AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine de la Troisième Division

Messages : 106
MessageSujet: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   Mar 17 Mar - 13:33

Inventaire.... dure la vie de Taisho.



Après la visite de l'actuel patron du Gotei XIII, l'ancien et nouveau Capitaine se baladait entre les baraquements pour se diriger vers la sienne. Plus sombre et plus lugubre que les autres, il se rappelait que celle-ci avait la réputation de s'occuper des exécutions des ennemis de la Soul Society. Après tout, ses prédécesseurs n'avaient pas été des perdreaux de l'année. Avec un sourire amusé, il pénétrait les lieux en tenant sous le bras son Haori, il portait un simple le kimono noir traditionnel et son propre Haori de couleur lavande. Inutile de dire que les gardes l'arrêtèrent immédiatement alors qu'il s'apprêtait à entrer chez lui... Enfin chez lui, c'était pas encore gagné ! Deux lances s'étaient croisées sous son nez et son oeil allait de droite à gauche pour voir deux Shinigamis qui le regardaient comme le dernier des imbéciles.

- On n'avance pas plus loin ! Hurla limite l'un d'entre eux

- Je viens voir un officier ! Affaire urgente ! Répondit Kurobara avec une franche envie de rire.

- Non mais t'as pas l'air de comprendre ou t'es complètement con ! Déjà y'en a pas des masses actuellement et ni de Lieutenant... Donc tu vas pas nous les chercher dans le vide...

- Ah mais...


Pas le temps de terminer la phrase qu'un Shinigami apparaissait dans son dos. Son énergie spirituelle était un peu plus conséquente que les autres et les deux gusses se mirent au garde à vous en sa présence. Il portait un Zanpakuto sur le côté et la moitié de son visage était brûlé. Allons bon ! Il s'avançait pour se mettre à ses côtés pour le regarder, il fit signe aux gardes d'abaisser leurs armes. Ce type avait confiance en ses capacités !

- Hotaku Suginagi, Sixième siège de la Troisième Division ! J'ai entendu ce que vous vouliez mais je dois vous répondre comme mes soldats, on peut rien pour vous actuellement ici, ce n'est pas un centre d'affaires !

- "Mes" ?

- Oui, "Mes" ! La situation du Gotei XIII est visible non, on est en Etat Martial ! Je sais même pas comment vous avez pu passé les autres Divisions pour venir ici, donc dégagez !

- Et si je dis non ?


Le jeu commençait à amuser le Capitaine, son subordonné, qui ne le savait pas encore, aimait a priori jouer au petit chef en l'absence de supérieur actuellement. Pourquoi pas ! Mais bon, manquer de sens de l'hospitalité était quand même pas terrible ! A la réponse de Kurobara, il sortit son Katana et deux lances se mirent sur la gorge de l'infortuné visiteur. Un sourire mauvais au visage, le Sixième Siège regardait son interlocuteur comme une proie. Le sens du devoir lui intimait certainement de jouer des muscles pour impressionner "ses" soldats et sa lame une fois totalement sortie de son fourreau, il la pointa à son tour sur la nuque du Shiba.

- Si tu veux pas crever connard ! Tu vas te barrer !

- Je vais vous dire une chose... Que je me rappelle bien de la façon dont l'exprimait Yakushiji Tenzen Taisho : On ne sort pas le lame du fourreau sans la volonté de tuer son adversaire !


Disparaissant d'un pas de Shunpo afin de se mouvoir dans le dos de "son" officier, Kurobara dégageait une aura chaleureuse et mortelle. Un léger vent se levait en même temps que les feuilles orangées des arbres à Kaki autour de la Division. Un froid métallique se posait sur la gorge de l'officier un peu trop présomptueux et ce dernier sentit un doigt se planter en haut de son omoplate droite. Quelques mots retentir comme une sentence de mort. Un éclair bleutée explosait alors dans l'épaule de l'officier au grand effroi des gardes. Il s'écroulait et ils regardèrent leur chef tombé alors que l'inconnu rengainait son wakizashi. Paralysés, ils virent ensuite ce dernier en train de défaire les lacets de sa livrée sous le bras et en sortir un Haori immaculé. De la paralysie, ils passèrent à la peur. L'inconnu passa le manteau blanc sur ses épaules pour se retourner vers les trois personnes ! L'officier se relevait lentement en hurlant de douleurs, un peu sonné par le choc, il ne s'était pas encore retourné et ne voyait pas ce que ses propres gardes venaient de voir.

- Putain de bordel de merde ! Tu aurais dû me tuer, tu vas le payer ! Hurlait le Sixième Siège.

- Hotaku Suginagi Sama.... Tentait le garde...

- Ta gueule ! Répondit-il en se retournant en voyant l'homme aux cheveux blancs en Haori blanc.

Blême comme la pétale d'une rose blanche sur une marre de sang, il regardait l'inconnu en se demandant ce qu'il se passait. Les deux gardes étaient déjà un genou à terre, signe de soumission à l'autorité supérieure de la Division. Il ne savait pas quoi faire, il avait apostrophé, insulté et attaqué son Capitaine en oubliant tout simplement de demander Qui et Pourquoi ! Pendant des mois, il avait assuré la stabilité et l'unité de sa Division et là, il se sentait plus que moins que rien. Il se releva pourtant lentement et posa les deux poings sur le sol et sa tête vint toucher le sol en signe à son tour de soumission.

- Tu n'as pas à t'excuser Suginagi-San, tu faisais ton devoir et assez bien ! Mais demander simplement à qui on a affaire, c'est un peu la base... Ta blessure est faible, suis moi ! Réunis les gars que je me présente, je sens que cette nouvelle maison va me plaire ! Ah merde ! Beau jeu de faire la morale mais si je m'oublie moi même : Shiba Kurobara, San Ban Taisho ! Je reviens de loin dirons nous... Intervint le nouveau capitaine en plaisantant légèrement.

Après la réunion exceptionnelle de toute la Division et les démarches faites, il ordonna à l'officier un peu impétrant d'assurer la sécurité de la Division. Ce dernier était heureux de s'en être sorti par une violente brûlure et aussi par une accolade de pardon. Kurobara entrait après cela dans ses appartements, journée exténuante après tout, et que vit-il ? Un de ces bordels sans nom... Des restes de l'ancien Capitaine certainement et la troupe n'avait pas osé venir ici pour y faire le ménage. Mettant dans un coin son Haori et son Zanpakuto, il retroussait les manches et prit un balais pour nettoyer tout ça ! Plusieurs de ses subordonnés vinrent l'emmerder pour le faire à sa place mais il leur demandait d'aller s'entraîner, faire le ménage permettait de se vider la tête mais aussi de penser à la suite ! La poussière s'accumulait tellement qu'il en devenait brun le pauvre.... Journée de merde !

Citation :
HRP : Me suis lâché mais ca fait du bien parfois ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t130-shiba-kurobara-terminee#767

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   Mer 18 Mar - 19:07

Je connais bien la troisième division. Enfin, j'y suis resté pendant un certain temps, à chasser des Hollows et autre joyeuseté du même type. Une bonne période de ma vie en somme, même si j'avoue sans problème que j'ai pas des souvenirs impérissables de cette division. Je faisais mes missions, ça m'allait, je combattais, c'était tout ce qui comptait - tout ce qui compte toujours plus ou moins, même si mes responsabilités sont un poil différentes aujourd'hui dans la septième. Rien que d'y penser me fait grogner sourdement. C'est difficile quand même d'oublier cet état de fait, pas forcément à cause du brassard qui ceint mon bras mais plutôt à cause de tout le reste. Si je suis ici à la base, dans cette division qui est plus la mienne, c'est pas forcément pour me promener. Normalement, je dois organiser deux trois trucs avec le troisième siège de la troisième qui s'avère être le seul gars gradé de cette division maudite. Non parce que quand un capitaine parvient pas à se maintenir derrière son bureau plus de quelques mois consécutifs, on en vient à se poser de sacré question sur le dit siège. On en a vu des gars passer à cette place en se demandant combien de temps ils allaient durer avant de se barrer pour raison x ou y - désertion, mort, disparition, j'en passe et des meilleurs. Un vrai jeu parmi les shinigamis, plus lancé par dépit que par joie quelconque d'ailleurs. Très franchement, ça m'a jamais trop atteint personnellement. Tant qu'on me donnait une mission à remplir et des trucs à tabasser, tout m'allait, ou peut s'en faut. Et puis tant qu'on me faisait pas plus chié que ça après. Mais j'avais ma réputation et on venait rarement me lourder pour rien, ce qui avait aussi ses avantages. Avantage que j'ai plus ou moins perdu actuellement même si on s'approche pas de moins si on en a pas expressément besoin généralement.

Je connais le troisième siège. Enfin, c'est le même qu'à l'époque où j'y étais, et sans vouloir faire ami-ami avec lui, il me connaît assez pour passer rapidement sur les choses qui vont et qui vont pas, sur ce qui doit être fait de manière concise de sorte qu'on passe pas trop longtemps en compagnie l'un de l'autre. Parce qu'il m'apprécie pas ou parce que c'est son style, j'en sais rien et j'en ai rien à foutre d'ailleurs, mais ça m'arrange. Je vais pas dire qu'on travaille bien ensemble - j'ai du mal à travailler avec quelqu'un, déjà - mais dans tous les cas, on s'arrange pour pas trop s'emmerder mutuellement, ce qui est déjà mieux que rien. Bref, je suis donc là pour le voir et surtout pour changer d'air - pour éviter le blabla emmerdant du neuvième siège de la septième qui essaye de me faire asseoir derrière mon bureau pour que je m'occupe de la paperasse qui commence à s'accumuler dessus. Enfin, il essaye de manière détourné. Encore. M'enfermer dans une pièce pour lire des dossiers et tout ce qui va avec, écouter des rapports emmerdants... Franchement, non. Je préfère encore aller frapper à la porte de cet abruti de Hotaku Suginagi alors que c'est pas plus mon truc que ça non plus. Mais bon, la fin justifie les moyens. Et puis quelque part, ça fait parti de mon boulot aussi en l'absence du Capitaine. Genre coordonner les actions tout ça, tout ça. Connerie. Je le retiens lui aussi de me filer la patate chaude alors qu'il se casse en mission l'air de rien.

Je prends un chemin détourné pour me rendre dans la division. En fiat, je dirai pas que cette dernière me manque plus que ça ou que je regrette d'être allé dans la septième - bien que je me pose la question par moment. Cela dit, faut croire que y a des trucs que j’appréciais bien ici. Le fait d'être un simple shinigami en fait parti, j'avais juste à me battre en règle général, traquer et abattre. Simple. Clair. Et aujourd'hui, je suis là et je me tracasse à foutre des coups de pieds aux culs de tous les clampins qui savent pas quoi faire de leurs dix doigts, à faire le lien avec les autres divisions - tellement mon style - et de gérer des papiers à la con. Ouai en fait je pense que ça me manque même si ça m'empêche pas d'être là où je suis et d'assumer sans trop chercher à faire plus. Le minimum me convient parfaitement. Je ne souhaite pas changer à cause de ça, bêtement. M'enfin, les lieux restent égaux à eux même sinon, non pas que je cherche à flâner plus que ça, mais je finis par me rendre à l'évidence que quelque chose vient m'intriguer. Des messes basses - pour peu que j'entends quoi que ce soit en fait mais comme je lis sur les lèvres, on va dire que ça passe.

J'ai bien lu capitaine ? Sans blague. Alors c'est peut être ça qui fait que la division a l'air plutôt agitée comparativement à d'habitude - peut être pour ça aussi que les gars à l'entrée étaient sur les nerfs. Fin, des fois ils sont sur les nerfs pour pas grand chose, surtout actuellement mais bon. Ceci expliquerait cela. A quoi ressemble ce type ? Je suis presque curieux tiens. Un nouveau capitaine maudit ! Combien de temps il va resté celui là à ton avis, mon petit Raï ? Va savoir. J'ai toujours été mauvais pour les paris et tout ce qui touche de près ou de loin au jeu, mais si on prend ce qu'il est advenu par le passé, je dirai qu'il fera pas long feu. C'est sans trop faire gaffe que je me retrouve au niveau du coin assigné au capitaine. Je le connais aussi après tout, puis c'est un peu partout pareil. Et c'est comme ça que je me retrouve à voir un type faire le ménage dans la baraque - porte ouverte, tranquillou en mode nettoyage de printemps. La voix de Hibiki se fait amuser devant cette drôle de constatation. Tu veux lui donner un coup de main ? Même pas en rêve. Je jette un œil sur le haori et le zanpakutô posé dans un coin prouvant que ce type à l'allure de noblion est un dieu de la mort - et sans doute le capitaine au vu de là où il se trouve.

Je suppose que vous êtes le nouveau Capitaine de la troisième. Ma voix est grondante, bien loin de la fluidité usuelle des entendants, plus hachée, dissonante. Ça sert à rien d'utiliser le langage des signes dans ce genre de situation, je suis pas du genre à perdre du temps inutilement. Je reste à l'extérieur, m'approchant pas de la masse de poussière qu'il doit soulever à chaque pas. J'ai horreur de ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine de la Troisième Division

Messages : 106
MessageSujet: Re: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   Jeu 19 Mar - 18:53

La première rencontre


Alors que la poussière tombait de mes cheveux, sa pupille se relevait vers la voix qui venait de gronder derrière lui. Avec tout ce bordel, il n'avait même pas senti l'approche d'un nouveau venu, non mais bonjour le Capitaine quoi ! Avec un grand sourire, il s'approchait du Shinigami trapu et plus grand que lui. Ses yeux noirs le fixaient avec une forme de dégoût en regardant la poussière, intéressant ! Imprimant dans sa mémoire ce trait de caractère de l'officier, il s'approchait d'un seau d'eau pour se laver le visage. Quelques minutes plus tard, il était enfin présentable et il prit son Haori et son Zanpakuto pour les mettre aux endroits les plus utiles. Pendant tout ce petit manège dans un grand silence, il observait le gus, il semblait pas du genre à faire de longs discours celui là !

- Ouais c'est moi, San Ban Taisho Shiba Kurobara ! Répondit le capitaine avec un grand sourire. A qui ai-je l'honneur ?

Le Capitaine le scrutait et à la vue de son bandeau au bras, il se rendit compte que ce n'était pas un simple officier. Un Vice-capitaine donc ! Bon bah pourquoi pas ! Et puis il avait entendu de vive voix les rapports de sa Division sur les derniers événements, il était vrai qu'ils semblaient pas très claires. Il manquait des éléments pour bien comprendre comment la Soul Society avait pu finir dans un tel état. Il lui fit signe de la suivre dans le jardin à côté, il y avait là encore quelques arbres qui dataient de l'Ere de Ichimaru Gin. Des arbres à Kaki avaient été planté ici et le destin les avaient préservés de la destruction. Kurobara en prit deux et en balança un à son invité.

- Tiens, j'ai pas grand chose vu la situation du Seireitei... mais c'est revigorant ! Un thé ?

Tandis que le gars se présentait, il lui balançait le fruit et une petite table était installée pour boire un thé tranquillement sous les arbres. Non pas qu'il ne devait pas être un afficionado de ce genre d'agapes mais vu les circonstances et c'était l'école du Capitaine, en toute occasion, il fallait se montrer courtois et agréable pour l'invité de la maison ! Le Sixième Siège savait désormais à quoi s'en tenir sur cela désormais ! Et la rumeur des nouvelles règles s'étaient répandues rapidement, personne ne se montrait désagréable dans cette Division et cet ordre non dit valait bien une Loi ! Un sourire en coin, il tendit la main pour l'inviter à s'asseoir sur un coussin en soie avec les armoiries des Shibas. Relevant les manches, il laissa entrevoir des tatouages en arabesques celtiques sur ses avant-bras. Des cicatrices étaient visibles par endroit, signe que l'époque dans le Rukongai n'avait pas été évident tous les jours pour lui mais cela, il n'allait jamais l'admettre devant Seigi !

Buvons donc ce thé et discutons des derniers événements !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t130-shiba-kurobara-terminee#767

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   Mer 25 Mar - 7:09

Le type se présente, confirmant mes suppositions qui, soit dit en passant, ne sont pas insurmontables non plus. Enfin, c'est logique quoi, c'est bien pour ça que j'ai pas posé de question d'ailleurs, perte de temps. Je capte pas super bien tout ce qu'il me raconte et je pourrai pas non plus répéter son nom sans risquer de dire une connerie alors comme souvent quand je m'adresse à des gens, je vais raccourcir à son grade, ça fera très bien l'affaire si besoin. Si il me regardait au lieu de papillonner à droite et à gauche, ça serait peut être plus facile de suivre ce qu'il me raconte aussi. Sérieux. Toujours obligé de s'activer pour faire n'importe quoi. Au moins, je capte qu'il me demande mon nom, peut être mon grade aussi mais je pense qu'il a une bonne vue alors il se démerdera tout seul si il veut connaitre ma division, c'est marqué sur mon brassard après tout.

Seigi Raïtōku. Point final. Comme toujours moi et les longs discours, on est pas vraiment les meilleurs amis du monde et puis à quoi bon ? J'ai rien de plus à dire en l'occurrence, tout est gravé sur mon brassard. Je rattrape d'un mouvement habile le truc qu'il m'envoie - et qui s'avère être un kaki qui me fait légèrement hausser un sourcil de circonspection. Non pas que j'ai quelque chose contre les kaki mais je m'attendais pas spécialement à me faire inviter à boire le thé en dégustant un fruit de la troisième. Et à quoi tu t'attendais au juste ? Excellente question. Je m'attarde un instant sur l'allure du nouveau capitaine de mon ancienne division sans vraiment me faire d'avis sur lui. Je le connais pas, ce type, c'est la seule chose que je sais. Je me souviens pas de lui dans la troisième, ni ailleurs même si pour ce point, ça a rien d'étonnant. Une fois sorti des quartiers de mes divisions, je me suis jamais trop attardé sur les autres. Taka est juste l'exception qui confirme la règle. Je hausse les épaules vis à vis de sa proposition - la seule chose que j'ai compris après le "qui tu es toi". Faudrait peut être que je lui signale que si il veut que je capte ce qu'il dit, il doit me regarder en face - ou sur le côté, fin, tant qu'il se retourne pas ce sera déjà très bien par rapport au début où il s'agite. Surtout que j'ai pas tendance à faire des efforts pour rien, tout capitaine qu'il est actuellement.

J'observe le coin qu'il me présente, mon kaki à la main, comprenant parfaitement le geste et les intentions derrières. Bon. Je suppose que si on est que deux, ça devrait aller même si je suis pas un grand habitué de ce genre d'égard - la dernière fois, c'était avec Tama et sa grand mère, et c'était pas forcément le top. Là, c'est déjà un poil mieux, je suis moins sur les nerfs pour commencer, je suis peut être intrigué, va savoir. Et puis j'ai rien contre le thé même si je suis pas un gros habitué des tea party - et c'est toujours mieux que les dossiers à trier et tout ce bordel. Je fais que peu cas des armoiries et de tout le bordel que ça implique - moi et les grandes maisons du gotei, on est pas pote et j'ai pas de raison d'enregistrer leurs délires communs. C'est peut être un... Shiba. Je crois. Borf. On s'en fout au fond. Je pose mon zanpakutô en travers de mes cuisses dédaignant le sol qui, pourtant, aurait probablement été plus pratique - moins gênant peut être. A vrai dire, j'aime pas spécialement me séparer de mon sabre si j'en ai pas besoin. Bon, je vais peut être expliquer un truc avant de le laisser blablater dans le vide. Non pas que ça me dérange en soi, mais bon, autant faire les choses correctement. Tournez vous vers moi quand vous parlez. Je capte pas sinon. Je pointe mon oreille du doigt, histoire de rendre ça plus pertinent même si, en tant que capitaine, j'espère qu'il a pas besoin de ça pour capter ce que je raconte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine de la Troisième Division

Messages : 106
MessageSujet: Re: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   Mer 1 Avr - 0:17

Il se retournait en fronçant les sourcils. Par habitude, il ne s'était même pas rendu compte que son interlocuteur ne pouvait pas entendre quoique que ce soit. Un sourire un peu gêné, il s'approchait de lui et vit son geste de la main vers son oreille et cela confirmait ce qu'il avait compris de prime abord. S'agenouillant à son tour, Kurobara servit du thé et quelques fruits secs sans desceller les lèvres. Il était étonné mais le temps de se reprendre, il lui répondit à sa manière en articulant chaque mot avec les lèvres pour se faire bien comprendre du nouveau venu.

- Ouais c'est moi, San Ban Taisho Shiba Kurobara !

Simplement. Il ne cherchait pas à en rajouter sur le coup et prit un peu de thé pour se détendre la mâchoire et le stress engendré par ce genre de situations nouvelles pour lui à ce moment là. Puis, il reprit la conversation en prenant ce même soin didactique tout le long de la discussion à venir, face à lui !

- Puis-je savoir la raison de votre venue ici Fukutaisho ?

La Septième Division était pour le nouveau Capitaine une totale découverte, il n'avait jamais rencontré des gens de cette Division et il savait juste qu'ils avaient eut un Homme-Loup comme capitaine autrefois. Si sa Division était chargée des assassinats ciblés, il ne savait rien de la mission de celle que représentait l'homme devant lui. Prudent, il ne laissait rien paraître pour l'instant de sa curiosité envers lui, déjà qu'un sourd ait pu s'élever à un tel grade démontrait une certaine force de caractère et il saluait ce genre de comportements habituellement. Là, il ne disait plus rien d'autres, pourquoi en rajouter ? Ils ne se connaissaient pas après tout et le long silence qui suivit la question était de nature à créer un sentiment de respect de la part du Capitaine, il se doutait qu'il devait savoir lire sur les lèvres avec célérité mais bon, il n'avait pas une notion exacte de la personne donc méfiance. Posant ses mains sur un gâteau, il le croquait en attendant donc sa réponse ! Qui était ce mec ? C'était là la question sur le coup !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t130-shiba-kurobara-terminee#767
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quel bordel là dedans... [Seigi Raïtōku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ti-Simone dans quel BORDEL vit-on?
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Quel sport faite vous?
» Quel anime voudriez vous nous faire découvrir?
» HAITI PAYS FETICHE ! JOUR FETICHE !MOIS FETICHE !QUEL MALHEUR !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-