AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Dommage collatéral [PV Arisu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Dommage collatéral [PV Arisu]   Lun 26 Jan - 21:52

J'observe les alentours, tout ce bordel, toute cette agitation avec un rien d'ennui. Là, maintenant, c'est la purge. Cette fameuse purge que tous le monde appréhende plus ou moins. Chaque division à son boulot, chacun doit jouer son rôle jusqu'à ce que le rideau ne tombe sur le massacre qui se fait en ce moment même. Y en a qui craque. J'en ai vu plusieurs de shinigamis qui ont été pris en charge par la quatrième un peu plus tôt ou qui ont été simplement écartés du centre névralgique. Certain peuvent pas assumer ce qu'on est obligé de faire, le sacrifice de trois millions d'âmes, c'est sûr que c'est pas rien. Mais c'est comme ça. Moi, j'ai pas à agir directement bien que ça m'aurait pas gêné. La septième doit surveiller le Rukongai et on s'y tient. On doit éviter les questions, les attroupements, les rébellions ou tout autres dérapages qui risquent de mal finir. On se tait, on fait notre boulot, comme d'habitude tout du moins, ils sont pas tous des bœufs, certains se rendront compte de quelque chose. Après tout, on parle de la disparition de 3 millions d'âmes, pas vraiment un chiffre négligeable. Je m'inquiète cela dit, pas trop pour l'instant, mais la suite risque de poser plus de problème. Les questions vont enflés et les graines de la révoltes risquent de germer de ci et de là. Notre boulot va être d'empêcher ça. Ah ! Ça fait un an que je suis là et les emmerdes nous arrivent sur la gueule à la vitesse d'un avion supersonique. Moi qui voulait de l'action dans ce coin pourri, je risque d'être servis. Enfin, on verra au moment opportun.

En diplomatie, vu que je ne suis pas trop doué on m'a collé un autre type qui préfère rester loin de moi et qui, parait-il, est plus adapté pour ce genre de mission, quoi que un peu neuf. Je me souviens même plus de son nom d'ailleurs. Borf, pas grave, je suis pas sûr qu'il se souvienne du mien non plus de toute façon. Ça me pose pas de problème après, on est pas assez nombreux pour être plus que ça. On doit se balader en groupe dans le Rukongai cela dit, par mesure de sécurité. Encore un truc qui m'agace, moi qui suis plutôt loup solitaire, mais dont je comprends au moins l'utilité. Face à une foule d'âmes lambda, même un shinigami peut se faire avoir par le nombre, faut pas croire. Et puis y a toujours des plus dangereux que d'autres dans le lot et c'est justement eux le problème. Les fauteurs de troubles.

Comme souvent, je préfère rester à l'écart de la foule en me perchant sur les toits, contemplant ce monde d'un point surélevé. Je me suis toujours senti plus à l'aise en hauteur, et malgré les années, ça n'avait pas changé des masses. Et puis pour moi, pas besoin d'être à porter d'oreille pour comprendre ce qu'on dit, suffit que je puisse voir leurs lèvres. Y en a qui ont vraiment l'air de rien sentir, mais l'atmosphère me paraît pesante, tendue. Peut être que c'est parce que je sais ce qui se trame derrière moi, parce que j'ai conscience que des millions d'âmes sont en train d'y passer, mais je ne crois pas que ce soit qu'une simple impression de ma part. L'autre type sensé m'accompagner est plutôt en bas, proche de la foule. Je crois qu'il préfère mettre le plus de distance entre lui et moi, quitte à se retrouver dans la masse grouillante de vie. Je n'en fais que peu cas, c'est pas le premier shinigami de ma division à se mettre à l'écart et à m'éviter. Pour raison x ou y, j'en ai rien à foutre après. J'avance à mon rythme, laissant traîner mon regard sur les âmes en perdition qui font face à cette vie de misère par habitude plus que par choix. C'est toujours comme ça ici, toujours le même décor, la même merde, tout simplement. Je regarde ça sans m'y mêler, de loin, avec distance, comme je l'ai toujours fait. Et puis, une agitation. Quelque chose qui vibre dans l'air et qui m'arrête. Mon regard s'arrête dans la masse et j'aperçois ce fameux shinigami qui fait face à des types. Ils sont trois. Je peux le laisser gérer. Un peu. Une poignée de minute avant qu'un mot ne soit prononcé, une menace proférée.

Putain de Shinigami, qu'est ce que vous faites ?!

Ils attirent l'attention et je vois mon collègue mis à mal. Si faible. La voix de Hibiki me distrait un instant, à peine une seconde, juste le temps que mon genoux ne finisse dans le ventre du plus agressif du lot. Ils ne sont plus trois, mais cinq. Enfin, quatre, j'en ai mi un au tapi et il est probablement pas près de se relever. Je ne le ménage pas, de toute façon, au vu de son discours, il finira mort, autant qu'il meurt ici. Mon collègue est par terre, et le regard que je lui dédis un instant ne le met pas en joie.
Barre toi. Je ne m'adresse pas au groupe. Il va me gêner si il reste comme ça. Petit nouveau pas capable de faire face à un conflit. Je dégaine à peine mon sabre, très légèrement, simplement pour faire apparaître la lame d'argent et libérer son pouvoir. Je n'ai plus besoin de murmurer son nom pour le libérer, pas plus qu'il ne me faut plus de temps pour user de ses pouvoirs envers ma victime désignée. Les ondes l'attaquent, le mettent à terre aussi surement que l'aurait fait mon poing dans sa gueule. Vous, vous restez là. Ma voix est grondante alors que je laisse mon reiatsu s'élever un instant, dans le simple but de virer les gens aux alentours. Faire peur. Je suis doué pour ça.

Parce qu'il le faut:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Dommage collatéral [PV Arisu]   Jeu 12 Fév - 10:46

Un nouveau village se vu soulagé de ses habitants, une fois les Shinigami de la neuvième division partie plus aucune âme n’y vivait. Les hommes d’Arisu semblaient au fil des semaines mieux supporter l’horreur des actes perpétués. Cependant, elle ne se faisait guère d’illusion sur la raison d’une si bonne endurance à la purge. La plupart n’ont pas hésité une seconde à prendre les drogues distribuées par la quatrième, certains les on prise juste avant et d’autre pendant. Les faibles ayant essayé de résister à cette boucherie ont finalement succombé à la facilité à leur deuxième jour. Les forts eux n’ont pas eu besoin de médicament pour effectuer la besogne. Tous ont leur façon d’encaisser cette facette du devoir incombé. La Shihôin y parvenait grâce à son éducation spécialement prévue pour hotter la vie à autrui. Au bout du compte tuer une âme du Sereitei ennemi du Gotei treize ou des habitants issus de la plèbe du Rukongai possédé comme nuance la provenance de leur résidence et sur le pourquoi il devait mourir. Si la personne ne s’émécher d’aucun sentiment pendant sa tâche, alors sa lame vierge d’émotion atteindra sa cible en plein cœur sans trembler.

À mis chemin du Sereitei, l’ancienne tueuse de l’Onmitsukidō perçu l’activité de reiatsu inconnu. Le destin mit la troupe de l’aristocrate sur la voie du retour. Analysant l’état physique et surtout mentalement de ses Shinigami, elle ordonna à son troisième siège Rosai de les ramener à bon port. Bien qu’elle soupçonne une rébellion ou qu’une tentative de se rebeller contre l’autorité des dieux de la mort était en court. La noble pense qu’avec l’unité déjà sure place combiné sa puissance sera suffisante afin de calmer les esprits échauffés. Si jamais la voie diplomatique échouait alors la vice-capitaine de la justice appliquerait la manière forte. Quand bien même cela signifierait rompre des os ou rajouter des âmes à son compteur pour la purge. En espérant que l’issue n’en viendrait pas à de telles extrémités, sinon elle se salira les mains pour le bien de tous.

Volant plus qu’elle ne marchait, les derniers mètres furent parcourus à la même vitesse que la neige fondait au soleil. Sur place, une personne dégageait une onde de reiatsu rendant son approche difficile pour les âmes chétives. Depuis son entrainement avec le Kazegai ce genre de technique n’avait plus aucun effet sur elle. Même avant ce fluide l’aurait à peine troublé, au pire juste surpris sur le coup. Pourtant elle le contra avec le sien le temps qu'il le produisait avant de le cesser à son tour. Deux individus étaient à terre, l’un se tenant le ventre et l’autre ne bougeait plus, morts ou assommés ? La Shihôin le serra bien assez tôt. Portant son attention sur la source d’émanation du reiatsu, elle se présentait sous l’apparence d’un homme de taille moyenne bardé de cicatrice par si et par là, avec une carrure cependant qui sortait des sentiers battus. La probabilité que simplement ses deux bras puissent peser presque aussi lourd que la menue demoiselle demeurait relativement grande. Son visage inspirait également autant de gentillesse qu’un grizzli mal réveillé.
    Pouvait m’expliquer ce qu’il se passe et notamment la raison du litige ?

Elle s’adressa droit dans les yeux, d’une voix calme et monocorde au molosse de service. Gardant un oeil sur le reste de la bande visiblement tétanisée par le shinigami balafré, l’un d’entre eu tenta de prendre la tangente. C’est alors qu’émergea du néant une barrière entourant les civils et les dieux de la mort prenant parti dans l’incident. Bien qu’impressionnante les remparts pouvaient être brisé par le premier soldat du Sereitei sans trop d’effort. Ici, la dame visée surtout à garder sous contrôle la troupe de forcenés et à faire comprendre qui faisait la loi dans le secteur.
    Messieurs veillés rester tranquille le temps que je puisse statuer sur votre sort. Ce qui n’on rien à se reprocher non pas à trembler, quant aux autres préparaient une solide ligne de défense, car je serais intransigeante.

Arisu tourna à peine la tête pour s’adresser aux habitants cloitrés dans leur prison de fortune. La noble n’attendait plus que les explications du chien de garde ou d’un de ses comparses. Tandis que le citoyen se tenant le ventre se remettait difficilement sur pied contrairement à son collègue qui lui gardait face contre terre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Dommage collatéral [PV Arisu]   Ven 13 Fév - 19:18

Le type au sol ne réagit plus, probablement inconscient. Mon attaque, même si elle peut paraître douloureuse ne provoque pas de dommage interne alors je crains pas des masses que ce dernier soit mort - quoi que. Par contre, il a du méchamment dégusté et ça, ça me plaît davantage. Mon collègue de la septième ne s'est pas redressé, mon reiatsu le surprenant probablement – ou alors mon attitude, ou tout autre chose, pour ce que j'en ai à foutre. Ma main sur la poignée de mon zanpakutô, je me détourne sur la nouvelle venue, ma main se crispant sur mon arme, mes sourcils se fronçant plus franchement en détaillant la demoiselle à l'allure de gamine qui débarque comme une fleur en dressant ce qui paraît être un kekkai entre le Rukongai et notre petit groupe. Je préfère avoir tout le monde de visu – par pragmatisme, avoir quelqu'un dans le dos que je ne peux pas voir ni entendre, ça me paraît pas le plus top. C'est qu'elle cause en plus la fillette. Je me considère pas comme super grand, enfin pour un homme j'ai une taille normale qui frôle quand même le bas de plafond mais je suis assez large pour pas que je m'en préoccupe plus que ça. Cela dit, elle, elle est vraiment petite et elle a l'air aussi fragile qu'une allumette. Sur son bras, le brassard de vice-capitaine paraît foutrement grand, presque trop pour la grosseur de ce dernier d'ailleurs. Une supérieur, sensément. Non pas que ça change grand chose à la situation à vrai dire, simple constat amusant.

Je suis pas bien décidé à parler et de ce que je vois, tous le monde est de mon avis. Enfin, non, y a l'autre type de la septième qui se relève, s'incline face à la vice-capitaine, visiblement plus respectueux que moi – un peu plus tremblant aussi – et qui commence à s'excuser, à dire que c'est sa faute et tout le tintouin qui va avec. Ils avaient pourtant pas l'air d'être trop sympa avec lui à la base, surtout quand ils lui avaient dit de crever – au milieu d'autres paroles toutes aussi colorées. Putain. Qu'est ce que ça m'énerve ce genre de comportement fuyant. Il peut pas dire les choses franchement pour une fois ? La mine agacée, je le laisse déblatérer. Un petit jeune, un tout neuf qui croit que tout le monde il est bon, tout le monde il est gentil et probablement trop secoué par ce qui se passe pas loin. Il veut les préserver, j'en mettrais ma main à couper. Bras croisé, je jette un œil aux abrutis qui mouftent pas mais n'en pensent pas moins, se taisant plus par peur de s'en manger une autre que parce qu'ils sont d'accords. Ça se lit dans leurs yeux. Évidemment ils ont peur de s'en prendre une, vu ce que j'ai fais subir à deux gars en moins de dix secondes – ou alors ils ont peut d'autre chose, ce autre chose qui s'appelle purge. Y en a deux qui se sont penchés sur leur pote qui est tombé par terre inconscient et me regardent fort méchamment. Ça me passe carrément au dessus de la tête mais je connais ce genre de regard. C'est des types prêts à tout. Des types comme moi.

Un penché en avant, l'autre par terre... Et les trois autres en colère enfermés dans un espace clos. Qu'est ce que ça fait ? Il faut parfois un instant pour que les choses changent. Désespoir. Dernière chance. Pris au piège. Chacun pour soi. Y en a un qui se précipite en avant – celui que j'ai frappé – attaquant mon fameux collègue qui trop surpris pour réagir, se laisse totalement débordé. J'entends pas son cri de douleur quand la lame l'atteint, mais je vois bien l'éclat d'argent de cette dernière. Il se précipite sur la gamine alors que je m'occupe de deux autres types. Ils sont plus coordonnés que prévu, les connards. Mon regard se fait foudroyant et j'ai le temps de prendre un des gars pour qui m'arrive dessus pour le jeter sur son pote avec ma force de bœuf. Le Kekkai tient juste assez pour encaisser les dos lorsque la masse informe de corps le percute de plein fouet. Je m'occupe pas de la vice-capitaine – elle doit être assez grande pour se démerder face à des gars seulement armés de couteau plus ou moins long – ni même de mon collègue qui est tombé par terre. Il se débrouillera. Et c'est qu'un coup de couteau.

Il me faut un clignement de paupières pour venir jusqu'à eux. Je me moque du pseudo public qu'on a, de cette histoire de purge et tout ce qui va avec mais le cri que pousse l'un des gars quand je lui écrase la main l'empêche de déblatérer ces conneries. En réalité, elles sont presque vraies et c'est la peur qui fait vibrer sa voix. La ferme. Je récupère les armes de fortunes des deux agresseurs, quelque part ravi que ces derniers nous aient donné de quoi attaquer.

Si ça ne tenait qu'à moi, ils seraient déjà morts. Mais c'est pas notre rôle. Et puis je crois qu'ils ont bien les boules là, déjà. Et ouai, s'attaquer à des shinigamis avec des cures dents, c'est un peu con quand même. Un sourire ourle mes lèvres. Un sourire féroce qui signifie juste « essaye ». Essaye d'attaquer. Va y.

Ouaich:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dommage collatéral [PV Arisu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dommage collatéral [PV Arisu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)
» PAS DE WYCLEF? QUEL DOMMAGE!
» Présentation d'Arisu
» Galerie d'une Arisu !
» Dommage c'est bête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-