AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Collègues de carnage[Clotho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Collègues de carnage[Clotho]   Mer 27 Aoû - 18:35

Dernière visite de courtoisie envers l’unique vice-capitaine non rencontré. Enfin, sans compter le vice-capitaine Serpiente, mais avait t’elle un intérêt à le rencontrer ? Non aucun au vu de l'individu. Si rencontre il devait y avoir cela sera lors d’une réunion entre Fukutaisho. De même s’ils se rencontraient, la conversation tournerait court à condition que cela ne concerne pas une mission commune.

Pour revenir au gradé en question il ne s’agit de nulle autre que Clotho. Les seuls renseignements glanés par la dame le concernant sont qu’il a participé au combat final contre les Maho Tsukai, qu’il a fait profil bas pendant deux ans et qu’il n’appréciait guère les reapers. En même temps, rechercher une personne parmi les shinigamis ayant une bonne estime des faucheurs demeure rare. Et ces exceptions pour la majorité préféraient le taire. Arisu espère ne pas trouver une de ces anomalies à la treizième. Bien qu’une possible personnalité comme citée puisse résider au sien de leur division. Cela n’en reste pas moins improbable, tant que leur rôle fut bridé au point de n’avoir aucune utilité. La curiosité de connaître leur nouveau quotidien et état d’esprit y est pour beaucoup dans sa démarche.

Arrivé dans les locaux de la treizième. La petite bourgeoise se retrouve accueillit par un silence de mort, seulement brisé par l’écho des hommes parcourant les couloirs. Quoi que l’on en dise, il ne s’agit pas de la division la plus agitée du gotei treize. Même s'il y'a de temps à autre un peu d'agitation. Elle se souvenait qu’il a deux ans un mur à du être reconstruit à cause d’un incident avec un capitaine. Contrairement à la majorité des divisions. Arisu eut déjà à parcourir ses lieux.

Et inversement également en comparaison avec Krow Karlson, la Shihôin partit avec une description physique plus que détaillée et certainement pas avec un profil pouvant correspondre avec quatre-vingt-dix pour cent du secteur. Traversant les couloirs et les escaliers. Arrivant à la porte de son bureau frappant trois fois, elle ne reçut aucune réponse. Ce Clotho devait être en plein entraînement. Rebroussant son chemin, elle s’avait où le trouver, sinon il lui restera comme option de questionner les shinigamis des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Lun 1 Sep - 15:57

Il ne se passe pas grand chose à la treizième. Alors à force d'être calme, dès que quelque chose sort de l'ordinaire, c'est le sujet de ragot. Donc lorsqu'un vice capitaine arrive, ça circule très vite. Surtout lorsqu'il s'agit d'une femme. Il se peut qu'elle remarque que les gens se retournent sur son passage. Mais peu importe. Peu de temps après son arrivée, on m'informe donc qu'elle circule dans l'enceinte de la division. Que vient-elle faire là, telle est la question. Je range mon zanpakuto, change de tenue rapidement, puis part à sa rencontre. Je n'ai pas des capacités de détection hors norme. Mais heureusement pour moi, les hommes la suive à la trace et m'indiquent où elle se trouve à chaque instant. Pratique d'avoir des types qui maîtrisent le kido mieux que moi même. Rapidement, je me retrouve dans le même couloir qu'elle. Dès que je pose les yeux sur sa personne, je remarque quelque chose. Elle se tient droite, même lorsqu'elle marche. Il émane d'elle quelque chose, une prestance ou je ne sais quoi. C'est quand même pas une noble, rassurez moi ... Je m'avance vers elle, puis me stoppe à un mètre. J'incline la tête en signe de respect.

Bonjour. Je suis Clotho, le lieutenant de la division. Désolé pour l'odeur, je viens juste de finir un entraînement, et je n'ai pas encore eut le temps de prendre une douche. Souhaitez-vous passer dans un endroit plus privé pour parler ?

Je ne sais ni qui elle est, ni ce qu'elle vient faire ici. Surprise totale ... Ma voix est calme et posée, comme à son habitude. Mes cheveux étaient encore un peu mouillé à cause de la sueur qui avait coulé durant l'entraînement. Oui, je ne me suis pas encore lavé. Peut-être aurais-je du ? Mais je préfère encore sentir la transpiration que de faire attendre quelqu'un. Ca, c'est clair. Je la regarde un peu, examinant son corps comme à chaque première rencontre, puis je pose mon regard ailleurs. Dans le vide. Je réfléchis encore à comment contrôler mon zanpakuto entièrement, sans qu'il ne se rebelle. Parce qu'il est têtu, mine de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Ven 5 Sep - 22:03

Les shinigamis de cette division sont étranges. Que des gens se retournent sur son passage d’accord, elle arrivait à le concevoir. Mais qu’ils le fassent tous ! Les personnes de taille ridicule sont-elles si rares en ces murs où son serre-tête en forme de heaume les surprend au point que leur regard ne puisse en décrocher ? Enfin, Arisu n’est pas venue pour leur apprendre à se tenir correctement et de toute façon une fois l’effet de mode passer. Ils ne feront même plus attention à sa présence. Après la traversée de quelques couloirs, la dame tomba sur l’individu qu’elle souhaitait rencontrer. À l’observer, ce Clotho avait visiblement dû s’entrainer très durement. Sur son visage et ses cheveux, les gouttes de sueur étaient visibles sur son front et ses cheveux ainsi que l’odeur se faisait sentir, quand bien même l’odorat de la Shihôin n’était pas spécialement développait. Ce qui la fit plisser le nez sur l’instant avant de reprendre comme elle pouvait une mine neutre.
    Enchanté, je suis Shihôin Arisu le lieutenant de la neuvième division. Ne vous faites pas de soucis pour l’odeur je m’en accommoderais et effectivement j’aimerais discuter avec vous dans un endroit plus privé.

S'inclinant également pour lui rendre la politesse. Si le ton de son homologue est serein, celui de l’aristocrate se relève plus monocorde. Seuls ses yeux océaniques et le timbre de sa voix donnaient de la douceur à ses propos à la petite dame. Elle s’interrogea sur la pertinence de lui conseiller de se laver avant de recevoir un invité. Pour cela, il lui aurait fallu ne pas venir à l'improviste. Ensuite s’il préfère sentir le fauve pour ne pas faire patienter son convive, en dépit dû fait de partager ses effluves. L’avantage c’est qu’elle n’aura jamais à l’attendre, mais pas forcément dans les meilleures conditions.
    Je vous suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Sam 6 Sep - 15:25

Shihôin Arisu ... Jamais entendu parler pour l'instant. Une nouvelle nomination, sans aucun doute. La 9ème étant sans capitaine, aux dernières nouvelles, elle était sans aucun doute tombé sous l'autorité du capitaine Igarashi ... Elle accepte de passer dans un endroit plus privé. Je l'invite donc à me suivre d'un geste de la main. On marche un peu. Mais comme j'ai horreur de marcher en silence, j'ouvre le bal des questions. Votre nomination au poste de vice-capitaine est récente, n'est-ce pas ? Car, ne le prenez pas mal, mais je n'ai pas encore entendu parler de vous. Et puisqu'il n'y a pas de capitaine nommée à la neuvième, vous devez être placé, vous aussi, sous l'autorité du capitaine Igarashi, de la dixième. Non ? Si vous n'avez pas encore rencontré le capitaine Igarashi, vous devriez allez le voir. Il a ... une mission, pour les divisions sans capitaine. J'accélère le pas, sans trop y faire attention. On tourne, encore, encore et encore. Jusqu'à arrivée devant une porte de couleur verte sur laquelle il est indiqué en gros, douches. Je pousse la porte sans attendre. A peine entré, je préviens les shinigamis présents qu'il y a une femme dans les vestiaires.

Les gars, on a de la compagnie. Vous pouvez nous laisser l'endroit s'il vous plait ?

Aucune réponse pendant quelques secondes. Puis trois types sortent de derrière la rangée de casiers, nous saluent en passant devant, puis sortent des vestiaires. Je leur lâche un merci. Puis je reprends mon avancée. Arisu doit être surprise. J'espère quand même qu'il en faut plus pour la choquer. Je prends une tenue propre dans mon vestiaire, puis me dirige vers une douche. Je rentre à l'intérieur et continue de parler, comme si de rien n'était, tout en me frottant le corps pour me laver.

Vous souhaitiez me parler de quelque chose en particulier, ou s'agit-il d'un espionnage et tentative de récolte d'informations déguisée en visite de courtoisie ? Moins de trois minutes plus tard, l'eau cesse de couler, et je suis en train de m'essuyer. J'ai traîné un peu quand même sous la douche, car j'adore sentir le contact de l'eau bien chaude sur mon corps. Ca me réveille. Je me suis lavé entièrement malgré le fait que ça ne m’aie pris de trois minutes. Si certains utilise le shunpo juste pour les déplacement avec les jambes, je vous assure que l'utiliser avec les bras pour les tâches quotidienne, c'est un gain de temps phénoménal. Bien sûr, c'est dangereux, et ça demande du temps avant de maîtriser les techniques. Je ne suis pas encore tout à fait au point, par exemple en regardant mon torse rouge, le sang à fleur de peau. Je me dépêche de me sécher pour enfiler mes vêtements, et ensuite ressortir tout propre de la douche. Je dépose les affaires dans le panier de ligne sale, puis je m'installe sur un banc, la priant de faire de même, si ce n'est déjà fait. Elle pensait peut-être que nous allions allez dans mon bureau. Le fait est que non.

Excusez moi de vous ne pas vous recevoir dans mon bureau, mais ce dernier est en rénovation. Il vous faudra donc vous contenter de ceci. On peut sentir la bourgeoisie de la jeune femme à des mètres à la ronde. La convier ici est donc une sorte de test pour moi. Savoir si elle ne se fie qu'aux apparences, ou si elle cherche à vraiment aller au fond des choses. Dans le premier cas, autant clore la discussion de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Jeu 11 Sep - 17:23

Invité d’un signe de la main, Arisu suivit Clotho qui prit l'initiative de commencer le jeu de question-réponse, indiquant également ce qu’il savait d’elle. Ce qui étonna la dame fut qu’il ignorait qu’un nouveau vice-capitaine ait pris place à la neuvième. Qui ne le sache pas les premiers jours, cela n’est pas surprenant, mais après une semaine. L’information a dû très mal circuler au sein de sa division. Rajoutant à cela qu’il est tellement hâtif, que la Shihôin ne put lui dire qu’elle avait déjà rencontré le capitaine Igarashi.
    Cela fait un peu plus d’une semaine et demie que j’ai était nominé. En ce qui concerne le Taisho Igarashi, nous avons déjà une entrevue au sujet de la mission il y a quelques jours. Les préparatifs concernant ma division seront quant à eux finis dans la journée.

Clotho força l’allure. Elle comprit rapidement qu’il ne se dirigeait pas en direction de son bureau. N'empruntant pas le bon chemin pour cela. Après un enchaînement de corridors. Ils se retrouvent tous deux devant les douches… Voilà un endroit peu habituel au vu de la circonstance. En rentrant, le vice-capitaine Clotho ordonna à ses subordonnés de quitter les vestiaires par le biais une question rhétorique. Arisu leur aurait ordonné d’évacuer le vestiaire sans fioriture. Chacun a sa manière d’exercer son autorité en fin de compte. La petite demoiselle resta de marbre devant les différentes scènes qui passaient. Les hommes partant des douches sans oublier de saluer les FukuTaisho et leur supérieur qui les remercie de lui obéir ?

Son homologue parti ensuite sous la douche avec une tenue propre. Une fois sous l’eau, son camarade l’interrogea de façon spéciale. Haussant, un cille de surprise, tant la phrase lui semblait farfelue. L’a testait-il ?
    On peut le dire ainsi. Sachez toute foi que si je vous espionnais jamais vous ne l’auriez su. De plus, toute conversation apporte sa récolte d’information, qu’elle soit vraie, fausse, inutile ou erronée.

Environ deux minutes après, il sortit s’essayer. Bien qu’ayant anticipé le temps pour se sécher et mettre ses vêtements. Ce Clotho prit de l’avance sur ses pronostiques sur le temps qu’il mettrait à se sécher et s’habiller, arrivant devant en tenue appropriée plus vite qu’elle ne crut. Déposant ses affaires usagées dans la corbeille à linge. Ils s'assirent en même temps. Il apporta une précision sur le pourquoi du comment l’a convié dans les douches. Détail que la dame aurait préféré savoir plus tôt.
    Aucun problème. Bien, comme vous avez deviné, ma venue a pour principal but de me présenter. Mais aussi à mieux nous connaître. Pour commencer, pouvez-vous me parler du quotidien de votre division ? J’aimerais aussi connaître votre ressenti aussi sur notre mission commune.

Bien qu’amicale, sa voix demeurait monocorde, son visage impassible dans l’attente des réponses à ses questions qui lui permettront de mieux visualiser l’état d’esprit de son homologue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Jeu 11 Sep - 23:33

Si elle n'en a rien laissé paraître, au choix des mots utilisés, j'ai bien compris qu'elle a été surprise, peut-être même vexée que je ne sache pas qu'elle ai été promu au rang de vice capitaine de la neuvième division. Elle confirme avoir déjà vu le capitaine Igarashi, et être au courant de la mission qui nous incombe. Lorsqu'elle parle de l'espionnage, je souris. Elle déjà visiblement tout compris aux rouages de la politique. Elle est elle même issue de la noblesse il me semble, d'après son nom. Non pas que je sois ignorant à ce point, mais tout ce qui touche la politique ne m'intéresse pas, et je n'écoute jamais. Je suis quelqu'un d'action, pas de palabres. Elle me demande ensuite de lui décrire le quotidien de la division. Je lui dit qu'on s'entraîne en secret depuis deux ans pour faire un massacre d'âmes dans la Soul Society ? Non, mieux vaut garder ça secret.

Le quotidien de la treizième ... C'est très simple. Depuis deux ans, notre fonction est passée d'importante à nulle. Nous avons perdu le peu d'influence qu'il nous restait lorsque Karakura a été détruite. Suite à cela, et pour éviter qu'une telle horreur ne se reproduise, j'ai imposé des entraînement stricts à chaque shinigami dans la division. Certains sont parti à cause de ça. Les plus forts sont restés. On passe beaucoup de temps à s'entraîner entre nous, et peu de temps à s'occuper des autres divisions, à se tenir informer ... Savoir qui a été nominé ne sauvera pas notre vie en cas de combat. Mais savoir se battre, oui.

Pourquoi est-ce que je lui parle de ça ? Simplement pour qu'elle comprenne. Avant de connaître l'amont, il faut connaître l'aval. Ou l'inverse, on s'en fou, je confonds toujours. Nos mondes sont opposés et ça se voit.

J'ai également imposé un certain nombre d'heures par mois durant lesquelles chaque personne de la division doit résoudre des problèmes. Qu'ils soit littéraires, mathématique, physiques, théoriques ... Cela permet d'entretenir une certaine activité cérébrale. Car sans mission, les hommes dépérissent petit à petit. Mais si la fleur de l'âge de la division est passée, son âge d'or, lui, n'est pas encore éteint. Je réanimerai la treizième, avec ou sans capitaine. Je referai d'elle une division importante, dussé-je y passer des siècles.

La dernière question qu'elle m'a posé est bien plus épineuse. Comment lui dire, sans lui dire ? Comment lui faire comprendre par les mots mon ressenti vis à vis de la mission ? Aucune idée, mais je vais essayer.

La mission qui nous a été confiée est sans commune mesure la plus difficile que je ferais dans ma vie. Une tâche innommable, une horreur. Mais néanmoins nécessaire. Comme je l'ai dit au capitaine Igarashi, je comprends les raisons qui ont poussé la commandante à agir ainsi. Je les comprends, mais ne les accepte pas. Ni maintenant, ni jamais. J'attends le dernier moment pour prévenir les hommes, histoire qu'il ne se défilent pas ou n'en fassent pas de cauchemars. Nous agirons comme le capitaine le souhaite. Mais cette tâche nous changera tous, et pas pour le meilleur. En agissant ainsi, nous deviendrons ce que nous avons juré de détruire. Nous ne vaudrons pas mieux que des Hollows ou des arrancars. Pire encore, des Quincy. Certains perdront la tête, ne s'en remettant jamais. Je surveillerai mes hommes à chaque instant pour éviter qu'une telle chose ne se produise. Pour sauver les mondes dans leur intégralité, il faut parfois savoir faire des écarts. Alors aussi horrible que cela sera, nous ferons notre part, pour le plus grand nombre. Mais notre but, à la treizième, est de sauver les gens, pas de les exterminer comme du bétail. On m'a appris à respecter la valeur de la vie, à la célébrer. Pas à l'abréger.

A-t-elle sa réponse ? Surement. Pense-t-elle pareil ? Je ne crois pas. Je ne sais pas en fait, je n'arrive pas à la lire ou la comprendre. C'est comme parler à un mur, elle reste impassible. J'ai horreur des gens comme ça, on ne peut pas savoir ce qu'ils ressentent. Quant à moi, je suis resté calme, mais j'ai serré les poings en parlant du massacre. Je n'ai rien fait d'autre, et ma voix n'a pas trop changé. Mais il est clairement visible que je suis contre une telle chose. Quel shinigami ne le serait pas ? A présent, à mon tour de poser des questions.

Et vous, vice-capitaine Shihôin, que pensez-vous de la treizième division, après avoir entendu mes propos ? Comprenez-vous aussi les enjeux qui sont en cours ? Je doute que votre famille soit au courant des actions qui vont se passer au Rukongai. Que penseront-ils de vous lorsqu'il apprendront que vous avez participer à cet ... ... cette action ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Dim 28 Sep - 22:51

Le discours court du vice-capitaine comportait autant d’incohérence d’un point de vue logistique purement militaire de que de naïveté maladive ! Un peu d’innocence n’a jamais fait de mal dans le cœur d’un shinigami, mais en excès la candeur est des plus destructrices pour un combattant. Hormis ça, quels sont ses entraînements si stricts qu’ils font fuir les soldats de la treizième division ? Pour le moment, une simple prise de conscience sur une voix calme répondrait à l’homologue d’Arisu, en espérant que cela suffise.
    Le manque d’information est dans bien des cas aussi fatals que le manque d’entraînement au combat.

De marbre, elle tente de ne rien laisser paraître, mais les mots qu’elle se doit de prononcer vont finir par trahir son avis sur son égal. Ce n’est pas la première fois que le doute concernant les compétences d’un individu l’envahit aussi vite. En règle générale, cette intuition se confirme… Beaucoup trop vite. Non seulement ses compétences, en tant que vice-capitaine on l’aire limitée, mais il se contre dit avec une aisance affolante. Les propos furent malgré tous les avant-goûts si inattendus que la dame plissa les sourcils. Parlait-il sans comprendre la signification des mots ? Savait-il en quoi consistait le rôle de vice-capitaine notamment sans un capitaine aux commandes d’une division ? Arisu se le demanda. Se concentrant avant de répondre, cherchant à décortiquer le sens de ces paroles ou plutôt de ce qu’il voulait dire.
    Pardonnez ma franchise. Mais quelle est utilité de faire résoudre des problèmes mathématiques, physiques ou littéraire à vos troupes ? Nous sommes dans un groupe armé, il serait plus pertinent de leur résoudre des problèmes militaires leur donnant un aperçu de ce qu’ils pourraient rencontrer sur le terrain. J’aimerais savoir ce que signifie la fleur de l’âge d’une division pour vous ? Mais également si son âge d’or n’est pas encore éteint alors comme qualifiez-vous cette période en ce moment ?

Devait-elle comprendre un dialecte mystique ? Où avait-elle simplement à faire à un carrefour d’incohérence du moins pour celui du bon sens et de divers défauts nuisibles incarnés en un seul homme ? Qui semble d’ailleurs soumis à la loi de Murphy. L’envie de l’arrêter pour qu’il stoppe son avancé dans les méandres de la stupidité se fit puissant. Pourtant la Kyu Ban Tai FukuTaisho garda sa contenance pendant que l’espoir de lui trouver une qualité s’amenuisait de seconde en seconde. L’idée saugrenue de prendre sur son temps libre pour l’instruire sur le comment de gérer efficacement sa division vient à son esprit. La conception était-elle si idiote ? Sans doute pas, mais serait-il judicieux de perdre son temps si la cause est perdue d’avance ? Affirmer ceci aujourd’hui serait excessivement hâtif. L’avenir qu’il soit lointain ou proche lui confirma au besoin.

En l’observant, elle constatait avec évidence qu’il ne peut tolérer le génocide à venir. Que l’analyse soit faite par celui de ses paroles ou de ses gestes. En se remémorant ce début de conversation, la Shihôin vit qu’elle aurait pu jouer à insérer un cliché avec son équivalent. Tant qu’en fin de compte le vice-capitaine Clotho correspondait à un stéréotype du bon enfant de chœur et du gentil homme trop pur. Comment a-t-il réussi à se faire promouvoir ? Est-ce que cela est dû à sa puissance personnelle ? Avant de suggérer de le vérifier, il lui posa des questions à son tour. À ses interrogations, elle eut une pensée pour Hayato Shin. Quand elle le pensait un peu naïf sur les bords, elle se rendit au fil de la conversation qu’il n’était pas aussi idiot que supposer et qu’il demeure avec une certaine compétence requis dans son domaine. Mais le niveau de naïveté entre les deux et purement abyssale. Même dans le niveau de réflexion.
    Ce que pensera ma famille de moi ? Elle sera fière que j’aie eu le courage d’accomplir mon devoir. Que pensiez-vous que j’allais dire ? Qu’ils me regarderaient de travers ou avec incompréhension ? Savez-vous que le clan Shihôin est un clan d’assassin au service du Sereitei ? Qu’à l’image de la deuxième division nous n’avons jamais eu peur de nous salir les mains pour la sécurité du Sereitei ? Pour être honnête j’ignore si je dois considérer les partisans dus «on doit protéger coût que coût les habitants du Rukongai» quoiqu’ils arrivent. Comme des imbéciles erreurs, des lâches ou des égoïstes presque capables de sacrifiés des milliards d’innocent par caprices.

    Quant à ce que je pense de la treizième division ? Je dirais qu’elle est malade aussi bien à cause de la situation actuelle avec les reapers qu’à cause de celui qui la dirige. Je conçois que vous n’approuviez pas le massacre à venir et je le comprends parfaitement. Mais, comment avez pu vous dire qu’il serait judicieux de prévenir vos hommes au dernier moment de la tâche qu’ils devront accomplir ? Connaissez-vous si peu vos propres shinigamis sous vos ordres que vous n’êtes pas capable de savoir à qui faire confiance pour la tâche à venir ? Certains ne s’en remettront jamais ? Alors, ne les sélectionnés pas. Prenaient uniquement les plus forts mentalement pour cette action. Croyez-le ou non, mais la politique de l’autruche causera bien davantage de dégât que de tout leur dire pour qu’ils puissent s’y préparer à endurer une mission aussi difficile psychologiquement. Dans mon cas, cela en revient à faire une simple besogne. J’éliminerai autant d’habitants que jugé nécessaire pour rétablir la balance des âmes.

    Je conclurais par ceci. Vous avez dit que vous imposiez des entraînements stricts à tout le monde à la treizième ? J’aimerais voir les fruits de ce labeur entre vous et moi. Acceptez-vous ? Je vous laisse m’y accompagner.

Le monologue d’Arisu était fini. Le regard demeurait morne, mais le ton habituellement serein se voulut plus tranchant qu’à l’accoutumée. Limpide, la dame souhaitait ardemment vérifier de ses yeux les compétences au combat de son homologue. En priant qu’il ne soit pas aussi puissant qu’idiot, car dans ce cas elle se ferait massacrer. Mais, elle ne se faisait guère d’illusion sur le niveau de l’être qui est censé être son équivalent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Mar 7 Oct - 15:57

En ce cas, accordons nous sur un désaccord. Je laisse un petit rire léger s'échapper de ma bouche. Arisu et moi n'avons pas le même point de vue. Pas du tout. Elle voit les choses à ça façon, moi à la mienne. La logique contre les sentiments. Elle ne comprends pas pas le pourquoi de l'entraînement. Est-elle si jeune pour ne pas en saisir l'importance ? Ou se croit-elle si puissante qu'elle n'en a pas besoin ?

Ai-je dit que les problèmes que je propose ne sont pas appliqués dans un milieu militaire ? Vous ne voyez qu'une partie du jeu, vous ne comprenez donc qu'une partie de la situation. Je veux que mes hommes aient toutes leurs chance, dans les batailles à venir. Plus l'on a de connaissances, plus l'on connait de choses, plus on peut utiliser de choses, plus on peut se sortir de situations compliquées ou inhabituelles. Si mes hommes doivent lire du Tolkien pour comprendre qu'une seule personne, aussi petite soit-elle, peut changer le monde, alors ainsi soit-il. S'il leur faut comprendre que l'équation 2x+4 admet comme solution 2 et -2 pour s'en sortir, alors soit. Je prends une petite pause, sachant parfaitement qu'elle ne comprendra pas où je veux en venir. Chaque homme, chaque femme est différent des autres, unique. On a tous notre faon de penser et d'agir. On trouve les intellectuels, les physiques, les débrouillards, les peureux, les logiques ... Chacune de ces personnes ne réagira pas de la même façon que son voisin. Quelqu'un de logique cherchera toujours la meilleure solution, quitte à perdre du temps. Quelqu'un de débrouillard improvisera, quitte à voir son plan échouer. Un littéraire va essayer de se souvenir d'une situation identique dans un livre et mettre en pratique ce qu'il a lu. Quelqu'un de physique va foncer dans le tas sans réfléchir. J'adapte les entraînements en fonction des personnalités de mes hommes. Mieux ne vaut-il pas quelqu'un exceptionnellement doué dans un domaine plutôt qu'un être faible ayant les bases partout ? Je cherche à renforcer les points forts de mes hommes, tout en comblant leur faiblesses. Nos, faiblesses.

Elle veut savoir ce que signifie fleur de l'âge et âge d'or. Je souris. Si elle ignore ce que c'est, personne ne peut le lui apprendre. Elle doit le découvrir par elle même. Mais je vais faire mon possible pour essayer de le lui faire comprendre.

Si vous posez la question, vous ne pouvez en saisir le concept. Une division peut être soit active, soit décadente et en passe de devenir inutile. La treizième est dans cet état, actuellement. Mais elle va repartir, elle n'est pas condamnée. Elle ne le sera pas tant que des hommes se battront pour la sauver. Voyez-vous, même si les hommes tombent, ils se relèvent toujours. Parce qu'on a une force rare, celle de ne jamais abandonner. Nous somme déterminés à relever la division à son niveau d'avant, peu importe le temps que ça prendra.

Elle blablate comme une folle pendant un temps. Son discours m'agace. Non, il m'énerve. L'entendre parler ainsi de la division dont j'ai la charge, de MA DIVISION ... ça m'énerve. Et j'ai toute les peines du monde à garder mon sang froid et ne rien laisser paraître. Je suis quelqu'un qui réagit à l'instinct, et d'extrêmement impulsif. Si je fais un truc maintenant, je le regretterai. Si je l'attaque, si je l'agresse, ça se retournera contre moi. Et puis de toute façon, je ne frappe pas les femmes. Encore moins sans avoir été provoqué avant. Alors je me concentre sur autre chose. Je reste calme en apparence, alors qu'intérieurement, j'ai juste envie de lui sauter dessus. Une fois qu'elle a terminé, je prend la parole. Cette fois, le ton cordial a disparu. Je suis sec.

Insultez moi tant qu'il vous plaira. Mais je vous interdit de parler des hommes qui vivent ici. Je connais chacun de ces hommes comme s'il était mon fils. Je connais leurs prénom, leurs anniversaire, leur date de mort. Ce ne sont pas des hommes. Ce sont MES hommes. Ils sont bien plus pour moi que vous ne pouvez le comprendre. L'esprit d'ici est le même qu'à la onzième. Tous ensemble, nous sommes une famille. Et je n'abandonnerai jamais ma famille. Critiquez moi, mes choix, mes décisions, qui je suis, peu m'importe. Mais je ne supporterai pas que l'on dise du mal de mes hommes. Si j'ai jugé bon de ne rien leur dire quand à ce qui va arriver, c'est parce que c'est mieux ainsi, pour eux. JE les connais mieux que personne. Je sais comment ils vont réagir. Et je sais ce que j'aurais à faire.

Il serait peut-être temps qu'elle se sorte le balai qu'elle a ancré bien profond dans son cul celle-là. La noblesse .. eurk. Ils considèrent les vies du Rukongaï comme sans valeur, des moins que rien. Les éliminer ne pose aucun problème. Certes, elle a été élevé pour la seconde division mais quand même. Le libre arbitre nous rend différent des animaux, des pantins. Il a été créé pour qu'on s'en serve, pas pour faire joli. Si elle veut se laisser manipuler par plus grand qu'elle, grand bien lui fasse. Mais moi, non. Si un ordre ne me plait pas, je contourne la règle, purement et simplement. Oui, je vais participer à l'extermination de trois millions d'âmes. Mais pas de gaité de cœur, ô que non. Je le ferais parce que c'est nécessaire. Elle termine en me proposant de voir le fruit de l'entraînement que j'ai produit. Mon visage se radoucit. Quelque chose me dit qu'elle a déjà assez de données sur moi pour faire mon portrait en grande forme. Il ne lui manque que la puissance dont je dispose. Normalement, j'aurais accepté. Mais là, je ne suis pas d'humeur. De plus, le capitaine Igarashi veut que nous gardions nos forces.

Pourquoi souhaitez-vous cela ? Pour pouvoir me cataloguer moi et ma division ? Vous l'avez fait dès l'instant où nous nous sommes rencontré, ne dîtes pas le contraire. Et si ça ne vous a pas suffit, le reste de la conversation l'a fait. Pour ma part, j'ai déjà pu évaluer mon niveau. Notamment avec Shinjiro, le capitaine de la onzième, et de son lieutenant, Krow Karlson. Je sais ce que je vaux, et les progrès que j'ai encore à faire. Mais si vous, vous souhaitez connaître votre niveau, la chose est différente. Si tel est le cas, alors peut-être avez-vous peur de ne pas être à la hauteur en situation ... Être la meilleure à l'académie ne signifie rien, une fois sorti. On peut être le meilleur là bas, et mourir dès la première attaque reçue ici. Dîtes pourquoi vous souhaitez m'affronter ?

Tout en parlant, j'ouvre la porte des vestiaires pour l'inviter à sortir. Une fois dehors, je nous dirige jusque sur le terrain d'entraînement. On y est en moins de cinq minutes. C'est le temps qu'elle a pour me convaincre, dégainer, ou partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Dim 19 Oct - 1:44

Qu’il tombe sur un différent ne surprendrait personne tant les personnalités différaient. Du point de vue d’Arisu, Clotho possédait bien trop de handicaps moraux et intellectuels pour devenir un chef digne de ce nom. Sans doute, que prit en main par un capitaine lui aurait permis d’être recadré de manière efficace. Hélas, le cas du vice-capitaine pouvait déjà se retrouver scellé par son esprit naïf et candide. Pourtant l’espoir qu’il soit plus mature qu’à sa première impression. Jamais elle n’aura autant espéré se tromper. Malheureusement, son homologue remonta dans son estime pour mieux y redescendre.

La Shihôin est certaine maintenant que cet homme la prend également pour une imbécile. À moins que son trait le caractérisant soit elle que dans ce cas cela en est navrant. Pense t’il vraiment lui apprendre sur quel genre d’individu on pouvait tomber dans les différentes divisions ? Ou pire que cela s’avère propre à son secteur ?

L’aristocrate remercia les années d’entraînement de maitrise de soi au sien du clan Shihôin. Sinon, la petite dame l’interrompait à tout bout de chance pour lui souligner toutes ses incohérences. Alors les conséquences seraient un débat inutile et un bon mal de tête à force d’entendre des imbécilités. Rajouter aussi qu’il faut également que son interlocuteur comprenne le sens de ses mots. Hors le vice-capitaine Clotho ne semblait pas comprendre la signification des phrases de la noble. Lui répondant sur un ton sec comme si Arisu avait attaqué sa division alors qu’elle précisa que le seul remit en cause n’était d’autres que lui-même. Elle s’imagina un bref instant s’exprimer en râle et grognement pour se faire parfaitement comprendre. Où mimait-il juste le fait de tout comprendre de travers ? Ce qui serait aussi pathétique qu’idiot à son sens.

Arisu put assister un bref instant au visage déformé par la colère avant qu’il reprenne un air plus serein. Un manque flagrant de maitrise de soi, un énième problème le concernant venant se rajouter à la liste. Tout en reprenant la parole dans le but de démontrer sa stupidité abyssale, ils quittèrent tous deux la pièce. Arisu demeura silencieux, mais désormais c’est à elle de répondre.
    Je ne peux cataloguer une division à cause d’un entretien avec un seul homme et je ne possède aucun don qui me permettrait de savoir à qui j’ai affaire d’un seul regard. Pour ce qui est d’évaluer ma puissance. Je la connais déjà. Mais j’ignore si je sais me servir correctement de cette force en plein combat contre des adversaires pouvant me suivre ou me surpasser. Concernant les forces du Kenpachi ou de Krow Karlson, les deux sont hors d’atteint en ce qui nous concerne. Si pour le second, nous avons encore une petite chance à deux contre un, le premier est un adversaire bien trop puissant pour que l’on puisse tester l’efficacité de nos techniques. Le combat serait déjà terminé à peine commencé. Je veux ma valeur contre un adversaire dont la puissance est théoriquement proche.

Sans jamais perdre la maitrise de son timbre monocorde, elle évita de rajouter de l’huile sur le feu en faisant allusion sur les mots en rapport à l’académie. Tout ce qu’il lui restait à faire et le brosser dans le sens du poil afin qu’il ne se dérobe pas à sa requête. Enfin, peut-être qu’il n’en a jamais l’intention. Arrivé au terrain d’entraînement de la treizième. La Shihôin prit place en face de Clotho et posa une dernière question, sans une petite touche de provocation.
    Je suppose que vous ne vous déroberez pas à ma demande ? Alors qui commence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Sam 25 Oct - 18:53

Elle ne répond pas. Elle semble avoir compris. Grand bien nous fasse. Parce que franchement, se faire passer pour un con, c'est vraiment pas facile. Oh que non, ça, vous pouvez me croire. La jeune femme me suit jusqu'au terrain d'entraînement. Une fois sur place, elle se met face à moi et me lance une petite pique.

Nous sommes clairement en désaccord sur bien des points, il semblerait. Cet affrontement est amicale. Tous les coups sont permis. Sauf le bankai, bien entendu, les mutilations et la fuite hors de l'arène. Pour l'arrêter, il suffira de dire "j'abandonne". Si cela vous convient, je vous laisse commencer. Honneur aux invités.

J'accepte son duel, bien entendu. Un petit combat me montrera la différence entre nous. Krow et Serpiente sont bien trop puissants pour moi. Mes les autres vices capitaines le sont-ils vraiment également ? Est-ce juste moi qui suis faible et inutile ou bien est-ce parce qu'ils ont la puissance d'un capitaine désormais ? Les règles sont claires, impossible de ne pas les comprendre. Même si ce combat pourrait servir à régler nos différents, je n'en ferais pas une affaire personnelle. Elle me demande de l'aide pour connaître son niveau. Si Krow et Shinjiro avaient refusé, je ne saurais toujours pas. Je sais que je ne suis toujours pas de taille face au monstre qu'était Mayuri, mais peu importe. Je m'améliore, c'est tout ce qui compte. Je garde ma position ordinaire, face à la jeune femme. Je pose juste ma main droite sur le pommeau de Furidamu. Je sais qu'il n'apprécie pas d'être réveillé pour un simple duel sans enjeux. Alors pour le booster un peu, je lui dis que si nous gagnons, il aura le droit de me maltraiter pendant une semaine. Ce qui semble tout de suite l'enchanter. Imaginez moi coincé dans mon monde intérieur, ne pouvant esquiver ses attaques, et risquant de me faire mutiler ... Je ne dégaine pas, je ne me mets pas en garde. Ma tactique est souvent la même. Pourquoi changer, après tout ... Je peux aveugler mon ennemi tout en augmenter mon potentiel d'attaque et avoir une arme de riposte pouvant aussi bien servir d'attaque, de défense que d'arme de dissuasion. Le seul intérêt de ce duel est de connaître le niveau approximatif de soi même par rapport aux autres vices capitaines. Avec les deux ans de fonction, plus les trois cents autres, je devrais, logiquement, avoir l'avantage. Mais je n'en suis pas aussi sûr que ça. Bref, on verra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Dim 26 Oct - 0:37

Il accepta, le contraire aurait étonné, la dame. Vu comme il s’exprimait au sujet du Kenpachi et de Krow, en plus de son entrain à l’entraînement. Il est logique qu’il veuille tester son niveau durement acquis en s’opposant à un autre homologue appartenant à la deuxième ou onzième. Serpiente et Karlson étant deux adversaires hors de portée pour Arisu ou Clotho à l’heure actuelle.

Si la Shihôin ignorait toute des capacités de son opposant du jour, l’inverse devait être réciproque et sa posture n’indiquait en rien son domaine de prédilection. Il posa certes un instant sa main sur son pommeau de son arme, mais cela peux aussi bien s’agir d’un tic avant combat ou annoncé qu’il se repose sur son zanpakuto au combat. Autant par l’acier que par les pouvoirs de son épée. Enfin le combat ne tarderait pas à commencer et Clotho s’apercevra très vite des compétences maitrisées de l’aristocrate.

Sans un mot Arisu dessina des symboles, apparu ensuite des arcs électriques d’une énergie jaune dans sa main gauche. Une fois que le sortilège atteindra sa cible, son égal se retrouvera prisonnier d’un triangle l’empêchant de faire le moindre mouvement. La paralysé un temps n’étant pas suffisant pour vaincre. C’est d’un shunpo d’une vitesse modéré qu’elle se positionna dans le dos de son adversaire. Comme tous combats n’est que tromperie, la petite dame déploya ses deux bras devant son adversaire et employa un sortilège en double sans signe incantatoire. Une double tornade s’abattit sur le vice-capitaine de la treizième division, balayant large devant Arisu.

Elle ne jugea pour l’heure utile de se camoufler tout de suite. Elle voulait observer la façon d’attaquer de son adversaire pour mieux le contrer par la suite. De plus inutile de dévoiler toutes ses cartes en mains si seulement certaines se montrèrent nécessaires pour obtenir la victoire. Elle adapterait sa stratégie, suivant comment se protège et attaque son adversaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Dim 26 Oct - 20:59

Quand un adversaire se met à faire des signes bizarres de la main, on sait que ce ne présage jamais rien de bon. Alors pendant qu'elle fait les siens, je fais les miens. Attraction aux ténèbres. Nos deux techniques se heurtent. Mais les lois de la physique disant qu'une attaque utilisée comme défense pour contre une attaque de même niveau verra toujours son efficacité diminuée. En clair, ça signifie que son attaque me touche, tandis que la mienne la touche probablement. Mes cinq petits cubes noirs foncent sur la jeune femme, qui me fonce dessus. Son triangle vient loger ses pointes dans mes deux bras et une de mes jambes. Comme par magie ... Et voilà la jeune femme qui se retrouve juste devant moi. Pratique le shunpo. Elle met son sabre devant moi, donne un coup dedans et le fait tourner. Je ne sais pas ce qui va en sortir, mais je ne vais surement pas attendre, paralysé. Je n'ai jamais aimé les techniques de paralysie, et pour cause, c'est pour les lâches. Un combat, c'est du un contre un, en homme. La jeune femme m'a immobilisé. Mais je n'ai pas besoin de bouger pour utiliser mes techniques.

Guides les dans les ténèbres, Furidamu.

Sans prévenir, mon zanpakuto se libère. Il dévoile sa première forme, celle du shikai, devenant entièrement noir. Les ténèbres qui d'habitude sont sous moi sortent de l'étui, fonçant vers la jeune femme et son sabre. Et hop, son attaque prend forme. Une puissante tornade se créé. Manque de pot, je redirige les ténèbres tout juste créé pour former une carapace impénétrable, ou presque. Darkness Shell. Une boule de purs ténèbres se forme autour de moi, me protégeant de l'attaque. Malheureusement, si ça me protège, ça ne m'empêche en rien d'être expédié ailleurs. Ma boule tourne, et tourbillonne prise dans les courants d'air. Pourtant, étrangement, je reviens droit sur la personne ayant lancé l'attaque. Lorsque je tombe sur le sol, lorsque je ne ressens plus rien, j'arrête ma défense. Elle reste là, devant moi, me narguant. Je suppose qu'elle peut faire mieux. Mais ... peut-elle faire ... ça ? Je déclenche mon reiatsu sans prévenir. Et oui, même paralysé, je ne suis pas sans défense. Les ombres sur le terrain semblent devenir plus intense. Si elle ne fait rien pour contrer mon reiatsu, la jeune femme risque d'avoir mal. Tout comme j'ai eu mal contre Mayuri. C'est bien pour ça que j'ai passé deux ans à développer mon reiatsu ... Pour ne plus jamais être incapable d'agir. Arisu m'a privé de ma liberté de mouvement, mais surement pas de ma liberté de réagir. Même sans bras, même sans jambes on peut agir. C'est à ça que me sert ma tête. Malgré tout, son truc m'embête, et ça fait couler mon sang sur le terrain ... Mes cubes de ténèbres vont attirer toutes mes attaques automatiquement vers la jeune femme. Ainsi, elle peut esquiver, ça continuera quand même. Attaques à tête chercheuses ... J'adore cette technique. Je ne peux me mettre en garde, Furidamu est toujours dans son étui, mais sous forme de shikai. Vas-y, amènes toi, je te réserve une surprise.



Dernière édition par Clotho le Mar 28 Oct - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Mar 28 Oct - 0:43

Clotho se défendit bien mieux qu’elle ne l’aurait cru. Arisu n’était nullement déçu que sa première offensive échoue aussi simplement en plus qu’il soit paralysé aux mains et aux pieds. Cela elle espérait, car s’il fallait fournir aussi peut d’effort pour atteindre un vice-capitaine. Alors il y aurait fort à craindre pour ses subordonnés, si l’homme fort de la treizième s’était avéré aussi faible. Cependant, la Shihôin en tira une information utile, l’immobiliser ne l’empêchera aucunement d’utiliser ses techniques, du moins celle défensive. En ce qui concerne ses moyens offensifs la seule façon de le savoir et de ne plus l’empêcher de bouger à sa guise. Si la Kyu Ban Tai FukuTaisho avait un peu le sens de l’humour sans doute songerait elle a nargué ou a véritablement applaudir pour ses pirouettes dans les airs et attire droit sur ses deux pieds. Au contraire, la dame fidèle à elle-même fut impassible.

Il reste encore une zone d’ombre au sujet de son pouvoir, si la noble osait le penser comme ça. Il contrôle certes les ténèbres, mais uniquement ceux créer par son sabre ou l’ombre de manière générale ou grâce au livre de façon littéraire ? Et ces cubes qui sont passés au travers de son Shitotsu Sansen quel son leurs effets ? Au contact de la petite dame, il explosa sans rien lui faire. Quelque chose lui dit qu’elle le sera bien assez tôt. Reste cette gêne, cette sensation de s’étrangler cette pression exercée sur son corps, il arrivait donc à libérer son reaitsu. Un sentiment pénible, mais l’apparente jeune fille ne se sentait pas obligé d’utiliser ses arcanes dans l’art du camouflage pour vaincre.

Ce qu’Arisu s’efforcera de prouver de suite. N’étant pas du genre à combattre de près et son homologue n’ayant toujours fait aucune action pour l’attaquer elle ne ratera certainement pas l’occasion pour rehausser le niveau de ses sortilèges et maintenir ainsi la pression. Levant ses deux bras en épouvantail quatre boules de feu en jaillissent. Quatre dont chaque duo s’uniront pour devenir un, mais elles iront brûler Clotho au bras et aux jambes avec davantage de célérité qu’à l’accoutumée. Sans temps mort à peine les flammes apparues, la Shihôin rejoignent ses mains et reproduit une tornade, accélérant considérablement son assaut. Le vent n’a plus aucune chance de toucher son homologue, mais sa puissance modeste additionnée aux deux Soren Sokatsui.

Sans rien montrer, l’aristocrate pestait intérieurement contre son incapacité à se défendre contre les reaitsu de ses opposants. Il lui faudra sérieusement se pencher sur comme palier à ce handicap au plus vite, avant de rencontrer ce problème en mission qui pourrait se révéler fatal si à cause de cet inconvénient qu’elle ne puisse se défendre convenablement. Mourir à cause de ce détail sera indigne pour une femme de son rang.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Mar 28 Oct - 21:07

Spoiler:
 

Elle n'esquisse aucun geste, aucune mimique, quand elle comprend que son attaque a été inutile sur moi. Évidemment, elle n'y est pas allé à pleine puissance. Et ça se comprend. Elle veut garder une part de mystère. Pour moi, pas de mystère. Un combat reste un combat. Certes, je suis bien plus tourné vers la défense que vers l'attaque. Mais en cas de besoin, je peux attaquer quand même. Elle semble adoré le kido. Moi, je déteste. C'est lâche. C'est traitre. Mais après tout, c'est une noble. Pourquoi irait-elle attaquer au corps à corps ? Elle doit détester la vue du sang sur ses précieuses chaussures et tenues ... Elle fait apparaître quatre flammes bleues autour d'elle. Puis elle utilise encore la même technique, celle de la tornade qui me fonce dessus. Bien entendu, elle embarque ses flammes au passage, augmentant la puissance du tout. Elle me gonfle avec ses kidos ... Je me prépare à encaisser. Juste avant que son attaque me touche, le triangle qu'elle a utilisé auparavant disparait. Je suis désormais libre de mes mouvements. Voilà qui change tout. Je retire mon zanpakuto de son fourreau rapidement. Si rapidement qu'il produit un petit son. Un disque de ténèbres apparaît juste sous mes pieds. Le disque devant rester sous mes pieds, mais étant attiré par la shinigami, le disque me fait me déplacer légèrement. Son attaque me fonce dessus. Je contre avec un Darkness Shell pour me protéger de la principale attaque. Ainsi, j'amortis le choc de son attaque. Malgré tout, elle me propulse plus loin. Je stoppe ma défense en utilisant la bulle qui m'entoure comme attaque, afin de dissiper un peu les flammes qui m'aveuglent. Divide by Darkness.

La bulle autour de moi éclate, se rejoins en trois points pour grossir, prendre la forme de roue et traverser les flammes. La tornade ayant disparut, la principale attaque a disparut également. Les flammes parviennent quand même à me toucher aux bras. Ca brûle. Ca brûle, mais j'ai vécu pire. Sa dernière attaque m'a touché. Elle semble avoir terminé. Bien, on va pouvoir passer à l'offensive maintenant. Ce combat n'est pas pour les petits. Si elle se retient, moi, je n'en fais rien. Dans un combat, on y va à cent pourcents, ou on y va pas du tout. Mon attaque a disparut, et tant mieux. Les ténèbres se mettent à m'entourer rapidement. Darkness Claws activé. Ma silhouette devient animale. Mes mains sont désormais dotées de griffes faisant près d'un mètre de long. Mon zanpakuto a disparut, aspiré par les ténèbres. C'est l'un des rares désavantage offerts par cette technique. Je campe sur mes pieds. Je rassemble mes forces dans mes membres inférieurs. la douleur des brûlures est atténuée grâce à mes ténèbres qui me recouvrent. Désormais, je n'ai plus grand chose d'humain, visuellement. Sans demander mon reste, je disparais de la vue de mon adversaire.

D'un bon coup de talon bien placé, bien puissant, je me propulse sur elle si rapidement que je disparais pour apparaître juste devant elle, bien plus tôt que je ne l'aurais du. Shunpo. Inutile de lui faire le coup du j'accélère en plein milieu après avoir commencé lentement, pour la troubler. Je préfère y aller à fond dès le départ. Je suis à quelques centimètres d'elle. Et avant qu'elle ne comprenne ce qui se passe, ma course continue, et je la percute violemment. Oui, je ne m'arrête pas. Comme ça, elle aura plus de mal à se défendre. Et sans attendre, mes griffes passent dire bonjour à son corps. Elles lui lacèrent la peau, faisant gicler le sang partout, lui arrachant les intestins. Enfin, si j'ai de la chance. Parce qu'avec tous ces ténèbres, ma vue est légèrement masquée par endroit. Après une bonne dizaine de secondes de lacération, je me recule et fait disparaître mes ténèbres. Bah oui, puisque les ténèbres que j'ai créé sont attirés par le corps d'Arisu, si je les garde je vais être attiré moi aussi Et comme les cinq cubes l'ont touché, elle va être attirante pendant cinquante seconde, soit encore vingt seconde environ. Ce qui fait que mon attaque a été difficile à esquiver. Oui, mon shikai n'est pas fait pour s'entraîner. Il est fait pour tuer, pour mutiler et massacrer en masse. Il ne me correspond pas du tout. Mais je n'ai pas choisit ce pouvoir, il m'a choisit. Les griffes des ténèbres sont le parfait reflet de l'envie de tuer de Furidamu. Tandis que le coquillage des ténèbres est mon envie de protéger. Alors on a fait un mix entre nos envies, pour donner naissance à des techniques ... étranges. Mais pas forcément efficaces, j'avoue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Mer 29 Oct - 23:27

La deuxième porta ses fruits, bien qu’elle se soit déroulée d’une manière étrange. La tornade envoyée en dernière passa devant les Sokatsui, pour se faire pleinement arrêter par sa bulle d’ombre. Cette défense est efficace, il n’y a pas à dire. Cependant, le vice-capitaine ne parvient aucunement à suivre la cadence des attaques, contrainte de tenter de contenir les flammes des ondes d’ombres, une partie de ses vibrations passa au travers et frappa la dame qui n’esquissa aucun geste pour se défendre. Le choc la secoua à peine, la technique de son adversaire ayant perdu de son tranchant, l’aristocrate aura au mieux un bleu pour quelques jours, insuffisant pour lui insuffler l’idée même d’abandonner. Ce qui n’est rien, notamment en comparaison des brûlures subites par Clotho et les intentions la dame ne sont certainement pas de lui laisser l’occasion de retourner la situation.

Il se prépare à attaquer, mais pourquoi montrer aussi vite et avec quoi ? Sa transformation en bête ne semble pas si lente. Hormis sa préparation qui l’est, il y a bien sûr la possibilité que cela soit une feinte. Une stratégie étrange à compter qu’il en ait établi une. Fonçant sur l’aristocrate avec célérité, arrivant en un instant. Les griffes de l’ombre touchèrent Arisu qui par réflexe se déporta de l’attaque au dernier moment et qui en profita pour l’enfumer grâce à un sortilège prévu pour la fuite l’empêchant ainsi d’observer la griffure infligée au bras de la noblesse et également disparaître de son champ de vision en même temps que lui du sien. Peut-il mieux faire ? L’unique raison pour laquelle il est parvenu à l’entailler est que leur corps semblait vouloir se rapprocher. Comment son pouvoir n’était en lien qu’avec les ombres et non le magnétise et si ? La Shihôin comprit alors à quoi avaient servi les cubes. Il a donc la possibilité d’être attiré par les ténèbres. Cela serait infiniment plus pratique s’il s’en servait de manière plus efficace. Dommage.

Une chose est claire, ce combat ne durerait plus très longtemps si Arisu le souhaitait elle y mettrait un terme en mettant hors d’état son homologue. L’unique inconvénient de lui faire mordre la poussière sans trop le blesser ou le tuer. Raison qui rend ses meilleurs arcanes dans les arts nécromancien trop dangereux. Exception faite des sorts de bakudo. On peut dire que son entrainement se relève d’être capable de neutraliser un shinigami sortant de l’ordinaire en s’amputant de nombre de ses atouts. Enfin, il lui faut déjà repérer son opposant chose aisé pour un maitre dans la détection. Si l’aristocrate se sait supérieur, elle n’ira nullement sous-estimer les compétences de son homologue dans ce domaine. Cette fois, la Kyu Ban Tai FukuTaisho se conterait d’un assaut plus réfléchi, mais avec un éclair aussi puissant que le Sokatsui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Ven 31 Oct - 14:22

Du Kido ... Encore et toujours du kido. A croire que c'est sa seule arme. C'est à ça qu'on différence les nobles de nous autres. J'ai vécu dans le Rukongai pendant des années avant d'être accepté à l'académie. J'ai du me battre pour y parvenir. Des duels, un contre un, face à face. L'honneur d'affronter quelqu'un en duel singulier, voilà ce qu'est un combat. Pas de tour, pas de triche. On s'affronte pour nos convictions, et on meurt pour elles s'il le faut. Mais Arisu n'emploie que du kido. Une capacité de lâche qui reflète bien son appartenance à la noblesse. En effet, les nobles ne combattent que pour passer le temps, pour moucher quelqu'un d'inférieur à eux. Leur priorité est de survivre, quitte à utiliser des techniques lâches, comme le kido. Nous, les non nobles, les moins que rien, on préfère se battre sans utiliser le kido, qui est pour les lâches. On préfère mourir sans utiliser le kido que de vivre en l'utilisant et en devenant un lâche également. Je ne saurais trop dire de quand remonte cette "tradition", cette "entente", mais elle est ancrée dans les mémoires. Perso, j'préfère mourir sans kido et me battre pour ce en quoi je crois. Voilà ce qui me différencie de la jeune vice capitaine en face de moi. Donc lorsqu'elle utilise une fumée rouge pour nous masquer, je ne suis guère surpris, et surement plus irrité que que déçu. Pourquoi se reposer uniquement sur le kido ? Je me doute bien qu'elle n'a dévoilé son véritable jeu. Enfin, j'espère pour elle. Parce que pour ma part, si j'ai utilisé mes techniques, je n'ai fais aucun combo, aucune surprise. Je n'ai pas envie de lui dévoiler mes stratégies, mes tactiques et mes feintes. Donc oui, je me retiens volontairement. Aussi, je sais que son attaque, avec du kido, une fois de plus, ne va pas tarder. Alors je me prépare. Je ne sais pas quand, je ne sais pas quoi. Dès que j'entends une sorte de crépitement, je créé ma Darkness Shell, pour me protéger de son attaque. Un puissant choc me heurte. Une chance que j'ai utilisé ma protection. Je sens que ma boule roule, encore, et encore. Pourtant, dès que le choc s'arrête, elle se met aussitôt à rouler dans l'autre sens. Pourquoi ? Mon Attraction aux ténèbres est encore active pour quelques secondes.

Je me retrouve donc attiré dans une direction bien précise. En utilisant un shunpo, aussi rapide que possible, je propulse la bulle, et moi à l'intérieur, dans la direction que m'indique mon pouvoir. Si Arisu doit faire usage de techniques de détection pour me repérer, je n'en ai nullement besoin pour l'instant. Une fois arrivé juste devant elle, ma bulle se met à rétrécir rapidement. En moins d'une seconde, mon armure est prête.
Claws of Darkness. Les griffes ont poussé, mon corps a été recouvert en moins d'une seconde. Puis je frappe mon adversaire. Certains coups passent à côté, d'autres derrière. Suis-je aussi fatigué ? Ne sais-je pas viser mieux ? Bien sur que si. Oui bien sur que non, selon votre version de l'histoire ... Les coups que je rate, volontairement, sont en fait destiné à créer des roues de ténèbres noires, Divide by Darkness. Ainsi, Arisu se retrouve avec moi juste devant sa personne, avec des griffes aussi tranchantes que des arrêtes d'un diamant, et derrière des roues faîtes de ténèbres purs qui lui foncent dessus aussi rapidement qu'elles sont capables de le faire. Que va-t-elle choisir ? Va-t-elle e protéger ? Esquiver ? Contrer ? Parer ? En sachant que même si elle disparais, mes attaques, et moi même, la suivront pendant encore quelques secondes. Après avoir passé dix secondes à la frapper, la trancher, lui lacérer le corps, je disparais. Je réapparais plus loin d'elle, sur le sol. Cet assaut était le dernier, pour ma part. J'ai utilisé un peu trop de reiatsu. Trop de défense. Mais au moins, ma tactique a fonctionné. Forcer l'adversaire à attaquer sans cesse parce que je passe en mode défense totale, le forcer à ne se concentrer que sur moi. Je range Furidamu dans son fourreau tandis qu'il reprend sa forme scellée, et tous les ténèbres de la zone disparaissent en même temps.

Bien. Je suppose que nous en avons terminé, vice capitaine Shihôin.

Elle sera surement d'accord avec moi. Nous avons vu tous les deux ce que nous voulions voir, je suppose. Elle sera déçu par ma performance, sans aucun doute. Et moi j'en suis ravi. Se forcer à paraître con, ne pas utiliser ses arcanes comme on a l'habitude de le faire, c'est vachement dur mine de rien. On ne dirait pas, mais aller contre sa nature, c'est fatiguant. J'vais aller méditer un peu pour me détendre et me reposer, une fois qu'elle sera parti. Je ne l'aime pas, c'est clair. Je n'aime pas non plus sa façon de se battre en utilisant uniquement le kido. J'peux me battre avec elle, côte à côté sans soucis, si la situation l'exige. Mais on a tous deux masqués ce qu'on peut faire, alors qui peut dire exactement le niveau de l'autre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Sam 8 Nov - 17:10

L’éclaire partie rencontrer Clotho, mais au bruit du choc, il n’avait pas rencontré sa chaire, mais encore une fois son bouclier. Son instinct lui fit faire le bon choix. Cependant, malgré la fumée Arisu n’a aucun problème pour anticiper la contre-attaque. Récitant l’incantation du Tozansho, la pyramide forma à nouveau un cocon protecteur. La structure achevée, son homologue jaillit du nuage avec célérité en reprenant à nouveau cette forme de bête de l’ombre. Fonçant sur la petite dame qui ne dévoila rien de sa surprise à voir le vice-capitaine de la treizième arrivé aussi vite et avec autant de précision sur sa personne ? Sans doute que le magnétisme de l’ombre devait être encore actif, elle prend note qu’il lui faudra éviter ou parer cette technique si jamais ils devaient à nouveau combattre l’un contre l’autre à nouveau. Quoi qu’il en soit, son offensive était déjà un peu plus sérieux que les précédentes, les ondes de ténèbres pulvérisant sa défense, la Shihôin fut contrainte de l’esquiver au dernier moment afin d’éviter des blessures qui l’auraient obligé à passer à la quatrième division.

Alors que l’aristocrate s’apprêtait à repartir au combat de plus belle. La sensation d'étranglement stoppa net et Clotho rangea son arme scellée, stoppant la dame dans son élan. Ils ont terminé, alors que Arisu allait enfin envoyer un enchaînement véritablement puissant pour en finir ? Restant de marbre, elle analysa tout le combat de démonstration. Quand bien même elle c’était amputé de ses techniques de kido les plus redoutables et de son art du camouflage, lui faisant conclure que pour l’instant elle supérieur à son comparse. Il serait ridicule de ne pas vouloir reconnaître que ce Clotho possède un niveau au-dessus de la moyenne du shinigami lambda. Son plus grand défaut est qu’il n’a aucune stratégie ou du moins est trop prévisible pour qu’elle fonctionne. De son avis, il devait trop compter sur la force brute pour vaincre, utile et efficace uniquement contre un adversaire de même niveau employant cette tactique si on peut l’appeler cela ainsi. Cependant, devant une personne plus réfléchie ou plus puissante cela demeure inefficace, sans parler des combattants alliant les deux.
    Bien. J’ai juste deux questions, pour quoi n’avoir compté que sur la force brute ? Je veux que dans l’enceinte d’une division on ne puisse envoyer nos techniques les plus dévastatrices. Je vous ai laissé plusieurs occasions de me laisser m’attaquer afin de me mettre en difficulté et à aucun moment vous en avez profité pourquoi ?

Aucune animosité dans cette voix. La Shihôin ne cherchait nullement à être vexante, elle souhaitait seulement des réponses franches et s’insère de son vis-à-vis et avec le peu temps partagé avec Clotho, elle est presque persuadée d’en obtenir une. Sans être à l’abri d’une surprise de dernière minute, un caprice ou une colère de gamin. Cela ne l’inquiétait aucunement, il lui restait suffisamment de reiatsu pour mettre à terre son adversaire du jour sans qu’il puisse faire quoi que ce soit ou alors il cachait vraiment très bien son jeu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Lun 10 Nov - 11:54

Elle semble surprise que j'arrête le combat ici. Mais pourquoi continuer ? Face au kido, je ne peux pas faire grand chose. C'est clairement l'une de mes faiblesses, je le sais. Et pourtant, je ne la comble pas. Pourquoi ? Parce que seuls les shinigamis et les vizards peuvent l'utiliser. Or, ce sont mon peuple, on combat du même côté. Donc développer une arcane ou une contre arcane pour me protéger de techniques alliées, je n'en vois pas l'intérêt. Autant me concentrer sur la faiblesse des autres types d'ennemis, comme les arrancars. Pourquoi ?La question me fit sourire intérieurement. Si elle avait étudié le combat attentivement, elle aurait compris. Notre appréhension diffère totalement, y compris lors d'un affrontement il semblerait. Elle est semble déçue et se pose des questions. Ce qui est tout à fait légitime et logique, après la prestation.

Pourquoi attaquer ? Pourquoi gaspiller de l'énergie pour faire des actions qui seront probablement vaines alors qu'on peut se concentrer sur des actions qui seront réellement efficaces ? On dirait qu'elle n'a toujours pas compris. Vais-je devoir lui dire que c'est dans ma nature de ne pas attaquer sauf en dernier recours ? Dois-je lui dire que je suis un pacifiste ? Qu'il faut me pousser à bout ou être une enflure de première catégorie pour que j'attaque ? Visiblement. La nature de l'Homme est d'attaquer tout ce qui est en travers de son chemin, de détruire tout ce qui existe. Je déteste ça. Tout comme je déteste attaquer. Je n'en vois pas l'intérêt. Je préfère me concentrer sur la défense, laisser mon adversaire s'épuiser, le faire s'approcher et ensuite seulement, contre attaquer. Je n'attaque qu'en dernier recours. Peut-être trouverez-vous ça stupide, mais c'est ainsi. J'estime qu'on est ici pour protéger, par pour exterminer. lors d'une attaque sur le Rukongaï, je préfère protéger les gens plutôt que d'attaquer et de détruire à tout va.

Pour une fois, la vérité tout crue, sans détour. C'est ainsi que je suis, et je ne changerais probablement pas. Pourquoi le devrais-je après tout ? Je ne suis qu'un vice capitaine. Mais je me rends compte que plus le temps passe, plus les choses semblent différentes. Plus j'avance dans ce métier, plus je me prends à penser que ce job n'est pas pour moi. D'ailleurs, je pense à demander une rétrogradation. Ouep, ça sera la première dans l'Histoire je pense. Même si certains pensent que j'ai le niveau, ce que je pense est plus important. J'aurais adoré être capitaine, il y a des années, c'était mon rêve. Aujourd'hui, je suis content de ne pas l'être. Surtout en ce moment. Arisu peut bien penser ce qu'elle veut de moi, ça ne changera pas mon opinion sur moi même. Ma plus grande faiblesse, c'est le manque de confiance en moi et en mes capacités. Mais c'est ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho

avatar
Rang : Kyû Ban Tai Fukutaisho

Messages : 147
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Jeu 13 Nov - 14:44

Les explications ne se firent pas attendre et malheureusement pour l’aristocrate les paroles de son homologue demeuraient logiques avec son comportement. Ironique ? Elle avait un corps d’enfant et lui d’adulte pourtant à voir ça, c’est elle l’adulte et lui l’enfant. Naïveté excessive ou manque de maturité flagrant ? Les deux en conclure Arisu. Dans le fond, ses intentions sont louables, mais en réalité la plupart du temps il se heurtera à un mur qui risque de la ramener sur terre de manière violente. La question est comment cela faisait-il, que cela ne lui soit pas arrivé plus tôt ? Il n’a jamais eu de retour à la vie réelle suffisamment brusque où cela ne sait jamais produit ? Si la Shihôin connaissait mieux le chemin parcouru par Clotho, les réponses viendraient sans doute elles-mêmes, mais aujourd’hui ne sera pas le bon moment pour approfondir le sujet.
    Vouloir vaincre sans attaquer qui que soit est un souhait honorable. Seulement, si vous attendez trop longtemps pour attaquer, vous n’aurez probablement plus la force de la faire. Certains adversaires ne vous laisseront que peu d’occasions si vous ne faites aucune offensive, voire aucune, ce qui sera le cas par rapport à un adversaire expérimenté ou prudent. N’oubliez pas que lancer des attaques participe également à la défense, sinon votre adversaire aura tout le temps nécessaire pour mettre une stratégie en place dans le but de vous défaire et tuer ce qui devait être sous votre protection. Je ne dis aucunement que votre idée ne peut être appliquée en situation réelle, mais elle devient viable que si vous êtes accompagné et non seul avec des ennemis de préférence en infériorité numérique.

Aux yeux océaniques de la dame, l’inexpérience au combat de son comparse se révélait des plus flagrantes comme crachait ala figure. Il n’a pas dû faire assez de mission sur terre ou de combat réel contre l’ennemi ou alors ses erreurs se retrouvaient camouflé par des alliées bien plus puissantes que lui-même. Son jugement sur ses possibilités auront alors était faussé par l’écart de puissance en comparaison de la sienne, l’orientant dans une mauvaise direction. Que de théorie au sujet de Clotho pour tenter d’expliquer son comportement ! Rallonger la conversation maintenant serait probablement inutile ou Arisu devrait réussir à trouver les mots justes afin que son camarade ne soit plus imperméable à ses paroles. Se retournant pour rentrer à sa division, elle s’arrêta et tourna sa tête de façon à garder le vice-capitaine de la treizième division dans son champ de vision.
    Une dernière chose, avec une mentalité pareille vous allez droit à la rencontre d’une grande souffrance. Ne l’étouffait pas, elle vous fera peut-être grandir. Aussi si un jour vous souhaitez, m’affronter à nouveau venait me chercher et nous irons au-delà des terres du rukongai. Là-bas, je mettrais en pratique tout ce que j’ai dit à l’instant sur la défense et l’attaque et je combattrais sans aucune retenue. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée, vice-capitaine Clotho.

Finissant là-dessus sans attendre de réponse, s’il y en avait. Jamais son homologue n’aura entendu de son interlocutrice autre chose qu’une voix monocorde adoucie uniquement par le visage de la dame et de douce corde vocal. Manœuvre, presque désespérée pour aider un shinigami de la gotei treize, à supposer qu’il reste un espoir qu’il ne soit pas trop borné pour entendre un autre son de cloche que le sien. L’aristocrate ne pourra vérifier ça qu’avec le temps. À cet instant, la patience est de rigueur. Arisu n’avait plus rien à faire ici et partit rejoindre sa division.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2491-shihoin-arisu

avatar
Rang : Vice capitaine de la 8ème division

Messages : 334
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   Ven 21 Nov - 23:14

J'écoute les réponses à mes commentaires. Des points de vue fort dissociant. Si l'adversaire s'use en attaque et moi en défense, il existe un risque pour qu'il perce ma défense, certes. Tout comme il existe un risque qu'il n'y parvienne pas. De même pour l'énergie spirituelle. Si je peux tomber à court avant l'adversaire, la réciproque est véridique. Le fait est que nul ne peut savoir ce qui va se passer avant que cela n'arrive. Alors pourquoi s'embêter à tout essayer d'imaginer ? Je partage, bien sûr, son point de vue quant au fait qu'il est dangereux, voire suicidaire d'affronter des ennemis inconnus en surnombre. Nous sommes tous d'accord là dessus je pense. Elle fait demi-tour pour rentrer chez elle. Elle me propose de la retrouver au rukongai, plus tard, afin de tester en réel nos expériences respectives. Je suis surpris qu'elle me demande ça. Mais après tout, pourquoi pas ? Puis elle s'en va après qu'on se soit souhaité une bonne continuation. Lorsqu'elle disparais, je souffle. Les gars reviennent vers moi soudainement, à la façon de ninjas. Ils se sont tenus à l'écart quand la situation l'imposait. Mais désormais, ils sont tous agglutinés autour de moi comme des mouches autour de miel.

"Ok, allez-y les gars. Une question ou commentaire chacun.
Ca va lieutenant ? Elle vous en a fait voir la gamine.
La gamine est vice capitaine elle aussi, alors fais gaffe à toi Shoza. Mais ouais, j'ai déjà été mieux.
Dîtes, c'était pour de vrai ?
... Mouais. On était à 70% chacun j'pense.
Quand même. Pas de trop dégâts ?
Vous avez réussit à la peloter pendant le combat ?
Elle est aussi belle de près que de loin ?
Dîtes lieutenant, vous pensez qu'on peut aller lui parler ?
Un gentleman ne répond pas à ces questions les gars, vous devriez le savoir.
Mais on sait rien de vous.
Justement."

Les mecs sont vraiment ... des mecs. Leurs questions tournent plus autour du physique d'Arisu que de ses capacités, la raison de sa venue ... Ils sont surpris que je l'ai invité dans les vestiaires et les douches. J'leur dit alors que j'lui ai dit que mon bureau était en travaux. Mais ici, tout le monde sait que c'est faux. J'voulais juste voir si elle était coincée ou pas. Au final, peu importe, car la surprise a été grande pour ma part. Elle m'a démontré que le kido peut être redoutable si l'on se concentre dessus. J'devrais peut-être faire des efforts et essayer de débloquer des techniques en m'entraînant ... Ouais, ptet bien. Et j'peux toujours lui demander des conseils dans le pire des cas. Peut-être accepterait-elle ? Ca me gênerait un peu de lui demander, j'avoue. Mais je dois me donner les moyens de mes ambitions, alors bon. Pour l'instant, je retourne prendre une bonne douche, puis faire une sieste. Une bonne grosse sieste. J'laisse, une fois de plus, les dossiers sur le bureau. On verra ça demain. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2155-clotho
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Collègues de carnage[Clotho]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Collègues de carnage[Clotho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déjeuner entre collègues [PV : Sabrina Garrett]
» La Rochelle : bilan d'un carnage
» 3:16 Carnage dans les étoiles
» La joie d'avoir des collègues...
» Mes chers collègues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-