AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Jeu 27 Nov - 22:06



      C’était un jour de pluie ;
      Un de ces jours tout gris,
      Qui laisse pousser l’ennui
      Et s’écouler la vie.
      C’était un jour d’hiver ;
      Un de ces jours amers,
      Qui laisse les mots se taire
      Et l’envie qui se perd.


    Encore une de ses journées pourries avec une mission pourrie pour la Grande Science. Le cyborg regardait d'un air aérien le ciel couvert et il aura fallu attendre que les premières gouttes de pluie perlent sur son visage mécanique pour que ses jambes suivent le mouvement de son cou qui se redresse. Comme dans un sentier humide, Dakufôgi trainait les pattes, sentait ses pas s'enfoncer dans la boue sans que cela ne le gêne, son armure étant étanche. La plupart des soldats s'amusait en soirée, à boire, chanter, faire des tas de choses avec des copains ou des copines mais de sa cellule, le forgeron noir n'avait pas dévié de sa trajectoire dans l'optique d'un petit loisir avant d'aller risque sa vie dans une quête qui lui semblait absurde quand on l'énonçait à ses oreilles pointues et mille fois recousues : aller voir l'état du vice-capitaine Hayako Shin... Première question, pourquoi s'était toujours lui qu'on envoyait faire ce genre de mesures ultra chiantes? On voulait sa mort ou on voulait tester les résistances de ses circuits aux coups? Seconde question : pourquoi tester un officier d'une division qui sonnait comme pacifique aux tympans métalliques? Dakufôgi connaissait bien les lieux, il y était allé longtemps avant même que les shinigami ne le transforment en ce qu'il était aujourd'hui. Une troisième et très simple question, juste.... Pourquoi?

    Un gars bizarre auquel on avait confisqué son zanpakuto, voilà qui était peu commun. Comment dégoter le bonhomme à présent? Déjà quelques médecins se réunissaient autour du cyborg qui se sentait presque gêné des regards qui lui étaient adressés, plongé dans sa profonde réflexion. Le forcer à se battre, c'était bien ce qui avait été demandé. Prendre le risque d'attirer le capitaine Kuragari? Le Capitaine-Commandant même... Bizarre, le monstre artificiel ne se rappelait pas d'avoir frappé quelqu'un de ce nom là et pourtant, ses poings avaient frôlés beaucoup de joues de haut gradé ces derniers temps... Un drôle de phénomène apparu de nulle part. Un peu insultant mais avec le temps, elle ferait ses preuves, tout comme il était temps ce soir-là de faire ses preuves pour Shin qui était accueilli anticipativement avec des craquements de phalanges et un de ses subordonnées attrapés au col avant d'être assommé par une déferlante de reiatsu qui l'écrasait avec quelques uns de ses chers compagnons, déjà en arrière de crainte de re-subir cette pression désagréable d'énergie pure. La Quatrième se remplissait de gens doués, mais Dakufôgi l'était dans un tout autre domaine que le leur.

    « - J'ai un message pour votre vice-capitaine...
    - Le-Lequel ...?
    - Toi! »

    Dans certains pays, le lancer de nains connaissait un succès florissant mais à l'instant même où le scientifique éjectait son camarade à travers les murs fins d'un bâtiment, il se doutait que les applaudissements ne seraient pas la première chose qu'il entendrait. Pas la moindre violence, ou plutôt une scène de brutalité qui cachait de la préméditation, des gens sonnés et aucun blessé véritable, sauf peut-être un coup à la tête pour celui qui s'était fait lancer comme une balle de tennis alors que les autres hériteraient de migraines un jour ou deux maximum.

    Dakufôgi trainait dans l'ombre, seul, les bottes de métal dans la boue et la pluie battante sur son heaume qui raisonnait à chaque impact. Dans toutes ces ténèbres de fin d'après-midi froides, seul un regard d'or dominait sur l'endroit, en l'attente du principal intéressé ou bien d'obstacles à ses rapports. Les punitions, plus tard!

    L'heure était à la multiplication des pains et aux prières!

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Ven 28 Nov - 0:05

Voilà quelques jours maintenant que Shin était sans nouvelles de sa douce. Elle avait préféré partir sur la route toute la sainte journée. Il n'avait pas vu le doute en lui s’immiscer. Cette période de questionnement lui trottait dans la tête comme une course hippique. Pourquoi penser à elle, alors que c'était justement là un test venant de sa supérieure ? Qu'allait il faire de ses journées, maintenant qu'il avait prit l'habitude de lui parler en remplissant sa paperasse ? Se retrouver tout seul était pour lui la pire des situations. Et ce n'était pas prêt de changer.
Quoique...

La traversée d'un des membres de la Quatrième par le mur fit écarquiller les yeux du lieutenant. Lui qui cherchait de quoi s'occuper, le malheureux allait vite en faire les frais. L'aidant à se relever, il dépoussiéra son uniforme et affichant son continuel sourire, demanda si l’intéressé ne connaissait pas d'autres moyens plus civilisé pour rentrer dans une salle. Ce à quoi l'autre se défendit en annonçant une machine l'ayant attrapé et fait voler jusqu’ici. Un robot pour être plus précis.

Et tu ne sais pas comment cette personne s’appelle ? Tu n'as peut être pas eu le temps de lui demander, avec ton envol soudain. Indique moi où il se trouve, que je lui apprenne comment bien se conduire. De façon amicale bien sur.

Shin savait de toute évidence qu'il était impensable pour lui de régler cette affaire dans ses quartiers. Il avait donné sa parole à Asuna de ne plus chercher bonheur, de se recentrer. Faire preuve de maturité. Cela lui était possible, mais à quel prix ? Cette idée de robot shinigami intriguait vraiment le jeune shinigami. Non pas que cela lui déplaisait, mais c'était très rare de voir ce genre d'individu à la Soul Society. Preuve que la Douzième faisait des miracles. Étonnant de ne pas avoir eu de nouvelles de lui plus tôt. Ouvrant la porte, Shin ouvrit la bouche en même temps, juste avant de tomber sur l'invité surprise.

J'ai grand hâte de voir à quoi ressemble la machine que l'on m'a décrite.... Ah.

En face de lui, la machine se tenait droit, immobile. De grande taille, il n'avait pas l'air commode. Était ce lui le fameux robot qui jouait à lancer ses hommes ? Un moyen d'attirer l'attention comme un autre, ressemblant à une manière bien rustre de la Onzième. Quelque soit ses manières étranges, il n'était pas en droit de faire ce que bon lui semble içi. La Quatrième n'était pas un lieu de divertissements, et ce n'était pas prêt de le devenir. Il fallait lui faire comprendre que ce n'était ni le lieu ni le moment. Sans être brusque. Manquerait plus qu'il nous fasse un scandale, cette boite de conserve...

Si vous vouliez attirer l'attention, vous avez réussi à attiser la mienne. Tant par vos méthodes que votre apparence. Nous pouvons allez en parler autour d'un verre ou bien dans un affrontement, si j'ai bien interprété votre demande. Quoi qu'il en soit, quittons les quartiers de la Quatrième. Nos patients ont besoin de repos, tout comme les autres.

Il ne savait pas si c'était la meilleure des solutions, mais au moins il n'avait pas foncer dans le tas comme il faisait autrefois. C'était peut être rien sur le papier comme ca, mais intérieurement c'était une bonne avancée pour le médecin.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Sam 29 Nov - 16:05



    Une grotte le protégeait du soleil brûlant de par son ombre salvatrice, trop rare dans ce grand désert. Dakufôgi s'y reposait souvent, assis, à l'abri du pouvoir de son zanpakuto qui le cherchait comme s'il s'agissait ici d'un jeu. La petite fée, toute brillante, balayait les ténèbres où son propriétaire se protégeait, en posture en méditation, les mains reposées sur ses jambes pliées. Yeux fermés, souffle à peine audible, une sérénité loin d'être perturbée par l'arrivée de la demoiselle bruyante qui souriait et prenait appui sur l'avant-bras de Dakufôgi qui n'ouvrait son unique œil qu'après quelques secondes de questions posées au vent, entrant dans une oreille pour ressortir de l'autre. Pratiquer le jinzen dans le monde intérieur avait cette saveur particulière, une mise en abîme totale que le zanpakuto ne comprenait pas vraiment, supposant que la méditation de l'épée ne fonctionnait que du monde réel jusqu'au monde où ils étaient actuellement.

    « - Vous me semblez pensif, maître... Vous vous inquiétez encore pour ce qui vous a été pris?
    - Nous a été pris, mon amie. Tu te souviens de ma promesse, je te protégerai... »

    Comme une enfant, la fée enlaçait le bras du colosse, y frottait sa joue en souriant de son air triste, devenu une habitude à présent. Le sujet les chagrinait tout deux mais Kahuku le montrait plus facilement, l'autre restant de marbre à réfléchir tel un père à propos d'un enfant perdu. Son cœur blessé s'ouvrait à chaque invocation, quand il pensait à cette enfant sauvage et instable si loin de lui à présent mais une promesse en était une et il la tiendrait. Cela mettait en sûreté la petite fée de ses pulsions plus sombres, de son énergie impossible à contenir, protéger le Seireitei des débordements possibles du shinigami et de son alliée.

    Retour à la réalité brutale. Plus d'astre écrasant, juste un ciel de plus en plus sombre et une pluie battante sur son casque avec force, assombrissant l'armure comme si elle n'était faite que de tissus. Un soupir lent, réfléchi, une brume devant le heaume, là où on pouvait imaginer la bouche du bonhomme dont le regard revenait au pourquoi de sa présence, le temps reprenant son cours, maussade. L'homme qui lui faisait face était obligé d'élever un peu la voix pour être entendu, à cause de l'averse violente qui plongeait un peu plus les pieds du robot dans la boue. L'envie immédiate? Le pulvériser pour retourner à sa cellule et se reposer mais ce n'était pas sa mission, il devait le tester, pas le détruire forcément. Des cheveux gris, encore un souvenir du fruit défendu de Dakufôgi qui cachait sa longue chevelure d'argent sous le fer spirituel qui le cintrait si efficacement depuis des siècles. Une couleur curieuse pour les pupilles et le forgeron penchait la tête sur le côté pour mieux l'observer. Demande particulière : aller boire ou se battre, du moment que c'était hors du périmètre de la Quatrième, demande légitime! C'est d'un pas lourd que Dakufôgi s'approchait, écrasant le plancher des couloirs qui longeaient les baraquements pour n'être qu'à un mètre ou moins de sa cible. En-dessous du cadavre mécanique, une flaque noire, de la boue, beaucoup d'eau qui ruisselait de son armure, probablement de l'huile aussi et un peu de suie. Il y avait toujours un peu de suie sur cet homme, cette malédiction qu'il suspectait de le maintenir en vie.

    « - Battons-nous, je vous suis, vice-capitaine Hayako Shin... »

    Le robot se souvenait de ses séjours à la Quatrième, peut-être même qu'il en avait fait partie à une époque, les drogues des scientifiques le rendaient amnésique par moment. Mais inutile de s'en faire à présent, Dakufôgi ouvrait la marche vers une place large, à moitié inondée mais bien à l'écart, il ne ferait pas de bruit là-bas même si d'habitude, ses mouvements se rythmaient avec des cliquetis, sans plus, pas de grosses explosions, ce genre de choses folles, surtout qu'avec la nuit qui approchait, on lui en voudrait de faire du tapage. Dakufôgi ayant demandé à Shin de prendre les devants, surement que celui-ci attendait de se faire dépasser et guider, mais libre à lui de se soumettre à la trajectoire du cyborg ou bien de s'imposer comme un seul homme à la grosse machine trempée du boulon à la vis.

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Jeu 4 Déc - 12:10

Le médecin observa attentivement la boîte de conserve en face de lui. S'ennuyait il tellement dans les laboratoires de sa division pour quémander un combat à tout bout de champ ? A en juger par son physique et sa voix pas banale, le robot doit être conçu pour la baston et non les inventions. Chose qui fit sourire le vice capitaine Hayako, incapable de déterminer s'il s'agit là d'une farce ou bien d'un défi.

Pourquoi nous battre aujourd'hui ? Avez vous une soif de combat à étancher ?

Un shinigami de la Quatrième vint trouver le médecin et lui donna des papiers, ce à quoi le garçon pria pour qu'on ne le dérange pas pour ce dossier Miller. Bien entendu, l'autre insista et pour s'en débarrasser, Shin déclara qu'il verrait ça plus tard car il avait un invité, et qu'il allait devoir lui rendre service

Mais enfin, lieutenant vous...

J'ai dit non. Je suis avec le monsieur ici présent et nous allons nous entretenir sous peu. Je verrai le dossier plus tard, ne vous inquiétez pas.

Refaisant face à son invité, le garçon l'invita à se rendre sur un terrain plus approprié. La Quatrième division n'était clairement pas l'endroit où se battre, voilà pourquoi il l'emmena dans le fond de la cour. A l'écart des autres, et s'il y avait un problème avec les patients, le lieutenant ne serait qu'à quelques shunpo de là. Durant le trajet, il se posa pleins de questions comme, entre autres, son adversaire est il fort ? Que mijote t'il ? Avant d'arriver enfin à destination.

Le terrain était boueux à cause des trombes d'eau s'abattant sur le sol. Après ce petit match, il irait vite se réchauffer à l'abri dans son bureau avec la petite merveille qu'avait mise au point la Douzième, un radiateur comme ils avaient déclaré. Cette petite merveille de technologie que les humains ont chez eux est drôlement pratique. Enfin bref.

À vous de débuter. Vous semblez être le plus enclin à vous battre.

Laisser l'autre commencer est sans doute une erreur, l'occasion d imposer son style. N'ayant plus de zanpakuto, le médecin est en désavantage net. Mais il préfère rester dans le schéma de figure qu'est la contre offensive. Il se veut grandi. Pourquoi pas.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Dim 7 Déc - 16:44

    Heureusement que Shin gardait ses idées dans sa tête, Dakufôgi aurait pu très facilement se vexer à l'idée de ne pas être traité comme un scientifique mais comme un bélier prévu pour défoncer les portes de châteaux. Mais sur la seconde partie, l'autre avait raison : une soif de combat animait le cyborg. Le besoin d'avoir mal, de se sentir en vie. De faire mal et de sentir qu'on peut influencer le monde. Un délire sadomasochiste qui allait plaire à son adversaire car d'après les dossiers de la Douzième, le vice-capitaine nageait aussi dans cette perversion du monde. Déjà un point commun entre eux deux, si ce n'était pas beau! Mais contrairement à Dakufôgi, Shin ne savait pas grand chose de son opposant, tentant même de temporiser d'après l'intéressé qui penchait la tête dans un grincement presque strident, visiblement affecté par la pluie qu'il essayait d'ignorer depuis quelques longues minutes, si ce n'est pas plus. Ce qu'il ne pouvait pas ignorer : le besoin d'affronter le platine aujourd'hui car demain, les scientifiques le sortiraient pour un autre. Pauvre de lui, un chien de combat qui mordait et hurlait car c'est ce qu'on lui avait apprit. Qu'il était loin l'enseignement de l'Académie, si gentil...

    Au-moins, le test commençait rapidement. L'infirmier gradé réagissait comme il aurait du le faire, acceptant le défi, montrant son courage, et décidant de se battre autre part, montrant ainsi son pragmatisme et son respect des autres. Noté dans un coin du casque de Dakufôgi, ce dernier appréciait aussi sa politesse, ses euphémismes, surement idéal lors des situations de crise comme il y en avait tellement ces derniers temps. Pour l'instant, un 20 sur 20 mais pas d'applaudissements, pour cela il faudrait réussir à passer les prochaines épreuves qui changeraient Shin d'un médiateur à un véritable lieutenant de sa division. Instant plus dense, plus intense, ce pour quoi le forgenoire existait à présent!

    Un bon terrain. Boueux à souhait, ce qui avantageait le cyborg dont le shikai se comportait à quelques constantes près de la même manière. A bonne distance des baraquements curatifs, encore un bon point pour le shinigami en face de lui, à condition bien entendu que l'ennemi ne soit pas trop violent. Contre quelqu'un apte à faire d'importants dommages sur la zone où il combattait, un engin de destruction massif. Se mettre un peu plus d'écart aurait été plus sage mais le travail primait sur le duel dans l'esprit du vice-capitaine, telle était la conclusion de Dakufôgi. Sa côte commentait-elle à diminuer? Rien ne paraissait perdu. Shin, concentre-toi, ta race est en danger!

    « - Si vous me l'autorisez, alors ... »

    De petits filins blancs commençaient à se lever dans les airs autour du forgeron qui imitait le bruit de méditation de certains moines, ce long mmmh que vous connaissez tous. Si Shin pouvait détecter la force de ses adversaires, il saurait que ça allait chauffer ici dans tous les sens du terme et l'éclatement de reiatsu repoussait la pluie, asséchait violemment le sol qui se craquelait par la même occasion. Ainsi, Dakufôgi n'aurait plus l'avantage de l'habitude et de la protection contre la pluie. Comme un soleil, le shinigami entouré d'une aura comparable à de l'acier fondu et bouillant écartait les bras pour se préparer à l'offensive promise, éjectant une nouvelle vague de chaleur volcanique.

    Maintenant que cela était fait, un geste brutal projetait le cyborg sur le côté afin de contourner son adversaire. Derrière lui, ou plutôt dans sa trajectoire, un sol qui s'affaissait jusqu'à ce qu'il refasse son apparition derrière Hayako. Lent dans son déplacement, il se présentait les deux mains collaient l'une à l'autre comme une énorme masse qu'il abattait sur le vice-capitaine, visant la partie supérieure d'une omoplate et fouettant la zone pour le projeter au sol, lui faire mordre la poussière au sens propre. L'onde de choc devait paraître comme un sumo venu piquer un somme sur le cul du médecin.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Dim 7 Déc - 18:04

The show starts now. L atmosphère changea, l'air se fit plus chaud. Comme l'intérieur d'un volcan. Du moins c'était comme ça que Shin voyait ce rejet d'énergie. Parfait. Il avait trouvé le partenaire idéal pour jouer. Le supplice de la fournaise serait vite rejoint, rendant le spectacle plus attrayant. Un sourire ravi, une expression qu'il n'avait pas eu depuis longtemps. Ce combat allait être une offrande, une pensée pour sa douce.

Oh, nous allons bien nous entendre vous et moi je sens.

Le médecin mit lui aussi son grain de sel, montrant toute sa détermination. Il comptait y aller sans retenue, s'impliquer pleinement. L'affrontement des deux puissances semblait tourner à l'avantage du lieutenant, mais cela l'importait peu. Tout ce qu'il voulait, c'était passer du bon temps.
Aussitôt le cyborg réapparu dans son dos, Shin disparut à son tour, laissant derrière lui une balle bleue tombant sur le sol. Cette même balle bleue changea de forme, revêtant ainsi le manteau d'un coussin tout ce qu'il y a de plus moelleux. Prévu bien sur pour supporter une partie du coup que Dakufogi allait porter à l'encontre du lieutenant.

Six cordes sortirent aussitôt du coussin, agrippant une partie du corps bien précise du forgeron. Miser sur l'élasticité du produit pour l'immobiliser et parfaire son offensive. C'était la première fois que Shin tentait cette méthode, il ne savait pas si elle était fiable ou non. Après avoir saucissoner le scientifique, le garçon réapparut sur sa gauche. Tout ceci s'était passé en quelques secondes, mais quelle intensité ! Terminer avec une de ses préparations maison. Un tir d'énergie pourpre quasi à bout portant de la marchandise. Certes il allait brûler ce qu'il restait du coussin élastique, mais tant pis. Pour ce qu il en restait.

Oh, j'ai oublié de vous demander la cuisson ! Quel étourdi je suis !

Tout ça avec le sourire. Si après il y avait des réclamations, le médecin se verrait obligé d'ouvrir le bureau des plaintes.

Et paf ! Ça a fait des Chocapics !:
 

_________________
~Shin by Lies~


Dernière édition par Hayako Shin le Mar 9 Déc - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Lun 8 Déc - 2:08

    Inutile de parler des sentiments confus qui régnaient à l'intérieur du casque de cet homme qui n'écoutait que d'une oreille ce qu'on lui disait. Bien s'entendre... Quelque chose dans ses actes avaient plus au vice-capitaine, il ne restait plus qu'à déterminer quoi si ce dernier lui laissait le temps de réfléchir mais en même temps, tout deux se présentaient l'un à l'autre avec un esprit loin de celui qu'on empruntait pour boire du thé. Dans toute cette agitation, peut-être que le forgeron trouverait sa réponse à cette énigme, à moins que le shinigami ne lui offre lui-même sur un plateau. Pas trop bavard mais juste assez pour apprendre des choses à son propos, ça arrangeait bien Dakufôgi qui ne voulait pas se concentrer sur trop de chose à la fois.

    Première surprise et pas des moindres, l'homme tenait le coup du reiatsu de Dakufôgi qui haussait le sourcil derrière la plaque de métal qui lui servait de visage. En voilà une chose pas commune, généralement les gens le craignaient mais Shin réagissait... Comme s'il se plaisait dans le duel, qu'il avait pas ressenti ce genre de pression depuis longtemps et tout ça laissait le scientifique perplexe. Avec une apparence telle, pouvait-il le surpasser? L'armure n'isolait pas à ce point sa force et il était vrai que noyé dans sa propre énergie, les talents de détection de Dakufôgi se voyait passés à la moulinette, donc impossible d'estimer son partenaire d'entrainement d'un premier coup d'œil. Ce serait de l'observation pure, voir les dégâts que celui-ci pouvait engendrer ou encore encaisser mais pour un début de combat, Dakufôgi se trouvait lui-même fort distrait. Comme un mauvais pressentiment chez cet homme qui l'intéressait subitement, pour tout ce qui avait été mis dans son dossier et que des mots sur papier ne traduisaient pas assez bien au goût d'un guerrier des temps anciens.

    Ce moment d'hésitation était trop long, le cyborg s'en rendait compte lorsqu'un coussin bleu était réduit en cendres au contact de sa frappe. Quelle étrange impression, comme si son cerveau marchait au ralenti et qu'un bref instant, une vague de curiosité avait empâtée totalement les joints de son armure, peut-être un peu de peur mais pour qui? Dakufôgi ne se voyait pas périr contre Shin, surement trop sûr de lui, alors pensait-il aux patients dont les radiations de puissance pure pourraient gêner? Au décor que sa propre personne avait endommagée en combattant le temps lui-même sans pour autant repousser les nuages? Des mandales, toute sa vie il en avait pris, mais le fait de ne pas pouvoir estimer avec précision celle qu'il se prendrait le paralysait quelques fractions de secondes.

    « - Oui, vous regardez votre couteau et vous dites bizarre, bizarre. Alors je croyais que... Moi, j'ai dit bizarre? Bizarre, comme c'est étrange ! Pourquoi aurais je dit bizarre? Bizarre... Oh, je vous assure mon cher cousin, que vous avez dit bizarre. Bizarre? Moi, j'ai dit bizarre? Comme c'est-... »

    ... Bizarre...

    D'étranges filaments lui collaient aux mains et au visage, bien qu'il tentait tenir le coussin en question loin de lui. Après avoir encaissé son Hanma, l'artefact créé semblait affaibli, une bonne occasion pour tromper le médecin qui, en plus d'être parvenu à se défendre parfaitement, prétendait encore se servir de cette défense comme attaque et sincèrement, le forgeron détestait cette philosophie.

    Le voilà, le vice-capitaine, et pour faire au mieux Dakufôgi lui présentait en face à face son propre sort qui encaissait en premier les flammèches de son propriétaire avant de frapper avec violence le crâne de Dakufôgi, puis un bras, et tout deux se craquelaient avant de tomber en poussière, emportés dans un courant d'air qui balayait le corps factice par la même occasion. Derrière Shin, le cyborg qui soufflait un grand coup avec quelques impacts noirs sur son armure et une certaine envie de vengeance...

    « - Ce sera cuit à point pour moi ... »

    C'était stupide de se montrer ainsi à son adversaire, c'était lui donner la solution pour éviter mais à cette distance, malgré ses talents de coureur, Dakufôgi ne pensait pas que le vice-capitaine puisse éviter. Une main se jetant sur l'avant-bras de Shin, l'armure vivante ne prenait pas le temps de réciter son incantation, posant juste un sceau sur la peau pâle qui évoluait à la manière du Tsuriboshi, bien que moins puissant et dans une sorte de similicuir qui collait le bras en question au tronc de Shin, des lanières que le cyborg tenait fermement durant l'étouffement provoqué et il soufflait dans sa direction, un halo incandescent se formant devant son visage avant qu'une flamme semblant venir des Enfers n'en sorte pour carboniser une large étendue conique devant le scientifique qui se frottait les lèvres, ou là où elles étaient censé être, soufflant à nouveau comme pour reprendre son souffle en admirant ce triangle de feu dessiné au sol.

    Agir vite, sans prévenir et le scientifique s'appliquait à exécuter une petite danse avant que le sol ne semble se rebeller, se levant pour engloutir le médecin. Oui, ce même sol qui brûlait un peu plus tôt, l'histoire de le faire cuir et se venger des dégâts portés à son armure, ainsi que la frayeur que le cyborg avait cru ressentir un moment. Mais rien de vraiment inédit cette fois, une bonne vieille technique de l'Académie dont l'incantation terminait avec l'énoncé de celle-ci.

    « - 57e technique de destruction : Danse de révolution de la terre... »
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Lun 8 Déc - 19:00

petit oubli:
 

Et bien tout ce qu'on pouvait dire, c'est que le bonhomme ou quoi que ce soit sous cette armure aimait beaucoup jouer avec le feu ! Quelle belle démonstration de pyrotechnie qu'il avait lancé. Immobilisé, Shin avait été jusqu'à suffoquer dans cet habit que Dakufogi lui avait confectionné. Trop d'honneur de sa part, mais ce ne fut que le début.

Un certain plaisir revint à la surface. Se sentir couvert de cet ensemble de cuir, avec les lanières qui doucement se resserraient autour de son cou... Damn ! Que ça faisait longtemps qu'il n'avait pas ressenti cette sensation de souffrance mêlé à du plaisir. Sa dominatrice étant plus à ses côtés, le cyborg désirait prendre cette place pour ce combat. Volontiers, voyons voir de quoi il est capable...
Une odeur de brûlé. Quelque chose cramait. Et le garçon se rendit compte que c'était sa propre personne qui sentait le poulet grillé. Poulet au four, préparation. Après avoir recouvert votre plat d'un revêtement de cuir, allumer le four à 500 degrés puis patientez quelques secondes. Une fois que la sonnerie se fait entendre , vous pouvez mettre votre mixture dans le four. Vous n'avez plus qu'à entamer la préparation de la garniture et vous aurez un bon petit plat fait maison. Vous voyez, ce n'est pas si dur de cuisiner !

Enfermé dans une boîte chauffée par la flamme des enfers, Shin était prit au piège. Toute personne normale aurait paniqué, cherché à s'en sortir quitte à y laisser la vie ou quelque chose dans le genre tentative. Réfléchir à une idée de se défaire de cette prison. Il fallait offrir à cet ami du feu quelque chose de divertissant, un spectacle digne de fête foraine ! Au moins.
Les lanières qui maintenaient le garçon prisonnier disparurent sous la puissance déployée par le scientifique pendant la mise au four. Parfait, cela lui laissait le temps de panser toutes ses blessures, brûlures et autres, ainsi que de penser à un moyen de sortir. Concentrant son reiatsu tout autour de son corps, il se fallut quelques secondes pour que ce qui fut chair ensanglantée reprenne leur aspect d antan. Un rire amusé en pensant à la tête que ferait le cyborg en voyant que le médecin n'avait pas une égratignure. Beaucoup d'énergie venait d'être dépensée, et il allait falloir puiser dans ses ressources pour la suite.

Ses mains levées, le shinigami créa une mini tornade concentré dans un rayon qu'il tira en plein dans la paroi se tenant face à lui. Formant une zone où les flammes s'estompèrent un court instant, le médecin continua de se hâter. Murmurant une incantation, il plaça ses mains sur le sol. Un tremblement, puis silence complet.

Un torrent de lave fit son apparition en provenance du sol, frappant le côté avant de ce sarcophage si chaleureux. C'était ce qu'il avait de mieux, et il espérait vraiment que cela suffise. Non pas qu'il n'aimait pas être enfermé, mais le lieutenant tenait quand même à mourir autrement. Ce n'était pas son heure, loin de la. Sa douce attendait son retour en plus. Il lui fallait faire des efforts sur sa personne. Quelle serait la réaction de sa bien aimée si elle savait qu'il se trouvait presque incapable de réagir ? Se montrer à la hauteur de son rang. Il n'était pas vice capitaine uniquement pour ses talents de médecin. Prouver à tout le monde que même avec un handicap, il savait se débrouiller. Le zanpakuto, il devait le regagner. Ce n'était pas maintenant qu'il allait abandonner. Beaucoup d'énergie dépensée pour sortir de la. Fallait devoir se montrer prévenant sur ses prochaines actions.

Salut !

Fut le premier mot qu'il prononça lors de sa sortie de prison. Quelques gouttes de transpiration dues à la chaleur, uniforme brûlé à plusieurs endroits. S'arrêter la pour l'instant ? Au diable ! Va pour deux autres tirs de précision, en plein coeur. Ceux là, il les sentirait passer. Oh que oui.

Spoiler:
 

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Lun 8 Déc - 20:58

    [C'est effectivement une dépense en plus, vue le mouvement de panique de Dakufôgi! Désolé pour l'oubli, je ne l'ai pas insinué assez fort!]

    Cette personne agissait trop vite, trop intensément, et la main levée vers le cercueil, le scientifique n'y trouvait rien de mieux que le court repos que cela lui autorisait. Allait-il tenir le coup? Son propre corps peinait à le faire déjà de base, sans cesse harcelé par le puissant reatsu de son propriétaire et le stress, l'adrénaline, les sentiments désordonnés n'aggravaient que davantage la santé du malade en camisole d'acier. Le vice-capitaine prouvait sa force et même plus, notre ami des temps antiques se rappelant encore les duels qu'il livrait contre certains capitaines sans même changer d'emplacement. Très vite, Shin était parvenu à le forcer à se mouvoir à cause d'une rare violence, l'obligeant même à être plus ingénieux, à ne pas juste frapper comme il en avait une si bonne habitude mais le corps à corps restait l'alternative la plus sage d'entre tous, un domaine où il pourrait dominer sans soucis. Une belle conclusion pour ce premier acte de guerre ouverte entre les deux shinigamis où le plus solide physiquement grognait de douleur, les sutures de sa chair se distançant même sous l'effort de respiration qu'on l'obligeait à faire. Se méfier de ses impressions, se renfermer pour ne plus être agressé, ce bref repos lui avait au moins permis de faire le point et d'intensifier un peu sa propre force pour ne pas mourir étouffé dans un charbon trop vif pour ses fours.

    Un tremblement, une rébellion au cœur de l'acier que Dakufôgi préparait et une surprise encore : le médecin gérait à la perfection la douleur que son corps devait ressentir, celle que le cyborg espérait pour rééquilibrer la chose. Maintenant, un nouveau but : le membre de la Douzième devait contrôler ses dépenses, aller vers la guerre d'usure plutôt que le conflit frontal sauf si l'occasion se présentait de manière trop évidente. Même si Shin voulait faire un piège, une diversion, Forgenoire savait que ses muscles développeraient assez de force pour briser cette illusion arrogante de sûreté.

    « - ... Putain. Vous vous foutez de moi? Je ne serai pas le dindon de la far-... »

    Une pression nouvelle sur le torse alors que l'homme hésitait à nouveau en distinguant son adversaire amoché juste aux habits, l'air à peine épuisé. La peau intacte, Dakufôgi sentait son cerveau frapper dans les coins de son crâne dans un sursaut de logique, comment expliquait cette situation sur le point rationnel? Dans ses souvenirs, des sortilèges pour se soigner mais aucun de ce niveau. Aucun zanpakuto chez le vice-capitaine, une création personnelle qui harcelait les neurones du géant de fer qui se tordait de douleur lors de l'envol, les mains rapidement portées sur les flèches pour les briser avant qu'elles n'aillent trop loin. Le cœur était un endroit sensible et mourir ne figurait pas sur les objectifs de sa mission. Si cela rassurait Shin, sa cible baignait dans une douleur aussi corporelle que psychologique, une main sur sa nouvelle plaie, l'autre pendant dans le vide, le tronc courbé et le souffle lourd, un bruit asthmatique en dehors du heaume de chevalier qui se transformait peu à peu en heaume de punching ball.

    Au moins, la puissance brute et spirituelle de Dakufôgi le sauvait sur ce coup mais à cette distance, comment rater un coup pareil? Lui-même estimait là le meilleur procédé, venir au plus près pour être sûr de ne rien rater... Shin trainait encore ses pieds autour du terrain enflammé, bien que les débris autour de lui ne souffraient plus de la brûlure dévorante... Une proximité parfaite, presque en contact direct. Quelques mètres à peine, des angles morts par centaine, à moins que des yeux trainent sous la chevelure argentée de ce gars surprenant.

    « - La voie détournée des Arts du démon curatifs... Kaidô... Je comprend d'où vient ce nom maintenant. Merci, vice-capitaine Hayako Shin... »

    La troisième catégorie de sort après le hadô et le bakudô, trop spécifique pour entrer dans celles-ci où on retrouvait les sortilèges de soin, école majoritairement utilisée par la Quatrième Division, comme Shin l'avait montré un peu plus tôt. Chiryôyô kidô, les Arts du démon curatifs...

    Quelques paroles à voix basse suivaient les déclarations du cyborg, prévenant d'une nouvelle tentative d'entrave, la même que la précédente où les pierres lévitaient en douceur lors de l'incantation mais une petite ruse derrière, douce pour s'économiser, Nijû Eishô, la double incantation. Normalement, Dakufôgi devrait réciter les deux pour maximiser la puissance mais l'effet de surprise serait nul et la concentration en serait difficile mais le plan mutait dans son esprit, devenant pire... Une tension sans pareille, sans être une triple, le tempo aurait toute son importance... Alors que les pierres volcaniques se jetaient sur Shin, une lumière rouge naissait au niveau de son torse dans le but de le paralyser brièvement et comme ce dernier le voyait, les débris s'envolaient principalement son bassin... Mais pourquoi?

    « - Hadô no ichi! Shô! »

    Dakufôgi frappait vers le bas en récitant le dernier sort, se propulsant en même temps dans les airs pour surplomber Shin qui pouvait ressentir un poids sur ses épaules et sa nuque comme pour l'inviter à se mettre à genoux, dans une posture de soumission et d'exécution en même temps. Vue les techniques utilisées, le cyborg n'espérait pas trop que son plan fonctionne mais au moins, sans sa propre lévitation, le Daichi Tenyô ne le frapperait pas et même mieux, son adversaire deviendrait un bouclier humain dans l'éventualité où le choc des morceaux de roche n'éclate plus loin que prévu...
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Lun 8 Déc - 22:13

Ahlala... Quelle belle expression. Son petit manège avait fonctionné et c'est avec un sourire rempli de sadisme et de mal que le médecin éclata de rire. Il jubilait, profitant d'un petit instant pour s'accorder cette victoire personnelle. Le cyborg manipulateur de flammes était perdu dans ses pensées, se demandant sûrement comment le gentil médecin avait pu s'en sortir sans aucune blessure. Le meilleur était que comme Dakufogi l'avait enfermé dans sa boîte, il n'avait pas vu de ses yeux ce qu'il s'était passé. Mis à part l'option du soin, aucune autre indication. Y aller au bluff, jouer sur l'ignorance de son ennemi. Le reiatsu de Shin étant toujours un peu présent, il fallait en profiter au maximum.

Se sentant paralysé, le garçon aperçut des pierres qui se mirent à léviter tout autour de lui. Encore un tour de l'homme de métal. Besoin de se défendre ? Non. Ayant récupéré sa résistance physique, autant montrer à l'autre que ça ne le dérangeait pas de se faire jeter des cailloux dessus. Le mini bizutage commenca, se faisant ballotter dans tout les sens avec tout ces projectiles enflammés, le garçon se laissait faire. Accorder un peu de satisfaction à ce pauvre monsieur ferraille qui était sans doute bien amoché mentalement, et un peu physiquement. Toutefois, pour ne pas le laisser reprendre confiance, il fallait que le médecin ruine encore les espoirs de son opposant.
Ainsi donc, une fois la pluie de caillasses finie, une sphère bleue apparut dans le dos du cyborg. Shin avait joué sur le fait de capter l'attention en encaissant le petit manège du bonhomme pour préparer son offensive, sa méthode pour provoquer la victoire.

Ramenant sa main vers lui dans un geste vif, l'orbe couleur océan revint vers son propriétaire rapidement. Le contact avec le corps de fer eut comme effet de rabattre le scientifique vers l'endroit où se tenait le lieutenant. Celui ci l attendait bien sagement avec un petit cadeau à l'arrivée. Dès que la distance fut juger suffisante, Shin envoya une vague d'énergie azur en guise de présent. A bout portant quasiment. Ce qui fit titler le garcon. Le robot de la Douzième devait posséder une bonne résistance, car quasiment toutes les offensives de Shin avaient fait mouche. Soit c'était un tank, soit il gardait encore un atout dans son disque dur...

Spoiler:
 

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Mar 9 Déc - 21:04

    Problématique imagination qui offrait mille et unes possibilités pour expliquer l'état actuel de Shin et le cauchemar là dedans, c'était que Dakufôgi devinait la réponse, plusieurs fois même, sans savoir faire la différence avec une moins bonne, c'est-à-dire les milles qui restaient. Surement un point faible dans la technique, un endroit non-indemne et une faille à exploiter, il lui fallait se concentrer dessus, sur cette éventualité, cet espoir que tous ces efforts n'aient pas été vaincs mais voilà, avec un rire diabolique, le vice-capitaine continuait à rabaisser le moral de son opposant qui se remettait à son instar, quoique moins vite, dans l'ordre naturel des choses. Évaluation psychologique... Une fascination pour la douleur de soi-même et d'autrui, pas optimal comme combinaison avec son poste, avec sa division surtout...

    Dakufôgi ressentait une sorte de fierté, lié à un scepticisme qui le caractérisait, du au fait que Shin ne tentait même pas d'éviter une manœuvre que le cyborg ne pensait pas aussi efficace que celle-ci. Des petits sorts, cela pouvait paraître bête mais son optique de bataille d'usure fonctionnait essentiellement à petits coups de latte sur le bout des doigts et à des prises de soumission à genoux sur celle-ci, pas de grands coups de tabouret ou de banc d'école dans les dents. Une pression et voilà le scientifique qui s'envole sans réelle douleur cette fois, de quoi simplifier son travail de réflexion et d'arrangeait un peu plus les cruels desseins de son adversaire en profitant de cette projection pour armer son coup également, de façon invisible, faussement apeuré par le hadô qu'il semblait destiner à prendre mais...

    « - ... Chichi no ishi ! »

    Un mur de morceaux de métal disparates sortait du sol, une partie semblant tomber du ciel dans un système de braguette pratique qui se refermait juste avant l'impact. La technique en elle-même ne pouvait être décrite comme puissante mais il s'agissait là d'un des as gagnants du cyborg, une de ses seules alternatives défensives qui fonctionnait parfaitement contre le Sôkatsui, parfaitement comme voulue. La barrière souffrait du tir du médecin, au point de ne montrer aucune résistance au passage en force de ce tank vivant qui raccourcissait un peu plus la distance, les poings sur le côté comme si armés d'une épée. Au moment de son apparition, l'aura d'or du forgeron s'intensifiait comme pour aveugler le malin, lui donnant la marge de manœuvre pour abattre avec violence le sommet du crane de son adversaire après une petite pirouette qui mettait Dakufôgi allongé dans les airs, toujours propulsé par le Seki, exécutant un tonneau avec ce char d'assaut qui lui servait de corps avant de porter le coup qui soulevait les poussières du terrain desséché et au mieux, rabaissait celui qui en foulait le sol meurtri par la seule présence du membre de la Douzième.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Mer 10 Déc - 10:19

Bien joué le coup du "j'me sers de ta tentative de me rapprocher de toi pour balancer mon attaque". Le moins qu'on puisse dire, c'est que le cyborg avait bien répliqué au mini assaut du médecin, prouvant qu'il possédait encore des ressources. Ça avait le mérite de faire durer le plaisir du combat. Mais pour combien de temps ? Et surtout, ne jettait il pas ses dernières forces dans la bataille pour cacher le fait qu'il soit à court après ça ?
Le Sokatsui le frappa, détruisant la barrière due à la proximité des deux hommes. Une vague de chaleur se propagea aussitôt, mettant une difficulté supplémentaire pour le garçon. Il fallait au moins ça. Le rendant aveugle un court instant. Suffisant pour l'opposant afin de préparer et toucher à coup sur le médecin.

Flairant le piège, Shin entama un shunpo en marche arrière par pur réflexe, laissant un voile mauve à sa place. Même avec cette cécité temporaire, il arriva à éviter le coup dans une grande partie, laissant sa main droite prendre le quart restant. Craquement dans la partie principale, le pouce étant le seul survivant dû à sa maniabilité. Laisser ses mains en avant lors de la manoeuvre défensive s'était révélée dangereuse mais obligée d'où l'invocation du drap défensif. Prix à payer, rien à déclarer.

Ne se laissant aucun répit pour plaindre l'usage de ses quatres doigts, le lieutenant s'attaqua à la riposte. Il fallait qu'elle soit instantanée, et sans réfléchir, un tir de flammes fut tiré. Aussitôt rejoint par un triangle inversé se changeant en lances. Cette manoeuvre servait à enfermer le scientifique, et l'obliger à encaisser le rayon de flammes sans pouvoir tenter quoi que ce soit. Et afin d'être sur d'être fiable, Shin traca quelques symboles dans les airs pour causer une immobilisation en plus. Allait ce être suffisant ? Quel tour le robot allait bien sortir ? Un amas de questions vint à l'esprit du médecin qui, d'un mouvement horizontal de la tête, balaya toutes ces fioritures. Laisser les yeux se contenter du spectacle, et improviser pour une énième parade. Établir une stratégie était utile uniquement en début de combat. Là, ce n'était pas très utile vu qu'ils s'approchaient lentement mais sûrement vers la conclusion

Spoiler:
 

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Jeu 11 Déc - 23:29

    A court? Le principal avantage d'être celui qu'il était, la résistant, la belle, la grande, la vraie! Même si son souffle semblait plus court effectivement, un petit instant de repos et il se reprendrait mais encore fallait-il pouvoir arriver jusque là. Le médecin se montrait aussi ingénieux, cela n'aidait en rien la si merveilleuse endurance de Dakufôgi qui pouvait se vanter de se sentir vieux, de vouloir lâcher toute cette merde pour aller sucrer ses fraises loin de toute forme de bagarres trop violentes pour un homme du quatrième âge de son genre. La force venait avec la maturité, la sagesse aussi, mais le monde s'avouait être bien organisé et donc, les contreparties se montraient aussi. Les guerriers perdaient des bouts, des bras, des jambes, tout ça, et compensaient parfois mais pas toujours. Dans notre cas, le vieux Dakufôgi peinait à réagir si simplement. Le mieux, trouver une cachette et souffler un coup, mais Shin faisait son malin : il en manquait des tranchées pour piquer un petit somme en plein combat dans son ring choisi!

    Bien joué ceci dit, le vice-capitaine reculait par instinct, un bon et bel instinct, qui l'empêchait d'être tout simplement écrabouillé et le seul soulagement du shinigami robotique, la sensation d'une main trop fine pour sa force physique, si petite comparée aux siennes, qui subissait toute sa rage encore assez bien retenue pour ne pas qu'il ne donne la fin de l'échange lui-même sur le coup d'une crise cardiaque. Si Shin ne se guérissait pas tout de suite, Dakufôgi devait en profiter pour lui faire accumuler les dommages, le pousser à bout, le forcer lui à se retrancher. C'était aussi une solution. Même sans l'avoir sous les yeux directement à cause du Hakanai, l'instinct -du cyborg cette fois- lui redonnait confiance. L'expérience des combats, les schémas qui se répètent, il connaissait ça et la suite paraissait comme logique, avec toujours un revirement possible. C'est ce que Shin espérait, c'est ce que Dakufôgi espérait aussi un peu avant.

    Le moment d'éviter mais une gêne dans les jambes, une légère paralysie qui ne devait pas l'embêter trop longtemps jusqu'à ce qu'un autre sort ne vienne le planter sur place. Ça, c'était vraiment la merde. En face du robot, une flamme qui s'approchait trop vite, beaucoup trop vite. Pas le temps d'éviter donc? Fallait-il encaisser? Fallait-il tenter encore d'esquiver? Non. Le Haien simulait parfaitement la cachette désirée par Dakufôgi! Un temps trop court... Le robot connaissait assez bien le hadô pour connaitre ses faiblesses et le poing serré, il l'enfonçait dans le cœur même de l'Haien avant de libérer une immense quantité de reiatsu, une onde de choc partant balayer le visage du vice-capitaine qui pouvait ainsi voir un anneau de flammes se dissiper autour de l'index et du majeur du gros mâle tendus vers lui.

    « - -Si vous arrêtez, le ciel ! Le sifflement des lances résonne dans la forteresse vide ! Hadō no roku jū san : Raikōhō!! »

    Mauvaise idée de se dépenser aussi vite mais en y allant doucement, un coup intense de temps en temps, cela devrait passer et effectivement, un laser blanc partait en direction du ventre du shinigami, une multitude d'éclairs coincée dans ce petit intervalle lancée de ses deux doigts un peu tremblants, l'armure lacérée au niveau du poignet, preuve de l'effort physique intense pour se dégager de l'emprise du vilain petit bonhomme aux cheveux platines.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Ven 12 Déc - 12:29

Son assaut avait été mené avec brio, tout portait à croire que Dakufogi ressemblerait à un tas de ferraille mélangé à ce qui lui restait d'humain. Pourtant, un bruit sourd lui annonça le contraire. Faisant deux pas en arrière, par réflexe purement défensif, Shin prépara mentalement sa défense à venir. Quoi que ce soit, l'Enkosen fut la première parade à lui venir en tête. Sentant quelque chose lui parvenir, il usa de ce même sort afin de se protéger. L'onde de choc put donc être bloquée, au plus grand bonheur du médecin.

Allant baisser sa garde, un rayon parsemé d'éclairs le fit changer d'avis. Remettant sa défense en place afin d'encaisser une partie de l'attaque, le garçon en revenait pas que la ferraille ambulante possède encore des ressources d'énergie. Soit il puisait dans ses économies, soit il avait bien plus que le médecin.
L'éclair heurta de plein fouet le corps du lieutenant, mais sa puissance avait été amoindrie par le disque jaune qui avait volé en éclat en encaissant bien plus qu'il ne pouvait. La pluie se faisait moins battante sur le terrain, ce qui donna une idée au shinigami de la Quatre. Concentrant un semblant d'énergie au bout de son index, il fonça en même temps au contact de son collègue. Laissant le voile mauve obstruer la vue du robot homme, Shin ajouta à cette gêne la mince dose électrique cultivée précédemment, afin de causer un choc statique en cas de contact.

On tient toujours le coup ? Impressionnant.

Donner l'espoir pour le reprendre ensuite. Enchaîner sur un tir de précision instantané. A bout portant, il ne pouvait pas manquer sa cible. Les seuls quelques mètres les séparant étaient couverts par le voile entravant la vue, renforcé par l'électricité parcourant toute sa surface. S'en débarrasser s'annonçait plus compliqué si Dakufogi choisissait d'en venir aux mains. Le tir visait l'endroit qui ne détruirait pas son drap éphémère. Se donner tant de mal pour le détruire juste après, non. Il avait déjà tenté l'expérience, et ça n'avait jamais fait du bien par la suite. Enfin. Le scientifique allait il encore sortir un quelconque tour de son casque ? En tout cas, il était sacrément résistant. Shin ne pouvait pas le nier.

Spoiler:
 

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Membre de la 12ème Division / Cyborg

Messages : 122
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Sam 13 Déc - 14:45

    De loin et en fraction de seconde, un peu penché vers l'avant après ce coup de brute, Dakufôgi le savait, le médecin allait le surpasser en vitesse et ça de manière violente. L'onde de choc se voyait bloquer très rapidement, surement que les premières brises avaient alertées Shin qui démontrait des réflexes tout à fait à son niveau, comme espéré en faites. Plus petit que le Ko Kajiya, l'Enkosen devait être le grand frère officiel de ce sortilège créé de toute pièce par le forgeron il y a de ça bien longtemps. Même forme, même manière de création, quoiqu'une structure légèrement différente qui empêchait la maniabilité dans ce genre de moment, une paralysie passagère tout à fait intéressante pour laquelle le grand homme ouvrait la main en voyant ce pare-brise brisé, prêt à balancer un bon Shô dans le nez à la limite.

    Le médecin fonçait, regardait la pluie bêtement et son plan paraissait clair comme de l'eau de roche mais sans la moindre chance de réussite à cause de l'aura brûlante de son adversaire qui palliait les avantages de cette pluie, ceux de Shin comme les siens. La distance ne le sauverait pas cette fois... Le sort doublement lancé dans sa direction afin d'être sûr de lui faire ravaler les dents avec un léger coup de mitraillette, Dakufôgi avait la mauvaise surprise de dissiper un mirage sombre qui le laissait un instant pensif, comme si dans cette boite de conserve qui lui servait de tête ce même mot se répétait : zut. A cette distance à présent, le choc remontait le long du bras de cet homme qui parvenait à séparer les molécules trop serrées en face de lui avec le fameux Shô qui en conséquence diminuait les dégâts mais tout de même, quand on est paré entièrement de métal, même si celui-ci était plus que particulier...

    « - Surpris qu'un shinigami puisse me tenir tête aussi longtemps surtout! »

    Le voilà énervé et étrangement ravi, de la fumée commençant déjà à s'échapper par les orbites de ses yeux, les jointures et les trous creusés par Shin, à croire à un court circuit causé par le Tsuzuri Raiden bien que la machine en elle-même pouvait toujours bouger, bien que plus lentement à cause d'une certaine fatigue qui dissipait en même temps son aura enflammée remplacée par celle de son zanpakuto. Les gouttes de pluie sur son armure chaude n'amélioraient en rien la situation, de la vapeur couvrait rapidement Dakufôgi au niveau du dos et des épaules à la manière d'un haori d'un blanc translucide. L'espoir ne faisait pas vraiment partie du vocabulaire du prisonnier vivant qui contractait violemment ses muscles pour forcer l'effort, dégager une dernière fois une pure sensation de force brute sans que le reiatsu n'y soit pour rien, juste l'attitude d'une bête qui grogne et qui hérisse les poils sans avoir peur ou alors croire en une victoire facile.

    Encore ce craquement et doucement, le cyborg pliait vers l'avant, posait le genou à terre comme prévu alors que la vapeur se mettait à fuir par cette jambe endommagée. Le regard dans le vide et la fameuse cape gonflait grâce à ce nouvel apport avant d'éclater tout simplement dans un visuel assez théâtral lorsque le membre de la Douzième rajoutait le second genou, assis sur les talons, le corps penché en avant et les poignets tombant traînaient au sol, l'armure toujours enfumé de partout avec cet eau qui venait du ciel crépitait encore au contact du métal bouillant qui se nettoyait et se voilait au rythme des nuages fuyant ce dieu de la mort qui se sentait étrangement vivant pour le coup.

    « - Le Tsuzuri Raiden a endommagé les capteurs, 343. Je débranche. Fin du test.
    - Fils de... Putes... »

    Cette insulte élégante partait bien loin de Shin, destinée à un certain groupe de personnes cachées derrière des écrans d'analyse. Le son de sa voix monstrueuse s'évanouissait comme si le robot s'éteignait simultanément et effectivement, après que la fin de sa réplique soit légèrement coupée, Dakufôgi ne présentait plus aucune activité. L'œil fermé, plus aucune lueur à l'intérieur du heaume. Les doigts relâchés, plus aucun reiatsu pour détruire cette partie du Seireitei.

    Juste un homme dormant sous la pluie.
Spoiler:
 

_________________
~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1665-dakufogi#13144

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   Dim 14 Déc - 14:16

Bien. Cette boîte de conserve avait finalement rendu les armes, désactivant son système pour redevenir inerte tel un jouet. Court circuit fatal, peut être Shin aurait du tenter plus tôt cette méthode. Cela lui aurait épargné toute cette dépense d'énergie, et s'en servir plus efficacement. Car même s'il avait gagné, le médecin était non satisfait de son rendement. Son opposant avait bien fait son job, et sa résistance avait été un des principaux acteurs de la gêne occasionnée. Il fallait que le garçon s'améliore dans ce domaine là, changer son style s'il y avait besoin. Se montrer plus réfléchi et cesser d'être aussi imprudent. Représenter l'élite des médecins, cette armée trop longtemps mise à l'écart. Shin voulait montrer que la Quatre n'était pas que bonne à soigner, qu'ils pouvaient aussi blesser. C'était des soldats aussi, chose à ne pas oublier.

Se rapprocher de son collègue de la journée pour le congratuler d'un geste amical, le vice capitaine s'assit quelques instants à côté de la ferraille hors service. Soufflant un coup, il ferma les yeux quelques instants pour écouter les paroles de la pluie tombant sur son visage. Chaque goutte représentait un rafraîchissement. Il avait eu chaud pendant cet affrontement malgré le temps qu'il faisait au dehors. Bien battu, et une victoire. Un rien le rendait heureux en ce moment. Que ce soit victoire ou défaite, tout était le bienvenu. Depuis que la capitaine commandante avait été porté disparu, son laquais s'était mis en tête qu'il se devait de prendre la relève de sa division. Du moins en intérim. Il se savait incapable de mieux gérer qu'Asuna, mais il n'avait pas le choix. D'ailleurs, l'heure était venue pour lui de repartir dans ses quartiers, ses hommes l'attendaient tout comme sa paperasse.

Je te passe cette ombrelle que je garde pour ce genre d'occasion, tu me la rendras plus tard. T en as plus besoin que moi en ce moment.

Illustrant ses propos, le shinigami sortit son ombrelle et la planta à la droite du cyborg toujours muet. Aider son prochain, un des principes de la Quatrième. D'un pas lent, le médecin retourna à sa paperasse, les gouttes d'eau l'accompagnant dans sa route.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'était un jour de pluie [Pv Hayako Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» UN jour de pluie, un jour maudit ~ ( Coeur de Braise )
» Un jour de pluie
» [Deutschland] Berlin, un jour de pluie...
» Règles du magasinage pour un jour de pluie ; Niles Burroughs
» Ô mon amour c'est le jour parfait, pour ne rien faire ou pour crever.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-