AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Mar 10 Fév - 21:25

La Purge était terminée, les problèmes sur Terre réglés, et malgré l'absence de la Capitaine-Commandante, toujours sur Terre, tout allait pour le mieux, ou presque, à la Soul Society. En effet, le choc causé par ce dernier point de trouble avait été atténué par le retour dernièrement d'une ancienne figure importante du Gotei 13, Tenma Akito, qui était en mission dans le monde des humains depuis des dizaines d'années. Il avait été renvoyé à son poste par Asuna elle-même, et avait pu de fait confirmer la bonne santé de la Reine des Dieux de la Mort. Le Seireitei continuait d'avancer dans la bonne direction. Et un certain Capitaine ressentait une joie toute particulière.

Taka conclut la dernière ligne du rapport qu'il était occupé à rédiger, et abandonna son stylo sur son bureau où se dressaient d'imposantes piles de feuilles noircies de chiffres et lettres en tout genre. Il avait terminé son travail pour la journée alors qu'il était à peine midi, et allait pouvoir laisser libre cours à une fantaisie qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps déjà. Depuis qu'une certaine information avait été portée à sa connaissance, en vérité. Et la seule chose qui l'avait empêché de laisser libre cours à cette pulsion plus tôt, c'était la masse de travail qu'il avait à accomplir. Maintenant qu'il était tranquille, rien ne l'empêchait de le faire.

Se levant souplement, il rajusta son haori et tira sur le bout de ses manches. Jetant un regard dans le miroir au mur derrière lui, il ne constata rien d'anormal : il était aussi pâle qu'à l'accoutumée, et ses traits n'étaient pas trop tirés. Il y était allé mollo aujourd'hui, en prévision de ce qu'il avait à faire. Pour ça, il fallait qu'il soit en pleine forme. Oh, il savourait déjà le moment. S'approchant du fond de la pièce, il attrapa ses deux zanpakutôs et passa les fourreaux à sa ceinture, laissant les lames jumelles se lover contre son flanc. Question d'étiquette. Puis, jugeant être prêt, il quitta son bureau, et annonça à qui voulait l'entendre qu'il avait une course à faire, et que si on le demandait, il serait à la Septième Division.

Une fois que plusieurs Shinigami eurent confirmé la bonne réception de la consigne, le blondinet partit d'un bon pas, direction les quartiers de la Septième Division. Il allait rendre visite à son vieil ami Raïtoku... Qui était devenu Vice-Capitaine de la Septième. Lorsqu'on lui l'avait annoncé, le Kazegai n'y avait pas cru. Le sourd lui avait tellement rabâché qu'il n'était pas fait pour le commandement, et tant d'autres arguments - la quasi-totalité utilisés autrefois par le Kazegai, d'ailleurs, et tous désamorcés méthodiquement par le Seigi, mais ça, le nouvellement promu préférait sans doute l'ignorer - que le voir à ce poste était assez cocasse, même si le blondinet savait que le rôle lui irait comme un gant.

Et au vu de tout ce qu'il avait subi, il ne pouvait pas résister à l'envie de se moquer un peu. Le retour de bâton, en somme. Bien sûr, il n'y aurait rien de méchant là-dedans, ce n'était pas le genre de Taka qui se révélait un ami aussi bon qu'il était terrible en tant qu'ennemi. Mais deux trois piques en toute amitié, surtout avec Raïtoku, c'était le cours normal des choses. Les allées du Seireitei défilèrent rapidement sous les pas du maigre Shinigami, et il atteignit rapidement son objectif. Obéissant à l'étiquette, il ne voulait pas s'imposer et appela le premier Dieu de la Mort qui passait, et l'interrogea :


- Soldat, le Vice-Capitaine Seigi est-il disponible ? Le cas échéant, pouvez-vous me conduire à ce cher Vice-Capitaine ?

Oui, la phrase sonnait un peu lourd, mais le Faucon ne pouvait pas s'empêcher de savourer ce mot. Il avait un goût sucré sur la langue, le goût fruité d'une douce vengeance mûrie à souhait et parfaitement méritée...

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Mar 10 Fév - 23:39

Je n'aime vraiment pas ce bureau, mais il faut avouer qu'il est au moins assez calme pour pouvoir lire tranquillement. Le fait que peu de shinigamis de la division ait le courage de venir jusqu'ici pour me déranger était également une bonne chose. Que je sois ici ou ailleurs, ça ne changerait pas grand chose de toute façon mais puisque ce rapport avait été déposé ici, par praticité, j'avais commencé à le lire ici. Le rapport sur la purge dont m'avait parlé le Capitaine de la dixième division. J'imagine que me voir lire ce genre de document pour le moins rébarbatif aurait de quoi étonner ceux qui me connaissait de manière succincte, mais il s'avère que je sais lire et que je n'ai aucun problème à le faire. Et je m'intéresse à certaines informations disséminés dans cette espèce de bible. L'Igarashi avait du franchement en chier pour écrire tout ça. Grognant contre les feuillets récalcitrant, je recale mon dos contre le cadrant de la fenêtre sur laquelle je me suis installée, une jambe pendant dans le vide, l'autre installée sur le chambranle. Le bureau est pourtant à quelques pas et je serai sûrement mieux installé dessus, mais je me refuse à poser une fesse sur la chaise qui lui fait face. Et puis en fait, j'aime la hauteur, je me sens à l'aise et si ça ne tenait qu'à moi, je me serai sûrement installé sur le toit mais le vent m'aurait trop emmerdé pour lire. Alors par défaut, je me suis mis là, mon zanpakutô contre mon épaule.

Le rapport précise un peu plus les informations que j'avais obtenu du Capitaine, étayant les informations donné, listant des districts qui avaient été les plus touchés par la purge. Il faut que je fasse le lien avec les autres rapports mais ma mémoire pas trop mauvaise fait concorder les informations, à peu de chose près quoi. C'est que j'ai pas lu tous les rapports non plus, faut pas déconner, je suis pas aussi zélé. Je tapote la page que je lis du bout du doigt, réfléchissant un peu à ce que j'avais bouffé jusque là. Comme je le disais, la surveillance du Rukongai c'est pas une sinécure, très franchement. Y a une tonne de coin sur lesquels il faudra davantage se pencher et se méfier surtout. Mon regard tombe un instant sur le brassard de bois qui trône sagement sur le bureau dont je m'approche pas. J'ai même pas dû le mettre une fois à vrai dire et j'ai tendance à l'oublier par ici dès que je sors – faut déjà que je sois dans ce bureau, ce qui arrive pas souvent. Cette fois, c'est par commodité plus que par volonté, on va dire.

Une vibration – plutôt un léger reiatsu – me fait relever la tête alors que je vois la porte du bureau s'ouvrir doucement. Une manière d'annoncer quelqu'un à un mec qui est sourd et qui peut pas tout simplement percevoir le « toctoc » usuel – pour ce que j'en sais, j'ai jamais entendu ce soin de ma vie. Un froncement de sourcil accueil le shinigami qui ne tarde pas à se retirer pour laisser sa place à une personne que je connais un peu trop bien. Forcément, je me doutais bien qu'il allait venir un moment ou à un autre, mais j'espérais que ça tarderait un peu plus. Je jette un coup d’œil de l'autre côté de la fenêtre, avisant le sol en contre bas qui me donnait une bonne échappatoire. Dommage que je sois pas du genre à fuir, même une discussion avec un Taka visiblement bien amusé par cette situation. Tu as un truc de précis à me dire ou c'est juste pour te foutre de ma gueule entre deux rapports ? Je me doute de quoi il va parler mais au moins, j'entame la conversation avec ma bonne humeur usuelle – douce ironie, je suis d'une humeur plus qu'inégale depuis que le capitaine Serpiente s'est amusé à me parachuter à cette place inconfortable. Il en a peut être eu des échos, ou pas, mais si il est ici, c'est qu'il a au moins eu celui de ma promotion soudaine et inexplicable.

Je soupir, me rendant compte moi même que je suis injuste avec le Kazegai qui n'est pas franchement responsable de ce qui m'est arrivé – aux dernières nouvelles en tout cas, je suis pas assez parano pour croire qu'il est responsable cela dit. On réagit pas tous avec philosophie ou maîtrise face à une situation semblable. Je suis pas Taka, je l'ai toujours dis. Et j'ai pas franchement la tronche de l'emploi. Peut être que le Capitaine va finir par se faire une raison et comprendre que je suis pas à ma place ni dans ce bureau, ni avec ce foutu brassard sur le bras - que je ne mets pas, soit. Ou peut être qu'il est aussi têtu que moi et dans ce cas, je suis mort. Sérieusement. Y a pas pire choix possible que moi, à cette place. Et personne ne pourra me faire avaler ses couleuvres.

_________________


Dernière édition par Seigi Raïtōku le Dim 15 Fév - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Mer 11 Fév - 0:17

D'un hochement de tête respectueux et de quelques mots soigneusement choisis, le Shinigami confirma la présence du Seigi dans son bureau, et invita le Kazegai à le suivre. Si physiquement, le Capitaine de la Cinquième avait le même air imperturbable que d'habitude, pour éviter de ternir sa réputation, intérieurement, il jubilait. L'ancien Taka n'aurait jamais osé se moquer de qui que ce soit, déjà qu'il n'était même pas capable de se considérer comme autre chose qu'un déchet. Mais depuis qu'il avait enfin pris son envol et qu'il était Capitaine, il ne crachait pas sur quelques taquineries de temps à autres, tant qu'il savait que son interlocuteur les supportait. Et en l'occurrence, c'était le cas.

Le Dieu de la Mort resta silencieux durant tout le trajet, aussi Taka fit de même, mais la conversation n'aurait de toute façon pas duré longtemps : il fallut moins de dix minutes aux deux Shinigami pour atteindre leur objectif. L'homme de la Septième frappa le premier, puis passa la tête dans l'embrasure, avant de laisser la place au responsable des Archives, et de filer sans demander son reste avec une grimace qui n'augurait rien de bon concernant l'humeur de Raïtoku. Le guerrier au haori entra donc dans le bureau, dont le mobilier éponyme n'était pas occupé par son propriétaire légitime : celui-ci se tenait près de la fenêtre, assis avec nonchalance, moitié dedans, moitié dehors.

Le Shinigami sourd avait l'air d'une humeur massacrante. Enfin, plus que d'habitude, quoi. Le maigre Capitaine, lui, ne se départissait pas de son sourire, qui lui donnait l'air d'un renard satisfait d'une farce. Sans mot dire, il s'approcha du bureau, où trônait le brassard de bois frappé du symbole de la Septième. Saisissant l'objet entre ses mains, le blondinet l'examina d'un regard expert, puis lâcha à voix haute, exagérant volontairement ses mouvements de lèvres et son air surpris pour que son ami comprenne la plaisanterie :


- Oh ! Un brassard de Vice-Capitaine. Je me demande à qui il est... Mais.... Serait-ce le tien, Raïtoku ? Ça alors ! Comme c'est étonnant ! Je tombe des nues !

Conscient qu'il poussait un peu, là, il reposa le brassard, puis s'éloigna du bureau, pour se prémunir d'un éventuel coup de semonce du Vice-Capitaine de la Septième. Parce que oui, c'est que son interlocuteur était désormais, que ça lui plaise ou non. D'humeur badine, Taka fronça les sourcils, prit un air renfrogné et agressif, cala ses poings sur les hanches, et commença à dire avec une grosse voix - même si ça n'était d'aucune utilité vu la nature de celui avec qui il discourrait - qu'il n'était pas fait pour être Vice-Capitaine, ne le serait jamais, et puis c'est tout. Et il rit de sa propre plaisanterie, qui, à défaut d'amuser le concerné, l'amusait beaucoup, lui. Et puis il arrêta pour de bon, conscient qu'il valait mieux ne pas écœurer trop vite son ami.

Adoptant un visage plus sérieux et le léger sourire qui le caractérisait, il regarda autour de lui : l'endroit était encore relativement intact, et il s'efforça d'en imprimer la topographie, puisqu'avec un occupant tel que l'actuel, il risquait de ne pas le rester très longtemps. Reportant enfin son attention sur son camarade, il commença à signer.
* Félicitations pour ta promotion, Raï. Ne casse pas ton bureau trop vite. * Ce sans se départir de son sourire, véritablement sincère cette fois, pas moqueur.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Mer 11 Fév - 18:29

Évidemment, il fallait qu'il me joue le grand jeu. Il se moque, purement et simplement de ma gueule, que ça soit de cette foutue promotion qui est sortie de nulle part que de mon propre comportement, quelques temps avant. Enfin, plutôt de mon attitude usuelle quand on commençait à me parler promotion, responsabilité ou tout autre connerie du même acabit. Il en profite comme jamais, le bougre, et si je me renfrogne totalement devant sa plaisanterie dont il est un peu le seul à rire, je peux pas m'empêcher de me dire que je l'ai pas volé. Je me souviens parfaitement de mon comportement quand ce dernier était devenu vice-capitaine et de mes moqueries à ce sujet... Cela dit, autant j'ai conscience que c'est là mérité, autant l'accepté en l'état me paraît bien moins évident et il peut parfaitement lire sur mon visage comment je prend sa blague. Je le savais. Je le savais avant même qu'il foute un pied ici que j'allais avoir le droit à un discours moqueur du genre et c'était la seule raison pour laquelle j'avais espéré que ce dernier serait encore occupé longtemps dans ses propres quartiers. A croire que les Capitaines ont pas tant de boulot que ça si ils peuvent venir s'amuser aux dépends des autres. Alors ma première réaction – après m'être renfrogné sur mon appuis de fenêtre – c'est de grogner comme un animal agacé.

Sa phrase signée, si elle me fait froncer les sourcils – félicitation, mon cul – m'aurait presque arraché un sourire si j'avais été d'humeur plus badine. Et si c'est le cas de ce renard blond de capitaine, c'est franchement pas mon cas à moi, bien au contraire. C'est que je reste franchement pas enchanté par tout ça, même si je commence peut être par me faire une raison. Non, en fait, j'y arrive pas et je sais toujours pas ce que je fous ici. Je me replace en face de mon interlocuteur, restant tout de même sur ma fenêtre – que j'ai adopté, au contraire de la chaise de ce bureau. Abandonnant le rapport de l'Igurashi sur le côté, mon zanpakutô toujours calé contre mon épaule, je lui réponds de la même manière, en signant avec des gestes secs, traduisant un ton de voix inaudible. T'es vraiment mauvais pour les imitations. D'ailleurs, ça me rappelle que je suis sensé apprendre à tous les membres de cette division à faire de même. Putain. Je le haïs, ce Capitaine. Et me félicite pas, j'ai rien demandé et j'ai pas eu le choix. Le capitaine Serpiente est juste un taré pour croire que je peux jouer les vice-capitaines. C'est vrai, suffit de me voir dans cette pièce pour se rendre compte du parfait décalage qu'il y a entre moi et ça. Ça englobe chaque petits meubles placés au millimètres près, à ses feuilles rangées, à ce bureau trop grand – trop chiant. C’est bien simple, je fais tout simplement tâche dans le décor. Je suis un type de l'extérieur, un combattant qui passe son temps à faire sa tambouille dans son coin, à s'entrainer et à jouer des muscles, pas à entendre des doléances ou autres conneries du genre. Putain, je suis sourd merde ! J'entends quedal ! Et j'ai aucune raison de vouloir perdre mon temps à m'y employer.

J'ai pas envie d'exposer tout mon ressentiment à la gueule de Taka, j'aime pas vraiment me confier à qui que ce soit d'ailleurs. Par habitude plus qu'autre chose. J'ai clairement conscience que je suis pas fait pour ça et j'en démords pas malgré le grade qu'on vient de me foutre sur les épaules. Je sais même pas c'est quoi, le boulot d'un vice-capitaine ! Et en réalité, je suis pas sûr d'avoir envie de le savoir. Bien sûr, j'ai déjà vu sur quoi planchait le Kazegai quand il était à cette place, alors j'en ai une idée un poil plus précise que ce que j'aurai pensé mais à part ça... Me relevant finalement pour abandonner le rapport que je lisais sur le dit bureau, replaçant mon zanpakutô à la hanche, j'en profite pour clarifier quelque chose. Je compte pas m'attarder là dedans. J'y suis venu juste parce qu'il était plus simple de lire ce rapport ici et qu'au moins, je suis au calme. Franchement, j'ai rien à foutre derrière ce truc et encore moins avec ça au bras. Surtout maintenant. Taka est un capitaine, en cela, je me doute qu'il apprécierait pas de voir un vice-capitaine sans son brassard de fonction – un peu comme le haori pour les plus haut gradé en somme – mais c'est aussi un ami. Et là, c'est à l'ami que je parle, pas au chef de la cinquième division et je pense qu'il fait la part des choses.

Je me souviens que y a pas si longtemps, j'avais quand même songé à aller voir Taka, même si je savais que ce dernier allait se moquer et me renvoyer dans la gueule les moqueries que je lui avais fait subir. Mais je m'étais quand même dit que c'était la seule personne avec qui je pouvais parler ouvertement d'un truc qui me tracassait. Enfin, je suis passé au delà du simple tracas à vrai dire. Enfin, je rage, mais c'est pas comme si j'avais trop le choix de toute façon mais j'ai besoin d'extérioriser. ET Taka est le seul avec qui je peux le faire, en somme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Mer 11 Fév - 21:55

C'est Serpiente, Capitaine de la Septième Division, qui avait offert le poste à Raï. Enfin, offert, il lui l'avait sans doute imposé, comme l'avait fait Shu à l'époque avec l'équivalent à la Dixième pour le Kazegai. Et si le blondinet comme le sourd avaient refusé le poste, c'était pour des raisons complètement différentes. Enfin, ça ressemblait bien au Serpent de parier sur l'un des types les moins aimables du Gotei 13 comme Vice-Capitaine. Du moins, de ce que Taka savait du borgne, qui restait un mystère sur de nombreux points. Un homme nébuleux, tout le contraire de Raïtoku, qui fonctionnait assez simplement.. tout en gardant sa part de nuance.

Le dédain du Seigi pour son poste était plus prononcé encore que celui du Kazegai à l'époque, et l'homme de la Septième affirmait qu'il ne resterait pas longtemps à cette fonction. Le responsable des Archives envisagea de dire que son camarade ne quitterait le brassard que pour enfiler un haori, mais il s'abstint. Vu comme Raï était hérissé, il dévisserait sans doute la tête du Faucon sans faire exprès. Mais bon, le blondinet commençait à le connaître : il savait qu'il grognerait tout son soûl mais finirait par apprécier son poste. Tout le monde s'y faisait, après tout.

Et puis, il était un homme de terrain, et à la Septième il était servi. Ses attributions restaient liées au Rukongaï et à sa protection. Pour lui faire comprendre sa chance - toute relative, cela dit - Taka signa.
* Tu aurais pu être promu ET muté aux Archives. Non seulement on aurait dû travailler ensemble, mais en plus tu serais resté derrière ton bureau bien plus souvent. * Imaginer le sourd aux Archives amusa le Kazegai. Il n'aurait pas fallu longtemps avant que les vastes allées aux hautes bibliothèques soient réduites à feu et à sang, comme après des invasions barbares...

Et puis, tous les jeunes de la Division se seraient fait porter pâles. Quand on ne le connaissait pas, Raïtoku était plutôt effrayant. D'ailleurs, Taka se remémora leur première rencontre. Il était un tout autre homme à l'époque, et s'il avait tant évolué, c'était sans doute un peu grâce à son interlocuteur. Mais ce genre de choses ne se disaient pas : les deux hommes se le faisaient comprendre au travers de leurs piques mutuelles ou leurs discussions sensées. Ni le Faucon, froidement déterminé malré son apparente chaleur, ni le sourd, colérique et direct, n'étaient du genre à se laisser aller dans la complaisance d'amitié éternelle, de fraternité et toutes ces fadaises : ils agissaient, point. Ce qui les rendaient semblables tout en étant différents.

Avec les derniers évènements, le Seigi devait avoir beaucoup à faire. Le parfait baptême du feu, quoi. Taka aussi avait commencé à son poste avec de grandes obligations, puisque Shu travaillait sur un rapprochement avec la Quatrième. Par quelques signes habiles, le blondinet demanda à son trapu camarade comment il s'en sortait, avec le boulot. C'est la première chose dont les nouveaux Vice-Capitaines se plaignaient, passé la grisante sensation de la promotion : il y avait beaucoup de travail. Beaucoup trop, parfois.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Jeu 12 Fév - 11:45

Une grimace s'affiche sur mon visage face aux signes de Taka. La cinquième division, je préférerai qu'on me lâche seul au beau milieu du Hueco mundo plutôt que de devoir subir les affres de la division des archives, pire qu'une prison à mes yeux. La peine à perpétuité, voilà à quoi ça ressemblerait. Que le faucon soit dans son élément entre les rangées de papiers noircis et de livres était une bonne chose pour lui, je sais qu'il a toujours préféré le calme d'un bureau aux grandes démonstrations de force - bien que -, mais c'est loin d'être mon cas. Tant mieux quelque part, au moins avec le Kazegai, les archives étaient bien gardées - ce qui n'aurait jamais été mon cas. Si déjà je suis d'une humeur massacrante ici, alors imaginons pas le cas présenté par le Capitaine. La mort. Pour moi, c'est ce à quoi aurait ressemblé une vie de Vice-capitaine dans cette division, et c'était sans parler de la présence du blond. Non pas que je pense qu'on ne pourrait pas bosser ensemble... quoi que. Faut dire qu'on a pas forcément les mêmes méthodes et à vrai dire, je suis pas très doué pour le travail d'équipe. C'est ça aussi, un vice-capitaine, c'est sensé coordonner les forces, travailler avec tout le monde, faire le lien avec les autres divisions et travailler avec son capitaine. La blague. Rien que d'y penser me flanque un mal de crâne du tonnerre et me fait grincer des dents.

Enchainant, je me retrouve la hanche calée contre le bureau et les bras croisés sur le torse le temps que le Kazegai ne me questionne sur le boulot que j'ai à faire et la manière dont je m'en sors avec. Mon air renfrogné s'affirme alors que l'agacement vient poindre davantage encore dans mon esprit. Du boulot, ça manque pas, quand bien même en toute honnêteté, je pense que je m'occupe pas de certain truc que je devrais probablement. Déjà, suffit de voir les papiers sur le bureau pour constater que c'est pas la conscience bureaucratique qui m'étouffe. En même temps, si le Capitaine il est pas content, il aurait dû choisir une autre personne - il finira par regretter peut être et me lâchera les pompes. C'est l'enfer. Court mais direct, comme à mon habitude. J'explicite cela dit, parce que c'est Taka et que signer est moins fatiguant que de parler. Avec la fin de la purge, y a plein de problèmes dans le Rukongai actuellement, des petites révoltes, des incidents qui se multiplient. Et les autres shinigamis me font chier à foutre plus la merde encore. Ironique de ma part, vu que j'étais le chieur en question peu de temps auparavant, maintenant, c'est moi qu'on appelle quand y a de la merde - ou alors je la calme directe en jouant des muscles et en général, ils aiment pas ça. Y en a deux qui l'ont regretté y a pas longtemps d'ailleurs, suite à ma rencontre avec le capitaine de la dixième. Peut être que ça va vite les calmer, de savoir que je peux leur tomber dessus sans crier gare, il n'empêche que les deux en questions mouftent plus depuis.

M'enfin, c'est même pas la seule chose que j'ai sur la gueule et quand je parle de la suite - enfin, signe plutôt - j'ai l'air encore plus emmerdé. Qu'est ce que je fous là dedans ? Taka doit bien se marrer dans son haori. Et puis le Capitaine Serpiente veut que j'apprenne le langage des signes à la division. Et a lire sur les lèvres, aussi. Il croit au miracle. C'est peut être le pire au fond. C'est ce qui me fait le plus suer en tout cas, même si j'ai commencé avec une shinigami de la division - contre échange de bon procédé - il manque encore un certain nombre d'individu - genre, tous les autres. Puis le Kazegai sait comment je peux faire apprendre les choses en général - à coup dans la gueule, alors moi et la pédagogie on est pas des potes.

Et en songeant à coup dans la gueule, j'avise les deux lames à sa ceinture, bien plus intrigué par leur présence que par ma promotion aussi soudaine qu'absurde. On va pas y rester vingt ans. Depuis quand t'as deux zanpakutô toi ? Là, on touche plus ce qui me concerne, ce qui me plaît aussi. Le combat, voilà ce qui m'intéresse et j'ai pas oublié que ce dernier m'en doit un d'ailleurs. C'est que les entrainements de ce genre me manque et j'aurai bien besoin actuellement d'évacuer toute cette frustration qui ne cesse de me prendre à la gorge. Je vais juste finir par chopper un gars au hasard et lui faire une tête au carré dans pas longtemps. Enfin, je l'avais déjà fais en vrai, mais ça résiste pas beaucoup ces choses là... Le niveau est trop inégal dans cette division.

_________________


Dernière édition par Seigi Raïtōku le Jeu 5 Mar - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Jeu 12 Fév - 17:38

D'après le Vice-Capitaine de la Septième, la situation dans le Rukongaï n'était pas au beau fixe. Depuis la fin de leur opération de grande ampleur, les insurrections minimes étaient monnaie courante. Rien d'étonnant, après ce qu'ils avaient fait subir aux âmes innocentes... Il s'en était bien rendu compte le jour où il avait rencontré Idjouher Tamanart, elle aussi de la Septième, d'ailleurs. Les deux gosses qu'il avait voulu aider s'étaient enfuis en courant. Alors les adultes survivants ne devaient pas laisser les choses se passer si facilement que ça... C'est peut-être cette recrudescence qui avait poussé Serpiente à choisir un Vice-Capitaine d'action comme le Seigi.

Lorsque ce dernier évoqua sa potentielle tâche d'éducateur, Taka ne put s'empêcher de rire : Raïtoku, enseigner quelque chose à l'entièreté d'une Division ? Impossible. Le sourd était aussi patient qu'il était aimable, et c'était déjà un miracle qu'il ait pu lui-même apprendre le langage des signes - enfin, c'était sans doute une nécessité, ce qui avait dû l'aider à se motiver - et l'enseigner à une seule personne relèverait déjà du prodige, alors à toute une Division... Pauvre Raï, vraiment. Cessant de rire, le Kazegai lui adressa un sourire compatissant. Il aurait pu aider, mais il avait beaucoup trop à faire, et la Septième ne verrait peut-être pas d'un bon œil son ingérence dans leurs affaires.

Le Seigi changea complètement de sujet en interrogeant le Capitaine de la Cinquième sur ses deux zanpakutô. Il est vrai qu'il n'avait pas eu l'occasion de croiser Raïtoku depuis qu'il avait accédé à ce nouveau pouvoir, et qu'il n'avait pas pu lui expliquer les tenants et aboutissants de la chose. Par contre, il avait déjà pu vérifier leur puissance lors de quelques entraînements à l'écart du reste du Gotei 13, et il en était plus que satisfait. Il ne tomberait pas, lors des prochaines batailles. Considérant lui aussi ses deux sabres, il commença à signer pour répondre.


* Ça fait déjà quelques temps. Après la Purge, je me suis posé pas mal de questions, et j'ai décidé de devenir plus fort. Alors j'en ai parlé à mon zanpakutô, et il m'a avoué qu'il ne m'avait pas donné son nom complet. Donc, il a fallu que je lui montre qui était le patron. * Et avec un sourire entendu, il tapota la poignée de ses sabres. Ça avait été le combat le plus éprouvant qu'il ait vécu depuis longtemps. Sans doute depuis son affrontement contre Hotarubi des Maho Tsukaï... Mais il ne regrettait pas d'avoir tenté l'épreuve. Non seulement il était plus fort, mais il s'était en plus rendu compte de certaines choses.

Le maigre Shinigami avait donc franchi un nouveau palier. Mais il sentait sa marge de progression s'amenuiser : il était peu probable qu'il connaisse une autre amélioration d'une telle ampleur. Mais ça ne l'empêcherait pas de pratiquer sans relâche. Il avait trop de choses à protéger pour pouvoir se laisser aller. Considérant de nouveau Raïtoku, il lui annonça en signant qu'il faudrait qu'il lui montre de quoi ils avaient l'air libérés, un de ces quatre.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Ven 13 Fév - 21:17

Taka s'amuse. Il s'éclate même si il paraît compatir un peu à mon triste sort. Juste un peu, suffisamment pour pas que ça m'emmerde trop et pas assez pour que ça soit ridicule. Enfin, le blond me connaît assez pour savoir que l'un dans l'autre, je fais un piètre professeur et il est plutôt bien placé pour s'en être rendu compte. Avec un peu de chance, j'apprendrai assez de truc à Tama pour qu'elle puisse transmettre, je suis certain qu'elle est plus douée que moi à ce niveau. Enfin, je délaisse facilement ces maussades pensées pour m'intéresser à ce que me signe Taka sur ses fameux zanpakutô. Un haussement de sourcil accompagne ses mots, surpris. Je suis pas le genre à croire que plus on a de sabre plus on est puissant, la force n'est pas là selon moi, enfin... Faut s'habituer à utiliser deux lames, surtout quand on a pris l'habitude d'en utiliser une seule, comme c'est mon cas. Moi même, ça me paraît assez énorme, comme truc, et je suis plutôt un sabreur qu'autre chose donc je pense savoir de quoi je parle. Et puis je pensais qu'après le Bankai, on avait un peu atteint le maximum de notre potentiel de shinigami. Mais en fait, faut croire que non. J'interroge Hibiki qui reste aussi muet qu'une carpe, lui qui est d'habitude bien plus volubile. Je le sens, il est là, il m'entend parfaitement le connard, il a juste pas envie d'en dire plus. Qui ne dit mot consent et après tout, j'ai pas de raison de penser que le capitaine de la cinquième me raconte du pipeau.

Je le note dans un coin de ma tête, même si ça signifie se refoutre sur la gueule avec Hibiki, après tout, ça sera pas la première fois que ça arrive, au contraire. Je regarde mon propre zanpakutô un instant, sachant parfaitement à quoi devait ressembler le combat qu'avait mené le Kazegai. Moi aussi, je l'ai affronté quand bien même ce n'était pas pour la même raison – pour le même power up tout du moins. C'est pas parce que t'as deux zanpakutô maintenant que tu pourras me vaincre plus facilement, tu sais. La quantité ça fait pas la qualité. Un sourire amusé flotte sur mes lèvres à cette pique. Je peux pas m'empêcher de me dire que c'est vrai, quelque part. C'est un tout autre style de combat quand on possède deux sabres et ça change pas mal de chose que cela soit pour les simples passes que pour les techniques plus usuelles. Est ce qu'il est vraiment plus puissant grâce à ça ? Je veux le savoir. Le tester. Taka me connaît bien, il sait parfaitement comment je suis, comment je réagis et que j'agis, aussi. Lorsqu'un défi m'est lancé, c'est plus que rare quand je le refuse – pour ne pas dire exceptionnel - surtout lorsque c'est demandé si gentiment par un ami.

Tu me dois toujours un combat Taka. Crois pas que j'ai oublié. C'est que j'ai une bonne mémoire quand je le veux bien, et surtout quand ça concerne ce genre de petite joute purement amicale mais non moins violente, exaltante. Nos combats m'ont toujours grandement enflammés, la différence de niveau est là, subtile mais présente, néanmoins bien moins qu'on aurait pu le croire. Il attaque plus fort mais j'encaisse mieux, ce qui fait que nos duels ne sont pas aussi unilatéral qu'on pourrait le croire à première vu. Enfin, en tout cas, ça a toujours été plus ou moins comme ça jusque là, ça sera peut être différent maintenant, avec sa toute nouvelle puissance – ses deux zanpakutô. Même si faut avouer qu'il est pas Capitaine pour rien, il est fort et même si je parviens à pas me faire écraser, je sais que la différence est là. Et mon but c'est de creuser l'écart.

Enfin, tout ça pour dire que j'aurai bien besoin de ça, là, tout de suite, maintenant, pour apaiser la frustration qui me secoue depuis plusieurs jours. Depuis que le capitaine Serpiente avait eu cette idée pourrie de me faire devenir vice-capitaine. Pourquoi un de ces quatre ? T'es trop occupé pour me montrer ce que tu donnes maintenant mais pas assez pour venir te foutre de ma gueule ? C'est un peu l'idée, non parce que moi, maintenant, ça me va parfaitement, c'est pas comme si j'avais autre chose que je voulais véritablement faire présentement. Non, pas même de m'occuper de cette paperasse, ça c'est le genre de truc dont je me passe bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Ven 13 Fév - 22:19

Taka sourit aux allégations du sourd. Il pensait lui aussi que deux sabres ne changeraient pas forcément grand-chose, et pourtant c'est toute une facette de son pouvoir auparavant inconnue à lui qu'il avait dévoilée en apprenant le véritable nom de son zanpakutô. Mais il aurait l'occasion de le montrer bien assez tôt à Raïtoku. Le jeune sourd lui offrait à chaque fois un défi intéressant. Il avait une façon de se battre, et même une conception du combat, radicalement différente de celle du Capitaine de la Cinquième Division. L'avantage était à ce dernier, mais il avait pour lui des années de pratique en plus. Il était fort probable que le Seigi finisse par le rattraper, voire le dépasse.

Ce dernier continuait d'ailleurs à insister : il tenait visiblement à l'avoir, son combat. Le blondinet s'interrogea : après tout, pourquoi pas ? Il n'avait rien d'autre à faire de sa journée, et il était peu probable que Raïtoku refuse une bataille au profit de son travail. Il accepterait sans doute de gaieté de cœur une échappatoire possible à sa pesante situation de Vice-Capitaine. Et puis le Shinigami de la Septième Division avait raison : quitte à ce que Taka dépense son temps libre, autant que ce soit à s'améliorer. Ça lui serait plus utile que taquiner son vieux camarade.

Avec un haussement d'épaules, il lui annonça qu'il avait raison et qu'il se rendait : il allait l'avoir, son combat. Même s'il ne l'avouerait pas, le Kazegaï avait lui aussi à cœur de faire le point sur son niveau : il n'avait encore jamais testé ses deux zanpakutô dans un véritable combat. Le Seigi avait assez de répondant pour offrir un test probant à la nouvelle puissance du responsable des Archives. Celui-ci invita donc son camarade à le suivre, et prit la direction de la sortie du bureau. Il avait un lieu précis en tête pour leur affrontement, le même qu'habituellement. Une fois hors du bâtiment de la septième, Taka se lança d'un shunpô : ça ferait office d'échauffement.

Il avait l'impression d'être plus rapide qu'avant depuis l'affrontement contre l'esprit de son, ou plutôt de ses, sabres. Peut-être n'était-ce qu'une impression, ou que ça n'était pas lié. Quoi qu'il en soit, il traversa rapidement le Seireitei puis le Rukongaï, menant le trajet avec toute la diligence qui le caractérisait. Que ce soit pour la guerre ou pour le travail, Taka était du genre à fonctionner vite et bien. Et puis, la perspective du combat faisait bouillir son sang : quels progrès avait pu faire le Vice-Capitaine de la Septième depuis leur dernier affrontement ?

Après plusieurs minutes de trajet, le Capitaine arriva le premier sur le terrain. Mais le sourd ne tarda pas, et le Faucon le détailla d'un regard aussi scrutateur que d'habitude : en apparence, il était le même. Mais cachait-il de nouveaux tours dans son sac ? Lentement, le blondinet dégaina ses deux katana, un dans chaque main. Rien ne les différenciait. D'un ton froid, il annonça la formule de commandement :


- Déchaîne la tempête, Shirufufeza !

Et ses deux lames changèrent. Si l'une se raccourcit et adopta l'ancienne forme de son Shikaï, sans doute bien connue du Seigi, la seconde prit une forme inédite : d'un bleu acier sur l'albâtre, elle se changea en une longue lame fine et aussi tranchante qu'un rasoir, à la garde évoquant les ailes d'un faucon en plein vol. Celle-ci compensait l'une des faiblesses de son ancienne libération, à savoir son incapacité à trancher en dehors de ses lames de vent. Mais peu importe : d'un geste, il invita le sourd à prendre l'initiative. Question de grade oblige.

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Sam 14 Fév - 15:12

Il accepte et un sourire féroce s'affiche sur mes lèvres en réponse à sa pseudo défaite. Je suis sûr qu'il est aussi intéressé que moi par ce duel, alors qu'il me la fasse pas. Malgré les apparences, Taka est un adversaire tout aussi féroce que je ne peux l'être, c'est juste qu'on a pas la même manière de l'exprimer - et que ça se voit bien plus chez moi, c'est vrai. Ô joie enchanteresse. Il ne m'en faut pas plus pour vider les lieux à la vitesse de la lumière, bien trop exalté par la perspective de ce combat à venir pour tenir cinq minutes de plus dans cette prison. Je suis un combattant, pas un gratte papier et c'est sans hésitation que je délaisse mes fameuses responsabilités administratives et autres. Ce qui ne paraît étonner personne, et puis après tout, je pars avec un Capitaine, alors le peu de shinigamis qui croisent notre route dans les couloirs de la division mouftent pas des masses. J'ai encore oublié le brassard, d'ailleurs. Ça m'effleure à peine une seconde avant de s'enfuir aussi vite, dès lors qu'on quitte l'abri des quartiers de la septième et qu'on décide d'un commun accord d’accélérer. Je sens l'exaltation du combat à venir se faire grisante, éloignant en somme une partie de ce qui me frustre depuis un temps qui me paraît trop long mais qui, objectivement, doit être étonnement court. Une poignée de semaine, à peu de chose près, mais qu'importe, je n'y pense déjà plus.

Taka est plus rapide que je ne le suis, et il prend une avance non négligeable mais tout deux, nous nous dirigeons au même endroit. Notre terrain d’entraînement en quelque sorte, à l'écart du Rukongai et du Gotei 13, à l'abri des regards et des âmes indiscrètes. Peu bavard, comme de coutume dans ce genre de situation, je débarque quelques instants après le maître des vents. Jusque là, j'avais toujours pensé qu'on était à peu près égaux en terme de vitesse – bien que le Kazegai était un peu plus vif que je ne l'étais -, mais il me semble que l'écart c'est creusé. La faute à son combat contre l'esprit de son zanpakutô ? Ou tout simplement à un entrainement plus usuel, à vrai dire. Il faut dire que notre dernier combat commence à remonter. Me postant devant mon adversaire, ma main agrippant la poignée de mon arme unique, j'observe la libération de la nouvelle puissance de mon comparse. Une partie seulement, j'en doute pas. Entre ses doigts, les deux lames se transforment sous l'impulsion de ses mots, des paroles différentes, un nom l'étant tout autant, et je m'emploie à contempler plus en détail la nouvelle arme de Taka, bien différente de l'usuelle. Bien plus épée que son shikai ne l'est d'ailleurs. Amusant, ça. Je dégaine, libérant en silence mon propre shikai, mon sabre ne changeant nullement de forme durant le procédé, émettant seulement un léger tintement. Il veut qu'on commence tout de suite à ce niveau là – ce qui me paraît le plus adapté aux techniques de Taka – et je ne suis pas du genre à refuser un défi.

Je sens Hibiki frémir l'espace d'un instant entre mes doigts. Impatient, mais pas que. C'est subtile, infime, mais je le perçois sans que ce dernier n'en révèle plus pour l'heure. Tant pis. Comme souvent, c'est moi qui portera le premier coup. Est ce que c'est par habitude ou autre chose ? Aucune idée, mais c'est un fait qui se révèle souvent absolu. Et n'étant pas du genre à longtemps tergiverser sur ce genre de chose sans importance, je passe à l'attaque sans tarder, sans parler également. J'use d'un simple shunpô afin de me rapprocher de lui, me plaçant sur le côté gauche, mon sabre venant entailler sa chaire dans un même mouvement au niveau de ses flancs. La lame d'argent fuse de nouveau afin de venir cueillir son autre flanc et j'en appelle au pouvoir de mon zanpakutô. Ce dernier vibre entre mes doigts, libérant la vague de son qui doit venir briser la concentration de mon adversaire, le noyant sous un flot de douleur. Il connait déjà cette attaque, mais la connaitre ne suffit pas pour s'en prémunir bien que cela biaise l'effet de surprise. Pas grave. Elle est juste là pour le perturber - et annihiler un instant sa réflexion. Mais un instant, c'est ce qu'il me faut pour enchainer plus férocement, tenant mon sabre fermement j'exécute une entaille horizontale au niveau de son torse sur laquelle je mets plus de force. On teste et on voit la réponse.

Allez, montre moi ta nouvelle arme Taka. Montre moi ce que le Capitaine Kazegai vaut, aujourd'hui.

Battleeeee !:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Dim 15 Fév - 9:59

Raïtoku ne se fit pas prier pour lancer la danse. Dans ce genre de moments, le sourd était toujours volontaire, et ça de gaieté de cœur... Pas comme quand il s'agissait de faire des papiers, comme avait sans doute déjà dû le remarquer le Capitaine Serpiente. Le sourd chargea d'un Shunpo et frappa sur le côté gauche du blondinet. Celui-ci s'écarta d'un mouvement plus rapide que celui de son opposant, et la lame frôla simplement les maigres côtes du Capitaine de la Cinquième Division. La deuxième frappe, en revanche, ne fut minimisée d'aucune manière, et Taka serra les dents en sentant la froide morsure de l'acier sur sa silhouette.

Les ondes sonores ne le prirent pas au dépourvu, en revanche : il connaissait bien le pouvoir de son ami, à force. D'un simple mouvement de sa plume-épée, il érigea devant un lui un mur d'air qui bloqua et dissipa les ondes sonores. Pour le coup qui suivit, le Kazegai fit usage d'un sortilège sans incantation, le Enkosen, et dressa entre la lame et lui un bouclier de reiryoku jaune, qui ralentit suffisamment la lame pour qu'elle ne le blesse que superficiellement. Comme toujours, le Seigi ne faisait pas dans la dentelle. Mais il avait lui aussi de nouveaux atouts dans sa main.

Dont sa vitesse. Il commença par frapper l'air horizontalement de sa plume-épée, envoyant une lame d'air aussi tranchante qu'un rasoir en direction de la silhouette trapue du Vice-Capitaine de la Septième Division. Puis, d'un Shunpo, il se rapprocha du sourd, tout en levant son second shikaï, armant son bras pour délivrer un coup encore plus puissant à l'impact. Une fois tout proche de son opposant, qui devait en toute logique se dépatouiller avec sa lame de vent, il abattit le long sabre recourbé, tranchant depuis l'épaule jusqu'à la hanche, ou du moins cherchant à le faire. Sans trop de force, mais sans non plus se contenter d'un coup mou.

Rien d'insurmontable pour Raïtoku, cela dit, mais le but n'était pas d'épuiser ses réserves trop rapidement. Le Kazegai souhaitait simplement offrir un exutoire à la frustration de son camarade - exutoire auquel il prenait goût aussi, évidemment -, pas réduire à néant un ami. Cela n'aurait aucun intérêt, de toute façon. Le demi-frère de Farune ouvrit une paupière, dévoilant une pupille émeraude, la seconde étant cachée par une mèche dorée. Une manière d'inviter Raïtoku à ne pas se gêner. Le plus solide des deux combattants pouvait faire mieux, beaucoup mieux, que ça.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Dim 15 Fév - 19:09

Ce n'était qu'un premier pas de deux. Un échauffement pour se préparer à la suite du combat dont le niveau ne fera que croître au fur et à mesure des coups qu'on va s'échanger. Je dois aussi tester cette nouvelle puissance, non sans prudence et avec un réel intérêt. Qu'est ce qui a changé en lui ? De ce que je perçois pour le moment, je le sens plus rapide. Le Kazegai a toujours été plus vif que je ne le suis, de manière subtile, légère. Mais là, je sens que que l'écart s'est creusé. Amusant. Je n'en éprouve pas moins d'exaltation ou de plaisir, bien au contraire. Je dois voir ce qu'il a acquis, quitte à ce que la différence de puissance soit marquée au fer rouge sur ma peau. Je suis un type résistant et plutôt têtu. Il se protège de mes premiers coups d'un shunpô habile et d'un kidô basique qui ne fait qu'amenuiser mes coups de sabre. Mes ondes sonores ne passent pas non plus, ses dernières s'écrasant contre la barrière de vent de mon adversaire désigné sans lui faire aucun dommage. Un sourire amusé accueille cette défense qui annule totalement mon assaut. Il connaît trop bien mon pouvoir pour être surpris par ce dernier, comme ça avait été le cas lors de notre premier duel. Il est bien placé pour savoir que ce dernier n'est pas à négliger, tout comme je n'ai pas tendance à sous estimer la puissance de ses bourrasques cinglantes.

Lui aussi passe à l'assaut, avec son élégance habituelle, bien loin de mes passes d'armes plus virulentes. J'encaisse sa première attaque venteuse sans me protéger, connaissant la puissance de cet assaut. Mon corps est suffisamment résistant pour que ces entailles griffant ma peau ne m'handicape pas outre mesure. D'un shunpô habille, je m'éloigne de sa passe d'arme, sa lame parvenant tout de même à entailler ma peau malgré ma rapidité d'action. Plus rapide, ouai. Clairement. Et sa nouvelle lame a une allonge que je dois encore visualiser, un peu plus grande que la mienne, de quelques centimètres à peine je dirai à vu de nez. Une véritable épée, bien différente de son shikai usuel. Lame contre lame. Voilà qui promet d'être enrichissant. Mes lèvres s'ourlent d'un sourire plus féroce alors que je repasse à l'action. Oublié pour l'heure les responsabilités, ce brassard et ce bureau qui s'évertuent à me pourrir la vie. Là, il n'y a que le combat qui compte, que cette danse mortelle qui occupe tout mon esprit, fait frémir mes muscles et battre plus violemment encore mon cœur.

Il me provoque. Il ne va pas être déçu. Je ne laisse pas le temps au capitaine de reprendre son souffle, laissant le pouvoir de Hibiki venir entraver ses chaires, investir son corps pour mieux l'affaiblir, pour mieux l'endommager de l'intérieur. les organes, ça reste le plus fragile. Je ne fais pas de cadeau quand je me bats, ami ou pas, je le sais de toute façon à même d'encaisser mes assaut sans ça, il n'aurait aucune raison de porter un haori sur le dos. Ma poigne sur mon zanpakutô se resserre alors que je viens de nouveau entailler la chaire de mon comparse d'un coup habile au niveau de son flanc – là où ma première attaque est déjà passée, histoire d'agrandir les berges de cette plaie. Un sourire glisse sur mes lèvres, évanescent avant que je ne disparaisse à la vue du Kazegai. Moi aussi, je peux être rapide. Je me glisse vivement derrière lui afin de le prendre par surprise tout en laissant ma lame venir déchirer la chaire offerte à son tranchant. Sans concession, sans douceur aucune et avec ma puissance habituelle, ma rudesse.

Le niveau augmente, petit à petit. Encore et encore. Allez, il n'a rien montré encore de ses nouvelles capacités.

Oh yeah !:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Dim 15 Fév - 20:49

Bien, Taka avait visé juste avec ses premières offensives. Mais elles n'arrêtèrent nullement le Seigi, bien au contraire, elles ne firent sans doute qu'augmenter encore plus la soif de violence du sourd-muet. Le frémissement qui suivit ses attaques n'échappa pas au Capitaine : le Vice-Capitaine en appelait au pouvoir de manipulation des ondes sonores de son zanpakutô. Pas question de se laisser toucher par ça : comme précédemment, le vent servit de tampon entre le Faucon et l'acoustique assaut, dissipant les ondes sans qu'elles ne blessent qui que ce soit. Le Seigi frappa ensuite, au même endroit que précédemment, et le Kazegai encaissa de nouveau : il était plus solide qu'il n'en avait l'air, de telles blessures ne pouvaient pas l'inquiéter.

Mais le trapu Shinigami ne stoppa pas là, et sitôt qu'il disparut, flairant la surprise, le responsable des Archives entonna l'incantation d'un bakudô du plus haut niveau auquel il avait accès, le Tozansho : la pyramide inversée de reiryoku l'engloba au moment où le bras droit de Serpiente surgissait dans son dos. La lame, ralentie par le bouclier, put donc aisément être esquivée par un petit mouvement de l'aérien Capitaine. Il fut éraflé, mais sans plus. A lui de jouer, désormais. Et il allait procéder méthodiquement : se contenter d'un seul assaut bien placé, quasiment imparable, plutôt que d'éparpiller ses forces dans d'innombrables attaques qui ne feraient rien au solide Vice-Capitaine.

Levant sa plume-épée, le Kazegai l'abattit avec la force d'une guilltoine, entraînant par la même une lourde massue venteuse qui s'écrasa sur Raïtoku, pour l'immobiliser et le plaquer au sol dans le but de gêner sa défense et ses mouvements. D'un habile Shunpo, il se déplaça jusqu'à son opposant, et acheva son effort offensif par une frappe d'estoc de son second sabre, à la pointe duquel il avait accumulé du reïryoku, pour infliger une bonne claque au sourd. Les possibilités laissées par ses deux sabres étaient tout simplement surprenantes.

Avec cette deuxième lame, il avait véritablement annihilé le défaut de son Shikaï : son manque de potentiel offensif au corps-à-corps. Et un adversaire comme Raïtoku pour l'éprouver l'aiderait sans doute à progresser plus encore. Ses prochains adversaires n'auraient qu'à bien se tenir : c'est un tout nouveau Taka qu'ils affronteraient. Et ils n'en sortiraient pas indemnes, loin de là.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Dim 15 Fév - 23:03

C'est que le capitaine de la cinquième ne se laissait pas démonter par mes attaques, le bougre. Habitué fort probablement à mes coups fourrés, il se défend efficacement face à mes différents assauts, n'encaissant que des dommages restreints qui ne l'handicape que peu. Pourtant, je suis loin de me démonter face à sa capacité à éviter mes assauts. Bien au contraire , c'est avec une soif de vaincre renouvelé que j'accueille chacune de ses astuces. Au bout d'un moment, il ne parviendra plus à se défendre, je dois simplement le pousser dans ses derniers retranchements en attaquant, me préserver à minima pour parvenir à frapper plus fort et plus longtemps qu'il ne le peut. Au bout d'un moment, mes assauts finiront forcément par passer ses barrières ou alors il arrêtera simplement de se cacher derrière ses paravents de papiers pour enfin m'attaquer vraiment. Je suis un type têtu de toute façon, alors pourquoi douter ?

La contre-attaque de Taka ne se fait pas attendre. En puissance brute, je sais qu'il est plus fort que moi, ce qui ne m'empêche pas de lutter, bien au contraire et j'encaisse sa technique venteuse avec une grimace ma main se crispant sur la garde de mon zanpakutô. Il a choisis de mobiliser ses forces dans un assaut concentré plutôt que dans de petits coups d'estocs qui, au vu de ma résistance, seraient moins efficaces. C'est qu'il me connaît bien, le faucon. Il m'immobilise pour frapper fort mais moi non plus, je ne suis pas exempt de technique défensive quand bien même j'y fais moins appel. Les ondes créent face à moi, un bouclier pratiquement invisible qui vient aménuiser la puissance de son attaque. Une attaque que je connais bien mais qui me paraît amplement plus puissante qu'auparavant. L'estoc tranchante auréolée de vents tranchants vient déborder ma défense qui ne parvient pas à en contenir toute la force. Une grimace couvre mon faciès alors que je me redresse, replaçant ma lame face à mon adversaire. Ma respiration est plus saccadée et je sens mon sang battre à mes tempes violemment. Du sang, c'est pas ce qui doit manquer, j'ai quelques plaies mineurs et d'autres qui le sont un peu moins... Cela dit, rien qui m'empêcherait de repartir à l'assaut. Un sourire féroce vient glisser sur mes lèvres malgré le goût de fer qui envahie ma bouche.

Ma lame vibre entre mes mains alors que je place cette dernière derrière moi, le tranchant vers le sol. Bien, il est temps de le déborder, j'ai encore assez de temps devant moi pour le pousser un peu plus. Et pourquoi pas le vaincre. Je retourne au corps à corps d'un mouvement vif, là où je me sens le plus à l'aise et ce, malgré la nouvelle arme tranchante de mon adversaire. Qu'importe, je n'ai pas peur de quelques égratignures supplémentaires. Et puis le but de ce duel, c'est aussi de tester cette nouvelle lame – cette nouvelle puissance dont il est si fier, sans doute à raison. J’enchaîne les attaques simples avec mon zanpakutô, non pas d'estoc comme lui, je tranche de ma lame son torse en deux coups précis et verticaux qui ne sont qu'un début. Je peux faire pire, bien pire avec mon sabre et Taka ne doit pas en douter, me connaissant. J'ai encore un peu de temps, encore suffisamment d'énergie pour quelques assauts plus virulents. Danseur improvisé, j'accélère le mouvement, ma lame disparaissant l'espace d'un instant alors que je multiplie les coups, tranchant la chaire offerte en pâture à ma lame d'argent teintée d'écarlate. Attaquer les bras, frapper les jambes, entailler la chaire et les tendons offert à la morsure de Hibiki.

Le mettre à terre ou tout du moins, creuser l'écart. A cet instant, il n'y a que ça qui compte, rien d'autre, pas même cette promotion. Juste une parenthèse. Un oublie salvateur pour le temps que ça durera et jusqu'à ce que la vie reprenne ses droits, ce quotidien agaçant. Ce n'est pas encore terminé. Loin s'en fallait. J'ai plus de ressource que ça. Et lui aussi.

Oh yeah !:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Lun 16 Fév - 0:05

Le Seigi souriait. En règle générale, ça n'était jamais bon signe quand le sourd tirait ce genre de tête, et le Kazegai était bien placé pour le savoir. Toutefois, il n'allait pas se démonter pour si peu : il avait encore de la réserve. Il devait faire honneur à son adversaire et n'allait pas le laisser profiter des fruits d'une victoire trop facilement cueillie. Raïtoku procédait comme d'habitude : se jeter au corps-à-corps quoi qu'il arrive, peu importe ce qui l'y attendait. Direct, comme dans sa façon d'aborder les relations humaines. Tout le contraire de Taka qui, s'il se laissait parfois aller à la démonstration de puissance brute, préférait attaquer avec la ruse du renard et la précision du faucon.

La lame s'abattit une première fois, cherchant à trancher son frêle torse, et Taka l'accueillit en portant son corps en avant pour en diminuer la puissance, mais il grimaça tout de même en sentant la lame s'enfoncer de nouveau dans son buste, maculant le sol de carmin. Il ne fallait pas qu'il subisse trop, ou il ne pourrait plus continuer. C'est pourquoi il évita d'un Shunpo la seconde frappe. Le sourd chargea, et commença à délivrer une grêle de coups... qui n'atteignit que le vide. Déployant toute la vitesse qui était la sienne, le demi-frère de Farune s'était jeté hors de la portée du zanpakutô de l'homme de la Septième.

A la réception, ses jambes tremblèrent un instant, secouées par un tel effort. Et elles n'étaient pas les seules : sa réserve d'énergie venait de prendre un sacré coup. Aussi, pour se laisser le temps de récupérer, il décida de temporiser un peu, et en appela de nouveau à l'art des Nécromanciens. Concentrant du reiryoku jaune dans sa main gauche, il l'accumula au bout de son index et majeur joints et s'en servit pour tracer un triangle, dont les sommets se dressèrent et jaillirent comme trois épieux vers le sourd, pour l'épingler sur un rocher situé dans son dos.

Armant sa plume-épée, il en fit tournoyer la pointe, et un tourbillon sifflant s'en échappa, zigzaguant vers Raïtoku pour le secouer et lui infliger des hématomes et autres contusions, qui contribueraient peut-être à le ralentir. Comme à chaque fois, le duel était serré, et la fierté du Capitaine de la Cinquième le poussait à chercher la victoire. Difficile d'imaginer que sous ses airs tranquilles se cachait un si féroce guerrier. Cette facette de lui, on ne la découvrait qu'à force de le côtoyer... et de l'affronter, fatalement. Et il n'y avait sans doute pas mieux placé que le bras droit du Serpent pour en témoigner.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Lun 16 Fév - 13:38

Je ne suis pas du genre à retenir mes coups lorsque j'attaque, entrainement ou pas, cela n'a que peu d'importance. Bien sûr, on est pas là pour se tuer, c'est pas le but, il n'empêche que si on n'attaque pas franco, ce genre de combat n'a aucune valeur. Il y a une différence notable dans la manière de se mouvoir de Taka. Tout du moins pour moi, qui en ait fait un partenaire de duel particulier, je peux sentir la différence. Parfois minime, d'autre fois plus franche. C'est comme sa vitesse. Il est plus vif, ça, c'est clair et ça lui permet d'éviter mes attaques avec bien plus de fluidité qu'il n'en était capable habituellement. Ouaip, le faucon avait progressé, je sais pas si c'est grâce à son combat contre son zanpakutô, mais dans tous les cas et depuis la dernière fois, il a changé. Il lui a fallu un simple instant pour éviter mon dernier assaut, mon sabre ne rencontrant que le vide en lieu et en place de son corps. Je vois. Il ne lui faut qu'un instant pour contre-attaquer, même si j'ai perçu le vacillement de son corps après son esquive.

Bien, on va voir ce qu'il donne. Moi aussi, je tente une esquive, bien moindre que la sienne cependant et je me reçois des dégâts tout de même. Aucune grimace n'a le temps de s'afficher sur mon visage alors que je serre les dents, poussant plus loin mes réserves d'énergies qui commence tranquillement à se faire moindre. Je suis pas du genre à abandonner ou à me laisser dépasser sans rien faire, bien au contraire. Comme on dit si bien, c'est acculé que la proie est la plus dangereuse, et n'en parlons pas quand cette proie s'avère être un prédateur. Ou un mec comme moi qui se donne toujours à fond en matière de combat. Taka doit bien s'en rendre compte et ma silhouette amassée comme une créature prête à bondir le montre bien. Même si je sais que je n'userais pas de toutes mes ressources dans ce duel, tout comme le faucon le fait également. Il peut faire plus, beaucoup plus que ça. Et moi aussi. Mais pas tout de suite. Pas ici. Le sceller de Hibiki demeure mais ça ne m'empêche pas d'attaquer.

Bien, cette technique est un cadeau. Comme le vent, les ondes s'amassent et se déploient vivement sur mon adversaire, l'enserrant entre leurs crocs et leurs griffes. Comme un animal féroce qui hurle son courroux, vibrant, tranchant tout ce qui s'offre à sa morsure. Je n'attends pas de savoir si cette dernière sera contrée ou non pour partir de nouveau à l'assaut, au corps à corps. Le pouvoir de mon zanpakutô est autant un soutien qu'un support à mes attaques, étrangement complémentaire comme pouvait l'être le vent du Kazegai. Mais quoi qu'il en soit, ce pouvoir est là pour blesser, pour tuer, et ce, malgré sa finesse. Mon sabre tranche la chaire offerte et j'utilise de nouveau le pouvoir de Hibiki pour gêner mon adversaire, endommager son sens de l'équilibre juste l'espace d'un instant. Juste pour me donner le temps d'empoigner mon sabre à deux mains pour entailler le corps de mon adversaire.

Sans demi-mesure, sans concession, sans pitié. C'est comme ça que je combats, allié ou pas, ami ou pas, au contraire, c'est même une preuve du sérieux. Sa menace est réelle, il n'est pas un adversaire à prendre à la légère. Et puis, je suis pas ce genre de gars. Il le sait très bien quand il lutte contre moi qu'il n'y aura pas de faux semblant ou toute autre connerie du même genre. Je ne me retiens jamais, je donne toujours tout ce que j'ai. Enfin, presque aujourd'hui, mais je ne suis pas prêt à lâcher mon dernier atout, tout comme Taka ne relâche pas le sien. Et puis je suis pas forcément en état non plus, mon énergie me manque, mon reiatsu s'étiolant au rythme de ma respiration plus hachée. Je reste debout, par fierté, parce que je le peux encore mais je pourrai probablement plus contre attaquer. Mais je subirai sa réplique. J'en testerai le tranchant tout comme il subit le mien.

Oh yeah !:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Lun 16 Fév - 14:33

Raïtoku n'abandonnait pas. Vaillamment, il encaissa l'assaut à défaut de pouvoir totalement l'éviter, et déjà il repartait au front avec toute la ténacité qui le caractérisait. D'abord, il appela son pouvoir et délivra un torrent d'ondes sonores sur le Capitaine, invisibles mais bel et bien dangereuses. Le Faucon les évita d'un rapide Shunpo, pas aussi rapide cependant que le précédent : ce genre d'exploits, il ne pouvait l'accomplir qu'une ou deux fois sur ce combat, et là, il avait assez de latitude pour s'en passer. Il se contenta d'encaisser le coup de sabre qui suivit, préservant son énergie pour se défendre d'attaques plus puissantes.

Il fit le bon choix, car malgré la gêne occasionnée par le pouvoir du Vice-Capitaine - une sensation de nausée l'espace d'un temps, accompagnée d'un bourdonnement désagréable -, il réussit à se défendre d'une bonne partie de l'assaut suivant via un mur de vent, encore et toujours, son zanpakutô le servant fidèlement, empêchant la lame de pénétrer trop profondément dans sa chair, même si la blessure résiduelle restait assez grave, surtout couplée aux séquelles des assauts précédents. Et ce fut là tout. Contre un véritable adversaire, il aurait placé une contre-attaque violente, peut-être en libérant son Bankaï pour être sûr de l'entraîner avec lui. Mais dans ces circonstances, pas besoin d'aller aussi loin. Le Seigi n'avait plus de jus, et Taka ne voulait pas dépenser inutilement son énergie.

Rendant à ses lames leur forme scellée, le blondinet les rangea dans les fourreaux à sa ceinture, et baissa les yeux sur sa silhouette, évaluant les dégâts faits à son corps comme à sa tenue. Finalement, il était venu juste pour se moquer du Vice-Capitaine et il s'était retrouvé embarqué dans un affrontement, qui aurait pu le mettre k.o s'il avait duré un peu plus longtemps ! Enfin, c'est lui qui l'avait décidé, cela dit. Mais se tester était toujours utile. Ça permettait de rester en forme et même de progresser. Avec un léger sourire, le Kazegai essuya la sueur qui avait perlé sur son visage, puis s'adressa au sourd, sans signer :


- Bien joué, Raï. Tu es toujours aussi sauvage que d'habitude. Si tu arrivais à canaliser cette énergie et à la passer dans ton travail, tu serais sans doute le meilleur des Vice-Capitaines possibles pour quelque Division que ce soit !

Et le natif du Rukongaï rit de bon cœur : après tout, il était venu pour ça à la base, taquiner son ami. Et il ne fallait pas qu'un combat lui fasse oublier ça ! Et puis même si le sourd désirait relancer la bataille pour se venger, qu'il le fasse : le responsable des Archives avait encore de quoi corriger l'impudent. Mais bon, le blondinet savait que le sourd se contenterait de bougonner et de le menacer, mais rien de plus. Se battre avait dû lui permettre d'évacuer la majeure partie de sa frustration, et il était sans doute reconnaissant, à sa manière, envers Taka.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Lun 16 Fév - 22:41

Ce renard est aussi vif que le vent, beaucoup plus porté sur la défense que je ne le suis moi même, ses attaques sont plus précises et ses protections plus efficaces que les miennes. Il a balayé sans trop de soucis mes différents assauts même si il n'est pas parvenu à éviter tous les dommages. On va dire que ça me suffit. Lui tout comme moi, nous ne sommes pas allé jusqu'au bout, nous n'avons pas donné le maximum et cette certitude me suffit à accepter cette pseudo défaite. Si j'avais poussé plus loin... Je m'ôte cette idée de la tête en scellant la puissance de mon shikai – ce qui, contrairement à mon partenaire d’entraînement, ne change nullement la forme de mon sabre. D'un geste fluide, je rengaine ma lame, glissant le dos de ma main sur mon front pour dégager la mèche de cheveux noire que la sueur colle sur mon visage et gêne ma vue. J'abandonne ma position de combat avec une lenteur calculée, récupérant doucement une respiration moins saccadée. Mes muscles sont encore tendus par le combat mais la dépense d'énergie salvatrice que je viens de faire subir à mon corps fait son effet. C'est une saine fatigue, comme qui dirait et même si je suis pas exempt de blessures sur lesquelles il faudra que je m'attarde en rentrant, je me sens... mieux. Un peu. Plus apaisé, presque. Et ça aurait continué plus longtemps si Taka n'avait pas prononcé les mots qui fâche. Je grogne comme l'animal agacé que je suis alors que je me rapproche de lui, si lui parle, moi, je préfère me remettre à signer, tout simplement parce que j'attends que ma respiration soit plus calme. Et puis c'est pas comme si il me comprenait pas, alors j'en profite. Toujours.

La prochaine fois, je la canalise plus précisément sur ta tête, mon énergie, on va voir si tu trouveras ça aussi drôle. Je m'en fais une promesse personnelle, histoire de lui faire un peu regretter ses paroles la prochaine fois. Enfin, il m'a déjà donné un bon exutoire et je dois avouer que ça fait du bien, de se jeter à corps perdu dans ce genre de bataille en laissant mon corps agir. Juste concentré sur le duel et utiliser toute cette énergie accumulée depuis des jours à faire ce que j'aime. Ce n'est pas le genre de truc que je peux faire actuellement avec cette promotion à la con. J'ai l'impression désagréable de marcher sur des œufs depuis que le Capitaine de la septième m'a filé ce cadeau empoisonné. Enfin, je veux pas y revenir tout de suite, je vais avoir bien assez de temps après cette parenthèse, alors autant en profiter. J'avise les zanpakutô de mon ami, me rendant compte que, quand bien même la quantité fait pas la qualité, il n'empêche que je ne peux pas dire que je n'ai pas ressenti de différence de puissance entre maintenant et avant ça. Et il n'a pas tout dévoiler. T'es plus vif qu'avant. Ton allonge est meilleur aussi. Je suis pas trop mauvais pour analyser les autres, surtout quand ça concerne le combat. Je peux avoir l’œil vif quand je le veux bien et quand ça m'intéresse surtout. Je pointe le second zanpakutô du menton, reprenant cette fois ci à voix haute maintenant que je sens ma respiration apaisée. Il est pas si mal, bien qu'un peu tape à l’œil. Je préfère les armes plus simplistes. Faut dire que Hibiki, dans son cas, a aucune décoration superflu, il est comme moi, brute de décoffrage et je suppose que c'est pas une connerie de dire que le zanpakutô correspond à son shinigami. Je l'entends émettre un rire. Léger. Tiens, il fait plus le muet, le monstre de foire.

J'inspire une bonne bouffée d'air frais en fermant les yeux un instant. Satisfait. Ça va pas durer, je sais, alors autant que je profite de ce petit moment de paix. Pour certain, c'est un thé, pour d'autre lire un livre, pour moi, c'est me battre. Simplement. Je finis par faire quelques mouvements d'épaules, ignorant la morsure des plaies qui s'attardent par là, cherchant seulement à détendre mes muscles. Ça fait du bien. C'est ma manière à moi d'exprimer ma gratitude. C'est pas super top, mais c'est mieux que quedal et Taka a l'habitude de me décoder. Il faut bien, depuis le temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 503
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   Lun 16 Fév - 23:33

La réponse de Raïtoku arracha un nouveau rire à Taka. Qu'il essaye donc, mais le blondinet ne laisserait pas sa tête se faire abîmer sans rien faire. Il écouta attentivement l'avis du Seigi sur son nouvel attirail, et fit une moue lorsqu'il évoqua le côté tape-à-l’œil. Impressionner l'ennemi, c'était essentiel. Dans un combat, le dramatique et l'apparence jouaient un rôle. Et si le Kazegai était loin de se reposer sur le grand spectacle lorsqu'il s'agissait de se battre, il savait l'importance que pouvait revêtir l'ascendant psychologique dans un affrontement. Mais bon, contre une brute comme le sourd, ça ne servait à rien. Ce que le blondinet s'abstint de mentionner. C'était plutôt un avantage, d'être capable de se battre à pleine puissance quelles que soient les circonstances.

Croisant ses bras dans son dos, il leva lui aussi les yeux au ciel : ses blessures aidant, il avait bien envie de s'étendre là et de rester à rien faire pendant un moment. Mais s'il n'allait pas immédiatement les faire soigner, elles ne feraient qu'empirer. Et il fallait qu'il soit prêt en toutes circonstances, c'était le lot quotidien des soldats du Gotei 13. Un petit tour à la Quatrième, et il n'y paraîtrait plus. Peut-être même que Shin pourrait s'occuper de lui. Il était sans doute le meilleur guérisseur de la Soul Society, après la Capitaine-Commandante, qui avait d'autres chats à fouetter et qui était de toute façon sur Terre, en ce moment.

D'ailleurs, reviendrait-elle bientôt ? Elle commençait à œuvrer dans le monde des hommes depuis longtemps, et même si le Seireitei tournait bien sans elle, une absence si longue pourrait, à terme, être préjudiciable pour elle comme pour les Dieux de la Mort... Bah. Qui vivra verra, après tout. Taka décroisa ses bras, puis épousseta son haori, que la bataille avait épargné, contrairement à son shihakusho. L'heure était venue de retourner dans des endroits plus fréquentés. Peut-être qu'il ferait une sieste après s'être fait soigner. Ça ne pourrait que lui faire du bien.

Se tournant vers Raï, il commença à signer pour lui transmettre ses salutations, et des encouragements pour la suite.
* Bon, Raï, je vais retourner dans mes quartiers. A bientôt, et bon courage pour te faire à ton poste. Et n'oublie pas de porter ton brassard au moins un jour par semaine. Je ne suis pas tatillon, mais certains supérieurs pourraient s'en offusquer. * Et il adressa un dernier clin d’œil avec un sourire au sourd-muet, puis partit en direction des terres plus habitées et surtout du Seireitei. Il avait bien mérité de souffler, après une telle journée.

Spoiler:
 

_________________

Farune [PNJ de Taka] :
Spoiler:
 

Taka selon Lies, merci à elle !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1856-kazegai-taka
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour de bâton. [pv Seigi Raïtoku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-