AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Demande confinée [PV - Idjouher Tamanart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Segunda

Messages : 399
MessageSujet: Demande confinée [PV - Idjouher Tamanart]   Ven 11 Juil - 18:29


Le temps passait lentement, tout ici était source d'ennui étant donné qu'il ne pouvait rien faire. Rien ? Non, il songeait, ne cessait de réfléchir encore et toujours à son choix, ses actes... Il se demandait s'il avait bien fait, s'il n'aurait pas pu se contenir et garder ce qu'il ressentait pour lui. Ou bien même s'il n'aurait pas pu faire quelque chose pour que la situation s'améliore. Tout cela était inutile. Il était là, le passé restait derrière et il n'y avait qu'un futur sombre devant lui, cloisonné entre des murs infranchissables. Pire que cela il était tiraillé, ressentait même parfois une douleur au plus profond de son être : un vide qui se creusait lentement, chaque jour, renforçant cette sensation aussi désagréable qu'étrange. Bien difficile pour lui d'en définir l'origine au début, après tout il n'était pas connu pour être un fin analyste, mais aujourd'hui il la percevait, la voyait clairement même : Kaabukasen. Ils étaient trop loin l'un de l'autre, séparés. Les autres Shinigamis enfermés ressentaient-il la même douleur ? Pire encore, son Zanpakutô était-il lui aussi affecté ?

Pourtant c'était une chose impossible pour lui qui était un ancien Capitaine que d'obtenir ce qu'il désirait. Sous étroite surveillance, séparé des autres détenus, des champs de forces supplémentaires... Ainsi était-ce là le sort qu'avait connu le Capitaine Yakushiji avant de revenir ? Triste. Tout autant que de se rendre dans son monde intérieur et n'y trouver que du vide, ressentir un brin d'humidité rien de plus. Totu était sombre là bas. Pire que dans cette cellule.

Il y avait une solution pourtant, enfin une idée plus qu'autre chose. Il y avait réfléchit et cherchait tous les jours à affiner son plan. Il n'était pas connu pour être un prisonnier à risque bien que mis à l'écart du fait de sa puissance et son rang, aussi il pouvait toujours se déplacer dans son trou et pouvait même approcher la porte à barreau qui fermait son existence. Pour cela il devait convaincre des personnes et pas n'importes lesquelles : les têtes. Mais avant d'arriver en haut, il fallait s'adresser au bas, aux petites mains. C'est ainsi qu'il se trouvait souvent devant sa porte à épier les différents gardiens qui défilaient. Un d'eux qu'il n'arrivait jamais à bien percevoir se plaçait assez en recul dans l'obscurité, restant quelques secondes et repartait, il semblait faire cela pour plusieurs cellules. Il était parfait. Un jour, ou une nuit, impossible pour lui de le déterminer, il s'approcha plus de la porte, collant presque son visage aux barreaux. Il faisait peine dans pauvre kimono blanc, son flanc gauche amoindri par l'absence de son bras, ses cheveux en bataille qui repoussaient lentement mais il s'en fichait.

    Excuse m...

I
l se stoppa net. Il n'était rien ici, il devait fair epreuve de diplomatie s'il voulait obtenir ce qu'il souhaitait. Dans toutes les conditions il devait garder son calme... Difficile sans son arme qui était en quelque sorte son catalyseur. Mais sans cela il n'y aurait plus jamais de prochaine fois...

    Excusez-moi ! Avez-vous quelques instants à m'accorder ?

_________________



Segunda Etapa :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2947-thalos

avatar
Rang : 10ème siège de la 7ème Division

Messages : 197
MessageSujet: Re: Demande confinée [PV - Idjouher Tamanart]   Dim 13 Juil - 19:08

Depuis la découverte du prisonnier Bakuyaku Hiryuu par tes soins, je fais régulièrement un tour dans le Repère des Asticots. Comme l’avait si bien dit Lalla Zohra « Les gens trouvent dans le passé des leçons pour se préparer au mieux à l’avenir. ».

J’ai toujours l’espoir que ceux que l’on garde dans l’ombre du Seireitei, au moins l’un d’entre eux, reste loin du seuil de la folie pour revenir dans la Lumière. Tu étais plus pessimiste. Les rebuts sont rapidement oubliés à peine rejetés formant le miasme de l’inconscient de la Soul Society.

Je veille.

Que tu aies raison ou tort.


*****

- Le rageux ?

Idjouher savait que cela n’avait aucun rapport avec son rang, juste avec son air sérieux et son calme légendaire, elle arrivait à rendre dubitatif ses collègues. Etait-ce une faute ou pas de donner des surnoms aux prisonniers ?

- Vous savez à quel point cela est dur de garder son individualité dans un endroit pareil, messieurs ?

Les deux geôliers se rendirent bien compte de leur méprise, baissèrent lentement la tête en guise d’excuses, reconnaissant le manque de tact et de sérieux dans leur responsabilité. Autant dire qu’ils ne voulaient pas non plus éprouver la question rhétorique du troisième siège Tamanart ni s’enfoncer davantage dans leur tort. La question était close. Ouvrons le rapport hebdomadaire tout en stockant Saif-al-Jawza dans la cache sécurisée à l’entrée du Repère des Asticots.

- Donc revenons sur le prisonnier Kikeru Reisen. Rien à signaler ?
- Il est calme, Tama-san. Sans revenir sur…enfin…bref, c’est tout bonnement étrange, non ?
- Je sais quel genre d’homme il était. Tout sauf idiot. La preuve dans la raison de son incarcération.


Marche par marche, Idjouher consulta le registre, les rapports. A part quelques prisonniers maîtrisés suite à quelques crises de violence, il n’y avait aucun grand incident répertorié. C’était à son tour de se faire une idée des prisonniers. Une fois par semaine ne suffisait jamais et donc, la kabyle mettait un point d’honneur à faire quelques inspections surprises dans la semaine. Même pour les prisonniers, c’était productif. Il était si aisé pour eux d’oublier un visage familier et de le prendre pour un étranger au sein de leur territoire. Des animaux qui avaient abdiqué en faveur de la léthargie. La moindre des choses étaient d’être là régulièrement. Ce qui l’étonnait était le fait que tout cet univers faisait partie de sa vie comme une ombre persistante qu’elle refusait de partager au reste du monde. Elle ne se sentait pas coupable, le secret était le pain quotidien de la Division 2. Elle n’arrivait plus à trouver cet endroit laid, froid comme autrefois. Cette prison était un réconfort en quelque sorte, se sentir comme une partie d’un tout, définitivement une ombre parmi les ombres.

Et si facilement…

Ses pas la conduisirent aux sous-sols, les quartiers plus sécurisés et les confinements individuels s’y trouvaient. Depuis sa connaissance avec Hiryuu, Idjouher y allait plus souvent pour apprécier le fait que les éléments décrétés dangereux pouvaient être la source d’un renouveau inattendu. Après tout, elle savait bien que c’était dans l’adversité que le plus gros potentiel se révélait. Encore fallait-il avoir l’œil pour le reconnaitre et les moyens d’entretenir cette flamme de vie et de force. A jamais, Hiryuu avait gravé ce fol espoir dans son cœur. Il ne pouvait s’agir d’un miracle unique en son genre. Il fallait que ce miracle puisse se reproduire. A l’image de la vie sur Terre qui nourrissait leur monde spirituel.

Et pour cela, la kabyle refusait tout surnom désobligeant à l’encontre des prisonniers. Même dans les méandres de la perdition, chacun avait droit au respect sinon au calme nécessaire pour qu’un esprit endurant garde pied dans ces couloirs infinis.

Kireru Reisen.

Oui, il était surnommé le Rageux. Elle n’avait jamais aimé ce surnom. Si surfait, trop générique, comment un mot ne faisait qu’attiser les plus mauvais côtés d’une personne. C’était comme si elle considérait le Capitaine Kiryû comme un colosse juste du point de vue physique du terme. Non. Il possédait une grandeur qui faisait de lui un bon Kenpachi.

Kireru ne s’était pas pris au Capitaine-Commandant, il était resté calme selon les dires, mesuré. Comme s’il voulait miser sur un ton parfaitement juste pour être compris. Si ces témoignages étaient vrais, cela était triste. Et pas que pour son cas, pour tous les Shinigami. Perdre un homme ainsi était une défaite pour tout le monde.

Lentement, Idjouher commença sa ronde sans se présenter ni s’approchant. A chaque prisonnier, elle restait dans l’ombre, l’observait, soucieuse de leur santé puis fit de même pour le suivant.

Vint le tour de feu Capitaine Kireru.

Pendant plusieurs minutes, elle se mit à l’observer dans l’ombre, détaillant comme elle le pouvait l’élément qui lui avait permis de remettre de l’ordre au sein des geôliers plus tôt. Celui qui avait décidé de tout dévoiler quitte à subir la mort en dernier recours. Sa chevelure avait poussé depuis la dernière fois, un peu plus en bataille chaque jour… Il fallut qu’il revête ce tissu blanc pour qu’elle le remarque alors qu’il ne s’était pas privé d’artifices en plus du shihakusho et du haori autrefois.

« La lumière ne brille que plus intensément dans l’ombre. »

Qismat et ses vérités implacables qui suintaient même et jusqu’aux murs grossiers de ces corridors. Le temps finira-t-il d’avoir raison sur la lumière ?

Si fait, approchez pour éprouver, Sai, mima-t-elle à la perfection sa trancheuse d’âme cruellement absente.

Idjouher s’approcha si bien qu’elle pouvait presque coller son front contre les barreaux. Il n’était pas sage de tenter le danger. Et pourtant…

- Excuse m...

Il parlait. Bien. C’était bon signe.

Elle relâcha ses mains jointes derrière son dos, une posture moins formelle pour l’inciter à continuer. Il ne pouvait s’arrêter en si bon chemin.

- Excusez-moi ! Avez-vous quelques instants à m'accorder ?

Du besoin, de l’urgence et de la mesure. Elle serait un monstre de ne pas lui accorder un peu de son temps. Et à le voir réguler sa respiration, il était réellement en train de rassembler ses forces au moins pour communiquer d’un ton calme. Elle était consciente à quel point c’était difficile pour lui et peu importait sa réputation, sa façon de penser d’antan, ce lieu transformait les gens petit à petit ou d’un coup. Une mer capricieuse qui érodait le temps, l’espoir et l’individu.

Kireru Reisen avait réussi à préserver deux de ces trésors.

- Je vous en prie, monsieur Kireru… invita la Shinigami d’une voix traînante et profonde.

Poliment, Idjouher marqua une pause pour s’asseoir en position seiza, les mains bien à plat sur ses cuisses.

- …j’ai tout mon temps. N’hésitez donc pas à prendre le vôtre, je suis toute ouïe.

Nulle ironie, un vrai conseil. Si le temps arrivait à devenir un allié ici-bas, il fallait en saisir l’occasion.

Les yeux dans l’ambre liquide des prunelles de Reisen, Idjouher patienta et pria silencieusement.

_________________
"The wind is free, but the sand goes where it is blown. Unaware of the world around it. Whirling on the breath of the gods, at the mercy of the storm that engulfs it.

What is one grain of sand in the desert ?

One grain amongst the storm ?"

Avatar fait par Klaus =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2215-idjouher-tamanart
 

Demande confinée [PV - Idjouher Tamanart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Idjouher Tamanart -- marchant sur ses pas -- (Terminée)
» Demande de rang spéciaux
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Preval demande aux USA d'arreter les deportations d'haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-