AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Un monstre à Tokyo [Riful]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 112
MessageSujet: Un monstre à Tokyo [Riful]   Mer 4 Fév - 1:20

L’un des avantages de posséder un corps spectral parmi les vivantes demeures la possibilité d’accéder sans contrainte d’argent au loisir que le commun de la population s’adonne. Les inconvénients ne sont point inexistants, déjà le simple fait de choisir son siège. Si c’est pour une petite représentation, il n’y a guère de soucis à l’inverse concernant les pièces reconnues ou les grosses productions cinématographiques elle devait ruser pour trouver une place sans déranger ou être dérangée. Parce qu’il n’y a rien de plus désagréable de voir une foule de personnes anonyme s’assoir sur soi et ce relevé sans pouvoir montrer son agacement au risque d’annuler la représentation à cause d’une raclée aussi subite et sauvage provoquée généralement par un poltergeist d’après les spécialistes des fantômes. Ironiquement si ses nerfs venaient à faillir, ces experts du dimanche ne seraient pas si éloignés que ça de la vérité. Juste qu’ils devront changer le nom de la créature et se renseigner sur ses possibilités. Remarquons que le fait de voir du pop-corn ou des boissons volantes peut donner les mêmes effets.

Le cinéma étant un exemple parmi tant d’autres, même si Arturia préférait le théâtre. Sans doute, le côté spectaculaire des effets spéciaux excessivement utilisé et de certain code redondant rendant certaine scène comique alors que le but s’avérait complément inverse. Pourtant les schémas narratifs entre le grand écran et le théâtre retrouvaient plus d’une similitude hormis de la manière de raconter leur récit. Bien que généralement assistant aussi bien aux séances en salle de projection qu’en amphithéâtre. L’aspect glacial du tissu et le fait de s’y rendre généralement en solitaire pendant que ces compagnons surveillaient les alentours pour elle n’aidaient pas. Contrairement à celle des comédies sur scène ou le fait de voir les acteurs jouer devant soi récitant leur rôle en direct sans autre fioriture que l’accoutrement imposé par leur personnage. Un exercice donnant davantage de mérite aux yeux de l’arracher.

Enfin, qu’il s’agisse d’un média ou un autre, pour convaincre le public il fallait que le spectacle proposé se montre à la hauteur. Lorsque l’attente est au plus bas, il est aisé de satisfaire son auditoire, ce qui est le cas aujourd’hui concernant l’arrancar avec le film que l’on qualifierait de navet. Arturia aurait aimé qualifier ce produit de nanar. Hélas, l’histoire d’un énième méchant monstre rasant la ville pendant que l’armée constituée de tank en carton et d’ogive possédant la puissance d’un pétard tente en vain de le stopper. Jusqu’à l’arrivée d’un gentil monstre aussi moche que son comparse l’arrête dans une lutte faussement épique.

Remarque, Arturia ne s’imaginait pas avoir un divertissement de qualité à cette heure du soir, si sa mémoire de l’heure ne lui faisait pas faux bon, il devait être minuit passé. Ce n’est pas pour rien que ce genre de film est diffusé dans des salles de cinéma modeste. Les citoyens de la capitale nippons sortis en couple ou entre ami n’avaient, semblent-ils, plus la tête au désastre ludique que leurs yeux et oreilles venaient d’assister. Hormis pour en rire ou pour se lancer des blagues entre eux.

L’arrancar soupira, non pas qu’elle s’interrogeait sur la suite de sa soirée, mais cette impression que la fiction venait se rejoindre à la réalité afin de lui pourrir la soirée. Enfin, elle ne devait pas être aussi négative, quoique le hollow qui s’approche dans sa direction dispose d’une puissance colossale. Fuir ne servira à rien dans son cas pas si, autant aller à la rencontre de cette entité surpuissance. Après tout, elle n’est qu’à une ruelle de sa position.

C’est alors qu’elle aperçut de son regard d’émeraude la Vasto Lorde. Des siècles, non un millénaire après avoir vu son dernier seigneur du monde creux. La poignée de ces hollows ayant croisé les iris de la blonde, signifiait art vivant d’un travail d’orfèvre. Même si dans le but d’arriver à ce stade ils ont dû dévorer des centaines voir des milliers des siens. Un goût dont ne raffolait aucunement Arturia. Pourquoi ce hollow à l’allure de femme liane s’aventurait sur terre ? Une question à laquelle l’arraché irait chercher une réponse et notamment sur le fait qu’aucune Shinigami ou repear ou même fullbringer ne l’ait intercepté est-ce que sa force la protéger de ce genre de représailles ? D’une voix calme, elle interpella l’inconnue venue du Hueco Mundo.
    Bonjour Vasto Lorde, je me nomme Arturia et toi comment appelle-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3056-arturia-mayer

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Un monstre à Tokyo [Riful]   Dim 8 Fév - 9:28

La différence majeure qui existait entre le Hueco Mundo et la Terre était évidente : les âmes de ce monde étaient nombreuses mais d'une faiblesse affligeante. Le simple fait de percevoir l'aura de la Vasto Lorde les faisait sombrer. Certes, au Hueco Mundo aussi il existait des âmes peu réceptives à cette force. Néanmoins même les plus faibles des Hollows disposaient d'une puissance spirituelle. Ce n'était pas le cas ici. Peu la voyait. Certains ressentaient sa présence mais ce n'était que pure intuition, ou instinct. Ainsi, passées les premières heures à se gorger d'âmes quelconques, elle avait décidé de mettre le Holà et de se promener un peu avant de songer à raser aussi ces quartiers.

Bien qu'ayant refusé de prendre une apparence plus humaine - elle le pouvait de par les particularités de sa structure charnelle - elle prenait plaisir à parcourir cette ville en s'agrippant aux immeubles, en se propulsant toutes lianes dehors, ou tout simplement en survolant certaines zones intéressantes. Elle était curieuse et cela justifiait sa retenue pour le moment. Mais une telle femme, régie seulement par ses émotions et son instinct, n'était jamais à l'abri d'un pétage de câble soudain.

Certes, quelques Shinigamis avaient essayés de s'interposer mais ils avaient tous terminés dans son estomac. Perchée sur son épaule, Isis restait silencieuse. Quelque peu apeurée par le caractère si imprévisible de sa maîtresse, elle lui servait de guide lorsque c'était nécessaire. Et ce n'était pas régulier, évidemment. Alors qu'elles traversaient un nouveau quartier, Isis perçut la présence d'une autre entité à distance respectable. Son regard se posa sur Riful qui l'ignora. Elle savait qu'elle l'avait perçue, pourtant. La créature apparue. Riful se stoppa, sourire aux lèvres, posant son regard sur elle. Mais elle ne répondit pas. Pourquoi faire en réalité ?

Sachant que la situation pourrait dégénérer si elle n'intervenait, Isis prit le relai. Elle sauta à terre et se dirigea vers celle qui portait le nom d'Arturia. La mine fermée, elle observait l'allure de celle qui n'avait pas peur de se présenter ainsi devant sa maîtresse. Elle devait être sur terre depuis un moment pour avoir oublié que l'on ne s'adressait pas ainsi à un Vasto Lorde. Surtout un Vasto Lorde dont la simple présence suffisait à faire taire même les humains pour qui elle était pourtant invisible.
    - Bonsoir Arturia. Tu ne mérites aucunement d'entendre le nom de ma maîtresse de sa propre voix. Surtout en t'adressant à elle de la sorte. As-tu donc oublié ce qu'était un Vasto Lorde ?

La colère était évidente dans les propos de l'Arrancar. Derrière elle, quelques tentacules frémirent, certains se dirigeant vers elle, comme pour sentir Arturia. Comme pour mieux la cerner. Ce qui signifiait que sa reine avait décidé de s'intéresser à l'Arrancar. Sa voix s'éleva enfin. Aussi ancienne que la terre. Mais pure et douce.
    - Allons, Isis. Est-ce ainsi que tu as été élevé par ton ancien maître ? Nous sommes sur terre. Les conventions n'ont pas d'importance.

Elle se rapprochait d'elles. Peu à peu, la partie inférieur de son être prenait place, s'ancrant à même le sol et laissant les tentacules faire corps avec la terre elle-même. Elle dégageait une aura étrange.
    - Je suis Riful, Reine des Terres se trouvant au delà du Yermo. Aussi appelée la Destructrice. Et la petite créature désagréable, là, c'est Isis. Ma suivante. Que me veux-tu, Arturia ? Même toi auras deviné qu'on a tendance à m'éviter, n'est-ce pas ? Je suis curieuse...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816

avatar
Messages : 112
MessageSujet: Re: Un monstre à Tokyo [Riful]   Mer 18 Fév - 0:16

Il y a par moment où Arturia malgré son expérience se demandait à quoi s’attendre. Le Vasto Lorde l’ignora ouvertement pour ensuite commencer à s’intéresser à elle. Ces rencontres avec ce type de hollows sont demeurées rares au fil des siècles et cela s’est rarement bien fini pour eux. Or cette fois Arturia se trouvait face à un très puissant seigneur du monde creux. De mémoire elle n’avait jamais vu un hollow non arrancardisé aussi fort. Si la servante se trouvait largement à sa portée, la maitresse est hors d’atteinte pour l’Anglaise. En parlant de la servante dénommée Iris, elle se questionne si sa colère était là pour prouver sa dévotion ou pour la protéger de celle de Riful ? Enfin en cet instant elle ne craignait rien du moins c’est ce qu’elle espérait et n’hésita pas à se montrer curieux envers sa véritable interlocutrice, dans un geste aussi simple que toucher de l’index les bandelettes venant à elle. Une sensation étrange cela est un peu comme sentir du tissu fusionné à une peau durcie.
    Nous voilà donc avec un point commun. La curiosité envers autrui.

Retirant son doigt doucement des bandelettes et se concentrant sur la dénommée Riful qui s’est enterré à moitié dans le sol. Elle songea immédiatement que si combat il devait y avoir, de se méfier du sol. Certes, ce n’est pas le sable du Hueco Mundo, mais Arturia s’imagine que pour la Vasto Lorde que le bitume n’allait pas lui causer de problème particulier.
    Ô j’ai bel et bien ressenti ta puissance très chère Riful et c’est elle qui m’a intrigué. Part le simple fait que tu puisses vagabonder sur terre sans qu’aucun shinigami ne soit intervenu en nombre suffisant pour te détruire ? Il me serait aussi intéressant de connaître la raison qui t’a poussé à venir voyager sur terre ?

Calme, mais ne dissimulant rien de sa curiosité envers la Vasto Lorde. Ce genre de créature il valait mieux l’amadouer en y mettant certaines formes, plutôt que de les froisser. Ils ont la fâcheuse tendance à l’instar d’Arturia de pouvoir être capricieux pour un rien.
    J’aimerais répondre à ta servante Riful. *Fixe Iris* Sache que je ne plie sous aucune menace de force. Seul l’esprit peut me faire courber l’échine.

Une voix ferme afin d’envoyer un message davantage adressé au maitre qu’à l’esclave. À voir si cela va amuser son interlocutrice ou au contraire la faire entrer dans une colère noire à l’image des plus sombre, tempête. Dans ce cas, l’arraché devra essuyer une apocalypse supplémentaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t3056-arturia-mayer

avatar
Rang : Reine des Terres au delà du Yermo

Messages : 1225
MessageSujet: Re: Un monstre à Tokyo [Riful]   Sam 21 Fév - 8:51

Une curiosité morbide, apparemment. C'est ce qui poussait cette créature à ignorer toutes les mises en garde qui se dégageaient en automatique du corps imposant de Riful et à venir braver le danger. Il s'agissait là d'une audace comme rarement la Vasto Lorde en voyait. Mais ce mot ne représentait rien pour elle. Qu'un son pour justifier la bêtise, tout au plus. C'est précisément pour cela que les Arrancars étaient des imbéciles. Ils ignoraient ce que leur corps leur criait : fuir. Éviter le danger. Mais ce masque, ce sabre... Ils annihilaient les instincts les plus primitifs des Hollows.

En tout cas, il est vrai qu'elle ne manquait pas de courage. Isis s'agaçait de la voir répondre ainsi mais à partir du moment où Riful avait pris la parole, elle n'avait évidemment plus la main. Elle avait averti la femme de ne pas dépasser certaines bornes et les cartes étaient déjà distribuées. Advienne que pourra, désormais. Ainsi la servante se retenait de répondre elle-aussi à cette femme. De toute façon, connaissant sa maîtresse, elle ne laisserait pas passer certains des mots prononcés. Elle en eut la confirmation lorsque le rire de cette dernière se fit une fois encore entendre.
    - Seul l'esprit peut te faire ployer, dis-tu ? Ça, vois-tu ma chérie, c'est parce que tu es jeune. Tu ne sais donc pas encore ce que cela fait de se retrouver face à une puissance capable de te briser sans que tu ne puisses rien faire. Il serait de bon aloi que tu comprennes une chose si tu tiens à voir le jour se lever une fois encore. Il existe des monstres en ce monde qu'il ne faut pas défier. Jamais. Sauf à avoir envie de mourir.

Son regard s'illuminait alors qu'elle se plongeait dans celui de cette femme. Des frissons traversèrent le corps d'Isis qui se recula d'instinct. Il ne s'agissait pas là de force ou d'une quelconque démonstration de puissance. Seulement Riful était folle. Capable de tout sur un simple coup de tête. Et c'était cette incertitude permanente qui faisait d'elle ce monstre. Imperturbable. La Destructrice ne suivait aucune règle. Pas même celles qu'elle fixait aux autres.
    - Mais tu m'amuses. Je vais donc te répondre. C'est encore la curiosité qui m'a poussé à venir en ce monde. Ainsi que l'ennui, je dois le dire. Mes jouets préférés souhaitaient venir ici et je ne pouvais me résoudre à les laisser partir sans moi. Alors j'ai suivi le mouvement. Quant aux Shinigamis, ce serait mentir de dire qu'ils n'ont pas essayés de m'arrêter. Mais qu'ils sont pathétiques, en réalité. Et assez peu digeste.

Elle passa sa main devant la bouche, comme pour retenir un haut de coeur. Illustration parfaite de ce qui était advenu de ces pauvres êtres. La remarque fit sourire Isis. Un sourire sans joie, néanmoins. Derrière elle, quelques tentacules s'activaient. Un simple mouvement faucha plusieurs âmes humaines quelques mètres plus loin. Sans raison aucune. Juste parce que rester statique dérangeait la belle.
    - Et que fais donc un Arrancar par ici ? Je comprends que tu puisses cacher ta force pour ne pas apparaître aux yeux des Shinigamis. Mais de ce que je vois de cette terre, en dehors du fait qu'elle soit un gigantesque garde-manger, je ne lui trouve aucun intérêt. Toutes ces battisses, ces rues, ces obstacles. Il me démange de faire table rase...

Plusieurs de ses membres s'élevèrent du sol pour rejoindre le corps massif de la belle. Ce qui n'était jamais bon signe. Isis sut ce qu'elle devait faire. Un simple bond lui permit de rejoindre sa maîtresse. Si celle-ci décidait de raser ce quartier, il était préférable d'être à ses côtés plutôt que face à elle. Pour l'heure, rien ne présageait qu'elle le fasse. Mais supposer des actes de Riful était souvent voué à l'échec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2543-riful-la-destructrice#21816
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un monstre à Tokyo [Riful]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un monstre à Tokyo [Riful]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monstre de la nouvelle map (Ascadia)
» Question monstre !
» Seaux, rateaux & monstre. [Orange Town, Rang C, Chasseur de Prime, Elimination monstrueuse]
» Le Mini-jeu : Comment élever un monstre
» [Mission] Maman, ya un monstre sous mon lit !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-