AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 One arm, one eye, one heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 22
MessageSujet: One arm, one eye, one heart   Sam 21 Fév - 17:38

    Avatar : Baiken du jeu video Guilty Gear
    Parrain : a pa!
    Comment avez-vous découvert le forum ? c'est un dc (May/Em approved)

Masamune Kaguya

    Âge : pas toute jeune
    Race : Shinigami
    Siège demandé : on verra à quoi je peux prétendre

    Description de votre personnage :

    Le physique

    On voit Kaguya de loin. En effet, haute de plus de deux mètres, la blonde est loin de passer inaperçue. Ce n'est pourtant qu'en se rapprochant qu'on peut enfin distinguer son physique si particulier.

    Premièrement, son visage. Ses traits seraient unanimement qualifiés de fins si une immense balafre verticale lui avait emporté l’œil gauche. La cicatrice en elle même partait de la base du cuir chevelu et ne s'arrêtait qu'à mi-joue. Certainement dans un souci de rééquilibrage, elle s'était fait tatouer sur la figure une forme qui, si on ajoutait sa blessure au visage semblait dessiner un "M" avec une sorte de rond dans la partie creuse.

    Vraiment, cette cicatrice avait le donc d'attirer l'attention de ceux qu'elle croisait. Malgré cela, si on décidait de passer outre de de donner au visage de cette femme l'attention qu'il mérite, on distinguait des traits fins presque nobles derrière ces sourcils fins, son œil couleur noisette et ces lèvres fines.

    Il n'est pas surprenant d'apprendre que Kaguya n'était pas le genre de femme qui s'apprête beaucoup. Évidemment, elle ne négligeait pas l'hygiène, mais, tout ce qui était maquillage, manucure et autres actes de beauté lui passaient loin au dessus de sa tête blonde. Pourtant, il y avait une exception. Pour une raison étrange, la grande traitait ses cheveux avec un très grand soin. Cependant, malgré tous ses efforts, ses tifs étaient incoiffables. La seule façon qu'elle avait trouvé de les discipliner était de les tirer en arrière et de s'en faire une sorte de queue de cheval.

    Deuxièmement, contrairement aux autres Shinigamis et aux autres capitaines, la tenue que portait Kaguya était assez différente. En effet, elle n'était pas unie. Composée de noir, de blanc et de rouge, son shihakushō laissait transparaître un corps athlétique aux formes que la grande blonde n'hésitait pas à mettre en valeur. Le kosode, ou la partie haute de l'ensemble était somme toute assez classique, hormis les manches blanches et la présence des deux liserés au niveau de l'encolure. Un blanc assez épais, un un beaucoup plus fin et de couleur rouge. Sur son dos elle avait une sorte de blason en forme de cercle avec un triangle à l'extérieur pour chaque point cardinal.

    Par contre, là ou la différence entre sa tenue et celle d'un Shinigami lambda se faisait le plus évidente était sur le bas de sa tenue. Le hakama (bas du kimono) qui est usuellement un pantalon à la Soul Society était chez elle une jupe longue blanche avec une liseré noir en bas. Le motif sur son dos était rappelé deux fois sur la jupe, une fois à droite et l'autre à gauche. Le tout était tenu par un obi rouge délavé.

    L'observateur averti remarquait que Kaguya portait son sabre sur son coté droit, ce qui indiquait qu'elle était gauchère. Mais, c'était plus par choix. En effet, en y regardant de plus près, on ne pouvait rater le fait que la manche droite était vide. Fort heureusement, elle disposait encore de ses autres membres. Elle portait une sorte de protection sur son seul bras valide qui remontait jusque sur le dessus de sa main, et contrairement à ses confrères qui portaient des tabi (chaussettes) blanches, celui de Kaguya était noir.

    Pour résumer, Kaguya pourrait largement prétendre au titre de plus belle femme de la Soul Society, malheureusement, au delà de son physique et de sa tenue atypiques, ses blessures, un certain manque d'élégance et son caractère font qu'on ne pense pas vraiment à elle quand on parle des plus jolies Shinigami.

    Psychique

    Kaguya fait partie de ces femmes qui aurait tout à fait pu naître homme. Certes on rentre là dans les clichés, mais cette grande blondasse boit, fume, fait la fête, rigole fort et se bat souvent.

    En effet, elle a un caractère bien trempé. Franche, directe et spontanée, elle a tendance à dire de suite ce qui lui passe par la tête, et ce, en dépit des conséquences. Ce qui la rend de ce fait naturellement inapte aux mensonge, mais aussi à la négociation. Kaguya fait partie de ces gens qui ne calculent pas. Non par manque d'intelligence, mais plus par paresse. Ainsi, pour elle sa meilleure stratégie reste le "on fonce dans le tas". Et elle "négocie" plus facilement avec des gens une fois qu'elle leur a tapé dessus. Et si vous rajoutez à tout ça une forte susceptibilité, vous comprendrez pourquoi, la plupart des Shinigami considèrent Kaguya comme une personne à éviter à tout prix.

    Même les personnes les plus distinguées parmi le Gotei 13 ont une estime toute relative de Kaguya. Il faut dire que cette dernière ne change pas sa façon d'être pour les nobles ou les autres capitaines. Elle traite tout le monde de la même façon quelque soit leur rang. Paresseuse (elle arrive toujours en dernier aux réunions) et franchement irrespectueuse, la grande blonde n'attire pas sur elle la sympathie.

    Pourtant, sous cette carapace de "grande gueule", il y a une personne non pas sensible, je vous épargnerai ce cliché, mais qui sait être à l'écoute des autres et avec une certaine capacité d'empathie. Mais, peut-être est-ce de la pudeur de sa part, la grande blonde ne se montre sous son meilleur jour que dans l'intimité. La seule qualité qu'elle daigne laisser transparaître de son océan de défauts est l'immense investissement personnel dont elle fait preuve auprès des hommes et des femmes de sa division. Elle les connais tous et leur accorde une confiance aveugle (ce qui est d'autant plus facile pour elle qu'elle n'a qu'un œil à fermer). Elle n'hésitera pas à s'impliquer personnellement pour venir en aide à un de ses subordonnés.

    De plus, Kaguya aurait pu prétendre à une place dans la onzième division, tant elle ne vit pour le combat. Et elle articule la majorité de ses valeurs ou de celle qu'elle accorde aux autres en fonction des aptitudes à la bagarre. Pourtant, elle cache bien son jeu là dessus. En effet, elle passe le plus clair de son temps à boire, fumer et dormir. Jugée pas assez dynamique pour mener des hommes au combat, on lui refusera toujours cette affectation. En effet, on aurait a du mal à croire que cette femme puisse être une cheftaine parmi les brutes d'une division de fanatiques de la baston.

    Enfin, bien qu'elle l'ouvre (un peu trop?) souvent, Kaguya pouvait être une femme de peu de mots surtout quand elle était le sujet de la conversation. Timidité ou pudeur, nul ne le sait. Il faut dire que la grande blonde avait une opinion assez dure d'elle-même. Elle n'arrivait pas à s'accepter en tant que femme. C'est pourquoi elle nourrissait des sentiments étranges envers les autres personnes du beau sexe. D'un coté, elle les admirait car elle assumaient ce qu'elles étaient (alors que ce n'était pas son cas) de l'autre, elle ne supportait pas leurs minauderies. Et, en ce qui concerne les hommes, elle les enviait, car ils étaient ce qu'elle aurait rêvé être, mais le destin vous joue parfois de drôles de tours.

    Description de votre Shikai (et bankai le cas échéant):

    Le zampakuto : Amaterasu

    Phrase de libération : Moageru Amaterasu (Flamboie, Amaterasu)

    En shikai : le sabre prends la forme d'une flamberge avec environ un mètre quarante de lame et une trentaine de centimètres de pommeau. L'arme en elle-même est normalement maniée à deux mains, mais Kaguya peut la manier d'une seule. Son pouvoir est de générer de la lumière sous forme de rayons, ou de flashs.

    Histoire :

    Kaguya est née en l'an de grâce 823 dans la ville de Hedeby qui se trouverait dans notre Danemark actuel. L'enfance de la jeune blonde qui répondait alors au doux nom de Njut Skollsson fut douce et paisible. En effet, à ce moment, les Vikings étaient en train de pilles les monastères sur les côtes franques, il n'y avait donc que très peu d'hommes dans une ville parmi les plus grandes du Nord mais qui ne comptait guère plus de mille cinq cent âmes. Njut fut donc élevée par des femmes, vu que les hommes étaient en expédition. Sa maman, Freja, mais aussi les concubines de son père (les Vikings étaient polygames). Pourtant, dès qu'elle le pouvait, elle fuyait sa maison et partait jouer à la guerre avec les garçons. Très vite l'enfant eut une jolie réputation de terreur des bacs à sable.

    Elle ne vit son père pour la première fois qu'à l'age de six ans. Il fallait dire que Skoll était un excellent navigateur doublé d'un guerrier à la valeur reconnue. Njut avait entendu beaucoup d'histoires sur son paternel. le plus souvent, racontées à la veillée au coin d'un bon feu bien chaud. Elle le reconnut de suite, leur cheveux d'un blond doré marchaient mieux que n'importe quel test ADN. Bien qu'il ne resta que quelques mois au village, Njut insista tellement pour qu'il lui apprenne les rudiments du combat qu'il finit par céder. Depuis lors son géniteur ne cesse de la surnommer affectueusement sa "petite Valkyrie".

    La suite et la fin de son enfance fut assez calme, rythmée par les allers et venues de son père au domicile familial. Cependant, cela n’empêcha pas la jeune Viking de se perfectionner dans l'art du combat. Malgré les différences physiques entre filles et garçons qui s'accentuaient avec l'age, Njut avait malgré tout la réputation d'être une combattante hors pair, rivalisant même avec les meilleurs jeunes guerriers. Pourtant, le jour de ses seize ans, comme toute femme qui se respecte, elle devait se marier. Les prétendants étaient nombreux. Elle était belle, plus grande que la plupart des hommes, forte, et aussi, la fille de Skoll, un homme riche et célèbre. Cependant, Njut n'était pas vraiment le genre de femme à penser au mariage, même si c'était la préoccupation majeure des jeunes de son âge et que sa mère ne cessait de lui rabattre les oreilles avec ça, elle préférait de loin se battre que se marier.

    Malheureusement, elle n'eut pas le choix, son père se faisait vieux (vers les cinquante ans, mais pour l'époque c'est un grand âge) et il dut se résoudre à faire un choix politique. Njut se retrouva donc mariée à un homme qu'elle ne connaissait même pas. Un an avant le jour fatidique, eurent lieu les fiançailles (festarmál) où l’on buvait la bière de fiançailles (festaröl) et l’hydromel. Sous ces latitudes il n’y avait pas de clivages sociaux, mais dans les familles soucieuses de la tradition, les mariés devaient avoir de préférence un rang social proche et être d’égale fortune (jafnroedi). Une fois la pré-union officialisée, Gunnar, son futur époux essaya de combler le fossé qui les séparaient. Malheureusement pour lui, Njut était meilleure combattante (à moins qu'il se soit volontairement laissé perdre pour ne pas la blesser), il devenait alors inutile de préciser que le prétendant ne gagna pas l'amour de sa dulcinée. Pourtant, il déployait beaucoup d'efforts pour la séduire, il la couvrait de fleurs, de tenues, et de bijoux. Mais rien n'y faisait. Malgré que toutes les autres femmes mourraient de jalousie de voir Njut et les nombreux présents que son futur époux lui apportait. La jeune femme s'en fichait. Elle passait le plus clair de son temps à s’entraîner ou a s'occuper de son père dont la santé déclinait.

    Inexorablement, je jour tant redouté s'approchait. La veille de la cérémonie il y eut le bain de la mariée (avec les demoiselles d’honneur). Elle releva alors ses cheveux et les attachait avec un ruban (les cheveux attachés sont le symbole de la dignité et du mariage chez les Vikings). Elle accrocha à sa ceinture les clés de la maison et du coffre pour devenir la Húsfreyja (maîtresse de maison). Jamais elle ne s'était sentie aussi enchaînée de sa vie. Elle qui rêvait d'être une guerrière et de vivre des aventures comme ses glorieux ancêtres, la voilà sur le point de devenir une simple matrone.

    Après avoir fait des offrandes à Frigg (la Déesse Mère) pour appeler sur les époux le bien-être, la fertilité-fécondité et la paix, et à Freyr dieu du bonheur du plaisir et des biens. L’union était consacrée "til árs ok fridar" pour une année féconde et pour la paix. Les croyances vikings n’avaient pas de prêtres, ce fut donc le chef de clan (le père de Gunnar, Leif) qui présidait l’événement avec le marteau de Thor (hammarsäng). Le banquet (brúđveizla) qui s'en suivit eut lieu dans la salle commune (skáli), et de mémoire de Viking, il n'y avait jamais eu aussi beau mariage. Les tables étaient garnies de mets exotiques (notion relative, certes) et la salle des fêtes n'avait jamais été si richement décorée. La fête, fut belle, longue et terriblement arrosée. Mais, en cours de route les tourtereaux s'éclipsèrent. Se donner a cet homme ne faisait pas du tout plaisir à Njut, mais, elle n'avait pas trop le choix, elle avait accepté de l'épouser devant tout le village, d'une certaine façon, son destin était scellé. Ce fut donc la mort dans l'âme qu'elle se donna à son mari. Le lendemain matin, au réveil, elle eut le droit à son morgingjöf. En effet il était de tradition que le mari offre un présent à son épouse au lendemain de leur union. Pour la première fois Gunnar avait visé juste en lui offrant une magnifique épée longue. Une flamberge, une longue arme à deux mains dont le fil de la la lame ondulait comme les flammes. C'était exactement le genre de présent dont rêvait la jeune femme. Ceci conjugué à la promesse de la laisser partir au combat si elle lui donnait trois enfants finit de briser la glace qui entourait le cœur de la grande blonde.

    Maintenant unis par un amour sincère, les deux époux commencèrent à élever des enfants. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Njut fut une excellente maîtresse de maison, s'occupant aussi bien de ses enfants que de son père à la santé déclinante. Dans les dix années qui suivirent, même si elle ne négligea pas pour autant de s’entraîner, elle eut trois bonheurs (sous la forme de trois beaux garçons) et deux malheurs (les décès de ses parents). A l'aube de son vingt sixième anniversaire, elle allait prendre la mer pour la première fois. Elle aurait tout à fait put partir plus tôt, car elle avait eu son troisième bébé il y a presque cinq ans maintenant, mais, elle avait elle même repoussé la date de son départ pour bien s'assurer de l'éducation de son petit dernier.

    Les dix dernière années de sa vie furent magnifiques, entre les raids contre les francs et la joie de voir ses enfants grandir. Njut savourait chaque instant de sa vie. Elle avait tout ce dont elle avait toujours rêvé. La gloire et le respect. Mais elle avait en plus l'immense satisfaction d'être une femme accomplie, une mère aimante et une épouse heureuse. Elle mourut au combat et eut une fin digne d'être chantée. Et elle partit sans regrets. Certes, ses enfants, ses amis et son homme allaient la pleurer, mais, tous savaient qu'elle été morte de la plus belle des façon pour une guerrière.

    Alors qu'elle pensait se retrouver dans le Valhalla en compagnie d'Odin et des autres Ases. Elle ne put cacher sa satisfaction lorsqu'elle réalisa dans quel monde elle se trouvait. puis, soudain, ses souvenir s'enfuirent. Elle ne savait plus rien de son passé, de son homme, de ses trois anges... tout ça venait d'être comme effacé. Machinalement, elle se releva et regarda ce monde inconnu qu'elle avait sous les yeux. Elle avait chaud, le climat était très différent de celui dont son âme était habituée. Inutile de dire que l'architecture aussi la surprit. Les gens, les arbres, rien ne lui semblait familier. Et pire que tout, elle ne savait même pas qui elle était. La femme sans nom se mit alors à errer sans but dans le Rukongaï. Et bon gré, mal gré, elle finit par atteindre le district 79 dans la zone Nord.

    C'est là qu'elle rencontra l'homme qui allait devenir son mari d'adoption. Le malheureux se faisait malmener par des brigands. Elle aurait pu passer son chemin, mais, étrangement, elle se mêla à la bataille et la remporta assez facilement. Son âme avait certes oublie sa vie passée, mais, elle avait conservé ses instincts de fière guerrière Viking. L'homme qu'elle avait sauvé Masamune Saiba remercia brièvement l'inconnue et se préparait à rentrer tranquillement chez lui quand soudain, elle le saisit par le bras. Ce dernier cru qu'elle en voulait à sa vie et se recroquevilla, mais, en fait, l’âme sans souvenirs avait juste besoin d'éclaircissements.

    C'est ainsi qu'elle apprit qu'elle était morte, et qu'elle vivait à présent dans la Soul Society. Il lui expliqua aussi pour les Shingami, les Hollow, les interactions, et les choses de la vie courante. Dans un premier temps, la femme sans nom fut effrayée, elle avait peut être une famille, des amis dans un autre monde, et elle ne se souvenait même plus de leur existence. Puis, ce sentiment finit par laisser sa place à un profond malaise quand elle comprit qu'elle n'était personne. Voyant cette belle femme dans un profond désarroi identitaire, Masamune Saiba lui proposa de devenir sa femme. Ainsi, elle serait quelqu'un. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle accepta, et c'est ainsi qu'elle devint Masamune Kaguya.

    Elle passa donc pas mal de temps à vivre dans ce fameux district 79, à protéger son homme et a vaquer à des occupation de femme au foyer. Mais plus le temps passait, plus quelque chose en elle lui faisait comprendre que ce n'était pas le genre de vie à laquelle elle aspirait. Son âme n'avait pas oublié sa nature de fière guerrière Viking. Elle n'était pas faite pour une vie de routines monotones. C'est alors qu'elle remarqua qu'elle semblait heureuse que lorsqu'elle combattait. Malheureusement, elle vivait déjà dans les zones les plus mal famées du Rukongaï et elle y était déjà connue comme le loup blanc. Alors, elle fit une chose insensée. Elle se mit à errer bien au delà de toute trace de civilisation. Elle voulait combattre des adversaires forts, et il n'y avait rien de mieux que les Hollows pour ça. En effet, affronter un Shinigami pouvant être considéré comme un crime, il était préférable de défier les habitants du Hueco Mundo.

    Seulement, ces derniers ne se montraient pas aussi près du Seretei. Il fallait considérablement s'éloigner pour en rencontrer. Elle les battait assez facilement, certains certes se montraient plus retors que les autres, mais, d'une façon ou d'une autre, Kaguya triomphait toujours. Elle n'avait pas de trancheur d'âmes, et ne maîtrisait pas du tout son énergie spirituelle à l'époque. de ce fait, elle les frappait jusqu'à ce qu'ils fuient. Mais un jour, tout bascula, rentrant tard d'une de ses escapades, elle retrouva son homme assassiné. C'était monnaie courante dans ces districts de non-droit, mais elle ne pouvait s'empêcher de culpabiliser. Si elle avait été avec lui elle aurait pu le protéger. Elle s'en voulait d'avoir été égoïste, mais, elle ne pouvait lutter contre son envie de combattre. Alors, une fois les cérémonies d'usage terminées, elle repartit chercher des Hollows. Mais cette fois les choses tournèrent différemment. En effet, pour la première fois de sa vie, elle venait de croiser la route d'un huge Hollow. Il était tout simplement gigantesque. Elle ne pouvait pas espérer battre un montre comme celui-ci. En quelques mouvements, elle avait déjà perdu un œil. Quelques secondes plus tard, le monstre lui croquait le bras. Elle avait mal à en crever, mais, elle continuait a se battre, si cette bestiole immonde croyait qu'elle allait pouvoir se régaler d'elle aussi facilement, elle le mettait le doigt dans l’œil. Cependant, la résistance que Kaguya opposa ne fut que de principe, et elle se retrouva au sol, avec le monstre penché sur elle. Elle sentait son haleine fétide lui agresser les narines. Elle allait être dévorée vivante.

    Et soudain, on la sauva. Des Shinigami étaient venus la sauver. enfin,c 'est ce qu'elle pensait. Mais la réalité était tout autre. Les anges de la mort étaient en fait venus occire le Hollow. Sauver Kaguya n'avait été qu'une sorte de de bonus. Grièvement blessée, elle fut emmenée aux locaux de la quatrième division pour y être soignée. Au bout de quelques jours elle fut rétablie, c'est alors qu'elle demanda à intégrer l'Académie. Au vu de son état (elle venait de perdre un bras et un œil) sa demande fut d'abord refusée. Mais la grande blonde s'obstina, et refusa de bouger tant qu'on le lui aurait pas laissé sa chance. Pas franchement résolus à brutaliser une infirme, les Shinigami lui donnèrent donc une chance. Et ils en eurent pour leur argent. En effet, en premier lieu, on la testa sur la maîtrise de son Reiatsu. il lui fut demandé de matérialiser son énergie spirituelle. Inutile de dire qu'elle échoua lamentablement. Tout ce qu'on lui racontait semblait être du chinois pour elle. En fait, ce fut l'épreuve de combat qui la sauva. Elle devait faire quelques passe d'armes contre un instructeur. Elle fit bien mieux que ça, elle l'envoya au tapis, sans oublier de préciser, qu'elle était droitière, normalement.

    Finalement intégrée à l'académie, elle fut assez vite considérée comme la référence en matière de combat, de plus, après beaucoup d'efforts, elle se mit à être capable enfin de comprendre quelque chose à l'art du Kido. Il ne fut donc pas surprenant de la voir dès sa sortie de l'académie intégrer la ... division en tant que ..., il y a deux cent ans de cela.


Dernière édition par Masamune Kaguya le Sam 21 Fév - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: One arm, one eye, one heart   Sam 21 Fév - 17:52

Masamune Kaguya a écrit:
Siège demandé : on verra à quoi je peux prétendre

Déjà, Capitaine et Vice-Capitaine, ce ne sera pas possible car tu as déjà un grade avec ton premier compte. Pour le siège, le mieux est soit de décider toi-même, soit de demander à ton futur Capitaine de t'en donner un quand tu seras validée, par contre il va tout de même falloir que tu nous dises dans quelle Division tu veux aller.

Sinon, "Yata no Kagami", c'est le nom du Bankaï de Yakushiji Tenzen (actuellement Division 0). Ce ne sera donc pas possible. Si jamais, "Kagami Biraki" et "Kagami no Mukō-gawa" c'est pris aussi. Il faudrait également préciser ton pouvoir, car là tu ne fais que mentionner la forme du Shikaï.

_________________

Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours

avatar
Messages : 22
MessageSujet: Re: One arm, one eye, one heart   Sam 21 Fév - 18:11

Alors,je suis partante pour la onzième division.

J'ai édité pour le zamp'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: One arm, one eye, one heart   Dim 22 Fév - 23:14

Rebienvenue.

Je te valide au niveau 3 en tant que Shinigami de la 11e Division. Tu disposes à cet égard de 20 points de compétence à répartir lorsque tu créeras ta Fiche Technique dans la partie HRP de ta faction. Je t'épargne la suite, tu la connais déjà.

Bon RP avec ce nouveau personnage !

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: One arm, one eye, one heart   

Revenir en haut Aller en bas
 

One arm, one eye, one heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» I AM A BLOOD HEART || Présentation de Noah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Bienvenue sur Bleach - Before the Shadows :: Présentations :: Gotei 13-