin, il demeura silencieux et moi j'ai réussi à le traîner sans trop de mal à l'extérieur du gotei 13 et même à l'écart du Rukongai, bien à l'abri des regards et de tout le reste. Enfin, dans le meilleur des cas. Je le relâche, contemplant cet environnement un peu rocailleux avec un rien de satisfaction. J'aime bien ce coin et je m'y rend souvent pour m’entraîner en solitaire et quand j'ai pas envie d'attirer l'attention, aussi. Un coin tranquille dans lequel je n'avais jamais été dérangé jusque là – et où j'avais jamais ramené personne, tien. Un sourire en coin vient un instant couvrir mes lèvres à cette réflexion avant de disparaître lorsque Taka se met à parler. Il fallait bien que ça arrive, qu'il fasse de nouveau sa lavette. Je pourrai soupirer face à ce comportement pour le moins irritant qui m'agace réellement. A la place, je lui fous une taloche sur l'arrière de son crâne. C'est décidé, je le ferai à chaque fois qu'il me fera une réflexion du genre, la dernière fois, ça avait un peu marché, je vais espéré que ça le calme. Ce n'est pas moi qui me lassera en premier de toute façon.

Arrête ça.

Peut être que ça allait finir par rentrer. Ou pas, on verra déjà comment ça se passera à partir de maintenant. Il n'allait pas apprécier et je ne peux pas m'empêcher d'en sourire. Je le connais à peine, mais il n'est pas trop difficile à cerner de toute façon. Pourquoi l'avoir ramener ici... Il n'était pas débile, je suis à peu près sûr qu'il le sait. Et mon sourire va peut être l'aiguiller. Un sourire pas trop rassurant, pas vraiment gentil, le genre de sourire qu'on les gamins quand ils font un mauvais coup. Un sale sourire de gosse quoi, en un peu plus dangereux parce que j'ai pas la carrure ni la dangerosité de n'importe quel adolescent dégingandé.

Réfléchi. Je ne vais pas le laisser réfléchir longtemps cela dit et il va très vite se rendre compte de ce que je veux. Je m'éloigne de quelques pas, me dirigeant vers un petit promontoire de pierre pas loin sur lequel j'avais pris l'habitude de méditer avec mon sabre. Y a un terme, mais je le retiens pas alors méditation ira bien. La pierre, ça me va bien, mon monde intérieur est aussi stérile enfin, ce n'est pas le moment de digresser, loin s'en fallait. Ma main vient rejoindre la poignée de mon zanpakuto afin d'en révéler la lame. C'est un katana qui n'a rien d'extraordinaire ou de particulier, un peu comme moi, il est d'une banalité confondante mais qui faisait parfaitement son office. Je tourne ma lame vers lui avec une lenteur calculée, le temps qu'il assimile exactement de quoi il en retourne. Je veux juste une chose. Seulement une chose. Je me souviens parfaitement de la pression de son reiatsu ce jour là, de ce qu'il dissimule derrière son attitude fuyarde et son allure docile, imbécile. Je veux savoir. Je veux m'y confronter et savoir ce qu'il cache avec tant de volonté. Je suis pas un type subtile, je préfère l'action au long discours.

Montre moi ce que tu vaux, Taka.

Et c'est la seule chose que je dis avant de me lancer à l'assaut. Un assaut basique qui sert juste à jauger les réflexes du blondinet, simple shunpô pour me rapprocher vivement avant de cueillir sa hanche de la pointe de mon sabre pour lui faire une belle entaille verticale si ce dernier ne pare pas. Simple, sans fioriture et avec toute ma subtilité de rustre. Après tout, ici, on étaient à l'abri du monde. Ici, personne ne verrait de quoi Taka était capable hormis moi. Et si il ne voulait pas se faire tuer bêtement, il avait intérêt à riposter parce que moi, je ne lui ferai pas de cadeau.

PafPafdanstagueule:
 

_________________


Dernière édition par Seigi Raïtōku le Ven 9 Jan - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Ven 9 Jan - 9:14

Parfois, le Kazegai détestait son intuition. Il avait horreur d'avoir raison, surtout dans ce genre de cas. Le sourire carnassier et les paroles du Seigi lui confirmèrent rapidement ce à quoi il s'attendait : le Shinigami sourd souhaitait en découdre avec lui. Taka se demandait l'intérêt qu'avait pu trouver Raïtoku en lui, mais il se doutait qu'il venait de la puissance qu'il avait laissée entrevoir lors de leur première rencontre. Il savait que ça lui jouerait des tours, de trop se dévoiler, et il en prendrait note pour l'avenir... s'il survivait. Il doutait que Raïtoku ne le tue, mais un accident était si vite arrivé, surtout dans ce genre de circonstances. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir trop longtemps, puisque déjà le sourd avait disparu de sa vue.

Il réapparut à portée de lame, sabre au clair, et visa la hanche de l'oisillon. Celui-ci réussit à s'éloigner par réflexe, mais le sabre effleura tout de même sa hanche, y laissant perler un peu de sang. Une blessure superficielle, mais trop de blessures superficielles peuvent conduire à la mort. Profitant de son éloignement, Taka temporisa un peu : il ne voulait pas se battre. Il ne voulait pas qu'on le remarque. Sa conscience lui objecta que l'endroit était désert et que personne ne le remarquerait, à part son opposant. Un souci de réglé. N'en restait qu'un seul : son refus catégorique d'affronter le Shinigami sourd. Cependant, il n'y couperait sans doute pas.

Vu le regard que lui lançait son opposant, les mots ne suffiraient pas à l'arrêter. Seuls les actes compteraient. Taka soupira, puis fixa son opposant, ouvrant une paupière et révélant sa pupille d'émeraude : Raïtoku aurait ce qu'il voulait. Le Shinigami de la Dixième libéra donc son reïatsu, histoire de tempérer un peu les ardeurs du Shinigami de la Troisième. Puisque ça semblait l'avoir marqué, autant qu'il en goûte la pleine puissance. Aussitôt, le vent commença à souffler, et s'il y avait eu des arbres alentour, nul doute qu'ils auraient tremblé devant sa brise. L'oisillon tira lui aussi son Zanpakutô, prêt à se battre.

Il chargea alors à pleine vitesse l'homme sourd, et frappa. Un coup simple, de haut en bas, facile à prévoir à esquiver. Sauf que la vitesse du Cinquième Siège faisait tout le sel de cette attaque et la rendait plus dure à parer qu'elle ne le semblait. Et, sans pitié, il enchaîna par une frappe d'estoc vers le poitrail du Seigi, libérant par la même occasion du reiryoku accumulé à la pointe de sa lame, pour donner à son assaut un effet contondant plus que perçant. Il y allait peut-être un peu fort, mais, hé, c'est Raïtoku qui en avait voulu ainsi. Et puis il était résistant, Taka savait qu'il ne tomberait pas si vite.

Donc, plus vite il le calmerait, plus vite il serait tranquille.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Ven 9 Jan - 21:28

Le sourire sur mes lèvres est ravi dès lorsque la lame entaille la chair, pas suffisamment pour être une blessure sérieuse mais visiblement assez pour l’obliger à riposter. C’est la seule chose que je désire, mon seul but et sentir la pression venteuse de son reiatsu quand bien même est-elle impressionnante. Son aura m’afflige, me restreint mais ce n’est pas suffisant pour faire taire mon sourire. Bien au contraire, ce dernier se fait plus féroce encore alors que je reprends position face à mon adversaire, lame au clair. J’aime combattre et cela se voit, se sent dans mon attitude prête à en découdre, prête aussi à assumer les conséquences de mes actes. Il est fort. Peut-être est-il plus fort que moi et cette constatation ne fait que nourrir ce désir ardent de confronter sa puissance à la mienne. De voir ce qu’il cache derrière son attitude fuyante. Aucun mot ne sera échanger, je le sais. Il est sérieux. Et je le serai aussi. Ma voix n'est qu'un murmure dans la tempête levée qu'il n'entendra probablement pas mais cela importe peu. Seul mon Zanpakutô en entendra le souffle et lèvera son premier scellé.
RéSonNe HibiKi.
Une libération discrète. Invisible. Nul changement ne vient modifier mon arme à cette incantation et je perçois seulement la légère vibration qui l'anime un instant avant de devoir faire face. Rapide. Plus vif que je ne le suis même. Je n'ai pas le temps de m'étonner, juste d'encaisser le premier assaut en essayant de réduire les dommages pour que l'attaque n'entame pas un organe vitale mais seulement la peau, des muscles. Le sang gicle et la douleur explose dans mon esprit. Je ne me laisse pas envahir pour autant. Je la fait taire d'un mouvement de tête, d'une crispation de la mâchoire. La douleur, ça me connait. Je sais la maitriser, je sais la contrôler pour qu'elle se fasse force et non pas faiblesse d'un esprit envahi par la peur qui paralyse. Après tout, elle est coutumière et n'est guère plus qu'une compagne de jeu.

C'est tout de même en serrant les dents que je recule d'un pas, préparant ma défense pour le second assaut qui se prépare déjà, s'enchaine vivement. Un second coup de son zanpakutô qui cette fois ci, ne parvient pas à entailler ma chair aussi profondément que le premier. L'air vibre autour de moi, juste là où aurait dû être l'impacte entre la lame et mon corps mais les dommages sont minimes quand bien même la bourrasque en résultant me fait m'éloigner d'un bond en arrière. Je préfère rester au contact, je suis un attaquant et je compte bien continuer mais moi aussi, j'ai plusieurs cordes à mon arc. Le vent levé autour de nous continu de tempêter et je sens Hibiki vibrer entre mes doigts. Cette fois, l'assaut sera différent. Mon souffle se fait plus court pourtant... Mon sourire ourle mes lèvres avec cette même détermination féroce qui ne disparaît pas de mon cœur et embrase mon âme. Je suis un combattant. Une créature féroce qui combat sans relâche avec hargne. J'existe pour ça.

Le sourire carnassier qui ourle mes lèvres demeure inchangé alors que je pointe mon zanpakuto vers le blondinet, plus dans un effet de style qu'autre chose. Je n'ai pas besoin de ça pour attaquer. Je sais que mon énergie n'est pas inépuisable. Je sais également que cette tempête venteuse ne me laissera aucun répit. Qu'importe. Je ne vais pas me laisser avoir par si peu. Je veux en voir plus. Ma lame vibre et je sens la présence de ces ondes ondoyer dans l'air saturé par le vent. Ce n'est rien. Rien du tout. Moi, je n'entends pas ce sifflement désagréable qui enfle et que Taka doit probablement entendre, lui. Le précurseur, l'alerte.

Si il ne réagit pas, alors il sera trop tard et ces ondes pourront faire des dégâts irréparables. Si il était assez fort, elles ne le tueront probablement pas mais l'affaibliront à n'en point douter. Et c'est la seule chose dont j'ai besoin pour l'heure. Un instant.

PafPafdanstagueule:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Sam 10 Jan - 13:55

Taka avait été vif et avait fait preuve de précision, sans aucun atermoiement inutile. C'est sans doute ce que Raïtoku désirait. Mais ça n'allait pas suffire pour conclure l'affrontement rapidement, hélas : le shinigami sourd s'était parfaitement repris et avait su se prémunir des dommages de la seconde frappe de l'oisillon. Le Cinquième siège avait senti sa lame se heurter à quelque chose, sans qu'il puisse deviner précisément la nature de ce "mur". Un son gênant vint également griffer ses tympans. Le Seigi semblait donc avoir un pouvoir invisible, quelle qu'en soit la réelle nature.

Alors que le plus costaud des deux duellistes pointait sa lame vers Taka, le sifflement résonna de nouveau, tout aussi désagréable. L'homme de la Dixième tenta bien de se mettre en garde, mais sans grande conviction : comment se défendre contre quelque chose qu'il ne voyait pas ? D'une certaine manière, son élément, le vent, était lui aussi invisible, mais il prenait une forme tangible pour attaquer et se défendre. Ce qui n'était pas le cas du pouvoir de Raïtoku. Une poussée brutale de douleur interrompit les réflexions du blondinet, tandis que le gout ferreux du sang remontait son œsophage et que le liquide carmin giclait d'entre ses lèvres.

Quelque chose s'était passé en lui. Quelque chose d'affreux. Et s'il parvenait encore à tenir debout, bien que pâle et haletant, en revanche il ne savait pas s'il pourrait réitérer cet exploit très longtemps. Il fallait qu'il parvienne à percer à jour la nature du pouvoir de son adversaire ou, à défaut, à le vaincre avant qu'il ne puisse lui infliger de trop grands dommages. Que ce soit pour attaquer ou pour se défendre, un son strident, désagréable au possible, avait précédé la manœuvre de l'homme sourd. Ce son contenait sûrement la clé du mystère.

Taka avait repris un peu de poil de la bête, et décida de passer à l'attaque pour ne pas laisser trop d'ouvertures à son opposant. Il libéra lui aussi son Shikaï, au son d'un "Souffle, Shirufusodo ! " et son sabre se mua en une lame composée de plumes immaculées, au manche stylisé qui semblait taillé dans le bois d'un arbre millénaire. Levant son arme vers les cieux, il l'abattit comme un couperet, entraînant avec ce geste des trombes d'air au-dessus de Raïtoku, pour l'immobiliser et bloquer ses réactions plus que pour le blesser. D'une impulsion, il chargea son adversaire d'un Shunpo.

Une fois à portée de frappe, il accumula sur le "fil" de ses plumes une fine couche d'air, pour être capable de trancher, et frappa Reïtoku au niveau du torse, depuis l'épaule jusqu'au sommet de la hanche. Reculant d'un bond, il fendit l'air de sa lame et paracheva son assaut par une vague d'air aussi tranchante qu'un rasoir, avant de souffler un peu : il espérait que le Seigi plie bientôt le genou, ou du moins qu'il n'attaquerait pas trop fort, car l'oisillon ne savait toujours pas comment se prémunir du pouvoir de son opposant...

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Sam 10 Jan - 20:25

Il est sérieux. Totalement et indubitablement. Et j'en suis ravi. Vraiment. Qui aurait pu croire que ce combat serait aussi exaltant ? Le type fuyant qui s'écrase a laissé place à un véritable combattant qui ne me laisse pas de répit. C'est ce que je voulais et je suis loin d'être déçu par la tournure de ce duel qui me fait frissonner. Le sang m'importe peu. La douleur n'existe plus, seul l'instant et ce combat m'importe. Mon attaque a visiblement fait mouche, ce qui ne fait qu'affirmer plus encore le sourire qui couvre mes lèvres. Les pouvoirs de Hibiki sont traîtres et notre duo improbables n'en est que plus redoutable encore. Comment croire qu'un sourd puisse combattre en utilisant des ondes sonores aussi subtile ? Paradoxal. Et pourtant. Mon zanpakuto au poing je me prépare à la suite qui ne tarde pas à venir. Il n'a pas l'air très résistant ce type pourtant, il repart à l'assaut sans plus d'hésitation, comprenant que moi je ne m'arrêterai pas là, utilisant le vent dont il semble maître comme l'en atteste la forme étrange que prend son sabre lorsqu'il libère son premier scellé. Une plume. Enfin, je n'en doute pas qu'il n'en reste pas moins coupant, les shikaï ont cette particularité bien généralement de prendre des formes parfois extravagante mais qui reste coupant. Ce qui n'est pas le cas de Hibiki.

Le vent paraît se rassembler au dessus de moi et je m'esquive d'un shunpô juste avant que la puissante bourrasque ne vienne me comprimer au sol. Le prochain assaut ne tarde pas, suivant le premier qui aurait probablement dû m'immobiliser ou tout du moins, me ralentir. J'encaisse, laissant échapper ce qui pourrait s'apparenter à un grondement alors que le zanpakuto entaille mon torse, déchire la peau en y trouvant une résistance bien dérisoire, mais néanmoins présente. Je ne fais pas le fier cela dit, quand bien même l'exaltation du combat demeure totale et que je ne regrette nullement cet affrontement. Il voulait m'acculer. Me faire plier et ça, je ne doute pas que cela viendra bien assez tôt mais pourtant... je résiste. Je me targue d'être plutôt résistant dans mon genre, subissant tout en parvenant à me remettre debout et repartir à l'assaut, non sans mal mais avec la rage de vivre. J'ai toujours été ainsi. Toujours été plus dangereux aux portes de la mort – aussi dérisoire cela soit il pour un shinigami. La lame de vent parachève le travail et je sens mon corps atteindre ses limites. Il est fort. J'aime ça.

Une dernière danse.

Ma respiration est haletante et bien que je sois parvenu à m'éloigner de quelques bons et que mon opposant paraît souffrir de ses assauts consécutifs, il demeure en meilleur état que moi. Sourire féroce et regard déterminé. Prépare toi, ce sera le dernier. Cette fois, je ne prend pas la peine de prévenir comme je l'avais fais juste avant en pointant mon sabre sur lui. J'inspire, préparant mes muscles pour l'offensive finale. Je suis un casse-cou, je n'abandonne pas comme ça. De nouveau, le pouvoir de Hibiki se déploie. Les ondes sonores vibrent dans l'air, ondoie invisibles mais non moins repérable pour des sens aiguisés. Le vent est invisible aussi mais on le sent, tout comme on parvient à sentir les vibrations dans l'air et sur la peau, comme ce son lancinant. Cette attaque vise ses oreilles et plus précisément son centre nerveux. Ce n'est qu'une vague, une seule et je n'attends pas de savoir si elle fait effet pour me jeter à l'assaut. Le dernier. Mon zanpakuto au clair, j'utilise toute la force qu'il me reste pour réaliser une série successif de coup qui viennent entailler la chair de mon opposant. Jambes et torse idéalement, appuyant de nouveau sur la première blessure que je lui ai faite à la hanche et que je compte bien agrandir. Un coup en un éclair qui me vide de l'énergie qu'il me restait et c'est avec une fatigue certaine que je m'éloigne du corps à corps, sachant pertinemment que c'était terminé pour moi. Le reiatsu qui jusque là m'enveloppe disparaît subitement, comme une flamme ardente soufflée par ce vent trop fort. Ma respiration est chaotique mais mon sourire lui, demeure accroché à mes lèvres et ce, malgré la douleur et les blessures. Je me sens bien. Paradoxalement, cela va sans dire. Hibiki s'est retiré quand bien même la différence n'est pas flagrante sur mon zanpakuto, moi, je sens l'absence de ses vibrations.

T'en a assez fait. C'était amusant mon petit Raï.


Je peux pas m'empêcher de sourire à son commentaire mental. Un jour, je vais devoir lui faire manger mon poing dans sa gueule. On le sait tous les deux, mais l'heure est pas venu. Ces choses là se sentent et c'est pas le moment.

Pas mal, Taka.

J'ai quand même mal et je finis par m'écrouler sur le sol sans cérémonie. Ma main vient se perdre sur ma blessure, retenant le sang qui s'écoule avec plus ou moins de rapidité. Un jour, faudrait que j'apprenne des techniques de soin. C'est pas faute qu'on me le répète pourtant. Il m'en faudra un peu plus pour me tuer mais il n'empêche que ça fait pas du bien... Mais ça reste amusant.

PafPafdanstagueule:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Dim 11 Jan - 9:48

Le Cinquième Siège de la Dixième Division avait réussi à submerger Raï sous la puissance de ses assauts, et le Shinigami sourd avait encaissé la majeure partie des dégâts que cherchait à lui infliger Taka. Toutefois, ce ne serait pas suffisant pour qu'il tombe, et ça semblait même avoir l'effet inverse, au vu de l'air démoniaque qui prit possession de ses traits. Taka soupira intérieurement et se mit en garde : s'il ne devinait pas maintenant à quoi il avait à faire, c'en serait fini de lui. Et bizarrement, comme à chaque fois qu'il combattait, il se refusait à perdre. Faire un match nul, ça lui convenait parfaitement, c'est comme ça qu'il s'attirerait le moins d'ennuis. Gagner, s'il n'avait pas le choix.

Mais perdre, ça, jamais. Il faut croire que la bataille faisait ressortir une quelconque fierté enfouie bien profondément en temps normal. Pour se donner le maximum de chances de survie, il ouvrit ses paupières et scruta les gestes de Raï de ses yeux émeraude. Et il repéra soudain des vibrations qui venaient vers lui, toujours accompagné par un léger bruissement. Et l'illumination fut : étaient-ce des ondes ? Les ondes auraient pu se propager dans son corps au moyen de l'humidité très présente dans son organisme, et causer les dommages de tout à l'heure. Une telle nature expliquait aussi leur propagation. Quoi qu'il en soit, sa réaction ne tarda pas : d'un geste de son Shikaï, il dressa devant lui un mur de vent qui stoppa les ondes en leur offrant suffisamment de résistance.

Mais l'homme de la Dixième division n'eut pas le temps de se reposer : Raïtoku était déjà sur lui et attaquait sans aucun artifice, juste avec son sabre. Les premières frappes atteignirent Taka, mais le blondinet réussit à mobiliser assez d'énergie pour s'extirper de l'assaut de son adversaire avec un Shunpo. Pas assez rapidement, toutefois, il avait encore beaucoup à apprendre. Posant ses mains sur ses genoux, courbé en avant, l'oisillon respirait bruyamment : il n'irait pas beaucoup plus loin. Heureusement, le Seigi aussi semblait vanné. La sortie idéale pour le Kazegai : un match nul.

Indifférent à la félicitation adressée par l'homme sourd, Taka s'approcha et se pencha sur le Shinigami trapu, jetant un œil à ses blessures. Il n'y connaissait rien, mais il pouvait au moins essayer d'épancher l'hémorragie. Arrachant des morceaux de son hakama, il commença à bander - grossièrement - les blessures les plus graves de son camarade. Avec un air contrit et un ton gêné, l'oisillon lança un :


- Désolé de vous avoir traité comme ça, Raïtoku. Je ne pensais pas qu'un misérable comme moi pouvait tenir si longtemps contre vous.

Il savait qu'il s'exposait à une taloche, mais il comptait sur le fait que le sourd soit trop épuisé pour lui l'infliger.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Dim 11 Jan - 12:30

Peut être que si j'étais un type normal, j'aurai rigolé de ce combat. Non pas avec moquerie, pas du tout, juste parce que je trouve ça bien, de se défouler comme ça et ce, même si je suis en train de pisser le sang. Rien d'anormal avec moi, je sais que je suis assez résistant pour encaisser ce genre de blessure et j'ai déjà eu bien pire dans ma courte carrière de shinigami. C'est que j'ai l'habitude avec mon style de combat de me prendre des coups, et à force, ça me fait plus autant d'effet. Par contre, mon vice-capitaine va gravement me faire la gueule quand je vais rentrer et le soufflons que je vais me recevoir risque d'être particulièrement venimeux. Faut dire que j'ai pas trop obéit à ses ordres aussi, ce qui forcément, va pas lui faire plaisir. On va peut être éviter de rentrer tout de suite à la troisième, c'est plus prudent. Enfin, c'est pas comme si je pouvais courir un marathon, là, tout de suite, maintenant. Taka s'est prit quelques dégâts de mon attaque combinée mais pas suffisamment pour que je le considère comme perdant de notre duel. Yeap, j'ai totalement perdu, ce qui ne me déçoit pas, pas plus que ça me rend fier. Non, c'est un simple constat, deux forces qui s'opposent et l'une qui se redresse plus en forme que l'autre. C'était aussi simple que ça.

Lorsque Taka se rapproche de moi c'est simplement pour m'aider à panser mes plaies. Encore une fois, j'aurai bien ris si c'était pas quelque chose de compliquer pour moi, de pas naturel aussi. Je me redresse, me rasseyant en grimaçant un peu et si c'est pas l'envie qui m'en manque de lui foutre un coup de boule, je me dis que mon état est pas propice à ce genre de mouvement fantasque et brutal. A la place, je lui fous un coup de poing relativement faible au regard de mes forces actuels mais dont la douleur sera décuplée par le fait que je vise une de ses plaies faites par mes soins. Ça lui apprendra à dire de la merde. J'en profite pour me mettre en tailleur et prendre le relais pour les pseudos soins. Je suis un type résistant, c'est pas quelques plaies ouvertes qui vont me tuer, il en faut plus – hélas pour lui, je crois bien. C'est qu'il a pas fini de me voir dans les parages.

Arrêtes tes conneries Taka. C'est moi qui recherchais ça. Tu m'as traité comme je t'ai traité. Avec brutalité quoi. Parce que faut pas déconner, je sais très bien que je suis responsable de tout ce qui vient de se passer à l'instant et j'en ai pour ainsi dire, aucun scrupule ni aucune once de culpabilité. C'est ce que je voulais. C'est la raison pour laquelle je l'ai entraîné ici, ni plus, ni moins. Tu t'écrases moins en combat, c'est bien. Dommage que tu redeviennes comme ça après. Enfin, c'était sa façon d'être visiblement et une fois qu'on oublie le fait que c'est terriblement agaçant, ça en devient presque supportable. Et ça me défoule, vu que je le frappe à chaque fois. Bon, va quand même falloir attendre un peu avant de rentrer sur le gotei. Un peu de repos nécessaire même si c'est pas ça qui va soigner mes blessures, je ferai en sorte de cacher tout ça le temps que ça se passe. Ou j'irai faire chier un type de la quatrième, on verra bien. Ouaip, faudrait peut être que j’apprenne un minimum en soin, même si ça me fait chier. Enfin, heureusement le coin est tranquille et propice à la récupération, c'est pas pour rien que je viens méditer par ici, l'énergie est bonne.

T'es shinigami depuis combien de temps ? Je lui renvoie la balle par rapport à la dernière fois. Là, je sens que ce serait utile de le savoir au regard de notre duel, afin de m'évaluer tranquillement. C'est de la simple curiosité quelque part. Ce truc que tout le monde ne possède pas naturellement mais qui est parfois attiser dans certain cas particulier. Je suis pas hyper curieux. Je pose pas plein de questions naturellement, bien au contraire, j'ai plutôt tendance à fermer ma gueule mais des fois... Et bien, y a toujours des exceptions dans la vie. Taka en fait à présent parti même si je crois qu'il aurait préféré que ça soit pas le cas, vu ce qu'il vient de se passer et ce que je lui ai fait subir. Pas de chance pour lui, c'est vrai que j'ai tendance à être obstiné quand je le veux bien et en général, quand les autres le veulent pas. Ça fait parti des trucs qui fait que je suis considéré comme un trouble fête dans ma division et qu'on me tient à l’œil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Dim 11 Jan - 14:00

Aïe. Taka n'aurait pas dû sous-estimer Raïtoku, et il serra les dents lorsque ce dernier le heurta au niveau d'une de ses blessures. Par la suite, il complimenta ses capacités, et le Kazegai ne répondit rien : il aurait bien eu envie de dire que ce qu'il avait fait n'était pas grand-chose, tout juste du niveau d'un Shinigami très moyen, mais il avait compris que ça ne ferait qu'attirer plus de coups sur lui. Aussi, il se contenta d'un sourire léger, si énigmatique qu'il pouvait signifier tout et rien à la fois. Puisque le Seigi se débrouillait désormais tout seul, le dieu de la mort de la Dixième jeta un œil à ses propres blessures : rien de trop grave en apparence, c'est les dommages internes reçus précédemment qui l'inquiétaient le plus.

Sans doute faudrait-il qu'il aille faire un tour à la Quatrième Division pour une vérification de routine. Mais justifier de telles blessures serait ennuyeux... Il ne pouvait pas prétendre être tombé dans les escaliers, des dommages internes impliquaient forcément une bataille contre un type de pouvoir bien particulier. Il faudrait qu'il réfléchisse à une excuse convaincante d'ici là, sinon il risquait d'attirer sur lui les feux des projecteurs. Si le Seigi allait lui aussi à la Quatrième blessé, et que quelqu'un faisait le lien entre son pouvoir et l'état de Taka, tout le monde saurait que l'oisillon avait réussi à infliger des dégâts conséquents à plus fort que lui. Alors, les choses se compliqueraient. Imperceptiblement, Taka ravala sa salive, mais le Raïtoku le tira de ses réflexions paranoïaques avec une question.

La même qu'il lui avait posée la dernière fois. Il se devait donc de lui répondre, et de toute façon il n'avait aucune raison de ne pas le faire. Ce serait plus compliqué si Raïtoku commençait à demander plus de détails, sur lesquels le Kazegai ne désirait pas forcément s'ouvrir, mais à une question aussi générale, il pouvait répondre sans crainte. S'asseyant, puisqu'ils n'allaient visiblement pas partir tout de suite, il réfléchit un instant et commença à agiter les mains, dans une ébauche de langage des signes. Depuis sa première rencontre avec le Seigi, par curiosité, il s'était penché sur la façon de communiquer des sourds. Il avait du mal avec la conjugaison, aussi son message donna approximativement "Moi être Shinigami depuis soixante-quinze ans", mais il faisait de son mieux.

Il ajouta, à l'oral parce qu'il ne savait encore comment le dire avec les mains :


- C'est d'ailleurs formidable que je sois toujours aussi pitoyable après tant de temps ! Il faut se faire une raison, je suis sans doute voué à rester mauvais toute ma vie...

Les excuses vaseuses, il aurait peut-être dû les apprendre en premières, même si cela allait sûrement encore lui valoir une taloche. Mais bon, il espérait que la surprise de Raïtoku en le voyant communiquer sans mots serait assez grande et l'empêcherait de réagir. Même s'il ne se faisait pas trop d'illusions.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Dim 11 Jan - 16:36

Je serai presque surpris du comportement du blond. Non pas que je m'attendais à ce qu'il déguerpisse dès lors qu'on en aurait terminé mais en réalité, c'était un peu le cas. Je ne sais pas si les blessures internes que ma première attaque lui a causé l'handicape suffisamment pour qu'il ne puisse pas prendre ses jambes à son coups, mais je vais pas m'en plaindre. Il pousse même la surprise en me répondant en langage des signes. C'est un poil maladroit et pas vraiment construit correctement mais l'effort est là et je hausse un sourcil surpris devant ce spectacle pour le moins inhabituel. Les gars qui parle ma langue sont une poignée et au vu de la maladresse de ses gestes, je suppose qu'il a appris tout seul dans son coin et y a pas trop longtemps. Le fait qu'il ne m'ait pas adresser la parole comme ça la première fois qu'on s'est rencontré me fait dire que c'est quelque chose qu'il a appris depuis. Un sourire amusé vient ourler mes lèvres à cette déduction. Il est amusant ce type, bien malgré lui. Comme quoi, il avait bien assimilé le fait que j'allais réellement le récupérer et qu'il était pas débarrassé de moi. Quel dommage qu'il dise toujours plus de merde derrière. Une taloche derrière la tête accompagne la fin de sa phrase, comme si c'était un point d'exclamation final à toute sa connerie. Il finira bien par se lasser, si il veut pas plus de bleu.

Je fais quelques signes, reprenant la phrase qu'il m'a signé en premier en corrigeant les quelques erreurs qui s'y trouvent. Rien de bien dramatique puisque l'information est là et que c'est la seule chose qui compte mais quand même, c'est bien de faire les choses correctement quand on le pouvait. Je suis shinigami depuis 75 ans. C'est clair qu'il est plus vieux que moi dans le métier pour le coup et que je fais pitié avec ma dizaine d'année de service. Il doit avoir une expérience que j'ai pas et c'est peut être ça qui a fait la différence dans ce combat. Ça et un écart de puissance quand même que je ne néglige pas. Je suis pas mauvais pour juger ça mais je le garde pour moi. Si tu passais autant de temps à t’entraîner qu'à te dévaluer, tu m'aurais rétamé encore plus rapidement. Je signe lentement à côté, me disant que ça lui fera un entraînement que de voir ça et que si il s'en foutait, tant pis. C'est plus éprouvant que prévu d'ailleurs et mes gestes paraissent un peu moins fluide que d'habitude. Forcément, j'ai quand même morflé et les blessures vont pas disparaitre en claquant des doigts. Et puis t'as pas tout donné.

Ça, c'est plus une intuition qu'autre chose mais on verra bien si il se trahit ou pas. C'est pas comme si j'allais le répéter après, j'en ai clairement pas l'intention, qu'il me croit ou pas, mais si je suis venu jusque là pour l'affronter, c'est franchement pas pour crier sur tous les toits la minutes d'après de quoi il était capable. Et puis je suis un simple shinigami sans siège, ma parole pèse pas des masses dans la balance du seireitei. Le temps, c'est rien. Si tu passes ton temps à rien foutre, forcément, tu bougeras pas. J'ai passé ma vie à me recevoir des coups et à me battre pour survivre, c'est ma raison d'être. Le combat c'est mon truc, c'est pour ça que je suis là, que je suis un shinigami. Peut être que lui, c'était autre chose. Bon c'est clair qu'en tant que shinigami, on est quand même clairement là pour nous battre mais je suppose qu'il serait un meilleur soutien que je ne le suis. Je suis un type qui se bat en solo, le travail d'équipe, c'est la merde avec moi. Ça fait très instant concession tout ça mais pas vraiment en fait, je dis rien d'extraordinaire, rien que je cache en tout cas. Je viens du fond du trou qu'on appelle Rukongai, comme une majorité de shinigami et ça me pose pas de problème d'en parler tant que ça reste évasif, ce qui est le cas pour l'heure. Et toi, qu'est ce que tu fous là ? C'était ça la question importante. En combat, il est pourtant loin d'être mauvais, c'est juste qu'il donne l'impression de se brider. Enfin, il attaque, il hésite pas ou rien de ce genre là c'est juste que j'ai l'impression que y a plus derrière. Plus et qu'il veut pas y aller parce qu'il a peur. Parce que comme il dit, il veut pas s'élever tout ça. Un jour, ça le tuera si il fait rien, et je pense que ça me ferai un peu chier. C'est que même si il s'est une lavette, je le trouve intéressant. Un peu. Et agaçant aussi, bien sûr. Il mérite des baffes tout ça quoi.

En tout cas, c'est plutôt formidable que tu sois pas assez mauvais pour mourir. Même si un jour, à force, ça se passera peut être.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Dim 11 Jan - 21:33

Raïtoku essaya d'empêcher le Kazegai de se dévaluer, ce qui devenait une habitude, mais il corrigea également ses erreurs dans la langue des signes. Taka ne perdit pas une miette de ses gestes, imprimant du mieux qu'il pouvait l'association entre chaque syllabe ou mot et les gestes. Il ignorait si c'était volontaire ou non, même s'il avait le pressentiment que ça ne l'était pas forcément, vu le caractère de l'animal en face, mais le Seigi avait un peu ralenti ses gestes, aussi l'oisillon réussit à tirer quelques enseignements des signes formés par celui qui venait d'être son adversaire. Bon, le contenu ne lui plaisait pas forcément, surtout que le sourd semblait croire que le blondinet n'y était pas allé à fond, mais il ne lui en tint pas rigueur.

Après tout, personne ne savait qu'il possédait le Bankaï. Libre aux gens d'y croire ou de se poser des questions, tant qu'on ne lui demandait pas d'en faire usage. Si sa maîtrise de la libération interdite s'ébruitait, à coup sûr on lui proposerait la tête d'une Division. Et ça, c'était hors de question. S'il désirait ardemment servir le Gotei 13 du mieux qu'il le pouvait, et qu'il était déterminé à se battre de toutes ses forces pour protéger les esprits et les vivants, en revanche pas question que ce soit en tant que Capitaine. Rien que Vice-Capitaine serait trop, et ce même si on lui disait après chaque entraînement qu'il avait le niveau requis, alors Capitaine, il y avait de quoi le faire mourir d'une crise cardiaque si on lui annonçait une telle nouvelle avec la moindre once de sérieux.

Après avoir résumé brièvement la raison qui le poussait à être Shinigami, le dieu de la mort dénué d'ouïe demanda au blondinet pourquoi il exerçait le rôle qui était le sien. La question était intéressante, et l'espace d'un instant, Taka y réfléchit sérieusement. Il avait fini ici un peu par hasard, parce qu'il savait se battre, qu'il avait du potentiel, et surtout parce qu'elle avait réclamé qu'on se débarrasse de lui. Et encore, à la base, elle souhaitait simplement qu'on le laisse mourir de faim dans la rue. Il l'aurait fait de gaieté de cœur, d'ailleurs, puisqu'il avait perdu la seule relation qui le maintenait en vie dans des conditions décentes, aussi malsain qu'ait été son univers. Et sans l'intervention de son père, c'est ce qui l'aurait attendu. Mais non, il avait "un potentiel qu'il aurait été criminel de gâcher", selon l'homme qui avait mis enceinte sa mère, concevant ainsi le Kazegai, avant de devoir la chasser pour "l'étiquette" et la contraindre à la misère où l'oisillon avait vu le jour.

Et c'est à l'Académie qu'il avait trouvé un nouveau but dans sa vie : enfin, il pourrait faire parti d'un grand-oeuvre. Se sentir utile. Et malgré toutes les assertions du contraire qu'il passait ses journées à faire, il était heureux d'être un Shinigami et savait que c'était pour ça qu'il était fait. Mais c'était beaucoup trop personnel pour qu'il puisse se confier là-dessus. Et puis, c'était un peu niais, quand on y pensait, cette sensation d'être le héraut d'une justice prônée par le Seireitei. Raïtoku se serait sans doute moqué de lui. Taka ne lui servirait donc qu'une infime partie de la vérité, en accompagnant toujours les mots les plus simples par leur équivalent en langue des signes, dans la mesure de ses maigres capacités :


- Je viens du Rukongaï, et j'ai décidé d'aller à l'Académie pour m'en sortir. Et de fil en aiguille, j'ai réussi à mener ma barque malgré mon peu de talent.

Le Seigi avait l'air d'être quelqu'un de bien, même s'il faisait peur. Aussi, presque détendu, Taka se permit même de faire un trait d'esprit sur la dernière remarque de son camarade :

- J'espère ne pas mourir dans un futur proche, je serais capable de rater ça tellement je suis une larve !

Mais c'était dit sur le ton de la plaisanterie, et un rire léger et chaleureux, autant qu'une brise de printemps, s'échappa d'entre les fines lèvres du blondinet. Peut-être que ce combat venait de sceller le début d'une grande amitié, qui sait.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   Lun 12 Jan - 7:32

Il a pas tiqué à ma petite pique, pas de commentaire au niveau de sa puissance, on verra par la suite. Parce que pour ça, je me fais pas de soucis, je reviendrai à la charge un autre jour, plus tard. Ce genre de combat c'est pour moi un espèce de rituel. J'ai juste besoin de savoir, de me comparer, de me confronter et après, rien qu'après, je parviens à tisser quelque chose mais pour ça, je passe toujours par le combat. Après tout, je lui avais bien dit, je suis un combattant, je suis ici pour me battre alors forcément, toutes mes relations passent généralement par l'affrontement. Pour d'autre chose aussi. Ce qui ne plaît pas à tous le monde d'ailleurs. J'imagine la gueule de mon vice-capitaine qui est tout à fait de cet avis et qui doit se demander quoi faire avec moi... Un jour peut être il parviendra à savoir comment me gérer. Ou pas. Dans tous les cas, je continuerai de faire comme je l'entends, à son plus grand damne. Enfin du coup et pour reprendre le fil de la conversation, lui aussi c'est un petit shinigami du Rukongai. Je peux pas dire si ce dernier a vachement changé en plus de soixante dix ans mais je me dis que non et qu'on a dû vivre la même merde, probablement. Ce coin changera jamais de toute façon, il a toujours été comme ça, miséreux, et son côté immuable le rend d'autant plus particulier. Intemporel.

Cette fois, je viens pas le baffer pour ce qu'il me raconte, même si il se dévalue quand même, je me dis que ça doit peut-être être un trait d'esprit ou quelque chose du genre, et je dois avouer aussi que je suis un peu crevé, ce qui me donne pas envie d'insister pour le moment. Enfin au moins, il espère ne pas mourir, c'est plutôt une bonne chose et comme j'ai pu le voir cette fois, il a de quoi se défendre. Si je parviens à survivre moi, alors y a pas de raison que lui ne meurt pour le moment. Enfin, pour le moment j'entends, on est pas à l'abri d'un nouveau conflit.

Rater sa propre mort, ça serait con. Surtout pour un dieu de la mort. Mon ton doit être un peu amusé, probablement – faut dire que je m'entends pas et que je suis pas le plus réceptif à ce genre de détail mais je souris alors ça doit bien passer. Bon, c'est pas le tout mais même si on peut se reposer ici, notre absence risque un moment donné d'être mal perçue. J'arriverai pas à courir le marathon, mais je pourrai probablement rentrer sans trop me vider. Rien que l'idée de me dire qu'il va falloir rentrer dans ma division me fait un peu chier, surtout dans cet état. Ma tenue est totalement foutue et si je me moque totalement de ce manque d’esthétisme, je sais que c'est pas le meilleur moyen pour passer inaperçu. Et si je me pointe comme ça, je vais attirer à coup sûr l'attention. Mais bon, pas trop le choix, je vais pas me planquer ici.

Je préfère que tu meurs pas. Je signe toujours en même temps et je finis par me redresser un peu plus pour me préparer. Rends toi à la quatrième pour les dommages internes, t'as qu'à dire que tu t'es foiré dans un entraînement de Kido. Je peux lui assurer que ça peut arriver ce genre de dégâts quand on s’entraîne mal. Raïtoku et le Kido, ça rime pas bien, pour pas dire pas du tout. Moi, je vais plutôt rentrer. Les dommages externes, je peux me débrouiller avec, je vais pas en mourir sauf si mon vice-capitaine décide qu'il en a marre de mes conneries et qu'il ne mette fin à mes jours en punition. On verra bien. Debout, je tends ma main au blond pour l'aider à se relever. Ça tire un peu sur mes blessures et c'est peut être franchement pas moi qui suis en bon état pour faire ça mais c'est l'intention qui compte, comme on dit. Et je suis pas du genre à insister sur des faiblesses, aussi évidentes soient elles.

Cette fois, j'utilise que les gestes pour parler. Il captera ou pas, mais ils me paraissent assez clair pour que ça soit compréhensif pour à peu près tout le monde.

Rentrons.

C'était bien le début de quelque chose. J'avais eu ce que je voulais, j'avais pu me confronter à sa force, le pousser à bout et j'en étais pleinement satisfait. C'était ce que je voulais, ce dont j'avais besoin pour démarrer quelque chose de différent, pour créer des liens. Je marche comme ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pousser à bout [PV Taka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pousser à bout [PV Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» joyeux noel et bon bout d'an !
» Un petit bout de parchemin qui dépasse..
» Marabout # Bout de ficelle...
» Le Chamane du bout du monde
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-