AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Mer 12 Déc - 18:50

Il y a 3 ans.

    « Comment je kiffe trop cet endroooiit ! »

Alvaro traversa pour la centième fois le couloir menant à l'aile ouest, courant comme à son habitude, bras tendus dans les airs, manifestant sa joie par tous les moyens possibles. Sonores et visuels étant les plus efficaces, il se donnait en spectacle, braillant à qui voulait l'entendre ou non son bonheur d'être devenu un résident de Las Noches.
Recruté depuis peu, il avait découvert la plupart des pièces du Palais en répétant son numéro décrit plus haut. Les rares Arrancars présents l'avaient observé passer d'abord avec des regards étonnés, puis avec des messes basses moqueuses mais depuis peu, un complot visant à attacher et bâillonner le Chef de l'Exequias pour le balancer en plein désert faisait son chemin. Alvaro ne s'en doutait bien évidemment pas.

Trop occupé à exalter, il ignorait tout de sa réputation de casse-pieds anorexique naissante. Pour lui, au contraire, tout était merveilleux : bien qu'attristé pendant un temps (environ huit secondes et demi) par la perte de ses deux amis, Lillandro et Migua, avec qui il avait partagé quelques semaines de vagabondage dans le Hueco Mundo, il exultait à présent qu'il avait rejoint ce qui s'apparentait le plus à une maison et, il l'espérait, à une famille. Ce qui a de bien avec une famille, c'est que même s'ils ne vous aiment pas, ils se sentent obligés de vous supporter. Ce qui était précisemment ce que recherchait l'Arrancar clownesque.
Trop occupé à faire le tour du propriétaire, il n'avait pas encore pris le temps d'aller à la rencontre de ses nouveaux camarades. Une part de lui était un peu nerveuse. Il voulait faire bonne impression. Marquer les esprits. Être immédiatement accepté, ce qui n'était pas facile. Alors qu'il passait du côté de l'aile Est, il eut l'idée de s'entraîner au difficile exercice de l'insertion sociale avec un des Espadas, qui avait eu l'excellement bonne idée de le ramener à Las Noches. Dark ne pourrait pas lui refuser une petite discussion entre amis ! Meuh non, voyons.

Le trajet fut plus long que prévu et plus long que l'avait sans doute voulu initialement l'architecte des lieux. Au lieu de suivre l'itinéraire le plus logique pour rejoindre les appartements du Segunda, Alvaro se perdit, fit des détours, prit des raccourcis qui n'en étaient pas, perdit du temps à visiter une partie du Palais qu'il ne connaissait pas mais en fait si sauf qu'il ne reconnaissait pas les lieux pour finalement, après un périple interminable, arriver devant la porte de Dark.
Alvaro n'était pas familier avec le principe de la porte. Alors il entra, tout simplement.

    « Hey Dark, coucou ! C'est moi ! Bonne nouvelle, j'ai compris ce que voulait dire ''Las Noches'' c'est cool, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Ven 14 Déc - 17:19

À peine avait-il eu le temps de prononcer cette dernière syllabe que retentit la déflagration.

L'encadrement de la porte avec été renforcé spécifiquement de manière à pouvoir encaisser les coups de moindre importance, de telle sorte qu'il ne la détruise pas systématiquement. Alvaro aurait dû s'en douter, l'ex-Quincy n'était pas particulièrement sociable. À dire vrai c'était même tout l'inverse : il ne regagnait l'enceinte de Las Noches que pour y piquer un somme quand les alentours n'étaient pas assez tranquilles pour le faire en extérieur. Qu'on vienne y troubler son sommeil malgré tout suffisait donc amplement à le faire sortir de ses gonds. La nouvelle recrue venait de l'apprendre à ses dépens. C'étaient aussi les origines d'une habitude qu'il aurait sans doute préféré ne jamais devoir prendre. À dire vrai, le simple timbre de la voix aurait pu suffire à l'irriter, mais c'était encore pire au réveil. Qu'il en soit la cause était sans nul doute la cerise sur le gâteau déjà bien garni de son énervement.

Le Segunda Espada avait l'intime conviction que cette voix puérile aurait agacé n'importe qui à la longue. Ce n'était que plus vrai dans son cas, étant déjà d'un naturel irascible. Cependant, l'explosion qui venait d'avoir lieu semblait ne pas avoir calmé ses pulsions meurtrières – à en juger par le grondement qui émana de l'antre d'où l'on était venu le débusquer. Alors qu'il n'était encore qu'un Quincy, il avait dû lutter pour survivre dans ce désert hostile, que ce soit avant sa rencontre avec Borick et Fou-Lu ou même après. Sa condition faisait alors de lui une denrée rare, et par conséquent un met d'exception à en croire tous ceux qui avaient essayé de se faire les dents sur son anatomie. Aucun d'eux n'y était jamais parvenu en dépit de tous leurs efforts et sa sécurité n'avait que rarement été mise en péril.

Et cela, il le devait uniquement à ses réflexes hors du commun. Même lorsqu'il était à coup sûr profondément endormi, il n'avait besoin que d'une fraction de seconde pour quitter sa torpeur et frapper, vif comme l'éclair. Cela, il le devait bien sûr à son sens de la détection alors poussé à l'extrême par ses compétences raciales mais aussi à l'entraînement draconien qu'il lui avait fallu pour se montrer aussi réactif. Même s'il n'était plus aussi performant pour sentir le Reiatsu depuis qu'il avait acquis cette forme d'Arrancar, il n'en gardait pas moins quelques séquelles et ce depuis cette époque. Autant dire qu'un spécimen comme le chef de l'Exequias qui ne fait aucun effort pour passer inaperçu – c'était même tout le contraire – n'avait aucune chance d'échapper à ces réflexes conditionnés qui, bien souvent, en devenaient dévastateurs.

C'était également la raison pour laquelle il pouvait se permettre de dormir en plein Yermo sans avoir à craindre d'être dérangé même par ceux qui étaient trop abrutis pour s'apercevoir qu'ils s'apprêtaient à bondir sur un membre de l'Espada. Un choix qu'il regrettait de ne pas avoir fait quand il se rendit compte de l'identité du suicidaire qui était venu frapper à sa porte pendant la sieste – ce qu'il n'avait par ailleurs même pas fait, mais Dark était trop excédé par son arrivée que pour y songer. La nouvelle recrue pouvait s'estimer heureuse, car la Seconde Lame n'était pas de ceux qui font grand cas des règles de Las Noches. Il s'en fallut de peu qu'un Cero n'aille défoncer le mur d'enceinte en emportant le corps d'Alvaro dans son sillage. Fort heureusement il parvint à reprendre son calme avant que l'orbe n'ait eu le temps de se former au creux de sa paume. Celle-ci s'éteignit donc dans une dernière étincelle mauvâtre.
— Qu'est-ce que tu me veux ?
D'un pas lent et encore gourd de fatigue, Dark vint s'accouder à l'embrasure d'où venait d'être expulsé son « invité ». Non pas qu'il se plaise à le considérer de cette manière, mais s'il s'était donné la peine de venir le voir, ce devait être pour une bonne raison. C'était cependant donner trop de crédit au pitre qu'était Alvaro Videla, qui pouvait très bien être venu le déranger sur un simple caprice de sa part. Auquel cas les représailles seraient sanglantes, même un attardé tel que lui devait s'en douter à présent. Son excuse avait intérêt à être bonne, sans quoi ce serait lui qui s'éteindrait à la manière de la sphère de destruction qu'il venait d'écraser dans le creux de sa paume. Une main habile vint plaquer en arrière les nombreuses mèches qui tombaient devant ses yeux. La lueur menaçante qui dardait encore au fond de son regard ne tolérerait pas la moindre digression de sa part.
— Magne-toi ou je te montre ce que ça fait à bout portant.

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Lun 17 Déc - 17:55

Pendant quelques secondes, les premières notes de l'Ave Maria semblèrent résonner dans Las Noches, alors qu'Alvaro expérimentait la douce sensation de voler. Pendant cet instant qui lui sembla durer de longues minutes, la pesanteur n'avait plus d'effet sur lui. Il était libre du dictat de la gravité. Pendant un laps de temps fait d'émerveillement et de liberté, il se sentit en phase avec l'univers.
Puis il y eut le mur. Et il se sentit en phase avec la fourmi sous la patte du mammouth.

Le mur d'enceinte avait tremblé et, dans les quartiers alentour, nombreux seraient les Arrancars à lever un sourcil étonné ou, pour les plus émotionnels, à courir en tout sens en hurlant : "On est envahis ! On est envahis ! Attaque sur Las Noches !". La rapidité de l'attaque ne laissait pas de doute : Bala. Assez puissant pour l'envoyer valdinguer et le chatouiller, en tout cas. Assez puissant aussi pour calmer pendant un petit siècle un Arrancar de base.
Pas assez puissant pour faire rebrousser chemin à Alvaro, cependant. Du Dark tout craché, mais comme on dit : qui aime bien châtie bien. Et le Segunda devait l'adorer, à n'en pas douter.

    « Euh... Attends... »

Une raison ? Depuis quand fallait-il une raison pour saluer un vieil ami ? On s'invitait et l'ami en question offrait généralement quelque chose à manger et à boire. C'était ce que l'on appelait les bonnes manières, du moins c'était ainsi que l'Exequias voyait les choses. S'il fallait un prétexte, Alvaro n'aurait jamais aucune raison de leur rendre visite !

    « On va démarrer une partie de volley et on a besoin de toi pour... Non, attends, pas ça... »

Il allait nulle part avec cette histoire. Et Dark serait bien capable d'utiliser la tête de son ami comme ballon. Forme, taille couleur, tout correspondait.

    « J'ai surpris Grimmjow en train d'essayer des vêtements pour femme et... Ouais, non, oublie. »

Si le Roi apprenait que son Chef de l'Exequias faisait courir une telle rumeur...

    « Non, en fait, j'avais juste envie de te voir. Je suis à Las Noches depuis pas longtemps — je te rappelle que c'est toi qui m'as amené ici — et j'avais envie de discuter avec une tête familière. »

Il se referma comme une huître, bras autour du visage, lui offrant son dos en attendant le verdict.
De mauvaise humeur, Dark clôturerait la conversation, au mieux en claquant simplement la porte — ou au moins ce qu'il en restait — ce qui ne serait malheureusement pas suffisant pour dissuader Alvaro, au pire en lui bottant le cul de toute sa puissance de Segunda, l'envoyant de l'autre côté de Las Noches pour avoir la paix.
De bonne humeur, cependant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Mer 19 Déc - 0:15

Un rapide raisonnement s'installa dans les méandres de son esprit. Alvaro n'était pas vraiment le genre d'homme – si on peut appeler ça un homme... - à lui tenir rigueur de ses inéluctables sautes d'humeur. À vrai dire, il ne le voyait pas nourrir de rancoeur envers qui que ce soit, pas même une personne qui lui aurait arraché un bras pour colmater une fuite dans les toilettes du palais pour peu qu'il ait demandé gentiment. Écœurant de positivisme. Ce qui faisait justement de lui un allié de taille. Malgré toutes les maltraitances qu'il pourrait lui infliger pour calmer ces élans de haine qu'il lui inspirait, le chef de l'Exequias ne cesserait de s'accrocher tel une grosse sangsue. Un aspect qui lui aurait d'ailleurs parfaitement convenu, à la réflexion, mais là n'était pas le sujet. En somme, tant qu'il veillerait à ne pas pousser le bouchon trop loin, il pourrait lui faire épouser sa cause et profiter tant de sa naïveté que de sa position hiérarchique. Son rôle à Las Noches pouvait en faire un atout de poids. Mais ce plan comportait un inconvénient et de taille : il serait forcé de le supporter. Ce qui serait d'autant moins évident que le nouveau venu était ce que l'on appelle dans le jargon... Une putain de plaie.

Dark n'eut d'autre choix que de craquer une allumette – sur le masque de son interlocuteur – pour allumer sa cigarette. Chose qu'il faisait habituellement au moyen de son reiatsu, mais celui-ci pouvait parfois être quelque peu instable au réveil et plus encore quand celui-ci n'est pas de cause naturelle. Résigné, il eut néanmoins la chance d'y voir un bon côté : mettre sa patience à rude épreuve la rendrait plus performante encore quand il s'agissait de feindre l'allégeance. Cela diminuerait les risques que sa carrière dans l'Espada s'achève de la main du Roi pour un mot de travers. L'odeur de fumée qui envahit l'atmosphère eut rapidement un effet bienfaisant sur cette nervosité qu'il aurait été fort en peine de retenir plus longtemps sans renouer avec cette addiction. Il eut toutes les peines du monde à se saisir de son cou de poulet sous sa face épatée tant il était fin et difficile d'accès, mais il parvint à le plaquer contre le mur comme escompté. À voir ses membres arachnéens pendre dans le vide et osciller paisiblement, Alvaro lui fit l'effet d'un pantin désarticulé.
— Pour une fois dans la vie, tu vas la boucler et m'écouter. Ça va te changer d'entendre causer quelqu'un d'autre que toi. On va poser quelques règles, alors soit tu obéis sans discuter soit je t'enfonce la tête dans ton propre cul. Pigé ?
Un signe de tête en guise de réponse suffirait amplement. C'est pourquoi il avait délibérément augmenté la pression de sa main sur la gorge de son vis-à-vis pour l'empêcher de répondre de cette voix qu'il avait d'ores et déjà en horreur. Il n'avait pas fallu longtemps à Dark pour saisir que s'il le laissait parler à son gré, il le ferait sans s'arrêter. Au moins avait-il le contrôle de son débit tant qu'il le tenait par le col. Même s'il n'en laissait rien paraître, il y avait des raisons de penser qu'il se souvenait encore de la correction que l'ex-Quincy leur avait infligé, à lui et à ses acolytes, avant de le ramener à Las Noches. Cela devait suffire à le tenir en respect, mais il ne prendrait aucun risque. Les moulins à parole avaient le don de l'énerver et il serait quelque peu contre-productif de lui faire sauter la cervelle parce qu'il n'aura pas su tenir sa langue. Encore que pour avoir assisté à sa Resurrección, Dark aurait eu du mal à déterminer s'il en était doté. Une fois certain que son vis-à-vis avait bien assimilé chaque syllabe, la Seconde Lame desserra sensiblement sa prise sans toutefois lui permettre de répliquer.
— Premièrement, tu ne l'ouvres que quand je t'en donne l'autorisation. C'est ça ou je t'explose la tête. Deuxièmement, tu ouvres bien grand tes pesquisas parce que c'est la dernière fois que tu viens me casser les couilles jusque dans ma piaule. Troisièmement, je veux que tu me tiennes au courant de tout ce qu'on te demandera de faire, peu importe qui t'en donne l'ordre mais en particulier ceux du Roi. Commence par faire tout ça, et peut-être que j'accepterai l'idée que tu puisses m'appeler ton ami. C'est clair ?
Le Segunda Espada finit par lâcher sa proie pour la laisser retomber au sol dans un bruit mat. Compte tenu de l'envergure d'Alvaro, cela ne représenterait pas grand chose pour lui, mais le geste était assez significatif que pour qu'il sache qu'il pouvait maintenant s'exprimer librement selon les conditions que Dark venait de dicter. Au cas où ce ne serait pas assez éloquent à son goût – le pauvre était un petit peu attardé – il l'y invita d'un geste de la main tout en laissant sa cigarette se consumer. La fumée qu'il inhalait à pleins poumons lui avait permis de se prêter à ce petit discours sans que cela n'affecte son calme apparent. Son ton n'avait lui non plus pas varié d'un iota tout au long de sa tirade de telle sorte qu'il ne le fasse pas paniquer trop tôt, au cas où il y aurait besoin de le faire pour qu'il se plie à ses exigences.

Rien n'aurait pu l'y obliger, bien entendu. Car même si l'Arrancar avait tendance à l'oublier, il était à présent chef de l'Exequias et n'avait de compte à rendre à personne. C'était pourquoi le Segunda avait préféré faire dans le chantage affectif directement, convaincu que cet argument serait le plus à même de lui faire accepter ses conditions à leur amitié. Se rendait-il seulement compte que Dark essayait d'ores et déjà de le manipuler et de l'utiliser à son avantage ? Ce dernier n'en était lui-même pas persuadé, mais l'avenir leur dirait et ce probablement plus tôt que prévu.

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration


Dernière édition par Dark Ezeckiel le Jeu 20 Déc - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Mer 19 Déc - 19:04

Alvaro loucha sévèrement, jusqu'à ce que ses pupilles ne soient que deux demi-disques coupés par la partie interne de ses orbites, lorsque l'allumette vint râper sur son visage. Ses yeux se plissèrent de mécontentement. Humm, il n'aimait pas trop qu'on se serve de lui comme grattoir. Mauvaise habitude en devenir, ça. Il était un individu avec des sentiments, pas un vulgaire briquet !
Le Chef de l'Exequias était habitué aux mauvais traitements. Et aux punitions physiques. Et aux rabaissements moraux. Mais le considérer comme un outil, c'était pas vraiment sa tasse de thé.
Dark s'enfonça d'autant plus lorsqu'il le plaqua contre le mur. Alvaro ne pouvant plus être à moitié courbé comme à son habitude, sa tête cogna le plafond et son regard tomba sur le Segunda. Il était pas très grand en fait. Il plissa les yeux, d'étonnement cette fois, cherchant à comprendre ce qui lui prenait.

Alvaro écouta sans mot dire son laïus, comme il le lui avait demandé. Non pas que la menace l'ait inquiété, puisqu'il savait qu'il était anatomiquement impossible de visiter son propre intérieur, mais il sentait une certaine tension chez son camarade, même s'il voulait paraître calme. On plaque pas un type contre un mur quand on est gentil tout doux. On n'utilise pas les termes "exploser la tête" ou "casser les couilles" quand on est apaisé. Mieux valait qu'il aille au bout de son discours.
Lorsqu'il eut fini et qu'il libéra l'Arrancar, celui-ci prit d'abord soin de réajuster son costume, pour mieux par la suite réajuster les bases de leur relation. Puis il reprit sa position habituelle, pour revenir à hauteur du Segunda. C'était un peu comme se pencher pour parler à un enfant, mais le marmot en face de lui était un adulte. Un peu émotif, mais un adulte. Il avait bien entendu ce que lui avait demandé Dark, mais il faudrait d'abord régler certains points.

    « Alors mon jeune ami, il va falloir te calmer ! Je sais bien que je t'ai réveillé mais même si tu es grognon au réveil, ce n'est pas une raison pour traiter tes visiteurs de cette façon. Je suis plutôt conciliant, mais il y a des limites. Tu peux te faire un ami de choix, et tu commences bien mal cette relation ! »

Alvaro contourna le Segunda et trouva une chaise, qui était aussi confortable qu'un cactus, à n'en pas douter. Il la posa face au lit et s'asseya, invitant son camarade à faire de même d'un signe vers la couche, afin qu'ils aient une conversation de père à fils d'homme à homme d'Arrancar à Arrancar. Seulement, à vouloir être diplomate, il ne faisait pas vraiment preuve d'autorité.

    « Déjà, le coup de l'allumette, inutile que je m'attarde dessus : ne le fais plus. Je suis sûr que tu as d'autres moyens de te procurer du feu qu'en utilisant mon visage. Je pense que nous serons d'accord sur ce point. Ensuite pour tes conditions : non, ca dépend, peut-être. Et comme je sens que tu ne vas pas forcément aimer cette réponse — mais elle est nécessaire pour bâtir les fondations de cette profonde amitié — je détaille. »

Il toussota et se redressa. Assis, il faisait à peu près la taille que la majorité des humains qu'il avait croisé. Il voulait se donner un peu de contenance et il leva un doigt solennel, pour bien marquer l'importance de ses mots.

    « Si tu veux être mon ami — et je me permets de te corriger sur ce point : tu l'es déjà — tu dois m'accepter comme je suis. Mon moindre défaut, c'est que je suis bavard. Toi, tu es grincheux au réveil. Chacun son truc ! Donc, si je veux te dire quelque chose, je le dirai.
    Concernant les visites impromptues... Bah, d'après ce que j'ai compris, t'es pratiquement jamais à Las Noches. Donc, si je veux te voir, va bien falloir que j'aille te chercher. Ou alors, c'est toi qui vient me voir, ce qui ne me dérange pas, ça m'économise un trajet.
    Et enfin, ton troisièmement... En fait, j'ai pas compris. »

Ce qui était vrai. Dark avait trop parlé et Alvaro n'avait pas tout suivi. D'où le "peut-être" mentionné plus tôt : sa réponse dépendrait de ce que lui réexpliquerait le Segunda sur ce point. Il attendit, son visage faussement sévère retrouvant sa candeur joviale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Sam 5 Jan - 12:16

Ça, c'est ce que tu crois.

Dark n'avait pas d'ami. Il n'en avait jamais voulu. Ce serait un poids pour lui. Une entrave qui ne ferait que le ralentir dans la course au pouvoir. Il n'en avait jamais voulu, mais y serait bien forcé pour maintenir sa place parmi les plus forts. Pour acquérir celle du plus fort. Et c'est ce clown qui comptait s'imposer comme membre à part entière de son entourage ? Il ne fallait pas trop y compter. L'ex-Quincy se garda cependant de tout commentaire. Si le lui faire croire pouvait aider à lui délier la langue au moment opportun, qu'il se gave de chimères à satiété. La tâche n'en serait que plus aisée. Toujours est-il qu'il le laissa finir son discours sans la moindre interruption avant de riposter vertement.

À bien y réfléchir, son entourage se résumait à quatre personnes en tout et pour tout. Son rival en la personne de Fou-Lu. Borick qu'il considérait comme son propre frère bien qu'ils ne soient pas du même sang, mais cela avait-il encore une quelconque importance à l'état d'âme ? En fin de liste venaient ses deux Fraccions que tout oppose. Le jour et la nuit. Encore que celles-ci ne savaient de lui que le peu qu'il voulait bien laisser filtrer et il ne les côtoyait que rarement. Tout au plus étaient-elles sous sa protection pour avoir été marquées au fer rouge du sceau de leur servitude. Qu'elles lui vouent une reconnaissance éternelle, il n'en avait cure. Nommer un tiers mon ami lui était arrivé plus d'une fois non sans une pointe d'ironie à chacune d'elles. Si c'était là ce que souhaitait Alvaro, il le lui donnait sans hésiter.
— On peut pas dire que tu sois beau à voir alors autant essayer de te trouver d'autres qualités. C'est mal barré mais comme ça t'auras été utile au moins une fois dans ta vie. Plutôt que de te plaindre, tu ferais mieux de me remercier. Estime-toi heureux, j'aurais aussi bien pu vous faire flamber toi et ton masque à la con. Je te déconseille vivement de me le faire regretter, j'adore faire cramer des trucs. Mais ça, tu le savais déjà.
Ami. Combien de personnes l'avaient entendu prononcer ce mot avant qu'il ne leur ôte la vie, au juste ? Une certaine quantité, sans que ce soit plus précis. Sa mémoire n'était pas infaillible et encore moins quand il lui fallait se remémorer des vermines, des minables de la pire espèce. Ce terme avait si peu de sens pour lui qu'il l'employait à tort et à travers, le jetant au vidage comme une insulte à ceux qui ne tarderaient plus à mourir de ses mains quand il y était d'humeur. Car nul ne pourrait jamais s'en montrer digne. Pas avec un caractère comme le sien. Il était la destruction sous toutes ses formes. L'auto-destruction en faisait partie. Et Dark n'entraînerait personne dans sa chute. Non, il n'avait pas besoin d'amis. Mais si s'en inventer pouvait servir ses intérêts, cela devenait une tout autre histoire.
— Je crois que t'as pas bien entendu. Ici c'est moi qui fixe les règles. Ce n'est pas parce que tu n'es pas sous mes ordres que je n'ai aucun droit de t'en donner. Tu ferais bien de te foutre dans la tête qu'il n'y a qu'une loi ici et que c'est celle du plus fort. Moi je dis ça pour toi, hein. C'est pas moi qui vais me faire péter les os si j'apprends pas à qui je dois obéir, si tu vois ce que je veux dire.
Dark prit un malin plaisir à lui souffler sa fumée au visage. Ayant servi à l'allumer, il méritait de profiter autant que lui de cette cigarette. Alvaro n'apprécierait sans doute pas mais ne risquait guère de mourir de tabagisme passif, pour être déjà mort. La Deuxième Lame n'aurait point de mal à faire passer cela pour un accident si son vis-à-vis devait lui demander des comptes. Oui, il avait été surpris d'apprendre que le chef de l'Exequias n'était pas aussi bête qu'il pouvait en avoir l'air – c'est dire si c'était étonnant. Aussi cherchait-il maintenant à connaître précisément la limite de cette lueur d'intelligence qu'il voyait s'allumer pour la toute première fois dans son regard vide, mais qui était repartie aussi vite qu'elle était venue. Inutile de chercher à en tirer parti, elle était trop erratique que pour s'y fier si peu que ce soit.
— Chaque mission qu'on va te confier, chaque ordre qu'on va te donner... Chaque rumeur que tu entendras. Je veux tout savoir. Chaque détail. Tu es peut-être aux ordres du Roi mais n'oublie pas grâce à qui tu es ici. J'aurais aussi bien pu te laisser crever au fin fond du Yermo ou te buter moi-même. Je ne l'ai pas fait. À toi de te demander pourquoi.
Il aurait pu avoir des remords à exploiter un simple d'esprit, mais ce n'était pas dans son caractère. Et puis, lui-même s'était fait une joie de revendiquer qu'il ne l'était pas tant que ça. Même si le Segunda n'était pas des plus tendres, on pouvait sans doute trouver pire que lui. Aussi n'était-ce pas forcément un mal qu'il soit en son pouvoir et non en celui de quelqu'un d'autre. Car s'il y avait bien un détail qu'il était forcé d'admettre au sujet d'Alvaro, c'était que celui-ci représentait une arme redoutable à condition d'enlever son masque. Ce qui d'ailleurs suffisait à le faire taire, et un tel soulagement était plus que bienvenu pour qui était appelé à le fréquenter. Entre de mauvaises mains, cette force pourrait faire des ravages. Quelle chance que d'être tombé dessus le premier !

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   Lun 28 Jan - 18:28

Alvaro fit la moue. Lui rappeler sa défaite lors de son "recrutement" et souligner le fait qu'il ne devait sa survie qu'à la nécessaire expansion de l'armée du Roi — et non à sa personnalité attachante — était un coup bas. Il avait rejoint les rangs de Grimmjow sans hésitation. Il avait accepté Dark dans son cœur sans la moindre retenue. Alors le menacer de le faire rôtir à la première occasion venue, ca faisait mal.
Le remercier ? Non ! Il avait perdu deux de ses amis dans l'histoire et il avait le sentiment que le Rey et son deuxième larbin avaient plus à gagner que lui à se mettre au service de Las Noches.

    « Attends. Je ne suis pas sous tes ordres mais tu peux m'en donner ? Arrête la cigarette mon vieux, ca t'enfume le cerveau ! »

Déjà, le simple fait d'avoir un maître et d'obéir à quelqu'un était complètement nouveau — et un peu abstrait — aux yeux du Vasto Lorde. Son rôle de Chef de l'Exequias, il l'avait pris plus comme une mission que comme un ordre. Il était un électron libre, presque involontairement. Faire ce qu'on lui dit, il peut, mais il y a de fortes chances qu'il se perde en chemin, physiquement ou mentalement. Il espérait que le Rey était conscient qu'il ne faudrait pas trop lui en demander à ce sujet.
Mais pour lui, tout était clair sur au moins un point : à qui obéir. Et la réponse était sans équivoque : Grimmjow. Le reste n'était que des compagnons et peut-être — s'il arrivait à les persuader, comme une certaine tête de mule — des amis. Il avait découvert dans les quartiers des Exequias un livre nommé "Instruciones" et il s'était endormi avant d'en avoir fini la première page. Mais il avait gardé le peu qu'il avait lu en mémoire. L'Exequias était un groupe indépendant de l'Espada et derrière son masque de charognards chargé d'éliminer les faibles, les inadaptés et les intrus, on pouvait réellement parler de... Forces Spéciales !
Alors oui, Alvaro ne savait pas ce que c'était, mais quand même, la vache, une appellation à part, c'est la classe ! Et il n'avait pas besoin d'être une lumière pour comprendre que les ordres de Dark n'avaient aucune valeur officielle. Restait celle officieuse, celle de la violence.

    « Tu ne m'as pas buté parce que si le Rey l'avait su, il t'aurait buté à son tour ! »

La phrase était déclarative, mais le ton et son regard perdu dans le vide trahissait plutôt l'interrogation. Est-ce que c'est ce qu'il se serait passé ?
Il n'attendit pas de réponse et après une seconde de réflexion, il fit une proposition :

    « Je te soumets une idée, qui peut nous convenir à tous les deux : de temps en temps, tu viens me voir. De ta propre initiative. Assez régulièrement quand même, que je n'aie pas à ronchonner dans les couloirs pour trouver ton petit fessier ! De toute manière, si tu veux ces informations, il te faudra les avoir de vive voix. Donc, tu viens me trouver et on taille le bout de gras. Si tu me préviens à l'avance, je peux même m'arranger pour qu'on ai un truc à grailler en faisant causette ! Toi, tu me racontes comment ça se passe pour toi et moi je te raconte ce que tu veux. »

Inutile de préciser cependant que ce "tout ce que tu veux" était soumis à quelques retenues. Certaines choses, Alvaro le savait, ne devaient pas être connues par Dark. Notamment une possible condamnation du Rey visant sa Seconde Lame. Quitte à devoir le tuer, autant le faire quand il n'est pas au courant.

    « Mais ! Il est important que je sois pas à tes yeux une simple source d'informations. Je suis un Hollow avec certes aucun cœur, mais des sentiments j'en ai ! Je suis prêt à collaborer avec toi, si tu es prêt à faire de même. Après tout, je ne te demande pas grand chose, hé ! De l'empathie, du respect, une poignée de main secrète, un peu d'attention de temps en temps et de la complicité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fraterniser avec le Segunda ? [PV Dark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RP avec Orka et Aline-dark dans la foret avec Life)
» 1° achat: KIt roller pas si évolutif / jump équivalente voir plus fun??
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI
» Sheldon • que dit un rouleau de PQ déguisé en Dark Vador ?... J'essuie ton père
» Partenariat avec Dark Curse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-