AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez | 
 

 Groupe 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: Groupe 5   Mar 29 Oct - 2:41

Lentement son esprit s'habituait. Lentement l'angoisse perdait du terrain. Elle était toujours présente mais était en train de se faire dompter, dominer. Il était difficile pour le Vice Capitaine de saisir ce qui était en train de se dérouler autour lui, occupé qu'il était à lutter contre ses propres démons. Pourtant, ce qui aurait pu être un renforcement de l'état dans lequel il se trouvait ne fit que renforcer son éveil. Le changement de décor. Glauque, oppressant. Il était difficile de donner le moindre qualificatif positif à l'environnement dans lequel il se trouvait. Les ombres semblaient être dans leur élément naturel, si bien que cela aurait pu n'être que l'évolution de son état.
Mais un être aussi doué que lui dans la perception spirituelle ne pouvait être trompé aussi facilement. Il ressentait la puissance propre d'un Bankai, bientôt suivi par une autre similaire. Les deux autres Shinigami encore en lice en venaient aux choses sérieuses, lui permettant de se souvenir de leur présence, ainsi que celle de l'humaine.

Ne voyant qu'ombre et obscurité autour de lui, il se décida à fermer les yeux. Cette décision était louable car les silhouettes n'étaient plus visibles, bien que les murmures ne se taisaient pas. Il tentait de capter l'aura de chaque personne présente, chose relativement aisé car nul ne semblait vouloir la masquer, lui permettant de voir encore mieux que de façon naturelle. Cependant, il devait faire face à un autre problème. Il ne pouvait reconnaître réellement l'appartenance de chacun des Reiatsu. S'il était suffisamment expérimenté pour différencier celle de l'humaine, il en était autrement pour celle des deux Shinigami. En temps normal il aurait pu en être capable. Dans son état, luttant pour garder les esprits clairs, il en était totalement autrement.
Il resta un instant ainsi, constatant que des attaques étaient toujours portées. Un instant à jauger sur qui son attention serait portée. Finalement, il se décida sur le dernier à avoir attaqué l'humaine. S'il n'avait aucune raison de la protéger, ce n'était d'ailleurs pas ce qu'il faisait en vérité, il avait une chance sur deux de tomber sur sa cible initiale.

Et il se précipita. Sans aucun style, sans aucune finesse. Sabre en avant, il trancha. Deux coups entièrement basiques. Le premier rencontra un obstacle non humain, il avait toujours l'espoir que le second atteigne une personne. Si sa cible était bien la personne voulue, il espérait que cela puisse suffire à la mettre à terre. Dans le cas contraire, il n'investissait pas trop et se gardait donc la possibilité de répliquer si l'affrontement se prolongeait.
Cependant, une chose continuait de l'embêter. Son manque de puissance offensive. Il était bien conscient qu'il n'avait pu faire absorber que peu de puissance à son Zanpakutô, l'empêchant d'exploiter son Bankai pour l'heure. Chose étant assez gênante à un stade d'un duel.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Capitaine-Commandant

Messages : 677
MessageSujet: Re: Groupe 5   Mer 30 Oct - 0:22


Son monde de noirceur et de sang tangua un instant. La vue d’Asuna se troubla en miroitements flous alors qu’un frisson électrique, une décharge douloureuse remontant le long de son dos, la courba en deux. Elle gémit, les yeux clos, jusqu’à ce que son malaise se fut dissipée. Soudain, elle sentit que l’on se tint face à elle ; la mine résolue, elle redressa la tête, et vit l’humaine près d’elle, intacte. Sans signe avant coureur, la colère de la Shinigami disparut instantanément. Son esprit libérée de la fièvre rouge retrouva sa lucidité froide, figée vers la seule idée de survivre. Peut-être que le sentiment de se voir bientôt mourir lui permit de passer outre l’influence psychique, ou peut-être que l’instigateur de la situation l’avait jugée à présent trop faible pour mériter son attention.
Pour autant qu’elle ne se trouva plus plongée dans cette frénésie irraisonnée, Asuna ne perdit nullement sa combativité : jusqu’au bout, à s’arracher les ongles s’il le fallait, elle se battrait pour pouvoir vivre encore. Quand l’humaine déterminée à l’achever se pencha sur elle, la Troisième siège n’abandonna pas. Son bras libre fendit l’air vers l’instrument de mort, sa paume se tendit et un disque jaune s’y matérialisa. La maigre protection heurta le manche de la guitare, et se brisa nette lorsque la traversèrent des ondes invisibles. Asuna sentit celles-ci remonter son bras, lui tordre les muscles et lui briser les os, jusqu’à son torse où elles se répandirent dans un fracas silencieux. Les organes les plus importants furent miraculeusement épargnés, mais la gerbe de sang que vomit la jeune femme suffit à démontrer l’extrême gravité de son état.

Sous le coup de la gifle qui suivit, son corps s’écroula sur le coté dans un froissement de tissus, inerte. La respiration chuintante, les membres agités de convulsion, le visage à moitié englué dans la moisissure, elle offrit piteuse allure. L’œil qui ne baignait dans le sang, ne quitta toutefois pas son bourreau, pour fixer ses traits dans sa mémoire, dans l’hypothèse improbable où il pourrait voir un autre jour que celui-ci, et croiser de nouveau cet hideux faciès. Asuna voulut parler, pour ne rien dire, lorsque des sortes de panneaux surgirent de nulle part, et lui coupèrent la vue sur l’humaine.
Elle ne s’interrogea pas sur cette miraculeuse intervention. Elle avait eu lieu, voilà bien tout ce qui lui importa. La Shinigami réunit toute l’énergie qui lui restait ; des bras naquirent autour d’elle et la saisirent pour l’entraîner à l’intérieur même du sol, devenu soudainement poreux. En quelques secondes à peine, sa silhouette disparut dans les tréfonds humides du Monde Rouge.

Elle émergea, recouverte de sang et sur le ventre, dans une ruelle encore entière, et déserte, loin du lieu de l'affrontement. Dans un claquement sec, et son aura, et son ultime libération s’éteignirent. Les chuchotements, l’angoisse, la moisissure, et les ténèbres s’éclipsèrent de telle sorte qu’on eût pu aisément douter de leur existence. Trop faible pour se relever et s’éloigner, Asuna demeura immobile, à l’ombre d’une ruine d’immeuble qui la cachait à la vue. Sa main encore valide lâcha son arme pour irradier d’une lumière bleutée, qu’elle appliqua tant bien que mal sur son torse. Ses paupières s’affaissèrent, trop lourdes pour demeurer ouvertes. La lueur azurée ne disparut pas, mais le corps brisé de la jeune femme ne bougea bientôt plus.



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t654-kuragari-asuna

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Groupe 5   Jeu 31 Oct - 0:10

La folle furieuse essaya bien de se défendre contre ses assauts, mais peine perdue. Melody ne s'étonna même plus de ces curiosités mystiques que les évadés de soirée costumée n'avaient cessé de multiplier. Tout ce qui lui importait à présent était de faire revenir un peu de calme sur ce quartier ravagé et accessoirement de rentrer chez elle pour se reposer une fois que tout serait terminé. Trouver un sens ou une raison à tout cela ne faisait dorénavant plus partie de ses préoccupations, pas plus que d'essayer de régler le problème pacifiquement. Elle avait eu tout le loisir de comprendre qu'elle perdait son temps et son énergie à essayer de les raisonner alors qu'ils se faisaient une joie de se tailler en pièces mutuellement. Une variante plus ludique et élaborée du suicide de groupe organisé ? Qu'importe. Elle n'avait pas demandé à y prendre part et avait été impliquée contre son gré, étant dès lors fatalement mise en danger.

C'était là une raison bien suffisante pour qu'elle intervienne et mette un terme à cette petite sauterie avant qu'elle ne dégénère plus qu'elle ne l'avait déjà fait. S'ils voulaient se tailler les veines entre eux qu'ils le fassent dans leur coin et sans embêter personne, et tout le monde ne s'en porterait que mieux. Ils n'avaient pas besoin de se faire remarquer pour se vider de leur sang dans le caniveau, et encore moins de mettre à sac une partie de la ville au grand complet – même si sur ce point, elle n'était pas tout à fait innocente, même si elle avait toujours autant de mal à croire que ce pouvait être son oeuvre. Regrettant néanmoins son geste en voyant les effusions de sang qu'elle venait de sauver à la jeune femme, elle estima cependant ne pas lui avoir causé de lésion mortelle et la laissa à son sort, espérant au fond d'elle qu'elle reviendrait à la raison au moment de refaire surface.

Bien qu'elle ait réussi à se débarrasser de son adversaire désignée – par la force des choses -, on ne paraissait pas vouloir lui laisser un instant de répit. Du moins c'était bien la seule chose qu'elle puisse déduire de l'attitude du blondinet qui, s'il lui avait tenu lieu de renforts dans un premier temps, s'en prenait maintenant à elle sans avoir besoin de plus de motif que son amie qu'elle venait de terrasser. Pour autant, elle avait du mal à s'imaginer à son attitude qu'il soit question de représailles, mais cela ne changeait rien au fait qu'il avait poussé le même cri de guerre qu'elle avant de se déchaîner. « Bankai » ou quelque chose comme ça. La guitariste ne savait pas ce que ça pouvait bien signifier et n'en avait que faire, mais elle saurait au mauvais souvenir qu'elle en garderait qu'il vaudrait mieux courir les prochaines fois qu'elle l'entendrait.

Mais c'est pas vrai ! Vous arrêtez jamais ?

Et de se retrouver encerclée par des... Cartes ? Cet affrontement devenait décidément de plus en plus bizarre, et si elle n'avait pas eu à ressentir la douleur de chacune de ses contusions au moindre geste un peu trop ample qu'elle faisait, elle aurait volontiers cru à un rêve ou à un trip hallucinogène. Et à la vérité, elle aurait maintes fois préféré. À quoi bon être dotée de pouvoirs si c'est pour se faire tuer – et de la manière la plus absurde qui soit qui plus est – avant d'avoir pu en profiter ? Fort heureusement, le dernier encore debout à part celui-ci parut vouloir venir à son secours. Que ce soit fait dans son intérêt ou dans l'unique but d'en finir avec le seul de ses petits camarades à être encore en un seul morceau, elle n'en avait cure : toujours était-il qu'elle était libre désormais, le coup de guitare qu'elle venait de mettre dans cette prison pour le moins excentrique achevant d'en briser les barreaux à motifs de coeurs, trèfles, piques et carreaux.

Voilà ce que j'en fais, de tes bouts de papier ! Ah, et merci pour le coup de main. J'avoue que je commençais à désespérer de recevoir de l'aide à force de me faire agresser. Tu sais comment faire pour le calmer ? eut-elle tout juste le temps de demander.

Elle eut hélas moins de chance concernant la seconde offensive qu'elle n'avait pas vue venir, prisonnière comme elle l'était, encaissant dans un cri de douleur et d'effroi une vingtaine de projectiles aussi insolite que le reste de cette offensive. Il ne perd rien pour attendre, celui-là, se dit-elle en s'étonnant d'être encore en vie – et à fortiori en étant de réfléchir. Car elle avait non seulement encaissé le coup bien mieux qu'elle ne l'imaginait, mais le riff qu'elle avait eu le temps de réaliser avant d'être touché était en train de panser ses plaies. En revanche, sa tenue était cette fois bonne à jeter, mais c'était un maigre prix à payer en échange de la conservation de son droit de respirer. Ses blessures se refermaient une à une et lui rendaient la santé perdue dans cette échauffourée. Et avec elle une colère renouvelée. Elle n'avait pas souvenir d'avoir jamais été aussi énervée, et ce n'était clairement pas dans ses habitudes de se laisser emporter – si inhabituelle soit cette situation tout droit sortie d'une mauvaise fiction.

C'est bien la dernière fois que je sors toute seule dans cette ville de dingues...

Quelque chose n'allait pas, mais elle aurait tout le temps de s'y repencher une fois qu'elle ne serait plus en danger de mort à cause d'un irresponsable doublé d'un fervent adepte d'Alice au Pays des Merveilles. Profitant de ce que le nuage de fumée causé par l'explosion ne se soit pas encore dissipé, elle se tourna dans ce qu'elle estimait être sa position approximative. Si avec ses gesticulations il n'était pas dit qu'il reste en place longtemps, elle devrait pouvoir se fier à ses exclamations sans queue ni tête pour le localiser. Allez, c'est pas le moment de me lâcher ! communiqua-t-elle mentalement à son instrument. Comme mu d'une volonté protectrice au contact de son désarroi, celui-ci fut pris d'une sorte de frisson avant que ses cordes n'en jaillissent une fois de plus, cette fois pas pour attraper mais dans le but évident de blesser.

Pas pour le plaisir de faire mal et de voir le sang couler, mais uniquement de lui causer une douleur assez grande pour l'empêcher de bouger. Elle qui abhorrait la violence gratuite, voilà à quoi elle en était réduite... Animée par la détermination d'en finir là-dessus, elle se concentra du mieux qu'elle put pour « ordonner » à ses cordes de viser les articulations mais à condition de ne pas lui causer de tort irréversible. Quel que soit le mal qu'il avait pu faire – lui faire – elle n'avait rien contre ce pauvre garçon et n'était pas assez cruelle pour vouloir le paralyser à vie. Toute à cette action, elle se mit à avancer dans sa direction, d'abord à pas lents, puis en entamant une vraie course jusqu'au moment où ses pieds ne parurent plus toucher terre. Dès lors empreinte d'une célérité qu'elle aurait une heure auparavant eu du mal à imaginer, elle se jeta sur lui à pleine vitesse pour finalement lui décocher un coup d'une rare violence au moyen de la guitare qu'elle tenait à la main.

Tu diras bonjour au lapin blanc de ma part ! railla-t-elle, décontenancée.

Mais c'était sans compter la déferlante d'énergie qu'elle relâcha à travers elle dans la foulée sans s'en être rendue compte et qui fit exploser le sol sous les pieds du dangereux malade endimanché. N'écoutant qu'un instinct dont elle ignorait la provenance, elle tendit la main dans sa direction et sentit partir une nette impulsion. Tout ce qu'elle avait fait était de penser que son compagnon - mais l'étaient-ils vraiment au fond ? - serait sans doute le mieux placé pour le gérer, mais à part ça... Oui, la musicienne ignorait ce qu'elle venait de faire, mais ce devait être pour le mieux - mieux valait voir les choses sous cet angle plutôt que de tenter une fois encore de mettre de l'ordre dans ses idées.

Vivement que tout ça se termine, sinon y'a pas que lui qui sera bon à enfermer...

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Général

Messages : 401
MessageSujet: Re: Groupe 5   Jeu 31 Oct - 15:26


Un petit bruit. Un craquement non loin sur la droite. Teippei se tourna vers l'origine du son, un sourcil jouant les voltigeurs sur son front dans une manifestation de sa surprise. Juste pour voir un shinigami venir, sabre en main dans une tentative de tranchage façon chef cuistot japonais. Un instant, le Midorima se vit avec une égratignure. Puis l'épée continuant sa trajectoire, son esprit fou l'imagina avec un bras en moins. Son extrémité allant voler dans les airs avant de retomber mollement sur le sol carmin. Il se voyait déjà se retourner vers Kazunaga.

-Tu m'as pris pour un décima ?


Même un bras en moins il était toujours capable de se battre. Il était le grand chevalier noir protégeant le pont. Ce n'était qu'une égratignure. Puis la réalité vint frapper à sa porte. Voir carrément briser la porte à coups de hache. L'outil du lieutenant refléta l'ambiance rouge qui imprégnait l'univers grâce au bankai d'Asuna. Si l’œil du schizophrène perçut le miroitement, son corps ne fut pas assez vif pour réagir. Il ne put qu'assister, témoin muet à la danse de l'épée sur son corps. D'abord le néant. Comme si tout ceci n' était qu'un mirage. Une des voix du membre de la Yonbantai demanda si ce dernier avait été raté puis vint la chaleur. D'abord douce alors que la peau comprenant avoir été coupé puis brûlante, douloureuse.

-Gah !

Surprit, choqué, Teippei ne put que mettre un genou au sol, sa main venant inconsciemment se poser sur sa blessure. Son sang commençait déjà à s'échapper, teintant ses vêtements, les rendant plus lourd, poisseux. Il lui semblait qu'un volcan venait de prendre place sur sa poitrine quand un autre faisceau de lumière fit son apparition. Un mouvement au coin de son œil, presque invisible. Le shinigami tourna le visage que pour mieux l'offrir en pâture à la berserker de seize ans. Une bonne dizaine de dent s’échappèrent de la bouche du blondinet dès l'impact. Guitaire 1 – Teippei 0.

La suite disparut. Ce monde qui était passé d'une région en proie aux tornades à la désolation de l'Armageddon pour finir comme un enfer de chair organique perdit tout repère. Haut, bas. Est, ouest. Devant ou dernière. Plus rien n'importait car plus rien n'était. Ballot de paille à la merci des éléments, le Midorima se fit balader dans un sens puis dans l'autre. Son corps sembla se déchirer que pour mieux se reformer et recommencer la manœuvre. Le schizophrène tomba dans l'inconscience alors même qu'il était repoussé plus loin. Des sons lointains lui parvinrent comme les derniers vestiges de sa lucidité. Il ouvrit ses paupières que pour renaître dans un océan de douleur. Incapable de savoir où il était, qui il était même, il aperçut juste un drôle de soleil s'effondrer dans le ciel alors que son zanpakuto se reformait via les miettes solaires tombant tout autour de lui. Lentement, difficilement, le shinigami posa sa main droite sur sa poitrine, là où il avait été coupé. Mécaniquement, il laissa son reiatsu s'échapper pour calmer la douleur. Ce faisant, quelques blessures firent soigner mais il était encore loin d'être sauvé.

-Hey Hoot. Why do you do it man ? Why ?

Une des voix de Teippei lui susurra ses quelques mots. Il les prononça sans vraiment s'en rendre compte. Une toux vint punir ses dernières forces, le forçant à cacher du sang. C'est pourtant avec un air amusé que le médecin ferma les yeux.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t874-midorima-teipei-en-cours

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: Groupe 5   Ven 1 Nov - 15:06

L'atmosphère d'angoisse dans laquelle il était enfermé depuis quelques instants disparue, laissant le Vice Capitaine respirer un bon coup de ce qui semblait être un véritable bol d'air frais. Cela faisait comme un poids de moins sur ses épaules. Et, soudainement, il se sentait renforcé. Tout comme il était de nouveau capable d'ouvrir les yeux et de voir clairement le monde qui l'entourait. Et ce pour constater l'acharnement que l'humaine portait sur celui ayant été sa cible, c'est à dire l'autre Shinigami de la Quatrième, et non celle qu'il ciblait.
Il balaya la zone du regard, finissant par la repérer. Et elle n'était déjà plus un adversaire valable. Ce qui ne laissait donc qu'une personne, le dernier Dieu de la Mort en lice à part lui venant tout juste de tomber. L'humaine. Jusque là, il ne s'en était pas pris à elle, son envie de combat s'étant dirigé sur d'autres qu'elle. Mais, maintenant, une telle possibilité n'était plus envisageable, nul autre n'étant là pour la capter à sa place.

Son regard se posa alors sur elle. Un aspect pour le moins étrange alors qu'il n'avait vu que Shinigami ces derniers instants. Et surtout, une arme pour le moins particulière, n'étant même pas de nature à être considérée comme une arme. Un instrument de musique, voilà ce avec quoi elle se battait. Et, le pire dans tout ça, était son efficacité. Elle était dangereuse, plus encore que les autres. Honnêtement, il n'était pas certains de pouvoir tenir, l'emporter.
    >> Pour une humaine, tu sors pas mal du lot. Mais j'ai remarqué que tu sembles pour le moins perdue dans un monde qui te dépasse... Pourras-tu tenir la distance ainsi ?
Esquisse d'un sourire tandis qu'il leva son bras droit, pointa sa lame sur la jeune fille. Puis une libération de puissance. Jusque là, il était le seul envoyé de la Soul Society à ne pas avoir montré la forme ultime de son sabre, chose qu'il répara à cette instant. La lame gagnait en taille et perdait ses bandages, bien que l'absence de pointe était conservée. Telle était la forme de son Bankai, peut être l'un des moins impressionnant au sein du Gotei 13. Pourtant, nombre de ses adversaires s'était retrouvés surpris par son efficacité, et surtout sa nature bien plus agressive.
Et il relâcha son attaque. Contrairement à ce qui était son style, il ne s'agissait nullement d'une attaque à l'épée. Si en Shikai il anéantissait les attaques en absorbant leur puissance, en forme interdite il libérait celle-ci sous la forme d'effet de souffle et d'explosion.

A cet instant, sa première technique fut lancée. L'air se déforma au niveau du torse de son adversaire afin de, à peine un instant après, donner naissance à une détonation. Détonation à la puissance modérée mais à l'utilité certaine. Surtout qu'il y avait des chances qu'elle soit concentrée sur celle-ci, ne voyant pas venir la seconde attaque qui prit la forme d'un blast se déplaçant en ligne droite, déformant l'air sur son passage. Si jamais elle était touchée, son oreille interne serait loin d'être épargnée. Surdité, déséquilibre... Tant de handicapes pouvant lui assurer une certaine suprématie en affrontement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Messages : 606
MessageSujet: Re: Groupe 5   Ven 1 Nov - 19:43

L'influence de Hyoma s'achève brutalement.

Vous avez le droit de continuer à poster, continuer à vous battre même, mais il n'y a plus d'obligation de la faire ni même de délai imposé, donc.

Attention cependant : si vous subissez des attaques et que vous ne postez pas, l'on considérera que vous encaissez la totalité des dégâts. Mieux vaut donc sans doute s'en défendre tout de même, car si vous deviez prendre une somme trop importante de dégâts, vous pourriez alors être considérés comme morts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rinyuaru.forumactif.com

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Groupe 5   Sam 2 Nov - 8:20

Si l'on excluait ses vêtements en lambeaux, Melody s'en tirait à plutôt bon compte. Pour une première implication dans une bagarre, il était difficile de concevoir qu'une jeune fille chétive comme elle se montrerait aussi véloce. Il fallait dire que l'ampleur prise par son pouvoir y était pour beaucoup. En fin de compte, qu'il soit si dévastateur n'était peut-être pas aussi gênant qu'elle aurait pu le croire de prime abord. Pour autant, elle ne se sentait pas dans son élément dans cette débauche de violence et n'avait qu'une hâte : celle de retrouver un peu de calme et de pouvoir faire le point sur ce qui venait de se passer. Même s'il fallait avouer qu'elle n'était pas sans trouver une certaine ivresse au fait de pouvoir se défouler impunément sur ceux qui, de toute façon, avaient ouvert les hostilités.

Étant en situation de légitime défense, elle n'avait en principe rien à craindre des autorités – et encore, cela impliquerait que la moindre autorité ait pu rester assez près du lieu des combats pour l'identifier. Chose peu probable s'il en est au vu de l'état dans lequel ils avaient mis bien malgré eux – du moins dans son cas – cette partie de Karakura. En un sens, et même si elle regretterait sans doute d'avoir pensé cela quand l'adrénaline serait retombée et que ses blessures la lancineraient, elle pourrait presque leur en être reconnaissante pour lui avoir permis de se défouler. Et cela lui faisait le plus grand bien, il ne servait à rien de se le cacher. Les occasions de le faire ne lui avaient que trop manqué depuis son arrivée.

À choisir, elle aurait certes préféré éviter de récolter des plaies, que ce soit pour une question de confort ou dans un souci d'esthétisme, mais il fallait croire que c'était le prix à payer. Heureusement que je risque pas de devoir passer à la télé dans les jours à venir. Le savon que je me serais fait passer... Ce n'aurait pas été la première fois que le maquillage aurait du servir tant à faire disparaître l'une ou l'autre égratignure qu'à la mettre en valeur, mais ce n'avait jamais été d'une telle ampleur. Ce n'était pas plus mal tout compte fait. À force de vivre sous haute protection, on finit par oublier certaines réalités. La douleur physique qu'on tentait par tous les moyens de lui épargner en faisait partie.

Mais alors qu'elle pensait avoir droit à un brin de sérénité, ce fut au tour du quatrième et dernier de venir l'alpaguer. Sur ses gardes cette fois, elle l'accueillit en ayant dans le regard un zeste d'animosité. Cette fois, elle ne se laisserait pas avoir par une apparente tranquillité. Sa main se crispa machinalement sur le manche de sa guitare pour la rassurer. Melody n'aurait su dire combien elle pouvait apprécier que son instrument soit à ce point renforcé. Si avenant qu'il puisse paraître à cet instant et même si beaucoup de choses s'étaient passées sur ce qui n'était plus qu'un champ de ruines désormais, elle ne perdait pas de vue le fait qu'il était aussi le premier à avoir dégainé. Rien que cela était une raison suffisante pour s'en méfier. Qu'il soit si prompt à pointer sa lame vers elle ne fit que lui donner raison. Pas un pour rattraper l'autre...

Je te préviens, t'as pas intérêt à...

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Une drôle de sensation la parcourut une fois de plus. Elle l'avait déjà ressentie à deux reprises. Était-ce encore une fois cette fameuse chose qu'ils appelaient « Bankai » ? Le changement d'apparence de son arme semblait corroborer cette hypothèse, même si elle ne comprenait toujours pas comment ils pouvaient bien faire ça – pas plus qu'elle ne comprenait par quelle sorcellerie elle pouvait projeter des ondes de choc, d'ailleurs, mais c'était déjà moins préoccupant dans l'immédiat. C'était après tout son unique moyen de défense. Seule face à l'adversité. Passer des feux de la rampe aux combats de rue, tu parles d'un changement de carrière ! rumina-t-elle intérieurement tandis qu'elle se préparait à le recevoir comme il se doigt.

Ses mains trouvèrent naturellement le chemin des cordes cette fois, plus assurées que précédemment. Au moins il lui était facile de se défendre : elle n'avait qu'à faire ce qu'elle savait faire de mieux. Chance dans son malheur, pourrait-on dire, mais elle était trop anxieuse pour relativiser. Si elle parvenait à sortir saine et sauve de ce coupe-gorge, elle y réfléchirait. En attendant, elle avait d'autres chats à fouetter, et celui-ci avait des griffes un peu trop affûtées à son goût. Un problème auquel il allait lui falloir de toute urgence remédier. La première attaque la frappa sans qu'elle n'ait pu la voir arriver. S'il lui avait bien semblé voir l'air se tordre une seconde durant, elle n'avait pas réalisé ce dont il s'agissait et le temps qu'elle comprenne et que la panique l'envahisse, il était déjà trop tard.

Par chance, elle était infiniment plus résistante qu'elle voulait bien le croire et son corps tint le choc bien que la violence de l'impact l'ait projetée plusieurs mètres en arrière. Si elle dut tituber sur quelques pas en attendant de recouvrer son équilibre, elle parvint cette fois à ne pas tomber – déjà un progrès en soi. Elle fut plus prévoyante lorsque la seconde salve vint à sa rencontre et fit cette fois retentir dans l'air quelques notes, tentant tant bien que mal de se faire une idée de la puissance du coup avant qu'il n'ait pu la percuter. Quelque chose qu'il allait lui falloir s'habituer à faire si elle voulait pouvoir savoir ce qui était susceptible de la tuer sur le coup et ce qu'elle pouvait se permettre d'encaisser.

Non, c'était sûr, elle ne pourrait pas se cacher éternellement derrière des boucliers – d'autant que si elle commençait à comprendre comment marchait son pouvoir, il lui faudrait encore un moment avant d'en saisir les subtilités. Ainsi, les dernières parcelles de terrain encore intactes mais aussi les gravats qui y étaient éparpillés se dressèrent à son commandement pour lui servir de rempart contre le danger. Si l'explosion fut quand même assez forte pour l'ébranler et lui vriller les tympans de surcroît, elle put ainsi éviter la surdité, malgré l'affreux bourdonnement qui l'accompagnait à présent. Secouant la tête pour se remettre les idées en place après avoir été secouée, elle se redressa de toute sa hauteur et lança d'un ton acerbe :

Bah vas-y, faut pas te gêner ! Vous allez me lâcher à la fin ? Moi, j'ai rien demandé ! Enfin, si, pardon... Un tube d'aspirine. C'est une raison pour se faire taper dessus, là d'où vous venez ? Une sorte de code secret ? Bah si c'est le cas, désolée mais moi j'ai pas l'intention de finir en chair à pâté ! Fini, j'arrête de jouer ! Comprende ? conclut-elle dans un espagnol quasi-parfait. Et puis, c'est quoi encore ce délire aussi ? « Pour une humaine » ? Parce que toi tu l'es pas, peut-être ? Quoi, tu vas me dire que tu te prends pour un vampire, un chevalier Jedi ou je ne sais quelle autre mode pour adolescent attardé ?

Quoi qu'elle puisse en dire, l'agressivité était toujours là et bien là, même si elle se cantonnait pour l'heure au niveau verbal. Mais alors qu'elle était à deux doigts de retrousser ses manches pour le neutraliser à son tour avec autant de délicatesse que les deux précédents, elle sentit la fièvre qui s'était emparée d'elle retomber brusquement. La migraine épouvantable qui lui avait dicté ses actes jusque là s'évanouit pour céder place à un tel apaisement que la musicienne ne put réprimer un soupir de soulagement. N'y croyant pas tant cette douleur abominable donnait depuis tout à l'heure à sa petite personne une folle envie de se cogner la tête dans les murs, ou à défaut celle de quelqu'un d'autre, elle cligna plusieurs fois des yeux avant de finalement commencer à se détendre.

L'étrange pression dans l'air paraissait soudain s'être allégée et l'avoir libérée de son emprise sur elle. Celle-ci était repartie comme elle était venue, s'éteignant aussi vite qu'elle s'était allumée. La crise de nerfs retombait, emportant dans son sillage les derniers vestiges de son hostilité. Quelles étaient les raisons de cette querelle ? Bien qu'elle soit toute fraîche, il lui paraissait déjà les avoir oubliées. Le cran qui avait été le sien jusque là fondit dès lors comme neige au soleil et elle lui présenta la paume de sa main libre, comme si cela allait suffire à le tenir loin d'elle et à l'en protéger. Bien qu'ayant perdu le fil de ses paroles, elle la reprit d'une voix bien plus posée – si ce n'est légèrement effrayée. Théorie qu'un pas mal assuré en arrière ne tarda pas à confirmer.

Bon, euh... Désolée, je crois que je me suis peu laissée emporter... elle le gratifia d'un sourire crispé. Au fait, c'est pas qu'elle me plaise pas, mais tu pourrais ranger ton épée ? Faut pas croire, mais ça me met un peu mal à l'aise d'être menacée par une arme mortelle ! Tu voudrais quand même pas donner des sueurs froides à une pauvre fille sans défense, pas vrai ?
...
Pas vrai ?

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: Groupe 5   Lun 18 Nov - 15:25

Soudainement, la sérénité. Le calme absolu s'insinuait dans l'esprit de Kazunaga. Du moins c'était ainsi qu'il interprétait la sensation qui le traversait. La rage, l'envie de combat. Tout ça n'était plus. Il ne savait pas comment elle était venue et ignorait encore plus comment elle était partie. Tout ce dont il était conscient était l'absence totale de volonté combative qui régissait maintenant sa pensée. Ainsi que la constatation du gâchis l'entourant. Ses yeux balayèrent la zone, s'attardant particulièrement sur les deux Shinigami évanouis. Ils étaient sensés être ses alliés et pourtant il avait levé son arme contre eux. Un tel acte d'une personne comme lui prouvait que quelque chose clochait.
Puis son regard se posa sur la dernière personne encore debout lui excepté. L'humaine. Il ne connaissait pas son nom mais était bien conscient de l'avoir également considérée comme une ennemie sans savoir pourquoi. Pourtant, elle avait l'air encore plus perdue que lui. Si l'explication de ses actes semblait également lui échapper, elle avait également l'air d'ignorer la réalité dans laquelle elle se trouvait. Ce qui était d'autant plus surprenant aux yeux du Shinigami qu'il avait pu être témoin de ses capacités. Et principalement de la puissance qu'elle dégageait, chose qui lui semblait impossible venant d'une néophyte.

Sans le moindre mot, il fit reprendre à son arme sa forme précédente. De nouveau son Zanpakutô était entouré de bandages alors qu'il le replaçait entre sa ceinture et sa tenue, ce qui était sa façon à lui de rengainait son arme. Il ne faisait pas cela car l'inconnue le lui avait demandé, mais simplement car il ne ressentait plus la moindre hostilité émanant d'elle, et n'avait donc plus de raison d'être en position de combat.
Il resta là un moment, s'assurant que les deux membres de la Soul Society l'accompagnant étaient toujours en vie en captant leur Reiryoku, avant de requérir des soins, choses dont ils auraient certainement besoin. Attendant les secours sus-cités, il s'approcha de la blonde.
    >> Je ne sais pas si tu joues l'ignorante ou que tu l'es vraiment. Ta puissance et sa maîtrise me semble incompatible avec le fait d'ignorer le monde auquel tu appartiens. Il me semble donc improbable que tu puisses ignorer l'existence des Shinigami.
Il espérait réellement qu'elle se jouait de lui, car le contraire n'en serait que plus inquiétant. Une telle puissance brute était source de danger. Une telle force dans les mains d'une ignorante était un risque aussi bien pour le monde des humains, l'état de la zone autour d'eux l'attestant, que pour la Soul Society. La possibilité qu'elle n'aille qu'en s’accroissant étant quelque chose qu'il ne pouvait écarter.
Si, en temps normal, il se serait contenté de l'ignorer afin de se concentrer sur quelque chose de plus important, sur le coup il restait hésitant. Cependant, sa priorité restait malgré tout à ses alliés blessés. Si sa mission première n'avait pu être remplie, leur surveillance avait prit sa place en cet instant précis. Surtout qu'il ne ressentait plus l'oeuvre de l'artefact impie faisant siennes les âmes des mortels.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Groupe 5   Mer 20 Nov - 5:25

Melody suivit le zanpakutō du regard, tant par crainte de le voir s'abattre à nouveau sur elle que par perplexité envers ce phénomène de métamorphose. Sorcellerie ! s'époumonnait une petite voix en son for intérieur, mais qu'était-ce que ce changement de forme ponctuel face à tout ce qu'elle avait pu voir aujourd'hui – ou même rien que dans l'heure qui venait de s'écouler ? Elle-même était à présent une étrangère à ses propres yeux en ce sens qu'elle s'était révélée de capacités qu'elle n'avait jusqu'alors jamais soupçonné. Depuis combien de temps ce pouvoir était-il en elle ? Comment y était-il arrivé ? Pourquoi ne se manifestait-il que maintenant ? Autant de questions qui, au moins pour l'heure, resteraient sans réponses. Car si elle ne savait absolument pas vers qui se tourner, un homme qui la seconde d'avant essayait encore de la tuer ne constituait assurément pas l'un des meilleurs candidats.

Non mais je vous jure, écoutez-vous un peu ! « le monde auquel j'appartiens » ? « L'existence des Shinigamis » ? Vous vous êtes crus où ? Moi aussi j'aime bien les mangas, mais je pense que je vais freiner un peu après avoir vu ça. J'aurais jamais cru que ça pouvait aller jusque là, et pour être franche j'aurais préféré ne pas le savoir. Comment vous faites ça ? Qu'est-ce qui s'est vraiment passé ? J'aimerais au moins comprendre dans quoi vous m'avez embarquée, vu le nombre de plaies que j'y ai récolté.

Même s'il semblait s'être calmé, l'adolescente n'était pas encore entièrement rassurée et ne le serait sans doute que s'il acceptait de se désarmer. Ce qu'elle n'osait en l'occurrence même pas proposer, n'étant que trop certaine de la réponse qu'il risquerait d'y opposer. Maintenant que l'adrénaline était retombée, elle ne se rendait plus tellement compte de l'agressivité hors-normes qu'elle-même avait pu déployer et donc pas non plus du fait que l'homme en toge n'avait fait qu'y répondre en égales proportions – enfin, à peu de choses près. Elle ne voyait en lui qu'un meurtrier sanguinaire, ou à défaut un dangereux malade puisqu'il ne lui semblait pas que qui que ce soit ait trouvé la mort dans ce combat. Elle n'espérait pas. Mais en même temps, qu'y pouvait-elle ?

La concernant, elle n'avait fait que se défendre quand elle s'était retrouvée en situation de légitime défense et ne gardait à présent plus qu'un vague souvenir de la violence dont elle avait fait preuve quand il lui avait fallu présenter une résistance. Quant à la brebis galeuse que cet homme avait lui-même envoyé au tapis, on ne lui avait guère laissé le loisir de l'examiner pour savoir ce qu'il en était de son état de santé, et il serait désormais quelque peu plus difficile de le retrouver. Sa guitare ayant regagné son étui, un rapide tour d'horizon lui suffit à se rappeler combien la zone était sans dessus-dessous, le sol de cette portion de la ville semblait avoir été entièrement retourné sans s'inquiéter un seul instant de ce qui pouvait s'y dresser.

Là encore, l'idée qu'elle était responsable de la majeure partie des dégâts ne l'effleura même pas. Car au contrecoup de l'appel aux armes qui avait retenti en chacun d'eux s'ajoutait pour elle le choc de la découverte véritable de ses pouvoirs, ne laissant donc que peu de place à la mémoire – qu'elle avait pourtant solide – pour remplir son rôle. Jamais elle n'avait vu de telles catastrophes, et ce n'était pas faute d'être bien renseignée – il lui était déjà arrivé de chanter afin de collecter des dons pour un fond d'aide aux victimes, et ce genre d'acte de charité, s'ils restaient rares malgré un altruisme notable de sa part, la forçait quelque peu à connaître son sujet. Perdue comme elle l'était, l'énervement reprit le dessus l'espace d'un instant.

Je ne sais pas ce qui vous est passé par la tête, à vous et à tous vos copains aussi bizarres que vous, mais ce que je sais c'est que ma journée est foutue. J'en reviens toujours pas ! Ça vous prend souvent, de faire subir ça à des gens qui n'ont rien à voir avec vos délires ? Vous avez vu dans quel état je suis ? Vous devriez vous estimer heureux que je n'aille pas porter plainte ! Je pense que ça mérite bien une ou deux explications.

Bien entendu, elle n'avait aucune idée du fait que monnayer son silence ne servirait à rien face à un individu probablement mort depuis plusieurs centaines d'années si ce n'est plus – s'il avait seulement vécu à une époque. De même qu'elle n'avait aucun moyen de le deviner. Mais ce qui était vrai, en revanche, c'était qu'après qu'elle ait été mêlée à tout cela contre son gré, la moindre des choses serait de lui expliquer ce qui s'était passé – ou, plus généralement, ce qu'ils étaient exactement. Elle nageait dans un flou total, et si elle n'était pas tout à fait sûre de vouloir savoir, elle sentait qu'elle se le devait à elle-même. Même si, ce faisant, elle devait mettre les pieds dans une gigantesque machinerie qui la dépassait totalement. N'était-il pas déjà trop tard pour reculer, de toute façon ? Elle avait déjà un pied dans cet univers obscur qu'était celui où elle vivrait désormais. Et en l'état, même s'il lui en coûtait de l'admettre, il était le seul à pouvoir l'éclairer.

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie

avatar
Rang : Vice-Capitaine de la 3è Division

Messages : 77
MessageSujet: Re: Groupe 5   Mer 27 Nov - 22:44

La surprise s'inscrivit réellement sur le visage du Vice-Capitaine. A l'écoute des paroles de l'humaine, il semblerait qu'une chose certaine ne se dégage. Elle était véritablement ignorante du monde qui l'entourait. Du moins de sa véritable portée. Savoir qu'une personne disposant d'une telle puissance en savait aussi peu sur elle-même était quelque chose d'assez dérangeant à ses yeux, et surtout un danger qu'il ne pouvait normalement pas négliger. En temps normal, il se serait sans hésiter attardé sur le cas de cette inconnue, bien que cela n'était normalement pas son rôle.
Pourtant, sur le moment, il était dans une situation délicate. Il avait des ordres et certains de ses camarades gisaient à ses côtés, blessés et ce en partie par ses soins. Si la mission de base était un échec indiscutable, cela ne lui donnait pas une excuse pour totalement en délaisser les conséquences et se préoccuper d'une simple humaine.
Ecoutant tranquillement la réponse de la concernée, il finit par pousser un soupir.
    >> Donc, soit une véritable ignorante, soit une excellente actrice. Je vais croire la première solution, bien qu'aucune des deux ne soit de bon augure.
Il passa alors la main dans ses cheveux, évaluant un peu la situation. Les renforts avaient été prévenus, il n'avait donc plus qu'à attendre qu'ils viennent prendre en charge les deux médecins inconscients. Et comme la gamine ne semblait pas forcément être pressée de s'éloigner, il pouvait très bien commencer à lui expliquer un peu la réalité à laquelle elle appartenait, mais était bien conscient de ne pas pouvoir aller bien loin. Et le risque qu'elle tire ses informations complémentaires de la mauvaise personne ne pouvait être ignoré.
D'où le danger certains qu'elle représentait.
    >> Je vais faire simple en attendant les renforts appelés. Tu ne connais qu'une infime partie du monde auquel tu appartiens. Je suis sûr que chez les humains, les pouvoirs dont tu fais preuve sont impensables. Et comme, malgré les apparences, je ne suis pas humains, ils me semblent au contraire naturels.
    N'est ce pas une preuve qu'il ne s'agit pas d'un de tes « manga », bien que j'ignore totalement de quoi il s'agit.
Et là ce fut un véritable sourire amical s'inscrivant sur son visage. L'idée de lui expliquer le principe des âmes, des Shinigami, voir même des Hollows lui semblait impossible, surtout qu'il sentait déjà la présence des siens s'approcher. Il espérait simplement qu'elle ouvrirait les yeux, comprenant que le monde s'étendait au delà des frontières qu'elle connaissait jusque là.
Alors que ceux qu'il attendait firent leur apparition, il se décida sur la seule chose qu'il pouvait se permettre sur l'instant.
    >> Je suis dans l'incapacité de t'en dire vraiment plus, mais, surtout dans cette ville, attends toi à ce que le spectacle d'aujourd'hui devienne quelque chose de familier à tes yeux.
    A l'occasion j'essaierai de revenir dans ce monde pour t'expliquer mieux les choses, mais je ne promets rien.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1194-kogami-kazunaga

avatar
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Groupe 5   Sam 30 Nov - 6:59

Je rêve ou il s'attendait vraiment à ce que j'avale ses salades ? Car à en croire l'expression du jeune homme, il était sincèrement étonné par sa réaction. L'un des sourcils de Melody se leva en réponse. Bah quoi ? Me dites quand même pas que c'est la première fois que quelqu'un rentre pas dans son délire ! Méfiante, Melody resta sur la défensive. À en juger par la manière dont ils s'étaient jetés les uns sur les autres, ce n'était pas la première fois qu'ils succombaient à ces accès de violence et elle n'en serait pas victime une nouvelle fois. Même si elle avait pris soin de ranger sa guitare pour montrer patte blanche, elle n'hésiterait pas à la ressortir si cette personne laissait présager du moindre regain d'agressivité à son égard. Elle avait déjà donné, et si elle s'en tirait à bon compte – indemne ou presque, ça tenait du miracle selon ses propres réflexions – il n'était pas dit qu'il en soit de même si ça devait recommencer.

Au premier geste suspect, elle frapperait la première et sans hésiter. Tout cela était allé bien trop loin, et elle ne cautionnerait pas une aggravation des dégâts. Dommage qu'il soit cinglé, il est pas si mal vu de près, se fit-elle la réflexion tandis qu'elle le regardait fixement pour être certaine qu'il ne tramait rien de louche. Non qu'elle soit intéressée, mais il était regrettable de constater que les jolis garçons étaient presque systématiquement des cas sociaux – encore qu'elle ne croyait pas en avoir jamais vu être atteint à ce point-là. Abrégeant cette réflexion, elle écouta malgré sa vigilance ce que l'échappé de l'asile auquel elle pensait avoir à faire avait à lui dire. Mais si convaincue soit-elle que tout ceci n'était que l'oeuvre d'une immense psychose collective qu'il faudrait faire soigner dans les plus brefs délais, il y avait en elle quelque chose qui lui disait de croire à ce qu'il disait.

C'est plutôt à moi de dire ça. Vous êtes tellement à fond dans votre délire que ça fait presque peur. Enfin, non, ça FAIT peur quand ça finit par prendre de telles proportions. Si vous faites ça partout où vous allez, au moins vous devez pas avoir trop de mal à ce qu'on se rappelle de vous. On vous a déjà dit que vous êtes de grands malades ? Des terroristes auraient pas fait mieux. J'suis trop jeune pour pouvoir me souvenir du onze septembre, mais ça devait pas être beaucoup plus beau à voir.

Même si son esprit rationnel luttait de toutes ses forces pour nier la réalité, il y avait dans sa voix quelque chose qui faisait qu'elle avait envie de le croire. Peut-être car la teneur de ses paroles trouvait en elle un écho au niveau de cet étrange pouvoir dont elle avait fait montre – et pour lequel elle se demandait déjà s'il était curable. Ce n'était pas qu'elle ne veuille point le garder, elle n'en était pas particulièrement effrayée – même si elle n'en était pas heureuse non plus pour autant, cela dit – mais elle aurait du mal à vivre avec au quotidien. À fortiori si elle devait s'arranger pour le cacher. Oui, le ton de cet homme était celui de quelqu'un qui a déjà répété cent fois ce discours et ne le fait plus qu'avec lassitude, comme recrachant à la lettre ce qu'il aurait pu apprendre dans un manuel scolaire. Curieuse impression.

La star de la musique se fit plus attentive tout en essayant d'évaluer jusqu'où elle pouvait croire à ses paroles. Que le monde dans lequel elle croyait vivre jusque là ait une face cachée et que tout ce en quoi elle croyait soit sur le point de basculer, elle voulait bien le contraire – elle s'y était plus ou moins résignée dès l'instant où elle avait senti cette force vibrer dans ses mains. Mais de là à croire tout ce qu'il lui disait, il y avait quand même une marge considérable qu'elle aurait sans doute des difficultés à surmonter. Sans croire à quoi que ce soit, athée comme elle l'était, il lui était maintes fois arrivé de s'interroger sur l'existence d'autres formes de vie, qu'il s'agisse d'entités spatiales, ésotériques ou quoi que ce soit d'autre. Elle se plaqua la main sur le front comme pour vérifier qu'elle n'avait pas de fièvre et n'était pas en train de délirer.

C'est complètement dingue, votre truc. Si c'est vraiment comme ça que ça se passe, pourquoi personne ne se rend jamais compte de rien ? Pourquoi il ne m'est rien arrivé d'aussi bizarre avant aujourd'hui ? Je veux dire, si vous êtes vraiment ce que vous prétendez être et qu'il y en a d'autres comme vous et surtout que ça finit comme ça chaque fois que vous foutez les pieds ici, comment c'est possible de cacher quoi que ce soit ? Au point où ça en est, j'serais presque prête à croire à un complot du gouvernement.

Comme beaucoup d'adolescente de son âge et de sa génération, elle avait déjà participé à une séance de spiritisme mais n'en avait pas tiré grand chose de satisfaisant. Et voilà que des années après, tout ce joli petit monde se pointe dans ma vie sans crier gare pour y foutre le bordel. J'ai beau pas croire à l'horoscope, j'aurais du l'écouter quand il me prédisait une année pourrie. Toute à cette réflexion, elle en vint à s'interroger sur quantité de choses du même acabit, se demandant à quel point elle pouvait croire à cette prétendue lecture des astres ou à d'autres joyeusetés comme les vampires et les aliens. Se massant la tempe du bout des doigts elle fit toutefois son possible pour mémoriser les quelques informations que le Shinigami – s'il faut y croire, allons-y ! – avait eu le temps et la génération toute relative de lui laisser.

Enfin... Merci, je suppose. Je vais y aller. J'ai besoin de me reposer, et de toute évidence vos copains sont venus vous chercher. Quand les deux autres seront réveillés, vous pourrez leur dire que je suis désolée ? Ce serait sympa de votre part, si c'est pas trop vous en demander. Je savais pas vraiment ce que je faisais et... Bref, vous voyez le topo.

Ça partait d'une bonne intention, et en cela elle lui en était reconnaissante, mais qu'il soit pressé par le temps et ne puisse pas lui donner de plus amples explications la laissait plus perdue et désemparée qu'elle ne l'était à la base. Ressassant son discours et le peu qu'elle pouvait en tirer tout en s'efforçant d'y réfléchir efficacement, elle lui adressa un signe de la main et s'en alla d'un pas précipité alors que les « secours » dont il avait parlé commençaient à arriver. Qu'ils soient vraiment ce qu'ils prétendent être ou juste une bande de types bizarres en pyjama, au moins ils sont organisés. S'éloignant sur ces belles pensées, elle fut toutefois bien vite forcée de ralentir l'allure, le souffle venant à lui manquer. Elle chancela sur quelques pas, cherchant une surface à laquelle s'appuyer. Ah mais merde à la fin ! Survivre à tout ça pour tourner de l'oeil juste après, ça fait vraiment pitié...

_________________


Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Groupe 5   

Revenir en haut Aller en bas
 

Groupe 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Journée 2 : Groupe F

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Missions & Events :: Events :: Event #2 :: Karakura-