AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez
 

 Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Shi-cap
Tôzawa Onimaru
Rang : Capitaine de la Douzième Division

Messages : 36
MessageSujet: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeLun 11 Aoû - 20:31

    Avatar : Ryo de IM-works.
    Parrain : //.
    Comment avez-vous découvert le forum ? Soul Society top site.

Tôzawa Onimaru
    Âge : 115 ans.
    Race : Shinigami.
    Siège demandé : Capitaine de la douzième division, si possible, ou simple membre de cette même division.

    Description de votre personnage :

    Peut-on utiliser des mots pour définir ce qui est inénarrable ? Ceux-ci seraient-ils assez forts pour permettre aux lecteurs d'en comprendre chaque subtilité ? Il est difficile de dépeindre une existence que les normes rejettent, d'une engeance que la nature elle-même refuse de reconnaître comme sa propre création. À la lecture de ces termes, on entrevoit vaguement quel genre de personne peut être Onimaru.

    Les ignorants parlent de lui comme d'une calamité, un scélérat qui vint au monde dans l'unique but d'apporter le malheur dans son sillage. Il suffira d'un simple coup d’œil, dès l'instant où vous le verrez, vous ressentirez un étrange malaise. Certains diraient que le sol semble s'affaisser sous leurs pieds. D'autres affirmeront que cette sensation se rapproche d'un souffle froid à l'arrière de la nuque, à l'image de la mort se trouvant juste derrière eux, attendant le moindre faux pas avant de prendre leur vie. Les plus intuitifs témoigneront un mauvais pressentiment, comme si une bête fauve était là, à les observer. Le regard prédateur du scientifique est sûrement la cause de cette angoisse éphémère. Toujours à demi clos, ses yeux ambrés semblent sonder les tréfonds de votre âme, vous jaugeant éhontément avec une expression sévère.

    On peut ajouter à cela un certain mystère entourant sa personne, aisément attribuable à la difficulté de comprendre ses véritables intentions. La partie inférieure de son visage, anguleux et allongé, s'avère recouverte de bandelettes de soie blanche. On y voit néanmoins poindre un nez mince et pointu ainsi qu'un menton proéminent. Il est toutefois impossible de distinguer sa bouche, ni même d'en deviner les formes, derrière cet improbable apparat. La peau d'albâtre du scientifique est contrastée par sa masse capillaire bleutée. Sa chevelure courte ne semble pas véritablement entretenue ou coiffée et se trouve maintenue par des bandes similaires à celles qui masquent les traits fins de son faciès. Ainsi, on peut aisément observer ses oreilles adroitement ciselées en pointe, qu'il faut considérer comme une manière excentrique de se démarquer des membres du troupeau.

    Contrairement au reste de sa face, le cou du dieu de la mort se dévoile totalement jusqu’au commencement de son torse. De sa gorge saille une pomme d’Adam, particulièrement basse, qui lui confère un timbre grave et une voix subtilement rauque. Ses paroles s'avéreraient mélodieuses, si le scientifique n'avait pas pris l'habitude de s'exprimer sur un ton à la fois laconique et monotone. Sous ses amples vêtements de shinigami, il est difficile de distinguer son corps mince et sa musculature à peine dessinée. On remarque néanmoins que sa silhouette n'est pas particulièrement imposante ou élancée. Le savant ne dépasse pas le mètre soixante-trois pour un poids environnant les quarante-cinq kilogrammes. On dira de lui qu'il possède une apparence frêle sans soupçonner sa vivacité et son agilité. Onimaru a tendance à se tenir bien droit et la tête haute, de façon à ne pas paraître encore plus petit qu'il ne l'est. Sa démarche se veut plutôt lente, mais gracieuse et assurée.

    Description de votre Shikai (et bankai le cas échéant):

    Sous sa forme scellée, le sabre du savant mesure exactement soixante-dix centimètres. La lame se veut plus recourbée que celle d'un katana ordinaire tandis que le fourreau et la poignée sont, à l'instar du manieur, recouverts de bandelettes blanches. La garde, ou tsuba, est remplacée par un fin et long shimenawa violet, une sorte de corde constituée de paille de riz torsadée et tressée, qui forme un nœud à deux boucles entre les différentes parties du zanpakuto.

    « Meurs, Yomotsu Shikome » (Femme laide du monde souterrain)

    Le shimenawa s'illumine et se dénoue pour finalement se transformer en une étrange substance spectrale qui scintille faiblement d'une lueur froide. Cet ectoplasme s'agite faiblement et recouvre la lame, mais celle-ci ne connaît aucun autre changement notable. Dès lors que cette substance entre en contact avec un être composé de chair et de sang, elle provoque une rougeur localisée sur la partie touchée. Cette rougeur gonfle progressivement, faisant naître une sensation de chaleur, tandis que la douleur semble littéralement pulser de la blessure.

    « Meurs, Yomi tsu Okami » (Grande déesse du monde souterrain)

    De minuscules trous ainsi que de la rouille viennent parsemer le métal qui compose la lame, lui donnant un aspect vieilli et usé. L'ectoplasme est toujours bel et bien présent, mais celui-ci s'agite plus violemment à la surface du zanpakuto, comme si quelque chose essayait d'en sortir. Dès lors que la substance entre en contact avec un organisme composé de chair et de sang, celle-ci fait mourir les cellules touchées, causant progressivement la nécrose des tissus.

    Histoire :

    Prologue.

    Alors qu'il entrait dans sa sixième année de vie, les parents d'Onimaru le prirent par la main et l'emmenèrent loin de la vétuste demeure familiale. Dès lors qu'ils furent assez éloignés, à de nombreux kilomètres des repères spatiaux du petit être, ils s'arrêtèrent et le lâchèrent. Malgré l'odeur ambiante, semblable à un mélange de viande pourrie et d'excrément, la lisière de cette forêt était l'endroit parfait. Chikako s'était abaissée, plaçant ses yeux face à ceux de sa progéniture. Elle annonça, le regard triste et la voix déjà pleine de remords, qu'ils ne possédaient pas assez d'argent pour satisfaire ses nouveaux besoins. Bunta ne pipa mot, se contentant de toiser son fils d'un air grave et dur. Comme à son habitude, l'enfant était plongé dans un mutisme complet, observant tour à tour sa mère puis son père. En dépit de sa candeur, rien ne semblait lui échapper. Des larmes roulèrent sur les joues de la génitrice, tandis que ses bras se serraient autour de la poitrine du garçonnet. Le mari faisait de son mieux pour attirer sa bien-aimée vers lui, tirant sur ses épaules pour la forcer à abandonner son étreinte.

    Aussi singulier que cela leur parût, le petit être repoussa calmement la femme à la chevelure brune. L'innocence disparaissait progressivement de son visage, laissant place à une curiosité peu commune pour une personne de son âge. Ses prunelles ambrées semblaient scruter le vide, mais lorsque Bunta suivit la trajectoire de son regard, il parut écœuré. Son teint devenait livide tandis que sa main faisait pression sur l'épaule de Chikako. Elle observait Onimaru d'un air hébété, tournant littéralement le dos à l'objet que semblait convoiter sa descendance. Incapable de voir la charogne allongée dans les hautes herbes, elle ne comprenait pas la situation. Pourquoi son époux fixait-il l'enfant d'une manière si effrayée ? Pour quelle raison la chair de sa chair se débattait tant pour lui échapper ? Elle abandonna vivement son étreinte, faisant progressivement demi-tour. Dès lors, le garçonnet s'était précipité vers la dépouille en décomposition. Il la toisait de haut, sans même paraître dégoûté par l'odeur nauséabonde qui s'en dégageait. La chair en putréfaction rendait la cage thoracique du mort parfaitement visible.

    Le muet s'était alors agenouillé à côté du corps sans vie, faisant grimacer d’écœurement les deux adultes. Chikako avait instinctivement fait un pas en avant, prête à courir vers sa progéniture. Onimaru ne sembla pas comprendre son geste et la toisa avec un regard prédateur. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais vraiment été effrayée par son fils, mais cette fois-ci il dépassait les bornes du raisonnable. Un rictus provocateur vint alors déformer le visage angélique du garnement. Ses doigts passaient sur chacune des côtes, les effleurant méthodiquement, comme s'il les comptait attentivement. La suite fut si écœurante que les époux ne purent regarder. Ils avaient pris la fuite, mus par un instinct incontrôlable. Durant la course, aucun d'entre eux ne s'était retourné. En réalité, le jeune garçon se moquait totalement de ses géniteurs qui s'agitaient tels des animaux apeurés. Les mains de l'enfant fouillaient déjà les intestins, réduits à l'état de bouillie malodorante et grumeleuse, de la dépouille. Il était resté ainsi pendant des heures, constatant la rigidité du corps, sa température, le processus de déshydratation et beaucoup d'autres facteurs liés au décès de cet être allongé là.

    Dès l'instant où il avait posé les yeux dessus, Onimaru s'était demandé de quoi il pouvait bien s'agir. C'était comme si cette présence l'appelait, comme si elle l'avait supplié de l'observer, d'apprendre à la connaître dans les moindres détails. Il s'était contenté de répondre à cet appel, délaissant tout le reste durant quelques heures. Animé par ses instincts, l'enfant avait plongé ses mains dans les chairs pourrissantes, pour en extraire leur substance et l'admirer à la lumière du jour. Le monde semblait avoir cessé de tourner et il revint à lui, pleinement conscient de ses actes, à la tombée de la nuit. Il avait partagé un tête-à-tête avec la mort, un entretien privé qui le marquerait à jamais.

    1. Death & Demon.

    L'errance du jeune garçon débuta ainsi dans le quarantième district de l'est du Rukongai. Il commença par commettre quelques larcins, moyen aussi efficace que dangereux pour faire face à la pauvreté. Le bandit ne restait jamais au même endroit, s'enfonçant toujours plus profondément vers la rudesse des quartiers les plus éloignés du Sereitei. Malgré son âge peu avancé, il apprit rapidement à ne jamais garder d'argent ou de nourriture sur lui. Les adultes se montraient généralement violents et n'hésitaient pas à s'en prendre à de faibles enfants pour les dépouiller de leurs biens. Le garnement à la chevelure bleutée eut l'occasion d'observer de nombreuses scènes de ce type, allant parfois jusqu'à la mise à mort de la pauvre victime. De temps à autre, il attendait auprès du cadavre, croyant que celui-ci se relèverait. Durant de longs moments de solitude, il patientait, assis là à analyser la métamorphose de l'organisme après le décès. Le garçonnet décryptait chaque instant, gardait scrupuleusement en mémoire chaque détail, et ce même s'il ne savait ni lire ni écrire.

    L'enfant ne restait jamais au même endroit, suivant les traces des plus vils meurtriers, avec l'objectif de récupérer les corps laissés dans leur sillage. Le curieux garnement se tenait néanmoins assez éloigné d'eux pour ne pas devenir la cible de ces barbares. Au fil du temps, les locaux lui prêtèrent des mœurs cannibales et nécrophages. À l'image des charognards, sa présence dans les parages signifiait que la mort allait frapper. Même s'il ne représentait aucun danger, les gens le fuyaient comme s'il était un pestiféré. Sa compagnie n'était souhaitée nulle part et on le jugeait bien souvent pour des crimes dont il n'était pas l'auteur. Par chance, les autorités de la Soul Society ne s'aventuraient que très rarement dans les bas fonds, sûrement trop occupés à gérer leurs propres affaires. Il grandissait et s'épanouissait dans un monde où personne n'avait la certitude de survivre jusqu'au lendemain. La loi du plus fort primait et ceux qui possédaient cette puissance l'utilisaient pour piétiner autrui. La violence y était quotidienne, mais elle n'avait jamais dérangé l'esprit errant.

    En fouillant les corps, il lui arrivait parfois de mettre la main sur les objets dont ne voulaient pas les voleurs. Le petit homme avait récupéré un banal couteau, qui devint rapidement son principal trésor. Il le considérait autant comme un moyen de défense qu'un outil précis pour découper la chair encore ferme des êtres fraîchement décédés. Onimaru observait les organes, élaborant de nombreuses hypothèses quant à leur fonctionnement et leur utilité. Parce qu'il ne possédait aucune solution pour les conserver, l'adolescent faisait généralement au plus vite pour les étudier avant de les enterrer. Sa curiosité et sa hardiesse croissaient avec les ans. Il lui arrivait quelquefois d'achever ceux qui n'avaient pas succombé à leurs blessures, allant jusqu'à les analyser tandis qu'ils respiraient toujours. Le curieux s'infiltrait parfois dans des demeures habitées, fouillant dans l'intimité des gens afin de découvrir leur manière de vivre. De temps à autre, il se transformait en véritable pilleur, dérobant les réserves de nourriture des rares âmes assez puissantes pour ressentir la faim.

    L'adolescent mena cette vie jusqu'à sa treizième année, un jour d'automne qui semblait pourtant aussi commun que les autres. Depuis plusieurs jours, il suivait la piste d'une véritable machine à tuer. Il s'agissait là de l'un de ces hommes qui violent et qui abattent par caprice, de ceux qui fantasment sur la souffrance des faibles. Onimaru l'avait suivi alors que le lâche traquait sa proie. La jeune femme ne paraissait pas consciente de ce qui l'attendait dès lors qu'elle quitta le village pour rejoindre le lit de la rivière. Elle était déjà penchée au-dessus de l'eau, observant son propre reflet, lorsque l'assassin avait surgi derrière elle. Silencieux, le petit homme restait perché sur son arbre. Il désirait ardemment assister à ce macabre spectacle. De sa position, il détailla la demoiselle. Elle devait être plus âgée que lui, au moins d'une dizaine d'années, même si à la Soul Society les apparences pouvaient être trompeuses. Sa peau était délicatement hâlée et marquée de nombreuses cicatrices au niveau des bras et des épaules, assez impressionnantes pour qu'il puisse les apercevoir.

    Elle avait regardé dans la direction du garnement, affichant une moue curieuse, avant de faire face à son agresseur. Il la dépassait de deux têtes et la toisait d'un air féroce. Malgré cela, l'étrangère le défia du regard. Du bout de son index et de son majeur, elle avait tracé des symboles inconnus dans le vide avant de prononcer des paroles inaudibles pour l'adolescent. La brute devenait prisonnière d'une aura rouge, enserrant la totalité de son corps. Onimaru n'en avait pas cru ses yeux, la demoiselle était la première qu'il voyait survivre. Le plus surprenant fut toutefois qu'elle ne tua pas son adversaire. Elle le laissait là, paralysé et faible, tandis qu'elle approchait de la position du jeune fouineur. Après s'être assurée qu'il n'était pas le complice du monstre, l'inconnue reprit sa route. Fasciné par cette créature, l'adolescent décida de la suivre.

    2. Making Good Relations, OK ?

    Consciente qu'elle était suivie depuis le début, la demoiselle à la peau basanée avançait lentement. Le soir venu, elle s'arrêtait pour prendre un peu de repos et manger. Derrière elle, l'inconnue laissait toujours quelques fruits secs et autres arachides à l'intention du petit curieux. En quelques jours, ils atteignirent la périphérie du Sereitei, lieu de résidence de la jeune femme. Onimaru ne se tenait jamais trop éloigné d'elle, étudiant scrupuleusement ses habitudes et son mode de vie. Loin d'être pauvre, elle menait un train de vie plutôt aisé pour une simple habitante du Rukongai. Il pénétrait dans son intimité, découvrant de nombreux ouvrages littéraires et autres manuels parsemés de symboles indéchiffrables pour l'adolescent. Il s'était longuement intéressé à ces livres, sans les comprendre. Le scélérat en dérobait même quelques-uns, se les accaparant sans pour autant en soupçonner l'utilité. Elle le repérait parfois, à fureter où il pouvait ou à chaparder ce qu'il trouvait, mais n'en paraissait pas offensée pour autant. De temps en temps, l'inconnue dialoguait avec le malandrin, devenant rapidement son seul point d'ancrage à la réalité.

    Après des semaines passées à l'observer, le jouvenceau s'attacha étrangement à elle. De son côté, elle voyait cet être comme une singulière compagnie, qui lui permettait de sortir de sa triste solitude. En la côtoyant, l'adolescent finit par savoir qu'elle se nommait Azami. Son mari était militaire, un shinigami. Il lui envoyait une grande partie de son salaire pour lui offrir une vie décente, la seule raison qui l'avait poussé à choisir cette voie. Le jeune homme aux iris ambrés apprit, par la suite, qu'autrefois son aînée s'était inscrite à l'Académie des dieux de la mort. Elle en sortait toutefois traumatisée, suite à un exercice dans le monde réel qui avait mal tourné. Après cet incident, elle abandonna pour couler des jours plus paisibles. Malgré cela, la brune restait éprise de justice et n'hésitait pas à se frotter à la vermine pour changer les bas quartiers en lieux tranquilles. Le bandit était, pour la première fois de sa vie, confronté à un être fondamentalement bon. Aussi surpris que désireux d'en découvrir plus à son sujet, ses visites devinrent tellement fréquentes qu'ils déjeunaient et dînaient ensemble chaque jour.

    Azami le donna le surnom de « Petit Démon » à cause de son attitude à la fois espiègle et détachée. Avide de connaissances, l'adolescent accepta prestement qu'elle lui enseigne les subtilités de l'écriture, puis de la lecture. Malgré son entêtement, il progressait rapidement, s'épanouissant bien plus qu'elle ne le pensait au départ. Onimaru s'intéressait à tout et brûlait d'impatience de découvrir le reste, passant parfois des nuits entières à s'exercer. Sa lubie pour les cadavres se voyait lentement évincer par une inexorable soif de savoir et bientôt, il n'y eut plus assez de livres pour satisfaire l'avidité du jeune homme. Malgré cela, la demoiselle lui avait offert un véritable foyer et une vie plus saine que tout ce qu'il avait connu auparavant. Elle était un peu comme sa grande sœur, celle qui le ramenait progressivement vers les normes morales et sociales. La belle fit de nombreux efforts pour sociabiliser son invité, principalement en l'envoyant acheter les denrées alimentaires auprès des commerçants du coin. Les gens restaient toutefois méfiants à l'égard de cet étranger, ils lui trouvaient quelque chose de macabre.

    Au fil des années, Azami voyait la puissance spirituelle de son frère de cœur s'accroître au point qu'elle fut obligée de lui apprendre à la contrôler. La jolie brune en profita pour lui enseigner les valeurs du Gotei 13 et tout ce qui se rapportait au monde des esprits. Le rôle des dieux de la mort n'avait plus vraiment de secret pour le jeune homme. Bien qu'au départ il parut intrigué par la rigueur et la perfection de cette organisation, il ne se destinait pas vraiment à devenir shinigami. Cette tâche ne semblait pas vraiment faite pour un être comme lui qui cherchait l'érudition avant tout. Le curieux changea rapidement d'opinion en apprenant que le Sereitei cachait en son sein de nombreuses archives. Onimaru manifesta ainsi son envie de rejoindre l'Académie, mais selon les dires de la demoiselle, il échouerait aux examens d'entrée. Elle lui enseigna donc la manière de contrôler l'énergie spirituelle et les divers moyens de l'utiliser.

    Il fallut quatre ans pour qu'elle lui transmette tout son savoir, un laps de temps durant lequel les traits enfantins du petit démon avaient disparu pour laisser place à une apparence plus virile. Azami, quant à elle, n'avait pas changé du tout comme si sa beauté était éternelle.

    3. Blind Solitude.

    Le test d'entrée à l'Académie fut une formalité pour le jeune homme. Le temps passé à étudier aux côtés d'Azami lui permit de rejoindre la seconde année après seulement quelques semaines de cours. Il possédait déjà de solides connaissances et de bonnes bases dans les arts du combat. Ses professeurs jugèrent intéressant de le confronter à un niveau supérieur. Onimaru parvint à s'intégrer au groupe, sans pour autant se lier aux autres disciples. Il intervenait parfois ponctuellement, mais préférait généralement rester dans son coin. Le jeune homme n'appréciait pas particulièrement de se faire tant remarquer et se tenait plutôt tranquille. Après s'être révélé brillant pour un élève de première année, il devint un écolier quelconque au sein de la classe suivante. Perfectionniste dans l'âme, il lui arrivait souvent de revoir ses cours alors que la journée scolaire était terminée, prenant même de l'avance sur le programme. L'étudiant ne se permettait qu'un unique loisir, il écrivait ponctuellement à celle à qui il devait tout. Azami ne lui répondait jamais, mais le petit démon supposait que les lettres n'atteignaient jamais leur destination.

    Durant ses congés, l'aspirant shinigami ne quittait jamais l'enceinte de l'établissement. Il restait souvent terré dans sa chambre pour méditer et établir un éventuel contact avec son zanpakuto. Bien que ses premières tentatives se soldèrent par un cuisant échec. En persistant, Onimaru parvint toutefois à percevoir un sifflement suraigu, se répétant en écho dans son esprit. Il dut néanmoins patienter pendant de longs mois avant de pouvoir entendre distinctement les mots que l'entité ne cessait de déclamer. De temps à autre, l'étudiant se retrouvait prisonnier d'une étrange forêt constituée de plantes malades, mourantes. Le lieu dans son ensemble semblait rejeter la vie avec véhémence. Une rivière coulait littéralement au beau milieu de cette mer d'arbres, mais chaque fois qu'il y plongeait les mains pour y boire, elle se changeait en une matière vaporeuse qu'il ne pouvait saisir. En réalité, la substance ressemblait bien plus à de la brume qui se déplaçait à la façon d'un liquide, serpentant et ondulant au grès du vent et des marées. Il y resta beaucoup de temps, cherchant à rencontrer l'entité qui tentait d'établir un contact avec lui, en vain.

    Les cours se passaient pour le mieux, le petit démon savait se montrer brillant sans pour autant trop en faire. À ses yeux, les études étaient une étape essentielle de sa nouvelle vie et il n'avait aucune envie d'aller trop promptement dans les classes supérieures. D'autant plus que le jeune homme s'était juré de ne pas attirer l'attention des hauts gradés tandis qu'il n'était qu'un simple élève. Son but n'était pas d'être considéré comme un génie, il désirait faire partie de la masse. Ainsi, même s'il se montrait particulièrement efficace durant les cours théoriques, Onimaru faisait en sorte de ne pas être remarqué pendant la pratique. Il lui arrivait de rater volontairement ses sorts, ou de ne pas parer correctement les coups lors des entraînements de façon à passer inaperçu dans la classe. Son air détaché ne lui apportait pas l'affection de ses camarades, mais cela lui laissait le loisir d'observer chacun d'entre eux. L'aspirant shinigmi était un spectateur qui, chaque jour et ce même après plus de deux années, ne se lassait jamais d'assister aux démonstrations de rivalité amicale entre élèves. Malgré cela, il n'y prenait jamais part, préférant se concentrer sur son cursus scolaire.

    Même s'il s'exerça à la maîtrise de son shikai, le solitaire n'en fit la confidence à personne. Il prenait soin de s'entraîner dans le Rukongai, à l'abri des regards indiscrets, lorsqu'il n'avait pas classe. L'apprenti dieu de la mort ne tolérait personne lors de ses nombreuses séances d'entraînement, favorisant de loin l'exploration de ses propres capacités par lui-même. De plus, il n'était pas de ceux qui aimaient afficher leur talent devant autrui. Il préférait indubitablement rester dans l'ombre, à des kilomètres de toute jalousie. Il se rendait souvent dans la demeure où vivait celle qu'il considérait comme sa grande sœur, mais elle ne s'y trouvait jamais. Le jeune homme avait dû y pénétrer par effraction pour constater que la maisonnée n'était pas abandonnée. Azami y passait de temps à autre pour y déposer des affaires et en récupérer d'autres. La demoiselle avait toujours aimé s'aventurer dans les lieux les plus dangereux pour y rétablir la justice. Pour cette raison, le petit démon lui laissait souvent quelques mots d'encouragement avant de s'en retourner à sa vie.

    La dernière année avant l'examen final marqua cependant un tournant dans l'existence du jeune homme. Certains cours se déroulaient dans le monde réel, les élèves étaient confrontés à des situations concrètes. Les aspirants shinigami purifiaient les âmes errantes et devaient parfois les protéger face à de faibles hollows. Onimaru démontra un certain attrait pour ces êtres guidés par l'instinct. Il désirait à tout prix en savoir plus sur ces monstres. Même si certains de ses professeurs s’inquiétèrent de cette fascination pour les êtres creux, ils comprirent rapidement que la curiosité de l'étudiant pourrait être utile au Gotei 13. Après l'obtention de son diplôme, le débutant fut recommandé à la douzième division.

    4. In Sane We Trust.

    À l'âge de trente ans, Onimaru devint simple membre de la douzième division sous les ordres du capitaine Kurotsuchi. Comme d'autres avant lui, il intégra le bureau de recherches et de développement, se changeant en véritable laborantin. Le tout jeune shinigami se spécialisa rapidement dans l'étude et l'analyse des êtres qui peuplent l'univers ainsi que leur influence sur l'équilibre de la balance des âmes. Au fil du temps passé dans le laboratoire, il comprit prestement que son supérieur hiérarchique n'était pas totalement sain d'esprit. Kurotsuchi Mayuri n'en demeurait pas moins l'un des plus brillants génies scientifiques du monde, sous les ordres duquel le petit démon apprendrait énormément. Malgré cela, le dirigeant restait une personne particulièrement exécrable qui traitait ses soldats comme de vulgaires sujets de tests sans grand intérêt. Pour cette raison, le jeune homme se tint aussi éloigné que possible du savant fou. D'autant plus qu'il avait eu l'occasion d'assister aux châtiments qu'infligeait l'aliéné en cas d'échec.

    Par crainte d'être puni et pour ne pas finir en cobaye, Onimaru se plia aux règles. Il ne fit aucun écart de conduite et se contentait de garder la tête basse devant le capitaine. Le jeune homme ne lui adressait jamais la parole, allant jusqu'à fuir sa présence. Cette anxiété eut toutefois pour effet d'attiser sa combativité, le poussant à s'entraîner durement. Selon lui, devenir plus puissant lui permettrait de s'affranchir de ses craintes. Il s'accorda du temps pour méditer, mais aussi pour poursuivre sa pratique du sabre. Malgré cela, le chercheur n'en négligea pas ses responsabilités pour autant. Au fil des années, il eut l'occasion de revoir le monde réel. On l'envoyait là-bas afin qu'il puisse analyser clairement l'influence des particules spirituelles sur les êtres humains peuplant le Japon. De plus, s'il croisait des hollows, le dieu de la mort était autorisé à collecter des échantillons pour les étudier. En règle générale, lorsque ceux-ci ne présentaient aucun intérêt pour Kurotsuchi Mayuri, ils servaient à l'ensemble de la division.

    Les années qui suivirent furent plutôt tranquilles au sein du Sereitei. Au cours de l'année 1977, le petit démon dut toutefois faire face à la mort d'un être cher, pour la toute première fois. Azami avait très certainement perdu la vie, même s'il n'avait pu mettre la main sur son corps. Pendant ses permissions, il avait constaté qu'elle n'était pas rentrée depuis plusieurs mois déjà. Elle avait disparu, sans rien laisser derrière elle. Onimaru eut beaucoup de mal à accepter le décès de celle qu'il considérait comme sa sœur. Il ne portait pas vraiment le Rukongai dans son cœur, mais cette tragédie fit qu'il méprisa chacun des habitants, les jugeant responsables. Dès lors, il n'y retourna que pour s'entraîner et y effectuer les quelques missions qui se déroulaient là-bas. Le savant apprit toutefois à canaliser sa haine et il mit celle-ci à profit pour entamer l'apprentissage du bankai. Forcer son zanpakuto à se matérialiser dans la réalité fut un exercice plus ardu qu'il ne le pensait au départ. Sa division ne lui offrait jamais l'occasion d'être directement au combat et l'on peut aisément affirmer que cela fut sûrement son plus grand handicap. En dépit de ses échecs, le scientifique persista longuement.

    Grâce à son travail exemplaire, le dieu de la mort fut récompensé du grade de sixième siège. Ce titre lui permit de consulter quelques documents qui n'étaient pas en rapport avec ses tâches habituelles. Il lut de nombreux rapports d'autopsie, domaine qui lui était déjà plus ou moins familier avant de s'intéresser à tout ce qu'il trouvait. Certaines informations restaient toutefois confidentielles, son statut ne lui garantissait pas d'accéder aux archives ni aux dossiers sensibles du Gotei 13. Le temps s'écoula, une période durant laquelle l'univers semblait garder une certaine constance. Le monde des shinigami allait cependant être ébranlé après l'arrestation d'une jeune fille noble prénommée Kuchiki Rukia.

    5. Balancer's Justice.

    Le savant ne se montra pas d'une grande utilité lorsque le shinigami remplaçant et ses amis vinrent à la rescousse de la captive, destinée à l'exécution. Durant l'attaque de ces intrus, Onimaru se trouvait dans l'un des laboratoires de sa division, à s'affairer sur ses tâches quotidiennes. Malgré l'agitation, la plupart des scientifiques n'avaient pas pour vocation de se battre et devaient laisser les spécialistes s'en charger. Le meurtre de la totalité des juges de la Chambre des Quarante-Six et la trahison de trois des plus puissants officiers firent naître une certaine tension au sein d'un Gotei 13 affaibli. L'annonce d'un conflit à venir changea littéralement le quotidien du petit démon. Par la suite et comme de nombreux membres du bureau de développement technologique, il participa activement à la construction d'une copie conforme de Karakura. Ceci aurait pour but de permettre aux capitaines de se battre sans crainte de détruire la véritable ville. Malgré la difficulté, les scientifiques réussirent leur mission et les deux lieux furent ensuite intervertis en prévision de la Grande Bataille de l'Hiver.

    Tandis que les hauts gradés combattaient au front, Onimaru se trouvait au sein du Sereitei. Il était à son poste, les yeux rivés sur de nombreux moniteurs, observant à la fois l'état des piliers qui maintenaient les deux Karakura en place et celui de la balance des âmes. La destruction de l'une des colonnes provoqua une immense inquiétude parmi les troupes en fonction. Aizen Sōsuke fut toutefois arrêté par le shinigami remplaçant, concluant ainsi le conflit par une victoire des treize armées. Après tant de bouleversements, la tranquillité régna de nouveau et la Soul Society connut quelques changements notables. Les vizards, autrefois considérés comme traîtres, réintégrèrent les rangs militaires. Bien qu'il s'intéressa à leur condition, le chercheur n'eut jamais l'occasion de discuter avec l'un d'entre eux. De plus, Kurotsuchi Mayuri se préoccupait plus amplement aux arrancar et préférait voir ses subordonnés l'assister rigoureusement.

    La paix ne perdura que peu de temps, une nouvelle menace sortait du passé pour mettre en danger l'équilibre de l'univers. Les moniteurs s'étaient emballés tandis que les hollow disparaissaient par centaine. La panique gagnait frénétiquement du terrain dans les quartiers du bureau de développement technologique. On présageait déjà la chute des barrières séparant les mondes, annihilant toute existence. Notre protagoniste et d'autres membres de la division furent alors envoyés dans le Rukongai pour y tuer de nombreux habitants. Il n'eut aucun remords à effectuer cette tâche, jugeant que l'équilibre des âmes valait bien plus que ces vies. Durant ce temps, de nouveaux intrus pénétrèrent le Sereitei pour y semer le carnage, annonçant par la même occasion une guerre ouverte. Les attaquants furent identifiés comme une armée de Quincy venue d'un lieu encore inconnu. Au cours des premières batailles, le scientifique rejoignit la brigade d'analyse du Reishi afin d'aider aux mieux les différents escadrons.

    Par la suite, le jeune homme participa plus activement aux combats en affrontant quelques faibles fantassins ennemis. Il se tenait éloigné des SternRitters et de l'empereur du VandenReich, se concentrant sur des frappes tactiques à l'encontre de bataillons de simples guerriers. Lorsqu'il en avait l'occasion, il récupérait les cadavres afin de les étudier et trouver des moyens efficaces de leur faire face. Même si cela n'avait que peu d'importance, le shinigami estimait accomplir son devoir en tant que soldat et scientifique. Il faillit cependant perdre la vie à plusieurs reprises, bien souvent par témérité. Le fouineur parvenait néanmoins à s'enfuir au prix de quelques blessures, ce qui ne représentait rien en comparaison des nombreux combattants sacrifiés sur l'autel de la vengeance et de la ruine.

    Onimaru se montra toutefois plus efficace lors de la bataille finale, profitant du chaos pour tester son bankai en situation de combat. Il se confronta d'ailleurs à quelques-uns des criminels échappés de prison. Cependant, son manque d'expérience ne lui permit pas d'affronter les puissants soldats de Juha Bach. L'escadron royal et le Reiô en personne intervinrent afin de sauver un Sereitei au sein duquel les pertes croissaient inexorablement. De nombreux sacrifices apportèrent néanmoins la victoire après sept années de lutte. Alors que les dieux de la mort pansaient encore leurs plaies, la douzième division dut faire face à la disparition de son capitaine. Le petit démon n'en parut pas affecté, celui-ci n'ayant jamais vraiment tissé de quelconque lien avec le savant fou. Le monde continuait de tourner et en trois années de multiples changements s’opérèrent. D'après les études du chercheur, le Gotei 13 n'avait jamais connu autant de promotions et mutations en si peu de temps.

    6. Kill The Shadow.

    La guerre contre les quincy avait permis aux savants de constater de multiples failles du système informatique de la douzième division, conférant à Onimaru une charge de travail qui ne s'amenuisait pas, et ce même après trois années de labeur. De plus, le capitaine Yuurei Ryusei insista pour mettre en place des moyens de protection plus fiables que le Shakonmaku lui-même. Le projet Stronghold voyait le jour et chaque scientifique y apportait sa contribution sans crainte des réprimandes. Le règne tyrannique de Kurotsuchi Mayuri s'était bel et bien achevé avec sa disparition. Le bureau de recherches et de développement devenait un lieu de travail des plus agréables, propice au dépassement de soi. Durant ce laps de temps, il élabora ainsi de nombreux dispositifs défensifs, sans pour autant que ceux-là ne se dévoilent utiles pour l'armée.

    Les catastrophes furent annoncées par la chute d'un cristal monolithique en plein Rukongai. D'où venait la menace ? Quel dessein pouvait servir ce nouvel ennemi ? Pourquoi visait-il la Soul Society maintenant ? Ces questions n'obtinrent de réponse que quelque temps plus tard. Ce gigantesque et inquiétant monument se révéla être un véritable aspirateur d'âmes. Progressivement, celui-ci nettoya totalement la zone de ses habitants. L'équilibre de la balance se trouvait de nouveau en danger. Bien rapidement, le capitaine commandant envoya une équipe d'intervention sur les lieux. L'expédition avait pour but de détruire le bloc de cristal. Malgré le succès de la mission, les personnes sur place furent attaquées par une ombre qui mit à mal deux capitaines du Gotei 13. L'inquiétude, déjà bien présente, ne fit que croître avec cette annonce. De son côté, le savant poursuivait ses expériences sur des moyens fiables et efficaces pour assurer la sécurité du Sereitei.

    Yuurei Ryusei perdit la vie en étudiant les ruines du monolithe. Onimaru fut attristé par cette funeste nouvelle, bien qu'il n'ait jamais été proche de son supérieur. Il fut par la suite remplacé par une femme, ancien siège de la cinquième division , du nom de Tsunemi Ai. Le Gotei connaissait alors des désertions croissantes et énigmatiques. Pour couronner le tout, certaines zones pauvres se soulevaient de façon incompréhensible contre les dieux de la mort. Le chef des treize armées décida finalement d'envoyer un puissant escadron, réglant le problème de manière expéditive. Bien que le calme régna à nouveau, le mystère autour de cette affaire ne put néanmoins être résolu. Le petit démon ne foula pas le sable du Hueco Mundo, lui et bien d'autres parachevaient les dernières améliorations de la barrière protectrice entourant le quartier général de l'armée. Une bonne défense s’avérait aussi cruciale qu'une frappe tactique. Les shinigami se heurtèrent toutefois à l'hostilité des arrancar, causant la perte de deux hauts gradés.

    L'adversaire profita du désordre pour s'attaquer à une organisation du monde réel, dirigée par Urahara Kisuke. De nombreux combattants perdirent la vie tandis que l'homme au bob fut pris en otage. Après cette démonstration de puissance, les ombres frappèrent Las Noches. Le petit démon pensa rapidement que la Soul Society serait la prochaine cible de leur fureur. La chute d'un autre monolithe dans le Rukongai, provoqua un nouvel émoi parmi les forces du Gotei 13. De son côté, Onimaru voulut se joindre aux troupes dépêchées sur place, mais fut jugé trop faible par sa supérieure. Il se contenta donc de rester au laboratoire, à enquêter sur les nombreux mystères qui entouraient la situation actuelle. De plus que les capacités des Maho Tsukaïs , basées sur l'âme et le sang, se révélaient encore trop méconnues pour pouvoir spéculer de quoi que ce soit. Par la suite, le général du Kanshu fut retrouvé dans le cristal puis libéré. Les dieux de la mort apprirent alors que le captif n'était pas celui qu'il prétendait, mais s'avérait être un autre chercheur bien connu.

    Kurotsuchi Mayuri faisait un retour en grande pompe, mais fut promptement contraint de fuir, non sans le sacrifice d'un membre de la division 0. L'annonce de la traîtrise de l'ancien capitaine raviva l'anxiété du petit démon. Il s'entraîna de nouveau, dans le but de pouvoir faire face au savant fou. Malgré cela, Onimaru n'eut pas l'occasion de se confronter à lui. L'apparition de plusieurs monolithes à Karakura et les nombreux esprits absorbés provoquèrent un déséquilibre dans la balance des âmes. Afin de pallier ce problème, le septième siège et d'autres shinigami eurent pour tâche de rester à la Soul Society tandis que d'autres allaient combattre sur terre. Malheureusement pour eux, de nombreuses existences disparaissaient de manière bien trop subite pour que les chercheurs puissent y remédier. L'univers subissait une catastrophe encore inédite. Des millions d'êtres vivants étaient sacrifiés, permettant aux ombres de nourrir une dimension naissante et instable.

    7. The Reapers.

    Les choses s'enchaînèrent rapidement, une alliance entre Shinigami, Hollows et humains permit de vaincre l'ennemi. La fourberie des Hollows fut révélée au grand jour lorsque leur roi mit fin à la vie du capitaine commandant, puis fut lui-même terrassé. Selon les rapports, Grimmjow avait été tué après l'arrivée des Reapers. Les nouveaux venus avaient, par la suite, annihilé la dimension des ombres, laissant place à une ville totalement dévastée. Tout changea après ces événements, aussi marquants que surprenants. Le poste de capitaine-commandant resta vacant quelques mois, avant que la tête pensante de la quatrième division ne soit désignée par la Chambre des Quarante-Six. Dans le même temps, les homologues occidentaux des dieux de la mort envoyèrent un escadron de leurs plus valeureux soldats pour superviser les manœuvres des treize divisions. Bien qu'au départ il ne sut quoi dire de la situation, Onimaru constata rapidement que sa liberté d'action s'amenuisait.

    Il se révéla malgré tout curieux quant à l'existence et aux mœurs des Reapers. Le scientifique brûlait d'envie d'en apprendre plus à leur sujet, mais cela relevait de l'impossible. Leurs quartiers se trouvaient trop à l'écart pour que quiconque puisse les observer. De plus, ces êtres ne faisaient rien pour être appréciés, se montrant dédaigneux et méprisants à l'égard des dieux de la mort nippons. Si certains s'opposèrent ouvertement à ce début de dictature, le shinigami à la chevelure bleutée faisait en sorte de rester indifférent. La présence de ces étrangers pouvait être bénéfique au Gotei dans cette situation, mais leur façon de s'approprier la traque des Hollows restait néanmoins suspecte. Le chercheur n'eut pas vraiment l'occasion de mener sa propre enquête, de plus le capitaine était porté disparu depuis plus d'une année et personne ne semblait capable de le remplacer. Pour cette raison, chaque siège avait sa part de responsabilités et une charge plus conséquente de travail.

    Malgré les frustrations qui s'accumulaient, le petit démon ne fit aucun écart de conduite. Il ne voulait pas attirer l'attention sur lui, poursuivant son parcours jusqu'à présent irréprochable. Onimaru n'en avait pourtant pas oublié ses ambitions. S'il s'était engagé dans l'armée, c'était principalement pour étancher sa soif de connaissances. Après s'être contenté de jouer son rôle au sein du bureau de recherches et de développement, le savant réfléchit à la possibilité de devenir capitaine. Il mit quelques semaines avant de finalement se présenter devant le capitaine-commandant, lui demandant humblement s'il pouvait passer l'examen nécessaire à cette montée en grade.


Dernière édition par Tôzawa Onimaru le Sam 23 Aoû - 18:31, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2495-tozawa-onimaru-non-terminee#21
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeMar 19 Aoû - 3:46

Cette présentation est-elle encore d'actualité ?

_________________

Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Shi-cap
Tôzawa Onimaru
Rang : Capitaine de la Douzième Division

Messages : 36
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeMar 19 Aoû - 13:16

J'ai pris un peu de retard, mais elle est toujours d'actualité, oui. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2495-tozawa-onimaru-non-terminee#21
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeMer 20 Aoû - 23:11

Pas de problème, tiens-nous au courant de ton avancée. Par contre, je te préviens tout de suite qu'il n'y a pas de notion de « s'étale sur X tours » dans notre système, une technique qui fait effet deux tours de suite doit être « lancée » deux fois. La précision n'a donc pas lieu d'être. Bon courage dans ta rédaction.

_________________

Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Shi-cap
Tôzawa Onimaru
Rang : Capitaine de la Douzième Division

Messages : 36
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeSam 23 Aoû - 18:34

Merci ! J'ai corrigé le problème pour les techniques.

J'en profite pour dire que cette présentation est enfin terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2495-tozawa-onimaru-non-terminee#21
Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitimeSam 23 Aoû - 20:45

Je te valide au niveau 4 en tant que Capitaine de la 12e Division. Tu disposes de 25 points de compétence à répartir comme tu le souhaites lors de la création de ta Fiche Technique, dont je t'invite à t'occuper dans les plus brefs délais. Si tu as des questions, le bureau du staff est là pour ça. Bon RP !

_________________

Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]   Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Tôzawa Onimaru. [Présentation terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Léonor J. Ridcharson présentation ( terminé )
» Honi Akemi [ Présentation terminée]
» Ayase Aru présentation[Terminé]
» Présentation terminée
» Plateau de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Archives :: Archives-