AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Journée de merde [Dark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Decima ~ Désolation

Messages : 86
MessageSujet: Journée de merde [Dark]   Jeu 18 Avr - 4:35

Las Noches. Edifice prétendant arborer le substantif de « Palais », pourtant chaque parcelle de la bâtisse n'était que le caprice d'un architecte de mauvais goût, songeait le Numéros. Ce palace aux allures d'usine nucléaire servait de résidence à « l'élite » des Arrankars. Les Espadas. Engoncé dans le creux d'une colonne en ruine, il regardait l'armée fourmiller dans les corridors. Moutons tout juste bons à brouter les poils pubiens de leurs supérieurs, jurait-il en jetant son mégot de cigarette sur l'un d'eux. Dédaignant regarder plus longtemps ce tableau, de crainte de se foutre une colique, Nephilim scrutait le ciel - de sa teinte vespérale habituelle -, morne, impassible, ennuyeux. A l'instar de cet empyrée inaltérable, l'Hueco Mondo s'était vu infecté par cette créature pathogène dénommée, l'ennui. Une contagion pernicieuse dont les seuls antiseptiques étaient l'anarchie et la guerre. Elle ne saurait que trop vite arriver, cogitait l'ancien prêtre d'un rictus malfaisant, presque orgastique.

Naguère être pacifique prêchant la paix, aujourd'hui réprouvé de son statut d'homme d'église, l'Adjuchas jouait avec son pendentif qu'il passait entre ses incisives d'un regard carnassier. L'autre main lançait et rattrapait simultanément un crâne plus ou moins humain. Lorsqu'il fut lassé de son occupation stérile, il explosa la coquille vide contre un des piliers qui jalonnaient le couloir ; en poussant un soupir d'agacement. Harassé de cette absence d'activité, il hésitait à proposer ses services au Roi dans la reconstruction de son armada. Hésitation qui ne dura qu'un dixième de seconde, vite estompée par les effluves grisâtres de la cigarette qu'il venait de s'allumer. Sa consommation importante de nicotine l'obligeait régulièrement à se rendre dans le monde des humains, s'en procurer. Tâche pour laquelle il avait une profonde aversion, ces pérégrinations n'étant que le catalyseur de nombreux souvenirs remontant dans l'esprit fébrile de Nephilim.

Ennuyé de ces murs ivoirins, Caeli se leva. En équilibre sur la colonne vétuste, il s'éclipsa de Las Noches via un des trous du toit. L'ange déchu atterrit entre les ergs opalescents du monde creux. Il n'aspirait guère à y trouver une compagnie digne d'intérêt, la seule d'après lui estimable étant la sienne. Cependant, il espérait y déceler quelques Hollows à occire pour assouvir sa soif d'occupation. Déambulant dans le sable blanc, son singulier safari tardait à débuter, aucune de ces saloperies daignant se montrer. Que se passait-il, aujourd'hui ? Son astre n'était pas placé sous cette bonne putain étoile ? Soyez sympa's, ruminait-il intérieurement en jetant un regard irrité sur la voûte céleste ... Espérant que son Dieu l'entende. Rien n'y faisait, ces âmes négatives pullulant habituellement dans ce désert tel des mouches sur un cadavre s'étaient absentées. Une atmosphère insolite avait envahi les alentours, une aura déconcertante dont même le Numéros s'en trouvait affecté. Etait-ce là la raison de ces disparitions insolites ?

Nul doute qu'une entité puissante était à l'origine de ce phénomène. Enfin un évènement se détachant de la banalité de son train-train insignifiant. Nephilim était bien décidé à mener cette investigation à son terme afin de trouver le connard qui avait bousillé son passe-temps. Le coupable ne fut d'ailleurs pas long à débusquer, son émanation spirituelle ayant submergée toute la zone. Au centre d'une plaine mussée par ces montagnes éphémères, une silhouette se dressait. Peu lui importait son identité, son rang ou sa puissance, Caeli n'était nullement enclin à laisser cet énergumène lui pourrir la fin de sa journée.

« Tu sais que tu viens de gâcher mon quatre heure ? »


Dernière édition par Caeli Nephilim le Mar 23 Avr - 1:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t842-caeli-nephilim

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Journée de merde [Dark]   Lun 22 Avr - 13:58

Les travaux de reconstruction allaient bon train. La première oeuvre de Grimmjow en tant que roi avait été d'anéantir la forteresse bâtie par le Vandenreich sur les ruines de Las Noches pour lui rendre son aspect d'origine – ou peu s'en faut. Cela n'avait guère été de tout repos puisque nul Arrancar ne pouvait se prétendre architecte. Tous ceux qui avaient essayé de s'improviser comme tel sans en avoir les capacités l'avaient amèrement regretté. La Panthère Bleue n'était pas connu pour être un homme patient, et quiconque avait le malheur de l'oublier se le voyait rappelé en terminant sa vie aussi brutalement qu'il l'avait commencée. Car, et force était de le constater, la main d'oeuvre qu'il avait engagée – sans trop lui laisser le choix - n'avait eu que peu de temps pour s'accoutumer à sa condition d'Arrancar.

Manquant de personnel compétent, la quasi-totalité de l'espèce ayant été exterminée, le nouveau roi avait eu recours au moyen le plus expéditif qui soit pour en refaire. Comprendre par là arracher le masque de chaque Hollow passant à sa portée pour le transformer dans les plus brefs délais. Or, comme l'on dit toujours, beaucoup d'appelés mais peu d'élus : quantité d'entre eux n'y avaient pas résisté. Quant aux autres, le peu à lui avoir donné satisfaction, ils avaient déjà presque tous rendu l'âme après s'être littéralement tué à la tâche. Cette nouvelle n'avait pas semblé l'émouvoir. Que les cadavres de ses ouvriers servent de fondations à ce qui serait son nouveau palais n'était pas un problème, tant que sa construction était achevée dans les plus brefs délais. Et cela avait été le cas, non sans déplorer des pertes qu'ils n'auraient pas dû pouvoir se permettre. En son for intérieur, Dark ne put s'empêcher de songer toute la durée des travaux qu'il trouvait l'ancienne plus esthétique. Mais son avis ne comptait pas, bien qu'il soit le premier à avoir intégré la nouvelle Espada. D'autres suivraient d'ici peu de temps, il n'en doutait pas. Le temps que la nouvelle arrive jusqu'à Fou-Lu et ce dernier ne devrait pas tarder à se manifester.

Mais pour l'heure, il était seul maître des lieux, nonobstant la présence du Roi qui n'avait déjà rien trouvé de mieux à faire pour s'occuper que de se prélasser dans sa salle du trône flambant neuve. Aussi était-ce à lui qu'incombait la tâche de surveiller Las Noches, bien que les couloirs désertés ne soient guère faits pour l'y motiver. C'était à peine s'il restait parmi les travailleurs assez de survivants que pour en tirer des serviteurs que cette brève incursion dans le milieu du bâtiment n'avait pas rompus au moins physiquement. Le meilleur moyen de tuer le temps lui était apparu clairement ; il ne lui restait plus qu'à s'en prendre à tous ceux qui passaient à proximité du Bastion de la Nuit afin de les forcer à intégrer celui-ci de gré ou de force. Et faire usage de la force, ça, il savait faire. C'était même précisément pour cela qu'il était là étant donné que c'était ce qui avait convaincu le Roi de lui confier ce poste – sans se soucier qu'il préfère la place de Segunda à celle de Primera. Il avait dès lors fait abstraction de toutes ces années passées à frayer en tant que Quincy avec le Vandenreich auquel il ne s'était de toute façon lié en aucune façon.

Une opportunité qui s'était présentée et il avait sauté sur l'occasion, rien de plus.
Un tremplin vers la gloire.

Mais jamais il n'aurait pensé se retrouver dans une telle situation – ni même devenir un Arrancar. Mais même s'il avait encore du mal à accepter cet état de faits, il lui faudrait se faire à cette idée, car aux yeux de Grimmjow, ce devait être comme s'il n'avait jamais été quoi que ce soit d'autre. Ainsi donc, alors qu'il rôdait dans les parages en quête de sang neuf, un déchet jeté au sol attira son attention. Il était en théorie le seul à avoir pu le faire dans les parages et n'avait pas souvenir d'avoir jeté un mégot de cigarette à cet emplacement. Ayant assisté à la mise à mort plus que spectaculaire du dernier à qui il avait fait porter le chapeau, il en avait conclu qu'il valait mieux pour lui ne pas les laisser traîner près des remparts s'il ne voulait pas connaître le même sort. Faisant disparaître cet indice d'une succincte émission de reiatsu pour n'avoir pas à s'en mordre les doigts, il prit une longue inspiration et se concentra de manière à inspecter les environs. Sa métamorphose avait grandement altéré les précieuses capacités de détection qui étaient les siennes et il devait dorénavant se contenter de Pesquisas dont il avait eu toutes les peines du monde à comprendre le fonctionnement.

C'était tellement différent de ce qu'il avait « toujours connu » que s'y retrouver lui avait demandé une pratique assidue – et encore, c'est à peine s'il arrivait à un dixième de son ancienne acuité. Ce fut toutefois plus qu'il n'en fallait pour trouver le fautif et se rendre auprès de lui d'un simple Sonido, dont il avait en revanche assimilé le concept beaucoup plus vite. Et si peu doué soit-il pour exploiter à sa guise les nerfs de recherche propres à sa nouvelle espèce, ceux-ci étaient assez affûtés pour lui indiquer que quelle que soit l'origine du signal, elle était en train de se déplacer. Tirant profit de sa célérité, le transfuge n'eut qu'à se flatter de l'aisance avec laquelle elle lui permettait de le contourner. S'étant donc soigneusement placé sur sa route, n'entendant pas revenir sur ses pas sans avoir pris connaissance de l'origine de la menace, Dark était fin prêt à l'accueillir dès lors qu'il aurait décidé de se montrer. Quand ce fut enfin le cas, il jeta à terre sa propre cigarette pour l'écraser sous sa semelle et le gratifia d'un rictus carnassier. Curieux de savoir s'il répondrait à son invitation ou tenterait de prendre la fuite, l'ex-Quincy ne s'était caché ni n'avait dissimulé son reiatsu. Que l'inconnu soit venu droit sur lui sans se poser de question le faisait déborder d'une joie féroce.
Tu sais que y'a pas que ça que je vais gâcher ?

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Decima ~ Désolation

Messages : 86
MessageSujet: Re: Journée de merde [Dark]   Mar 23 Avr - 23:38

Ce paysage torturé par le quartz avait vu naître des Hollows plus puissants les uns que les autres. Les élus s'élevaient alors que les plus faibles périssaient et s'effaçaient dans le sable immaculé du Yermo. Leurs carcasses approvisionnaient perpétuellement le sol, s'altérant jusqu'à en devenir poussière, se confondant peu à peu avec ce sablon incolore qui domine cette toile chagrine. Depuis des décennies, Nephilim contribuait à ce cycle morbide, dévastant ceux qui croisaient sa route et gravissait ainsi les échelons de cette chaîne alimentaire. Non sans difficulté d'ailleurs, car certains défendaient leur existence avec une avidité féroce. Cela rendait la victoire que plus belle et agréable à délecter. Ces bribes de souvenirs transperçant son esprit suffisaient à provoquer en lui une exultation bestiale. Le demi-rictus immaculé qui entravait éternellement son visage achromique était l'unique stigmate de cette époque glorieuse. Effectivement ce fragment de masque sur la joue - volontairement arraché - témoignait de son évolution, de sa renaissance.

Plus qu’une amélioration significative de ses capacités, c’était un retour à son apparence humaine. Emotion futile pour ceux n’ayant jamais goûté à la noirceur d’un masque, à être assujetti par une animosité perpétuelle où sa propre conscience est substituée par la torpeur de l’inexistence et du vide. Juste punition de Dieu pour son exode lors de sa vie terrestre, affirmait Nephilim. Aujourd’hui il lui avait octroyé une seconde chance, une mission. Il devait répandre la « divinité » de son Père dans chaque cœur. Nulle déité ne pouvait se dresser à sa place. Il était le bras inquisiteur de Dieu, le bourreau chargé d’exécuter le châtiment divin. Cela devait commencer dans l’Hueco Mondo. Plus qu’un simple devoir, c’était un véritable passe-temps, comblant ses journées insipides. Ainsi, il avait une profonde aversion pour ceux qui osaient entraver son singulier loisir. A commencer par celui qui avait bousillé la fin de sa journée, déjà bien mal entamée, pensait-il en s’allumant une cigarette.

Indubitablement, cet homme aux allures juvéniles était de la même caste que lui. N'arborant pas l'uniforme standard, pas plus qu'un autre signe distinctif, le numéros ne savait pas s'il avait embrassé la cause de Grimmjow, ou non. Les récents évènements qui avaient perturbés l'organisation des Espadas avaient également permis l'arrivée de sang frais. Peu enclin à participer à la reconstruction de l'élite, Nephilim avait préféré flâner à l'extérieur du palais, à l'écart du renouveau de Las Noches. Ainsi, il ne connaissait pas cette tronche angélique. Au-delà de sa crinière violine entourant des iris violacés, Caeli sentait que cet être avait plus à exhiber que ce physique singulier. L'aura pesante qui régnait désormais sur la plaine en disait long. Son calme olympien tranchait avec le reiatsu féroce qui s'exhalait de lui. Incontestablement, c'était cet Arrankar qui avait effrayé ses proies, le ton hautin et féroce avait lequel il lui avait répondu en était la preuve. Certainement que tout cela n'était pas involontaire. Un être si puissant libérant impétueusement autant d'énergie spirituellement ne pouvait être qu'un provocateur. Après avoir tiré une latte de sa cigarette, Nephilim lui adressa un rictus animal - qui laissa entrevoir ses incisives, escomptant bien répondre à la provocation.

Cette pression l'écrasait. Un frisson lui déchirait le dos, mais ce n'était pas celui de la peur. Beaucoup de ses comparses auraient sûrement détalés devant une telle entité, mais pas lui. C'était un frisson d'excitation. L'ivresse du combat infectait son hémoglobine en ébullition. L'appel de la mort n'effraie que les couards, murmurait sa conscience. Savoir qu'à tout instant le trépas peut surgir de la pénombre, que chaque seconde pourrait être la dernière, quoi de plus bel instant ? Enfin un imprévu dans son triste quotidien. Ce trouble-fait était finalement la bénédiction tant attendue de cette journée de merde. Merci mon Seigneur ! pensait-il en levant la tête pour admirer le firmament ténébreux. Pour amener ce moment à son apothéose il ne fallait point foncer tête baissée, mais céder petit à petit à la provocation. Expliquer implicitement que l'intimidation était veine. La confrontation verbale avant de se foutre sur la gueule c'est comme les préliminaires avant une bonne partie de baise. Si ce n'est pas bien fait, on a du mal à rentrer dedans, concevait Nephilim. Il prit une dernière taffe de la cibiche et jeta le mégot à quelques centimètres de son interlocuteur, tout en prolongeant le sourire de son ultime morceau de masque.

« Tu m'en diras tant. »

Répondit-il en expirant la fumée de ses poumons. L'aura spirituelle qu'il contenait s'extirpa à son tour. Concours de virilité, savoir qui avait la plus grosse ... Son absence au sein de l'élite ne rendait pas sa puissance anodine, ou tout du moins jusqu'à maintenant. Il savait qu'il n'arriverait pas à importuner son belligérant. L'adjuchas ne rougissait pourtant pas, bien au contraire. Il appréciait chaque instant, regardait le sable vibrer à leurs pieds face cette pression inhumaine. L'accumulation d'énergie rendait l'atmosphère pesante. Le paysage se troublait, prêt à s'embraser à la première étincelle. Peu importait son dénominatif, ce mec-là était une perle rare dans ce désert morose. Le regard sanguin que Nephilim affichait contrastait avec la gueule mélancolique qu'il avait l'habitude d'exhiber. Immobile, impassible, l'ange déchu attendait impatiemment sa réaction. Cette rencontre promettait d'être inoubliable, pourvu qu'elle ne s'écourte pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t842-caeli-nephilim

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2110
MessageSujet: Re: Journée de merde [Dark]   Ven 3 Mai - 7:48

La mine féroce qu'il avait choisi d'arborer était de circonstance. Cela faisait un moment qu'il ne tombait que sur du bas de gamme. Des Arrancars soit trop pleutres, soit trop faibles que pour représenter une puissance militaire de qualité. C'était déjà une grande chose pour eux que de savoir servir le thé. Mais celui-ci semblait à la fois d'une autre étoffe mais aussi d'un tout autre tempérament. Or, après ces heures passées à ne collecter que du petit personnel sans intérêt, Dark avait grand besoin de se défouler. Autrement dit, c'était l'occasion rêvée pour cet homme – il en avait l'aspect en tout cas – de lui prouver sa valeur. Peut-être n'était-ce finalement que du vent, mais au moins il serait fixé. Le règne du Vandenreich avait saigné Las Noches jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien, et il n'était que trop temps d'y reconstituer une armée. Le retour à l'heure de gloire n'avait que trop tardé.

Et s'il avait réellement les moyens de se permettre une telle insolence, c'en serait une parfaite pierre fondatrice. De gré ou de force. Lorsqu'il décidait de quelque chose, l'Ezeckiel n'était pas connu pour laisser beaucoup de choix à ses adversaires – car s'ils ne l'étaient pas déjà, ils le devenaient fatalement en refusant. Par chance, celui-ci ne comptait de toute évidence pas faire de manières. Ce n'était pas pour lui déplaire. Ceux qui avaient cru pouvoir lui échapper en se disant pacifistes n'avaient jamais le temps de le prouver avant de sentir leur tête se détacher. S'en réjouissant par avance, Dark fit jouer les doigts de sa main d'épée. Cela faisait longtemps qu'il ne s'en était pas servi, de ce zanpakutō auquel il ne s'était jamais totalement habitué. Le moment était venu de vérifier si, prisonnier de son fourreau, il n'avait pas encore rouillé.
— Si je gagne, je te ramène avec moi. annonça-t-il de but en blanc.
Le message était clair. S'il n'avait pas encore intégré les rangs de Las Noches, ce ne pouvait être que pour deux raisons : qu'il hésite encore à le faire ou qu'il n'y comptait pas. D'après ce qu'il avait pu déduire de son caractère du peu qu'il avait sondé, le Segunda pouvait dire qu'en tout cas, il n'apprécierait pas d'y être forcé. Au moins ne pourrait-il pas venir se plaindre qu'il n'était pas prévenu lorsque cela arriverait. Cela aurait de plus l'avantage de lui faire donner le meilleur de lui-même s'il tenait tant que ça à sa liberté – ce qui était très relatif au demeurant, Dark ne trouvant pas que la sienne en ait été tant que cela affectée. Même s'il n'aimait pas lui non plus cette idée, il fallait bien l'avouer, mais là n'était pas le sujet. Fraîchement libérée, sa pression spirituelle se mit à augmenter. Comme s'ils étaient au beau milieu de l'océan et que le niveau de l'eau était en train de monter...
— T'es prêt ?
Tout de noir vêtu, l'ex-Quincy était semblable à l'ombre de la mort. Se tenant au coeur de tout ce sable blanc, on le repérait de loin, et ceux qui croyaient que ce serait pour lui un handicap n'avaient définitivement rien compris. Ce n'était pas son genre de se cacher, au contraire. Son style vestimentaire lui permettait d'être toujours aussi visible que faire se peut dans ce monde immaculé et enjoignait ainsi ses vis-à-vis à lui foncer dessus sans plus se poser de question. Et c'est à cet instant précis que leur sort était scellé, que leur destin était écrit. En lettres de sang bien évidemment. Qu'ils viennent ! Il les attendait de pied ferme. Attaquer en traître, ce n'était définitivement pas fait pour lui. Il préférait de loin dominer la partie, écraser son ennemi de sa pleine puissance jusqu'à ce qu'il n'en reste que des cendres. Sa force faisait sa fierté, ce n'était pas en se cachant qu'il la mettrait en avant.

Comble de l'allégresse, le candidat du jour semblait bien parti pour partager cette politique.
— Cero. moins un cri de guerre qu'un avertissement.
Sans aucun signe avant-coureur, un Cero se forma au niveau de sa pomme d'Adam. Sans qu'il n'ait eu pour cela à tirer les mains de ses poches où il les avait fourrées un instant auparavant. Qu'il se débrouille donc avec cela pour commencer. En sa qualité de Segunda Espada, rompu à l'usage des techniques spirituelles et ce même alors qu'il faisait encore partie de son ancienne « race », produire ce genre de faisceau était aussi naturel que de respirer. Il n'avait en tout et pour tout eu besoin que d'une fraction de seconde pour le former et tirer, sans s'attarder sur sa préparation. Ce n'était qu'un avant-goût de ses vraies capacités, mais son celui qui était bien parti pour être son futur nouvel ami aurait ainsi un aperçu du degré de maîtrise remarquable auquel il était parvenu. Le rayon avala la distance qui les séparait en un éclair, ne lui laissant que peu de marge pour l'esquiver...


_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Journée de merde [Dark]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Journée de merde [Dark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Journée de merde [Dark]
» PAST | Journée de merde [PV : Damien]
» Une journée en Afrique
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-