AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez
 

 L'offrande [Daëstra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'offrande [Daëstra] Arr-num
Aleksi Alexandrov
Rang : SEXta

Messages : 159
MessageSujet: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeVen 21 Déc - 0:05

- Maaaaaaaitresse! Maaaaaaaaaaaaaitresse! J'en ai eu un pour vous, ça oui!

Il courrait comme un dératé, s’embourbant presque dans les creux entre les dunes, tant son envie était pressante de satisfaire sa déesse. Derrière lui, soulevant une quantité considérable de matières en suspension, un hollow simiesque se faisait trainer par une patte, ayant visiblement eu plus que sa part de gnons dans la théière. L'autre le maintenait d'une poigne ferme, insensible aux cahots qui secouaient la chair bientôt morte et encore moins aux gémissements qui pouvaient subvenir parfois, sortes de grognements sourds déchirants.

- Il est là, il est chaud - il n'est pas mort aussi - et il est plein de bonne viande, ma déesse! ALLEZ VIENS! Oh, elle ne vient pas, ça non, elle nous déteste, elle te déteste!

Il avait craché ses derniers mots en direction du casse-croûte à ses pieds, qui tentait de profiter de cet arrêt pour essayer de ramper hors d'atteinte, malgré la main enserrant toujours sa cheville. Tentative qui échoua sous une série de coups de talon sur l'échine, à répétition, ponctuant les récriminations du jeune albinos.

- Méchant, méchant, méchant, méchant, melon, méchant, babouin en carton! Tu veux prendre la poudre d'escampette, mais tu vaux pas tripette! A cause de toi, elle ne veut pas montrer le bout de son mamelon...ou alors...est-ce que...ce serait...moi?

Pupille qui se dilate, œil qui pleure, bouche qui s'ouvre grand sous la surprise. Prise de conscience, apitoiement sur soi-même, dépression. Le jeune homme pousse un cri déchirant, tombant à genou, avant d'éclater en sanglots, la tête posée sur l'arrière train rebondi de la boustifaille. Et que ça mouille, et que ça coule du nez. D'ailleurs, le petit relève la tête, dans un geste théâtral, se rejetant en arrière, son faciès crispé relié au cul de babouin par un fil de morve qui s'étend, s'étend, s'étend jusqu'à le rejoindre sur le sable du Yermo. Il tempête, se secoue de gauche à droite, remue le quartz. Va jusqu'à se retrouver sur le ventre, à se frapper la tête sur le sol, encore et encore.

- Oh la chienne, la catin! Elle me laisse, moi, MOI! Elle agit comme une pompe à chiotte! Je mérite l'attention, l'amour, la joie - une turlutte - le confort, la chaleur! AAAAAAAH! Je - me - meurt...

Quand soudain, il s'arrête, la tronche telle une escalope panée. Il le sait, comme un morpion retrouvant son terrain de jeu préféré. Elle arrive. Il recrache un peu de Yermo, car celui-ci s'était invité dans son palet. Une seule pensée cohérente parvient jusqu'au brouillard de son esprit.

- Vérifie le prix du jus de pruneau, Bob, vérifie le prix du jus de pruneau.

Il se retrouva sur ses deux pieds bien vite, sautant de joie alors que son cerveau passait sur une autre fréquence. Sa proie, son cadeau, son offrande, couinait au rythme des bonds sur son échine. Ça allait bientôt être la curée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t467-aleksi-alexandrov-termine#2427
L'offrande [Daëstra] Arr-ind
Daestra Chibiko
Rang : Requin solitaire

Messages : 395
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeVen 21 Déc - 15:51

Il n’y a pas si longtemps que ça, le silence du Yermo n’était que rarement souillé par les hurlements ou autres interventions du genre. A cette époque Daestra pouvait tranquillement guetter ses proies en restant tapie sous une dune, l’oreille offerte au moindre petit bruit suspect. Malheureusement nous vivons une sombre époque, aussi toute bonne chose ne peut être considérée comme acquise. Dans le cas présent, exit la sérénité qui s’envole dans la première brise venue et bonjour la cacophonie. Car elle avait beau ruminer à quelques dizaines de mètres de l’épicentre, la Tercera entendait tout de même les supplices et appels du malheureux comme si elle se tenait juste derrière. Pourquoi diable lui avoir offert l’une des pires plaies vivantes en ce monde déjà offert au chaos ? La précédente abomination, une disparition significative du gibier alentour, se suffisait à elle-même. Mais c’était sans compter sur… Lui.

Sa présence aux cotés de l’Espada n’a rien de volontaire. Un chasseur n’a généralement pas besoin d’écuyer, surtout lorsque celui-ci vous entrave les mollets à longueur de temps. A leur première rencontre il faisait d’ailleurs office de dîner sauf que ladite créature, pour une raison inconnue refusait catégoriquement de se faire digérer. Ingérer ça oui, le bougre ne demanda pas son reste pour finir dans la gueule du requin. Avec un peu de recul, on mesure à quel point cela aurait pu leur être salutaire de ne pas en arriver là. Ce soir l’Adjuchas répondant au nom d’Aleksi joue merveilleusement bien son rôle, à la différence près qu'il se l’est attribué sans le consentement de la jeune femme. Et à en croire la teneur de ses plaintes quelque chose a été suffisamment stupide pour être capturé. Se faire prendre dans les filets d’un olibrius de cet acabit, ça tient de l’extraordinaire…

Alors que celui-ci prenait maintenant grand soin d’ameuter tout le Hueco Mundo avec ses pleurs ignobles, l’hybride se décida finalement à le rejoindre dans un soupir éloquent. Dévorant en quelques secondes la distance qui les séparait tantôt, elle surgit ensuite mollement du sable et se planta devant les deux sous-êtres. Même ainsi offerte à la clarté lunaire, son écorce blême pouvait aisément se confondre avec le reste du paysage. Immobile, impériale, à peine dérangée par les nombreux grains se faufilant entre ses courbes généreuses, elle scruta avec attention la scène se déroulant sous l’éclat de son œil ambré.


- Tu es… Tu me… ! … Aaah et puis merde, là ! Parfois j’aimerais tant que tu sois… Je sais pas moi… Un arbre !

Au moins le végétal en question ne passerait pas son temps à hurler, gesticuler ou se frotter à elle en quête de satisfaction personnelle. Et il ne la dérangerait pas pendant son occupation favorite, à savoir chasser EN PAIX. Faute de pouvoir le tuer dans l’immédiat (elle y travaillait), faute de l’abandonner (il savait maintenant où la trouver), Daestra rongeait son peu de patience et tolérait sa présence. Après tout, elle en avait fait de même avec Alvaro peu de temps auparavant et puis d’ailleurs, avec de la chance les deux se trouveraient tant de point communs dans le domaine de la stupidité qu’ils finiraient sans doutes ensemble non ? En attendant ce jour biblique, fin de l’apocalypse, il fallait exploiter le misérable autant que possible. A la chasse, un accident peut vite arriver.

- Et puis un gigot pareil ne doit même pas être comestible… Ne fait pas peur au gibier, la viande en devient infecte et pleine de nerfs… Enfin bon, ça ira pour cette fois…

Elle adressa un ultime regard à son disciple, le genre d’œillade qui s’accompagne généralement d’une paume tendue contre le visage. Après quoi elle se dirigea vers le Hollow agonisant à qui elle brisa la nuque d’un seul coup de talon. Il était temps de passer à table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t415-daestra-chibiko-la-principessa
L'offrande [Daëstra] Arr-num
Aleksi Alexandrov
Rang : SEXta

Messages : 159
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeVen 21 Déc - 23:11

Elle était là, tout en courbes, en rondeurs, en sex-appeal. Surgissant du sable comme la rose du même nom, même si ça n'a aucun rapport et que c'est juste pour placer un effet de style tout pourri, la belle se tenait devant son ouaille, boudeuse. Visiblement, les efforts de son prétendant seraient encore vains, cette fois encore. Lui pourtant ne se démontait pas, bavant alors qu'il contemplait le quartz couler sur la gorge de marbre blanc. C'est dans un bond semblable à celui d'un jeune chiot qu'il voulu la recevoir, avant d'être stoppé net par la remarque de sa partenaire non consentante.

Être un arbre. Ça lui ferait plaisir.

Il se réceptionna sur un pied, et ne bougea plus, une jambe encore en l'air, ses bras prenant des angles bizarres, dans une parodie d'arbre très convaincante - voir franchement dérangeante. Tout y était, même la jeune pousse partant de la base du tronc, et ce suite à la vue qui s'offrait à l’œil humide du jeune Aleksi. Et tandis que la belle passait devant lui sans même lui accorder un regard, vu qu'elle venait de lui en dispenser un qui semblait être l'ultime échantillon de toute sa vie, il se força à rester aussi immobile que possible, tout absorbé qu'il était dans son personnage. Il s'y croyait déjà, la forêt d'ossement du Hueco Mundo, ses saillies osseuses vénérables ayant vu tant de siècles, tant de mort, de victoires et de défaites...et maintenant il était dans les forêts d'épineux de la Sibérie, ses arbres verts, avec leurs petites épines toutes mignonnes mais elles aussi vénérables, à voler comme un oiseau libre, allant jusqu'au berceau primordial de l'Amazonie sauvage...l'apparition de fraises des bois en smoking ne lui fit ni chaud ni froid. Ni d'ailleurs d'un chameau courant sur les dunes du Yermo à la recherche de ses bretelles. Quand soudain...

Main Title by 2001 - A Space Odyssey on Grooveshark

Elle se penchait sur sa proie, qu'elle avait préalablement brisé au sens propre comme au figuré d'un coup de talon dans les cervicales. Ce fut un véritable moment magique, l'un de ceux comparables à ces instants peu avant l'aurore, où la nature s'éveille, et s'égaye. Abaissant sa tête pour goûter la chair de son repas, ses épaules suivant le mouvement, accentuant la cambrure de ses reins, la belle dévoila sous ses haillons sa croupe magnifique, sa butte des amoureux, son superbe foufouillon, son zouzou mirobolant. Ouvrant des yeux en soucoupes, l'homme ne put s'empêcher de baver de plus belle, cédant à son impulsion primaire de bondir sur la Dame, alors qu'elle se nourrissait - ce qui, on est d'accord, n'est pas très poli. Une main plaquée sur ses courbes affriolantes, il remuait ses fesses dans un mouvement ô combien suggestif, tandis que son poing libre se dressait vers le ciel, symbole de sa victoire sur la vie.

- Je l'ai fait, Maman! Je l'ai fait! Oh, comme tu es fière de ton petit Timothy! Tu viendras l'embrasser alors qu'il joue à lancer des galets dans l'eau! Mange du pomelo, mange, sale gourgandine!

Bien sûr, la réplique fut sans appel. Catapulté à la ronde, il alla s'écraser dans une gerbe de sable. Son corps allait bien, son cerveau moins. Passant sur une autre fréquence, encore une fois, il ne put sortir que la seule phrase appropriée dans ce genre de circonstances.

- Une femme sans amour c'est comme une fleur sans soleil, ça dépérit. Han han! Vous voulez un chausse-pied?

Il se secoua la tête, la dépoussiérant un peu.

- Mangeons, ripaillons. On sait pas qui nous mangera. Et comme Venus disait aux mésanges: ...

Prise de conscience.

- Je veux mourir! Gaaaaaah!

Et de foncer la tête en avant à l'encontre de son idylle grandissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t467-aleksi-alexandrov-termine#2427
L'offrande [Daëstra] Arr-ind
Daestra Chibiko
Rang : Requin solitaire

Messages : 395
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeSam 22 Déc - 14:42

Tout d’abord il l’avait prise au mot, ne manqua que l’écorce pour avoir un arbre en guise de compagnon. Ce qui est certes, toujours mieux que son véritable fardeau ambulant. Puis, lorsque Daestra s’était penchée sur sa proie agonisante pour lui offrir le coup de grâce il l’avait prise tout court. Sauvagement, inutilement, mais il l’avait fait et sembla s’en féliciter. Exploit de courte durée qui se solda par un magistral revers de talon en plein visage, ce qui eut pour conséquence d’expédier le fourbe aussi loin que possible. Pas assez loin, et pas assez fort. A défaut de mourir Aleksi se changea en girouette, chose qu’il avait l’habitude de faire en plus d’être pot de colle et moulin. Un vrai plaisir. Pour une raison qui échappa encore ici à l’esprit de sa maîtresse le jeune homme adoptait régulièrement tel ou tel timbre de voix, ainsi qu’une attitude en corrélation avec celle-ci. Là par exemple, il se rua sur l’hybride après un monologue complètement dénué de sens. Masochisme ? Handicap mental, dépression, schizophrénie ? Qu’importe au final puisque sa réaction serait exactement la même pour toutes ses avances : un bon gros coup en plein dans sa face. Elle lui adressa donc son plus beau sourire, armant sa jambe gauche tandis que s’approchait en quadrupède, la bête en rut.

- Oooh que oui je vais me donner à toi… Viens donc voir maman mon petit sucre, viens, v…

Et son corps tout entier amorça le tir, parfait, somptueux, redoutable. Dans un bruit sourd sa jambe dénudée rencontra le visage en émoi du fraccion aveuglé par son grand besoin de luxure. La torpille alla ensuite s’écraser au cœur d’une colline de sable non loin, faisant naître au contact charnel du couple un formidable nuage de poussière et de sang. Puis ce fut à la Tercera d’émettre un petit gémissement de satisfaction en voyant son jouet réduit à l’état de légume. Encore que celui-là ne voudra pas se résoudre à mourir dignement, une fois de plus. Aussi n’attendit-elle pas que ce fléau se redresse en revienne à la charge pour ajouter une cerise sur le gâteau. Elle se mit à tournoyer un instant sur elle-même tout en chargeant entre ses paumes une sphère d’énergie pourpre étincelante. Au bout de quelques secondes le Cero mûr à souhait alla rejoindre sa cible encore enfouie dans la dune, pendant que l’Espada retournait incinérer le cadavre de sa proie. Si l’impératrice du Yermo refuse un banquet, personne d’autre ne se doit d’y participer sous peine de connaître un sort tout aussi peu enviable.

Une fois toute trace du crime effacée elle se retourna vers la dune encore fumante. Un battement de cil plus tard elle empoigna la cheville du souffre-douleur pour l’extraire de sa cachette et, tout en lui écrasant avec sadisme son membre le plus en éveil, lui fit une petite recommandation.


- Si tu souhaites tellement t’en resservir un jour, ne t’avise plus de le faire sur moi sans que je t’y invite. Maintenant va donc me chercher… Hum… De l’eau, ouais, de l’eau…

Avec un peu de chance elle pourrait enfin ne plus avoir à le supporter avant longtemps. Quoique…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t415-daestra-chibiko-la-principessa
L'offrande [Daëstra] Arr-num
Aleksi Alexandrov
Rang : SEXta

Messages : 159
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeDim 30 Déc - 22:38

Elle n'aurait pu faire mieux pour prendre le petit polisson au dépourvu. Alors qu'il se jetait sur elle, braillant comme un beau diable - un beau diable déficient, voir taré - elle le cueillit avec une phrase susurrée langoureusement, d'un manière dont elle seule avait le secret. Cela le stoppa net, son esprit et son corps, bien que défendant à la base - assimilant l'information, et orientant ses humeurs vers de plus légères préoccupations que la mort. Il ne put cependant placer qu'un seul mot, alors que la sentence était sur le point d'être appliquée.

- Oh!

Le coup partit, rapide, implacable, et de même le corps suivit le chemin qui s'offrait à lui. Une bien belle cloche...qui se finit dans les dunes du Yermo, soulevant son inévitable panache de poussière. Il s'était fait un bien joli petit nid, dans ce creux aménagé par les soins de sa chute. Sa déesse finit de border son lit, grâce à un Cero bien envoyé, qui le recouvrit proprement de quartz - plus ou moins fondu, selon les endroits. Il se sentait couvert d'affection - et de sable, mais c'était ce qu'il prenait pour de l'affection, une image, une métaphore quoi - et se disait qu'il avait bien de la chance d'être tombé sur cette incarnation même de l'amour et du partage, un être aussi généreux que les formes qu'elle se plaisait à dévoiler pour aguicher ses spectateurs...son bonheur dégoulinait de partout - ou son sang, qui aux endroits les plus fins de son hierro s'était mis à trouver son chemin vers l'extérieur, le flot le plus important venant de son nez - il se sentait aux anges.

Il put d'ailleurs exprimer sa joie alors que l'Espada venait le chercher, tirant son pied dépassant du sable, et l'extrayant pour le trainer sur une certaine distance, tandis qu'elle réfléchissait à son sort. Il faisait dans le simple, agrémentant ses soupirs de contentement par des "oh!" et des "gah!" du plus bel effet. Quand alors la donzelle exprima son souhait de lui trouver quelque chose d'utile, non sans lui avoir pressé au préalable son engin déjà tout émoustillé, il se releva d'un seul ensemble, oubliant toute douleur. Il était maintenant quelqu'un d'autre.

- Ah ça oui, ma p'tite dame, j'vais vous en trouver, d'la flotte! Ça sera peut être pas aujourd'hui, peut être pas demain, peut être pas dans un mois ni dans un an, mais je vous fait la promesse solennelle de #FIZZ# Agadouh agadouh agadouh lélé! #FIZZ# le souverain poncif, qui dans sa grande bonté, à aujourd'hui prononcé sa bénédiction hurdy gurdy...ou était-ce...jaune?

Il s'était préparé à partir, tendant un pied devant lui, les bras revenus en arrière, dans une position de conquérant. Il s'écroula d'un coup, subissant le contrecoup sur son oreille interne de la puissance développée par la Principessa. Il se reprit, à genou, accrochant la jambe de sa maitresse dans une supplication sans fin.

- Maiiiiitresse! Laissez moi vous faire honneur! J'vous en priiiiiiiies! Qui je tues, qui, qui??? Me laissez pas tout seul, ça non, prenez moi tout contre vos nichons! Un calinou, juste un petit histoire qu'on soit quitte, hein? Allez quoi fait pas ta p...hein?

Il était tour à tour carpette et exigeant, tout suave et dur. Ça se bousculait, dans sa tête. En tout cas, une chose était sûre: il ferait tout pour ravir le cœur - sinon le reste - de sa Princesse. D'ailleurs, il commençait déjà à lever in consciemment la patte pour faire apparaitre de l'eau dans le désert, un vrai miracle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t467-aleksi-alexandrov-termine#2427
L'offrande [Daëstra] Arr-ind
Daestra Chibiko
Rang : Requin solitaire

Messages : 395
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeVen 4 Jan - 23:13

Surtout, éviter les coups violents au niveau du crâne lorsque viendra le temps d’une nouvelle punition corporelle. Cela le rendait encore plus instable et insupportable, chose que Daestra croyait difficilement envisageable jusqu’alors. Pourtant sa précédente intervention aurait dû lui mettre la puce à l’oreille, sauf qu’à ce moment précis la satisfaction éprouvée par le subtil contact entre son pied et le crâne supposé vide du jeune homme fut telle que l’hybride en oublia son objectif premier : trouver un moyen de virer cette sangsue, en douceur de préférence. Ce qui implique donc de ne pas perdre son sang-froid en le rouant de coup, de ne pas lui griller le peu de cervelle restante avec des sphères d’énergie, bref de ne pas chercher à l’éliminer puisque cela s’était avéré inutile pour l’instant. Restait finalement la manière douce, ce qui ne signifiait pas pour autant donner crédit à tous ses fantasmes de mâle en rut.

Déjà que de se voir imposée la présence d’Aleksi à longueur de temps n’était pas une sinécure, le fait de vouloir s’en débarrasser quoi qu’il en coûte relevait purement et simplement du défi. Car non content de survivre à chacun des assauts depuis leur première rencontre, l’infâme cloporte albinos en ressort toujours plus joyeux et fougueux qu’auparavant. Une véritable plaie, c’est peu dire, pour une prédatrice de son acabit généralement offerte au silence et de préférence à l’abri des regards indiscrets. Mais comment voulez-vous donc chasser paisiblement sans que cela n’ameute la moitié des créatures du Yermo lorsqu’un individu hurle et se répand à vos pieds –au sens propre comme au figuré-? Certes cela leur éviterait de traquer bêtement à chaque fois que la faim se fait ressentir puisque de fait, ils en auraient assez pour les besoins quotidiens et plus encore. Mais il n’y aurait alors plus de plaisir, plus d’exercice physique et là mes amis, LÀ ! Le fourbe redoublerait ses avances à tel point que Daestra finirait, comme pour les chiens souffrant du même syndrome, par tendre la jambe et se la faire lustrer proprement. De ça, la Principessa n’en voulait absolument pas. Une idée bien plus sournoise lui vint à l’esprit, tandis qu’elle regardait son pitoyable compagnon profiter du paysage maintenant qu’il se crispait contre sa cuisse. Une odeur familière, celle d’une proie qui se rapproche.


- Déjà tu vas me lâcher, sinon je te castre et tu seras tout triste après. Ensuite tu vas me suivre, et me faire honneur. La suite dépendra de ton bon vouloir.

Après avoir vigoureusement secoué sa jambe entravée par le fraccion Daestra se mit en position au sommet de la première dune venue. Là, dressée face au vent elle en huma les marques spirituelles pour mieux repérer la situation géographique de sa cible et bondit derechef pour rejoindre la position. Afin de ne pas perdre une miette du spectacle elle daigna rester en surface, en courant à une vitesse suffisante pour que son disciple la suive. Une course guère longue néanmoins puisqu’à peine quelques dizaines de mètres plus loin la créature se manifesta à eux, d’abord par un geyser de sable. Puis ce fut l’apparition tant attendue, dans un hurlement primitif singulier. La bête jaillit en partie du manteau blanc, exhibant par la même son horrible et gigantesque mâchoire pleine de dents. Au premier abord, et à en juger par les dimensions ou la forme du corps on aurait pu croire à un immense ver des sables comme il en existe dans les mythes fantastiques. Celui-là se paraît de rayures noires sur un corps ivoire aussi lisse que le postérieur d’un bambin. Un gillian probablement. Un bon gros jouet, parfait pour elle qui le désigna du doigt tout en sifflant à Aleksi sa requête.

- Ça là, je veux que tu m’en apporte la prostate si il y en a une. Mais attention : tu vas devoir te frayer un chemin dedans et surtout ne pas le tuer ! Si tu réussis et que tu me rattrape ensuite, et bien je… On verra…

Sur cet ordre un peu original la Tercer fit volte-face et commença sa fuite à une allure banale, histoire de ne pas démotiver ses troupes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t415-daestra-chibiko-la-principessa
L'offrande [Daëstra] Arr-num
Aleksi Alexandrov
Rang : SEXta

Messages : 159
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitimeSam 5 Jan - 19:46

La belle intercédait en sa faveur, lui promettant une voie de rédemption qui pourrait aboutir - qui sait? - vers le chemin de sa caverne aux merveilles, non sans l'avoir au préalable gourmandé sur son empressement à lui plaire. Redescendant la jambe, écoutant avec une profondeur qui n'était pas de coutume les paroles de la Princesse, l'homme sembla absorbé en lui même un moment, réfléchissant à ce qu'il pourrait bien faire qui contenterait son amour cosmique. Il en avait même lâché sa cuisse galbée, tout concentré qu'il était, tandis que la belle secouait vivement la jambe. Et c'est ainsi qu'une profonde sensation monta des tréfonds de son être, comme le magma d'un volcan décidant de s'épancher en surface. Cette vague enfla, enfla, pour finalement éclater au grand jour - ou à la grande nuit, vu que les deux interlocuteur se trouvaient dans le Yermo - véritable onde de soulagement.

- Oui! Ouiiiiiiiiiiiiiiiii! Je vais aider la maitresse! Je vais l'honorer! Oquedi quedi quedon! Darladadoum patapoum!

Il s'était relevé, et dansait maintenant la gigue, suivant sa maitresse tout en tournant sur lui même, les mains sur les hanches. Il grimpa à ce rythme jusqu'au sommet d'une dune, d'où Daëstra se perdit un instant dans une recherche qui lui offrit finalement satisfaction. Elle fila tel l'éclair, bondissant pour ensuite courir jusqu'à une destination connue d'elle seule. L'autre ne la laissa par s'en tirer à si bon compte, collé à ses basques comme un véritable poisson pilote. Il riait comme un demeuré, tout excité à l'idée de remplir sa part du travail. C'était un véritable enfant, dans un sens, un enfant pervers, malade, cruel. Sa joie néanmoins se stoppa net lorsque les deux âmes damnées approchèrent un gigantesque assemblage de muscles et de dents, parfaite démonstration d'un stade intermédiaire entre le Menos Grande et un Adjuchas, une créature ayant retrouvé une conscience propre mais pas encore de forme supérieure humanoïde.

Une consigne claire, retrouver quelque chose dans les entrailles de la bête. Une contrainte de taille, ne pas la tuer. Et la belle qui se carapatait dans l'autre sens, le laissant à sa mission divine...ses pupilles se resserrèrent, véritables prismes de haine à l'encontre de cette barrière de chair, de hierro et d'os. Il n'avait qu'un pas à faire...

Big Battle by Toto on Grooveshark

Il se lança. Bondissant du haut de sa dune, il opéra un arc descendant qui l'amena entre deux autres monticules de sable, à l'endroit exact où la bête avait surgi plus tôt de cette mer de quartz. Son arrivée détourna le wagon vivant de sa route, celui-ci faisant volte-face pour aller gober cette proie inattendue. L'autre se campa fermement sur ses appuis, avant de prendre une impulsion et de courir à s'en rompre les jambes, hurlant sa rage, d'une voix rendue aigüe par l'émotion. Le contact fut bref, Aleksi évitant au dernier instant de se faire avaler, d'un bond latéral qui servit de tremplin pour un saut sur le dos de la bête. Il la montait! S'accrochant à l'un des sclères de la carapace, ile chercha à se faufiler entre deux morceaux d'os...rien n'y faisait, pas d'issue possible.

- Wazazi, wazazou, faut bien que je trouve un trou! Montre moi petit serpent, par où que j'me rends! Je...aaaaah!

Pendant qu'il, comme à son habitude, se perdait dans une de ses interprétations ridicules, l'Arrancar se fit surprendre par un soubresaut de son titanesque adversaire. S'envolant alors, il fut rattrapé par les lois de la physique, entamant sa descente jusque dans la gueule ouverte du monstre quasi-mythique. Celui-ci replongea dans les tréfonds du Yermo, ne laissant derrière lui que le silence.

Silence qui fut rompu, quelques temps plus tard, par une gerbe de sable, alors que la bête s'élevait vers le ciel, hurlant sa colère et sa douleur, sa gueule se balançant d'un côté à l'autre. Et c'est alors que dans une explosion de chair une forme surgit de sa prison bileuse, portant dans ses bras une masse gélatineuse et empreinte de fluides vitaux. Il avait réussi!

- Je l'aiiiiii, je l'aiiiiii! Voilà Maitr...

Devant lui, un vide absolu. Le silence, seulement interrompu par le ver s'écrasant derrière lui, tremblant de douleur. Elle l'avait laissé tout seul.

Son hurlement de solitude emplit l'espace nocturne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t467-aleksi-alexandrov-termine#2427
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'offrande [Daëstra]   L'offrande [Daëstra] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'offrande [Daëstra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'offrande [Daëstra]
» Tentacruel / Tentacruel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Hueco Mundo :: Désert Blanc-