AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Candy au pays des types en robe [Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Candy au pays des types en robe [Shin]   Mer 17 Sep - 0:52

- Ouah, la grande classe! Tu crois que si on prend des photos, ça fait trop couleur locale?

Anoki avait raison, je pouvais pas m'empêcher de penser, en regardant la forteresse médiévale qui s'étendait à l'échelle d'une petite ville, à ces mamies ridées, bridées et courtes sur pattes qui mitraillaient tout ce qui bougeait - ou pas - dans les pays extérieur à l'archipel. On avait affaire à une carte postale traditionnelle, le genre de truc qu'on rapporte de voyage en disant "hey, regarde, là c'est le moment où j'ai chopé un bonze en flagrant délit de décrottage de nez".

Bref, maintenant j'étais là - on était là, même - catapultée au milieu d'un véritable Disneyland au pays des nippons.J'imaginais le truc plus...Japon, quoi, avec son cortège de Pokemon et de Godzilla qui traversent la rue.

- Pour le coup, le Pokemon, c'est moi. Seigneur...

- Pas de bol, mon loulou, ils ont décidé de nous la jouer reconstitution historique. Tu m'étonnes qu'ils font pas le poids, du coup. Faut vivre avec son temps...

On attrapait pas les mouches avec du vinaigre. Et on flinguait pas du hollow avec une armée de péons en armes, tous droits sortis d'un film de Kurozawa, ou d'un forum de reconstitution. Et puis, merde quoi, marcher avec ces sandales en bois? Non seulement ça me rappelait des échasses, mais ça faisait un bruit creux super désagréable. Comme si un débile tapait sur un tonneau vide. A se demander comment ils tenaient une charge contre l'ennemi...peut être à lui casser les oreilles à mort? M'enfin, fallait bien faire le tour des lieux...j'avais reçu un briefing depuis nos quartiers, bien sûr, mais rien ne remplaçait le fait d'aller sur le terrain voir les choses par soi même. Y avait trop de paramètres fluctuant en compte, surtout avec des samouraïs aussi accueillant que des Rednecks du Mississippi. A ceci prêt que les Rednecks font vraiment peur, eux.

Alors je m'étais lancée, passant l'une des quatre portes cardinales du Seireitei - je sais toujours pas si je prononce ça correctement - pour tenter l'exploration de la place forte. On m'avait bien prévenu que je pourrais me confronter à une humeur hostile, voir même à des types prêts à en découdre, mais que voulez vous, la fouge de la jeunesse...et puis bon, qui sait, peut être allais je tomber sur quelqu'un qui vaudrait le coup. Y avait une légende à propos des japonais en matière de proportions, et je voulais en avoir le cœur net. Rien que de la science, pour le coup, car si cette théorie populaire se vérifiait, elle scellerait pour toujours la non union de ma croupe et d'un quelconque type de ce pays bizarre.

- Tu digresses, Lili la Tigresse. Faudrait peut être voir à se bouger avant de mourir d'ennui, non?

Mon totem avait fichtrement raison! Restée plantée là, à regarder les alentours une main sur le menton, comme pour jauger ce que j'y voyais, je faisais une cible évidente pour quiconque serait assez idiot pour tenter le diable. Mais au final, serait ce possible? J'étais à croquer voyons! Une véritable aubaine pour ces petits hommes aussi coincés du fondement qu'incapables de se torcher les fesses sans aide. Ils avaient la chance de me voir arriver parmi eux, histoire de leur montrer ce qu'une vraie femme pouvait faire. Parce que j'avais aussi entendu que dans le genre, c'était des machos, les bonzes. A vérifier.

- Hey toi, le petit flocon de neige, là. T'as une minute? Mais bien sûr que t'as une minute, poulet. Tu me fais un tour du propriétaire? Allez je sais que t'en rêve, hein?

J'avais jeté mon dévolu sur un petit bout de garçonnet avec une plaque en bois sur le bras. Un Vice Capitaine, selon les rapports. Parfait, je gagnais du temps. Et pendant que j'affichais mon sourire ravageur tout en prenant une pose victorieuse, Anoki s'amusait quant à lui à lécher les murs, sûrement une façon de reconnaître le terrain. Viendrait l'inévitable étape ou il pisserait dans les coins pour marquer son territoire et je voulais pas vraiment pousser les petits types en robe à bout. C'est que c'est chiant à enlever, de la pisse ectoplasmique. Bref, j'espérais que le petit homme à tête de coton tige allait faire son devoir fissa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Mer 17 Sep - 16:41

Longtemps que le bonhomme de la Quatrième n'était pas sorti des portes du Seireitei, outre le fait de se rendre dans le Rukongai pour des visites et autres devoirs en tant que médecin. Il avait donc posé une journée complète de congé pour profiter un peu d'une journée pleine de soleil pour s'y rendre.

Mais tu compte faire quoi là bas ? Jouer à la marelle avec les petits ?

Jouer à la marelle... Ca faisait remonter des souvenirs à l'académie, voire plutôt avant d'y entrer. Dans son quartier, les petites filles jouaient souvent à la marelle, à la corde à sauter (eh-eh) et autres jeux de filles. Et de l'autre côté les garçons avec leurs bouts de bois jouaient aux Shinigamis, incarnant leurs héros, allant jusqu'à se chamailler parce qu'untel ne doit pas survivre au bankai de l'autre, et tout et tout....

Aïeuh
HEHO !

Sa main sur so, une mine effrayée, voila l'état dans lequel le médecin se trouvait quand il retourna à la réalité, alerté par son zanpakuto. Qu'est ce qu'elle pouvait être bruyante celle la.

Qu'est ce qu'il y a encore ?
Je te parle depuis t'aleur, mais tu t'en fous. Je me suis sentie obligée de te faire réagir.
Dis moi ce que t'as à me dire alors.
Je disais que ya une gonzesse qui t'a parlé.

Une gonzesse qui lui avait parlé ? Ah oui en effet. Elle se tenait devant lui, un sourire à la limite du désir et sa pose en guise de victoire. Elle avait du en faire tomber des têtes celle la, avec un physique comme ca, impossible de résister. Comme un appel au viol c'te fille.

- Hey toi, le petit flocon de neige, là. T'as une minute? Mais bien sûr que t'as une minute, poulet. Tu me fais un tour du propriétaire? Allez je sais que t'en rêve, hein?


J'en connais une qui va pas aimer...
...Allumeuse de mes deux...

Tiens, comme un air de déjà vu. Quoi qu'il en soit, fallait faire gaffe à cette "allumeuse", comme l'a di bien décrit Kimagurenai. Mais on ne juge pas une personne dès la premiere impression, bien que la plupart du temps, cela s'avère être vrai. S'approchant de la jeune fille, il décida de faire comme à son habitude, quand il était à l'académie, proposant son bras pour lui faire visiter. A tes risques et périls bonhomme, parce que là, c'est soit il subit la colère de sa douce, soit c'est la jeune fille, soit c'est les deux.

Fais bien gaffe à toi... J't'ai à l'oeil.

Soit, faisons comme ca. Mais, sachez que la plupart des gens d'içi vous dévisagera du regard. J'vous préviens, si vous n’étiez pas au courant, maintenant vous savez. Vous vous appelez ?

Shin repensa à la rencontre avec un autre Reaper qu'il avait fait plus tôt, Vespa de son nom. est ce que tout les Reapers étaient pareils ou pas ? Ce serait donc une visite et une récolte d'information à mettre dans les rapports. Mais pas aujourd'hui. Là, c'était amusement.

Alors, quoi de neuf chez vous ?

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Jeu 18 Sep - 1:11

Bingo! Il acceptait. Et en plus, il y mettait les formes. C'est que je suis une grande dame, moi! Pour le reste, je le rassurais rapidement, pas besoin de se faire du mouron. D'ailleurs, je négligeais son bras pour passer le mien autour de son cou, l'emmenant dans une marche rapide vers les tréfonds du Serieitei, au grand dam de tout le monde présent autour de nous.

- T'inquiète donc pas mon poulet, ça serait pas la première fois que je serais dévisagé! Et puis, pour une fois qu'on regarderait que mon visage, ça me changerait!

Et je disais ça bien sûr en bombant le torse, histoire d'amener mes mamelles sous le nez du petit homme. Rien de tel pour motiver les troupes! Les autres avaient qu'à regarder tout leur saoul, ils en voudraient à mort au petit chanceux. C'est pas tous les jours chez les militaires dans leur genre qu'on devait avoir de l'activité dans ce genre. La plupart avait surtout dû ne jamais avoir caressé autre chose que le manche...de leur Zanpakutruc.

- Pour toi mon petit chat, je serais Rosita. Ça te va? Sinon je peux être Yume, Amateratsu, Ondine même si tu veux. Bref, appelle moi comme ça te chante, du moment que ça me plait.

Comme ça au moins c'était clair. Que c'était excitnt, d'être à chaque fois quelqu'un d'autre! Il faudrait qu'elle leur fasse le coup de la fille de l'est paumée et un peu nudiste sur les bords, ça marchait du tonnerre. Surtout si je me mettais à suer comme une loutre...ah, j'avais de quoi me marrer sévère. C'était plutôt une aubaine ce petit échange culturel. Même si on était là à la base pour corriger leurs conneries.

- Oh, tu sais, la routine! On est bon, on tue des hollows, on est bon, on a la classe, on rétablit la balance des mondes...j'ai dit qu'on était bon? Je plaisante, j'te taquine, mon joli! Ça te plairait de nous voir à l'oeuvre un de ces quatre? Histoire de comprendre pourquoi on est là? C'est que vous êtes pas mal dans votre bulle ici, à devoir vous occuper de l'Archipel. Y a un monde dehors, et il pue tout autant!

C'est vrai que ça puait. Mais pas le monde, juste à l'instant. Cherchant la source de cette odeur nauséabonde j'avisais Anoki qui s'en revenait d'une maison annexe ou des soldats grimés en soubrettes transportaient du linge. Et lui, tout content, il tenait un immense calebute dans sa mâchoire, le genre de truc que devait porter au minimum un gorille.

- Mais qu'est ce que tu fous?!?

- J'ai trouvé ça dans un panier. C'était marqué "Onzième", je crois. Onzième quoi, j'en sais rien, en même temps, moi et mon japonais, on est un peu brouillé. Ça pue hein? C'est cool quand ça pue.

J'y pouvais quoi, moi?

- Je vais le mâchouiller un peu et le laisser quelque part en évidence. Ça, ça sera encore plus cool. Une genre de parabole sur l'existence, "je suis le caleçon de Jack".

Et bien sûr, le petit n'en perdait pas une miette. Refaisant demi tour sur moi même, lui collant la tronche au passage dans mon décolleté, je le poussais gentiment à continuer d'avancer.

- On va dire que t'as rien vu! Alors y a quoi de beau dans les alentours? Tout est super vieux, comme déco? C'est quoi la falaise là bas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Jeu 18 Sep - 14:46

C'est qu'elle prenait un malin plaisir à mettre ses avantages en avant, la coquine. Shin s'en fichait un peu de la réaction de sa douce sur le moment. C'pas tout les jours qu'une fille se montrait entreprenante avec lui. Un picotement se fit sentir lorsqu'il passa sa main au niveau de son zanpakuto. Elle porte bien son nom, à jalouser pour tout et n'importe quoi.

J'existe moi aussi hein. C'pas parce que madame a un corps bien en forme qu'elle est plus intéressante.

Il le savait bien, néanmoins la présence physique chez sa douce n'était pas présente, tandis que chez la reaper si. Ah oui, c'est vrai que la dame était chez les shinigamis qui arrivaient à la soul society pour les aider dans leur boulot. Elle lui donna plusieurs noms, puis déclara qu'il pouvait l'appeler comme elle voulait, en insistant sur le fait qu'il fallait qu'elle aime le nom choisi. Tout en montrant ses atouts, bien sûr. On change pas une tactique gagnante qui a dû faire ses preuves !

C'est pas facile de t appeler comme je veux, si ça te plait pas j'me fais taper n'est ce pas ? Parce que j'avoue que ça me tenterais bien ! Longtemps que je n'ai pas eu de châtiments corporels par une si jolie demoiselle ! Alors ça sera Rosie pour toi. Appele moi comme tu veux, tu as carte blanche.

C'était un peu un clin d'œil à son zanpakuto, montrant de l'intérêt pour la chose également. Mais elle était plus occupée à constater un autre fait, plus important que la situation actuelle. Tant qu'elle est occupée et qu'elle ne râle pas, autant continuer à discuter avec l'autre gonzesse.
Bon sang elle est jolie mais qu'est ce qu'elle parle ! Et à chaque phrase, elle vante les qualités des siens, tout en diminuant les shinigamis d'ici. Et que j'suis forte, on est trop bon, et que... Ah, c'est une plaisanterie, qu'elle dit. Et elle lui propose de voir un de ces quatres pourquoi on dit qu'ils sont bons. Boarf, ça pourrait être intéressant après tout. Ne sachant plus s'il avait combattu contre son homologue Vespa, il haussa les épaules.

Ma foi, pourquoi pas.

À force de faire des combats, il pourrait faire de la concurrence aux autres divisions ! Avec toute l'expérience accumulée, il deviendrait plus polyvalent, et donc plus utile sur le terrain. Plus rien à voir avec ce qu'il s'était passé il y a deux années de ça. Rosie avait déclaré que yavait pas qu'à Tokyo que c'était la merde, le monde entier puait.
Dans un sens, il était vrai que ça puait. Et voilà qu'un coyote se balladait avec un calbute sale sur la tête. Drôle de bestiau, mais c'était comique fallait avouer. Un peu d amusement ça faisait pas de mal. Mais Rosie semblait un peu désemparée par ce spectacle. Elle tourna donc la conversation sur autre chose, plongeant la tête du médecin dans son décolleté. Pris par surprise, le garçon se débattit pour sortir sa tête.

Calmos avec tes gestes Rosie ! Faut pas avoir honte de ton coyote, il a l'air un peu con, mais il est marrant quand même. Concernant la déco, bah elle est comme elle est hein. On la changera en temps voulu. Et la falaise ? J'en ai aucune idée, mais on peut s'y rendre si tu veux. Tu pourras me montrer ce dont tu es capable. Ça te dis ?

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Ven 19 Sep - 1:30

...

Je crois que j'étais tombé sur le gros lot d'entrée de jeu. Un petit japonais avec des tendances masochistes. Ou alors se foutait il de ma poire? Et paradoxalement il refusait le contact de ma chair, et insultait dans la foulée Anoki...Nan, en fait, ça se tenait. Il avait réellement envie d'avoir mal.

Mais d'un autre côté il me demandait de lui montrer de quoi j'étais capable. Était ce une invitation? Une demande d'ajout à la liste d'amis? Il voulait que je le frappe, que je l'éclate, ou que je lui fasse un topo sur le thème "la chevauchée des Valkyries?"? Pour une visite, j'en avais pour mes frais. En même temps, il était tellement chou, avec son air de pas y toucher, et ses pensées franchement salaces!

- Bah alors, petit chat, on a peur des femmes? C'est pas un peu de chair qui va te faire du mal tu sais, bien au contraire...

- J'peux le manger?

- Mais ôtes moi d'un doute, t'es Lieutenant ici, non? Du coup tu devrais connaitre tout par coeur, en toute logique. Alors tu sais vraiment pas ce qu'est cette falaise qui surplombe votre petit patelin, ou c'est juste un truc tactique? J'suis pas là pour vous poser une bombe, hein...

- Il m'a insulté, j'peux le manger?


Si j'étais tombée sur le seul Vice Capitaine de la Soul Society à ne pas connaitre les environs de sa place forte, on pouvait dire que j'avais le cul bordé de nouilles. Au temps pour la reconnaissance! J'avais juste choisi le mauvais gars.

- Un petit caca dans la bouche, au moins! Allez, aujourd'hui je suis grand prince.

- Mastique ton caleçon, ça te fera dire moins de conneries!

- Tant pis, je vais le fixer jusqu'à ce qu'il meure.


Ça nous faisait des vacances! Moi qui était venue pour tenter de me la jouer funky...j'étais mal tombée. Tant pis, sourire charmeur, battements de cils "aile de papillon", et roucoulade.

- Et sinon Casanova, t'entendais quoi par "montrer de quoi je suis capable"? Tu veux me voir en action, ici, en plein milieu de chez toi? Et j'aurais une bonne raison de le faire? C'est le genre de truc qui serait un peu con, dans le genre "j'hérisse le poil de tous les types en robe noire du coin, tu crois pas? A moins que tu parlais d'autre chose...

Et Anoki fixait toujours. Il fixait, l'air neutre, l'air mort et empaillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Ven 19 Sep - 11:33

Oh non, pas peur des femmes. Je t'aurais même pas approché si c'était le cas. Si je t'ai repoussé, c'est que ma douce n apprécie pas vraiment les contacts que j'ai avec la gente féminine. Et elle me le fait savoir par toute sorte de moyens.

Le garçon montra son zanpakuto à Rosie, avant de reprendre sa marche. Kima n avait plus adressé mot depuis que la jeune femme avait commencé à charmer le médecin. Fallait il s'en inquiéter ? Pas pour le moment. Concernant la falaise où Shin n'en avait pas dit plus qu un mec blasé par son travail qui doit en parler durant la journée des métiers à l école de son fils, Rosie lui demanda s'il était vraiment lieutenant. Surement qu'elle devait se dire que c'était bizarre qu'il ne connaisse pas les environs du Seireitei. Chose à quoi Shin ne pouvait pas laisser passer ça.

A la Quatrième, on passe le plus clair de notre temps à remplir de la paperasse des fiches de soins et autres rapports, donc pas trop le temps de visiter. Pour la falaise, si tu veux parler du Sokyuku ou du Seizaikyu, il s'agit de la prison et du lieu d'exécution. Si j'ai pas répondu au début, c'est que jai du mal entendre. Haha !

Il avait dit ça tout en fixant le coyote qui bougeait partout. Plus il parlait, plus le garçon avait envie de lui mettre du scotch sur la bouche. Si il continuait, une émasculation rapide et hop, l'animal ne l'embêterait plus. Kima se ferait une joie de s'en charger, ça lui remonterait le moral qui sait ?
Et Rosie qui faisait comme si elle n'avait pas comprit où Shin voulait en venir, à croire qu'elle était stupide. Mais ce n'était pas le cas. Nan, elle était plus maligne la bougresse. Elle devait être la pour une mission de reconnaissance, ou juste pour foutre la merde ici. Ou les deux.

Je voulais juste voir si vous, les reapers, étiez si forts que ça, rien de plus. Après c'est toi qui vois ma jolie. Ce n'est clairement pas une obligation, hein.

Jetant un coup d'œil amusé au coyote, il carressa doucement son zanpakuto, pour lui signaler qu'il savait qu'elle était la et qu'il ne oubliait pas. Puis, il reprit la parole.

Alors,que faisons nous, miss Rosie ? Et toi mister calebute, l est bon le calebard que t'as trouvé ?
Mâcher un caleçon... Où diable l'a t elle trouvé son chien mouillé ?

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Dim 21 Sep - 2:39

Il me donnait les raisons de sa réaction effarouchée. Une douce? Pendant un moment, je pensais avoir - encore - fait dans le mec maqué, mais non, c'était tout simplement son épée. Je la fixais stupidement pendant quelques secondes avant de faire le lien avec l'esprit qu'il devait contenir. Un type casé avec son âme? Dans le genre branlette, c'était quand même le summum! Rien qu'à imaginer copuler avec ...

Je t'ai entendu. C'est sale. Sale, mais cool. Tu crois que...?

Non, non...NON. Non.

Et ouais, tu viens juste de t'imaginer le truc, sur la simple évocation du sujet. Tu te sens mal, maintenant, hein?

Monstre.


Je tentais de sortir du malaise dans lequel l'autre foutu cabot m'avait mise - j'entends tout! - et j'écoutais le petit faire son mea culpa concernant la visite. Prison et lieu d'exécution. On pouvait dire que j'avais tiré le gros lot! Dans le genre tourisme de plaisance, je faisais fort, très fort. En même temps, il n'y avait qu'à jeter un oeil sur le point de vue pour se douter qu'il y avait un truc glauque qui flottait dans l'air.

Tendue vers le ciel, telle une dague tentant de crever les cieux, l'immense falaise jouxtant la forteresse hérissée de tours et d'une imposante flèche jetait comme un voile sombre, presque palpable, sur le reste de la cité. Comme une peur humide qui s'accrochait à la peau, vestige d'innombrables scène de carnage et de justice dans le sang qui avaient marquées à jamais l'âme des shinigamis.

Un truc dans le genre quoi. J'ai jamais été très forte en description. En tout cas, si je m'amusais à entretenir mes mémoires, ça le ferait, comme passage.

C'est un peu trop riche comme vocabulaire, limite pompeux. On dirait que tu veux prouver que tu sais placer pleins de métaphores et d'effets de style.

Tu la ferme. Juste, tu la ferme.

Pour me sortir de ta tête faudrait...te couper la tête.


Je soupirais intérieurement. Le combat était perdu d'avance, comme d'habitude. Soit, il y avait toujours le petit shinigami complètement décalé qui me faisait la conversation. Et cette fois ci je me devais de lui donner les bonnes raisons de mon refus poli.

- Malheureusement mon bichon, je suis pas là pour vous refaire la déco. J'ai des instructions très claires, qui prennent en compte l'interdiction de la jouer arme de destruction massive sans raison. Tu devrais plutôt te réjouir, j'ai des camarades qui seraient pas aussi tatillons sur les ordres.

J'allais quand même pas lui dire qu'en tant que potentiel de guerre, j'avais des restrictions concernant l'utilisation de mon pouvoir. Ça rendrait tout le monde parano, et on viendrait encore nous chercher des noises. Et vu que les huiles voulaient éviter de nous déconcentrer dans notre ouvrage, c'était à nous, les généraux, de montrer l'exemple. Enfin, c'était ce qui m'avait été clairement dit et répété. Bien sûr, on m'avait rappelé que tout affront à mon encontre nécessitait une réponse claire et immédiate, mais le petit bout d'homme en face de moi était lui de me foutre le couteau sous la gorge. Et j'avais clairement les moyens de lui retourner la pareille. Sans vouloir fanfaronner.

Tu fanfaronne quand même un peu, là, non?

A peine.


- Tu veux une preuve de notre puissance? T'as bien entendu ce qui s'est passé y a deux ans. Ça devrait te suffire, non?

A ça comme démonstration de force, on avait quand même fait dans le clair et concis. Surtout le patron, qui n'avait pas vraiment pris de gant, et ne s'était nullement annoncé avant de tirer dans le tas. Il était comme ça, lui, tout en langage fleuri et en actes radicaux. Un vrai leader, quoi. Un chef de meute, un type avec une paire de yogolos au moins aussi grosse que son flingue.

- Si tu veux mon avis, tu devrais surtout te préoccuper de ce qui se passe par chez toi et éviter de penser à nous. Si on est là, c'est pas pour aller aux champignons, et aucun de nous n'a vraiment le temps de faire le mariole avec ceux qui veulent nous voir nous exhiber. On a une mission, on l'applique. Savoir lequel est le plus puissant, c'est bien une discussion de taverne, ça. Ah! Les hommes...

Toujours à vouloir savoir qui avait la plus grosse. Et une fois qu'on passe aux choses sérieuses, ça pleure au pieu en racontant ses problèmes. Et ça vous harcèle parce que "ça a des sentiments". Ça existe plus, les vrais mâles, de nos jours, le mec qui vous fait le boulot, et puis qui veut bien payer sa clope, et la fermer gentiment pendant que tout le monde amorce sa descente. Mais je digresse je crois. C'était quoi le sujet?

Celui qui pisse le plus loin, le pouvoir, tout ça.

Ah oui. Comme si savoir que j'avais du potentiel allait changer grand chose. J'étais pas à un concours hippique! Surtout que ce genre d'attitude avait pas permis aux petits nippons à se sortir les doigts du fondement et à gérer leur problème de hollows. J'allais quand même pas me défouler pour ses petits yeux de chien battu?

Surtout que ta fiche est pas validée.

Je...hein? Quoi?

Nan rien, prescience, comic awareness, un truc du genre. Penser en dehors de la boite.

Je lâche l'affaire, t'es fêlé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Dim 21 Sep - 11:27

Shin savait pertinemment quelle allait être la réaction de la p'tite dame. Bien sûr, tout le monde trouvait ça bizarre quand il leur annonçait qu' le surveillait. Cela pouvait paraître bizarre, voire glauque même si l'on se penchait sur la question. Le garçon aurait eu la même réaction si il avait été à la place de Rosie, ça il ne le cachait pas. M'enfin, dans le genre glauque, elle était pas mal non plus. Avec son cabot mal lavé qui pissait partout, ça rendait la chose encore plus bizarre.

J'suis sûre que si elle pouvait me voir, bah elle changerait d'avis direct. C'est que j'suis une bonasse moi aussi !
Chaque chose en son temps ma douce. Et puis elle n'est pas faite pour toi.
Oh ça me touche ce que tu dis la. Accepterais tu de me laisser un peu de ton sang ? Je me sens terriblement affamée d'un coup...
Mais bien sûr.

Mettant sa main sous la garde de son zanpakuto, le garçon dégaina un petit semblant de la lame, y plaça l'intérieur de son pouce et fit un petit mouvement d'arrière en avant. Dès que les premières gouttes commencèrent à perler, il étala ces dernières sur la lame avant de tout rengainer. Tout ça bien sûr pendant que Rosie observait la falaise au loin, du moins il n'avait pas prêté attention à elle depuis. Si elle n'avait pas raté une miette, tant pis pour elle. Ça lui donnerait un avis précis pour la chose.

Merci pour ce petit apéro.

Rosie déclina l'offre en lui rappelant les événements d'il y a deux ans, avec Shunsui tout ça... Le garçon le savait bien, il était aux premières loges quand ça s'est produit. Enfin, plutôt au deuxième rang, voire troisième étant donné qu'il était tombé face à Koga-dono. Les reapers étaient arrivé comme ça, à la fin et avaient montré leur mécontentement sur les shinigamis encore sous le choc. Oh oui, ça il s'en souvenait.

Ce que je me souviens surtout, c'est le plafond blanc de l'hôpital. - murmura t'il d'un ton monotone - Toutefois, cela ne me dérange pas que tu ne veuille pas. Et puis si vous n'êtes pas la pour ça, c'est que vous avez un autre truc à faire de plus important.

discussion de taverne ? Tu peux lui dire que pendant les soldes, les files se tapent sur la tronche pour un bout de tissu. Donc elle peut se la fermer.

Ouh mais qu'elle est mauvaise la petite. Toutefois, c'est bien vrai ce qu'elle dit, et comme touché dans son orgueil de mâle, le garçon ne pu s'empêcher de répondre à la petite pique, sans tomber dans les clichés

Va pas me dire que vous êtes parfaites, ça serait trop suspect, haha ! -sourit - Bon que veux faire la p'tite dame ?

Bah oui, parce qu'elle avait pas l'air décidé à se bouger niveau action, et que Shin commençait un peu à trouver le temps long. D'un coup, son attention était retombé au plus bas, fallait bien retrouver quelque chose pour s'occuper. Au moins, il avait un avis commun sur les deux reapers rencontrés, à savoir Vespa et "Rosie" : ils étaient tout deux fiers et considéraient tout les shinigamis comme des gamins à qui faut donner à manger. Si un jour, ils se font refaire le portrait par un shinigami du Gotei, sûr que leur côté hautain en prendrait un coup. Mettez votre orgueil ainsi que votre fierté de côté les reapers, parce qu'à force, ça vous jouera un mauvais tour. Sûrement.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Dim 21 Sep - 18:58

Le petit homme partagea ses derniers souvenirs de l'attaque qui avait tant foutu le bordel deux ans auparavant. Finir à l'hosto, hein? Il s'en sortait pas si mal. Beaucoup avaient purement et simplement été rasés de la surface des mondes, aspirés pour servir les dessein d'un groupe de psychopathes sans remords. Heureusement que les plus anciens parmi les hauts gradés avaient fait le ménage rapidement, histoire de mettre un vrai coup de tampon et un frein à toute progression sur le monde des humains.

En tout cas il comprenait finalement la nécessité que je ne me dévoile pas au sein du Seireitei. J'avais pas envie de faire dans l'incident diplomatique à mon arrivée, et encore moins d'avoir le décès des éléments les plus faibles sur le dos. On serait foutu de me demander de faire amende honorable...enfin, si il y avait une chose à laquelle je devais répondre, par contre, c'était bien cette saillie sur la perfection du beau sexe!

- Mais bien sûr qu'on est parfaite, chéri! Mais on joue juste les démunies pour que vous ayez l'impression de devoir nous protéger, et comme ça on a le droit à des parties de jambe en l'air et des fraises à la crème sans lever le petit doigt! Et concernant ce que j'ai envie de faire...

Il me fallait un homme, maintenant, tout de suite. Comment j'allais me démerder? J'allais encore finir à me traîner sur les fesses, comme une chatte en chaleur, pour le restant de la semaine. J'allais pas taper dans le contingent qui se trouvait en tête de pont ici, le huis clos finirait par créer des tensions, je le savais. Alors aller voir chez ces têtards?

- Si tu veux, le caleçon que j'ai en bouche est celui d'un combattant, un vrai. Regarde! Ça sent l'homme.

Et c'était fini. Plus rien. Je devais avoir les cuisses aussi sèches que le Grand Canyon. J'avais plus qu'à trouver autre chose!

- Bon, euh...mais dis moi, la Quatrième, c'est bien votre division soins et entretien? Vous gérez l’hôpital et le ménage alors? Ou d'autres domaines encore? Vous combattez quand même hein?

- Bah ils ont des épées.

- C'est pas aussi évident!

- Ouais mais bon, z'ont des épées quand même, hein.

- Merci Sherlock. Alors donc, tu me montres ce que vous faites, vu qu'on vous a arraché la chasse aux hollow et le rétablissement de la balance des mondes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Dim 21 Sep - 20:49

Et bien voilà une fille qui ne manque pas d'idéaux ! Elle doit jurer en commençant par "Si t'étais une femme, tu saurais bien que..." le garçon pouvait sentir une pointe de sarcasme et de féminisme dans ses propos, ce qui le fit esquisser un sourire. Ça allait soit devenir la meilleure pote de Kima comme sa pire ennemie. Ça devait être bien excitant à regarder un affrontement de dominatrices. Enfin pour la dominée non, et l'autre verrait son plaisir multiplié par deux au moins.

Oui aussi. C'est sans doute pour nous faire croire que vous nous êtes fidèles et dévouées que vous nous faites de temps en temps des petits plaisirs. Cela équivaut à comparer avec le règne animal, où la femelle est dominante chez la plupart des espèces par exemple.

En parlant de ça, elle eut tout de suite un changement de comportement, comme si ça l'avait excitée. Ah ça c'est toujours amusant à voir une fille qui se chauffe toute seule. Elle se calme illico quand son pote animal lui parle du caleçon de taleur. Quand c'est si bien servi, c'est sur que ça calme direct.
Changement de discussion, questions sur le Gotei maintenant. La Quatrième justement. Question je dirais à la réponse évidente, mais le garçon accepta de répondre gentiment.

Et bien on gère le service des soins en effet, le ménage dans nos quartiers comme chez chaque division. On se bat que quand cela est nécessaire, mais cela n'est pas notre priorité.

Et c'est pour ça que tu viens de la provoquer en duel. Bravo.

Du coup j voulais m excuser si je t'ai gênée quand je t'ai demandé un petit match. Je pensais que cela t amuserai, ça rajouterai un côté intéressant à cette visite pas top. J'avoue je suis un très mauvais guide touristique. Haha !

Fallait désormais lui montrer ce qu'ils faisaient maintenant que les reapers leurs avaient piqué leur taf. Le médecin resta interloqué pendant quelques secondes bouche béante, cherchant un truc à répondre, pour finalement balancer quelques trucs par ci par la.

Ben on se touche. Plus sérieusement, on continue nos activités. C'est pas parce que vous êtes la qu'on doit se la couler douce. Et puis plus on est nombreux, mieux c'est. Ça va plus vite. T'es pas d'accord ?

Fais gaffe, ou le zigoto va te mettre le calecif dans la gueule et te le faire bouffer.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Jeu 25 Sep - 17:09

On pouvait dire que le dialogue allait de plus en plus vers la légèreté. Ils étaient où, tous les énervés du bocal qui voulaient absolument nous la mettre sous prétexte qu'on venait finir le boulot à leur place? J'avais l'impression de rester un peu sur ma faim. Le petit zigoto médecin était mignon, mais me cassait un peu l'image de nippons complètement obtus et franchement racistes.

Et c'est toi qui dit ça, madame "je pointe du doigt et je juge".

Nan mais bon, je restais bizarrement un peu dans l'attente de quelque chose d'un peu glauque, un esclandre, n'importe quoi! C'était comme si on m'avait invité à voir un film d'horreur et qu'au final on finissait par se torcher du Godard...non pas que le petit homme était chiant comme la mort, hein, rien à voir, c'était juste que, bah du coup, j'avais l'impression qu'on m'avait averti un peu pour rien.

De toute façon, toi, tu préfère toujours quand c'est sale. Perverse.

Je dis juste que c'état un peu trop policé! En même temps, pourquoi diantre est ce que je venais me plaindre du fait que tout roulait à merveille? C'était peut être mon âme de soldat qui redoutait du coup les temps mort...heureusement, je savais que j'étais ici pour une raison, et ça avait un certain rapport avec du nettoyage. Et pas celui de nos baraquements, non...j'y avais un peu réfléchis, et c'était pas forcément pour éviter le barouf de mes coups d'éclat qu'on m'avait refoutu au charbon là où il fallait colmater les brèches. C'était peut être aussi parce que les boss voulaient en terminer une bonne fois pour toute avec les bonobos qui venaient nous chercher des noises depuis le monde des rêves bleus. Éclater tout le nid d'un coup d'un seul histoire de ne plus se retrouver avec des fourmis dans la cuisine.

Traînée.

T'es encore là dessus, toi? Mais trouve toi une occupation, merde, bouffe de la terre tiens!

Déjà essayé. Plus aucun intérêt. Louche sur un carillon maintenant. J'aime vraiment le son que ça fait quand ça tombe au sol pour la fermer à jamais. Juste le dernier bruit étouffé, l'ouverture sur un monde de silence et de p...

Un lapin angora. Un enfant qui coure dans un parc avec son chien. Un petit cochon tout mignon.

D'un coup d'un seul, Anoki s'était tourné vers moi, sifflant comme un chat en colère, avant de tourner les talons et de se barrer fissa. J'avais toujours le chic pour lui trouver des images mentales répulsives qui le faisait sortir de ses gonds. Et encore, j'avais pas sorti celle du vieux avec son petit fils et son Werters Original...bon du coup dans tout ça j'avais tout simplement loupé le début des réponses de mon guide du jour. Alors je tombais sur l'explication de son emploi du temps. Donc il était bien à l'intendance, en plus des soins. Apparemment ici les médicastres étaient foutu au rebut, sous prétexte qu'ils soignaient pendant que d'autres tranchaient la chair. Bande de cons. C'était bien pour ça qu'ils perdaient régulièrement plus de cinquante pour cent de leurs effectifs. Fallait pas chercher plus loin. L'adage disait toujours que quand on était mort, on pouvait plus aider à grand chose. Bon, c'était à demi vrai, vu qu'on était déjà morts. Mais la vraie mort s'orientait dans cette continuité. Ou alors peut être y avait il un autre stade après cette mort, comme des poupées russes imbriquées les unes dans les autres? On nous sortait toujours la même connerie de "après ça y a rien", mais ça avait déjà pas le cas la première fois, alors que croire? Je m'éloignais du sujet en tout cas. Vite, un truc intelligent à répondre.

- Ah bah on a vu ça que vous vous battiez pas souvent!

Et c'est un fiasco total. Bien joué chérie, les pieds dans le plat c'était magnifique. Trouver un truc pour se rattraper.

- Ouais, non, c'était pas du tout ce que je voulais dire. C'était même un peu con, en fait. Je trouve juste qu'on vous fout un peu à la porte, les médecins, alors que votre rôle est bien plus important que celui du premier macaque capable de tenir un sabre par le bon bout. Enfin c'est que mon avis, hein, apparemment ici c'est pas la politique de la maison.

Enfin du coup il s'excusait dans la foulée pour sa demande de combat. Le pauvre, j'étais quand même sacrément peau de vache.

- Nan mais faut pas te faire de bile, mon mignon. Comme je t'ai dit, pour l'instant on m'a demandé de faire profil bas, vu le grade qu'on m'a refilé en plus du transfert. Du coup je peux pas vraiment me permettre de faire du bordel partout où je passe...

- Déjà que tu risque de leur exciter l'esturgeon, avec ton décolleté pigeonnant!

Je me retournais vite, avisant cette tête de fouine - de coyote, s'il vous plait! - qui dépassait d'un coin de mur. Pour aussitôt disparaître, le fourbe. Du coup, ça couplé aux remarques sous entendues du petit médecin, j'avais plus trop le choix, j'étais dos au mur. Je commençais donc à ouvrir la fermeture éclair de mon blouson.

- Bon, vu comment c'est parti, on va le faire, après tout. Un petit coup rapide. Comme ça plus d'ambiguïté et on repart sur des bases saines. C'est quoi ton nom, du coup? Si j'ai le droit de choisir, je prendrais Tony Stark, ça te va?

Et je continuais à tenter de me dépoiler. Bon au moins comme ça, plus d'allusions!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Jeu 25 Sep - 19:20

Et la réponse fut cinglante. Etant un membre du Gotei 13, il l'aurait mal prit. Mais étant aussi et surtout un membre de la Quatrième, il ne pouvait qu’acquiescer en baissant la tête. Sentant qu'elle avait fait une bêtise, Rosie s'excusa. Shin relava la tête, tout sourire.

Oh, ne t'en fais pas. Je savais au départ ce qui m'attendait en rejoignant la division des soins. Je me permet de rebondir aussi sur le fait que, bien qu'étant des médecins, nous savons quand même nous défendre. Bien sur, on a pas le niveau des autres divisions, mais on reste quand même présent lorsqu'il le faut. Faire face à toutes les éventualités, nous sommes un peu les soldats parfaits j'ai envie de dire. Haha !

Le médecin n'en dit pas plus. Il avait énoncé l'essentiel. Même si Rosie semblait digne de confiance, cela restait une Reaper. Qu'avait il avec eux d'ailleurs ? Car à chaque fois, il trouvait toujours le prétexte du "c'est un reaper donc fait gaffe". D'ailleurs sur ce sujet la, elle lui annonça pourquoi elle ne pouvait pas se battre. Une promotion et un transfert. Une Reaper toute fraîche donc. Et il s'avérait qu'elle se montrait assez sûre de ses idées, ce qui plu au garçon. Le passage où elle décrivait sa vision des médecins d'içi et en général fit presque verser une larme au garçonnet. Ce qui n'échappa pas à sa douce, qui lui fit remarquer, avec sa manière à elle.

Le petit garçon veut peut être aller se moucher dans la paire de lolos de la dame, peut être ?
Ca pourrait être le cas, vu que je peux pas me moucher dans les tiens.
Si je me tenais en face de toi, je ferais en sorte de te noyer dedans, en t'enfonçant un bout de bois dans le cul. Tu m' en aurais dit des nouvelles, de mon remède miracle.

Elle l'avait mauvaise, mais s'était rattrapée sur la fin. Le médecin décida de lui laisser le plaisir de la victoire. Fallait bien qu'elle reprenne un peu de sa répartie légendaire la p'tiote. L'entrevue avec la dénommée Rosie touchait donc à sa fin, Shin se prépara mentalement à retrouver son bureau et ses dossiers. Et la, surprise ! La petite dame revient sur sa décision et accepte, histoire de repartir sur de bonnes bases. Et le médecin devint Tony Stark pour la journée. Ce qui l'amusa.

Pas de problèmes pour Tony Stark, ma p'tite Rosie ! Et pour le combat, je sais où on peut aller, c'est pas loin.

Même s'il s'agissait d'un combat rapide, ca restait un combat. Donc autant aller dans un endroit fait pour. Il l’entraîna dans un terrain vague, non loin de là où ils s'étaient rencontrés. Une fois arrivé, il la salua d'un geste de la main.

Je t'en prie Rosie. Honneur aux dames.

HONNEUR AUX DAMES MON CUL OUAIS ! FAUT L'EMBROCHER PAR LE DERCHE, EN MODE BROCHETTE ET LA FAIRE RÔTIR COMME UN POULET CETTE DINDE !

Ca s'agitait. Comme une envie d'en découdre, Kima était remontée. Crise de jalousie ? Surement. Cela se réglerait en combat donc. A lui ne pas faire n'importe quoi.

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Mar 30 Sep - 17:50

J'étais en train de me foutre comme au jour de ma naissance, me préparant mentalement à la besogne, quand le petit m'arrêta net. Oh non. Oh non, non, non. Il avait rien compris le bougre...un combat? Mais je pensais avoir été claire! Là, on tombait à côté du panneau, genre loin, comme la distance de la Terre à la Lune. Et il fallait que ça m'arrive maintenant...je devais être maudite, un mauvais karma, le genre pas de bol. Anoki était plié en deux, je le voyais bien, de l'autre côté de la route. Il se roulait par terre, le con.

Oh mais quel bijou, quel bijou! Mais ça milite tellement en faveur de ma politique sur l'infanticide, ça! Ils sont géniaux en fait les japonais!

Je le laissais à son hilarité, l'air franchement dépitée, suivant de près Richie Rich jusqu'à son lieu de grosse marrade. Nan mais sérieusement, depuis quand j'envoyais pas des signaux assez clair? Ou alors j'étais tombé sur un véritable masochiste, le genre de mec qui vous remercie quand vous lui foutez des baffes tout en l'insultant en moldave. La déveine...C'était décidé, une fois que tout cela serait terminé, je demandais ma mutation en Amérique du Sud. L'Argentine, ou le Brésil, un coin où les types connaissaient les besoins d'une femme et en faisait une véritable religion. Le bon plan.

- Et donc trésor, le but du jeu c'est que je t'avoine? Et si les temps modernes me forçaient à ne pas taper sur les hommes?

Bah lui, il était plutôt vieux jeu. Tant pis pour lui, hein, je lui avais pourtant bien raconté que j'avais pas vraiment le droit de me montrer en spectacle...

Les gradés vont te passer un savon, ma petite.

Tu crois que je suis pas au courant? Ça serait pas la première fois. Je vais rester réglo, t'en fait pas. Et puis comme ça tu pourras te faire plaisir...

Nan mais je veux plus le tuer, lui, il me vend du rêve en boite! Faut qu'on reste ici pour toujours, c'est le paradis! Les types sont de véritables tarés, pas un pour rattraper l'autre! Ils m'ont même redonné l'envie de recourir au suicide, t'imagine? C'est génial!

Ouais c'est génial. Bon, bah on va la jouer soft. Pas non plus envie de leur retourner la terre.


- Bon mon petit coton tige, si ce qu'on dit chez vous est vrai, tu dois te restreindre dans l'enceinte du Seireitei, hein? C'est dommage pour toi...

Et je laissais exploser mon reiatsu, emplissant l'atmosphère de mon énergie vitale, de mon envie irrépressible de gourmandise de la chair. Je devenais une véritable déesse dans ces moments là, Aphrodite venue sur Terre pour choisir un élu parmi les hommes. Bon en vrai, c'était surtout que mon charisme éclaboussait les murs et que j'avais du cou pléthore de petits hommes pour me servir. Le principe de la Reine dans les sociétés animales.

C'est surtout que t'as tout le temps le feu au cul, et que ça se sent. Les hormones, quoi...

Laisse-moi donc rêver, espèce de clébard!

Ah non! Nous on a une noblesse, on est pas l'esclave de l'homme!

Et bah va user de ta noblesse sur les gencives de Oui-Oui!

Sitôt dit, sitôt fait, l'animal partait fureter pour accomplir sa besogne. Tandis que moi, j'utilisais une autre technique, histoire de brouiller un peu plus les pistes. En un clin d'œil, j'étais partout à la fois, donnant l'impression à mon soupirant de me voir dans chaque brin d'herbe, à la périphérie de sa vision, dans le souffle du vent. Ouais, j'étais la plus grande histoire d'amour de sa vie, et il peinait à m'oublier! C'était ce qui se rapprochait le plus de ce que je lui envoyais. En tout cas, avec tout ça, il devait déjà avoir du mal à faire quoi que ce soit.

- Je comprendrais que tu veuilles arrêter là, Bambi. C'est que j'ai un peu de mal à me contrôler, vois-tu? C'est tout ou rien. Mais bon, si tu insistes, comme je te l'ai dit, on va faire ça vite.

Je plissais les yeux sur mes derniers mots. Pas le bousiller, juste le mettre dans l'incapacité d'agir. Anoki qui fondait à sa rencontre, le frappant dans le dos pour y laisser des blocages spirituels semblables à des pièges à loup se refermant sur ses chevilles. S'il prenait ça, il aurait droit à de belles marques de morsure brillantes, symboles des fers passés à ses pieds. Dans le même temps, je sortais mes deux armes du fourreau, leur posant à chacun un baiser pour les encourager. J'espérais ne pas avoir à m'en servir pour la fessée.

- Alors on continue?



Dernière édition par Cheyenne le Sam 11 Oct - 16:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Mar 30 Sep - 20:35

Ah, elle ne parlait pas de combattre ? Le garçon ne comprenait plus rien. Il allait s'excuser de son incompréhension quand il fut stoppé net par une explosion de reiatsu. Sur le coup, le médecin ne vit pas de différence flagrantes. Se demander si c'était une blague ou non. Si Rosie le prenait à la rigolade, Shin n'apprécierait pas. Alors qu'il ouvrit la bouche pour lui demander, le garçon ressentit une forte attirance pour son adversaire. Ne réfléchissant plus, il s'avança vers elle. Il tenait à lui montrer son amour pour elle, en lui offrant son corps, voire plus.

Tu comptes pas lui bouffer le cul rassure moi ?

C'est mon âme que je vais lui donner. Elle est si belle...Que j'en perds mes mots...

Ok, donc t'as besoin d'une petite piqûre de rappel. Histoire de te rappeler qui tu aimes vraiment.

Une douleur au niveau de l'entrejambe fit reprendre conscience à Shin. Encore un peu et il tombait complètement sous le charme de la Reaper. Remerciant le ciel d'avoir Kima avec lui, il toisa Rosie du regard, avec amusement. Elle voulait jouer la belle, le garçon s'en allait lui montrer qu'il n'était pas sensible à ses charmes. Tout ca sous la menace de son zanpakuto bien sur.
Elle pensait qu'il devait se restreindre puisqu'ils étaient dans l'enceinte du Seireitei. Et après elle dit qu'elle ne peut pas se battre içi, alors son explosion de reiatsu, c'était pour quoi ?
De bonne guerre, il fallait absolument qu'il montre son amour pour son véritable amour. Allez, maintenant c'est parti. Relâchement de son reiatsu au maximum, cela allait être une baston de filles. Enfin, Kima ne pouvant s'exposer que par reiatsu, vu que question combat avec son partenaire n'était pas vraiment au point.

Avec ca, j'vais lui montrer que c'est moi uniquement ta préférée.

Le problème étant réglé de moitié, le vice capitaine observa la réaction de la petite bonne femme. Mais c'est avec surprise qu'il vit qu'elle était partout autour de lui. Et croc. Shin sentit une douleur au niveau des tendons d'Achille. Saleté de chien mouillé. Mais impossible de quitter des yeux la délicieuse créature. Il avait visé les tendons, ce qui impliquait une impossibilité de se mouvoir correctement.
Etant un médecin de base, il fallait qu'il soigne ca au plus vite. Hélas, son côté masochiste ressortit et il préféra attendre, se délectant de plaisir à chaque coup qu'il encaissait.
Et il se retrouva emprisonné dans une sorte de prison sans porte. Ne sachant pas ce qui se passait à l'extérieur, Shin se résigna à se soigner, du moins les premiers soins, pour ensuite se concentrer sur son adversaire. De ce qu'il avait entendu, elle lui demandait s'il voulait continuer l'affrontement. Un sourire. Le garçon tira son zanpakuto de son fourreau, et se fiant à la direction d'où venait la voix de la jeune fille, planta son arme dans le sol. Un chemin de vibrations se fit jusqu'à la direction voulue puis s'arrêta. Une fraction de secondes plus tard, une bouche d'air se forma, laissant s'échapper un torrent de lave. Si avec ca Rosie désirait continuer, Shin était opé.

Je crois que tu l'as ta réponse, ma p'tite Rosie.


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Sam 11 Oct - 16:44

J'avais la réponse à ma question. Oh le fougueux petit nain!

C'est un peu un pléonasme ça.

Un pléoquoi? T'as vu un insecte quelque part toi?

Si j'étais pas en train de m'occuper de la Crampe, je crois que je te suiciderais.


Et Anoki était parti fureter. Quant à moi, disais-je, je ressentais l'aura se dégageant du petit homme, tentant de contrebalancer l'effet de la mienne. Il avait du répondant, pour un petit infirmier! D'ailleurs, il avait décidé de m'envoyer une lettre d'amour sous forme d'une colonne de lave qui explosa non loin de ma position. J'avais le très net avantage de l'avoir foutu dans une boite scellée, et d'avoir usé de ma super arcane du tonnerre, aussi n'étais-je pas plus inquiétée que ça par ce qui était une véritable tornade de magma issue du sol. Y avait pas à dire, ils faisaient dans le spectaculaire aussi, les nippons! Du joli rendu, même si pas efficace, pour le coup. Je me mettais en sûreté en créant la première chose qui me passait par la tête - une lame de chasse neige, tiens - et réfléchissait à la suite. Mon Bobby Elvis voulait donc que je lui envoies la pâtée? Et bien soit! J'allais me faire bousiller. Enfin, pas par lui, j'entends, par mes supérieurs. Fallait que je la joue fine.

- Et ben tu vas en avoir pour ton argent mon coco! J'espère que t'as de quoi te faire un joli pansement, parce que je vais te laisser la marque de mon amour brulant. T'es sûr que t'aurais pas préféré un petit coup rapide dans les fourrés?

La boite de Pandore était en place, lui toujours dedans, ne sachant pas d'où le prochain coup viendrait, et moi toujours camouflée. Ou alors me laissait-il venir? En fait, j'en savais rien. Mais ce que je savais, c'était qu'il ne faisait pas bon à rester enfermé dans un de mes constructs quand j'avais décidé d'envoyer la sauce. D'un geste plein d'emphase, j'agitais mes deux bébés dauphins devant moi, qui lâchèrent leur salve consécutivement, les balles partant chacune dans une trajectoire courbe., prenant le bunker en tenaille. Celui-ci s'ouvrit assez de chaque côté pour laisser passer les projectiles, qui filaient droit sur mon prétendant du jour pour le clouer au mur, comme un porte manteau. Les choses étaient simples pour lui: scénario un, il se prenait l'attaque de plein fouet, percutait le mur du construct, qui volait en éclat, le transformant pour le compte en porc-épic. Scénario deux, il tentait quelque chose, et tout lui tombait sur la tronche de toute façon, si les balles atteignaient le mur. De toute façon, j'allais pas trop lui laisser le choix, vu que j'avais décidé de l'enterrer à cet endroit précis. Fallait que j'imagine un truc bien cool pour rendre tout ça classe au possible. Mais oui! J'avais la solution.

- Prière de dégager la voix, le train de seize heure entre en gare!

J'avais même réussi à créer le bruit du foutu klaxon utilisé par la locomotive pour prévenir son arrivée. Et tout d'un coup, le train était là, avec tous ses wagons, semblant rouler sur le ciel pour aller s'écraser sur la pauvre petite cible de mes attentions. Y a pas a dire, ça c'était du spectaculaire! Et ça faisait du bordel aussi. Plein de bordel. Et de poussière. J'étais quand même un peu conne, des fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Dim 12 Oct - 14:42

L'avait il touché ? Apparemment pas assez. Elle causait encore. C'est que sa boîte se révélait assez handicapante pour le médecin, et il n'avait pas vu la suite. Faire un pas, se coller contre le mur. Rien d'anormal jusqu'ici. Les murs s'ouvrirent peu à peu et Shin eut à peine le temps de réagir qu'il se prit les lasers en pleine poire. La fumée se dissipa et finalement il réapparut enveloppé dans une pyramide inversée jaune. Il avait pris une partie de l'attaque mais avait réussi à diminuer le choc. Celle ci s'estompa quelques secondes après, laissant passer les débris du mur. Lascérant la chair du garçon. Un pur régal.

À table !

Oh oui, il allait bien manger le petit père. Avec ce qui l'attendait, un peu normal. Mais pour rien au monde il aurait préféré un petit coup dans les fourrés. Oh non. En voilà une qui lui convient parfaitement niveau pouvoir. Quasi similaire, du moins en apparence. Pourquoi ne pas en profiter ? Et voilà Rosie qui parle de train. Qu'est ce qu'il arrive juste après ? Un train. Avec tout ses wagons et tout. Autant dire qu'il fallait s'employer pour se défendre de ça, parce que ça allait faire mal sinon.

Frappant ses mains l'une contre l'autre, des orbes jaunes apparurent. Le médecin les plaqua au sol et se servit ses piliers comme moyens de défense face au train fou, les faisant atterrir devant lui (Shin). S'en sortir avec quelques blessures mais sans grand danger. Il fallait répondre à son train. Hélas elle était toujours camouflée. Et le vice capitaine n'était pas adepte de la détection. Reste plus qu'à utiliser du kido. Encore. Fallait bien la débusquer la petite.
Tracer un cercle, y mettre des symboles nécessaire et placer sa main à l'intérieur. Pleins de chiffres apparurent, des coordonnées géographiques. C'était pas suffisamment précis, étant donné le niveau apparemment élevé de son adversaire. Déjà ça lui indiquait une zone, c'était pas mal. Fallait faire une attaque de zone pour espérer la toucher. Et justement, il y avait un moyen. Former une balle bleue, la balancer dans la zone révélée, de façon à recouvrir le périmètre.

J'vais bien finir par te débusquer.

Quoi qu'il en soit, la prochaine offensive serait la dernière. Il s'agissait juste d'une petite estocade, rien de plus. Espérons que Rosita ne se prête pas trop au jeu. La prévenir quand même, au cas où.

Dernier tour bichette, faut pas oublier qu'il s'agit juste d'un petit combat comme ça. On a tout deux des choses à faire. Tu répliques et je conclus. Ça te va ?

Spoiler:
 

_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Lun 3 Nov - 8:20

Et ça tonnait, et ça s'écrasait, dans un vacarme digne d'une fanfare de village paumé. Vous avez déjà entendu une fanfare de village paumé? Et bah croyez moi quand vous dit que ça sonne aussi bien qu'une compacteuse à ordure, les effluves d'alcool en moins. Bref, le petit homme étant coincé dans ma toile, il se prit tout bien gentiment dans la poire. Tout? En fait non, car il avait passé son temps à se défendre, le bougre!

En même temps, il allait pas s'amuser à voir jusqu'à quel point il pouvait encaisser, hein...

Bah il m'avait l'air pourtant bien maso...bref, tant pis.


Je me déplaçais, restant constamment mobile, attendant la riposte du membre de la Quatrième Division qui ne tarderait pas à survenir...qui tardait, en fait. Mais il foutait quoi, le godelureau?

Je crois qu'il regarde la télé.

Effectivement, l'autre avait quasiment le front pressé sur un écran qui était surgit de nulle part. Impressionnant, quand on pensait que les shinigamis sortaient tout droit du Moyen Age! J'avais l'impression d'avoir loupé complètement le moment où les gentils moines en robes étaient passés de l'ère des pagodes à celle des tablettes. Mais soit! Il se tournait à présent vers moi et...

Et c'est un moyen de me repérer, super. Vraiment super.

Il me fallait prendre la poudre d'escampette! D'un Dash d'une puissance respectable, je me soustrayais à son regard inquisiteur, ayant bien fait puisque le bougre avait décidé de m'achever à coup de balle visqueuse à la Flubber. C'était vraiment pas le genre de lubrifiant que je m'attendais à utiliser!

- Plutôt glauque d'essayer de m'avoir à coup de crottes de nez!

Hé hé hé, crotte de nez.

Laissant Anoki à son rêve doux comme une morve qui vous coule dans le fond de la gorge, je me préparais à la suite.

- Alors comme ça tu veux en finir? Pas de problème mon joli, je vais conclure, et ce sera pas sur un malentendu!

Et bim, on claque des doigts, et patatra, une mâchoire digne du plus beau piège à lou...

Ahem.

...à ours, piège à ours. Bref, ça apparait aux pieds du Docteur Follamour, pour le broyer un petit peu. Et vu que je veux vraiment qu'il reste sur place, je demande gentiment à mon acolyte à fourrure de lui tomber sur le râble, en se dupliquant pour apporter la force de la meute à son entreprise.

A nan mais c'est mort, je le touche plus moi. J'ai l'impression qu'il aime vraiment ça qu'on lui fasse du mal, et j'ai pas envie de recevoir un truc dans l’œil. Ça pue le malsain ce plan foireux. Demande à quelqu'un d'autre.

Nan mais tu vas pas me planter là, bordel de totem à la mords-moi-le-noeud!

Mais si!

Mais non!

Mais si!

Mais si!

Mais non!

Mais si!

Ah ouais, bah tu vas voir, je...et merde.

Psychologie inversée, gros, tu peux pas test! Witness le pouvoir du beau sexe!

Plus ça va plus j'ai l'impression que tu perds ta prose au profit d'un langage fait d'onomatopées et de termes sans queue ni tête. C'est affligeant, grosse.


L'important, c'est qu'il y allait, fondant sur la cible en un multitude de silhouettes, dont le but était d'entraver ma cible par le biais de leurs mâchoires acérées. Ainsi tenu, écartelé, il était à la merci de mon imagination débordante. Et puisqu'on parlait de ça...

- Je m'en vais t'en donner moi, du sado-maso! Viens tâter de mon martinet, le préféré du donjon!

Et c'était vrai, j'avais carrément instinctivement pensé à un petit martinet tout mignon, qui s'était bien entendu matérialisé dans ma main, histoire d'aller donner au petit homme ce qu'il voulait, un fois pour toute. Il allait avoir les cuisses roses, et c'était pas à cause des carottes! Mais d'abord, j'attendrissais la viande, histoire de le préparer à la suite. C'est ainsi que surgirent de mon dos une dizaine de poings qui fondirent sur lui, pour lui enlever toute véléhité de fuite ou de résistance. Il ne manquait plus que mon petit coup de fouet!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964

avatar
Rang : Capitaine de la Quatre

Messages : 525
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Lun 3 Nov - 15:57

Il avait voulu faire plaisir en offrant ce joli coussin bleu tout moelleux à la dame, il n'en fut qu'ignoré. Peut être n'aimait elle pas ce genre de cadeaux, préférant surement un bijou hors de prix. Comme toutes femmes quoi. Un petit air contrarié sur le faciès du garçon. Pas le temps de se lamenter, la menace reaper était toujours présente. Et en moins de temps qu'il faut pour dire ouistiti, le médecin se retrouva prisonnier. Attaché de toutes parts, il reconnait cette méthode. L'écartèlement. Une personne normale aurait commencé à gesticuler de partout, demandant grâce et tenter de trouver une issue. Shin se contente de bouger un peu, pour vérifier si tout est bon niveau attache. Non, il ne compte clairement pas se défendre la dessus. Il aime trop se sentir privilégié, et en étant tenu de la sorte, il se trouve sous le feu des projecteurs. Attendre maintenant la suite des opérations.

Dès l'évocation des mots "sado-maso" et "martinet", il y a comme un pétillement dans le regard du lieutenant. Voilà un châtiment qu'il aime bien. Son plaisir se voit doublé avec l'intervention d'une multitude de coups de poings. Ca fait mal, mais ca reste assez plaisant, surtout que cela équivaut à se faire frapper par des tentacules gluantes, comme dans les dessins animé nippons. L'immobilisation tient le coup, au médecin d'en faire autant. Commençant à pisser le sang sous la pluie de coup et le piège à ours, Shin sent que son corps cède. Mais il s'en fiche, il avait prévu de rentrer à la Quatre de toute façon.

Et bien, tu prends ton pieds içi. Bien, bien. Pense à moi surtout.

Penser à elle, oui soit. Mais penser à soi surtout. Et v'la que les lannières du fouet s'entrechoquent, d'abord dans les airs, puis au contact de la chair du garçon. Un grognement de plaisir s'échappe de sa bouche. A chaque coup qu'il reçoit, il se mord encore plus la langue. Bon sang, le pied quoi ! Son arrière train doit être bien rouge avec tout ses coups, et fallait pas compter sur lui pendant un petit temps.

Ca va faire longtemps que j'ai pas autant pris mon pied. En tout cas, merci bien Rosie. Avec ca, j'ai eu ma dose pour les prochains mois à venir.

Le médecin avait tellement apprécié qu'il ne tenta même pas une contre attaque. Non, au lieu de ca, il remet son kimono en place, et offre un sourire à la demoiselle, entre quelques gerbes de sang. Trop de beauté sur ce visage, de l'art même. Panser les blessures, le petit garçon se frotte le popotin. Ce petit échange lui a donné des idées sur comment se battre tout en se faisant plaisir. Une bonne journée en gros.

Tu veux que je te raccompagne, ou ca ira ?


_________________
~Shin by Lies~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2102-hayako-shin#17520

avatar
Rang : Général tout frais

Messages : 630
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   Mer 5 Nov - 23:38

Bon bah voilà, le petit en avait eu pour son argent. Et moi, bah, j'avais un peu mal au coude, à force de lui fouetter le fondement à coup de martinet. C'est que j'y mettais de l'ardeur, hein.

- Allez...ça c'est...pour toi...mon petit ourson...han...han...t'aime ça...hein!?!

J'avais cinq paires d'yeux canins qui me regardaient avec un air partagé entre le dégoût et la morbide résignation.

J'en ai vu des trucs sales dans ma vie hein, mais j'ai l'impression de te regarder avec les yeux d'un enfant qui découvre la scatophilie. Franchement, je suis à deux doigt de reprendre ma carte à la NRA.

C'est pas les coyotes qui sont les plus chassés par chez nous?

Oh ça va hein. Argh. Ça y est, j'ai eu un renvoi. Frappe lui encore le derrière et je rends tout.


- Et...un...dernier...pour la route!

Ça y est, j'ai rendu. Ah, je regoûte un truc que j'avais déjà bouffé. Ça va mieux en fait.

Le petit gugusse était aux anges. C'était pas vraiment ce que j'avais imaginé, mais c'était bien. On va dire que j'avais aujourd'hui expérimenté une nouvelle facette de ma sexualité. Il fallait un petit temps pour digérer le truc, savoir si il y avait quelque chose à en tirer. Mais j'étais pas trop sûre de vouloir savoir ce qui en découlerait. L'important c'était que j'avais encore une fois foutu mon nez dans quelque chose de louche, et que j'allais devoir la jouer fine si je voulais éviter de me retrouver devant le regard inquisiteur d'une grosse huile. J'espérais surtout que personne ne m'avait tricard à flageller le postérieur d'un shinigami avec véhémence. Dans le genre situation incongrue, c'était quand même le pompon.

C'est même carrément glauque comme truc. C'est marrant pour une fois ça me fait pas du tout d'effet. Effrayant.

- Ouais, non, je vais trouver le chemin tout seul. Je vais par là, je crois qu'on m'a appelé. Bref, heu, prends soin de toi, le globule.

J'avais l'impression d'avoir quinze ans, et de me sauver du pieu d'un type comme une lâche. Très bizarre, cette rencontre...

T'as qu'à en tirer quelque chose!

Pas con!


- On garde le contact hein! Si jamais j'ai besoin de toi, je reviendrais te voir! Autant parler à une tête connue.

Ouais, bonne idée, ça. Encore faudrait-il que j'ose sortir à nouveau. Après cette histoire à la con, j'étais pas trop sûre de ce que je voulais, ni de ce que j'allais faire. Peut être creuser un trou et m'y enterrer pour les quatre cents prochaines années. Bonne idée, ça. Enfoiré d'Anoki, qui avait réussi à tourner la situation en quelque chose de mortifiant.

Mais de rien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2564-cheyenne#21964
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Candy au pays des types en robe [Shin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Candy au pays des types en robe [Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Candy au pays des types en robe [Shin]
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Soul Society :: Seireitei-