AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : 4 ème siège de la septième division

Messages : 211
MessageSujet: Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}   Jeu 2 Mai - 21:56

- Pardon?

C'est une Otsu hébétée qui se trouvait désormais dans le bureau du Capitaine Commandant. La deuxième fois en peu de temps, ce qui n'était pas pour plaire à la jeune femme. Sauf que cette fois-ci ce n'est pas elle qui avait sollicité la rencontre mais bien le chef du Gotei 13 ce qui ne faisait qu'alimenter l'angoisse de la Vizard qui, depuis son combat contre les deux colosses de la onzième division, sentait comme un malaise lorsqu'elle se déplaçait. Au début, elle avait crut que c'était à cause du bandeau qui cachait son œil gauche, séquelle de l'affrontement direct avec le Kenpachi. Elle doutait de regagner totalement sa vision un jour, mais été heureuse de s'en être sortit avec cette seule blessure. Mais cette impression de malaise, elle du bien s'en rendre compte ne venait pas de ce "léger" handicap. Certaines rumeurs lui étaient parvenues, colportées par sa propre Vice-Capitaine. Des murmures comme quoi le Kenpachi la jugeait largement indigne de l'uniforme qu'elle portait suite à leur duel. Faiblarde, pleurnicharde, voilà les mots qu'on prononçait d'elle désormais à la Soul Society.

Et toi tu y crois?


Avait elle demandé alors à Lisa au moment où celle-ci avait abordé le sujet. Sa lieutenante c'était alors contentée d'un haussement d'épaule, un geste qui en disait long, trop long. Otsu, se sentit alors heurtée au plus profond d'elle même et avant qu'elle n'est pu demandé plus d'explications sur cette symbolique gestuelle, son amie avait tournée le dos, la laissant seule, un vide dans le cœur et les yeux emplis de larmes. L'amertume l'avait envahie alors depuis ce jour, elle tentait d'ignorer les regards que lui jetaient les autres Shinigamis et s'attelait au divers tâches qui pouvaient lui être confiées. Elle avait alors reçu le papillon de l'enfer, messager funeste lui demandant de se rendre expressément dans le bureau de son ex-mentor.

Elle s'y était alors rendue le plus vite qu'elle pouvait espérant que Shinsui balayerait ses craintes d'un sourire mystérieux dont il avait le secret. Malheureusement, c'était un leader à la mine renfrognait qui l'attendait. Ils se dévisagèrent longuement, sans s'adresser la parole. Otsu ne pouvait s'empêcher de trouver ironique le fait qu'ils portent tous les deux le même bandeau signe d'une blessure identique. Mais son amusement fut de courte durée aux premiers mots prononçés par le Commandant. C'est donc avec cette unique parole qu'elle traduisit sa détresse. A vrai dire, elle avait parfaitement compris ce qu'on lui disait et cela remplissait son cœur de colère.

Tu as parfaitement compris. Ne rends pas les choses plus difficiles qu'elles sont.

Il se leva de sa chaise et esquissa un mouvement vers elle.

Ne m'approchez pas.


Il se stoppa net, la voix sortant de la bouche de la jeune femme, bien plus gutturale qu'à son habitude. Otsu secoua la tête, chassant l’intrus qui c'était immiscé au mauvais moment dans son esprit. Sa voix redevint alors normale.

Pas de ça entre nous. C'est vous même qui m'avait mise à se poste et vous voulez maintenant me le retirer? Certes la mission était un échec et j'ai perdu mon combat contre certainement le plus puissant Shinigami de la Soul Society. Et puis quoi?

Le borgne ferma les yeux et soupira tandis que les larmes de colères s'accumulaient sur les joues d'Otsu et que son Hollow lui susurrait de très mauvaises pensées. Elle n'en avait que partiellement le contrôle lorsqu'elle était dans un tel état psychologique.

Ma petite Otsu... Je pense que je me suis trompé. Tu étais certainement trop jeune pour cette responsabilité et les évènements dont tu parles en sont le parfait exemple. Ta réaction le prouve, tu manque encore de maturité. Tu n'arrive même pas à contenir suffisamment ton colocataire, ton Reiatsu et le sien s'entremêlent et si tu ne reprends pas vite tes esprits, tu sais ce qui t’arrivera...

Devant cette menace évidente, Otsu sécha ses larmes de sa manche, inspira et repris le contrôle sur elle même.

Bien.

Elle enleva alors son Haori et le jeta alors par terre, ultime provocation. Elle allait ouvrir la bouche mais une claque retentissante l'en empêcha. Hébétée, c'est un tout autre Shinsui qui se tenait devant elle. L'homme qui savait toujours garder son calme avait été remplacé par le Commandant dur et sévère.

Tu salis l'honneur du Gotei et ton honneur par cette attitude puérile. Je comprends ta haine mais ce n'est pas la peine de faire fi de tout ce que l'organisation t'as apportée.

Il reprit alors son calme, se dirigea vers son bureau et s’assit.

Des ordres te seront communiqués dans la journée, tu peux t'en aller.


***

Le jour suivant.

Et toi là! Oui toi le gros moustachu! Encore une s'il te plait! Et magne-toi...s'il te plait!

Une coupelle mademoiselle?

Non une bouteille idiot!

Le tavernier haussa les épaules, après tout cette cliente avait de l'argent et faisait vivre son commerce du 74ème district depuis ce matin, de plus elle avait l'air assez puissante alors mieux valait ne pas la contrarier dans l'état dans lequel elle était. Il se dépêcha donc de lui apporter ce qu'elle voulait et ne put s'empêcher de la dévisager. C'était une belle femme, malgré le bandeau qu'elle avait sur l’œil, un joli visage, de beaux cheveux, de beaux s...

T'arrêtes de me mater oui?

L'homme sortit de sa torpeur contemplative.

Je vous demande pardon?

La jeune femme passa alors sa main sur son visage, un masque à corne apparu alors. Une voix gutturale s'échappa alors de celui-ci, même s'il n'y avait pas de bouche, mais de multiples trous parallèles.

J'ai dis: tu arrêtes de me mater.

Bien trop effrayé, le bonhomme se retourna sans demandé son reste, la créature qui avait auparavant été l'objet d'un fantasme fugitif, éclata d'un rire sournois.

Otsu enleva alors son masque, reprenant le contrôle sur Suto.

T'es chiante on aurait pu bien s'amuser.

Ferme ta gueule!

Elle grommela ces mots, baissant la tête, un Shinigami venaient de rentrer dans le bar et il valait mieux pour elle qu'il n'est pas sentit la perturbation spirituelle engendrée par la Vizard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1708-ito-mizuki-terminee

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}   Ven 3 Mai - 17:36



D'un sifflement caractéristique, le vice-capitaine de la sixième division venait d'apparaître devant le bar du 74ème district. Il avait été renseigné un peu plus tôt dans la matinée, par un siège de la huitième, qu'Otsu se trouverait sûrement là. Quel endroit miteux, comme il y en avait partout dans ce coin du Rukongai. Haiko n'aimait pas revenir ici. Ce lieu si loin du Seireitei ne lui rappelait que de mauvais souvenir. Là où il pouvait maintenant marcher sans crainte de part son statut, il s'attendait à se faire interpeller par la racaille locale. Pour eux, il n'aurait aucun ressentiment. Pourtant, rien. Les rares âmes traversant encore les rues remarquaient le shinigami d'un air absent ou le dévisageaient d'un air dédaigneux, mais cela s'arrêtait là. Le petit shinigami n'avait gardé aucune séquelle visible de son combat avec le Kenpachi et son lieutenant, si ce n'est le bandage qui enveloppait sa main droite jusqu'en haut de l'épaule. Son uniforme en cachait une grande partie. Il entra dans la taverne.

    « Et ben, c'est qu'on a du beau linge aujourd'hui ! »


Venait de s'exclamer le tenancier en tordant sa moustache entre ses doigts. Haiko hocha la tête en guise de salut tout en s'avançant vers la table que le gérant venait de quitter. Par dessus l'une des petites séparation de bois du bar, il reconnut la chevelure brune de sa partenaire d'un jour. L'Ardent soupira d'un air résigné avant de venir à la hauteur d'Otsu et du barman qui continua sur sa lancée, visiblement avide de pouvoir se faire un petit pactole par la présence des deux résidents du Seireitei. Mis à part deux ou trois types, il n'y avait qu'eux.

    « Qu'est-ce que j'vous sert m'sieur l'shinigami ? »


    « Apportez-lui sa bouteille, ça suffira. »


    « J'vous apporte ça tout d'suite ! »


Sur quoi le bedonnant propriétaire s'en alla dans sa remise. Le petit shinigami reporta alors son attention sur Otsu. Une main posé sur sa hanche, il observa rapidement la table devant elle. La jeune femme n'en était visiblement pas à sa première bouteille... Affligeant vu l'heure, mais compréhensible au vu de sa situation. Il s'assit en face de la jeune femme tout en entamant la conversation.

    « Je ne pensais pas que tu affectionnais ce genre d'endroit, Otsu-chan... »


Sourire aux lèvres, il posa ses coudes sur le bois bancale de la table en fixant l’œil non masqué de la belle. Il continua, adoptant un air plus sérieux.

    « J'ai appris la nouvelle ce matin... »


Un lourd silence s'en suivit, troublé par la seule venue du tavernier qui posa maladroitement le saké entre les deux shinigami. Haiko n'y prêta même pas attention, continuant de fixer sa camarade. Il ne pouvait pas comprendre ce qu'elle traversait, mais si elle était encore là, c'est que Shunsui devait avoir une bonne raison. Sa voix s'éleva de nouveau lorsqu'il sortit un parchemin de l'intérieur de son uniforme. Il le déposa devant Otsu, sa réaffectation, rédigée de la main du capitaine-commandant.

    « ...Lorsque j'ai lu ceci. Mon capitaine l'a reçu ce matin, mais je voulais te l'apporter moi-même. »


Il marqua une pose tout en retournant deux coupelles déjà posées sur la table. Il les remplit avant d'en pousser une vers la jeune femme. Haiko apporta doucement l'autre à ses lèvres.

    « Dit-moi, comment tu te sens ? »


Voilà bien une question ridicule au vu des bouteilles jonchant déjà la table, mais l'Ardent la lui posait pour voir de ses propres yeux la réaction de l'intéressée. Il ne connaissait pas vraiment la raison qui l'avait amené à être destitué de son rang de capitaine et s'il pouvait en apprendre un peu plus de sa part, peut-être pourrait-il l'aider au mieux à faire ses premiers pas au sain de sa division.

Surpris par la force du breuvage qu'il venait de goûter, Haiko ferma les yeux en toussant un coup. Ceci occasionna les ricanements du barman passant à côté d'eux au même moment. La boisson n'était pas son fort, mais il ferait avec pour cette fois. Pourvu que cela ne finisse pas mal... Il plongea de nouveaux ses prunelles dans celle de son vis-à-vis, sourire au lèvres en reprenant calmement son souffle.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko

avatar
Rang : 4 ème siège de la septième division

Messages : 211
MessageSujet: Re: Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}   Ven 3 Mai - 19:40

Otsu fut soulagée de voir que le Shinigami qui était rentré dans le bar était un visage connu et qu'elle appréciait. Kaogake Haiko, depuis leur combat commun contre les deux têtes de la onzième, elle le considérait presque comme un ami. Elle posa brutalement la coupelle vide qu'elle tenait dans ses mains et partit dans un ricanement nerveux.

- J'apprécie ce genre d'endroit lorsque j'ai des problèmes à régler. Et vu la situation dans laquelle je suis je ne suis pas prête de le quitter!

Elle marqua une pause, mis son index dans la coupelle vide et la fit tourner d'un geste machinal.

- Et si cet idiot ne m’amène pas cette délicieuse potion d'oubli j'envisage de le raser, l'endroit, pas l'idiot. Après tout, je ne suis plus à une connerie près.

Elle arrêta de faire tourner la coupelle et se pris la tête dans les mains. Le tavernier revint maladroitement posé le saké sur la table. Elle lui jeta un regard noir de son unique œil visible et l'homme repartit sans demander son reste, le souvenir de la dernière prestation de la belle toujours frais dans son esprit. Elle se retourna vers Haiko.

- Si tu es venu me dire que tu es désolé tu ferais mieux de partir. Je n'ai pas de temps à perdre à écouter des gens me plaindre. Je n'ai aucune envie de disc...

Elle allait continuer la discussion dans cette voie lorsque son interlocuteur présenta une lettre. Plus tôt, elle avait reçu la même à la Huitième division mais ne l'avait pas ouverte, elle imaginait très bien ce qu'il y avait écrit dedans. Mais pourquoi la sixième division avait elle reçut la même? Ses pensées se mélangeaient dans tête, elle avait trop bu et ce morceaux de papier la rappelait en quelque sorte à la dure réalité, elle fut prise de nausées, porta la main à sa bouche, peine perdue: elle eut juste le temps de tourner la tête et dégobilla sur le sol de la taverne. Elle se redressa, blanche comme un linge, voyant que son ami la regardait toujours. Il poussa d'ailleurs une coupelle de saké d'un geste compatissant. Elle la repoussa portant de nouveau sa main à ses lèvres.

- Non merci. Comment je me sens? Et bien je ne sais pas. En colère je suppose.

Elle prit la lettre et l'ouvrit fébrilement pendant que le petit Shinigami s'étouffait sous la force de la boisson. Elle la lu, puis la posa sur la table.

- Et bien. Je préfère que cela se passe comme ça. Je me vois mal remettre les pieds dans ma division où même ma Vice-Capitaine ne m'apporte plus aucune considération.

Elle souffla, son mal de crâne empirait mais la nausée disparaissait. Néanmoins un élan de colère la parcourut. Elle tapa dans le mur à coter d'elle, le craquement de ses os se fit entendre. Elle poussa un gémissement de douleur. Décidément elle n'était vraiment pas douée en Hakuda...

- Ce vieux singe de Shinsui...Il a beau m'avoir dégradé, il souhaite toujours le meilleur pour moi. Ou alors il pense peut-être que notre complicité, enfin c'est comme ça que je le perçoit, te permettra de me tenir en place. Mais je vais te dire une chose Haiko. Je n'aurais beau être que ta subordonnée, je n'en suis pas moins une ancienne Capitaine. Je te demanderais donc une chose, de me traiter au moins comme ton égale, voir même ton amie puisque j'ai grand besoin d'amis en ce moment. Quand à ton capitaine, je ne le connais pas et s'il décide de me traiter comme la dernière des sous-fifres, alors je partirais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1708-ito-mizuki-terminee

avatar
Rang : Capitaine de la sixième division

Messages : 248
MessageSujet: Re: Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}   Sam 4 Mai - 12:55



Elle n'allait pas bien, clairement. Haiko s'appuya contre le support de bois derrière lui, récupérant de sa lampé en s'essuyant les lèvres d'un revers de sa main bandée. Certains gradés du Gotei n'avaient visiblement plus la même considération qu'avant à l'égard de l'ex-capitaine. Le petit shinigami déplorait ce genre d'attitude. Si les shinigami du Seireitei n'étaient pas capable de prendre sur eux pour soutenir une camarade, où allions-nous ? Encore fallait-il qu'Otsu y mette également du sien. C'est d'ailleurs ce qu'espérait l'Ardent lorsqu'elle eu lu sa réaffectation. La jeune femme semblait soulagée. Haiko ne l'interrompit pas, à peine surpris par son élan de colère projeté contre le mur de l'établissement. Il faudrait du temps. Oui, du temps et de l'attention.

Aux derniers mots de la belle, le jeune homme se redressa légèrement en plantant ses yeux dans le sien. Comme elle venait de le faire remarquer, le capitaine-commandant avait fait preuve de clémence en la gardant au sain du Gotei. De plus, celui-ci n'aurait pu choisir meilleur option pour qu'elle puisse remonter la pente. L'Ardent était sans doute celui qui connaissait le mieux Otsu, Shunsui avait été sage de la placer dans sa division. De là à la « tenir en place », de la traiter comme « la dernière des sous-fifres » ? Le bretteur se devait de corriger ces paroles sans doute nourri de colère et d'alcool. Calmement, il reposa ses coudes sur la table, un sourire gentil accroché aux lèvres.


    « Te tenir en place ? Otsu-chan, tu apprendras que dans notre division, il est du devoir de chacun, moi y compris, de se « tenir en place ». Bien avant nous, les Kuchiki ont fait de la rigueur et du respect les composantes primordiales de notre division. Car sans ça, tout ne serait que chaos et désorganisation. J'essaie de reproduire ce schéma aujourd'hui, même si de l'eau a coulé sous les pont. Avant moi, Renji-senpai avait déjà bousculé cet ordre des choses de part son statut de roturier. Il en va de même pour moi aujourd'hui et cela ne plaît pas à certain nobles... »


Il marqua une pause, finissant sa coupelle d'un trait. Le liquide lui brûla la gorge, mais il ferma les yeux en prenant sur lui de retenir un éventuel rejet. Se raclant la gorge, Haiko continua.

    « Cela fait un moment maintenant que je suis dans la sixième et je met un point d'honneur à ce que tous, nobles et roturiers, hommes et femmes, capitaines et shinigami du rang, ne fassent qu'un. Honneur, rigueur, égalité, respect... Ça bouscule encore un peu l’ego de certains, mais c'est pourtant grâce à cela, et tu pourras le constater par toi-même, que personne n'est mit à l'écart au sain de notre division... »


Le jeune homme effaça alors son air sérieux d'un revers de la main, se mettant de nouveau à l'aise contre son dossier.

    « Pour les autres, ça leur passera... Auquel cas ils auront affaire à moi. Tu fais partie des nôtres désormais et je ne laisserais personne te manquer de respect, pas même le capitaine. Mais soit sans crainte, le Taishô à l'air d'être quelqu'un de bien. Après tout s'il m'a laissé te rendre visite pour t'annoncer la nouvelle, c'est qu'il doit prendre en compte les remarques de ses hommes, hm ? »


Un sourire bienveillant illumina son visage. Haiko cherchait bien évidemment à remonter le moral de son amie, lui changer les idées, poser les bases pour qu'elle puisse reprendre du poil de la bête dans un cadre qui ne l’enfoncerait pas plus que de raison. Se faisant, il se leva doucement en déposant sur le bord de la table la somme d'argent réglant les boissons dans un cliquetis que le barman ne mit pas longtemps à remarquer. Il se tourna alors vers sa camarade en l'invitant à se lever, l'aidant si besoin.

    « Rentrons, je vais te montrer tes nouveaux quartiers. Tu pourras récupérer là-bas. C'est pas le tout, mais tu as quand même une sacrée descente ! Ahahah... »


Ils se dirigèrent alors vers la sortie...

    « Rev'nez quand vous voulez ! »


Haiko salua le tenancier sans se retourner, d'un geste de la main. C'était pas demain la veille qu'il reviendrait, mais bon...

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t411-kaogake-haiko
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ohé Ohé Capitaine abandonnée! [Retour/Rétrogradation]{PV Haiko}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dreadfleet [GW] Ou le retour de Man'o war
» Nouvelle place de capitaine pirate disponible (le retour)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-