AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Capitaine de la Douzième Division

Messages : 277
MessageSujet: Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]   Mer 18 Mar - 18:06

Le soleil tapait fort, aujourd'hui encore. Sa chaleur écrasante était comme un poids supplémentaire sur les épaules des gens du Rukongai. Alors que Seito, son badge flambant neuf de Vice-Capitaine pendant à la ceinture et son sabre à la main, traversait les ruelles au sol défoncé et aux habitations détruites, il se sentait honteux. Tous ces dommages, évidemment, avaient été causés par Sima et la clique du Hueco Mundo. Or, il avait été sur le champ de bataille, le jour de l'invasion. Il avait vécu les événements au coeur même de leur déroulement. Et il avait échoué dans sa tâche de protéger la Soul Society, tâche qui était pourtant essentielle dans sa nature de Shinigami. Il passa donc la tête baissée devant les âmes au travail. Sa tenue noire, son sabre et son insigne trahissaient sa fonction de Dieu de la Mort. Il était inutile de toute façon d'adresser des excuses à ces gens. Ils ne les recevraient pas, ou très mal. Et puis, à quoi bon s'excuser. Les mots ne ramèneraient pas leurs proches disparus ...

C'est donc en pressant le pas que Seito franchit le dernier district du Rukongai. Après ce dernier village, la forêt était omniprésente, comme une barrière naturelle avant le désert de plaines qui recouvrait les vastes étendues de la Soul Society. Seito serpenta à pas lents entre les arbres anciens, plus anciens que lui, avec une sorte de sérénité mélangée à de l'appréhension. Cette inquiétude était due à deux choses, tout particulièrement. Premièrement, à cette rencontre que Seito avait fait depuis peu avec Elle ... Son souvenir était encore bien ancré dans sa mémoire. Après tout, elle avait changé sa nature, son âme même, à sa plus originelle racine. En cela, il n'était pas tellement dérangé. Il ne se sentait pas plus spécial qu'avant du fait qu'il soit maintenant un Vizard. Non, c'était plutôt le fait de savoir qu'une autre conscience habitait son esprit et qu'il l'ait ignoré tout ce temps qui le tracassait. Comment n'avait-il pas pu s'en apercevoir ? Malgré tous les scaners spirituels qu'il se faisait régulièrement passer, il n'avait pas détecté cette présence. Cette ignorance, présente depuis les origines de sa vie, le rongeait plus que tout. Le fait de ne pas savoir est le plus violent des poisons, pour tout scientifique digne de ce nom. Et pour Seito, ce n'était une douleur que légèrement adoucie par sa connaissance maintenant établie de cette seconde conscience.

Sa seconde préoccupation était tout autre. Et de celle-là, il était complètement responsable, puisqu'il en avait lui-même fait la demande. Il y a quelques jours, il avait envoyé une lettre à un des hauts-gradés de la Septième Division -le Vice-Capitaine à dire vrai-. Dans cette lettre, comme il l'avait déjà fait auparavant avec le Capitaine Kirito, il demandait au Lieutenant, son confrère, de se battre avec lui, tout simplement. En effet, Seito n'avait pas encore eu l'occasion d'essayer sa capacité nouvelle de Vizard. Ce masque qui conférait des pouvoirs si particuliers, il voulait en avoir la maîtrise, ne serait-ce que pour voir quelles sensations cela procurait. Aussi, il avait fait appel à quelqu'un de puissant, ou du moins en ayant la réputation au sein du Seireitei. On lui avait expressément recommandé le Vice-Capitaine de la Septième Division. Aussi, Seito avait laissé tomber son dévolu sur cette personne, dont il ne connaissait absolument rien. Ce serait une occasion comme une autre de se rencontrer ... Cependant, ce qui le tracassait, c'était l'issue de leur affrontement. Seito n'était pas un guerrier des plus forts, et il avait l'habitude depuis un certain temps d'essuyer des défaites cuisantes. Cette fois-ci, si défaite il y avait, elle serait sans conséquence, mais il ne pouvait s'empêcher de la redouter.

Il déboucha sur l'espace de plaine de la Soul Society, alors que les derniers arbres disparaissaient dans son dos. Il n'y avait plus devant lui que des collines et quelques buissons d'un vert terne pour dépeindre le paysage. Et, debout devant ce tableau des plus calmes, se tenait celui qui serait sans doute l'adversaire de Seito en cette après-midi.

"Bonjour, je suis le Vice-Capitaine Ashikaga. C'est moi qui vous ai envoyé la lettre ... Je vois que vous êtes venu, c'est ... gentil ? Je propose qu'on ne tarde pas trop, il fait assez chaud comme ça."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2468-ashikaga-seito

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]   Ven 20 Mar - 19:56

C'est pas tous les jours que je reçois ce genre de missive. Je veux dire, en ce moment, j'ai plus tendance à devoir lire des rapports, écouter des mecs blablater voir participer plus ou moins à des rassemblements chiants – que j'évite les trois quart du temps, pour pas dire tout le temps – plutôt qu'à lire... ça. Ça en l'occurrence, c'est une lettre du vice-capitaine de la douzième qui me demande un combat – ou un entraînement pour ce que j'en sais, moi je lis combat et c'est la seule chose qui compte. Je me souviens plus trop du type de la douzième dont il est question là. Je suppose qu'il devait être à la réunion des gradés sans me souvenir tout à fait de qui il s'agissait. Je crois qu'il avait fait parti de la vague de promotion qui avait sévit dans le gotei suite à l'attaque de Sima. J'en mettrai pas ma main à couper cela dit – non déjà rien que parce que j'en ai besoin, de cette main et puis parce que, quelque part, j'en ai un peu rien à foutre aussi, de quand il a été promu. Dans tous les cas, il serait franchement mal poli de ne pas répondre positivement à cette demande et j'en ai pas la moindre envie non plus. Je ne refuse jamais un combat sans une bonne raison et il s'avère que là, j'en ai pas le moins du monde, au contraire. Je viens de passer une heure enfermé dans ce foutu bureau à trier des trucs sans intérêt, à faire des piles de tailles différentes et d'intérêt l'étant tout autant alors je crois avoir faire assez d'effort pour aujourd'hui à ce sujet. Enfin, ça fait quelques jours qu'on m'a envoyé ça mais je l'ai lu que maintenant - parce que je regarde pas tout ce qu'on m'envoie non plus en temps et en heure. Heureusement en fait que je m'y suis mis aujourd'hui en fait, sans ça, le mec se serait pointé pour rien. Pour une fois que je trouve des trucs sympas dans ces dossiers...

Vous partez Vice-capitaine ? Le regard surpris de Aokideso se pose sur le bureau un peu moins encombré – mais pas entièrement vidé non plus, faut pas pousser – avant de m'observer me dégager de là aussi vivement que possible. Ma patience étant ce qu'elle est – c'est à dire parfaitement limitée – moins je passe de temps ici, plus il y a des chances pour que mon humeur soit stable. Et si on me donne le choix entre un combat et m'occuper de la paperasse... En fait, c'est même pas une question de choix mais de principe. Je cause pas au neuvième siège, préférant lui offrir un regard équivoque qui se passe de commentaire alors que je passe à côté de lui. J'ai délaissé la lettre de mon collègue sur un coin de bureau, bien décidé à pas m'enterrer ici jusqu'à ce que l'heure ne sonne. J'ai fais l'effort, ça me fait chier, on verra ça plus tard - demain, la semaine prochaine, je compte pas m'attarder sur cette question pour le moment, l'esprit focalisé sur cette demande bien plus en accord avec ce que je suis. Si être vice-capitaine me permet de combattre des types plus forts et bien je peux m’accommoder plus aisément à ça.

A voir après si le type en question vaut le coup, ou pas. Certes, je me tire jusqu'au lieu de rendez vous, dépassant le Rukongai sans vraiment m'attarder sur son état. Je le vois tous les jours et je suis pas du genre à m'apitoyer sur ce genre de chose. Y a eu des morts, y a des miséreux, on est pas trop apprécié - qu'est ce que vous foutiez au juste, saloperie de shinigami ? - rien de transcendant non plus, faut vivre avec. J'arrive là avec un peu d'avance, me demandant un instant si c'est vraiment là qu'il voulait aller. C'est que la Soul Society est quand même vaste, l'air de rien. Mais finalement, si. Le type débarque après que j'ai tapé la discute avec l'esprit de mon sabre toujours aussi bavard contrairement à moi. C'est lui ? Faut croire d'après les dires. c'est vrai que je me souviens de sa tronche lors de la réunion et si j'ai pas forcément enregistré ce qu'il avait raconté, je me souviens vaguement que je l'avais trouvé foutrement naïf. Une truc du genre "on va faire la paix avec les arrancars". Ce genre de connerie. Étant donné que c'est plutôt des scientifiques à la douzième... Je me dis que c'est peut être préférable qu'ils restent devant leurs petits tubes à essais plutôt que de dire de pareil énormité. J'ai pas commenter et je commenterai pas plus actuellement mais du coup, je commence à me demander si le jeu en vaut la chandelle.

Borf. Dans le pire des cas, ça me permettra de me calmer les nerfs. A défaut d'autre chose. Bon, commençons les choses sérieuses. Je vais pas m'amuser à me présenter puisqu'il sait déjà qui je suis - j'aime pas perdre mon temps en palabre inutile, surtout quand c'est pas utile. Ramènes toi. Simple, clair, concis. Je dégaine mon sabre d'un mouvement fluide avant de me présenter face à lui dans une posture d'attente. Je lui laisse l'honneur au scientos. Je suis bon prince.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Capitaine de la Douzième Division

Messages : 277
MessageSujet: Re: Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]   Dim 22 Mar - 15:31

Le choix d'une Division n'est pas toujours laissé à un soldat, lorsqu'il entre au Gotei 13. Parfois, il est prédestiné à un certain groupe, en raison de ses capacités. Cependant, la plupart du temps, et c'était plus vrai encore pour les gradés, le choix de la Division revient au concerné. Alors, Seito avait-il des à priori stéréotypés, ou se faisait-il une mauvaise première impression de son interlocuteur ? Toujours est-il que sa première réaction fut de se demander si il s'était bien adressé au Vice-Capitaine de la Septième Division, et pas à celui de la Onzième. Son introduction, vulgaire entrée en matière de deux mots, était la seule raison qui le poussait à penser ça. Il essaya tant bien que mal de chasser ces préjugés de son esprit, lui-même, en tant que membre de la Douzième Division, y étant généralement confronté. Il valait mieux se focaliser sur le combat. Son adversaire ne semblait pas être du genre à se laisser marcher sur les pieds. Alors autant essayer de lui écraser les orteils le mieux possible, même si cet espoir n'était qu'une chimère.

De toute évidence, sa posture et ses paroles invitaient Seito à attaquer en premier. Le scientifique dégaina lui aussi son sabre, et planta son fourreau dans le sol. Son sabre de un mètre vingt à la main, il se sentait fin prêt à en découdre. Mais autant faire en sorte que l'assaut soit bien donné, et efficace. Cette offensive avait été réfléchie par avance par le scientifique. Il avait établi qu'il devrait essayer de paralyser l'ennemi, avant de lancer une attaque frontale. Il allait mettre à profit son entraînement avec le Capitaine Kirito. Il alla puiser dans ses réserves intérieures, y trouvant la source de son pouvoir. Elle constituerait sa première arme.

Il libéra son Reiatsu, alors que sa crainte habituelle pour le combat lui revenait en mémoire. C'était son attaque, cette peur de la mort et de la violence. Ironie, quand on savait que le combat ne faisait que commencer. Il porta son sabre à hauteur de son visage, et caressa la lame dans sa longueur, alors qu'il prononçait à demi-mots:

"Élève-toi, Ochisenchi."

Son sabre se changea en une brume épaisse et noire, qui commença à se masser à son côté. Il n'attendit pas que la transformation fut finie pour lancer une attaque en guise de préambule. Il glissa une main dans sa poche, en sortant une fiole de verre qu'il lança aux pieds de son ennemi. Elle éclata en un bruit cristallin, libérant une brume pourpre. Seito connaissait parfaitement les propriétés de ce gaz, qu'il avait lui-même mis au point. Mais la métamorphose de son Zanpakuto était terminée, et il pouvait lancer une attaque plus physique, maintenant. Il leva sa main gauche, chef d'orchestre du samouraï zombifié qui était son arme, et se lança dans un mouvement de doigts effréné. Son géant grisâtre, répondant à son ordre, se lança sur l'adversaire et l'étreignit "affectueusement". Seito profita de cette occasion offerte pour lancer un sort qui, il l'espérait, atteindrait sa cible.

Il plaça ses deux mains devant lui, agissant avec vivacité et précision. Il ne récita pas d'incantation, la rapidité était sa priorité. Devant ses mains se forma une boule de feu crépitante de la fougue naturelle d'un brasier. Elle virevolta avec vitesse vers les deux amants enlacés, et éclata telle un Soleil mourant. Seito haleta. Il commençait fort. Mais au moins, on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas y mettre de la bonne volonté ...
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2468-ashikaga-seito

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]   Lun 30 Mar - 21:09

Face à un reiatsu, on réagit généralement de manière instinctive. Enfin, ça vient rapidement et c'est sans hésitation que je réponds à sa pression spirituelle en utilisant la mienne, bien plus sauvage et violente que ne l'est la sienne qui, au final, m'affecte pas le moins du monde. Je m'étonne seulement un instant de la forme que prend son énergie, cette espèce d'angoisse qui me paraît franchement disproportionnée – anormale sur un champ de bataille. C'est vrai quoi, on est des shinigamis, on est des soldats, des armes alors faire ressentir sa propre crainte aux autres, ça me paraît débile. M'enfin, là n'est pas la question. Il libère son shikai et je demeure au même endroit, dans la même position d'attente sans faire de même avec le mien. J'attends. J'attends l'assaut qui ne tardera pas. Enfin, en réalité, j'ai pas vraiment le temps de voir toute la transformation de son sabre – en tout cas, c'est pas comme pour Hibiki, son zanpakutô change véritablement de forme – puisqu'une brume pourpre m'empêche d'en voir davantage. J'ai vu son geste. Une fiole qui se brise en répandant son nuage visiblement toxique et qui vient s'attaquer à mon corps avec une violence étonnante pour une chose pareil.

Putain de scientifique. Alors c'est avec ce genre de truc qu'il joue ? Il passe véritablement à l'assaut, une offensive plus frontale qui m'emprisonne dans un carcan de brume. C'est du moins l'impression que j'en ai ainsi étreint par une espèce de main immatérielle – la main d'un colosse pour venir me chopper comme ça et m'empêcher de bouger. Je serre les dents, encaissant sans un grondement alors qu'il prépare son autre attaque... mais cette fois, je me laisserai pas faire. Je libère mon propre zanpakutô sans un souffle alors que la barrière d'onde se déploie devant moi afin de me protéger des flammes qu'il incante. Entre des fioles et des kidos, on va franchement pas être pote tout les deux. La poigne se desserre avant de disparaître totalement, me laissant libre de mes mouvements quand bien même amoché. Qu'importe. Il m'en faut plus pour m'abattre, bien plus même et je compte bien le lui prouver par a+b, à ce scientos. Si lui utilise ses trucs, je vais utiliser les miens et sans tergiverser, loin de là.

J'observe et j'analyse mon adversaire, contemplant d'un regard méfiant la brume qui l'entoure en partie et de laquelle émerge une forme indistincte. Se méfier de ça, c'est normal. Mais ça m'empêchera pas d'aller au contact pour autant. Mais avant ça, je prépare le terrain en usant de la puissance de mon zanpakutô. Les ondes sonores s'échappent et s'élancent jusqu'à ma cible comme une pluie de flèches immatérielles mais auréolées de mon reiatsu crépitant. Une attaque pour blesser l'intérieur de son corps et laisser les ondes se propager et résonner férocement dans ses organes. Rien de très agréable en soi. La seconde salve suit de près mais cette fois, le but est bien différent. Je cherche juste à le clouer sur place, à annihiler son esprit pour l'empêcher de réagir correctement à mon prochain assaut qui sera plus destructeur. Celui qui fait vraiment mal. Je m'élance en ignorant la menue douleur provoquée par ses attaques combinées, sabre au clair. La lame vient entailler sa chaire avec vivacité, bien décidée à répandre son sang sur cette clairière éloignée de toute chose. Un coup, deux coups, trois coups... Ils s’enchaînent à la vitesse du vent, invisible pour un œil non averti mais non moins mortel pour qui n'y prendrait pas garde. Attaquer les membres, glisser, entailler férocement la chaire offerte en pâture...

Là et maintenant, il n'y a que cette volonté de faire tomber mon adversaire, de laisser ma puissance se déverser contre lui et de voir la manière dont il va me répondre. Une danse silencieuse mais vibrante. Je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin. C'est ça qui fait tout le sel d'une telle bataille. Amuse moi.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Listen to the whispers in your head [Seigi Raïtoku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Au-delà du Rukongaï-