AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Sauvez la Reine ! [Marshall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Lun 9 Sep - 4:09

S’était-elle surestimée? Alors que son corps pouvait répondre un oui à cette question, son orgueil refusait de se croire inapte à terminer ce qu’elle avait commencé. Il devenait évident par sa respiration qu’elle manquait d’énergie, et ses mains qui alternaient la prise du Zanpakuto qu’elle maniait avec brio ressentaient peu à peu les contrecoups de ce combat acharné, menaçant d’une minute à l’autre de lâcher toute poigne à la garde, ce qui la mènerait dans de beaux draps. Ses combinaisons où se suivaient parades et contre-attaques gagnaient en lenteur, au point qu’il arrivait parfois de passer à un cheveu d’être blessée. Concentrée à maintenir la cadence, elle n’avait point le temps de jeter un œil sur les derniers survivants, mais au vu de la durée de cette mêlée générale, la fin n’allait certainement guère tarder à poindre.

Comment s’était-elle empêtrée dans une pareille situation, où le combat mettait en exergue les talents de Lili qui faisait cavalière seule contre une armée d’Adjuchas? C’était bien simple, elle les avait tous provoqués sur son chemin, et la stratégie à vouloir en faire un amas avait tellement bien fonctionné qu’elle avait douté de sa survie aux prémices de cet affrontement. Ils avaient fait légion avant même que cela ne débute, s’amassant jusqu’au point d’encercler la jeune Arrancar qui n’avait trouvé aucun moyen de s’échapper en catimini. Maintenant qu’il n’y avait eu aucun moyen de faire demi-tour, elle n’avait eu d’autres choix que de se battre comme cela avait été planifié, à l’exception seulement que tous les Hollows ici présents avaient fini par perdre le sens du combat et s’étaient montés l’un contre l’autre. Ce qui devait être un individu contre une masse de monstres était devenu une mêlée générale à laquelle Lili dominait tout au long.

Maintenant, « pourquoi » était peut-être l’interrogation la plus intéressante à démystifier, car quelle femme sainte d’esprit oserait une pareille initiative alors étant dénuée de toutes intentions suicidaires? Lili, qui ne souhaitait nullement signer sa mort au moment des faits, avait simplement voulu mettre de l’avant sa maitrise du katana qu’elle avait perfectionné depuis ces dernières années. Réputée à n’être qu’une tanche à ce niveau, faire preuve du contraire face à de nombreuses chimères représentait fort probablement la meilleure façon de briser ces rumeurs, transformant ces vérités en faits révolues. Grâce aux ouï-dire qui prendraient naissance à la fin de ce combat – si tant est qu’elle y survive –, le Yermo tout entier entendra parler de ses exploits en plus de la craindre. Peut-être cela parviendra-t-il aux oreilles d’Aizen, qui regrettera soudainement de ne pas l’avoir considérée à sa juste valeur. Ce qui ne faisait plus un pli, c’était qu’elle en avait fait du chemin, la blonde!

Néanmoins, forte de son expérience, elle mit très peu de temps à gagner en confiance, et en voilà le résultat : elle faiblissait misérablement alors que quatre ou cinq Adjuchas étaient toujours debout. Les autres s’étant pour la plupart entre-dévorés, cela lui avait donné un large coup de pouce. Quoi qu’il en soit, les derniers survivants semblaient davantage intéressés par elle que par leurs congénères, ce qui la forçait à les mettre au sol par ses propres moyens au lieu de compter sur leur tendance au cannibalisme. Alors qu’elle en repoussa un du talon, c’est sous la forme d’un hurlement audacieux qu’elle tonitrua à s’en fendre les poumons :

— PRENEZ-EN DE LA GRAINE, BANDE DE GLANDS !!!
Charmante prestation ayant tôt fait d’énerver les trois derniers Adjuchas restants qui ne tardèrent pas à charger à l’unisson sur cette proie arrogante. Un magnifique enchainement de coups portés via la lame incisive de son katana réussit à les mettre au sol en un rien de temps, aidée surtout par cette énergie nouvelle qui venait d’exploser en elle à la vue de cette fin tant attendue. Dès que les carcasses vinrent joncher la mer de quartz, Lili, triomphante, pu enfin prendre une grande bouffée d’air, courbant de l’échine, les mains appuyer sur ses cuisses, à la recherche d’un peu d’air pour réparer cette respiration saccadée. Derrière elle, une ombre s’élevait en catimini, et le sifflement d’une lame scindant l’air parvint trop tard aux oreilles de la victorieuse. Lorsqu’elle lorgna par-dessus son épaule, elle y vit un dernier survivant qui abattait à vitesse imparable une lame. Était-ce la fin?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Rang : ♠ Segunda Espada ♠

Messages : 15
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Mar 10 Sep - 19:46

La journée sans fin continuait entre les murs de Las Noches, sous ce ciel artificiel qu’il était obligé de se coltiner. Ayant accédé à l'empire du nouveau Rey, il se devait de rester près du pouvoir à l’intérieur de cette nécropole et ses petites incursions en territoire humain commençaient à lui manquer, indéniablement. Ses mouvements étaient libres, mais trop s’éloigner du Monde Creux l’exposait au ressentiment de ce chef mystérieux, l’arrancar en était conscient. Rater une convocation était signe de calvaires à venir et Marshall restait donc entre les murs blanchâtres sans vraiment rien faire dans l’attente d’une mission croustillante, allant même jusqu’à apprendre les cartes aux serviteurs. Sa version du « strip-poker » se déclinait sous une autre forme ici, et le perdant se voyait ôté d’une partie de sa chair. Ça l’amusa un court moment, jusqu’à qu’il se décide enfin à mouvoir sa carcasse vers un lieu moins lugubre, quitte à s’éloigner du palais comme il aimait à le faire. Sans peur ni réelles appréhensions, il attrapa un de ces costumes de manufacture humaine puis l’enfila.

Trainant la patte à travers les couloirs dénués de toute forme de vie, il fut bientôt rendu à la lisière de l’étendue sablonneuse qu’il foula allègrement sans vraiment de destination. À la recherche de toute chose pouvant le sortir de cette accalmie presque léthargique, cette torpeur l’empêchait d’aller éradiquer des shinigamis ou encore d’autres hollows. Tout ce que recherchait le Vasto Lorde, c’était de quoi pimenter un peu son existence.

Le Yermo était incroyablement grand et pour un cas comme lui qui ne s’était jamais entiché de développer son sens de la filature une fois le dernier seuil passé, il était ardu de repérer quelque chose ou quelqu’un semblant valoir le coup. Malgré tout, son souhait fut exhaussé à la vue d’un arrancar au visage à moitié recouvert de l’écrin hollow. L’étrangeté le fixa pourvue d’un sourire ambigu, tout en continuant de s’approcher de notre protagoniste. Son congénère ne lui paraissait pas avoir d’intentions hostiles, ni même un Reiatsu sortant de la norme. Rien de dangereux en somme, mais assez mystérieux pour attiser sa curiosité.
    Oh’yô face de merlan frit, dépêche de m’indiquer Las Noches. J’suis pressé, m’fait pas perdre mon temps.

Un rictus dédaigneux s’afficha sur le faciès jusqu’alors similaire au marbre. Marshall exécrait les personnes de son genre, mais il était dans un bon jour et passa outre le qualificatif peu flatteur pour pointer du doigt la direction du castel. L’ignorant portait sur le biceps un numéro à deux chiffres, signe de son ex-affiliation à Aizen et prouvant qu’il n’était encore qu’un ‘gringalet’ sûrement gillian lors de la rupture de son masque. L’affronter revenait à une perte de temps, un pigeon comme proie pour un loup, en somme.
    J’ai une question, moi aussi. N’as-tu pas aperçu quoi que ce soit qui vaille le coup d’être observé pendant ton séjour dans les terres plus reculées ?

Du même temps que sa prose assaillit l’oreille du plaisantin, l’énergie spirituelle du futur Espada fit saisir à son interlocuteur l’importance de sa personne. Sa forme humaine et cette émanation oppressante ne trompaient pas, et s’arracha bien vite l’air supérieur que le Nùméros arborait. Se rendant compte de son erreur, il toussota avant de répondre respectueusement.
    J’ai bien vu une femell... Une femme, qui se hâtait avec une troupe d’Adjuchas lui courant après, mais c’est tout...

Haussant le sourcil, sans émettre la moindre repartie, Marshall reprit la route vers l’endroit indiqué d’un mouvement tremblotant par le sous-fifre. L’histoire de cette damoiselle pourchassée l’intriguait, et il n’en fallait pas plus pour le mettre sur cette piste. Non pas poussé par le syndrome du prince charmant voulant sauver sa belle, le hollow se targuait seulement d’une vacuité difficile à combler. Voir quelqu’un se faire dévorer ou encore se battre était mieux que végéter dans le Yermo, après tout.

Les informations données par sa précédente entrevue furent finalement fondées. Assit sur ses talons, le hollow observait du haut de sa dune une arrancar dansant entre les bêtes à grands coups de sabre. Il eut même le plaisir d’entendre la voix de la présumée Vasto Lorde, retentissant avec un vocabulaire fleuri dans le vide du Hueco Mundo. Peu après, elle avait terrassé ses derniers ennemis. Se relevant pour s’approcher d’elle, il eut la surprise de trouver un de ces animaux prêt à abattre son bras difforme et effilé vers une cible l’ayant peut être remarqué un peu trop tard.

D’un Sonidô exécuté à vitesse plus que remarquable, il s’interposa entre le coup et le destinataire, le Hierro de sa peau étant bien suffisant pour stopper la tentative d’assassinat sournoise. De son autre main, il dégaina son Zanpakutō et trancha sans autres formes de dialogue ce qui servait de crâne à la chose. L’affaire réglée, il se tourna vers la blonde sans vraiment afficher quelconque émotion, rengainant Vándala dans son fourreau pourpre après avoir essuyé le sang perlant sur le fil à même la chair de sa précédente victime.
    Ton quotidien ne doit pas être des plus enthousiasmants pour que tu t’adonnes... à ce genre d’activités.

Un demi-sourire s'incrustant entre ses lèvres, il ne s'attendait à rien de précis debout au milieu de ce mausolée de quartz.


[C'bof, désolé. ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Mer 11 Sep - 4:40

Interceptée in extremis, la lame ne frappa non pas Lili qui avait d’ores et déjà renforci son Hierro pour prendre le coup de plein fouet, mais une silhouette qui s’interposa sans introduction aucune entre les deux derniers combattants de cette tuerie sanguinaire, cela tout en mariant cette habile interception à un magnifique contrecoup qui propulsa la tête hors de son socle. Une dizaine de clignements d’yeux de la part de la jeune Arrancar qui avait un certain mal à comprendre les origines de cette arrivée providentielle, en plus d’un silence et d’une paralysie qui trahissaient à eux seuls la confusion issue de cette situation particulière, la durée de ce stoïcisme involontaire éliminant le dernier doute quant à l’étonnement de la blonde. Et alors qu’on crut entendre quelques propos décousus, elle retrouva d’un coup brusque tout son aplomb et se redressa en un rien de temps de toute sa hauteur, une expression dédaigneuse figée sur son visage nouvellement animé :

— Qui t’a permis de toucher à ma cible?! Hein? T’avais-pas-à-faire-ça!
Un doigt tapota à vitesse folle sur la poitrine de son interlocuteur, tandis que sa dextre s’appuyait sur sa hanche pour ajouter un peu de crédibilité à ses réprimandes. En dépit des apparences, cette petite prestation n’était qu’une colère feinte pour dissimuler avec plus ou moins de succès sa fierté légèrement abimée par ce coup de pouce plus que salvateur. Sans la présence du quidam, elle n’aurait probablement jamais pu se relever, ou sinon elle en aurait décousu, peu confiante vis-à-vis son Hierro de qualité moindre. Admettre qu’on lui ait sauvé la peau allait au-delà de son orgueil, et prendre ainsi les devants sur la discussion était sa façon pour elle de lui signifier qu’il était hors de questions pour elle de ne pas le tarir d’éloges. Elle espérait dorénavant que le message était clair, message soit dit en passant appuyé d’un regard noir.

Abandonnant sa comédie aussi vite qu’elle fut introduite, elle fit mine de le reluquer de la tête au pied sans y cacher son mépris. Elle ne l’avait jamais croisé à la Citadelle du temps où elle faisait partie des pions d’Aizen, mais cette constatation ne repoussait en rien l’hypothèse qu'il faisait partie de l'armée. Quant à se méfier de cet intrus, quand bien même ça lui faisait mal de le dire, son geste héroïque prouvait en quelque sorte qu’il n’était pas là pour lui porter atteinte. Il s’agissait à tout casser d’un simple Arrancar qui vagabondait dans les alentours et que les bruits avaient attiré. Quoi qu’il en soit, il tombait pile-poil au bon moment pour l’étape numéro deux de sa stratégie : répandre la nouvelle qu’elle avait éliminé tous ces Adjuchas par sa seule volonté, et de surcroît seule.

— Je te préviens, que tu m’aies aidé ne te donne pas le droit de me regarder de haut! Admire tous ces cadavres! Ceci est mon œuvre! Je les ai tous massacrés un après l’autre, et cela sans que je ne reçoive une seule égratignure. Tu raconteras cette histoire à tous, et tu la nommeras l’ « Exploit de la redoutable Han Lili »! Tu seras mon messager, tu répandras cette Bonne Nouvelle, celle que le désert doit craindre une nouvelle menace : MOI! Compris?
Mettre une couche de trop relevait de ses cordes. Mensonge après mensonge, c’est ainsi qu’elle s’était forgée aux yeux de ses anciens camarades de Las Noches une réputation digne de son comportement. Hypocrite à souhait, fortement en manque d’attention et en quête désespérée de reconnaissance, sa dévaluation aux yeux d’Aizen l’avait poussée à déserter pour devenir meilleure, et c’est ainsi qu’elle avait atteint ce niveau. Dans bien des domaines, elle avait fleuri. L’épée étant la compétence à laquelle elle excellait le mieux, il va sans dire aussi que ses déplacements avaient gagné en vitesse, tout comme elle avait fortement évolué en termes de pouvoir. Elle n’était plus la fragile combattante effrayée d’antan, et l’homme en face d’elle allait donner très bientôt naissance à des rumeurs, qui deviendront plus tard, après enquête, des faits véridiques. Elle sera crainte par tous!

— Mon… quotidien? Mon quotidien se résume à des batailles éreintantes de la même trempe que ce que tu as pu voir! À côté de cela, ta vie doit être minable et sans intérêt. Si. Si. D’ailleurs, comment tu t’appelles, que je sache le nom de celui qui répandra la Bonne Nouvelle?
Généreuse comme elle était, Lili avait dans l'idée de le récompenser pour ce qu'il fera, à défaut de vouloir admettre sa dette pour lui avoir sauvé la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Rang : ♠ Segunda Espada ♠

Messages : 15
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Mer 11 Sep - 20:55

    Je n’ai pas eu la chance de voir quelconque panneau indiquant que tout ce qui se trouve dans les parages est soumis à la loi de ta lame. De ce fait, mon geste semble légitime.

La demoiselle tactile, elle appuyait maintenant un doigt accusateur sur son poitrail. Jaugeant insolemment mais surtout de plus près la source de cette agitation, son sourcil se levait peu à peu. Une petite blonde qu’il surplombait d’au moins deux têtes, comme dérangée dans sa fierté qu’un individu lui ait apporté un tant soit peu d’aide. Son regard se soumit à la même manœuvre que celui de Marshall, qui ne manqua à émerger un paquet dont il sorti une cigarette nonchalamment pendant qu’elle se mit à parler. Il fut plus qu’interloqué par ses propos, car voilà qu’elle voulait soudainement faire de lui l’émissaire pour prêcher la bonne parole à son égard. L’avait-elle prit pour un vulgaire hollow colporteur de nouvelles ? Fermant le capuchon de son zippo qu’il glissa dans sa poche, il continuait de laisser plonger son regard dans le sien, sans afficher aucun mouvement synonyme à une émotion quelconque.

Il se demandait à quel point cette femme était naïve, auquel cas croire qu’un Vasto Lorde de sa caste pouvait se vouer à colporter des ragots et des palabres en était pour lui une preuve. Au moins, il avait obtenu son nom, dans ce début de prise de parole. Han Lili. Prenant note de ce fait, l’arrancar la laissa parler pendant qu’il s’occupait à consumer le tabac par grosse bouffée. Visiblement, Lili avait elle aussi atteint le dernier stade de l’évolution, en faisant un candidat parfait à l’offre de son temps libre.

Son interlocutrice avait l’air de rechercher ce qui s’apparentait à de la notoriété, à l’exact opposé de ce que se prescrivait le Fetherstone. L’ombre lui convenait en l’état, et il en valait sûrement de même pour elle. Toutefois, sa discussion avec le Nùmeros de tout à l’heure suffirait sûrement à apaiser la faim de reconnaissance de la demoiselle, quand il lui annoncerait, cela va de soi.

    Ce n’est pas dans ma nature de m’occuper de ce genre de tâches. J’ai le regret de te dire que la bonne nouvelle ne sera pas transmise par ma personne. Ordonne donc ça à ceux de l’acabit que tu as rossé. Il marqua une petite pause, guettant la carcasse de celui qu’il avait décapité. Sans une égratignure, hein ?

Sarcastique comme à son habitude, il jeta son désormais mégot d’une pichenette. Soufflant les dernières vapeurs de nicotine, il s’attarda quelques secondes à lorgner ses courbes. Beaucoup d’arrancars féminins étaient enlaidies par les protubérances, mais elle n’avait visiblement pas à souffrir d’une de ces tares. Elle portait même une tenue autre que celle commune à la race, preuve d’une certaine liberté d’esprit qu’il partageait.

Reprenant, elle lui expliqua que sa vie était constituée de beaucoup de belligérances dans ce style, et que la sienne était sûrement dénuée d’importance. Logiquement, elle lui demanda son nom après tout ce joli discours que Marshall écoutait en s’interrogeant de bien des façons. Une si frêle enveloppe pouvait donc contenir tant d’amour pour la guerre elle-même ? Il lui semblait évident qu’elle était arrancarisé, il était donc impossible que ce soit simplement pour se nourrir. Il aimait à s’exercer dans cet art lui aussi, mais de simples Adjuchas semblait à ses yeux comme un bien fretin menu. Passant le bout des doigts sur sa mâchoire, l’air ailleurs, il se mit à faire quelques pas, toujours dans les alentours d’où se tenait la future Quinta. Regardant vers la pseudo lune contrastant à la pâleur de cette nuit continue, il fit résonner sa voix, encore une fois.
    Car l’intérêt se trouve à éradiquer ces imitations de hollows ? As-tu déjà combattu un shinigami ? N’est-ce pas bien plus attrayant que ces choses dénuées d’intelligence ? Son pied vint frapper l’arrière de la tête du guillotiné pour l’envoyer faire un vol plané vers une dune proche. Marshall Fetherstone, c’est mon nom. Enchanté de te rencontrer, Han Lili.

Un petit sourire presque poli greffé sur son minois, il paraissait froid comme un serpent, sa politesse tranchant avec cette empathie presque fausse. Continuant son errance, il ne semblait pas vouloir quitter les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Jeu 12 Sep - 2:11

Si l’un extirpait un paquet pour en fumer une, l’autre imita son geste au même instant à la différence que ce fut une sucette qu’elle fourra dans sa bouche, sans se départir un instant de sa concentration, reluquant sans aucune gêne le personnage de pied en cap, amusée par l’apparence atypique davantage familière aux humains. Au moins les deux acteurs partageaient un point en commun si on se fiait à leurs habits qui, autant le dire, ne partageaient rien avec les pyjamas blancs dans lesquels se trémoussaient la plupart de leur rang. Mais qu’à cela ne tienne, cela ne les rendait aucunement meilleurs amis, même que Lili lui reprochait d’ores et déjà le sarcasme qu’elle avait perçu lors de sa première tirade. Néanmoins, en dépit de sa désapprobation en ce qui avait trait au ton et à l’attitude qu’il avait à son égard, elle en faisait fi, pour la simple et bonne raison qu’elle était d’humeur sociable aujourd’hui. En cas contraire, il n’aurait pu placer un seul mot, et n’aurait jamais pu s’allumer tranquillement une cigarette, faute de n’avoir une tête sur ses épaules.

En plus d’une tenue vestimentaire qui encourageait la connaissance, force était d’admettre que son interlocuteur était nanti d’un physique pour le moins intéressant, si on prenait compte de ses traits qui n’étaient pas pour lui déplaire, en plus d’un corps musclé et à croquer. Encore fallait-il lui enlever l’air dont il s’affublait pour être parfait. Malheureusement, plus il parlait et plus l’irritation enflammait à petit feu le calme qu’elle s’évertuait à conserver. Il avait de la chance de ne pas être une de ces créatures hideuses qui jonchaient le sol, car il les aurait rejoints sans aucune cérémonie. Le sarcasme dont était teinté le moindre propos avait de quoi énerver légèrement Lili, mais celle-ci conservait son sang-froid, pour peu qu’il ne pousse le bouchon trop loin. Après tout, elle n’allait pas gâcher l’un des rares chefs-d’œuvre que la nature eut fait.

Que ce dernier ne veuille prêcher la bonne nouvelle, elle n’allait pas se froisser pour si peu. C’était par ailleurs complètement prévisible, lui qui n’exhalait pas la même aura que les microbes dont elle prenait comme cible de coutume. Celui-ci n’acceptait pas qu’on lui dicte ses tâches, et encore moins des obligations de bas étage qui ne seyaient aucunement à un homme de son envergure. Mais… quelle envergure? Car avoir belle-gueule n’équivalait en rien à un personnage de haute importance et Lili était peu convaincue qu’il puisse occuper un rang, l’absence de tatouage allant dans le même sens que cette hypothèse. Mais elle n’éloignait pas non plus la possibilité qu’il soit de la même trempe qu’elle : un guerrier né pour dominer, mais choisi pour servir. Elle se promit même de mettre en lumière ses soupçons au fil de cette conversation.

Alors que les précédents dires de son vis-à-vis n’avaient pas su dérober l’attention de Lili rivée sur son examen, ce fut sa dernière tirade qui la fit arquer un sourcil, en plus d’attirer son regard jusqu’au sien. Mettait-on en doute avec audace ses aptitudes? C’était du moins ce qu’elle crut deviner à travers les paroles du susnommé Marshall, et c’est en le fusillant brièvement de ses yeux bleus qu’elle lui fit comprendre qu’elle n’appréciait pas ce genre de propos à son égard. Elle n’était pas n’importe qui. Elle était une Reine, et s’il fallait prouver sa valeur, alors elle trouverait bien un zeste d’énergie restant pour dégainer son épée et lui prouver au fil de sa lame qu’elle est apte aussi à découper du gros gibier, si tant est qu’il était bel et bien un gros gibier comme elle soupçonnait. Rapidement, elle retrouva une attitude hautaine en vue de répondre d’un ton anodin :

—Les Shinigamis?! Facile! J’me les fais les dimanches et lundis seulement. J’en fais des brochettes avec une seule main, si tu veux tout savoir. T’auras qu’à m’accompagner la prochaine fois, si t’as la dalle.
Puis abandonnant sa comédie le temps d’un instant, elle passa aux questions un peu plus sérieuses tout en commençant à faire lentement le tour complet du personnage en vue de jauger un peu de la qualité de ce morceau de viande. Une fois terminée, elle se postait à quelques centimètres seulement de lui, le bâtonnet de sa friandise coincée entre ses lèvres rosées.

— T’es quoi au juste? Tu empestes le chien, comme ceux affiliés à Aizen. Pas de tatouage de prime abord, une confiance un peu trop grosse pour n’être qu’un vulgaire microbe, un sarcasme mis en exergue à l’égard d’une puissance telle que moi sans peur aucune, une assurance amusante, et une gueule pas si mal… T’es une pâle copie de moi en fait, à la différence que je suis plus belle et plus forte.
Elle jouait la carte de la provocation, visiblement. Son regard étincelait d’un amusement malsain, alors que ses lèvres s’étiraient pour former un sourire goguenard. S’éloignant lentement de lui, elle se pencha au-dessus d’un Adjuchas toujours en vie, gisant au sol. Ce dernier avait le corps presque scié en deux, mais parvenait à se mouvoir avec faiblesse. Après quelques secondes à le contempler souffrir en silence, son pied vint rejoindre son crâne fragilisé par l'importance blessure, et de son talon seulement, elle l'écrasa avec facilité. Le sang qui vint souiller le quartz d'un carmin vif, le bruit de l'os rompu avec sécheresse, et surtout la tranquillité des lieux certifiaient qu'il n'était plus... Pauvre vermine, n'est-ce pas?

[Désolée j'ai du mal ce soir x.x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Rang : ♠ Segunda Espada ♠

Messages : 15
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Jeu 12 Sep - 18:13

Visiblement, la prose de l’homme avait eu l’effet escompté. Sa partenaire se prévalait d’un air renfrogné, n’hésitant pas à lui jeter le genre de regard qu’il connaissait bien. Parangon de fierté véritable, il trouvait ça presque puéril qu’elle s’inquiète autant de la connaissance de ses divers talents. La race Hollow était à l’image de celle dont elle découlait, au point même de pousser cette immersion dans le péché. Après tout, si ‘l’Enfer’ décrit dans la bible était quelque part, c’était bien au Hueco Mundo. Pour un manichéen comme Marshall, cela lui paraissait une bonne représentation du bien et du mal, allégorie non retrouvée entre deux personnes de ce palier. Être un Vasto Lorde signifiait la façon de l’évolution pour y parvenir, et donc le mal dans une de ses formes les plus primaires. Loin d’être plus amnistié qu’elle, il n’en restait pas moins hébété que l’apparence se liait avec un mental très différent de sa première expression. Lui qui aimait le répondant, il allait avoir droit à une jolie démonstration.

Elle lui cita alors une de ses plages horaires de chasse shinigami, si tant est que ce ne soit pas une boutade impliquant son plaisir à les supprimer, tout simplement. La fin de sa phrase se joignit même d’une pseudo-invitation au rabattage des hommes en robe de chambre. Ça lui arracha un rictus bien dessiné, à savoir si c’était à cause de ce mandement ou à la pensée de déchirer la chair de ses antagonistes préférés. D’un regard sur sa montre qui ne marchait plus depuis des lustres, il se souvint que le jour de la semaine lui était effectivement inconnu, comme toute notion de temps.

    Intéressant, je ne suis effectivement pas contre une petite virée de temps en temps, ça n’peut faire que du bien, même si ce n’est pas la faim qui me pousse à agir ainsi. Un autre plaisir, oui..

Acquiesçant à ses propres propos pendant qu’il raccrochait encore à son bec une cigarette, son regard de se reposa lentement sur le faciès de Lili, qui se mit à bouger comme il l’avait fait précédemment. Tout loisir lui fut de lorgner le personnage en détail, pendant qu’il mettait le feu au tabac. Elle se préférait aux sucettes, ce qui lui évoqua rapidement une pensée sarcastique qu’il garda pour sa personne. Pendant qu’elle s’approchait, l’homme à la chemise blanche n’eut de cesse que de soutenir son regard alors que la protagoniste s’aventurait à quelques centimètres de lui. Il pouvait sentir l’odeur de sa friandise de là où il était, en même temps que la bouche de la blonde se laissait à émettre un discours peu appréciable.

    Je suis effectivement comme toi, dans le sens où j’ai accédé au statut d’Arrancar. De là à faire de moi un chien d’Aizen, je ne pense pas. Il m’a aidé dans mes affaires, j’apporte le minimum dans les siennes. Puis qui t’es d’abord, hein ? J’te trouve bien impétueuse pour te considérer plus forte que moi, Han Lili. Comme tu l’as évoqué, tu ne sais rien de moi, et ça pourrait se montrer dangereux de tenir de tels propos à l’égard de ma personne. Pour le reste, je n’peux pas nier que t’as un certain... ‘Charme’ ?

Finissant de parler alors que la demoiselle s’évertuait à finir le travail bâclé sur un de ses congénères, le brun soupira à la vue du sang qui avait bien faillit tâcher son costume. Il ne ressentait aucune pitié pour ce sous-être dont la matière cérébrale exsudait lentement. C’était l’apanage des vivants que d’éprouver cette sorte de sensation, laissé derrière lui depuis longtemps, et c’est nonchalamment qu’il jeta son mégot dans la petite flaque de sang, la fraise crépitant au contact du liquide.
S’approchant doucement de celle dont le talon était teinté d’hémoglobine, il lâcha doucement à destination de la Vasto Lorde quelques mots, ses pas foulant le sol dans sa direction.

    Il vaut mieux se méfier de la bête qui fait le moins de bruit, tu sais...

Un sourire carnassier adjoint à son faciès, il la frôla sans choc tout en continuant de marcher. Il s’était arrêté quelques instants pendant sa phrase, puis avait repris son acheminement. Sur quoi allait découler cette conversation, il n’en savait rien et Marshall en émanait même du contentement. C’était bien plus agréable que ce qu’il avait à se mettre sous la dent dans le palais de la Nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 225
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Sam 14 Sep - 4:31

Plus la discussion avançait et plus nombreux étaient les points en commun les unissant. Ce n’était pas tant une constatation qui faisait plaisir à Lili, mais force était d’avouer qu’elle trouvait le personnage bien plus sympathique maintenant qu’elle avait établi ces faits. Après tout, il était loin de ressembler aux nombreux microbes qu’elle avait croisés et qui, malgré leur forme d’Arrancar, n’avait soulevé aucun intérêt à ses yeux, ce qui les avait inéluctablement menés à leur mort – du moins pour la plupart. Une rencontre de ce type se faisait rare en ces lieux où la plupart des êtres vivants s’apparentaient davantage à des monstres qu’à des humains avec qui converser, et autant dire que sa compagnie allait altérer la solitude qui lui pesait depuis sa désertion.

Qu’il avoue ne pas trouver goût dans la gastronomie Hollow ajoutait un peu de charme à ce personnage de prime abord complexe. Non que Lili reniait avoir déjà mis sous sa dent la chair d’un de ses congénères, mais cela ne faisait pas partie du maigre lot de souvenirs heureux qu’elle conservait de ses années de errance en tant qu’Adjuchas, peu encline de ce fait à vouloir partager cette anecdote. Après tout, n’importe quel Arrancar qu’elle croisait avait probablement eu un passé lourd de ces repas infects, mais ce qui la différenciait de ses pairs était qu’elle avait mis un terme à cette activité le plus tôt possible. Évoluer grâce au cannibalisme était une nécessité, maintenant qu’elle pouvait le faire sans s’obliger à cette nourriture, il n’y avait plus aucune raison de se soumettre à ce supplice.

Le plaisir qu’il évoquait vaguement était sans nul doute celui issu du passe-temps à dégommer du Shinigami. Ce n’était à dire vrai aucunement surprenant. Lili considérait que cette cruauté envers les Dieux de la Mort était ancrée à même leur nature. De la même façon qu’un enfant qui prend plaisir à assassiner toute une colonie de fourmis, les Hollows étaient attirés vers ces êtres gorgés d’énergie spirituelle, et en plus de s’en nourrir – du moins pour la plupart –, ils tiraient un amusement certain de cette activité sadique. Quoique Lili ait menti quant à sa plage horaire, il n’en demeurait pas moins qu’elle adorait rencontrer fortuitement un Shinigami lorsqu’elle se baladait dans le monde réel, n’hésitant pas une seconde à s’opposer à ces adversaires de taille. Jamais elle n’avait perdu jusqu’alors. Peu convaincue que cela puisse advenir un jour qu’ils se dressent côte à côte face aux Shinigamis, elle garda néanmoins en souvenir son consentement, sans trop espoir toutefois.

Sa botte était souillée du sang de cet insecte. Maintenant qu’elle avait terminé le travail en bousillant avec minutie le crâne de sa pauvre victime, elle frotta son pied contre les minces tissus qu’il portait en espérant enlever le plus gros du liquide de carmin vif. Satisfaite en dépit des dernières taches fortement apparentes sur la blancheur que revêtait sa botte, son regard retrouva son congénère à quelques millimètres d’elle, libérant une phrase portée presque jusqu’à ses oreilles tel un secret, avant qu’il ne poursuive sa route. Quelques secondes suffirent à Lili pour réfléchir sur cet avertissement, avant qu’elle ne gambade derrière lui jusqu’à revenir à son flanc, participant de ce fait à cette promenade au cœur d’un désert plutôt…désert.

— Tu sais. C’est pas parce que je parle toujours et que je cris sans cesse qu’on doit pas se méfier de moi. Tu as bien vu ce dont je suis apte. Tes menaces, tu peux donc te les carrer où je pense, parce que si je dois avouer qu’il n’y a pas besoin d’avoir le sens de la détection bien aiguisé pour comprendre que tu n’es pas un usuel Arrancar, il demeure que je ne suis pas non plus n’importe qui.
Réfléchissant à ses paroles tout en trottinant aux côtés de son interlocuteur, elle était elle aussi munie de calme, malgré cette expression puérile fusionnée à son visage qui la rendait presque aussi innocente qu’une gamine. Son attention se perdit un moment vers l’olympe, nantie d’une noirceur infinie. Qui était-elle réellement, si ce n’est un Nùmeros sans histoire, sans importance, qui cherchait en vain un moyen de se faire voir à sa juste valeur? Incapable de trouver une réponse qui sache la satisfaire, elle préféra non pas s’attarder sur son pauvre présent, mais plutôt sur son avenir prometteur que sa volonté forgeait peu à peu pour devenir réalité.

— Enfin… J’ai pas déserté Las Noches pour bien longtemps. Je compte bientôt affronter une des Lames de Aizen pour lui prendre sa place. Je sais que j’en suis capable. À ce moment, lorsque j’aurai réussi, il devra admettre qu’il s’était depuis tout ce temps trompé. Donc tu t’adresses à une future Espada, et plus spécifiquement à la prochaine Sexta!
Ses yeux brillaient d'une détermination implacable que rien ne pouvait éteindre. Elle avait en projet de retourner au Palais Blanc, et elle savait d’ores et déjà qui affronter pour lui dérober son siège : Grimmjow. La sixième Lame l’avait suffisamment charriée sur le grade qu’elle occupait en plus de ses maigres aptitudes, mais maintenant qu’elle s’était dévouée au dur labeur que représentait l’entrainement, elle était prête à clouer le bec à cet impertinent. Fini l'époque où elle n'était vue que comme une gêne aux yeux d'autrui. Sa réflexion se poursuivit à voix haute sans qu'elle ne s'en rende réellement compte :

— J’sais pas comment tu fais pour tolérer n’être qu’un vulgaire pion à ses yeux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1923-hel-uc#15712

avatar
Rang : ♠ Segunda Espada ♠

Messages : 15
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   Dim 15 Sep - 22:18

Encore une fois, son parlé avait eu l’effet d’une étincelle sur de la poudre à canon. Quand il lui avait laissé penser que peut-être il était plus puissant qu’elle, Lili ne s’était pas démontée en exposant les faits au futur Segundo. La Vasto Lorde avouait donc que Marshall n’était pas du bétail commun, mais sa fierté habituelle liée avec son langage fleuri n’étaient jamais très loin. N’ayant pas envie de se carrer quoi que ce soit il garda affiché ce petit sourire en coin, signe de son amusement pendant qu’elle revenait à ses côtés, finissant sa phrase.

La marche continuait, le grand brun les mains dans les poches se laissant à penser aux précédents propos de la demoiselle. Il se défiait à vrai dire de tout ce qui avait un souffle de vie, et elle était logée à la même enseigne. Du même genre que lui, il ne remettait pas en jeu les capacités de la blonde, même si ce complexe de supériorité le poussait à se penser au-dessus de tout. Des menaces ? Non, ce n’était que la stricte vérité. Se méfier de l’eau qui dort, car elle peut renfermer bien des surprises.

La jeune femme vêtue de blanc se mit à lui dévoiler un peu plus ses ambitions, comme si elle n’avait rien à craindre de lui. Devenir une Espada lui semblait donc le meilleur choix de carrière possible, et pas des moindres. Il lui fallait terrasser la Sexta, cet énergumène à la tignasse bleuâtre que Marshall exécrait au plus haut point. Condensé de vanité et d’égo, se tenir loin d’un tel cas plutôt que de l’affronter semblait plus avantageux pour l’ancien Loup. En aucun cas un manque de confiance dans ses capacités, se mettre en lumière n’était pas dans l’ordre du jour. Son individualité présentant une prédisposition à la vie en solitaire, la laisse des Lames ne le séduisait pas plus que ça. A vrai dire, elle était bien trop bavarde et si le bougre se révélait avoir de mauvaises intentions ou une responsabilité dans l’armée d’Aizen, elle venait de se trahir. Mais il en était tout autre.
L’homme avait une opinion déjà faite des têtes pensantes de Las Noches, qu’il trouvait réfutables. Après tout, des shinigamis dirigeant le Hueco Mundo, qu’est-ce qui pouvait être plus anormal ?

Sa partenaire de discussion affichait un air convaincu par ses propres paroles, émanant d’une profonde volonté de s’accomplir. Même le stade de l’Adjuchas passé, il fallait croire que cette espèce était inévitablement attirée vers l’évolution. Marshall aussi, d’une façon bien différente. De grands projets exigeaient de grands moyens, et surtout de la patience.

    Tu prends des décisions extravagantes, c’est le moins qu’on puisse dire. A quoi bon quitter une cage si c’est dans le but d’en obtenir une aux barreaux plus dorés ?

Soupirant comme si le personnage était blasé et déjà fatigué rien qu’en parlant de toutes ces tâches à accomplir, il continuait d’avancer lentement, ses semelles traçant un sillon dans le minerai broyé que l’arrancar foulait allègrement. Humant l’air environnant, il caressait du bout des doigts sans vraiment s’en rendre compte le manche de son sabre. Il la comprenait, mais de là à la cautionner et à suivre ce genre de mouvement... Il ne s’en serait jamais cru capable, et pourtant.

Tournant son regard vers sa semblable pendant qu’elle pensait visiblement à voix haute, le Vasto Lorde fut confirmé de croire qu’elle avait une basse estime de lui. Penser que quelqu’un d’aussi développé que lui-même soit à la botte de quiconque était une insulte, qu’il encaissa sans sourciller.

    Tu parles d’être un pion, mais c’est toi qui veux te jeter dans les bras de la garde rapprochée d’Aizen. Tout ceci ne m’intéresse pas, un shinigami n’a pas sa place au Hueco Mundo, d’autant plus à notre tête. La puissance ne garantit jamais la longévité, et je me laisse à penser que bientôt le palais de la Nuit sera dirigé par un des nôtres. Ce sera le moment où tu me verras m’impliquer. Jusque-là, je me préfère à l’ombre et la solitude.

Le ton se voulait teinté d’arrogance, et son regard azuré en disait long sur cette détermination inébranlable encore somnolente. Marshall était un hollow, et il ne travestirait pas son honneur au service de ce Sôsuke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sauvez la Reine ! [Marshall]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sauvez la Reine ! [Marshall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» La Reine du Rock se présente !
» Un petit mot sur la reine...Haitienne du Canada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-