AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Nettoyage [PV Nadar Atori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Mar 23 Déc - 19:43

Le Rukongai est un endroit pourri. Quand je dis ça, je le dis avec l'expérience que j'en ai, avec les années de recul aussi. De manière globale et même en étant plutôt objectif, faut pas se leurrer, c'est pas l'endroit le plus agréable de la Soul Society. Lorsque je foule les routes poussiéreuses et les axes chaotiques, je me dis que le coin a pas changé des masses depuis que je suis parti. La plupart des shinigami viennent de là. De ce coin paumé dans laquelle y a que la loi du plus fort qui compte. Bien sûr, si tu t'approches du Seireitei, le milieu est un poil plus agréable que dans les derniers districts, mais ça reste la misère, globalement. Je sais que chacun s'y fait à sa manière, généralement parce que y a pas trop le choix quand même. On atterrit là, et on fait avec les cartes qu'on nous a donné à partir de là. J'ai jamais trop été un chanceux, j'ai eu un jeu pourri dès le départ mais il s'est un peu amélioré par la suite avec des cartes qu'on a rajouté à ma main. Elle est pas extraordinaire mais elle est nettement préférable à ce que j'avais quand j'étais là, petit chat sauvage mordant la poussière.

J'aime pas vraiment le Rukongai alors... qu'est ce que je fous dans la septième, au juste ? C'est vrai, ces lieux me manquent pas, j'ai pas de souvenirs spécifiquement joyeux d'ici – c'est même plutôt le contraire – et pourtant, je suis là, parcourant les toits de la cité morte comme si c'était mon nouveau terrain de jeu. C'est un peu le cas, certes. Mais y a pas que ça.

Tout ça pour reprendre le boulot de Gentoki.
Ce qu'il faut pas faire pour les morts des fois.

Bien, c'était pas tout ça, mais j'ai un peu de boulot quand même. Je me souviens encore de l'air affable de mon mentor qui m'expliquait son boulot comme on apprend à compter à un enfant. C'est à dire avec beaucoup de pédagogie et de patience, ce que j'avais pas à l'époque. Par contre, je savais déjà que le Rukongai était un merdier, même si j'en avais été tenu éloigné ces dernières années. Rien d'étonnant à ça. Gentoki aimait ce trou paumé, ce coin sale et miséreux. Il avait pas renié d'où il venait, qu'il me disait quand je lui demandais pourquoi. Comme je disais, la majorité des shinigami viennent de là.

Bon, assez de souvenir bienveillant d'un type mort et enterré, là, c'est l'heure des comptes. Du haut de mon toit, à l'abri des regards j'observe l'individu que j'ai repéré depuis plusieurs minutes. Celui que j'attends. C'est pas la première fois que ce gars fait parler de lui. Il a une tête pas avenante, des cheveux noirs et des yeux de la même couleur, il fait sa racaille dans le coin et il a déjà envoyé quelques types au tapi. En général, il s'attaque à un shinigami en bande, lui tombe dessus comme la misère sur le Rukongai et il le laisse plus mort que vif. Y a peu, y avait un type de la quatrième qui s'était retrouvé dans de sale drap à cause de lui et j'avais pas eu le temps de régler les comptes puisqu'il était parti en courant quand je me suis pointé. Enfin, je vais réparer l'affront fait ce jour là. Je sais pas si il a la mémoire courte ou pas, mais dans tous les cas, il a pas le temps de voir venir mon coup avant qu'il ne l'atteigne en pleine poitrine. Il valdingue sans grâce dans la poussière en se tordant de douleur, figeant la foule. Cette foule qui disparait à une allure digne d'un vol de papillon. C'est qu'il est connu dans le coin, et moi aussi je commence, même si pas suffisamment pour lui faire peur encore. Ça viendra, je suis pas ici depuis très longtemps après tout. Je me rapproche, ignorant ses gémissements qui n'atteignent pas mes oreilles. L'avantage d'être sourd.

Allez, le show est terminé, direction la case prison.

Tiens, je crois que j'ai oublié quelqu'un.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 10e Division

Messages : 127
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Mar 23 Déc - 22:26

Atori avait vécu toute sa vie au Seireitei, il était né dedans et avait grandi dedans. Le Rukongai n'était qu'un endroit dans lequel il était passé lors de missions, ni plus ni moins. Ce lieu, que l'on pourrait qualifier de bidonville, était pratiquement inconnu au Shinigami de la 10e division. Alors pourquoi était-il là ? La dixième division n'avait pas vraiment de rôle à jouer dans la surveillance du Rukongai, d'après ce que savait le 3e fils du clan Nadar, c'était la 7e division que s'occupait d'ici.

Alors pourquoi donc ? Après la victoire contre les Maho Tsukais, les Reapers se sont installés à la Soul Society afin d'empêcher que ne se reproduise même malheur. Le membre de la 10e division n'avait qu'en de rares occasions put voir les nouveaux habitants de la Soul Society, malgré tout la curiosité est une bien maigre raison, néanmoins les choses sont ainsi, sans mission actuellement ni documents à remplir Atori était libre de ses mouvements.

L'ancien membre de la 3e division avait donc décidé de s'offrir une petite excursion hors du Seireitei, avec l'espérance de pouvoir voir un Reaper, ou bien simplement d'apprendre à connaître un endroit à côté duquel il vit depuis longtemps, mais qu'il ne connaît que très peu. En tenue de Shinigami, Zanpakuto à la taille, il sortit doucement du Seireitei, avançant à travers les rues du Rukongai, la pauvreté des lieux sautait aux yeux, s'il l'avait déjà vu et en avait déjà entendu parler, il n'avait pas encore réellement porté attention à ce qui se passait dans les rues pauvres autour du Seireitei.

La démarche calme du Shinigami finit rapidement par contraster avec celle de plusieurs habitants, courant sans se soucier de ce qui pouvait se passer. Au milieu de la rue, le Shinigami de la 10e division attirait les regards, peut-être n'était-ce pas si courant que cela de voir les dieux de la mort déambuler ainsi dans la rue. Atori répondait aux regards autour de lui par un regard toujours calme, ceux-ci ne semblaient pas vraiment craindre l'homme en noir, mais plutôt se questionner à son sujet.

Bientôt le 3e siège finit par ignorer ces regards qui n'avaient d'autres buts que d'assouvir la soif d'informations des habitants des quartiers pauvres. Le temps passait et Atori s'éloignait des murs du Seireitei, plus il s'éloignait plus les quartiers semblaient pauvre. Les regards, eux persistaient, il fallut un événement aussi intéressant pour les détourner, des gens quittant précipitamment une rue, cherchant à la fuir. La fuite attire les hommes, c'est ainsi.

Le Shinigami se laissa prendre par ce courant et rejoignit quelques habitants du Rukongai curieux de voir ce qui se passait pour que tant d'entre eux courent. Le membre de la 10e division arriva, à proximité de deux personnes, dont l'une au sol. Celle debout portait l'uniforme des Shinigami, de dos à Atori le membre du clan Nadar ne put pas distinguer le visage de son collègue. Au sol, le second homme devait avoir commit quelques exactions pour être ici.

Un autre habitant du Rukongai, visiblement inquiet de voir au sol son collègue se saisit d'une latte de bois au sol, non loin de lui. Il s'approchait du Shinigami ayant déjà terrasser l'autre homme, visiblement volontaire pour en découdre. Le dieu de la mort observa quelques instants, la scène, le Shinigami ne semblait pas entendre s'approcher de lui l'autre homme tremblotant. Il approcha et leva son morceau de bois derrière lui.


« Bakudo n°1 – Sai. »

Pointant ses deux doigts vers l'homme Atori usa d'un sortilège de Kido, la seconde qui suivit l'individu du Rukongai vit ses bras être portés dans son dos, comme ligoté par une force invisible. Se débattant, il finit par tomber au sol, aux pieds du premier Shinigami. Derrière Atori continua d'approcher calmement, garder son regard quelques instants sur l'homme au sol, comme pour vérifier qu'il ne se relèverait pas. Après quelques pas, il fut à hauteur du second Shinigami, se plaçant à côté de lui et l'observant quelques instants avant de prendre la parole.

« Salut, des ennuis ? »

Toujours sur un ton posé et calme qui le caractérisait depuis de longues années, il tourna, à la fin de sa phrase, la tête vers les deux habitants au sol, de petits ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2949-nadar-atori

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Mer 24 Déc - 11:50

Penché sur ma proie, je l'observe en silence se tordre dans la poussière avec cet espèce de plaisir sadique qu'ont parfois les enfants en écrasant leur première fourmis. Sauf que lui, c'est pas vraiment la première que j'écrase dans le coin, bien au contraire et ce, même si je suis pas là depuis des années. Ils sont tous pareils, le même profil qu'à cette époque, les mêmes agresseurs qui se croient tout permis, les mêmes faussement tout puissant qui cherche à écraser les autres. Ici, c'est la loi du plus fort qui prédomine, sauf que y a toujours plus fort que soi, qu'on le veuille ou non, qu'on se leurre ou pas. Et la place de ce type était là, à mordre la poussière et à gémir comme un cafard. Je vois ses lèvres s'agiter alors qu'il me regarde, ses prunelles révulsées par la peur et par d'autres émotions plus indistinctes que je perçois avec plus ou moins de facilité. De la méfiance. De la fureur aussi. Il aime pas les shinigami, et ça tombe bien, j'aime pas sa gueule non plus. Je lui offre pas le plaisir d'entendre ma voix, bien généralement, je réserve ça pour des cas particulier et sûrement pas pour expliquer mon comportement à un connard qui a essayé de tuer un gosse. Si il sait pas pourquoi je fais ça, c'est qu'il a la mémoire courte ou qu'il me prend pour un veau, dans tous les cas, j'apprécie moyen de faire des efforts pour ce genre d'abruti. Pour la peine, je lui offre un nouveau coup, cette fois-ci, bien plus précis qui au moins, l'emporte dans le monde magique de l'inconscience. Y a un peu de sang qui s'échappe de sa bouche mais rien de dommageable, il aura le temps de soigner en prison ou avec un peu de chance, il y crèvera tranquillement. Ça serait pas une grande perte pour la Soul Society.

Sauf que ouai. J'ai oublié un truc. Les badauds qui, eux, contemplaient le manège avec distance mais malgré tout, présence. J'ai le temps d'apercevoir un mouvement sur ma gauche, ma main se portant sur mon zanpakutô en réponse à ce mouvement dans mon champ de vision mais le gars armé de sa planche de bois à pas le temps de faire trois pas qu'il est stoppé net. Pas normal. Je me redresse, remarquant bien que j'ai à faire à un kido mais que c'est clairement pas moi qui l'ai lancé. Je suis une merde en kido, ce qui était pas le cas de mon mentor qui en était un grand adepte. Je me suis plusieurs fois retrouvé les quatre fers en l'air en subissant les effets d'une de ses incantations. Je reconnais le côté pratique de la chose mais j'avoue sans honte que c'est pas du tout mon truc et avoir manqué de tuer des gens avec une simple immobilisation m'a jamais poussé à réitérer l'apprentissage. Hibiki vaut mieux que tout ça de toute façon - et je le sens acquiescer avec satisfaction dans mon esprit. J'en sourirai presque sauf que non, c'est pas le moment.

Finalement, je fais face au seul autre shinigami du coin qui a dû réalisé le kido – a moins que ce ne soit l'un des derniers badauds qui me paraissent trop effrayés pour. Je capte que la fin de sa phrase. Ennuis. Je hausse les épaules comme seule réponse, quelque peu blasé par ce qu'il dit – une réponse que j'utilise souvent pour m'éviter de parler à voix haute. C'est peut être un collègue mais je le connais pas. D'ailleurs, sa gueule me dit quedal. Certes, je suis pas dans la septième depuis longtemps donc il est peut être passé entre les mailles de mon filet mémoriel, ce qui n'aurait rien d'étonnant en soi. Je ramasse le type que j'ai foutu inconscient, que je jette sur mon épaule comme un vulgaire sac de patate. Il serait presque lourd l'animal.

Bon, je suppose qu'il faut prendre aussi le second, du coup. J'ai une seconde épaule, mais l'idée d'avoir les deux mains prises m'enchantent pas des masses et il est pas encore inconscient aussi, puisqu'il essaye vainement de se libérer de l'emprise du kido - vainement. Alors je me tourne vers le shinigami qui vient de débarquer en lui pointant le gars contraint de la main. Tu t'en charge. Sa proie, sa charge. Ça devrait plus sonner comme une question à la base, sauf que je suis du genre directif quand je suis dans mon milieu. Et puis mes intonations ont du mal à passer quand je parle, je suis pas très doué pour les varier sauf si on omet la colère. Ça en général, y a moins de souci. Fin, il captera à ma façon de parler que c'est pas le truc le plus naturel au monde pour moi, c'est haché, pas fluide pour deux sous mais bon, c'est mieux que rien.

T'es pas de la septième. Ce qui est peut être totalement faux. Au fond c'est pas bien important, le principal c'est qu'il m'aide à amener ce type là où est sa place.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 10e Division

Messages : 127
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Mer 24 Déc - 18:00

Aucune réponse. Un élément étrange, sans aucun doute. En effet, le Shinigami n'offrait aucune réponse au membre de la dixième qui resta perplexe devant l'indifférence de son collègue et de son haussement d'épaule. Atori n'en tint pas rigueur, les mauvais caractères, il en avait déjà rencontré, plus d'un. À moins qu'une autre raison ne se cache derrière ça, mais pour le moment, le 3e siège n'avait aucune idée de ce qu'elle pouvait être.

Atori attendit malgré tout quelques instants une réponse de plus de la part de l'autre dieu de la mort. Aucune ne vint, maintenant le silence en place quelques instants. Le shinigami de la 10e division observa son comparse porter l'individu qu'il venait d'assommer, pour une bonne raison sans doute. Avec l'homme sur l'épaule, il pointa de sa main libre celui qu'Atori avait paralysé, lui demandant s'il s'en chargeait... Ou plutôt exigeant qu'il s'en charge.

Le membre du clan Nadar ne refusa pas, après une hésitation de quelques secondes, il haussa les épaules et attrapa l'individu au sol, toujours bloqué par le Bakudo employé quelques instants plus tôt. Quelques instants passèrent alors qu'Atori fixait l'individu au sol, il continuait de se débattre, espérant encore pouvoir briser le Sai. Néanmoins, l'autre dieu de la mort prenait de l'avance, résolu le 3e siège souleva le fauteur de troubles et le colla à son tour sur son épaule, préférant néanmoins le maintenir à deux mains, étant moins large que le Shinigami de la septième.

Les deux hommes en uniforme noir prirent alors la route, si le premier arrivé sur les lieux étaient chanceux d'avoir assommé son homme, le second l'était moins. Atori trimballait un habitant plutôt excité, même avec les bras prisonniers, il continuait de se débattre tant que possible, agitant les jambes et manquant de coller au passage quelques coups de tête ou de pieds à l'officier de la 10e. Néanmoins, sa première occupation semblait de redescendre de l'épaule du Shinigami.

Les mouvements excessifs de l'habitant du Rukongai étaient gênants, néanmoins après quelque temps à se débattre sans succès, il finit par se rendre à l'évidence, il ne descendrait pas ainsi. Il reporta rapidement son attention sur le Kido du Shinigami, espérant réussir à s'en défaire pour ensuite pouvoir descendre de l'épaule du Shinigami. Atori finit par parvenir à avancer sans trop se soucier de son paquet, occupé à bidouiller ses bras comme il pouvait.

Au niveau du Shinigami apparemment en mission, il put l'entendre lui adresser la parole. Question ou non, encore une fois les deux se confondaient. En un sens, cela était une affirmation autant qu'une question. La question fut le sens prit par Atori, était-il de la septième. Cette simple question confirmait ce que pensait le 3e siège, son interlocuteur lui devait en faire partie. Le membre du clan Nadar laissa plane le silence une ou deux secondes puis répondit en jetant un rapide regard au second Shinigami.


« Non en effet. Je suis de la dixième. »

Le Shinigami continua ensuite sa marche, jetant un rapide coup d'œil à son prisonnier qui continuait de forcer sur le Bakudo, d'autant plus qu'il semblait souffrir de la position de ses bras, peu confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2949-nadar-atori

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Jeu 25 Déc - 23:18

On prend la route en silence. Enfin, pour moi, ça ne change pas grand chose c'est sur, mais au moins, j'ai pas besoin de lire sur les lèvres de ce type. Pas d'effort supplémentaire à faire, juste à avancer tranquillement jusqu'à la prison en éloignant les badauds d'un regard. Je jette quand même quelque coup d’œil vers mon camarade de circonstance, attiré que je le suis par l'agitation un rien excessive de son prisonnier qui, je dois l'avouer, m'agace un peu. Un peu trop en fait. Ça à l'air aussi de gêner son geôlier pourtant, il fait pas grand chose pour calmer les choses, n’émet pas une seule protestation et avance simplement sans y prendre garde. Plutôt docile le shinigami, pour pas dire carrément distant avec le monde. A des lieux de là. Pas que ça me dérange, loin de là, on peut même dire que c'est plutôt reposant comme attitude mais y a des moments où c'est pas si mal d'agir aussi, rien qu'un peu. Et j'avais raison, il est pas de la septième. Donc ma mémoire ne m'a pas jouée de tour, c'est pas trop une mauvaise chose. En plus, il fait parti de la dixième, ça par contre, je connais un peu plus – presque plus que ma division actuelle, même si je mets des guillemets là dessus. Enfin, je connais surtout une personne là bas à vrai dire mais lui, non. Je m'arrête finalement, me rapprochant du prisonnier de mon allié de circonstance pour lui offrir un allé simple pour le pays des rêves d'un coup précis sur sa nuque. Il va pas nous faire chier vingt ans lui à s'agiter ou à chercher à s'échapper d'un Kido. Si ce type était aussi calé que ne l'était la plupart des membres de sa division pour ce qui touchait à ce genre de capacité, il pouvait toujours essayé de forcer, il ferait que s'abîmer les poignets – et accessoirement, nous faire chier à s'agiter pour rien. Je regarde mon interlocuteur franco.

L'immobilisation fait pas tout. Ma voix est toute aussi grondante que la première fois, mais sans rajouter quoi que ce soit de plus que je reprend ma route. Je sais qu'il suivra, de toute façon, y a pas grand chose d'autre à faire ici que de me suivre, surtout si on connaît pas le coin. C'est facile de se paumer par ici. Je crois que c'était ce qui était arrivé au petit de la dernière fois, enfin, ça m'étonnerait pas que ça soit ça. Bref, il nous reste un ou deux quartiers à traverser encore avec plus de gens qui risque de gêner, suffirait qu'on accélère pour passer ça rapidement et c'est ce que je vais faire. Je pointe du doigt le toit le plus proche avant de disparaître d'un shunpô et de réapparaître sur ce dernier. Enfin, apparaître et disparaître, c'est un grand mot, c'est juste que je suis assez rapide pour que ça fasse genre. Je préfère marcher sur les toits, prendre de la hauteur, ça a toujours été mon truc ça, même gamin. De plus haut, on voit plus de chose tout en étant inaccessible aux autres. J'aimais bien cette espèce d'invincibilité factice et cette impression de dominer. Impression tout aussi fausse que le reste mais néanmoins agréable à ressentir de temps en temps.

Bon, dans mes souvenirs, la prison, c'est par là. Une dizaine de minutes plus tard, on y est et c'est sans cérémonie que je largue mon inconscient dans l'une des cages vides. Je suis bien décidé à le faire parler, mais ça devra attendre plus tard, quand il aura repris connaissance déjà pour commencer. Pas facile de faire parler un mec inconscient. C'est un type de septième qui nous a ouvert les geôles, il en profite pour en ouvrir une seconde, aussi aimable qu'une porte de prison. Je l'aime bien, ce gars, il me fait pas chier et il prend son rôle étonnement à cœur. Enfin, façon de parler.

Laissez le là. On s'en occupera plus tard. déclare t-il avec amabilité à mon accompagnateur. Moi après, il préfère m'éviter. Il est arrangeant, ce type. Comparativement à d'autres, plus à cran en ma présence. Peut être le temps de s'habituer... Ou pas. En tout cas, il se casse, nous laissant dans les couloirs sombres pour retourner à son poste. Moi je me dis que je vais attendre là que la belle au bois dormant se réveille pour que je lui pose mes questions. En attendant...

Tu foutais quoi dans le Rukongai ? Mes mains s'agitent dans la semi-pénombre, accompagnant mes paroles vaguement. Pas vraiment le langage des signes orthodoxes mais plus un accompagnement de paroles simpliste. Au moins, lui, il avait l'air de savoir se défendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 10e Division

Messages : 127
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Ven 26 Déc - 15:06

Les deux Shinigami continuaient d'avancer, tandis qu'Atori ne portait pas vraiment attention à son prisonnier qui de se débattait comme il pouvait le second Shinigami semblait bien plus énervé par les mouvements incessants de l'habitant du Rukongai. Après quelque temps de marche, le Shinigami de la septième s'arrête, suivit de peu du 3e siège, se questionnant sur la raison de l'arrêt. Le dieu de la mort gardant le Rukongai s'approche du bandit maintenu par le Kido et l'assomme d'un coup sec.

Grognant d'un ton toujours aussi peu aimable, il affirma que l'immobilisation ne faisait pas tout. Vrai et faux à la fois, il est vrai que certaine fois immobiliser une cible ne suffisait pas, mais pour le coup le shinigami de la 10e ne voyait pas réellement l'intérêt alors que son paquet tentait tant bien que mal de se libérer d'un sortilège plus puissant que lui. Mais l'agitation pouvait énerver certaines personnes, chose compréhensible, mais loin d'être nécessaire du point de vue du membre du clan Nadar.

Ce dernier ne souleva donc pas l'acte de son confrère qu'il laissa agir à sa guise, cela lui était bien égal. Peu après avoir reprit la route le Shinigami de la septième se décida à accélérer le pas. Il pointa du doigt un toit tout proche avant de s'y lancer d'un Shunpo. Le 3e siège le regarda quelques instants avant de l'imiter à grande vitesse et de se retrouver à son tour sur le toit. Depuis les hauteurs, on avait quand même une sacrée vue, la hauteur donnait toujours une impression de puissance et de sécurité, bien souvent usurpée.

Mais ceci n'avait pas grand chose à voir avec la situation, les deux Shinigami n'étaient pas vraiment en danger et n'avaient pas à se soucier de ça, simplement que la route était occupée et donc la voix des toits plus rapide, ou tout du moins était-ce la raison qu'Atori attribuait au fait d'emprunter ce chemin. La traversée du Rukongai dura encore quelques minutes, une dizaine au bas mot. Après quoi, les deux dieux de la mort arrivèrent face à un petit bâtiment semblant servir de prison.

À l'intérieur, un autre Shinigami, peu bavard. Sans doute de la septième également. Le troisième Shinigami laisse son collègue de la septième poser son prisonnier dans une cage, puis ouvre une seconde cage et signale au 3e siège de poser le sien dans le petit emplacement libéré dans ce but. Atori s'exécuta alors et dépose au sol le malfrat, assommé et toujours bloqué les mains dans le dos. Ceci fait, il peut s'éloigner et laisser le Shinigami de la septième refermer la grille.

Ils s'en occuperaient plus tard, Atori aquiesça et s'approcha un peu de la porte, observant la rue qui passait non loin de là. En soit il n'avait pas grand chose à faire là, sa division n'était pas chargée de faire ce genre de travail, mais sa route l'avait un peu par hasard mené jusque-là, mais bon maintenant qu'il y était... Son idée d'aller voir des Reapers avait en grande partie disparu. Il voyait déjà les rues du Rukongai et ça ne lui donnait pas plus envie que cela d'apprendre plus sur cet endroit.

Le troisième Shinigami finit par partir, retournant à ses activités pendant que le premier rencontré par Atori restait proche de la cage dans laquelle il avait enfermé son prisonnier. Quelques mouvements, quelques mots. Ceci ramena l'officier à son interlocuteur, qui semblait se demander pourquoi un membre de la 10e était présent ici. Il accompagnait étrangement ses paroles de gestes, comme s'il illustrait ses mots. Le shinigami de la dixième ne fit pas réellement attention et resta face à lui pour lui répondre.


« Je visite, on va dire. Je n'ai que rarement eut l'occasion de voir le Rukongai, je vois un peu plus en détail ce que c'est. Je me demandais si je pourrais croiser l'un des fameux Reapers aussi, rien d'important en soit, je ne suis pas en mission si c'est que tu te demandais. Je suppose que toi tu es en surveillance pour ta division n'est-ce pas ? »

Il fixa de nouveau un instant la rue. Le Rukongai... Pas grand chose d'intéressant à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2949-nadar-atori

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Lun 29 Déc - 15:17

Pas l'occasion de voir le Rukongai ? Ah ouai, donc il est pas issu du bas peuple le shinigami, ou alors il a pas de souvenir et a été adopté par une famille de noble ou que sais je encore. Faut dire que moi et la hiérarchie du Seireitei, c'est pas ça qu'est ça. Je connais quelques astuces, quelques petits trucs mais je m'intéresse bien peu aux différentes familles et aux noms un peu noble qui en résulte. Un nom, ça fait pas un homme – ou un shinigami. Enfin, je connais de toute façon pas son nom et je ne vais pas chercher à le lui demander. Là, ça m'intéresse pas. Par contre, le truc sur les reapers me fait relever un sourcil presque curieux. C'est vrai que les gars avec leurs bestiaux de compagnies traînent un peu partout, même si le Rukongai est pas vraiment le meilleur lieu de villégiature du coin. Enfin, les mecs font un peu ce qu'ils veulent, et c'est bien ça le problème, on a vraiment l'impression que les types sont chez eux et ça à un poil tendance à me courir sur les nerfs. Pas de là à m'énerver réellement cela dit, on va dire que je préfère les ignorer quand j'en croise un tout comme ils ont un peu tendance à nous prendre de haut genre, on est des gamins chieurs et braillard.

Bien vu, monsieur l'inspecteur de la neuvième. Je le signifie simplement en signe, me rappelant un peu tard qu'il devait pas comprendre ce que je racontais. Foutu entendant. Alors je lâche quelques mots, histoire de faire un semblant d'effort, le type m'a quand même filé un coup de main, de grès ou de force. Faut croire. Faut dire que bon, ça paraît quand même assez logique que je fasse parti de la septième étant donné ce que je viens de faire même si c'est pas marqué sur mon front, c'est sur. Je hausse les épaules sinon, pointant du doigt l'extérieur de la prison. Pour trouver des reapers c'est pas forcément dans le Rukongai qui faut aller, même si ça arrive d'en voir aussi. Je sais plus trop où est ce qu'ils se sont installés dans la Soul Society mais j'ai pas tendance à en croiser trois tonnes. Peut être que c'est une question d'ordre ou bien ils évitent de trop foutre la merde. Ou alors j'ai une vue de merde mais j'espère pas. Manquerait plus que je devienne aveugle en plus d'être sourd, je serai pas mal barré dans la vie moi. Déjà que je partais pas forcément gagnant.

Y a pas masse de reapers par ici. J'en croise pas souvent. C'est pas plus mal. Voilà un résumer succinct de ce que je pense et de ce que je peux dire. J'aime pas les reapers. Enfin, y a pas grand monde dans le Seireitei qui les apprécies je crois, ce qui paraît pas incompréhensif au vu de leurs comportements général. Après, je laisse mon regard dérivé sur les cages dans lesquelles sont nos prisonniers inconscients, prenant pas forcément conscience que d'autres types cris peut être ou hurlent des insanités, qu'est ce que j'en sais moi ? On est dans une prison, je suppose que ce genre de comportement de la part de prisonnier arrive plus souvent que je le crois. Ou alors ils sont tous très calme, ce qui reste une possibilité aussi après. Mon collègue qui surveille la prison se fait peut être vachement bien respecter.

Y a pas grand chose à voir ici. Rien d'intéressant hormis ça. Je pointe du doigt l'énergumène qui ne donne pas encore signe d'éveil. je vais finir par le secouer un peu, avec un peu de chance, ça le réveillera de ses songes. Ça et de la misère à plus savoir quoi en foutre, bien évidemment. En somme, rien de bien intéressant pour n'importe qui. Surtout pas pour ce genre de shinigami étranger à cette crasse. Lui, il avait pas l'air de venir là. Il pouvait pas comprendre.

Alors, qu'est ce que tu fous là, Raïtôku ? C'était une très bonne question, dont j'avais déjà la réponse, qu'elle soit logique ou non. Ça ne regardait que moi après.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 10e Division

Messages : 127
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Mar 30 Déc - 11:31

Le Shinigami observait la rue pendant plusieurs secondes, perdant son regard sur les passants. Il ne connaissait pas vraiment le Rukongai, néanmoins ce qu'il en voyait ne lui donnait pas envie d'en connaître plus. Ce lieu de la Soul Society faisait pitié à voir. Atori n'aimait pas cet endroit, il y avait énormément de choses déplaisantes, des choses qui montraient toute l'étendue de la différence entre le bidonville qu'était cet endroit et le Seireitei d'où était issu le 3e siège.

Le Shinigami plaignait ces gens plus que tout, néanmoins l'ordre en place avait choisit que les choses soient ainsi, il y avait une raison, les choses devaient être ainsi. Ou tout du moins le membre du clan Nadar voyait les choses ainsi. Il suivait et croyait ce que l'on lui disait dans sa hiérarchie, chacun a sa place et doit tout faire pour que tout se passe bien. Et ceci en priorité sur le reste, même ceci peut parfois aller à l'encontre de ce que l'on pense.

À la dernière question du membre de la dixième, son collègue lui répondit tout d'abord, quelques gestes, le Shinigami ne parvint pas à les interpréter. Depuis qu'il l'avait vu le membre de la septième accompagnait ses mots de gestes étranges et maintenant faisaient les gestes sans mots ? Avaient-ils une signification ? Cette question resta enfermée dans l'esprit du dieu de la mort, n'ayant pas vraiment d'intérêt direct à la poser étant donné que son interlocuteur finit par répondre un « faut croire » à Atori en guise de réponse.

Ce n'était pas un bavard, ce n'était pas plus mal. Aucun des deux dieux n'utilisait les mots de manière abusive. La réponse du membre de la septième laissa planter le silence quelques instants ensuite. Le silence restait quelque chose dont Atori avait du mal à profiter, bien souvent, il n'y en avait pas, laissant les bruits et discussions du Seireitei le détruire, ou bien l'adrénaline de la mission le relayer au rang d'inutile. Mais lorsque l'on a rien à faire, ce n'est pas si désagréable.

Le silence fut néanmoins cours, le membre de la septième répondit au sujet des Reapers. Il n'en voyait que peu et ne s'en plaignait pas. Que dire alors pour Atori, enfermé bien souvent dans le Seireitei il n'avait pas dû en voir, ou tout du moins ceci ne l'avait pas marqué. Mais en entendant le ton employé par son camarade, il comprit qu'il n'avait pas manqué grand chose. Suite à ces mots le silence vint de nouveau se faire briser par quelques prisonniers plus loin, visiblement énervés de leur emprisonnement.

Le membre de la septième ne semble pas être perturbé par cela, Atori non plus. L'habitue du bruit, peut-être, ou bien le calme dont peu faire preuve le 3e siège. Observant du coin de l'œil son camarade Shinigami le membre du clan Nadar en arriva à se demander si seulement il entendait. Le langage des signes, le fait qu'il n'ait pas tout compris au début, l'absence de réaction. Enfin, une question de plus qui ne trouverait pas réponse, le membre de la dixième ne voulant pas non plus la poser.

De nouveau, ce fut le membre de la septième qui reprit la parole, commentant un peu le Rukongai, comme quoi il n'y avait pas grand chose d'intéressant. Ceci Atori l'avait bien vu. Néanmoins, le collègue du Shinigami reprit la parole, pointant du doigt sa capture et précisant qu'il pouvait être intéressant. Intrigué, Atori tourna sa tête vers le Shinigami de la septième, le fixant quelques instants en réfléchissant, juste avant de prendre la parole.


« Lui ? Qu'a-t-il donc de si intéressant que cela ? »

Question plus poussée par la curiosité que par un quelconque besoin, mais son collègue avait réussi à titiller sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2949-nadar-atori

avatar
Rang : Vice Capitaine de la Septième

Messages : 162
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Ven 2 Jan - 22:24

Je ne prend pas la peine de me détourner complètement sur mon fameux collègue, laissant simplement mes prunelles observer ses lèvres qui s'agitent de nouveau. Il me pose une question. Une question qui reprend mes propres paroles. De la pure et simple curiosité. Ça m'amuse presque. Je jette un œil sur cette pauvre victime. Qu'est ce que ce type a de si intéressant. Je pourrai ne pas répondre. Je me redresse, reprenant une position un peu moins décontractée, un peu plus dangereuse. Ce qu'il y a d'intéressant avec ce type. En réalité... Un sourire féroce ourle mes lèvres alors que j'observe d'un regard prédateur l'habitant du Rukongai qui me fait face. Quelque chose de dangereux paraît danser dans mes iris l'espace d'un clignement de paupières que l'autre ne doit pas percevoir de profil. C'est de la vermine. Ma voix est grondante. Je la sens racler ma gorge, faire vibrer mes cordes vocales qui s'agitent et grognent comme un animal sauvage prêt à déchirer une proie en devenir. Menaçante. Alors si ce n'était que ça, pourquoi est ce qu'il m'intéresse ? Et bien, parce que c'est mon boulot d'écraser ce genre de vermine, ces gars sans foi ni loi qui ne connaissaient qu'une seule règle : celle de celui qui tape plus fort qu'eux. Avec ce genre de type, le respect se gagne et doit se maintenir sans quoi, ils sont tout à fait capable de se retourner contre la main qui les bat dès lors qu'il ont repéré la moindre faiblesse.

C'est ce genre de vermine là qui existe dans le Rukongai comme partout ailleurs. Je me fais pas d'illusion à ce sujet, je suis pas plus un saint qu'eux, j'ai juste eu un poil plus de chance. Et mon boulot c'est de les faire taire. Ça fait parti du boulot de la septième, garder le contrôle sur tout ce merdier prêt à exploser n'importe quand. Je suis pas forcément le plus doué pour inspirer le respect ou la compassion, par contre, pour ce qui est de l'élimination, je suis pas trop mauvais. Retournes à ta division. Je connais pas son nom et à vrai dire, je m'en moque un peu. Je le reconnaîtrai quand même si je venais à le croiser par la suite, ça j'en suis à peu près sûr. J'ai pas une trop mauvaise mémoire et j'ai plus de mal à associer un nom à un visage que de me souvenir de quelqu'un par d'autre fait. Dans tous les cas, nom ou pas, il fallait mieux pour lui qu'il retourne de là où il était venu. Le Rukongai, y a rien à trouver la dedans, hormis un paquet d'emmerde et de la vermine comme celle là. Bon, y a pas que ça ici, mais faut quand même vachement forcer sur ses yeux pour voir autre chose que la merde et personnellement, j'ai pas envie de m’abîmer l'un des sens qui me reste encore. Ça me ferait chier de devenir aveugle en plus d'être sourd.

Y'a rien d'intéressant pour toi ici. Un signe de main accompagne mes paroles, plutôt éloquent pour lui signifier de partir. Et je suis obligé de parler et ça commence sérieusement à me gaver. C'est pas comme si j'avais un quota de mot dans la journée à prononcer mais je dois avouer que parler me fatigue. Je parle rarement avec mes autres collègue, faut dire qu'ils viennent pas forcément vers moi non plus et que c'est totalement réciproque – je suis pas le plus sociable de la bande. Y a que de rares individus avec qui je cause, et certain, même en langage des signes. Et ça, c'est bien.

Bon, et puis c'est aussi que j'ai bien l'intention de m'occuper de la belle au bois dormant et j'ai pas envie d'avoir de gêneur dans les pattes. Je m'en fous d'avoir un public mais je sais que mes méthodes plaisent pas forcément, j'ai déjà eu quelque remonté à cause de ça. Pas que ça me fasse grand chose, pour moi, le résultat l'emporte sur la manière de faire. Un peu de sang de plus ou de moins après tout... Qu'est ce que ça peut faire de plus ? Alors je le laisse partir, attendant que ce dernier disparaisse avant de passer aux choses sérieuses. Hibiki fera en sorte que cela reste entre nous.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2904-seigi-raitoku

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 10e Division

Messages : 127
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   Dim 4 Jan - 19:49

Ce qu'il avait d'intéressant ? Pas grand chose, il semblerait, tandis qu'Atori fixait l'habitant, il perçut le mouvement de son collègue, reportant son attention sur lui. Il fixait sa proie également, son allure, c'était fait plus menaçante. Comme unique réponse sur ce que pouvait avoir d'intéressant l'homme, il n'eut qu'un simple jugement, selon le membre de la septième, c'était de la vermine. Atori haussa les épaules, les deux hommes ne devaient pas avoir la même définition d'intéressant.

Il reposa de nouveau son regard sur la rue, finalement ce voyage lui avait quelque peu enlevé son envie d'explorer plus en avant le Rukongai. Il ne pensait pas voir un lieu accueillant, il n'avait pas été déçu. Néanmoins malgré tout plus il observe bâtisses et habitants moins il a envie d'y rester. De l'orgueil, peut-être, de la pitié, peut-être. Toujours est-il que même sa curiosité sur les reapers ne suffisaient plus à justifier sa présence, il allait rentrer.

Le membre de la septième pensait exactement à la même chose, rapidement, il le dit à Atori, lui intimant de retourner à sa division, d'une manière des plus aimables. Le shinigami de la dixième resta quelques instants immobiles, observant son collègue de la septième. Il n'était pas bavard et ne semblait pas avoir envie de voir Atori dans ses pattes lorsqu'il interrogerait le membre du rukongai. C'était compréhensible, il avait sa mission et voulait la remplir seul.


« Entendu, bon interrogatoire. »

Le Shinigami s'exécuta, calmement, poliment. Il sortit de la prison, observant la rue encore quelques instants avant de reprendre sa route, fixant le Seireitei que l'on pouvait voir au loin. Il devait désormais rentrer, plus rien ne justifiait sa sortie. Avec un peu de chance, il aurait quelque chose à faire une fois rentrer aux quartiers de la dixième. Son avancée était ponctuée de quelques petites pauses durant lesquelles il observait les ruelles et les habitants le scrutant.

Loin d'être pressé le Shinigami maintenait une allure lente alors qu'il traversait la foule des certains rares lieux animés. Aucun autre événement ne sembla venir, laissant sa progression se faire calmement et sans ennuis. Les regards se tournaient vers lui à son passage, repartant lorsqu'ils savaient qu'il ne passerait rien. La route dura quelques minutes avant que le membre de la dixième puisse rentrer au Seireitei et, de là, rentrer dans les quartiers de sa division.


« Retour au quotidien. »

C'était vrai, il n'avait pas l'intention de retourner faire une petite visite, le lieu ne l'intéressait plus vraiment, d'autant plus qu'apparemment y trouver les reapers était plus rare qu'il ne le croyait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t2949-nadar-atori
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nettoyage [PV Nadar Atori]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nettoyage [PV Nadar Atori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [2009] Un temps pas si lointain (Nadar Atori)
» Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
» Nettoyage de mérous au club de Haguenau
» Nettoyage de la chapelle
» Grand nettoyage des rôles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Chroniques & Flashbacks :: Chroniques & Flashback-