AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 La lumière écarlate [Acquisition PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: La lumière écarlate [Acquisition PNJ]   Mer 4 Mar - 21:42


~ Ce qu'elle n'est pas ~

Avisant son reflet dans le miroir qui lui faisait face, la jeune femme svelte au visage opalin vint réajuster les rubans noirs qui emprisonnaient sa chevelure dans leurs carcans de velours. Ses doigts glissèrent dans cette dernière afin de parfaire sa coiffure et d'être aussi impeccable que possible. Sa tenue était usuelle, une jupe noire et un haut rouge aux manches longues qui se mariaient agréablement avec la pierre carmin ceignant son cou. Un instant, ses prunelles azurs aux reflets émeraudes vinrent s'attarder sur le pendent qu'elle effleura du bout des doigts, silencieuse, attentive à sa teinte écarlate. La lumière touchant le rubis s'auréolait d'un subtil éclat vermeille, presque surnaturel seul à dévoiler la particularité du pendentif. Fullbring. La pierre disparue au creux de sa paume alors que ses paupières s'éteignirent une poignée de seconde, appréciant la chaleur émanant de cette dernière et qui réchauffa doucement ses pensées. Et pourtant, cette douceur se fit plus perfide. Une douleur sourde étreigna son cœur, délicate, invisible, preuve d'un manque, preuve de tout ce qu'elle n'était pas et d'une réalité amère avec laquelle elle était bien obligé de composer. On lui avait volé son héritage pour lui offrir ce bijou en échange, ce pouvoir illusoire qui n'aurait dû être sien.

Tu n'es pas une Quincy.

Un claquement de langue agacé vint mettre fin à ces moroses pensées, la demoiselle ajustant une dernière fois sa tenue avant de filer hors de sa chambre pour se rendre dans le bureau de son père qui l'avait mandé. Elle ignorait encore la teneur de la discussion mais cela n'empêchait nullement son cœur de s'emballer promptement dans sa poitrine de par cette seule entrevue. C'était lui qui lui avait demandé de venir le rejoindre. Lui. Et cela faisait naître en elle un espoir mêlé de cette trouble impression que son géniteur révélait toujours en elle. Cette peur de ne pas être à la hauteur de ces attentes – encore une fois, une fois de plus. Elle ne pouvait tolérer de le décevoir une fois de plus. Ses doigts vinrent un instant emprisonner le présent de ce dernier, si précieux et renfermant en son sein toute sa puissance, ses espoirs déçus et ses vœux secrets. Elle se le promettait, comme ces fois précédentes, comme elle le faisait toujours. Même si elle n'était pas ce qu'elle devrait être. Le cœur battant, la demoiselle inspira une grande bouffée d'air avant de s'arrêter face à la porte close du bureau paternel, toquant contre son chambranle en un seul coup bref.

La voix de son père, ferme et autoritaire l'autorisa à entrer dans son antre de bois précieux et ordonné qu'elle détailla à peine. Elle connaissait déjà cette pièce quand bien même ne s'y attardait t-elle rarement. Et puis de toute façon, il n'y avait que la silhouette svelte de son géniteur qui lui importait. Il se dégageait de lui une telle prestance, davantage mise en valeur encore par le costume sombre qu'il portait encore en cette fin de journée. Il venait probablement de rentrer de son cabinet et au vu des dossiers déposés sur le bois massif, elle ne doutait pas que sa journée de travail était loin d'être terminée. Seidai Katsuo était un homme acharné et elle n'ignorait pas que derrière les prunelles aciers de ce dernier se dissimulait un esprit vif et intransigeant, aussi solide que le métal dont il paraissait forgé. Son cœur battait sourdement, entêtant, elle en sentait les pulsations faire frémir son corps et c'est aussi assuré que possible qu'elle s'avança de quelques pas dans la pièce, s'inclinant respectueusement devant le regard inflexible de son géniteur. Elle se sentait mise à nue par ses iris cendrées et, chaque fois, cette impression revenait. Si perfide.

Père. Sa voix gracile bien que ferme s'éleva dans le silence du bureau, déchirant ce dernier avec une assurance feinte. Bonne comédienne, elle parvenait à maintenir l'illusion de l'assurance alors qu'au fond, elle se sentait comme une simple petite fille impressionnable faisant face à une grandeur admirable. Ses doigts se crispèrent, ses ongles venant griffer sa chair pour l'obliger à se reprendre et elle se redressa finalement pour faire face. Patiente et attentive, elle attendit, contemplant les gestes mesurés qui triaient, rangeaient adroitement, changeant un dossier de place, puis le remplaçant par un autre. C'était comme lorsqu'il s’entraînait. Ses mouvements étaient si vifs, si précis, sans perte de temps ni même d'énergie inutile et la belle s'était employée à l'imiter sur ce point – comme sur de nombreux autres, sans que cela ne soit toujours une réussite, à son plus grand regret. Elle pouvait imiter mais pas égaler. Elle n'était pas une Quincy... Contrairement à son père dont le sang était pur, et ce, malgré la décadence de l'héritage de cette race périclitant. Ses mains jointes devant son corps se crispèrent l'une à l'autre à cette pensée. Elle, elle n'était rien de plus qu'une fullbringer. Pas même une Gemischt Quincy. Rien. Juste une humaine dotée de pouvoirs aberrants qu'elle tordait tant et plus pour leur faire épouser une forme plus proche de ce qu'elle désirait être. Vainement.

Elle ne serait jamais une Quincy malgré tous ses efforts, malgré ses connaissances, malgré son acharnement dans ses entrainements, dans la vie. On ne pouvait changer le sang coulant dans nos veines et elle plus que personne s'en était rendue compte, avait dû l'accepter, aussi. La fille n'était pas ce que le père aurait désiré, différente. Mais elle n'abandonnait pas pour autant ses vœux et ses espoirs. Ce pendentif si précieux qui renfermait en son sein, son pouvoir et sa force. Elle brillerait elle aussi, qu'importe le prix à payer tant qu'elle pouvait contempler la fierté dans ses prunelles aciers.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: La lumière écarlate [Acquisition PNJ]   Jeu 5 Mar - 21:33


Tu vas partir pour Tokyo, Haya. La voix grave mais fluide de son géniteur vint troubler ses pensées, déviant le fil de ses songes éveillées. Surprise, elle demeura muette tant de stupeur que d'incompréhension alors que sa question mourrait au creux de ses lèvres. Pourquoi ? Elle voulait le lui demander, savoir la raison de cette soudaine décision et en même temps, elle n'en craignait que trop les répercussions. Son cœur battait férocement après s'être arrêté un instant qui lui avait paru être une éternité, se tordant dans sa poitrine dans un grincement inaudible. Les doigts de la belle se crispèrent davantage encore sur sa main déjà meurtrie par ses ongles. Pourquoi ? Pourquoi l'envoyer dans cette autre ville, loin de la demeure familiale des Seidai ? Incapable d’émettre le moindre son en réponse, elle préféra rester silencieuse, attendant que ce dernier n'en révèle davantage. Seidai Katsuo était un homme patient qui savait prendre son temps, mesurant ses mots avec l'habileté des orateurs les plus doués. Il parlait quand il le fallait, pas avant, ni après. Précis. Concis. Cette aisance et cette mesure faisait de lui un avocat aussi redoutable que redouté, faisant toute sa renommé. Il vivait pareillement, chaque action était mûrement réfléchie, parfaitement définie.

Le cœur battant sourdement, la fille détaillait son géniteur avec une appréhension galopante qu'elle dissimulait habilement derrière un masque attentif. Le visage de ce dernier concentré sur elle, droite comme un i, crispée face à ce regard métallique, insondable, il joignit lentement ses mains sous son menton avant de reprendre avec lenteur son discours. Des événements anormaux se sont déroulés à Tokyo dernièrement, d'ordre spirituel, cela va sans dire. La demoiselle l'apprenait, un peu, mais elle dissimula l'étonnement derrière son expression attentive. Elle n'ignorait pas que la capitale nippone était devenue, après la destruction de Karakura, une plate-forme spirituelle importante, sans pour autant connaître précisément tout ce qui était advenu en son sein depuis. Elle en savait le stricte minimum, et ce qu'on voulait bien lui en dire également, n'ayant pas le réseau de son paternel. Elle n'était encore qu'une adolescente. Son cerveau tournait à plein régime essayant de comprendre ce qui poussait son père à lui dire cela. Ce n'était pas le genre d'homme à dévoiler quelque chose si ce n'était pas utile. Et le lien lui paraissait plutôt clair. Tu vas t'y rendre pour en apprendre davantage sur ce qui s'y trame.

Une mission. C'était une mission qu'il lui confiait. Une mission importante qu'il lui confiait à elle, et seulement à elle, visiblement. Avait-elle vraiment bien entendu ? Le soulagement vint étreindre son corps et elle ne put empêcher un sourire venir effleurer ses lèvres délicates. Vague et trouble, mais bel et bien présent comme cette émotion entêtante qui naissait face à cet ordre à peine déguisé. Mais qu'importe pour l'heure ! Elle n'avait que faire de cette futilité, son père avait besoin d'elle, il lui offrait la possibilité de faire ses preuves. Mieux encore, il lui faisait confiance. Suffisamment en tout cas pour qu'elle ne devienne ses yeux et ses oreilles, pour qu'elle enquête sur une situation complexe. C'était là, tout ce qui comptait pour la jeune femme, trop heureuse de voir ses efforts récompensés.

Bien père. Une phrase concise qui était loin d'exprimer tout ce qui tempêtait en elle, mais face à son paternel, elle retenait toujours ce genre d'effusion qui n'était pas pour lui plaire. Quand dois-je partir ? L'homme accueillit sa question avec un froncement de sourcil, preuve unique qu'il ne répondrait pas immédiatement et qu'il ne s'était pas attendu à d'autres paroles de la part de son enfant. Cette dernière se mordit discrètement la lèvre, anxieuse et troublée, ce qui la rendit totalement muette. Il laissa encore quelques minutes s'écouler avant de reprendre la parole après avoir récupéré un dossier dans un des tiroirs de son bureau. Tu chercheras aussi cet homme et tu le surveilleras. Ces deux missions sont indissociables mais il a la priorité. Intriguée, la demoiselle se demanda bien qui pouvait tant intéresser son père pour que ce dernier ne le préféra à l'obtention d'information. Il lui tendit le dossier relié pour toute réponse à cette interrogation muette et la jeune femme s'en empara avec un rien d'hésitation.

C'est un Seidai perdu, ajouta le quarantenaire en précision, ce qui fit vivement redresser la tête de la demoiselle. Un Seidai ? Son père n'employait guère ce nom à la légère et son ton lui paraissait limpide en ce qui concernait cette phrase bien précise. Un Seidai perdu. Alors il devait forcément parler... C'est un Quincy ? Un acquiescement lui répondit alors que ses doigts se crispaient sur le document confié en réponse, les battements de son cœur s’accélérant sourdement. Il semblerait. Ses papiers attestent de son ascendance. Ses prunelles azurées vinrent détailler les feuilles confiées avec réserve et neutralité. Un vrai Seidai. Sa mâchoire se serra.

Bien. Je le ferai. Même si cela lui coûtait. Si c'était la volonté de son père alors... Elle le ferait. Tu pars la semaine prochaine. Tout sera réglé d'ici là. Son enthousiasme s'était quelque peu émoussé face à cette dernière révélation et se fut avec un calme retrouvé qu'elle acquiesça simplement, serrant contre elle la reliure qui lui avait été confié. Il est ton cousin, Haya. Approche le comme tel. Si il s'avère être ce qu'il paraît être, protège le, quoi qu'il t'en coûte. Protéger l'héritage. Le déclin annoncé. Bien sûr. Je connais mon rôle. Sa place. Elle n'était pas une Quincy, elle.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: La lumière écarlate [Acquisition PNJ]   Ven 6 Mar - 19:00


Il faut vérifier si Kyoko a fait un enfant à son image. Un marmonnement pratiquement inaudible qui vint s'extraire de la gorge de son père. Silencieuse, la belle s'arrêta dans son mouvement pour détailler la mine soucieuse de ce dernier. A son image. Quel drôle de terme, songea t-elle en glissant à son paternel, un regard intrigué quoi que réservé. Seidai Kyoko. Ce nom éveillait en elle, une impression familière qu'elle peinait à appréhender. Il ne lui était pas étranger, de cela, elle en était certaine, mais où avait-elle bien pu l'entendre ? Hésitante sur ce qu'elle devait faire à présent, elle se permit de reprendre la parole. Père ? Une demande sous entendue qu'elle savait vaine d'avance. Et comme elle s'y attendait, l'homme reposant derrière son bureau massif en vint à se tourner vers elle pour lui offrir son regard insondable. Tu peux disposer Haya. Il ne répondrait pas et ça signifiait que ce serait simplement à elle d'obtenir les réponses qui l'intéressait. Comme toujours. S'inclinant une nouvelle fois pour prendre congé, la demoiselle se détourna en resserrant contre elle, le dossier confié avant de partir du bureau aussi calmement que possible. Déjà, son paternel avait repris son labeur sans guère plus s'attarder sur sa fille et la mission qu'il venait de lui confier.

Ce ne fut que lorsque la porte se referma que la belle laissa échapper la colère qui vint durcir les traits délicats de son visage. Protéger un Quincy. Encore. Est ce qu'elle allait devoir subir cet affront toute sa vie à vivre dans l'ombre de ceux qui était parvenu à obtenir ce sang si précieux à son père ? Grinçant des dents, Haya s'échappa vivement de l'espace alloué au patriarche, laissant sa rage la guider. Pourquoi ? Pourquoi existait-il ? Pourquoi était-elle obligée de remplir pareil office ?! Encore et toujours, il lui paraissait qu'elle avait passé sa vie à faire cela. A devoir surveiller, protéger des êtres qui se devaient d'avoir plus de valeur qu'elle même. Elle ne parvenait à l'accepter et ce, même si elle se pliait aux ordres et demandes de son paternel. Sa fierté en était une fois de plus sérieusement mise à mal. Ses doigts se crispèrent davantage sur la reliure confiée et ce ne fut qu'une fois dans sa chambre qu'elle laissa échapper un cri de colère qu'elle étouffa dans son oreiller. C'était totalement puéril de sa part et elle s'en rendait bien compte, mais c'était le seul moyen qu'elle avait trouvé pour calmer ses nerfs à vif. C'était si rude. Si agaçant ! Tellement... injuste. Il lui fallut plusieurs minutes pour calmer la tempête émotionnelle qui hurlait dans son âme avant qu'enfin l'accablement ne prenne sa place. Un soupir passa la barrière de ses lèvres alors qu'elle vint s'allonger sur son lit, le coussin calé contre sa tête entre ses deux bras en proie à la morosité.

Combien de temps...? Combien de fois...? C'était toujours la même chose. Simplement...

Inspirant une grande bouffée d'air, le regard de la jeune femme vint se poser sur le dossier jeté à la va-vite à ses côtés, sur le lit à la couverture rougeoyante. C'était si dur. Si... épuisant mais c'est en laissant cette sourde douleur de côté qu'elle récupéra l'objet de son mépris, de sa colère. Son cousin. Ses doigts glissèrent sur la reliure avant d'en révéler le contenu sans grand intérêt. Klaus Misha Aleksander... Ce nom ne lui disait rien. Elle creusa un peu plus, sans conviction, lisant les informations davantage par obligation que par réelle envie. Allemand et japonnais, fils de Richter Hans et Seidai Kyoko - encore une fois, ce nom éveilla en elle un sentiment diffus de familiarité. Adopté par des allemands suite à la mort de sa mère. Ah. Alors ses parents étaient tous les deux morts. Deux Quincy. Le nom Richter ne lui était pas inconnu non plus, d'ailleurs, et le temps passé à en apprendre davantage sur la race de son père lui apparaissait plus utile que jamais. Un sang-pur. Un claquement de langue agacé vint troubler le silence et elle referma brutalement le dossier coupable. Ses poings vinrent s'abattre sur le coussin dont elle s'était servie pour étouffer son cri, déversant sa rage une nouvelle fois sur le pauvre oreiller innocent.

Pourquoi ? Pourquoi est ce qu'il fallait toujours qu'on lui jette au visage son ascendance tronquée ? A chaque fois, ce sentiment perfide enflait en elle, amer, destructeur, elle ne parvenait à se défaire de cette cruauté, comme si un dieu facétieux avait usurpé son dû. La respiration saccadée, la belle vint s'asseoir sur son couchage pour reprendre son souffle, un peu apaisé par cette dépense brutale d'énergie. La lassitude était la seule à rester. Toujours. Les questions, elles, demeuraient inutiles, vaines. Le destin s'était joué d'elle. Il n'y avait pas de raison, juste un fait indéniable. Une chance dans son malheur. Mais la rage demeurait, cette rage sourde... La pierre écarlate ceignant son cou vint disparaître au creux de sa main. Des espoirs vains mais une lumière bien réelle. Une espérance qui avait lieu d'être. Le bon côté, c'est que je pars pour Tokyo. C'était ce à quoi elle se raccrochait. Cette première mission qui, même sans être prioritaire, avait le bon goût d'exister. Elle n'y allait pas que pour lui. Son père avait confiance en elle pour remplir ces objectifs malgré ses dix sept printemps. Et c'était la seule chose qui comptait pour elle. Qui devait compter.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander

avatar
Rang : ♐ Survivor Quincy ♐

Messages : 94
MessageSujet: Re: La lumière écarlate [Acquisition PNJ]   Ven 6 Mar - 21:46


Tu t'en vas vraiment Haya ?
Le regard bleu-vert de l'adolescente vint détailler la silhouette de la fillette qui venait d'ouvrir la porte de sa chambre, demeurant accrochée à la poignée sans oser s'avancer plus avant dans la pièce encombrée. Glissant une mèche de cheveux gênantes derrière son oreille, la demoiselle acquiesça en rangeant les vêtements qu'elle avait récupéré dans son armoire pour les placer dans sa valise. Il lui fallait prendre l'indispensable uniquement, le reste, elle était toujours susceptible de l'acheter sur place. Elle ajouta à sa pile d'habit méticuleusement choisie quelques livres qu'elle avait récupéré dans la bibliothèque familiale qui pourrait toujours lui être utile – et dont elle n'ignorait pas la valeur, surtout sentimentale. Hésitante sur la marche à suivre, la petite fille quant à elle, entortilla ses doigts dans sa robe, ne sachant que faire ou quoi dire. Finalement, après un effort qui lui paru surhumain, elle s'approcha afin d'observer de plus près l'aîné.

Tu t'en vas où ... ? Haya retint un soupir agacé qu'elle dissimula en refermant sa valise qu'elle espérait pas trop encombrante. Il fallait dire que les informations données par son père restaient concises et si elle savait qu'elle aurait un logement dans lequel s'installer non loin de l'école dans laquelle elle allait être transféré... Et bien, elle n'en savait pas bien plus. Mais elle avait pris le nécessaire pour faire face à plusieurs situations problématiques - tout du moins, de ce qu'elle imaginait. A Tokyo. La petite fille à la courte chevelure noire et au regard brun paraissait déçue, attristé par ce départ et c'est un ô dépité qui vint effleurer ses lèvres. Tu pars longtemps ...? Sa frêle voix avait toute les peines du monde à venir se frayer un chemin jusqu'aux oreilles de la belle. Cela l'agaçait. Devoir tendre l'oreille, devoir faire tant d'effort pour ne pas l'obliger à s'imposer davantage, à parler plus distinctement. Avec plus d'assurance. A son âge, elle n'était pas aussi intimidée par tout et n'importe quoi...

Je ne sais pas. Peut être. A cet instant, elle l'espérait presque tant la présence fluette de la fillette l'indisposait. C'était toujours ainsi lorsque Madoka se retrouvait dans son entourage, et, malheureusement, cela arrivait bien plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité. C'était son rôle de la protéger. Protéger l'héritage, protéger la pure. Et elle allait continuer mais avec un autre. Cette pensée la fit grincer des dents. De nouveau, la petite Seidai ne rajouta rien, se contentant de la regarder avec cet air attristé qu'elle trouvait fort exagéré. Haya n'avait jamais été véritablement proche d'elle, elle faisait ce qu'on lui demandait de faire sans guère plus s'investir dans son rôle de gardienne. Elle n'éprouvait que trop d'agacement en sa présence. Elle était trop fragile, trop délicate, trop faible. Elle était ce qu'elle ne serait jamais. Ce qui lui avait été refusé. Un instant, elle se demanda si celui qu'elle allait devoir protéger à Tokyo serait à son image avant de faire disparaître cette réflexion absurde. Elle préférait ne pas y songer pour l'heure au risque de devoir encore battre son pauvre coussin comme plâtre. Et c'était là un comportement qu'elle préférait garder secret, surtout au sein de la demeure familiale, pas besoin d'un témoin de cet acabit en plus pour ternir sa fierté.

Les petits doigts de la fillette vinrent attraper la main de son aînée avec douceur et hésitation. Surprise, Haya contempla la mine gênée de cette dernière. Sois prudente grande sœur. Pourquoi lui disait elle ça ? Et pourquoi donc est ce qu'elle éprouvait ce sentiment diffus et incompréhensif devant cet égard pour le moins inattendu ? Elle n'était rien de plus que sa demi-sœur, un lien intangible, presque mensonger. Elles étaient trop dissemblables pour qu'elle ne parvienne à l'accepter. Et elle n'était pas seule dans ce cas. Tu ferais mieux de rejoindre ta mère Madoka, elle va finir par s'inquiéter. L'autorité se dégageant de sa voix fut suffisante pour ramener la petite à sa place. Elle acquiesça timidement avant de s'échapper après un dernier regard à sa demi-sœur qui lui offrit un vague signe de la main qui suffit à faire s'épanouir sur les lèvres de la fillette, un sourire délicat. Fragile.

Silencieuse, elle resta quelques secondes à contempler le chambranle de la porte vide. Idiote. A qui adressait-elle ces paroles ? Même elle paraissait l'ignorer et c'est sans plus tergiverser qu'elle dégagea son bagage. Elle partait demain. Déjà. Les battements de son cœur se firent plus sourd, plus lourd. Demain, elle verrait cette demeure pour la dernière fois avant un long moment, elle s'en doutait sans qu'on n'ait besoin de le lui dire. Mais c'était le prix à payer pour obtenir plus de considération. Sa main vint se porter à son pendentif écarlate. Tout du moins, c'était ce qu'elle espérait. Sur cette lueur écarlate de laquelle elle tirait tout son pouvoir.

_________________

Avatar par Melody ♥
Seidai Haya - PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2696-klaus-m-aleksander
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La lumière écarlate [Acquisition PNJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La lumière écarlate [Acquisition PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» La patrouille de l'angoisse : le reveil de Brume écarlate [PV vallée et glace]
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» [Porteuse de lumière]Akari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-