AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   Lun 8 Avr - 22:33

« Chaînes de l'Âme»
→ Une faible lumière filtrait à travers les vitres ternie par le temps et l’usure. Naezka ne pouvait pas les atteindre, et elle savait pertinemment que de toute manière, les maigres fenêtres donnaient sur une cour étroite. Que le verre soit polis ou recouvert de crasse et de poussière, la lumière demeurerait faible. « Il fait vaguement jour. » se disait-elle une fois de plus : cette remarque était devenue une habitude, et l’adjectif « vaguement » était au centre de celle-ci. Lorsqu’il faisait nuit, elle songeait « il fait vaguement Nuit », car la lumière du couloir avoisinant était toujours allumée, et entre le jour et la nuit, il n’y avait qu’une vague et infime différence. Lorsque la pluie tombait dans la cour étroite, et le ciel était couvert, Shizuka se trouvait incapable de dire s’il faisait jour ou nuit. D’autant que sa solitude, et son cycle de sommeil aléatoire achevaient d’abolir ses repères.

Il n’y avait pas de chaise dans la pièce. Seulement une table basse, quelques vieux objets, un meuble presque vide, des couvertures dans un coin et le matelas « pour une personne et demie ». Ils s’en étaient toujours contentés, mais elle se rendait compte avec le recul à quel point ce lit commun était finalement étroit. Désormais qu’elle habitait les lieux seule, elle prenait presque toute la place entre les draps. Elle aurait d’ailleurs pu se complaire à dormir bien au milieu du lit, s’étalant de tout son long sur les deux places, mais un sentiment prenant l’empêchait de le faire.
Avec une sorte de respect mêlé de mélancolie, la jeune femme laissait toujours une place libre à ses cotés.
C’était là, sous l’oreiller poussiéreux qui avait jadis été celui de son frère que mourrait la chaine qui s’extirpait de sa poitrine. Elle était certes liée à cet appartement délabré, au lit dans lequel elle avait dormi pendant des mois, mais aussi et surtout à la personne qui dans son souvenir avait toujours occupé cette place.

Le lien était court, et la demoiselle, pouvant à peine se lever, était incapable d’atteindre les autres pièces de l’habitation : le coin cuisine, et la salle de bain minuscule. Mais ca n’était pas un problème en soit, parce que Shizuka n’état plus qu’un fantôme. Elle n’avait plus les même besoins, à peine une enveloppe matérielle. Seule et pleine d’incompréhension face à cet état, elle se demandait ce qui l’empêchait de disparaitre. Pourquoi restait-elle ici ? Tous les morts connaissaient ils ce type d’éternité ? Elle n’en savait rien, et en éprouvait une grande frustration.
Cet endroit n’avait rien de luxueux. Il avait été emménagé tant bien que mal avant leur arrivée, par une famille de passage sans doute. L’immeuble n’était pas très haut, et comprenait environ 4 étages. Bien qu’il lui fut impossible de quitter la pièce ou elle était enchainée, l’ex scientifique devinait qu’il avait subir de grands changements, si ce n’est échapper de justesse à la destruction. Le sol n’était pas tout à fait droit, et des débris jonchant le sol ca et là suggéraient qu’une partie du bâtiment c’était affaissé. Elle n’en était pas tout à fait certaine, mais une impression vague, et quelques calculs, lui donnaient l’impression que le plafond du couloir c’était potentiellement effondré, condamnant l’accès. Par contre, la porte d’entrée était entrouverte : elle semblait avoir subit un choc, et le bois s’était fendu en certains endroits.


Un soupir, 30548936436ème peut être, s’échappa de ses lèvres. Depuis combien de temps était-elle là ? Beaucoup trop à son goût. Sa patience n’avait rien de légendaire, mais elle était certaine que si ca ne faisait pas des années, cela faisait au moins plusieurs mois. L’ectoplasme aurait fait n’importe quoi pour un peu d’action : à force, la solitude la rongeait, et elle en avait marre de se répéter sa vie pour passer le temps. Tout cela était derrière elle, désormais… Mais lui, qu’elle n’avait jamais retrouvé, était toujours là. Par le tatouage dans son dos, et l’endroit ou elle était prisonnière : quoi qu’elle fit, elle était cernée par son souvenir. Et en son cœur, la frustration de ne l’avoir jamais retrouvé ne s’éteignait pas. Elle n’en était même que plus grande ! Lorsque l’Ectoplasme songeait cela, sa chaine s’usait imperceptiblement. Mais elle n’y prêtait pas encore attention, tant l’usure du métal demeurait discrète, et les changements qui s’opéraient interne à sa seule structure. Tout au plus, la jonction entre certains maillons s’assombrissait…
Parfois, un bruit retentissait. En général, il s’agissait d’un rat qui se baladait, d’un oiseau, ou parfois même d’un chat qui venait courser le rat. Dans ces moments là, Shizuka prêtait toute son attention à ces futilités mais même celles-ci demeuraient rares. Puis vint un jour différent… Le fantôme avait levé lentement la tête, les pupilles écarquillées. Elle était certaine d’avoir entendu un craquement. Mais il ne s’agissait ni d’un rat, ni d’un chat. C’était quelque chose de beaucoup plus gros ! Qui semblait plus lourd même qu’un chien errant. Tout ses muscles se tendirent, son cœur battait déjà á la chamade. Se redressant légèrement, elle lançât

→ Il y a quelqu’un ?! |

Mais seul le silence prit la peine de lui répondre, et bien vite son excitation retomba pour se transformer en cynisme. « Evidemment que non » se disait elle, et un sourire pour le moins crispé étirait ses lèvres. Des faux espoirs, elle s’en était trop fait pour mordre encore à l’hameçon, et son appel spontané ne lui semblait on ne peut plus ridicule. Quand bien même il y aurait quelqu’un, elle était morte. Ca ne changerait rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Solitaire

Messages : 39
MessageSujet: Re: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   Sam 13 Avr - 14:48

Les chaînes de l'âme

______________________________

L'escalier fatigué grinça sous les pas de l'enfant. Lugubre. Comme en écho à ce gémissement, le chuintement d'une voix humaine retentit dans l'immeuble abandonné. L'enfant sursauta. Peur. Elle manqua de perdre l'équilibre, de dégringoler jusqu'en bas, mais fut sauvée par un reflexe providentiel ; sa main pâle qui s'était crispée sur la rambarde. Elle souffla. Son cœur battait la chamade, sa gorge était serrée. Il y avait quelqu'un dans cette bâtisse désaffectée. La curiosité l'emporta sur l'angoisse et elle s'élança dans la direction qui lui semblait être celle d'où provenait le bruit.

______________________________

-Écoute, Snö, je sais bien que tu n'as pas envie de le rencontrer mais je suis sûre que tu vas l'apprécier ! Nous avons besoin de lui...

L'enfant fit la moue avant de détourner le visage pour coller son front contre la vitre de la voiture qui roulait vers la nouvelle rencontre de sa mère. Elle regarda le paysage défiler, répondant d'une voix boudeuse :

- Tu as besoin de lui, maman, pas moi.

Depuis la mort de son père, trois ans auparavant, elles entretenaient des relations tendues. L'enfant s'était enfermée dans une sorte de mélancolie qui excédait de loin les prémices d'une crise d'adolescence. Sa mère, elle, s'efforçait de s'en sortir. Vivre à nouveau. Reconstruire. Tant de choses que Snö ne parvenait pas à concevoir.

La voiture s'arrêta enfin dans une banlieue de Tokyo où elles n'avaient jamais été, un espace anciennement pauvre et insalubre mais à présent en cours de réhabilitation. Elles sortirent toutes deux. Les portières claquèrent, seul bruit troublant le calme ambiant. L'endroit parut bien triste à l'enfant.

L'homme habitait dans un immeuble du quartier qui avait été totalement rénové. Impersonnel. Snö se tint sagement, le rencontra, fut aimable avec lui. Elles déjeunèrent en sa compagnie. L'enfant s'éclipsa dès que possible, les laissant à leur amour naissant.

- Sois prudente, lui dit sa mère, on se retrouve à seize heures d'accord ?

Deux heures et quart de liberté. Qu'allait-elle en faire ? En dehors des quelques chantiers visant à lui rendre son âme, le quartier était mort. Elle s'élança à travers ses rues, livrant son destin au hasard.

______________________________

Pourquoi avait-elle choisi cet immeuble ? Avait-elle senti, depuis l'extérieur, cette étrange présence féminine dont la voix avait retenti jusqu'à ses oreilles ? L'arrivée face à une porte d'entrée entrouverte mit fin à ces interrogations. C'était là. Elle en était sûre. Non pas qu'elle eut une ouïe formidablement précise mais elle éprouvait l'existence de cette personne.

Elle commença à pousser la porte qui se mit à geindre sous ses doigts mais s'arrêta net. Elle la sentait, juste derrière. L'enfant se mordit les lèvres avant de glisser le minois dans l'entrebâillement pour voir. Un petit cri lui échappa lorsque son regard se posa sur l'ombre qui se tenait allongée sur le lit au fond de la pièce.

- Je peux entrer ? balbutia-t-elle.

_________________



Snö

« Il est doux de se croire malheureux, quand on n’est que vide et ennuyé. »
Alfred de Musset
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t679-sno

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   Mar 23 Avr - 15:30

« Chaînes de l'Âme»
→ Et pourtant. Le rythme cardiaque qui s’était calmé repris de plus belle, alors que Shizuka avait l’assurance qu’il y avait bel et bien quelqu’un. Pas seulement ! Quelqu’un qui percevait sa présence, et lui parlait ? Avant de se lever, la jeune femme assise sur le lit, légèrement penchée vers la porte, analysait la situation. Qu’il y avait quelqu’un, c’était certain. Mais cette personne pouvait elle la voir ?
Ses prunelles d’Or étaient rivées sur la commissure de la porte, ou un petit visage entouré de cheveux blancs faisait son apparition. Une enfant, de toute évidence. Et a en croire le regard qui lui répondait, et le petit cri qui avait tot fait de retentir, elle la voyait bel et bien. Le cœur de la morte paradoxalement battait à la chamade dans sa poitrine. Son émotion ne faisait elle que lui rappeler une sensation de sa vie passée ou son cœur pompait il réellement à tout rompre le sang de son système sanguin ? Mystère, mais le coup, sourd, était bien là. Peut être n’était elle en proie, après tout, qu’à une forme de folie développée par son isolement prolongé… Qu’importe.
La scientifique n’avait plus ses lunettes, et elle était vêtue d’une simple chemise blanche et d’un pantalon d’un gris bleu usé. Elle n’avait rien d’autre : son trépas ne lui avait pas laissé d’accessoires de son vivant, et pour tous les remplacer une chaine au cœur. Se calmant tant bien que mal, elle laissa un sourire doux étirer ses lèvres, pour ne pas apeurer l’enfant.

Les enfants, ca n’était pas son fort. De son vivant, la demoiselle n’avait jamais été mère… C’était triste quand on prenait le temps d’y penser. En fait, elle n’avait même jamais été plus femme que ces quelques mois passés en compagnie de son frère dans cet appartement. Qu’elle âge avait elle alors ? Quatorze ans ? Dix-sept ? La différence n’était pas des moindres, et pourtant elle avait passé tant de temps enfermée ici qu’elle ne savait même plus. Après… Elle n’avait fait que travailler et chercher, dénigrant les hommes, pour finalement partager sa vie avec une fille beaucoup plus jeune. Non, décidément elle ne s’était jamais même rapprochée de la condition de mère. C’était triste, mais elle ne voulait pas le regretter. Elle n’en avait pas moins été complète, ni elle-même. Son seul, unique et premier regret était de n’avoir jamais retrouvé Kagami, alors qu’elle avait voué son existence à sa poursuite.

→ Moi je ne peux pas sortir, mais toi oui, tu peux entrer. |

Prononçant ses mots avec calme, son sourire et son regard s’empreignant de tristesse, elle avait empoigné la chaine pour mieux la montrer à l’enfant. Elle tirait légèrement dessus, mais elle savait que cela ne mènerait à rien, si ce n’est peut être a lui arracher le cœur. Dans un petit cliquetis, le métal reflétait la lumière qui tombait sur ses anneaux. Ainsi enchainée, elle ne risquait pas de lui faire du mal.
Shizuka ne fit rien de plus, si ce n’est un petit mouvement de la tête invitant la demoiselle à s’approcher. Elle ne ferait aucun geste brusque.

→ Je t’en prie reste, ca fait si longtemps que je n’ai vu personne… |

Sa voix sonnait vague. Elle était face à une enfant, et pourtant elle était vulnérable… Ca n'était pas dans ses habitudes, mais le temps et l'usure faisaient de cette petite fille une sorte de messie attendu, qu'elle ne pouvait accueillir qu'avec reconnaissance.

_________________


Dernière édition par Naezka Coalt le Sam 13 Juil - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique

avatar
Rang : Solitaire

Messages : 39
MessageSujet: Re: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   Sam 13 Juil - 15:30

« La meilleure façon de recouvrer la liberté, c'est de rompre les chaînes qui blessent le coeur et de mettre un terme à son tourment. »
Ovide

____________________________________________

Elle entra dans la pièce avec l’étrange sensation de violer un sanctuaire. Ses yeux innocents s’arrêtèrent sur la femme enchaînée, s’y attardèrent assez longuement pour qu’elle se remette de la surprise suscitée par cette vision. L’enfant s’avança vers elle, ses pas légers réveillant autour d’elle des nuées de poussière, nuages de paillettes ternes s’éparpillant dans la lumière.

- Pourquoi es-tu attachée ?

Elle avait la dérangeante impression de ne pas être à sa place mais quelque chose d’obscur la retenait de s’enfuir à toutes jambes. Le sentiment singulier que le spectacle qu’elle contemplait était encore plus mystérieux qu’il ne le laissait paraître, que cette découverte était terriblement précieuse. Là, dans ce lieu abandonné, le temps s’était suspendu. Depuis combien de temps cette créature était-elle captive ici ? Était-elle seulement humaine ? Les quelques mots qu’elle lui avait adressés, le ton sur lequel elle s’exprimait, calme et douloureux, tendaient à la rendre irréelle. Une personne normale, retenue prisonnière par quelque malfrat dans un immeuble désaffecté, aurait été paniquée et terrorisée. Tout juste paraissait-elle lasse et mélancolique…

- Est-ce que tu es un rêve ? Un mirage ?

Question stupide car le simple fait de se la poser suffisait à y apporter une réponse négative mais elle éprouvait le besoin impérieux d’exprimer la manière dont elle abordait les événements. Elle gardait par ailleurs ses distances avec la créature. Quelque chose clochait. En temps normal, elle se serait précipitée pour venir en aide à la captive mais une intuition très profonde lui ordonnait de retenir cet élan de bonté. De surcroit, son interlocutrice ne réclamait que sa compagnie, sa présence passive, comme si toute libération lui était impensable.

- Cette chaîne, fit-elle d’une voix tremblante, personne ne peut la retirer, n’est-ce pas ?

Le regard humide de l’enfant s’était posé sur le buste de l’être. Une certaine répulsion marquait désormais les traits de son minois. Comment était-ce possible ? Ses lèvres entrouvertes restèrent longtemps silencieuses. Un long frémissement parcourut son corps immobile. La dernière fois qu’elle avait éprouvé ce genre de malaise, son père était mort. Mais cette fois-ci elle était seule et, par une insouciance qui venait tant de son jeune âge que de sa personnalité, cela suffisait à conjurer cet éprouvant souvenir.

_________________



Snö

« Il est doux de se croire malheureux, quand on n’est que vide et ennuyé. »
Alfred de Musset
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t679-sno

avatar
Rang : Demoiselle ❖ têtue à fourrure

Messages : 344
MessageSujet: Re: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   Sam 3 Aoû - 20:46

« Chaînes de l'Âme»
→ A sa démarche tâtonnante et ses grands yeux éblouis, cette petite fille donnait l’impression qu’elle pénétrait un lieu miraculeux. Il valait mieux qu’elle n’apprenne jamais –du moins en détail- quels rites avaient réellement lieu dans cet appartement vétuste. Il en allait de son innocence : le frère et la sœur avait un rapport quelque peu inhabituel. Bien que précieux à sa mémoire, sa prison mystérieuse n’avait pas grand-chose d’un lieu saint.

→ Je ne sais pas tout à fait… |

Elle tenait toujours la chaine entre ses doigts, et la regardait sans la voir. Son sourire emplit de tristesse ne quittait désormais plus ses lèvres, alors qu’il ne s’était installé que pour rassurer l’enfant. Lorsqu’elle demanda si c’était un rêve, la morte se contenta de faire un mouvement de la tête en guise de négation. Pourtant, en était elle si sure ? Elle s’était souvent posé les même questions, sans obtenir de réponse. Mais aussi bien la nouvelle apparition que la longueur du rêve tendaient à lui faire croire le contraire. Et elle n’était certainement pas un mirage… Ou bien, c’était une chose bien étrange que d’être un mirage.
À dire vrai, elle n’était même pas sure d’être tangible. Pourtant, elle sentait tout naturellement le contact du coussin, du mur, la chaine et tout ce qui était à portée de sa main. Mais cette fillette ? Elle avait tout l’air d’être humaine et bien vivante.

→ Et ça non plus, je ne sais pas vraiment. Mais je ne crois pas… Elle est fermement attachée. |

Et lorsqu’elle tirait dessus, ca lui faisait mal. Il était déjà arrivé que dans un excès de rage, elle le fasse : le geste paraissant d’abord anodin pouvait vite devenir très douloureux, et elle avait cru un jour manquer de mourir une deuxième mort à cause de ce geste. Bien sur, elle doutait que cela fut possible. Voulait-ce dire qu’elle était condamnée à rester la pour l’Éternité … ?
Ca non plus, elle n’en savait rien.


L’esprit baissa les yeux, relâchant doucement la chaine alors que son sourire s’effaçait.

→ Je ne sais pas grand-chose, en fait… Peut être que c’est une punition. |

Une punition pour l’avoir cherché toute sa vie. Elle n’y croyait pas, et n’avait jamais eu le sentiment d’être en faute. Certes, la scientifique n’était ni la personne la plus normale, ni la plus équilibrée qu’il soit donné de connaitre, et pourtant. Dieu existait peut être vraiment. Il la punissait pour ses péchés : son attirance contre nature, sa compagne contre nature, sa fascination pour la destruction. Il était vrai, après tout, qu’elle et Kagami étaient responsables, bien qu’involontairement, de la mort de leur frère… Mais c’était eux qui en avaient le plus souffert, après tout. Si c’était là l’explication véritable à tout ca, elle était scandaleuse ! Shizuka n’avait vu personne, reçu aucune explication. Elle ne savait pas plus dans la mort que dans son vivant s’il y avait « quelque chose » : elle était simplement enfermée là, enchainé à son passé, en proie aux regrets et aux souvenirs.
Si c’était l’éternité qui l’attendait, elle ne se souviendrait sans doute même plus de ce qu’elle avait été ou ce qu’elle avait vécu en ces lieux, après un temps. Elle sombrerait dans la folie et ne serait plus qu’une « chose », hantant un lieu. Mais cette théorie, après tout, ne coïncidait elle pas avec bien des légendes urbaines ?

→ Tout ce que je sais, c’est que cet endroit comptait pour moi. J’y ai attendu longtemps quelqu’un, quelqu’un que j’ai cherché toute ma vie. Aujourd’hui, je doute qu’il puisse encore revenir ici mais il m’est impossible de quitter ce lieu.
Mais peut être bien que c’est tout ce qu’il y a, « après »… Pour tout le monde. |

Par « après », elle désignait bien sur la vie après la mort. Est-ce que chaque personne se retrouvait enchainée ainsi à un lieu qui avait été significatif au cour de son existence ? Ou un objet ? Elle était rattachée à l’oreiller de son frère, mais la chaine semblait se prolonger jusque dans le sol, la liant aussi bien a celui-ci -qu’elle ne pouvait déplacer- qu’à l’endroit même ou il était posé.

Beaucoup de questions, pour bien peu de réponses…

J'aime vraiment beaucoup ce rp et j'avais hâte d'y répondre ♥ J'espère que ca te convient !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2085-elisa-volstoi-fiche-technique
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: → Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←   

Revenir en haut Aller en bas
 

→ Chaînes de l'Âme ♦ Snö ←

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le canard déchaîné - N°1 - 26/02/2012
» [Guide] La pêche à la chaîne ! Comment avoir des shiny le plus rapidement possible
» Chaînes youtube sur l'histoire
» Vase Scellé (Forme déchaîné de Hoopa).
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-